Version classiqueVersion mobile

Categorias sociais e mobilidade urbana na Baixa Idade Média

 | 
Hermínia Vasconcelos Vilar
, 
Filomena Lopes de Barros

Hidalgos et caballeros dans les villes du royaume de Castille: l’exemple de Murcie (XIIIe-XVe siècles)

Denis Menjot

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation générale des sociétés urbaines ibériques, on consultera une des dernières syn (...)
  • 2 Sur l’utilisation de ce concept emprunté aux sociologues par les historiens médiévistes et les limi (...)

1Toutes les villes castillanes comptent parmi leurs habitants un nombre variable d’individus qui apparaissent dans la documentation sous les noms d’hidalgos et de caballeros1. Ils se trouvent dans une position dominante économiquement, socialement et politiquement et imposent aux autres citadins leur idéal et leur modèle culturel. Les historiens médiévistes utilisent pour les désigner un vocabulaire fluctuant: patriciat, aristocratie, oligarchie, bourgeoisie, classe dominante, élite, mais qui définit le territoire de la supériorité sociale qui se manifeste partout par trois critères: la fortune, l’exercice du pouvoir et le prestige social. Parmi ces termes, considérés trop souvent mais à tort comme interchangeables, celui d’élite, au sens que les sociologues donnent à ce vocable, me paraît le plus approprié car même s’il est vague et ses connotations multiples et disparates, il identifie clairement une minorité en position de supériorité, mais socialement hétérogène2.

  • 3 Cet article vient nuancer et réviser en partie une étude antérieure: D. MENJOT, «Hidalguía et cabal (...)
  • 4 Il a été publié par J. TORRES FONTES, «Los hidalgos murcianos en el siglo XV», Anales de la Univers (...)

2Cette élite a fait l’objet de très nombreuses études sur sa formation, ses stratégies de domination, ses moyens d’accaparement du pouvoir municipal, ses renouvellements au cours des siècles, ses assises économiques, son imaginaire, son genre de vie, sa culture et ses pratiques de légitimation. Comme la thématique de ce colloque nous y invite, je chercherai à déterminer comment au sein d’une ville cette strate de la population s’identifie et à préciser ce que recouvre exactement la terminologie d’hidalgos et caballeros. La ville de Murcie me servira d’exemple car la documentation conservée dans les archives municipales permet de répondre à ces interrogations. Elle renferme en effet des textes qui mentionnent la qualité des individus, leurs différentes conditions et les hiérarchies sociales internes3. Parmi ceux-ci, sont particulièrement importants pour notre analyse le Livre du Repartimiento qui enregistre toutes les opérations de répartitions de terres aux colons qui eurent lieu entre 1266 et 1273, une série presque continue de registres de délibérations qui commence précocement en 1364, des livres de compte dont le premier date de l’exercice 1392 et un livre des hidalgos, daté du 15 février 1418. Ce dernier pourrait et devrait permettre en théorie de connaître tous les nobles de la ville, mais il pose sur les individus qui y figurent, la façon dont ils ont été recensés et les raisons pour lesquelles ils l’ont été, un certain nombre de problèmes sur lesquels nous reviendrons4.

  • 5 M. RODRÍGUEZ LLOPIS, «La expansión territorial castellana sobre la cuenca del Segura (1235-1325)», (...)

3Murcie constituait un cas très particulier dans l’ensemble des cités de la couronne de Castille. Fondée par Abd al-Rhaman II en 825, elle était avec Cordoue, Séville, Valence, Málaga et Majorque une des grandes villes d’al-Andalus quand le roi de Castille l’intégra définitivement à sa couronne en 1266 après lui avoir imposé son protectorat en 1243 et maté – avec l’appui des troupes du roi d’Aragon –, le soulevement des musulmans déclenché en 12645. Sise au sud-est de la Péninsule Ibérique, au centre d’une vaste huerta fértilisée par les eaux du Segura, mais soumise à un climat semi-aride, Murcie fut jusqu’à la fin du XVe siècle, la capitale d’un royaume frontalier à l’insécurité endémique à cause de sa situation périphérique et de son enclavement entre l’émirat de Grenade, le royaume d’Aragon et la mer, seule façade méditerranéenne de la couronne de Castille, mais que le souverain ne contrôlait pas, faute de marine.

  • 6 Sur la société frontalière de Murcie, on consultera les deux synthèses de Ma. MARTÍNEZ MARTÍNEZ, «O (...)

4Dans cette situation, on comprend que la société murcienne soit très militarisée et que les combattants à cheval, nobles ou non, se soient trouvés dans une position dominante et aient bénéficié de privilèges et que dès la conquête, la religion et la fortune – qui conditionnait l’armement – aient constitué, bien davantage que le droit, les facteurs les plus décisifs de structuration hiérarchisée de la population qui s’installait dans la ville. La cavalerie jouait un rôle d’autant plus essentiel que l’étendue des frontières à défendre et le manque d’hommes pour l’assurer, nécessitaient des troupes rapidement mobiles6.

  • 7 J. RODRÍGUEZ VELASCO, El debate sobre la caballería en el siglo XV, Valladolid, Junta de Castilla y (...)

5Ces privilégiés laïques appartenaient tous, soit à la noblesse (hidalguía), soit à la chevalerie urbaine (caballería de villa). Il s’avère toutefois extrêmement difficile et hasardeux de distinguer les membres de ces deux catégories quand ils ne sont pas recensés et inscrits sur des registres à cause de la grande diversité des situations individuelles et du fait que les termes hidalgo et caballero ne recouvraient pas une seule et même réalité, le second apparaissant, d’abord comme un qualificatif militaire attribué à des combattants de statuts sociaux et juridiques différents et, ensuite également, comme un titre dont certains hidalgos se paraient sous l’influence des romans de chevalerie, très en vogue au XVe siècle7. Par ailleurs, ce qui obscurcit encore davantage la distinction, c’est que la noblesse castillane n’était pas fermée et qu’en dépit et au-delà des distinctions juridiques, on assiste à deux processus qui se poursuivent de façon presque simultanée et qui ne paraissent contradictoires qu’en apparence, l’un, d’indifférenciation de ces couches dominantes hétérogènes par fusion en une classe nouvelle, et l’autre, de différenciation interne de celle-ci.

1. Les nobles de sang: hidalgos, caballeros, escuderos8

  • 8 Parmi les nombreux travaux sur la noblesse dans les royaumes ibériques, on consultera, entre autres (...)
  • 9 Alfonso X, Segunda Partida, éd facsimil. de l’édition de Salamanque, 1555, Titre XXI, Loi I: «Otros (...)
  • 10 A titre d’exemple, on lira l’étude de cas très précise de R. SÁNCHEZ SAUS, Caballería y linaje en l (...)
  • 11 Alfonso X, Segunda Partida..., Tit. XXI, Loi II: «porque estos fueron escogidos de buenos lugares e (...)
  • 12 Affirmation enregistrée dans la séance du conseil du 24 mars 1376, Archivo Municipal Murcia (AMM), (...)
  • 13 Par exemple (dernier jour de février 1427, AMM, Cartulario Real (CR), 1411-1429, fls. 191v-192r., D (...)
  • 14 Selon M. A. LADERO QUESADA, La hacienda Real de Castilla en el siglo XV, La Laguna, Universidad de (...)
  • 15 La noblesse en Castille «se caractérise par un double sens de l’honneur, celui que confèrent les ti (...)
  • 16 Alfonso X, Segunda Partida..., op. cit., Titre XXXI, Loi VIII: «ca luego que son maestros han nome (...)

