Version classiqueVersion mobile

Entangled peripheries. New contributions to the history of Portugal and Morocco

Facts, histories, fictions

Regards portugais sur le Maroc au moment de la conquête de Ceuta (1415)

Jean-Pierre Molénat

Résumé

Parmi les nombreux travaux consacrés à la conquête de Ceuta, première étape de l'expansion portugaise en dehors de la péninsule Ibérique, il en est bien peu, sinon aucun, pour s'interroger sur le regard porté par les hommes qui ont effectivement participé dans l’expédition, tant sur la ville, comme sur le pays situé au-delà du Détroit de Gibraltar. On tentera ici de rechercher ce regard, tel qu'il apparaît dans la Crónica da Tomada de Ceuta, de Gomes Eanes de Zurara, malgré le décalage chronologique qui sépare la composition de cette chronique, au milieu du XVe siècle, de l'événement qui s'y trouve rapporté. Avant ça, on examinera la question de s'il est loisible de parler de « Maroc » en ces premières années du XVe siècle, et dans quelle mesure la ville de « Sabta », en constituait une partie intégrante.

Texte intégral

Introduction

  • 1 On citera en particulier le livre de Luís Miguel Duarte, Ceuta, 1415 (Lisboa: Livros Horizonte, 201 (...)

1C'est un fait qui peut paraître a priori assez étonnant que de constater que, parmi les nombreux travaux consacrés à la conquête de Ceuta, première étape de l'expansion portugaise en dehors de la péninsule Ibérique, lesquels se sont vus récemment multipliés à l'occasion du sixième centenaire de cet événement fondateur,1 il en est bien peu, sinon aucun, pour s'interroger sur le regard porté par les Portugais sur le pays situé au-delà du Détroit de Gibraltar, et sur ses habitants, au moment où il se produisit.

  • 2 Nous utiliserons de préférence, pour des raisons de meilleure lisibilité, la version donnée, avec i (...)
  • 3 Livro da guerra de Ceuta, escrito por Mestre Mateus de Pisano em 1460, publicado por Ordem da Acade (...)

2On tentera ici de rechercher ce regard, tel qu'il apparaît dans la Crónica da Tomada de Ceuta, de Gomes Eanes de Zurara, malgré le décalage chronologique qui sépare la composition de cette chronique, au milieu du XVe siècle, de l'événement qui s'y trouve rapporté.2 On n'utilisera guère l'autre œuvre consacrée à la conquête de Ceuta, à peine postérieure à la première, celle de Mateo Pisano, Livro da guerra de Ceuta, dans la mesure où elle ne fait guère que traduire en latin, à destination du public européen, la chronique de Zurara déjà mentionnée.3

Questions préliminaires autour du « Maroc » et de « Sabta »

3Mais le premier problème qui va se poser à nous, avant d'examiner le regard des Portugais sur le Maroc, et sur Ceuta en particulier, sera de savoir s'il est loisible de parler de « Maroc » en ces premières années du XVe siècle, et dans quelle mesure la ville de « Sabta », puisque tel est son nom encore à cette date, en arabe, en constitue une partie intégrante. Il est clair que pour l'historiographie officielle, ou dominante, dans le royaume chérifien d'aujourd'hui, la réponse à cette double question ne saurait être que positive. Mais nous devons nous tenir en garde contre les évidences trop simples. Nous ne savons que trop bien combien il est trompeur que parler d’« Espagne » ou de «France» pour des périodes distantes des réalités contemporaines. L'« Espagne éternelle », comme la «France éternelle», sont des mythes qui ne servent qu'une politique réactionnaire et revancharde, "chauviniste" en un mot. Heureusement, de nos jours, les expressions « Espagne musulmane » ou « Espagne islamique » se trouvent abandonnées par tous les historiens sérieux qui y consacrent leur intérêt, et elles suffisent à disqualifier, à nos yeux, tout auteur que persiste à vouloir les utiliser. De même, on ne trouve guère employée des formules telles que « France mérovingienne » ou « France carolingienne », malgré l'absence d'une désignation aussi univoque qu'« al-Andalus » pour les périodes concernées, la « Gaule », comme « Hispania» faisant plutôt référence à la période de l'Antiquité, même prolongée pour le «royaume visigothique de Tolède». Où l'on notera cependant l'emploi du nom de la capitale, Tolède, pour éviter un terme géographique ambigu ou trop périphrastique. Le cas portugais est différent, étant donné l'évident acte de naissance constitué par l'apparition du royaume d'Afonso Henriques, la séparation d'avec le León-Castille, et l'avance de la conquête au dépens du Ġarb al-Andalus.

  • 4 Nous sommes redevables de cette observation à Yassir Benhima, dans une communication présentée au s (...)

4Il ne fait guère de doute, à notre sens, que pour les périodes antérieures aux derniers siècles médiévaux, soit les XIVe et XVe siècles, il est aussi fallacieux d'employer le nom du « Maroc » pour les terres situées aux extrémités occidentales du domaine de l'islam, et au sud du Détroit de Gibraltar. On sait d'ailleurs que ce nom n'est utilisé de nos jours que dans les langues européennes (français, anglais, espagnol, portugais…), étant formé par déformation de celui d'une des capitales traditionnelles de cet État, Marrakech (en arabe littéral « Marrākuš », qui est d'ailleurs également le nom appliqué au pays dans les pays arabes du Machrek). Pendant longtemps le nom d’« al-Maġrib » (le [pays du] Couchant), sous lequel se désigne lui-même l'actuel État marocain, a été attribué à toutes les terres islamisées situées à l'Ouest de l'Égypte, non seulement africaines, mais également européennes, avec « al-Andalus », soit la partie islamique de la péninsule Ibérique. Pour distinguer ces terres de l'extrémité occidentales du Nord de l'Afrique, il fallait recourir à la périphrase « al-Maġrib al-aqṣā », soit le Magreb-Extrême, expression encore utilisée par les historiens français de l'époque coloniale, mais qui n'a plus guère cours, sauf exceptions, aujourd'hui. Il semble bien que ce fut seulement à l'époque de la dynastie mérinide (fin XIIIe-fin XVe siècle) que se diffusa l'emploi du terme « al-Maġrib » seul pour désigner ce que l'on appelait auparavant « al-Maġrib al-aqṣā » (traduit en français, à l'époque coloniale, par le "Maghreb Extrême"), correspondant à l'actuel Maroc, en arabe « Mamlakat al-Maġrib ».4

  • 5 Miguel Ángel Manzano Rodríguez, “Tremecén: Precisiones y problemas de un largo asedio (698-706/1299 (...)

