Version classiqueVersion mobile

La vie communautaire et le service à la communauté

 | 
Anne Massoni
, 
Maria Amélia Campos

Pratiques d’élaboration et d’authentification documentaire à Coimbra au Moyen Âge

Maria do Rosário Barbosa Morujão

Résumé

Ce travail porte sur le rôle joué par les institutions ecclésiastiques médiévales dans l’écriture de chartes pour de tierces personnes et dans leur authentification, à partir surtout de l’exemple de Coimbra et de la chancellerie épiscopale de la ville.

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement M. Christophe Maneuvrier pour sa relecture et correction de la version françai (...)
  • 2 Sur l’histoire du diocèse, voir la synthèse proposée par Morujão, 2010, 31-55, et la bibliographie (...)

1Ce travail présente le résultat d’une recherche exploratoire autour de l’éventuel rôle joué par les institutions ecclésiastiques médiévales dans l’élaboration de chartes pour de tierces personnes et dans leur authentification, à partir de l’exemple de la ville de Coimbra et, surtout, de la chancellerie épiscopale de cette ville, durant le Moyen Âge1. Plus précisément, la chronologie de cette recherche s’étend depuis les deux dernières décennies du XIe siècle, marquées par la restauration et la réorganisation du diocèse après une longue période de domination musulmane2, jusqu’au milieu du XVe siècle.

  • 3 Étudiée par Gomes, 2007a.
  • 4 Étudiée par Morujão, 2010.
  • 5 Il s’agit des collégiales de Saint-Christophe, Saint-Jean d’Almedina, Saint-Pierre, Saint-Sauveur, (...)
  • 6 Notamment celui dédié à Sainte-Claire (dont la documentation de 1250 à 1319 a été publiée par Santo (...)

2La recherche a été menée à partir des études déjà parues sur les deux chancelleries de la ville les plus importantes (celle du monastère augustinien de Sainte-Croix3 et celle de la cathédrale4) ; des fonds d’archives des institutions ecclésiastiques de Coimbra, notamment des sept collégiales qui s’y trouvaient au Moyen Âge5, et des monastères de la ville dont les sources ont déjà été publiées6. À travers ce corpus, j’ai cherché à savoir s'il était possible de déceler l'intervention d’agents extérieurs, notamment liés à la cathédrale, dans l’élaboration et l’authentification des chartes produites.

3La restauration du diocèse de Coimbra, vers 1080, permet de réorganiser la cathédrale et son chapitre ainsi que les structures ecclésiastiques de la ville et de l’évêché. Cette réorganisation comprend la création d’une école dans la cathédrale ainsi que d’une chancellerie qui commence très tôt à produire les documents nécessaires à l’évêque et au chapitre qui gravite autour de lui.

4La cathédrale devient alors un nouveau centre de production de l'écrit, à côté des monastères et, dans une moindre mesure, des églises paroissiales qui avaient préservé, au cours des siècles précédents, les pratiques scripturales aussi bien de livres que de chartes. Jusqu’au XIIIe siècle, les personnes en mesure de rédiger et d’écrire un document se trouvent dans ces institutions ecclésiastiques de la ville, auxquelles quelqu’un ayant besoin d’un acte écrit doit s’adresser pour l’obtenir.

  • 7 Pour tous ces procédés validatoires, voir Morujão, 2010, 577-609 et la bibliographie qui y est indi (...)
  • 8 Cette expression a été consacrée au Portugal par Santos, 2001. Il faut tenir compte du fait que le (...)
  • 9 Cf. Santos, 1994, 244-245 ; Cunha, 2005, 271-273 ; Gomes, 2007a, 461-462 ; Morujão, 2010, 376.
  • 10 Morujão, 2010, 440-442. Il faut dire que ce n’est pas une spécificité de Coimbra ni portugaise ; le (...)

5Les clercs qui se chargent de l’écriture documentaire ne sont cependant pas des professionnels de la plume. Les chartes issues de leurs mains sont pourtant reconnues comme ayant une valeur juridique, à une époque où les procédures d’authentification demeurent fort simples, limitées généralement à des souscriptions de confirmants et de témoins, à la présence d'une croix de robora, ou de la mention d'un chirographe7. Pour éviter des confusions avec les membres du notariat public qui se développe au XIIIe siècle, les chercheurs ont qualifié ces scripteurs de « clercs-notaires »8. Ils souscrivent les chartes qu’ils élaborent par une formule du type untel acolyte / diacre / prêtre (selon le degré atteint) suivi d'un verbe signifiant « rédiger » ou « mettre par écrit » tel que notuit ou notavit, formes les plus utilisées au Portugal9. Ces souscriptions témoignent de la condition ecclésiastique de ces scribes mais ne renseignent que très rarement sur leur affiliation institutionnelle car ils ne font généralement pas mention de l'église ou du monastère auquel ils appartiennent. Dans la chancellerie épiscopale de Coimbra, par exemple, sur un total de vingt-et-un clercs-notaires dont nous connaissons l’identité, trois seulement appartiennent sans aucun doute à la communauté capitulaire10.

  • 11 Sur cette question de savoir qui était responsable de la rédaction du document, l’auteur ou l’impét (...)