6Dans la IIe des Siete Partidas, oeuvre juridique élaborée sous l’égide d’Alphonse X entre 1255 et 1272, il est précisé que “ceux qui sont choisis pour devenir caballeros sont plus honorables que tous les autres défenseurs” et l’hidalguía est définie comme “la noblesse qui vient aux hommes en raison du lignage”9. Elle ne s’acquérait donc légalement que par le sang, qui transmettait les vertus cumulées des générations d’ancêtres10. Les chartes d’ hidalguía apportées par leurs possesseurs au conseil ou obtenues de lui par ceux qui voulaient faire reconnaître leur qualité, ainsi que les conditions exigées par la monarchie pour cette reconnaissance – notamment dans la IIe Partida –, permettent dc préciser clairement le statut nobiliaire11. Est hidalgo quiconque descend par filiation légitime d’un père et d’un grand-père notoirement tenus pour tels et (ou) dont le solar – le berceau de la famille – est connu, ou dont la noblesse a été officiellement reconnue à la Cour d’un roi ou est de notoriété publique. Mais quand, en cas de contestation, un individu devait apporter la preuve de cette notoriété devant une juridiction, il ne pouvait le faire qu’à l’aide de témoignages attestant que son aïeul jouissait des prérogatives de l’ hidalguía, à savoir la «composition» judiciaire de cinq cents sous et l’exemption des servicios – impôts directs de répartition levés par la monarchie – dont les hidalgos murciens déclaraient jouir depuis le 4 mai 126712; cette franchise fiscale fut étendue aux monedas – impôt de quotité sur le capital – dès 1349 et toujours reconnue et fréquemment confirmée par la suite. À partir des années 1420, dans des requêtes qu’ils présentaient devant les autorités municipales ou dans des documents fiscaux, des individus se prétendaient «nobles» et étaient reconnus comme tels parce qu’ils «étaient exempts d’impôts» ou «parce qu’ils n’avaient jamais payé et n’avaient coutume de payer aucun impôt royal ou municipal»13. Mais comme cette exemption, qui ne représentait qu’une des prérogatives de la noblesse, était aussi concédée pour des raisons diverses à des non-nobles et que les descendants de ces derniers en héritaient éventuellement, un petit-fils d’exempté pouvait être reconnu hidalgo d’autant plus facilement que les membres de cet ordre n’avaient aucune obligation de se faire adouber. À partir de 1387, Jean Ier accepta que soient considérés comme hidalgos tous ceux qui n’avaient pas figuré sur les listes de contribuables pendant vingt ans si leurs ancêtres n’avaient pas contribué pendant trois générations14. La noblesse n’était donc pas une caste fermée, d’autant moins que l’anoblissement par privilège royal était une pratique courante, encore que fort contestée15. Elle était même relativement facilement accessible par la participation à des campagnes militaires contre les musulmans, l’exercice d’une magistrature urbaine ou l’obtention de titres universitaires; dans la IIe Partida, ceux qui atteignayent le degré de maître se voaient attribuer le nom de cavalleros et après vingt ans d’exercice, l’honneur des comtes16.

  • 17 S. de MOXÓ, «La nobleza castellana en e1 siglo XIV», Anuario de Estudios Medievales, 7 (1970-1971), (...)
  • 18 La biographie de ce personnage a été faite par A. GARCÍA MARTÍNEZ dans son introduction à la Crónic (...)
  • 19 Sur le repeuplement de Murcie, J. TORRES FONTES, Repartimiento y repoblación de Murcia en el siglo (...)
  • 20 Charte du 10 juillet 1351, CODOM, VII, doc. XXI. Sur les infanzones, le travail de référence reste (...)
  • 21 Sur les deux principaux lignages de la ville et leurs luttes pour l’hégémonie, Ma. de los Llanos MA (...)
  • 22 Toutes les monographies l’attestent, voir la synthèse d’A. RUCQUOI «Caballeros et hidalgos...», pp. (...)
  • 23 Comme l’a bien mis en évidence, M. BERENGO, L’Europa delle città. Il volto della società urbana eur (...)
  • 24 Sur la participation des principales familles au pouvoir municipal, Ma. de los Llanos MARTÍNEZ CARR (...)
  • 25 Ma. de los Llanos MARTÍNEZ CARRILLO, «Las pujas del quinto en los arrendamientos de rentas de la se (...)

7Une étude sémantique révèle l’apparition puis le renforcement des clivages au sein de la noblesse murcienne. Quand Alphonse X s’adressa, au temps du protectorat, à tous «les chrétiens propriétaires de terres à Murcie», il distingua parmi ceux-ci les ricos hombres et les caballeros. Des premiers, qui constituaient la couche supérieure de l’Ordre, et qui, selon Salvador de Moxó, se différenciaient par trois éléments: l’importance du patrimoine, le caractère illustre du lignage et la privanza (familiarité avec le roi)17, on ne rencontre quelques représentants, comme don Jofre de Loaysa et son fils García18, que parmi les bénéficiaires de donadíos, domaines donnés directement par Alphonse X sans obligation de résider19. C’est au début du règne de Pierre Ier, en 1351, que le terme de rico hombre apparaît pour la dernière fois dans la documentation murcienne, de même que celui d’infanzón, que l’on peut considérer comme une survivance lexicale20. Nous savons qu’à partir de la fin du XIVe siècle, les «nouveaux ricos hombres», issus de la noblesse trastamariste, reçurent (du moins les plus importants d’entre eux) des titres et furent appelés désormais Grandes. A Murcie, on ne rencontre qu’un seul noble titré, Juan Sánchez Manuel, descendant de l’Infant Manuel, dernier fils d’Alphonse X, qui était comte de Carrión au moins depuis 1369, bien que d’autres, comme Alfonso Yáñez Fajardo, Fernán Pérez Calvillo, Juan Sánchez de Ayala, ou le connétable Ruy López de Davalos, propriétaires de seigneuries et chefs de lignage, appartinssent à cette catégorie21. Mais au total, les membres de la haute noblesse apparaissent très peu nombreux, ce qui constitue une des particularités de la région murcienne et s’ils restaient propriétaires de vastes domaines dans le territoire urbain, ils formaient une noblesse urbaine22, comme dans d’autres régions de l’Europe méditerranéenne: les cités d’Italie du nord et du centre et les régions méridionales du royaume de France23. Ils possédaient en ville leurs casas mayores dans lesquelles ils résidaient habituellement, ils participaient au gouvernement en exerçant des offices municipaux à commencer par celui de regidor24 et tiraient profit du milieu urbain, notamment en prenant à ferme certains impôts25.