5Précisément, à l'époque mérinide, le Maroc présente pour la première fois une unité et une identité inconnues auparavant, que ce fût dans l'éparpillement des dynasties Idrissides (VIIIe-Xe siècles), ou, au contraire, dans la vaste étendue des deux empires, almoravide puis almohade, installés à la fois sur les deux rives de la Méditerranée, et régnant notamment sur une bonne partie de la péninsule Ibérique, soit la part alors subsistante d'al-Andalus, pour ne pas parler du «Maghreb central» (actuelle Algérie) et de l'Ifrīqiya (la Tunisie et le Constantinois), cette dernière au moins pour les Almohades. Les Mérinides au contraire, à la différence de leurs prédécesseurs immédiats, ne dépassèrent jamais sérieusement et durablement vers l'Est la limite marquée par la vallée de la Moulouya, en dépit des efforts déployés par eux dans cette direction. Nous n'avons certes garde de n'oublier ni les deux expéditions menées par Abū l-Ḥasan ‘Alī puis par son fils Abū ‘Inān Fāris jusqu'en Ifrīqiya dans les années centrales du XIVe siècle et qui l'une et l'autre aboutirent finalement à des échecs, non plus que, d'une manière plus limitée, les tentatives réitérées des sultans mérinides pour mettre la main sur Tlemcen et la ravir aux Banū ‘Abd al-Wadd avec deux sièges, en 1299-13075, et 1334-1337, ce dernier étant suivi d’un quart de siècle d'occupation mérinide de la ville, sauf un intermède Abdalwadide en 1348-1352. On n'oubliera pas non plus les interventions mérinides dans la péninsule Ibérique, en appui, ou au dépens, du sultanat de Granada, dernier bastion de l'Islam au Nord du Détroit, interventions terminées par la défaite subie par les Banū Marīn devant les royaumes chrétiens ibériques coalisés, avec notamment la participation portugaise, à la bataille du Río Salado, en 1340.

  • 6 Halima Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse dans l'intervention hafside à Sabta », dans Le Ma (...)
  • 7 Mohamed Chérif, Ceuta aux époques almohade et mérinide (Paris : L'Harmattan, 1996), retrace, aux pa (...)

6Mais on peut s'interroger sur la question de savoir dans quelle mesure Ceuta, avant 1415, constituait effectivement une partie intégrante d'un «Maroc mérinide», les XIIIe et XIVe siècles étant caractérisés, pour ce qui concerne la cité du Détroit, par l'alternance entre les époques de dépendance envers le « royaume de Fès » , soit le Maroc mérinide, et celles d'indépendance, sous la dynastie Azafide, voire de brèves période d’une domination hafside6 ou grenadine.7 On ne verra évidemment pas dans cette observation une quelconque remise en question de l'appartenance de Sabta antérieurement à la date de 1415 au monde de l'Islam de l'Extrême-Occident, puisque Granada elle-même, bien que située sur la rive septentrionale du Détroit, lui appartient encore pleinement pour toute la durée du dernier siècle médiéval, jusqu'à sa chute en 1492. Mais précisément Sabta, avant la conquête portugaise, apparaît, à bien des égards, plus proche du sultanat naṣride que des villes de l'intérieur de l'actuel Maroc, même si l'on met à part les périodes de domination grenadine.

Regards portugais sur Ceuta

7Il est clair que la première chose que les conquérants portugais de 1415 considèrent à Ceuta au moment de la prise de la ville est la richesse de celle-ci, ainsi que l'exprime crûment la chronique. Ainsi le chapitre 87 de la Crónica de Zurara (“Como o autor declara o tempo em que a cidade fui tomada e quais eram os trabalhos dos homens naquela noute”) décrit le pillage auquel la ville fut soumise après sa capture, le 21 août [1415], soulignant l'avidité (a cobiça) des conquérants. Après avoir mentionné les contingents placés aux portes pour garder la ville, le chroniqueur ajoute que ceux qui se trouvaient à l'intérieur n'avaient d'autre souci que de se livrer au pillage (E as outras companhas, que jaziam pela cidade, não tinham maior cuidado de outra cousa que de apanharem o esbulho), à tel point qu'ils en vinrent à regretter les dégâts commis au premier moment, notamment dans les magasins des marchands, en répandant au sol les épices:

  • 8 « Ils en vinrent déjà alors à regretter les dégâts causés à beaucoup de choses précieuses, leur avi (...)

Cá então começavam de arrepender do dano que fizeram em muitas cousas de grande valia, cuja cobiça lhes, ao depois, trazia grande arrependimento, porque muitos, que se acertaram primeiramente naquelas lojas dos mercadores que estavam na rua direita, assim como entravam pelas portas, sem nenhuma temperança nem reguardo, davam com suas fachas nos sacos das especiarias e esfarrapam-nos todos, de guisa que tudo lançavam por o chão8.

8Parmi ces épices foulées aux pieds sans profit sont mentionnées les morceaux de cannelle et les grains de poivre :

  • 9 « L’avidité de cette perte-là les emmenait ensuite à marcher dans les rues pour ramasser les morcea (...)

a cobiça daquela perda os sojugava ao depois de andarem pelas ruas, apanhando os pedaços de canela e grãos de pimenta, menos preçando todo trabalho e fadiga que lhe sobre isso vinha9.