6On pourrait croire, en l'absence d'affiliation institutionnelle explicite, que le clerc-notaire est lié à l’église ou au monastère pour lequel il écrit. Cependant, de nombreux clercs écrivent pour plusieurs institutions, ce qui ne permet pas de les situer de façon certaine dans l'une de ces chancelleries. Leurs écritures, trop semblables les unes aux autres, et les formulaires utilisés, simples et stéréotypés, ne contribuent pas beaucoup à identifier leur affiliation, ni même à savoir si leur travail est une commande de l’auteur ou de l’impétrant11. Présentons deux exemples de la chancellerie épiscopale des plus significatifs.

  • 12 Morujão, 2010, 402 et 464-465.
  • 13 Gomes, 2007a, 488.
  • 14 Nous savons, par exemple, que beaucoup de chanoines de Sainte-Croix ont, à cette époque, commencé l (...)

7Fernando, acolyte en 1189, prêtre à partir de 1192, est le scribe de plus de vingt-cinq chartes datées des années 1189-1208 rédigées pour la cathédrale, les collégiales Saint-Christophe et Sainte-Juste, des personnes privées et peut‑être également pour l'établissement augustinien de Sainte‑Croix12. Si cette dernière identification est correcte, il serait le premier scribe travaillant pour cette institution canoniale à utiliser une écriture gothique totalement cursive sans influence des graphies libraires13. Il est toutefois impossible de savoir à quelle institution il appartenait, ni s'il a pu être successivement membre de plusieurs d'entre elles14.

  • 15 Morujão, 2010, 398-399 et 472-474.
  • 16 Gomes, 2007a, 555-556.
  • 17 Morujão, 2008.
  • 18 Morujão, 2010, 398-399. Il se présente comme chapelain de la chapelle royale dans la souscription d (...)

8L’autre exemple concerne le prêtre Pedro Calvo, dont nous connaissons trente-trois chartes écrites entre 1163 et 120015. Trois sont issues de la chancellerie épiscopale, six de celle du roi, deux concernent les augustiniens de Sainte‑Croix, deux autres les bénédictins de Lorvão, et une dizaine encore a pour auteurs et destinataires des personnes privées. Saul Gomes, dans son étude sur la chancellerie de Sainte-Croix, reconnaît dans l'écriture de ce scribe les traits des modèles graphiques suivis dans cette institution et suppose qu’il y était chanoine16. Il se peut qu’il ait aussi été membre du chapitre de la cathédrale puisqu’il a copié plusieurs chartes dans son cartulaire17, ce qui nécessitait d'avoir une bonne connaissance du chartrier épiscopal. De plus, entre 1175 et 1185, il travaille pour le roi, étant aussi chapelain de la chapelle royale18 et rédigeant des chartes pour des personnes privées ainsi que pour la cathédrale pendant ces mêmes années. A-t-il été attaché à plusieurs de ces institutions tout au long de sa vie ? Est-ce que sa belle caligraphie lui a valu une telle réputation comme scribe que plusieurs entités lui ont commandé des documents ? Ces hypothèses sont évidemment impossibles à confirmer, mais illustrent bien le genre de difficultés auxquelles nous sommes confrontés et les limites de nos connaissances au sujet des clercs-notaires et de leur travail.

  • 19 Sur la chancellerie royale portugaise à cette époque voir Costa, 1992.
  • 20 Sur les chancelleries ecclésiastiques portugaises déjà étudiées, voir pour la cathédrale de Braga C (...)

9L’organisation des chancelleries ecclésiastiques, tout comme celle du roi19, est à cette époque encore très rudimentaire, car elles ne sont pas dotées d’un corps de scribes stable20. Il est donc fort difficile de comprendre l’interaction qui peut exister entre ces institutions en matière de production de chartes. Malgré ces difficultés, nous sommes sûrs que cette interaction existe puisque les mêmes clercs travaillent pour plusieurs entités et pour des personnes privées. Nous pouvons donc conclure que leur connaissance de l’art de rédiger et d'écrire des chartes est mise au service d'autres institutions ecclésiastiques, ainsi que de toute la population qui en a besoin.

  • 21 Sur l’apparition et le développement du notariat au Portugal voir, pour tous, Nogueira, 2008.

10À partir du XIIIe siècle, l’apparition du notariat public au Portugal21 va modifier profondément l’écriture des chartes. Dorénavant, les tabellions seront une alternative au recours aux chancelleries ecclésiastiques pour des populations qui ont de plus en plus besoin d’actes écrits faisant foi face à la loi.

  • 22 Il s’agit de Martim Martins, tabellion de Guimarães ; cf. Nunes, 1981.
  • 23 Nogueira, 2008.

11La genèse du notariat médiéval est étroitement liée à la renaissance du droit romain et à l’importance accrue accordée à la parole écrite à partir du XIIe siècle. Le besoin de faire enregistrer les actes juridiques par écrit dans des chartes de valeur indiscutable conduit à l’apparition de ces professionnels de l’écrit documentaire durant la seconde moitié du XIIe siècle en Italie où l’influence du droit romain est la plus forte. Au siècle suivant, le notariat se répand dans toute la péninsule italique, le sud de la France et la péninsule ibérique. Au Portugal, la première mention d'un tabellion date de 121222 ; dès le dernier quart du XIIIe siècle, ils sont présents dans toutes les municipalités du royaume23.