  • 26 Charte du 23 janvier 1277, CODOM, I, doc. LXXVI.

8Jusqu’en 1277, aucun document ne mentionne l’existence d’hidalgos à Murcie et dans son territoire. Parmi les bénéficiaires de donations dans les répartitions successives de terres qui eurent lieu à partir de 1266, on ne rencontre dans les troisième et quatrième répartitions que des caballeros hiérarchisés en trois catégories, au même titre que les peones. Il ne fait guère de doute que dans ces répartitions les caballeros mayores appartenaient à la noblesse, sinon comment expliquer le fait que le souverain leur ait accordé une dotation trois fois supérieure – 20 alhabas (valeur d’estimation) à celle des caballeros medianos – 6,5 alhabas – et quatre fois supérieure à celle des caballeros menores – 5 alhabas? Dans les deux dernières répartitions, qu’il fit effectuer entre 1270 et 1273, Alphonse X ne fit plus de distinction entre les caballeros. Mais comme, par ailleurs, il divisait toujours la société urbaine en trois groupes: caballeros, omnes buenos ou ciudadanos et menestrales, il se pourrait que le terme caballero, employé seul, ne désigne plus que la frange nobiliaire des combattants à cheval et qu’il ait acquis ainsi une portée sociale et juridique. En tout cas, il reste ambigu dans cette région qui comptait beaucoup de cavaliers non nobles. Cela explique que dès 1277, le roi précisa, caballeros hidalgos, pour distinguer les cavaliers nobles de ceux qui ne l’étaient pas et, probablement aussi, pour réserver ce titre aux seuls nobles26.

  • 27 Comme les définit Juan Manuel, Libro de los Estados, 5 cap. XCI, p. 392: «Los fijos que los caballe (...)
  • 28 Charte du 23 mai 1293, CODOM, IV, doc. CLIII.

9C’est le second terme qui s’imposa pour désigner les membres de ce groupe supérieur, ce qui supprimait toute ambiguïté puisque des individus d’autres milieux sociaux combattaient aussi à cheval et que certains nobles n’avaient plus les moyens de combattre ainsi, à cause de l’alourdissement progressif de l’équipement qui en augmentait le coût, encore accru par l’inflation et cela alors que leurs ressources diminuaient à la suite de la disparition des profits de guerre, de l’amenuisement des patrimoines consécutif aux partages successoraux, des calamités et de la raréfaction de la main-d’œuvre qui compromettait la production des domaines. Ces hidalgos trop pauvres, ainsi que les trop jeunes27, pour combattre à cheval furent distingués des autres sous le nom d’escuderos (écuyers) et formèrent la couche inférieure de la noblesse locale alors que les caballeros en constituaient désormais la partie la plus riche et la plus influente. Ces escuderos étaient au nombre d’une douzaine dans la cinquième répartition effectuée en 1272-1273; ils étaient attachés au service de membres de la haute noblesse, que l’on reconnaît à leur titre honorifique de don, mais qui ne furent pas individiualisés en tant que groupe avant 1293, par Sanche IV28.

10À partir du règne de Pierre 1er, ces deux catégories nobiliaires étaient clairement différenciées dans les chartes puisque les souverains adressaient celles-ci aux «caballeros, escuderos, onmes buenos et oficiales...» de Murcie. Mais dans la pratique, il s’avère impossible de répartir les hidalgos entre caballeros et escuderos, étant donné qu’ils ne faisaient pas suivre leur nom d’un titre qui ne leur apportaient aucune franchise particulière supplémentaire à celles dont ils jouissaient comme membre de l’Ordre. Si, tout à fait exceptionnellement, dans le livre des hidalgos de 1418, quatre individus: Juan Sánchez de Claramonte, Alfonso de Moncada, Sancho Rodríguez de Palenzuela et Ruy García de Peñaranda, se disaient «caballeros», comme Fernando Oller quelques années auparavant, alors que Juan Sánchez de Ayala se présentait comme «escudero», c’est probablement parce qu’appartenant à quelques-unes des plus vieilles et importantes familles de la ville, ils arboraient ces titres qui véhiculaient l’image des héros des romans de chevalerie pour se distinguer encore plus de la masse des «hidalgos ciudadanos». A Murcie, les membres de la noblesse se présentaient comme hidalgos et privilégiaient donc l’ancienneté et la pureté du sang et non comme caballeros, car ils ne voulaient pas être confondus avec les cavaliers de la ville.

11En 1418, la municipalité fit effectuer dans chacune des neuf paroisses de la ville un recensement des «caballeros, escuderos e duenas e donzellas fijosdalgo notorios, vezinos e moradores» à la demande de ces individus. Tous ceux qui jouissaient du statut nobiliaire sont donc censés y figurer. On compte 456 individus dont 372 hommes et 84 femmes, enregistrées comme veuves ou filles d’un hidalgo décédé. Ils portent au total seulement 290 patronymes différents car dans certaines familles, comme, par exemple, celles des Gallarte, des Gil, des Junterón plusieurs membres, sinon tous sont inscrits.

  • 29 Toutefois il ne s’agit pas d’une compilation de toutes les listes d’hidalgos puisque les 53 qui all (...)

12Un réexamen minutieux de ce registre à la lumière de l’importante documentation conservée dans la ville confirme qu’il est incomplet comme son éditeur, Juan Torres Fontes, l’avait déjà remarqué. Ainsi les frères Alfonso et Francisco Tacón, reconnus hidalgos en 1417, en sont absents, tout comme 75% des 133 hidalgos et caballeros qu’en 1415, soit trois ans auparavant seulement, l’évêque avait exempté de l’impôt qu’il levait. Parmi ces «oubliés», certains, comme Juan Sánchez Manuel, Pedro Gómez de Dávalos ou les membres de la famille Calvillo, n’avaient pas besoin de faire attester leur hidalguía tant elle était notoire, ce qui n’était assurèment pas le cas du chirurgien, du tisserand, du pelletier, du tavernier et des quinze notaires inscrits sur cette liste et dont on ne peut déterminer s’il s’agissait d’individus enrichis par les affaires ou les offices ou de nobles appauvris contraints d’exercer ces activités pour subsister; la dérogeance n’existant pas en Castille, la condition nobiliaire n’était pas incompatible avec l’exercice d’un métier pourvu qu’il ne fut ni manuel, ni vil. Par contre figurent dans ce registre des personnes décédées avant 1418 tels Lázaro et Juan Sánchez de León dont la mort remontait respectivement à 1409 ou 1410 et à avant 1413. Ce livre a donc très certainement été composé, non pas à la suite d’un recensement nominatif par un ou plusieurs officiers mandatés par les autorités municipales, mais à partir d’un ou plusieurs livres antérieurs29.

  • 30 Et cela n’aurait rien d’exceptionnel puisque, par exemple, à Séville, selon le recensement effectué (...)
  • 31 AMM, AC, LO, 10 décembre 1443 et 14 janvier 1444.