9Le plus intéressant de ce passage réside non pas dans la description en elle-même du pillage auquel est soumise la ville conquise, en soi assez banale, mais dans la mention des sacs d'épices, répandus sur le sol et éventrés. Car ces épices renvoient à deux faits importants dans l'histoire qui nous occupe. D'une part, il y a le rôle de la Sabta islamique comme place commerciale, située à l'extrémité de la route par laquelle parvenaient jusqu'à l'Occident les précieuses épices convoitées par les consommateurs européens de la fin du Moyen Âge. Et d'autre part, le fait que Ceuta, une fois conquise, va constituer le premier jalon de la route par laquelle les Portugais, longeant les côtes de l'Afrique occidentale, vont partir à la recherche de l'Inde, le pays d'origine des susdites épices.

  • 10 Zurara, Crónica da tomada, chap. VIII: “Como el-Rei tinha vontade de fazer grandes festas en Lisboa (...)

10Nous ne nous attarderons pas ici à examiner en détail les différentes théories qui ont visé à expliquer le choix de Ceuta comme but de la première expédition extra-européenne de la monarchie portugaise – certaines des quelles seront aussi mentionnées dans le chapitre 5 de ce volume par le professeur Youssef Akmir – et qui ne s'excluent naturellement pas l'une de l'autre. Il y a, d’une part, le désir de João Ier d'armer chevalier son fils sur le champ de bataille,10 et le besoin ressenti par la noblesse portugaise d'un champ d'expansion militaire pour justifier et assurer sa survie, dans le contexte bas-médiéval d'un développement de nouvelles couches sociales. Mais cela ne dit pas : pourquoi Ceuta ?

  • 11 Luís Filipe Oliveira, “La conquête de Ceuta et le chemin de Jérusalem, article à paraître, aimable (...)
  • 12 Steven Runciman, Histoire des Croisades (Paris : Taillander, 2006), 879 et suivantes pour la batail (...)

11Il y a aussi le projet d'une croisade qui mènerait jusqu'à la Terre Sainte, et Jérusalem en particulier, dans le prolongement de la prétendue reconquista.11 Mais le chemin à parcourir par la voie de terre, le long des côtes septentrionales de l'Afrique aurait été bien long, et semé d'une quantité d'obstacles que les croisades antérieures s'étaient révélées impuissantes à franchir. On pensera en particulier aux tentatives échouées de Louis IX en Égypte en 1250 et devant Tunis en 1270, où le saint souverain des Français n'avait pu rencontrer que la captivité et la mort.12

12On a invoqué encore parmi les motifs de la conquête la recherche sur le terrain du Maghreb-Extrême des ressources frumentaires que le sol portugais, dans sa pauvreté, ne pouvait assurer à lui seul. Mais, à l'évidence, Ceuta n'était pas le lieu approprié pour commencer une pareille entreprise, séparée comme l'était la ville des plaines atlantiques, propices à la production céréalière, par les âpres montagnes du Rif, peuplées comme elles l'étaient par des tribus parmi les plus belliqueuses de la région, comme la suite de l'histoire le démontrerait et comme il pouvait être déjà connu par les récits de captifs ultérieurement libérés contre rachat.

13Tout ramène en fait à la situation de Ceuta, isolée, au moins du point de vue géographique, du "Maroc" intérieur, et constituant en même temps un riche emporion et une proie relativement aisée à saisir. C'est une autre chose que de relever que, la ville une fois conquise, sa défense amènerait nécessairement à élargir le champ des interventions en de coûteuses campagnes, pour certaines désastreuses, comme en témoignera l'échec devant Tanger, en 1437, et la capture de l'Infant D. Fernando, o Infante Santo.

14Il semblerait que l'on puisse trouver également dans la chronique de Gomes Eanes de Zurara des passages où le coup d'œil que portent les sujets de João Ier sur Ceuta, et le "Maroc" en général, n'est pas seulement celui qui envisage les richesses dont ils veulent s'approprier, ou même les territoires à subjuguer, mais qui prennent en compte les hommes qui détiennent jusque-là ces richesses ou qui peuplent ces territoires. On verra ainsi, par exemple, le chapitre 58, où l'auteur détaille les désaccords qui survinrent entre les musulmans de la ville et autres événements survenus à l'intérieur de celle-ci durant les mois qui précédèrent la conquête (“Como o autor fala nas grandes divisões que havia entre os mouros da cidade e das cousas que aconteceram no outro ano passado”), mais aussi après que le navires portugais eurent jeté l'ancre devant ville (“toda a maior murmuração que havia entre os mouros depois que as galés primeiramente lançaram âncoras davante a cidade”). Il situe le commencement de ces désaccords au mois de mars [1415], correspondant au ramadan des musulmans, commencé, d'après lui, le 27 février (“E diremos, primeiramente o que aconteceu naquele Março passado, em que eles tiveram o seu Ramadão o qual se começara a XXVII dias de Fevereiro”).

  • 13 L'éditeur, Reis Brasil, met une note (n° 3257), qui glose cette phrase par “ficaram nas sombra três (...)
  • 14 Pour Montpellier, la mention de l'éclipse du soleil et de la lune est fournie par le Petit Thalamus(...)

15Malheureusement ces équivalences de dates ne concordent de pas, et de loin, puisque nous trouvons que le 27 février 1415 correspondait au 17 ū l-ḥiǧǧa 817 H., le 1er ramadan 817 H. au 14 novembre 1414 et le 1er ramadan 818 H. au 4 novembre 1415. Le chroniqueur ajoute que durant ce mois de ramadan, il se produisit une éclipse partielle de lune (“Ora foi assim que, naquele Ramadão que já dissemos, foram três partes lua criz13). On peut se poser la question de savoir s'il s'agit de la même éclipse partielle de lune dont on possède la notice pour une partie de l'Europe, notamment en Pologne, en Suisse et à Montpellier,14 le 7 juin 1415, soit le 28 Rabī‘al-awwal 818 H.? Et, dans cette hypothèse également, il n'y a pas concordance quant à la date. On en retiendra seulement que, à défaut de disposer d'une information exacte, le chroniqueur prétendait pourtant l'avoir obtenue, et fournissait des détails. Nous sommes dans l'ignorance quant à la manière, et à partir de quelles sources, il avait recueilli des informations aussi peu assurées.