12Dorénavant, donc, les chartes nécessaires aux personnes privées ou aux institutions qui n’ont pas de chancellerie sont dans leur grande majorité élaborées par ces notaires. Il existe cependant des exceptions qui constituent précisément ce qui m’intéresse dans le cadre de cette recherche. La cathédrale de Coimbra fournit un nombre très significatif de ces cas exceptionnels, concernant notamment l’élaboration par la chancellerie épiscopale de copies « in publicam formam », c’est-à-dire, en forme d’instruments publics, qui sont normalement établis par les tabellions et non pas par des institutions privées.

  • 24 ANTT, Mosteiro de Santa Cruz, Pasta 41, Alm. 12, M. 17, nº 3, charte validée par le sceau de l’audi (...)
  • 25 Entre autres exemples possibles, voir ANTT, Colegiada de S. João de Almedina, M. 1, nº 12, copie du (...)
  • 26 ANTT, Colegiada de S. Cristóvão de Coimbra, m. 7, nº 20 ; la copie est faite par Soeiro Domingues, (...)
  • 27 ANTT, Colegiada de S. Cristóvão de Coimbra, m. 15, nº 15 ; la copie est faite par Álvaro Bentes, sc (...)
  • 28 ANTT, Colegiada de S. João de Almedina, m. 2, nº 38, charte validée par le sceau de l’audience épis (...)
  • 29 Sur l’audience épiscopale de Coimbra et son évolution voir Morujão, 2010, 285-291.

13Examinons quelques exemples spécialement illustratifs. Le 30 mai 1283, le monastère de Sainte-Croix demande au vicaire présidant à l’audience épiscopale la copie d’une charte octroyée par un ancien évêque du diocèse24. Il ne fait sûrement pas appel à la chancellerie de la cathédrale parce qu’il s’agit de la copie d’un acte épiscopal, puisqu’il y a pas mal de copies de chartes d’évêques « in publicam formam » faites par des tabellions25. Le 5 novembre 1347, le prieur de la collégiale Saint-Christophe demande au vicaire de l’évêque un instrument public contenant la copie de certaines clauses d’un testament au bénéfice de la collégiale26. Une sollicitation identique, à propos d’un autre testament, est effectuée par le prieur de la même église le 7 juin 138027. Cette pratique se poursuit encore au siècle suivant, puisque le 31 août 1423 la collégiale Saint-Jean demande à l’audience de l’évêque la copie « in publicam formam » d’une autre charte28. On pourrait multiplier les exemples, mais ces quatre cas, datés du XIIIe au XVe siècle, suffisent pour attester l’élaboration par l’audience épiscopale de chartes qui nous semblent devoir relever de la pratique des tabellions. L’audience ou curie de l’évêque est le tribunal épiscopal, qui se développe au cours du XIIIe siècle jusqu’à devenir un organisme administratif qui possède un sceau spécifique depuis les années 1280 et dont les documents sont élaborés par la chancellerie épiscopale, tout comme ceux de l’évêque ou du chapitre29.

  • 30 ANTT, Sé de Coimbra 2ª inc., m. 84, nº 3826, du 6 septembre 1282, écrit par le tabellion de Coimbra (...)
  • 31 ANTT, Sé de Coimbra, 2ª inc., m. 5, nº 235.
  • 32 ANTT, Sé de Coimbra, 2ª inc., m. 6, nº 302.

14La situation contraire, il faut bien le remarquer, se produit aussi : il y a des chartes que nous aurions cru devoir être produites par la chancellerie épiscopale qui sont en fait issues de la plume de notaires publics. Ainsi, les procédures d’une dispute qui oppose l’évêque et le chapitre pendant la décennie 1280 sont rédigées par des notaires de la ville30. Une copie de clauses testamentaires en faveur de la cathédrale réalisée le 17 mars 1314 est écrite par un tabellion à la demande du doyen et du chapitre31 qui auraient pu la faire rédiger par la chancellerie qui était à leur propre service, comme dans les cas que nous venons de voir. Pour finaliser, une sentence prononcée par les vicaires épiscopaux en mars 1317, sur une affaire qui oppose les chanoines de la cathédrale à ceux du monastère Sainte-Croix, est élaborée par un des tabellions de Coimbra32.

  • 33 Cf. Morujão, 2010, 453-455, 460.

15Ces exemples nous montrent comme notre connaissance sur la délimitation de la sphère de compétences de chaque instance est déficitaire ; nous ne pouvons qu’essayer de deviner à partir des chartes qui subsistent qui était censé les élaborer, les notaires publics ou les scribes de la chancellerie épiscopale. La réalité entrevue par cette analyse, ainsi que par certains conflits qui opposent précisément ces instances33, nous semble montrer que cette délimitation était plutôt floue et fragile.