13Les 456 personnes enregistrées dans ce document ne représentent donc pas le nombre exact d’hidalgos murciens en 1418. Etaient-ils plus ou moins nombreux? Juan Torres Fontes, sans pouvoir l’affirmer, pense qu’ils l’étaient moins et qu’un certain nombre étaient des intrus qui avaient fait oublier leur condition villana, ce qui est très probable, mais les individus se targuant de la condition nobiliaire pourraient bien constituer un groupe plus étoffé30 puisqu’en 1443, 676 Murciens se déclarèrent hidalgos31. Dans cette liste de 1418, bon nombre d’hidalgos apparaissent alors pour la première fois dans la documentation, ce qui prouve qu’ils n’étaient ni riches ni puissants et ne participaient pas à la vie politique.

14À Murcie, la place dans la hiérarchie nobiliaire apparaît donc essentiellement fonction de la richesse. Quand Jean 1er convoqua obligatoirement tous les hidalgos murciens à la guerre du Portugal en 1384, il les répartit en trois catégories de combattants selon l’armement qu’ils pouvaient acquérir: les «hommes d’armes», les arbalétriers et les lanciers. Les premiers devaient servir à cheval, les seconds à pied, «avec leur corps et une arbalète», et les derniers, toujours à pied, «avec une lance, un poignard et un bouclier». Cette distinction traduit bien l’appauvrissement de certaines familles et l’ampleur de l’éventail des fortunes au sein du groupe nobiliaire de la ville.

2. Les chevaliers urbains: caballeros ciudadanos et caballeros de cuantía

  • 32 Elle est née très tôt sur la frontière entre les royaumes chrétiens et l’Andalus. Elle a fait l’obj (...)
  • 33 Charte du 17 janvier 1257, CODOM, III, doc. XIII.
  • 34 On l’apprend par une confirmation du 16 février 1368, CODOM, VII, doc. CLXXX.

15La chevalerie urbaine se composait de ceux que les textes appellent caballeros de villa, omnes de caballo on encore, caballeros ciudadanos et que les historiens désignent par le néologisme de caballería villana ou popular32. Alphonse X, conscient que des combattants à cheval étaient indispensables pour garantir militairement sa conquête, permit à quiconque de le devenir, à condition d’acquérir les armes nécessaires et un cheval, qu’il voulait de «belle couleur, avec un bon coeur et des membres convenables» et dont il fixa la valeur à trente maravédis33. Il leur accorda d’importants privilèges, à savoir, d’une part, des dotations très supérieures à celles des peones (fantassins), d’autre part, l’exemption du diezmo (impôt douanier), de l’almojarifazgo et de «tous les autres droits et tributs» ainsi que de l’impôt de 2% que les colons devaient acquitter sur la valeur de leurs terres et, enfin, la garantie de conserver leur lot de caballero et de le transmettre à leur fils même s’ils ne chevauchaient qu’un temps, ce qui revenait à reconnaître qu’un enfant pouvait hériter de la condition de son père. Sanche IV y ajouta l’exemption de moneda forera (impôt direct de quotité perçu par la monarchie tous les sept ans), qu’il étendit à leur veuve et à leurs fils mineurs34. Ces privilèges donnaient une existence juridique à une véritable caste chevaleresque et assuraient sa prééminence économique et sociale; ils la rapprochaient de la noblesse.

  • 35 On l’apprend dans une charte du 10 septembre 1333 (AMM, CR, eras 1352-1382).
  • 36 Sur les origines de cette cavalerie, voir M. PÉREZ PRENDES, «El origen de las caballeros de cuantía (...)
  • 37 «La caballería popular en León y Castilla», Cuadernos de Historia de España, 39-40 (1964), p. 197. (...)

16Ces avantages, pourtant considérables, ne semblent pas avoir suscité de vocations ou, du moins, pas en nombre suffisant. Dans toute la Castille, la chevalerie citadine déclina du fait que le service à cheval devenait une charge très lourde à cause de la hausse du prix de l’équipement et de la disparition des profits de guerre consécutive à l’arrêt de la Reconquête. Or, la cavalerie était plus que jamais nécessaire dans ce royaume frontalier sous-peuplé, qui était soumis aux attaques des Aragonais et des Grenadins et aux incursions des troupes d’almogávares. Aussi, après l’occupation aragonaise – 1295-1304 –, pour pacifier une région qui venait de connaître dix ans de troubles et assurer sa défense, les autorités ne pouvaient plus se contenter d’inciter, il fallait contraindre. C’est pourquoi le conseil imposa l’achat d’un cheval et d’armes de cavalier à tous ceux qui possédaient une certain niveau de fortune (cuantía), qu’il fixa à 15.000 maravédis35. Afin d’avoir davantage de combattants, Alphonse XI, en 1333, abaissa à 12.000 maravédis ce seuil, pour le calcul duquel n’entrait pas en compte la valeur de la résidence principale36. C’est l’origine de la caballería de cuantía (chevalerie de fortune), appelée aussi caballería de alarde (chevalerie de montre), parce que ceux qui en faisaient partie devaient obligatoirement et régulièrement faire la montre. Elle constitue, comme l’écrit C. Pescador: «l’étape finale du développement de la caballería villana comme institution caractéristique et différenciée»37.

  • 38 Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla, t. I, Cortès de Alcalá (1348), petition, 57.
  • 39 On l’apprend par une confirmation dans une charte datée du 24 juillet 1347, AMM, Armario I. Libro, (...)
  • 40 Charte du 15 janvier 1384, AMM, CR, 1384-91, fol. 91r-94v: «... que todos aquellos quede aqui adela (...)
  • 41 Ils ne semblent toutefois pas bénéficier comme eux de la composition de 500 sous et du droit de ne (...)

17Quinze ans plus tard, aux Cortès d’Alcalá en 1348, ce même souverain, qui, à la fin de son règne, avait de plus en plus besoin de pouvoir disposer d’une force armée qui lui soit fidèle alors qu’il pouvait de moins en moins compter sur la haute noblesse et qu’il mobilisait tous ses moyens dans la guerre du Détroit, généralisa cette «chevalerie» à l’ensemble de ses royaumes et la réglementa38. Désormais, à Murcie, les caballeros devaient posséder un cheval valant au moins 600 maravédis et être passés en revue tous les quatre mois par les alcaldes; pour remplacer un cheval crevé ou vendu, ils disposaient respectivement de trois et de deux mois. Comme dans cette région, tous les caballeros «andan a la gineta», c’est-à-dire formaient une cavalerie légère, montée sur des chevaux rapides de race locale, ils ne devaient pas avoir d’autre monture; seuls ceux qui possédaient cinq de ces bêtes pouvaient acquérir un cheval castillan. Bien entendu, il leur était interdit de remplacer les chevaux par des mules; l’utilisation de celles-ci comme montures était conditionnée par la possession des premiers. Si, pour multiplier le nombre de ces caballeros à Murcie, Alphonse XI abaissa d’un tiers la cuantía en la ramenant à 8.000 maravédis, elle n’en resta pas moins la plus élevée des régions frontalières puisqu’elle était deux fois supérieure à celle en vigueur dans les autres évêchés frontaliers de Cordoue et de Jaén, ce qui ne prouve pas que le monarque avait moins besoin d’hommes sur ce front est, mais que la vie y était plus chère et aussi qu’il ménageait les Murciens. En compensation, Alphonse XI concéda aux caballeros de cuantía toutes les franchises accordées jadis par ses prédécesseurs aux caballeros. Il en ajouta une de caractère honorifique en réservant à leur femme l’exclusivité de certains vêtements et de certaines parures, mais surtout il étendit l’exemption d’impôt à ceux d’entre eux qui avaient perdu les moyens de servir à cheval39. Par ce dernier privilège qui ne rémunérait plus un service, le souverain finit de constituer ce groupe de professionnels à l’origine en une classe sociale dont les privilèges étaient pratiquement identiques à ceux de la noblesse de sang, à laquelle elle commença à s’identifier. Ces caballeros jouissaient tout comme les hidalgos, de la franchise fiscale40, comme eux, ils avaient le droit d’abattre des sangliers toute l’année41. Par conséquent, tous les plus riches habitants, par le fait qu’ils étaient tenus de servir à cheval, entraient ainsi dans le groupe des privilégiés.