16Quelle information pouvaient donc avoir les Portugais, concernant la ville de Ceuta et ses habitants, et plus généralement son arrière-pays, avant qu'ils n'aient réalisé leur première conquête en terre africaine, et comme préalable à celle-ci ? L'inspecteur des finances royales (vedor da fazenda de el-Rei), João Afonso, qui le premier conseilla au roi, par l'intermédiaire des infants, d'entreprendre cette conquête le dit très explicitement, au chapitre 9 :

  • 15 Zurara, Crónica da tomada, chap. IX, “Como João Afonso, vedor da fazenda, falou aos Infantes na cid (...)

a cidade de Ceuta que é em terra de África, que é uma mui notável cidade e mui azada para se tomar. E isto sei eu, principalmente por um meu criado que lá mandei tirar alguns cativos de que tinha encargo. Elle me contou como é uma mui grande cidade rica e mui formosa e como de todas as partes a cerca o mar afora uma mui pequena parte por que hão saída para terra.15

  • 16 Maria Filomena Lopes de Barros, Tempos e espaços de mouros. A minoria muçulmana no Reino Português (...)

17La source d'information est très claire. Il ne s'agit pas par exemple de marchands qui auraient effectué des allées-et-venues pour les besoins de leurs affaires entre les deux rives du Détroit de Gibraltar, y compris des commerçants musulmans "mudéjars" portugais, puisque nous savons qu'il en existait, autorisés à l'occasion par leur souverain portugais, à aller de l'autre côté du Détroit, pour les nécessités de leurs affaires.16 On peut d'ailleurs s'interroger sur la question de savoir si ces mouros "portugais" auraient bien eu le désir d'informer les autorités chrétiennes du pays auquel nolens volens ils devaient finalement rentrer, des réalités des contrées de leurs coreligionnaires.

  • 17 Sur la piraterie en Méditerranée, le rachat des captifs qui en résultaient, et où la Sabta musulman (...)
  • 18 Le 20 avril 1442, le régent D. Pedro, au nom du roi Afonso V, nomme l'alcaide Miguel alfaqueque moo (...)
  • 19 Du point de vue chrétien et castillan, Juan Torres Fontes, “Los alfaqueques castellanos en la front (...)

18Toujours est-il que c'était par d'autres voyageurs "transfrontaliers" que le vedor da fazenda avait été informé de certaines réalités de la cité du Détroit. Tout d'abord par les captifs qui avaient séjourné, bien contre leur volonté, sur la rive méridionale du Détroit de Gibraltar.17 Et ensuite, et surtout, par les émissaires envoyés là-bas pour procéder au rachat, ou à l'échange, de ces captifs, les officiers dénommés alfaqueques, qui sont bien connus. Le mot, calque fidèle de l'arabe al-fakkāk (celui dont la profession est de procéder au rachat), existe aussi bien en portugais qu'en castillan, pour désigner ces intermédiaires indispensables dans le contexte du continuel trafic de la force de travail humaine, pratiqué de manière réciproque par les deux bords campés de chaque côté du Détroit,18 avant comme après la prise de Ceuta, comme en un autre secteur de la frontière entre chrétiens ibériques et musulmans, de chaque côté de la limite séparant l'Andalousie ou la Murcie castillanes du sultanat de Granada encore indépendant.19 Cependant, Zurara, ou plutôt le fonctionnaire des finances royales portugaises qu'il fait parler ici, n'emploie pas ce terme d'alfaqueque, peut-être par un souci de beau langage, évitant un terme directement emprunté à la langue des mouros, et trop chargé d'un signification technique et juridique, peut-être aussi parce que João Afonso, comme il l'exprime, n'a pas eu recours aux personnages chargés de manière institutionnelle de la tâche du rachat des captifs, mais a préféré envoyer un serviteur à lui (um meu criado), spécialement pour s'occuper de certains captifs qui lui importaient particulièrement (alguns cativos de que tinha encargo).

  • 20 Halima Ferhat, d'un point de vue marocain, souligne à la fois la vulnérabilité de Sabta du côté de (...)

19Quelles informations le vedor da fazenda a-t-il obtenues de ses émissaires envoyés pour le rachat des captifs, qui constituaient, peut-on penser, en quelque sorte des espions détachés sur le territoire ennemi ? Elles tiennent en vérité en peu de choses, occupant à peine quelques ligne de la chronique, et se résumant en deux points seulement. D'une part, Ceuta est une grande et très belle ville, ce qui sous-entend qu'il y a là beaucoup de richesses à prendre, et que sa conquête constituera l'occasion d'un grand enrichissement. D'autre part, il mentionne la disposition de la ville, entourée par la mer de presque tous les côtés, à l'exception d'un isthme assurant la communication avec la terre-ferme. Par conséquent, devons-nous comprendre, la cité sera facile à attaquer par les forces portugaises venues par voie de mer20 et qui auront toute facilité pour débarquer, bien qu'il apparaisse par d'autres passages (chapitre 70) qu'il 'y avait bien une muraille de la ville, et des portes, peut-on penser du côté de la mer (Como Cala-ben-Cala estava muito anojado vendo como a determinação de el-rei, de todo era de filhar terra ante os muros de sua cidade», «quando a frota parecera davante os muros da sua cidade”).

  • 21 Joaquín Vallvé Bermejo, “Ijtisār al-Ajbār. Descripción de Ceuta musulmana en el siglo XV por al-Anṣ (...)
  • 22 Vallvé, “Descripción de Ceuta musulmana”, note 99b, cite la description de l'enceinte de Ceuta four (...)
  • 23 Édition et traduction par Reinhart Dozy, Michael Jan Goeje, Description de l'Afrique et de l'Espagn (...)
  • 24 Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār [L'Afrique moins l'Égypte] traduction partielle par Gaudefroy- (...)
  • 25 Kitāb al-istibṣār fī a‘jā’ib al-Amṣār. Description de la Mekke et de Médine, de l'Égypte et de l'Af (...)