16Mais mon objectif dans cette étude n'est pas de chercher à comprendre la séparation des compétences entre les tabellions et la chancellerie épiscopale, sujet qui mérite une réflexion fondée sur un corpus beaucoup plus large provenant des archives de plusieurs cathédrales. En ce moment, mon intérêt pour ces chartes vient du fait qu’elles attestent clairement que, même après l’avènement du notariat public, la chancellerie épiscopale de Coimbra a continué à jouer un rôle dans l’écriture des chartes d’autres institutions et de personnes privées. Le service prêté par cette chancellerie à la communauté dans le domaine de la production documentaire n’a donc pas cessé avec l’entrée en scène des tabellions ; il n’a fait que diminuer, accompagnant la moindre recherche de ce service auprès du clergé.

  • 34 La bibliographie sur la juridiction gracieuse étant nombreuse, je m’en remets à un des auteurs qui (...)

17Parfois, seul le scellement est demandé à l’évêque ou à sa cour. Le recours au sceau d’un tiers pour l’authentification d’un acte était une pratique habituelle dans les régions où le notariat public n’existait pas et où la juridiction gracieuse était pratiquée34. Au Portugal, en revanche, les cas de scellement par un tiers sont plutôt exceptionnels.

  • 35 Gomes, 2007b, 39-40; Morujão, 2016, 110.
  • 36 L’emprunt de sceaux en France du nord est étudié par Tock, 2017, qui le considère aussi une situati (...)

18Il est normal que l’une des parties intervenant dans l’élaboration d’un acte qui ne possède pas de sceau se rapporte à celui d’un autre participant pour affirmer son consentement. On constate cette réalité, par exemple, dans toutes les communautés cisterciennes qui, n’ayant pas le droit de posséder un sceau avant 1335, demandent aux abbés ou aux abbesses de sceller aussi en leur nom35. Cette situation est pourtant différente de celle où l'on utilise le sceau d’une entité totalement étrangère à l’acte juridique, qui n’étant pas la norme se produit quelquefois36. Ainsi le montrent les exemples qui suivent et qui ne concernent pas seulement Coimbra et sa cathédrale, mais un univers ecclésiastique plus large, aussi bien séculier que régulier.

19Commençons par quelques cas où manque le sceau de celui qui aurait dû sceller, remplacé par le prêt d’un autre. En août 1403, l’archevêque de Braga Martinho est à Guimarães pour juger une affaire ; n’ayant pas apporté son sceau avec lui, il demande au chapitre de la collégiale de la ville d'apposer le sien sur la charte contenant sa décision :

  • 37 Arquivo Distrital de Braga (= ADB), Colecção Cronológica, caixa 26, nº 950.

(…) e cada huum delles e em seu nome presente o dicto juiz me pedirom que lhes desse hua carta de sentença ou mays se lhe comprissem signada per mim e per o dicto juiz e seelada do meu seelo e do seelo do concelho da dicta villa de Guimaraaes. E porquanto eu nom avia meu selo proprio porem mandey seelar a dicta sentença e carta do seelo do cabido da igreja de Santa Maria de Guimaraes e o dicto juiz do seelo do concelho da dicta villa de Guimaraes37.

  • 38 ANTT, Colegiada de S. Salvador de Coimbra, m. 1, «Sentença de como esta igreja…»; m. 6, «Sentença d (...)

20Un cas similaire se produit à Viterbe en août 140738 : plusieurs prélats y sont rassemblés dont Gilles, évêque de Coimbra, qui a besoin de sceller un acte adressé à la collégiale Saint-Sauveur de Coimbra et n'a pas son sceau. Il utilise donc celui d’Antoine, évêque de Tuy, comme l’explique la corroboration : « (…) litteras (…) sigilli reverendi patris domni Anthonii eadem gratia episcopi Tudensis quia ad presens sigillo proprio carebimus sigillatas ».

21Dans d’autres occasions, l'une ou les deux parties intervenantes ne possédant pas de sceau demandent à d’autres, sans lien direct avec les actes juridiques enregistrés par écrit, de sceller les chartes élaborées par des scribes qui ne sont pas des notaires publics. Ces cas sont les plus proches des pratiques de juridiction gracieuse d’outre-Pyrénées.

22Commençons par deux exemples du XIIIe siècle concernant des privés. Le premier provient de Lamego, où, en 1259, une femme, Maria Gil, fait une donation à l’évêque de Porto. Pour des raisons qui ne sont pas explicitées, le diplôme reçoit le sceau de l’évêque de Lamego, qui est présent mais qui n’a pas de relation avec la donation effectuée :

  • 39 Arquivo Distrital do Porto (= ADP), Cabido da Sé do Porto, Pergaminhos vários, 1658 - 130A, fl. 8.

In cujus rei testimonium concessi eidem ecclesie Portugalensis presentem literam sigilli episcopi Lamecensis munimine comunita et rogo dominum episcopum Lamecensem quod apponat huic litere sigillum suum. Et ego supradictus episcopus Lamecensis ad petitionem dicte domne Marie Egidii huic litere sigillum meum apposui39.