  • 42 Pour plus de détails sur l’évolution de la caballería de alarde, on se reportera à l’étude exhausti (...)
  • 43 Comme lors de la campagne de 1407-1408, au cours de laquelle l’ost municipal ravit un important but (...)

18Les souverains ne renoncèrent pas à la caballería de cuantía qui subsista... jusqu’en 161942! Pour éviter que les Murciens ne s’y soustraient, ils renforcèrent le contrôle en réévaluant l’amende qui sanctionnait le manquement aux obligations et en faisant inspecter l’équipement par les alcaldes. Les habitants qui étaient astreints à ce service cherchaient en effet à y échapper ou plutôt ils désiraient profiter des avantages qui étaient attachés à son accomplissement sans en remplir les charges qui pouvaient paraître excessives, en tout cas aux moins fortunés d’entre eux qui atteignaient juste le seuil exigé. Elles leur paraissaient d’autant plus lourdes que, jusqu’au début du XVe siècle, la valeur de la monture était imposée et qu’en 1384, celle de l’armement, composé d’une armure, d’un bassinet et d’un bouclier fut fixée à la même valeur, soit 1.000 maravédis, autant que celle d’un cheval, alors que le capital exigé pour être cavalier, s’il connut des modifications sensibles, resta stable pendant de très longues périodes: 10.000 maravédis entre 1365 et 1404, 20.000 entre 1410 et 1452. En contrepartie, le service à cheval ne constituait absolument pas une garantie pour continuer à s’enrichir ni même pour conserver la richesse acquise. En effet, il me paraît exagéré de croire que les chevauchées procuraient un revenu substantiel et complémentaire, sauf tout à fait exceptionnellement, car ces expéditions étaient rares, étant donné que la ville vivait la plupart du temps sur la défensive43. Par ailleurs, la chevalerie ne jouissait plus du prestige qui était le sien au temps de la grande avancée de la Reconquête et, pour des gens aisés, il existait d’autres luxes, en particulier vestimentaire, que les souverains essayaient de freiner par des ordonnances somptuaires. Il n’y avait finalement qu’en temps de pression fiscale extrême, comme à l’orée du XV siècle, que l’exemption d’impôts compensait les charges militaires.

  • 44 P. BELLOT, Annales de Orihuela, éd. J. Torres Fontes, rééd., Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 2 (...)
  • 45 AMM, AC, LO, 28 juin 1382, réitéré le 23 août de la même année.
  • 46 J. TORRES FONTES, «La caballería de alarde murciana...».
  • 47 Puisque dans sa charte du 18 janvier 1375, CODOM, VIII, doc. 164, p. 266, Henri II leur donna le dr (...)

19Les effectifs des omnes de caballo variaient donc assez sensiblement d’une année à l’autre et différaient plus ou moins de celui des habitants qui atteignaient effectivement le seuil de fortune en fonction de l’intérêt qu’avaient les assujettis à faire partie de ce corps ou des possibilités qu’avaient les autorités de les y contraindre. En 1361, un clerc de la ville aragonaise voisine d’Orihuela, Pedro Bellot, dans les annales qu’il rédigea, évalua à 400 les caballeros que Murcie pouvait mobiliser44. En 1382, le conseil ordonna de mobiliser 220 caballeros parmi «ceux qui ont des chevaux par cuantías et ceux qui atteignent les cuantías et n’en possèdent pas»45. En 1407, le conseil estimait qu’il y avait 300 caballeros dans la ville tandis qu’en 1445, dans la première montre dont la liste des participants nous a été conservée, 211 omnes de caballo sont enregistrés parmi lesquels un marchand, trois artisans – un armurier, un savetier et un tisserand –, un Génois et quatre juifs46. Il n’y avait donc aucune exclusive, les membres de la minorité hébraïque étaient également incorporés à la cavalerie et ce au moins depuis 137547.

Conclusion: la fusion dans l’hidalguía

  • 48 M-Cl. GERBET, La noblesse dans le royaume de Castille. Étude sur ses structures sociales en Extréma (...)
  • 49 «Una ciudad castellana en la segunda mitad del siglo XIV: el ejemplo de Murcia», Cuadernos de Histo (...)

20Pour des raisons politiques et militaires, parce qu’ils avaient besoin de pouvoir disposer d’une force armée qui fut soit fidèle, les souverains favorisèrent donc ceux qui avaient les moyens de les servir comme cavaliers en leur accordant les privilèges juridiques, économiques et surtout fiscaux qu’ils réclamaient. Ce faisant, ils identifiaient hidalgos, caballeros et omnes de caballo. La franchise fiscale unifiait ces catégories et marquait nettement la rupture avec les autres groupes sociaux de sorte qu’elle apparaît bien comme «l’origine de toute noblesse»48, d’autant qu’il suffisait à une famille d’en avoir joui pendant plusieurs générations pour officiellement accéder à cet ordre et faire oublier son origine. Si comme l’a bien remarqué J. Valdeón: «le déclin évident du secteur hidalgo, uni à l’ascension de certains villanos qui, grâce à leur bonne situation économique pouvaient entretenir un cheval, explique la rencontre qui se produisit entre les deux groupes»49, celle-ci fut réalisée par les privilèges royaux, au premier rang desquels se situe l’exemption fiscale, qui constitue le principal facteur d’homogénéisation et de différenciation.

  • 50 Les villes aussi se voulaient nobles, se qualifiaient de «trés nobles» et se dotaient d’armoiries, (...)
  • 51 AMM, AC, LO, 18 juillet 1376.

21Exemption fiscale, caballería et hidalguía apparaissent abusivement confondues et cette confusion entraîna une véritable course à l’hidalguía de la part des habitants désireux de se mettre définitivement à l’abri de l’impôt sans pour autant avoir à remplir des obligations militaires50 et, en réaction, à une impitoyable chasse aux fraudeurs de la part des autorités désireuses de limiter le nombre des exemptés non tenus de servir à cheval. Les privilégiés obtinrent régulièrement confirmation de leur exemption d’impôt royal à la fois par les monarques successifs et par le Conseil – qu’ils contrôlaient – et qui alla jusqu’à engager tous ses biens meubles pour dédommager éventuellement les hidalgos qui auraient été injustement imposés51. La franchise fiscale d’impôts directs fut définitivement acquise à ces derniers au début du XVe siècle.