20D'ailleurs les portes de la ville, au nombre de cinquante, et sa ou ses murailles sont mentionnée dans la description, combien plus complète, de celle-ci, donnée par al-Anṣārī, de manière nostalgique et rétrospective, après la conquête portugaise,21 et avant lui par les géographes musulmans depuis le XIe siècle au moins, à commencer par Abū ‘Ubayd al-Bakrī, qui en attribue la construction au premier calife omeyyade de Córdoba, ‘Abd al-Raḥmān (III) al-Nāṣir.22 La muraille de Sabta est également mentionnée par al-Idrīsī23 pour qui elle a été construite, par Almanzor, et qui la situe sur le plateau couronnant le Ǧabal l-Mūsā, où le āǧib voulait transférer la ville. Al-‘Umarī la mentionne encore, au XIVe siècle, tout en paraissant indiquer qu'elle n'entourait que le "faubourg" de la ville.24 Au XIIe siècle, le ou les auteurs anonyme(s) du Kitāb al-istibār fī ‘aǧā’ib al-amār mentionnai(ent) les nombreuses portes de Sabta donnant du côté de la mer (wa-la-hā min ǧihat al-bar abwār kaīra)25, ce qui suppose évidemment une muraille, avec la double fonction d'assurer, en même temps que de permettre l'accès à l'intérieur de la ville, d'empêcher cet accès à l'assaillant en cas d'attaque.

  • 26 Maria Teresa Brocado, ed., Crónica do Conde D. Pedro de Meneses (Lisboa: FCG-JNICT, 1997) et Larry (...)

21Il est clair que João Afonso ne parle pas aux infants de la muraille de Ceuta, parce qu'il veut fournir les arguments tendant à prouver que la prise de la ville sera non seulement fructueuse, mais également aisée, et qu'il omet au contraire l'existence de la muraille, celle-ci constituant un obstacle dont le franchissement présentera probablement une certaine difficulté. De même, il ne dit rien sur l'arrière-pays de Ceuta, dont la pénétration s'avèrera, une fois la ville conquise, pleine d'embuches, avec une population dont l'agressivité menacera à maintes reprises la première tête-de-pont désormais établie par les Portugais sur la côte africaine, ainsi que le rapportent les autres chroniques que Zurara a consacrées au Nord de l'Afrique, avec notamment le grand siège subi par la place en 1418 ou 1419.26 Mais cela João Afonso ne pouvait vraisemblablement pas le prévoir. Il pouvait seulement avoir confiance dans ce que serait, une fois que la ville aurait été prise par les sujets de João Ier, sa défense, qui resterait assurée par l'étroitesse de la langue de terre la reliant au continent. Et c'est là que réside pour lui, pour les infants et le souverain, et pour les Portugais en général, l'intérêt de la notice qu'il fournit sur l'étroitesse de l'isthme.

Conclusion

22On dira donc, en conclusion, que le regard que les Portugais portaient sur le Maroc, et spécialement sur Ceuta, au moment de la conquête de cette ville, paraît exclusivement dirigé vers l'appropriation des richesses qu'ils pourraient y saisir, et vers les conditions, notamment géographiques, permettant de la mener à bien et de la maintenir. Autre chose est le fait que cette conquête fut le premier pas de la démarche qui allait conduire les Portugais aux extrémités du monde.

Bibliographie

Sources et bibliographie

Anonyme, Kitāb Nuzhat al-muštāq fī iḫtirāq al-āfāq. Beyrouth : ‘Ālam al-Kutub, 1409 H/1989. [Reproduisant l'édition italienne de 1972-1973]

Barros, Maria Filomena Lopes de, Tempos e espaços de mouros. A minoria muçulmana no Reino Português. Lisboa: Fundação Calouste Gulbenkian-Fundação para a Ciência e a Tecnologia, 2007.

Bresc, Henri, Nef, Annliese, Idrîsî. La première géographie de l'Occident, traduction du chevalier Jaubert. Paris : Flammarion, 1999.

Brocado, Maria Teresa, ed., Crónica do Conde D. Pedro de Meneses. Lisboa: FCG-JNICT, 1997.

Ceuta e a expansão portuguesa. XIV Simpósio de História Marítima, 10 a 12 de novembro de 2015. Lisboa: Académia de Marinha, 2016.

Chérif, Mohamed, Ceuta aux époques almohade et mérinide. Paris : L'Harmattan, 1996.

Dozy, Reinhart, Goeje, Michael Jan, Description de l'Afrique et de l'Espagne. Leyde : Brill, 1866.

Duarte, Luís Miguel, Ceuta, 1415. Lisboa: Livros Horizonte, 2015.

Eanes de Zurara, Gomes, Crónica da Tomada de Ceuta. Ed. de Reis Brasil. Lisboa: Publicações Europa-América, 1992.

Eanes de Zurara, Gomes, Crónica da Tomada de Ceuta. Ed. de Francisco Maria Esteves Pereira. Lisboa: Academia das Sciências, 1915.

Fagnan, Edmond, Extraits inédits relatifs au Maghreb (Géographie et histoire). Alger : Jules Carbonel, 1924.

Ferhat, Halima, « Le rôle de la minorité andalouse dans l'intervention hafside à Sabta, » dans Le Maghreb au XIIe et XIIIe siècles. Les siècles de la foi. Casablanca : Wallada, 1993, 143-158.

Fernandes, Adriano ed., Crónica do Conde D. Duarte de Meneses. Vila-Real: Universidade de Trás-os-Montes e Alto Douro, 2007.

King, Larry, ed., Crónica do Conde D. Duarte de Meneses. Lisboa: Universidade Nova de Lisboa, 1978.

Kitāb al-istibṣār fī a‘jā’ib al-Amṣār. Description de la Mekke et de Médine, de l'Égypte et de l'Afrique septentrionale par un écrivain marocain du VIe siècle de l'Hégire (XIIe siècle J. C.), texte arabe annoté, publié avec une traduction de la partie relative aux Lieux Saints et à l'Égypte, par Saad Zaghloul Abdel-Hamid. Alexandrie : Université d'Alexandrie, 1958. 

Le Petit Thalamus de Montpellier. Montpellier : La Société Archéologique de Montpellier, 1841.

Lévi-Provençal, Évariste, « Une description musulmane de la ville de Ceuta musulmane au XVe siècle, l'Iḫtiṣār al-aḫbār…publié et traduit, avec une introduction, des notes et un glossaire, » Hespéris 12 (1931) : 145-176.