23Le deuxième exemple, daté du 2 avril 1287, montre que cette utilisation du sceau d’une tierce partie ne concerne pas seulement l’univers épiscopal. Il provient d’Arouca, où vendeurs et acheteurs d’une propriété (des personnes privées) requièrent le scellement de l’acte de vente par l’abbesse du monastère cistercien qui domine le village :

  • 40 ANTT, Mosteiro de Arouca, Gaveta, 7, m. 9, nº 10, publié par Rêpas, 2003, doc. 19.

Et ut hec carta majus robor firmitudinis habeat nos supradicti Dominicus Egee et Maria Dominici rogavimus religiosam dominam Lucam abbatissam monasterii de Arauca ut presentem cartam sigilli sui munimine roboraret in testimonium premissorum40.

  • 41 Le premier témoignage d’un sceau capitulaire de la collégiale ne date que de 1276 : ANTT, Colegiada (...)
  • 42 ANTT, Colegiada de S. Cristóvão de Coimbra, m. 1, nº 10, publié par Matos, 1998, doc. 89.

24Trois autres cas proviennent des collégiales de Coimbra. Le premier est daté du milieu du XIIIe siècle, époque où le prieur de Saint‑Christophe possède déjà un sceau tandis que le chapitre de la collégiale n'en a pas encore41. En février 1258, le prieur et les portionnaires s’obligent à célébrer une messe quotidienne pour le salut de l’âme d’une bienfaitrice. Les sceaux de cette dernière et du prieur sont apposés sur l’acte, les portionnaires demandant à l’évêque d'apposer le sien en leur nom, « quia sigillum proprium non habemus »42.

  • 43 ANTT, Mosteiro de Santana de Coimbra, m. 1, nº 110.

25Un autre cas concerne la collégiale de Sainte-Juste et le monastère augustinien de Sainte-Anne de la ville: à une date imprécise, située entre 1292 et 1318, un portionnaire de la collégiale fait une donation à une femme qui souhaite rejoindre la communauté de Sainte-Anne43 ; la charte est authentifiée par les sceaux de la prieure et du couvent du monastère ainsi que par celui du portionnaire de Sainte-Juste, mais les intervenants demandent en outre le recours à un quatrième sceau, celui de l’audience épiscopale :

En testemunho das dictas cousas nos dictas prioressa, convento e Martim Perez fezemos seelar esta carta do seelo do convento do dicto moesteiro e rogamos o onrado e sajes dom Pero Martiiz chantre e vigairo <de Coynbra> que ponha eesta carta o seelo da corte da audiencia da See de Coynbra. E eu dicto chantre e vigayro a rogo dos dictos prioressa e convento e Martim Perez fiz seelar esta carta do seelo da dicta audiencia en testemuyno de verdade.

  • 44 ANTT, Colegiada de S. Bartolomeu de Coimbra, caixa 2, m. 5, nº 7, publié par Guardado, 1999, doc. 1 (...)

26Un dernier exemple montre aussi comme l’agrément de l’autorité épiscopale par l’apposition du sceau de son tribunal ajoute de la validité à l’acte. En janvier 1305, les exécuteurs d’un testament font don au prieur et au chapitre de la collégiale Saint-Barthélemy d’une propriété dont les revenus sont destinés à financer un anniversaire à célébrer dans cette église44. Élaboré à la cathédrale, l’acte de donation a été scellé du sceau de la cour épiscopale par les vicaires de l’évêque de Coimbra (qui ne sont nullement intervenus), à la demande des exécuteurs testamentaires qui ne possèdent pas de sceau :

Et ut hoc factum nostrum magis obtineat robu[ra …] rogamus venerabiles viros vicarios Colimbrienses ut hac litere sigillum curie domini episcopum ponendum in testimonium premissorum. Et supradicti nos vicarii ad rogatum dictorum magistri Johannis (...) et Laurencii Martini (...) huic litere sigillum curie domini Colimbriensis episcopi apponi fecimus in testimonium veritatis.

Conclusion

27Les fonds d’archives étudiés montrent clairement comment la chancellerie de la cathédrale de Coimbra (et celles d’autres institutions ecclésiastiques aussi évoquées) a joué un rôle dans l’élaboration et l’authentification de chartes pour d’autres entités ou d'autres personnes.

28Dans une première phase, avant l’avènement du notariat public, tous ceux qui ont besoin d’un acte écrit doivent s’adresser aux clercs-notaires pour l’obtenir, puisque le clergé exerce pratiquement un monopole sur l’écriture et la rédaction des documents. Le manque de mentions à l’affiliation institutionnelle des scribes, identifiés seulement par leur rang dans la structure ecclésiastique, pose pas mal de problèmes pour établir au service de qui ils écrivent. Nous pouvons supposer qu’ils appartiennent à l’institution qui octroie ou bénéficie de l’acte, mais il y a des scribes qui travaillent pour plusieurs institutions sans que ce soit possible de savoir à laquelle ils étaient liés. C’est donc plus difficile de connaître le rôle joué par la chancellerie épiscopale dans la ville pendant cette période où l’organisation de ses cadres est encore un peu floue.