  • 52 Voir I. GARCÍA DÍAZ, «La política caballeresca de Alfonso XI», Miscelánea Medieval Murciana, II (19 (...)
  • 53 La première mention d’un tel livre dans les registres de délibérations de la ville date du 13 novem (...)
  • 54 Sur l’évolution du système politique murcien, Ma. de los Llanos MARTÍNEZ CARRILLO, Revolución urban (...)

22Hidalgos de vieille souche et hidalgos de fraîche date ayant fait oublier leur origine voulurent alors également, pour mettre fin aux contestations, faire reconnaître définitivement leur qualité, écarter eux-mêmes les intrus et se distinguer officiellement des omnes de caballo, avec lesquels ils admettaient mal d’être assimilés. Pour manifester leur noblesse, ils ne pouvaient pas se faire armer chevaliers, Alphonse XI ayant réservé l’adoubement aux caballeros de lignage52, mais ils voulurent officiellement faire reconnaître leur qualité en se faisant inscrire sur un registre par le secrétaire du Conseil après avoir été acceptés par les alcaldes. C’est la raison de la réalisation de ce livre des caballeros e escuderos e duenas e donzellas fijosdalgo notorios, vezinos e moradores de la très noble ville de Murcie53, qui se présente comme une remise à jour et marque la fermeture définitive du groupe nobiliaire, dix-huit ans après qu’eut été arrêté le rôle des Murciens seuls admis au regimiento (gouvernement municipal) et six ans avant la nomination de magistrats (regidores et jurados) perpétuels54.

  • 55 Comme «honorables hommes» dans les villes françaises, B. CHEVALIER, Les bonnes villes de France du (...)
  • 56 D. MENJOT, «La classe dominante des villes de l’Occident méditerranéen au seuil de la modernité», 1 (...)
  • 57 Murcie ne fait pas exception, il en est de même dans les autres villes de Castille comme, par exemp (...)

23A Murcie, les familles nobles dès l’origine et les vieilles familles de caballeros de villa se fondaient dans l’hidalguía et on ne rencontre jamais dans aucun texte l’usage et la diffusion d’un terme spécifique qui traduirait la prise de conscience d’un groupe social particulier qui, ne pouvant entrer massivement dans l’ordre de la noblesse, se verrait contraint de s’en distinguer, mais par la même obligé de se différencier également du peuple dont il sortait55. La classe dominante se cristallisait dans l’hidalguía, qui conférait la franchise d’impôts en dispensant du service militaire obligatoire à cheval et allait par la suite attester de la pureté de sang. Ses membres partageait le même mode de vie et les mêmes idéaux56 mais parmi eux se distinguait une élite qui investissait dans la terre et participait au pouvoir57. La caballería urbaine en était l’antichambre par laquelle les enrichis accédaient à la noblesse.

Notes

1 Pour une présentation générale des sociétés urbaines ibériques, on consultera une des dernières synthèses en date dans laquelle sont citées de nombreuses monographies, J. I Ruiz de la PEÑA SOLAR, «Ciudades y sociedades urbanas en la España Medieval, siglos XIII-XV», Las sociedades urbanas en la España Medieval, XXIX Semana de Estudios Medievales, Estella, 2002, Pampelune, Gobierno de Navarra, 2003, pp. 17-49.

2 Sur l’utilisation de ce concept emprunté aux sociologues par les historiens médiévistes et les limites de son caractère opératoire, voir E. CROUZET-PAVAN, «Les élites urbaines. Aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie)», Les Elites urbaines au Moyen Âge, XXVIIe, Congrès de la SHMES, Rome, 1996, Paris-Rome, Publications de la Sorbonne, École Française de Rome, 1997, pp. 9-28; Ph. BRAUNSTEIN, «Pour une histoire des élites urbaines: vocabulaire, réalités et représentations», dans ce même volume, pp. 29-38 et R. NARBONA VIZCAÍNO, Oligarquías políticas y élites económicas en las ciudades bajomedievales (siglos XIV – XVI), Revista d’Historia Medieval, 9 (1998), pp. 12-14 (introduction).

3 Cet article vient nuancer et réviser en partie une étude antérieure: D. MENJOT, «Hidalguía et caballería à Murcie: contours sociaux d’une aristocratie urbaine du XIIIe au XVe siècle», Les sociétés urbaines en France méridionale et en Péninsule ibérique au Moyen Âge. Actes du colloque de Pau, 1998, Paris, CNRS, 1991, pp. 219-227.

4 Il a été publié par J. TORRES FONTES, «Los hidalgos murcianos en el siglo XV», Anales de la Universidad de Murcia, 22 (1-2) (1963-1964), pp. 5-22.

5 M. RODRÍGUEZ LLOPIS, «La expansión territorial castellana sobre la cuenca del Segura (1235-1325)», Miscelánea Medieval Murciana, 12 (1985), pp. 105-138. J. TORRES FONTES, «Incorporación de Murcia a la Corona de Castilla», Fueros y Privilegios de Alfonso X al reino de Murcia, Colección de Documentos para la Historia del Reino de Murcia (CODOM), III, Murcie, 1973, pp. XIX-LXV (Introduction).

6 Sur la société frontalière de Murcie, on consultera les deux synthèses de Ma. MARTÍNEZ MARTÍNEZ, «Organización y evolución de una sociedad de frontera. El reino de Murcia (ss. XIII-XV)», Medievalismo, 5, (1995), pp. 31-88 et «Ciudades de frontera y sociedad urbana: la ciudad de Murcia (siglos XIII-XV)», Scripta. Estudios en Homenaje a Élida García García, Oviedo, 1998, pp. 367-395 et celle de plus grande ampleur de D. MENJOT, Murcie castillane. Une ville au temps de la frontière (1243-milieu du XVe siècle), 2 ts., Madrid, Casa de Velázquez, 2002; traduction partielle, Murcia, ciudad fronteriza en la Castilla bajomedieval, Murcia, Real Academia Alfonso X el Sabio, 2008.

7 J. RODRÍGUEZ VELASCO, El debate sobre la caballería en el siglo XV, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996.

8 Parmi les nombreux travaux sur la noblesse dans les royaumes ibériques, on consultera, entre autres, le manuel de M.-Cl. GERBERT, Les Noblesses Espagnoles au Moyen Âge XIe-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 1997; La nobleza peninsular en la Edad Media, VI Congreso de Estudios Medievales, Fundación Sánchez-Albornoz, León, 1997, Avila, 1999; M. C. QUINTANILLA RASO, «La nobleza», Orígenes de la Monarquía Hispánica: propaganda y legitimación (ca 1400-1520), dir. J. M. NIETO SORIA, Madrid, 1999, pp. 563-576; A. RUCQUOI, «Être noble en Espagne aux XIVe–XVIe siècles», dans O. G. OEXLE et W. PARAVICINI (éds.) Nobilitas, Funktion und Representation des Adels in Alteuropa, eds. O. G. OEXLE et W. PARAVICINI Göttingen, 1997, pp. 273-298; C. HEUSCH (dir.), La caballería castellana en la baja edad media. Textos y contextos, Montpellier, Presses de Montpellier 3, 2000.