Manzano Rodríguez, Miguel Ángel. “Tremecén: Precisiones y problemas de un largo asedio (698-706/1299-1307),” Al-Qanṭara, 14, 2 (1993): 417-439.

Marques, João Martins da Silva, Descobrimentos Portugueses. Documentos para a sua História. Lisboa: Instituto de Alta Cultura, 1956.

Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār [L'Afrique moins l'Égypte], traduction partielle par Gaudefroy-Demonbynes. Paris : Geuthner, 1927. 

Monumenta Henricina. Coimbra: CECCMIH, 1965.

Nader, Ali (ou Muḥammad Nāḍir), Ransoming prisoners in the Islamic West between the 4th and 11th [century],” Annales d’Histoire (Université d'Alger 1), 1435-1436 H/2014-2015.

Pauphilet, Albert, Historiens et Chroniqueurs du Moyen Âge. Paris : Bibliothèque de la Pléiade, 1932 ; nouvelle édition, 1986.

Pisano, Mateus de, Livro da guerra de Ceuta, escrito por Mestre Mateus de Pisano em 1460, publicado por Ordem da Academia das Sciências de Lisboa e vertido em português por Roberto Corrêa Pinto. Lisboa: Academia das Sciências, 1915.

Richard, Jean, Histoire des Croisades. Paris : Fayard, 1996.

Runciman, Steven, Histoire des Croisades. Paris : Taillander, 2006.

Slane, Mac Guckin de, Description de l'Afrique septentrionale. Alger : Jourdan, 1913 ; revue et corrigée, Paris : Maisonneuve, 1965.

Terrasse, Henri, « Un vestige des fortifications omeyyades de Ceuta, » Al-Andalus 27, 1 (1962) : 244-246.

Torres Fontes, Juan. “Los alfaqueques castellanos en la frontera de Granada,” dans Homenaje a Don Agustín Millares Carlo. Gran Canaria: Confederación Española de Cajas de Ahorros, 1975, vol. 1, 99-116.

Torres Fontes, Juan, “Notas sobre los fieles del rastro y alfaqueques murcianos,” Miscelánea de Estudios Árabes y Hebraicos, 10 (1961): 89-106.

Turkî, 'Abd al-Majîd, « La physionomie monumentale de Ceuta. Un hommage nostalgique à la ville par un de ses fils, Muhammad b. Qāsim al-Anṣārī (traduction annotée de son Ikhtiṣār al-akhbār), » Hespéris 20-21 (1982-83) : 113-162.

Valerian, Dominique, « Les captifs et la piraterie : une réponse à une conjoncture déprimée ? Le cas du Maghreb aux XIVe et XV siècles, » dans Fabienne P. Guillén et Salah Trabelsi (éds.), Les esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques. Madrid : Casa de Velázquez, 2012, 119-130.

Valerian, Dominique, « Le rachat des captifs dans les traités de paix de la fin du Moyen Âge. Entre diplomatie et enjeux économiques, » Hypothèses, 9 (2006) : 343-358.

Valerian, Dominique, « La course maghrébine à la fin du Moyen Âge : une forme maritime du djihad ?», dans La frontière méditerranénne au XVIIe siècle : Échanges, circulations et affrontements. Turnhout : Brepols, 2014.

Valerian, Dominique, « La mer source de profits. La piraterie », dans Bougie, port maghrébin, 1067-1510. Rome : École française de Rome, 2006, 421-496.

Vallvé Bermejo, Joaquín, “Ijtisār al-Ajbār. Descripción de Ceuta musulmana en el siglo XV por al-Anṣārī,” Al-Andalus 27, 2 (1962): 398-432.

Van Leeuwen, A. P., Ferré, A., Kitāb al-masālik wa-l-mamālik d'Abū ‘Ubayd al-Bakrī. Tunis-Beyrouth : Dār al-Ġarb al-Islāmī, 1992.

Vidal Castro, Francisco, « Le rachat de captifs musulmans en al-Andalus (VIIIe-XVe siècle). Théorie et pratique du droit et des institutions islamiques, » Hypothèses, 10 (2007) : 313-323.

Notes

1 On citera en particulier le livre de Luís Miguel Duarte, Ceuta, 1415 (Lisboa: Livros Horizonte, 2015), et le colloque Ceuta e a expansão portuguesa. XIV Simpósio de História Marítima, 10 a 12 de novembro de 2015 (Lisboa: Académia de Marinha, 2016). On reste dans l'attente de la publication des actes du colloque hispano-portugais, VIII Jornadas Hispano-Portuguesas de História Medieval, Ceuta 1415-2015, tenu à Lisbonne, les 3 et 4 décembre 2015.

2 Nous utiliserons de préférence, pour des raisons de meilleure lisibilité, la version donnée, avec introduction et notes, en graphie portugaise contemporaine, par Reis Brasil (Lisboa: Publicações Europa-América, 1992), plutôt que celle de Francisco Maria Esteves Pereira (Lisboa: Academia das Sciências, 1915), plus fidèle à l'orthographe du manuscrit.

3 Livro da guerra de Ceuta, escrito por Mestre Mateus de Pisano em 1460, publicado por Ordem da Academia das Sciências de Lisboa e vertido em português por Roberto Corrêa Pinto (Lisboa: Academia das Sciências, 1915).

4 Nous sommes redevables de cette observation à Yassir Benhima, dans une communication présentée au séminaire Histoire et archéologie de l'Occident islamique, tenu le 20 décembre 2017, au Colegio de España, dans la Cité Universitaire de Paris.

5 Miguel Ángel Manzano Rodríguez, “Tremecén: Precisiones y problemas de un largo asedio (698-706/1299-1307),” Al-Qanṭara 14, 2 (1993): 417-439.

6 Halima Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse dans l'intervention hafside à Sabta », dans Le Maghreb au XIIe et XIIIe siècles. Les siècles de la foi (Casablanca : Wallada, 1993), 143-158.