29Après l’introduction des tabellions au XIIIe siècle, l’importance des ecclésiastiques en ce domaine diminue, mais elle reste néanmoins non négligeable et elle devient plus facilement détectable puisque les chancelleries sont mieux organisées, identifient plus souvent les scribes et utilisent des sceaux. Les exemples présentés montrent qu’on leur demande parfois d’élaborer des copies de valeur juridique indéniable. L’apposition du sceau de l’évêque ou de son audience est aussi demandée quelques fois comme moyen d’assurer encore la validité de l’acte écrit.

30Cette demande est une pratique habituelle non seulement quand les personnes ou les institutions concernées par l’acte juridique consigné par écrit ne possèdent pas elles-mêmes de matrice sigillaire pour pouvoir valider les chartes. Parfois, elles n’ont pas en mains le sceau au moment de l’élaboration de l’acte et demandent à un tiers d’utiliser le sien, ou bien voient en l’apposition du sceau d’un dignitaire ou d’une institution ecclésiastique un moyen de renforcer la légitimité de la charte.

31Tous ces exemples attestent que l’écriture et l’authentification de chartes constituent l'une des dimensions du service qu’une cathédrale peut offrir à la communauté de la ville où elle se situe. Ils témoignent aussi du fait que la réalité des pratiques d’élaboration des chartes au Portugal du Moyen Âge comporte bien plus de nuances que ce que nous pourrions penser a priori.

Bibliographie

BAUTIER, Robert-Henri (1989) – L'authentification des actes privés dans la France médiévale : notariat public et juridiction gracieuse. In TRENCHS, José, ed. – Notariado público y documento privado: de los orígenes al siglo XIV. Actas del VII Congreso Internacional de Diplomática. Valencia: Generalitat Valenciana, Conselleria de Cultura, Educació i Ciència, Diputacions d'Alacant, Castelló, p. 701-772.

CAMPOS, Maria Amélia Álvaro (2017) – Cidade e Religião: a colegiada de Santa Justa na Idade Média. Coimbra: Imprensa da Universidade de Coimbra.

COSTA, Avelino de Jesus (1992) – La chancellerie royale portugaise jusqu’au milieu du XIIIe siècle. In Estudos de Cronologia, Diplomática, Paleografia e Histórico-Linguísticos. Porto: SPEM, p. 137-166.

GOMES, Saul António (2007a) – In limine conscriptionis. Documentos, chancelaria e cultura no mosteiro de Santa Cruz de Coimbra: séculos XII a XIV. Viseu: Palimage.

GOMES, Saul António (2007b) – Sigillis abbatis et conventus muniatur – a sigilografia cisterciense medieval em Portugal. Signum. Revista da ABREM. S. Paulo. Nº 9, p. 9-52.

GUARDADO, Maria Cristina Gonçalves (1999) – A colegiada de S. Bartolomeu de Coimbra em tempos medievais. Das origens ao início do século XV. 2 vols. Coimbra: FLUC.

GUERRA, António Joaquim Ribeiro (1992) – O escriba “Frater Gunsaluus et Uisensis dictus episcopus” Alcobaça, ano de 1176. In Congreso Internacional sobre San Bernardo e o Cister en Galicia e Portugal. Actas. Vol. 1. Ourense: [s.l.], p. 477-486.

MATOS, João da Cunha (1998) – A colegiada de S. Cristovão de Coimbra (séculos XII-XIII). Tomar: IPT (trabalho de síntese para concurso de Professor Coordenador policopiado).

MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa (1996) – Geraldo Peres, cónego da Sé de Coimbra no século XIV. Revista Portuguesa de História. Coimbra. Nº 31: 1, p. 393-430.

MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa (2001) – Um mosteiro cisterciense feminino: Santa Maria de Celas (séculos XIII a XV), Coimbra: BGUC.

MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa (2008) – O Livro Preto da Sé de Coimbra. Estudo do cartulário. Revista de História da Sociedade e da Cultura. Coimbra. Nº 8, p. 7-43.

MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa (2010) – A Sé de Coimbra: a instituição e a chancelaria (1080-1325). Lisboa: FCT / FCG.

MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa (2016) – Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes féminines du Portugal au Moyen Âge. In BAUDIN, Arnaud ; MORELLE, Laurent, dir, – Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe-milieu du XVIe siècle). Paris : Archives départementales de l’Aube – Conseil départemental de l’Aube / Somogy éditions d’Art, p. 99-111.

MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa; SARAIVA, Anísio Miguel de Sousa (2014) – O selo: símbolo de representação e de poder no mundo das catedrais portuguesas. In SARAIVA, Anísio Miguel de Sousa; MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa, éd. – O clero secular medieval e as suas catedrais: novas perspectivas e abordagens. Lisboa: CEHR-UCP, p. 205-264.

NOGUEIRA, Bernardo de Sá (2008) – Tabelionado e instrumento público em Portugal. Génese e implantação (1212‑1279). Lisboa: INCM.

NUNES, Eduardo Borges (1981) – Martim Martins: primeiro tabelião de Guimarães. In Congresso Histórico de Guimarães e sua Colegiada. Actas. Vol. 4. Guimarães: Comissão Organizadora do Congresso, 1981, p. 25-30.

RÊPAS, Luís Miguel (2003) – Quando a nobreza traja de branco: a comunidade cisterciense de Arouca durante o abadessado de D. Luca Rodrigues (1286-1299). Leiria: Ed. Magno.