9 Alfonso X, Segunda Partida, éd facsimil. de l’édition de Salamanque, 1555, Titre XXI, Loi I: «Otrosi los que son escogidos para cavalleros son mas honrrados que todos los otros defensores»; Loi III: «Fidalguía segund diximos en la ley ante desta, es nobleza que viene a los omes por linaje».

10 A titre d’exemple, on lira l’étude de cas très précise de R. SÁNCHEZ SAUS, Caballería y linaje en la Sevilla Medieval, Université de Cádiz, 1989.

11 Alfonso X, Segunda Partida..., Tit. XXI, Loi II: «porque estos fueron escogidos de buenos lugares e algo, que quiere tanto dezir en language de Espanna como bien, por eso los llamaron fijosdalgo, que muestra atanto commo a fijos de bien». Sur la polémique autour de l’origine du mot hidalgo, ainsi que sur sa diffusion, J. Ma. LACARRA, «En torno a la propagación de la voz hidalgo», Homenaje a Don Agustín Millares Carlo, Vol. II, Caja Insular de Ahorros de Gran Canaría, Las Palmas, 1975, pp. 43-53.

12 Affirmation enregistrée dans la séance du conseil du 24 mars 1376, Archivo Municipal Murcia (AMM), Actas Capitulares (AC), Libro de Ordenaciones, (LO).

13 Par exemple (dernier jour de février 1427, AMM, Cartulario Real (CR), 1411-1429, fls. 191v-192r., Domingo Vicente “prouva” son hidalguía par le fait que… «ha estado e esta en posesion de omne fijodalgo de 10 o 20 o 30 annos e de tanto tiempo aca que memoria de omnes non es en contrario e que nunca pecho ni acostumbro pechar ni pagar pecho alguno real ni concejal en que omnes fijosdalgo non devieren pagar mas que antes…»

14 Selon M. A. LADERO QUESADA, La hacienda Real de Castilla en el siglo XV, La Laguna, Universidad de la Laguna, 1973, p. 211.

15 La noblesse en Castille «se caractérise par un double sens de l’honneur, celui que confèrent les titres, dignités et fonctions exercées – l’honor – celui qui provient des qualités et vertus personnnelles – la honra – dont témoigne la renommée ou bonne réputation – la fama» – A. RUCQUOI, «Caballeros et hidalgos: la noblesse et la ville en Castille», Les nobles et la ville dans l’espace francophone (XIIe-XVIe siècles), eds. O. G. OEXLE et W. PARAVICINI, Paris, PUPS, 2010, p. 315.

16 Alfonso X, Segunda Partida..., op. cit., Titre XXXI, Loi VIII: «ca luego que son maestros han nome de maestros e de cavalleros e llamaronles Señores de leyes... e despues que ayan veynte años tenido escuelas de las leyes deven aver honrra de condes...».

17 S. de MOXÓ, «La nobleza castellana en e1 siglo XIV», Anuario de Estudios Medievales, 7 (1970-1971), pp. 493-511. La privanza a trouvé son historien en la personne de F. FORONDA, La privanza ou le régime de la faveur. Essai sur la souveraineté dans la Castille de la fin du Moyen Âge, thèse sous presse à la bibliothèque de la Casa de Velázquez à Madrid.

18 La biographie de ce personnage a été faite par A. GARCÍA MARTÍNEZ dans son introduction à la Crónica de los Reyes de Castilla de Jofré de Loaysa, Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 1982.

19 Sur le repeuplement de Murcie, J. TORRES FONTES, Repartimiento y repoblación de Murcia en el siglo XIII, Murcia, Academia Alfonso X el Sabio, 1990; sur les donadíos, plus spécialement, D. MENJOT, «Une méthode de domination: les concessions royales de terres dans les huertas de la basse vallée du Segura à l’époque de la Reconquête», dans M. BALARD et A. DUCELLIER (éds.), Coloniser au Moyen Âge. Méthode d’expansion et techniques de domination en Méditerranée du XIe au XVIe siècle, éds. M. BALARD et A. DUCELLIER, Paris, Armand Colin, 1995, pp. 161-171.

20 Charte du 10 juillet 1351, CODOM, VII, doc. XXI. Sur les infanzones, le travail de référence reste celui de Ma. del CARMEN CARLÉ, «Infanzones e hidalgos», Cuadernos de Historia de España (1961), pp. 56-100.

21 Sur les deux principaux lignages de la ville et leurs luttes pour l’hégémonie, Ma. de los Llanos MARTÍNEZ CARRILO, Manueles y Fajardos. La crisis bajomedieval en Murcia, Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 1985.

22 Toutes les monographies l’attestent, voir la synthèse d’A. RUCQUOI «Caballeros et hidalgos...», pp. 303-323.

23 Comme l’a bien mis en évidence, M. BERENGO, L’Europa delle città. Il volto della società urbana europea tra Medioevo ed Età Moderna, Turin, s. ed., 1999, pp. 245 et ss.

24 Sur la participation des principales familles au pouvoir municipal, Ma. de los Llanos MARTÍNEZ CARRILLO, Revolución urbana y autoridad monárquica en Murcia durante la baja Edad Media (1395-1420), Murcia, Academia Alfonso X el Sabio, 1980; D. MENJOT, Murcie castillane..., p. 1012 et ss et l’article issu de sa thèse inédite de J. M. MOYANO MARTÍNEZ, «Familia y poder político en la Murcia bajomedieval (siglos XIV y XV)», Miscelánea Medieval Murciana, XVII (1992), pp. 9-41.

25 Ma. de los Llanos MARTÍNEZ CARRILLO, «Las pujas del quinto en los arrendamientos de rentas de la segunda mitad del siglo XIV», Miscelánea Medieval Murciana, XII (1985), pp. 9-26; D. MENJOT, «La ferme des impôts municipaux à Murcie au bas Moyen Âge» dans M. BOONE et W. PREVENIER (éds.), Finances publiques et finances privées au bas Moyen Âge. Actes du colloque de Gand, éds. M. BOONE et W. PREVENIER, 1995, Leuven, Garant, 1996, pp. 117-130.

26 Charte du 23 janvier 1277, CODOM, I, doc. LXXVI.

27 Comme les définit Juan Manuel, Libro de los Estados, 5 cap. XCI, p. 392: «Los fijos que los caballeros an son llamados ‘escuderos’ (…) e escudero debe usar traer el escudo et las otras armas para aprender et usarlos para quando le fuere mester.»

28 Charte du 23 mai 1293, CODOM, IV, doc. CLIII.

29 Toutefois il ne s’agit pas d’une compilation de toutes les listes d’hidalgos puisque les 53 qui allèrent servir le roi dans sa guerre au Portugal en 1384 ne s’y trouvent pas alors qu’ils sont enregistrés, AMM, CR, années 1384-1391, 7 août 1384, fl. 116r-v.