7 Mohamed Chérif, Ceuta aux époques almohade et mérinide (Paris : L'Harmattan, 1996), retrace, aux pages 31-72, l'alternance de ces différentes phases, durant lesquelles l'indépendance de la principauté azafide paraît bien l'emporter, au moins quant à la durée, sur la soumission à l'autorité mérinide, et certainement à l'emprise de la Granada naṣride.

8 « Ils en vinrent déjà alors à regretter les dégâts causés à beaucoup de choses précieuses, leur avidité les inspirant ensuite un grand regret, parce que beaucoup d’entre eux, qui se sont dirigés dès le début vers les magasins des marchands qui se trouvaient dans la rue droite, lorsqu’ils traversaient leurs portes, sans aucune tempérance et sans aucun souci, laissaient tomber leurs couteaux sur les sacs à épices et les ont tous éparpillés, en répandant tout au sol ». Traduction de l’éditeur.

9 « L’avidité de cette perte-là les emmenait ensuite à marcher dans les rues pour ramasser les morceaux de cannelle et les grains de poivre, en méprisant tout le travail et la fatigue que ça leur donnait ». Traduction de l’éditeur.

10 Zurara, Crónica da tomada, chap. VIII: “Como el-Rei tinha vontade de fazer grandes festas en Lisboa, para fazer seus filhos cavaleiros”, signale que la paix avec la Castille, signée au traité d'Ayllón en 1411, ne laissait plus la place à une telle cérémonie sur le terrain péninsulaire.

11 Luís Filipe Oliveira, “La conquête de Ceuta et le chemin de Jérusalem, article à paraître, aimablement communiqué par l'auteur. Celui-ci y souligne que le projet aurait nécessité la collaboration d'autres puissances européennes, tout en montrant qu'il existe des textes portugais contemporains ou presque de l'entreprise qui vont dans le même sens (Livro do Arauto, Chronique de 1419).

12 Steven Runciman, Histoire des Croisades (Paris : Taillander, 2006), 879 et suivantes pour la bataille d'al-Mansourah et la captivité de Louis IX, p. 901 pour le décès du roi devant Carthage. Jean Richard, Histoire des Croisades (Paris, Fayard, 1996), 358-361, 444-445. Les références originales sont évidemment à chercher dans l’Histoire de Saint Louis de Jean de Joinville, que l'on consultera maintenant dans l'édition d’Albert Pauphilet, Historiens et Chroniqueurs du Moyen Âge (Paris : Bibliothèque de la Pléiade, 1932 ; nouvelle édition, 1986).

13 L'éditeur, Reis Brasil, met une note (n° 3257), qui glose cette phrase par “ficaram nas sombra três partes da lua”. Le dictionnaire portugais-français de Domingos de Azevedo traduit le terme « cris », qualifié d'ancien, par « éclipsé, terrible, effrayant ».

14 Pour Montpellier, la mention de l'éclipse du soleil et de la lune est fournie par le Petit Thalamus, conservé aux archives de la ville : « Item lo divenres a VII jorns del mes de jun que era luna novela, ad una hora et mieja de jorn, fonc eclipsi del solhelh et de la luna. Et non fonc pas trop lonc ni trop escur : totas ves hom vezia claramen les estelas en lo cel », soit : « Le vendredi 7 juin où la lune était nouvelle, à une heure et demi de l'après-midi, il y eut une éclipse du soleil et de la lune. Cela ne dura pas trop longtemps et il ne fit pas trop obscur : néanmoins, on voyait distinctement les étoiles dans le ciel ». Le Petit Thalamus de Montpellier (Montpellier : La Société Archéologique de Montpellier, 1841). Suivant une autre traduction, il s'agissait d'une heure et demi du matin.

15 Zurara, Crónica da tomada, chap. IX, “Como João Afonso, vedor da fazenda, falou aos Infantes na cidade de Ceuta e como os Infantes falaraam a seu padre,” éd. Reis Brasil, 57-58. « […] la ville de Ceuta, qui est placée en terre d’Afrique, qui est une ville très remarquable et très difficile à prendre. Et ceci je le connais par un de mes serviteurs que j’ai envoyé là-bas pour libérer quelques captifs dont je devais me charger. Il m’a raconté qu’il s’agit d’une ville très riche et très jolie et que la mer l’entoure partout sauf par une très petite partie par laquelle il y a une sortie vers la terre ferme”. Traduction de l’éditeur.

16 Maria Filomena Lopes de Barros, Tempos e espaços de mouros. A minoria muçulmana no Reino Português (Lisboa: Fundação Calouste Gulbenkian-Fundação para a Ciência e a Tecnologia, 2007), 525. Notre communication à paraître : « Les relations des musulmans de Castille et du Portugal avec ceux de la Dār al-islām, du XIIIe au XVe siècle, » présentée au colloque Circulations mudéjares et morisques, ténu à Madrid, Casa de Velázquez, 9-10 octobre 2014.

17 Sur la piraterie en Méditerranée, le rachat des captifs qui en résultaient, et où la Sabta musulmane était impliquée, la bibliographie est abondante. On peut voir notamment Dominique Valérian, « Les captifs et la piraterie : une réponse à une conjoncture déprimée ? Le cas du Maghreb aux XIVe et XV siècles, » dans Fabienne P. Guillén et Salah Trabelsi (éds.), Les esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques (Madrid, Casa de Velázquez, 2012), 119-130 ; « Le rachat des captifs dans les traités de paix de la fin du Moyen Âge. Entre diplomatie et enjeux économiques, » Hypothèses, 9 (2006) : 343-358 ; « La course maghrébine à la fin du Moyen Âge : une forme maritime du djihad ?, » dans La frontière méditerranénne au XVIIe siècle : Échanges, circulations et affrontements (Turnhout : Brepols, 2014) ; « La mer source de profits. La piraterie », dans Bougie, port maghrébin, 1067-1510 (Rome : École française de Rome, 2006), 421-496.