SANTOS, Ana Paula Pratas Figueira (2000) – A fundação do mosteiro de Santa Clara de Coimbra. Da instituição por D. Mor Dias à intervenção da Rainha Santa Isabel. 2 vols. Coimbra: FLUC.

SANTOS, Maria José Azevedo (1994) – Da visigótica à carolina: a escrita em Portugal de 882 a 1172. Lisboa: FCG/JNICT.

SANTOS, Maria José Azevedo (2001) – Os “clérigos-notários” em Portugal (séculos XI-XII). In COELHO, Maria Helena da Cruz [et al.], Estudos de Diplomática Portuguesa. Lisboa: Colibri, p. 75-91.

SILVA, Maria João Oliveira e (2008) – Scriptores et notatores: a produção documental da Sé do Porto (1113-1247). Porto: Fio da Palavra.

SILVA, Maria João Oliveira e (2013) – A escrita na catedral: a chancelaria episcopal do Porto na Idade Média. Lisboa: CEHR-UCP.

TOCK, Benoît-Michel (1991) – « Auteur ou impétrant ? Réflexions sur les chartes des évêques d’Arras au XIIe siècle ». Bibliothèque de l’École des Chartes, Paris‑Genève. Vol. 149 (2), p. 215-248.

TOCK, Benoît-Michel (2017) – « L’emprunt de sceau (nord de la France, XIIe et XIIIe siècles) ». In LIBERT, Marc ; NIEUS, Jean-François, éds. – Le sceau dans les Pays Bas méridionaux, Xe-XVIe siècles. Entre contrainte sociale et affirmation de soi. Bruxelles: Archives et Bibliothèques de Belgique, p. 185-199.

VARANDAS, Carla Patrícia Rana (1999) – A colegiada de S. Pedro de Coimbra das origens até ao final do século XIV. Estudo económico e social. 2 vols. Coimbra: FLUC.

Notes

1 Je remercie vivement M. Christophe Maneuvrier pour sa relecture et correction de la version française de ce texte.

2 Sur l’histoire du diocèse, voir la synthèse proposée par Morujão, 2010, 31-55, et la bibliographie qui y est citée.

3 Étudiée par Gomes, 2007a.

4 Étudiée par Morujão, 2010.

5 Il s’agit des collégiales de Saint-Christophe, Saint-Jean d’Almedina, Saint-Pierre, Saint-Sauveur, Saint-Jacques, Saint-Barthélemy et Sainte-Juste, dont les fonds se trouvent aujourd’hui aux Archives nationales Torre do Tombo. Sur ces collégiales, voir Matos, 1998 ; Varandas, 1999 ; Guardado, 1999 et Campos, 2017. J’ai surtout utilisé pour ce travail les documents de Saint-Christophe, Saint-Pierre et Saint-Barthélemy publiés par Matos, 1998, Varandas, 1999 et Guardado, 1999, respectivement.

6 Notamment celui dédié à Sainte-Claire (dont la documentation de 1250 à 1319 a été publiée par Santos, 2000) et celui de Celas, dont j'ai assuré la publication du chartrier antérieur à 1437 (Morujão, 2001).

7 Pour tous ces procédés validatoires, voir Morujão, 2010, 577-609 et la bibliographie qui y est indiquée.

8 Cette expression a été consacrée au Portugal par Santos, 2001. Il faut tenir compte du fait que le mot « clerc » en portugais n’a pas le même sens de fonctionnaire administratif qu’en français, ne désignant qu’un membre du clergé.

9 Cf. Santos, 1994, 244-245 ; Cunha, 2005, 271-273 ; Gomes, 2007a, 461-462 ; Morujão, 2010, 376.

10 Morujão, 2010, 440-442. Il faut dire que ce n’est pas une spécificité de Coimbra ni portugaise ; le même se passe partout en Occident au sein des institutions ecclésiastiques médiévales.

11 Sur cette question de savoir qui était responsable de la rédaction du document, l’auteur ou l’impétrant, voir Tock, 1991.

12 Morujão, 2010, 402 et 464-465.

13 Gomes, 2007a, 488.

14 Nous savons, par exemple, que beaucoup de chanoines de Sainte-Croix ont, à cette époque, commencé leur carrière à la cathédrale de Coimbra d’où sont issus les fondateurs de la maison augustinienne. C'est le cas de Telo qui a précisément travaillé comme scribe à la chancellerie épiscopale mais qui écrit aussi pour les comtes Henri et Thérèse et pour le roi Alphonse Henriques (Morujão, 2010, 383-384 et 476). La circulation des clercs entre plusieurs institutions est aussi attestée dans d’autres cas, comme celui de l’évêque de Viseu, Gonçalo, qui renonce à l’épiscopat et devient moine à l’abbaye cistercienne d’Alcobaça où il rédige plusieurs chartes qui portent comme souscription « Frater Gunsalvus et Visensis dictus episcopus » (Guerra, 1992).