30 Et cela n’aurait rien d’exceptionnel puisque, par exemple, à Séville, selon le recensement effectué en 1384, les caballeros constituaient 30% des inscrits et que sous ce titre générique se retrouvaient les nobles titrés, les officiers municipaux, des changeurs et même des boutiquiers, A. COLLANTES DE TERÁN, Sevilla en la baja Edad Media. La ciudad y sus hombres, Séville, Ayuntamiento, 1984, pp. 224-233.

31 AMM, AC, LO, 10 décembre 1443 et 14 janvier 1444.

32 Elle est née très tôt sur la frontière entre les royaumes chrétiens et l’Andalus. Elle a fait l’objet de nombreuses études parmi lesquelles, celles, générales de J. F. POWERS, A society organized for war. The Iberian municipal militias in the central middle ages (1000-1284), Berkeley, Los Angeles, Londres, 1988. J. Ma. MONSALVO ANTÓN, «Transformaciones sociales y relaciones de poder en los concejos de frontera, siglos XI-XIII. Aldeanos, vecinos y caballeros ante las instituciones municipales», Relaciones de poder, de producción y parentesco en la Edad Media y Moderna, éd. R. PASTOR, Madrid, CSIC, 1990, pp. 107-170. C. ASTARITA, «Classe sociale, statut et pouvoir de la “caballería villana” de Castille. Une révision», Le Moyen Âge, 1999, 105-2, pp. 415-437. Une étude de cas très détaillée, M. D. CABAÑAS, La caballería popular en Cuenca durante la baja Edad Media, Madrid, s. ed., 1980.

33 Charte du 17 janvier 1257, CODOM, III, doc. XIII.

34 On l’apprend par une confirmation du 16 février 1368, CODOM, VII, doc. CLXXX.

35 On l’apprend dans une charte du 10 septembre 1333 (AMM, CR, eras 1352-1382).

36 Sur les origines de cette cavalerie, voir M. PÉREZ PRENDES, «El origen de las caballeros de cuantía y cuantiosos en el siglo XV», Revista Española de derecho militar, 9 (1960), pp. 111-175.

37 «La caballería popular en León y Castilla», Cuadernos de Historia de España, 39-40 (1964), p. 197. A Murcie, la cavalerie de montre n'est jamais désignée autrement que «los que mantienen caballos e armas». C'est seulement dans les documents royaux qu'il est fait mention des caballeros de alarde; voir, par exemple, la charte d'Henri III copiée dans AMM, AC, LO, 5 juillet 1399.

38 Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla, t. I, Cortès de Alcalá (1348), petition, 57.

39 On l’apprend par une confirmation dans une charte datée du 24 juillet 1347, AMM, Armario I. Libro, 47 fl. 59v-60r.

40 Charte du 15 janvier 1384, AMM, CR, 1384-91, fol. 91r-94v: «... que todos aquellos quede aqui adelante tuvieren caballos e armas continuadamente que sean francos e quitos de monedas e de otros pechos reales.»

41 Ils ne semblent toutefois pas bénéficier comme eux de la composition de 500 sous et du droit de ne pas être fouetté.

42 Pour plus de détails sur l’évolution de la caballería de alarde, on se reportera à l’étude exhaustive de J. TORRES FONTES, «La caballería de alarde murciana en el siglo XV», Anuario de Historia del Derecho Español, 38 (1968), pp. 31-86.

43 Comme lors de la campagne de 1407-1408, au cours de laquelle l’ost municipal ravit un important butin aux gens de la ville frontalière grenadine de Vera; j’ai tenté de chiffrer le poids de cette campagne, D. MENJOT, «Le poids de la guerre dans l’économie murcienne, l’exemple de la campagne de 1407-1408 contre Grenade», Miscelánea Medieval Murciana, III (1976), pp. 37-70.

44 P. BELLOT, Annales de Orihuela, éd. J. Torres Fontes, rééd., Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 2001, t. II, p. 205.

45 AMM, AC, LO, 28 juin 1382, réitéré le 23 août de la même année.

46 J. TORRES FONTES, «La caballería de alarde murciana...».

47 Puisque dans sa charte du 18 janvier 1375, CODOM, VIII, doc. 164, p. 266, Henri II leur donna le droit, s’ils n’avaient qu’une monture, d’amener une mule à la guerre sans amener de cheval.

48 M-Cl. GERBET, La noblesse dans le royaume de Castille. Étude sur ses structures sociales en Extrémadure (1454-1516), Paris, Publications de la Sorbonne, 1979, p. 126.

49 «Una ciudad castellana en la segunda mitad del siglo XIV: el ejemplo de Murcia», Cuadernos de Historia, 3 (1969), p. 225.

50 Les villes aussi se voulaient nobles, se qualifiaient de «trés nobles» et se dotaient d’armoiries, A. RUCQUOI, «Des villes nobles pour le roi», Realidad e imágenes del poder. España a fines de la Edad Media, dir A. RUCQUOI, Valladolid, Ámbito, 1988, pp. 195-214.

51 AMM, AC, LO, 18 juillet 1376.

52 Voir I. GARCÍA DÍAZ, «La política caballeresca de Alfonso XI», Miscelánea Medieval Murciana, II (1984), pp. 117-133.

53 La première mention d’un tel livre dans les registres de délibérations de la ville date du 13 novembre 1406, la seconde du 11 février 1409, mais aucun des deux n’a été conservé, pas même sous forme de fragments.

54 Sur l’évolution du système politique murcien, Ma. de los Llanos MARTÍNEZ CARRILLO, Revolución urbana y autoridad monárquica..., et D. MENJOT, Murcie castillane. Une ville au temps de la frontière…, chapitre XII.

55 Comme «honorables hommes» dans les villes françaises, B. CHEVALIER, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982, p. 66 ou «ciutadans honrats» à Barcelone, J. S AMELANG, Honored citizens of Barcelona: patrician culture and class relations, 1490-1714, s. l., Princeton University Press, 1986.

56 D. MENJOT, «La classe dominante des villes de l’Occident méditerranéen au seuil de la modernité», 1490: en el umbral de la modernidad. El Mediterráneo europeo y las ciudades en el tránsito de los siglos XV-XVI, dirs. J. HINOJOSA MONTALVO y J. PRADELLS NADAL, Valence, Consell Valencià de Cultura, Generalitat Valenciana, 1994, pp. 181-203.

57 Murcie ne fait pas exception, il en est de même dans les autres villes de Castille comme, par exemple Cordoue, M. CABRERA SÁNCHEZ, Nobleza, oligarquía y poder en Córdoba al final de la Edad Media, Cordoue, Cajasur, Monte de piedad y caja de ahorros de Córdoba, 1998 ou Cuenca, J. A. JARA FUENTE, Concejo, poder y élites. La clase dominante de Cuenca en el siglo XV, Madrid, CSIC, 2000.

© Publicações do Cidehus, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search