18 Le 20 avril 1442, le régent D. Pedro, au nom du roi Afonso V, nomme l'alcaide Miguel alfaqueque moor dans la ville de Ceuta, comme l'avaient été ses prédécesseurs (“assy e pella guissa que o forom os dantell”). Arquivo Nacional Torre do Tombo (ANTT), Chancelaria de D. Afonso V, livro 23, f° 30, publié dans João Martins da Silva Marques, Descobrimentos Portugueses. Documentos para a sua História (Lisboa: Instituto de Alta Cultura, 1956), vol. 1: 415-415, et Monumenta Henricina (Coimbra: CECCMIH, 1965), vol. 7: 305.

19 Du point de vue chrétien et castillan, Juan Torres Fontes, “Los alfaqueques castellanos en la frontera de Granada,” dans Homenaje a Don Agustín Millares Carlo (Gran Canaria: Confederación Española de Cajas de Ahorros, 1975), vol. 1, 99-116; “Notas sobre los fieles del rastro y alfaqueques murcianos,” Miscelánea de Estudios Árabes y Hebraicos, 10 (1961): 89-106. Du point de vue du droit islamique, Francisco Vidal Castro, « Le rachat de captifs musulmans en al-Andalus (VIIIe-XVe siècle). Théorie et pratique du droit et des institutions islamiques », Hypothèses, 10 (2007) : 313-323. En arabe, Ali Nader (ou Muḥammad Nāḍir), “Ransoming prisoners in the Islamic West between the 4th and 11th [century],” Annales d’Histoire (Université d'Alger 1), 1435-1436 H/2014-2015.

20 Halima Ferhat, d'un point de vue marocain, souligne à la fois la vulnérabilité de Sabta du côté de la mer, et, au contraire, le fait qu'aucun siège terrestre n'avait réussi à la réduire, avant 1415 (Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse », 143).

21 Joaquín Vallvé Bermejo, “Ijtisār al-Ajbār. Descripción de Ceuta musulmana en el siglo XV por al-Anṣārī,” Al-Andalus 27, 2 (1962): 398-432, spécifiquement p. 430-432 pour ce qui concerne la muraille. Il existe plusieurs autres éditions et traductions de ce texte, notamment en français, 'Abd al-Majîd Turkî, « La physionomie monumentale de Ceuta. Un hommage nostalgique à la ville par un de ses fils, Muhammad b. Qāsim al-Anṣārī (traduction annotée de son Ikhtiṣār al-akhbār), » Hespéris 20-21 (1982-83) : 113-162, et Évariste Lévi-Provençal, « Une description musulmane de la ville de Ceuta musulmane au XVe siècle, l'Iḫtiṣār al-aḫbār…publié et traduit, avec une introduction, des notes et un glossaire, » Hespéris 12 (1931) : 145-176.

22 Vallvé, “Descripción de Ceuta musulmana”, note 99b, cite la description de l'enceinte de Ceuta fournie par al-Bakrī. On verra également l'édition-traduction d'al-Bakrī, dûe à Mac Guckin De Slane, Description de l'Afrique septentrionale (Alger : Jourdan, 1913 ; revue et corrigée, Paris : Maisonneuve, 1965), traduction p. 202 et suivantes ; texte, p. 103 ; et l'édition A. P. Van Leeuwen et A. Ferré, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik d'Abū ‘Ubayd al-Bakrī (Tunis-Beyrouth : Dār al-Ġarb al-Islāmī, 1992), vol. 2, n° 1307, 779. On trouve également, en appendice de l'article de Vallvé, p. 442-448, un texte d'Henri Terrasse, « Les monuments de Ceuta d'après la description d'al-Anṣārī », et du même auteur, « Un vestige des fortifications omeyyades de Ceuta, » Al-Andalus 27, 1 (1962) : 244-246.

23 Édition et traduction par Reinhart Dozy, Michael Jan Goeje, Description de l'Afrique et de l'Espagne (Leyde : Brill, 1866), texte p. 197, traduction p. 200 : « une muraille construite par ordre de Mohammed ibn Amir, lorsqu'il passa d'Espagne à Ceuta…la mort le surprit lorsqu'il venait d'en achever les murs ». Henri Bresc et Annliese Nef, Idrîsî. La première géographie de l'Occident, traduction du chevalier Jaubert (Paris : Flammarion, 1999), 248. Anonyme, Kitāb Nuzhat al-muštāq fī iḫtirāq al-āfāq (Beyrouth : ‘Ālam al-Kutub, 1409 H/1989) [reproduisant l'édition italienne de 1972-73], vol. 2, 528.

24 Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār [L'Afrique moins l'Égypte] traduction partielle par Gaudefroy-Demonbynes (Paris : Geuthner, 1927), 196 : « Elle [Ceuta] est défendue par de nombreuses tours et par de grandes murailles de roc qui l'entourent…Le faubourg est entouré de murs…Du mur ouest qui fait le tour du faubourg à l'extrémité de la presqu'île, la ville a cinq milles de long ». Ce passage ne figure pas dans l'extrait traduit par Edmond Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb (Géographie et histoire) (Alger : Jules Carbonel, 1924), 79. Le terme arabe traduit par "faubourg" est probablement rabaḍ, dont on connaît la polysémie, pouvant indiquer à l'occasion un quartier intérieur d'une ville.

25 Kitāb al-istibṣār fī a‘jā’ib al-Amṣār. Description de la Mekke et de Médine, de l'Égypte et de l'Afrique septentrionale par un écrivain marocain du VIe siècle de l'Hégire (XIIe siècle J. C.), texte arabe annoté, publié avec une traduction de la partie relative aux Lieux Saints et à l'Égypte, par Saad Zaghloul Abdel-Hamid (Alexandrie : Université d'Alexandrie, 1958), 137.

26 Maria Teresa Brocado, ed., Crónica do Conde D. Pedro de Meneses (Lisboa: FCG-JNICT, 1997) et Larry King, ed., Crónica do Conde D. Duarte de Meneses (Lisboa: Universidade Nova de Lisboa, 1978); Adriano Fernandes ed., Crónica do Conde D. Duarte de Meneses (Vila-Real: Universidade de Trás-os-Montes e Alto Douro, 2007). Voir notamment l'édition de Brocado, p. 10, note 2, pour la datation incertaine du grand siège.

© Publicações do Cidehus, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search