15 Morujão, 2010, 398-399 et 472-474.

16 Gomes, 2007a, 555-556.

17 Morujão, 2008.

18 Morujão, 2010, 398-399. Il se présente comme chapelain de la chapelle royale dans la souscription d’une charte d’octobre 1185 (ANTT, Sé de Coimbra, 1ª inc., M. 6, nº 44).

19 Sur la chancellerie royale portugaise à cette époque voir Costa, 1992.

20 Sur les chancelleries ecclésiastiques portugaises déjà étudiées, voir pour la cathédrale de Braga Cunha, 2005 ; pour le monastère de Sainte-Croix de Coimbra, Gomes, 2007a ; pour la cathédrale de cette ville, Morujão, 2010 ; pour celle de Porto, Silva, 2008 et 2013.

21 Sur l’apparition et le développement du notariat au Portugal voir, pour tous, Nogueira, 2008.

22 Il s’agit de Martim Martins, tabellion de Guimarães ; cf. Nunes, 1981.

23 Nogueira, 2008.

24 ANTT, Mosteiro de Santa Cruz, Pasta 41, Alm. 12, M. 17, nº 3, charte validée par le sceau de l’audience épiscopale.

25 Entre autres exemples possibles, voir ANTT, Colegiada de S. João de Almedina, M. 1, nº 12, copie du 7 juillet 1314 de lettre épiscopale du 16 mai 1230 ; ANTT, Sé de Coimbra, 2ª inc., M. 68, nº 2499, copie du 19 janvier 1318 par un tabellion de Coimbra de deux chartes, l’une d’elles étant de l’évêque, datée du 8 avril 1317 ; ANTT, Sé de Coimbra, 2ª inc., M. 67, nº 2478, copie du 28 février 1400 par un tabellion de Coimbra d’un document épiscopal du 12 novembre 1314.

26 ANTT, Colegiada de S. Cristóvão de Coimbra, m. 7, nº 20 ; la copie est faite par Soeiro Domingues, scribe de l’audience épiscopale, et validée par le sceau de cette même audience. Comme curiosité, remarquons qu’il s’agit du testament de Marinha Eanes, veuve du tabellion de Coimbra Miguel Lourenço, dont l’original avait été écrit par un autre notaire public de la ville.

27 ANTT, Colegiada de S. Cristóvão de Coimbra, m. 15, nº 15 ; la copie est faite par Álvaro Bentes, scribe de l’audience épiscopale, et validée par le sceau de cette même audience. Le vicaire en question est Geraldo Peres, dont le parcours comme chanoine de la cathédrale a été étudié par Morujão, 1996.

28 ANTT, Colegiada de S. João de Almedina, m. 2, nº 38, charte validée par le sceau de l’audience épiscopale.

29 Sur l’audience épiscopale de Coimbra et son évolution voir Morujão, 2010, 285-291.

30 ANTT, Sé de Coimbra 2ª inc., m. 84, nº 3826, du 6 septembre 1282, écrit par le tabellion de Coimbra Gil Vicente ; ANTT, Sé de Coimbra 2ª inc., m. 17, nº 777 et m. 18/19, nº 808, du 3 mars 1285, écrit par le tabellion de la ville João Peres. Sur cette dispute qui a opposé les chanoines au nouvel évêque, le quercynois Aymeric d’Ébrard, voir Morujão, 2010, 146‑151.

31 ANTT, Sé de Coimbra, 2ª inc., m. 5, nº 235.

32 ANTT, Sé de Coimbra, 2ª inc., m. 6, nº 302.

33 Cf. Morujão, 2010, 453-455, 460.

34 La bibliographie sur la juridiction gracieuse étant nombreuse, je m’en remets à un des auteurs qui a le plus travaillé sur le sujet : Bautier, 1989.

35 Gomes, 2007b, 39-40; Morujão, 2016, 110.

36 L’emprunt de sceaux en France du nord est étudié par Tock, 2017, qui le considère aussi une situation exceptionnelle.

37 Arquivo Distrital de Braga (= ADB), Colecção Cronológica, caixa 26, nº 950.

38 ANTT, Colegiada de S. Salvador de Coimbra, m. 1, «Sentença de como esta igreja…»; m. 6, «Sentença de como esta igreja…».

39 Arquivo Distrital do Porto (= ADP), Cabido da Sé do Porto, Pergaminhos vários, 1658 - 130A, fl. 8.

40 ANTT, Mosteiro de Arouca, Gaveta, 7, m. 9, nº 10, publié par Rêpas, 2003, doc. 19.

41 Le premier témoignage d’un sceau capitulaire de la collégiale ne date que de 1276 : ANTT, Colegiada de S. Cristóvão de Coimbra, m. 1, nº 14, publié par Matos, 1998, doc. 99.

42 ANTT, Colegiada de S. Cristóvão de Coimbra, m. 1, nº 10, publié par Matos, 1998, doc. 89.

43 ANTT, Mosteiro de Santana de Coimbra, m. 1, nº 110.

44 ANTT, Colegiada de S. Bartolomeu de Coimbra, caixa 2, m. 5, nº 7, publié par Guardado, 1999, doc. 15.

Auteur

Universidade de Coimbra, CHSC; Universidade Católica Portuguesa, CEHR

mrbmorujao@uc.pt

© Publicações do Cidehus, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search