Version classiqueVersion mobile

La vie communautaire et le service à la communauté

 | 
Anne Massoni
, 
Maria Amélia Campos

Se « chanoiniser » dans la France méridionale du XIIe siècle

Donati, conversi et confratres dans l’entourage des chapitres cathédraux séculiers d’Agde et de Dax

Anne Massoni

Résumé

Cet article vise à reprendre le dossier de l'association des fidèles laïcs à la liturgie et à la vie religieuse des communautés séculières, notamment des cathédrales du Midi de la France, au XIIe siècle. En effet, plusieurs sources, notamment des actes enregistrés dans les cartulaires de ces institutions, font état de personnes, et même de femmes, qui décident de « se canonicare », le terme étant quasiment intraduisible en français, en contrepartie d'un don fait à la communauté, qui donne droit à une sépulture privilégiée dans la cathédrale ou son cloître. Cette association aboutit à la création de catégories différentes de personnes qui entrent dans l’entourage des chapitres: donnés, « chanoines associés », convers, confrères. Les modalités de cette association ne se bornent pas à une garantie de prière pour l'âme post mortem et elles s'étendent à des pratiques qui visent aussi les fidèles de leur vivant. Il est évident que les chapitres séculiers ont généré des pratiques confraternelles par cette pratique de la « chanoinisation ».

Texte intégral

  • 1 André Vauchez (1996, p. 517) dans les conclusions du colloque sur Les mouvances laïques des ordres (...)
  • 2 Miramon (1999, p. 78) considère que l’apogée de ces liens d’amitié ou d’échange établis entre maiso (...)
  • 3 De manière plus générale, les femmes trouvent aussi un accueil dans d’autres types de communautés, (...)

1Pour illustrer les rapports qui ont lié les laïcs à la vie liturgique des chapitres séculiers, il semble intéressant d’explorer un champ encore peu connu des études canoniales, celui de l’association spirituelle de certains d’entre eux aux communautés de chanoines1. Il convient d’abord de se demander ce que recouvre cette expression que l’on rencontre dans certaines sources du XIIe siècle2 en France méridionale: « se canonicare » et que l’on propose de traduire par le néologisme: « se chanoiniser ». Ce terme en côtoie d’autres proches qui renvoient aussi à des formes d’intégration dans la communauté canoniale. Il faudra donc étudier le sens de ces expressions qui sont propres aux communautés de chanoines et essayer de comprendre la nature de ces associations qui ne supposent pas toutes que le laïc devienne participant du chapitre dans ses activités quotidiennes, la preuve étant donnée par le fait que certaines associations concernent aussi des femmes3.

  • 4 Les chapitres choisis ont laissé des cartulaires fournis (actes datés entre le courant du XIe siècl (...)
  • 5 Débax, 2003, 17 et 24.
  • 6 Foreville, 1995, acte n°249, p. 300-301.

2Deux exemples ont été privilégiés eu égard à la qualité et à l’accessibilité de leur documentation4. Il s’agit des chapitres cathédraux d'Agde et de Dax, dans le Midi languedocien et la Gascogne. Agde est un très petit diocèse (vingt paroisses à la Révolution) qui appartient depuis l'époque paléochrétienne à la province ecclésiastique de Narbonne, en bordure de Méditerranée, terre de marécages et de salines, mais aussi de vignobles. Politiquement, cet espace renvoie à la Septimanie carolingienne puis au marquisat de Gothie qui s’est délité pour donner naissance à de petits comtés ou vicomtés, au rang desquels on compte la dynastie des Trencavel qui deviennent vicomtes de Béziers, d’Agde, de Carcassonne et de Razès à partir des années 1060. Ils partagent la seigneurie sur la cité et le diocèse avec l'évêque d’Agde, et quoique relevant du comté de Toulouse, ils sont assez indépendants au XIIe siècle dans le contexte de la grande guerre méridionale5. Le chapitre Saint-Étienne quant à lui compte douze chanoines depuis 1173 (ils sont encore dix en 11226), ce qui en fait un chapitre de taille normale pour la France méridionale.

  • 7 Pon ; Cabanot, 2004, 48-49.

3Dax est le chef-lieu d’un diocèse de plus grande surface, mais dont le peuplement est épars (cent cinquante-trois paroisses à la Révolution) qui appartient depuis la christianisation de la Gaule à la province d'Auch, en bordure de l'Atlantique, terroir de pinèdes mais aussi d'élevage et de vergers. Politiquement, il s’agit du comté de Gascogne au début du XIIe siècle, relevant de l'hommage dû au duc d'Aquitaine depuis la fin du XIe siècle, et qui restera le plus longtemps dans la mouvance anglaise des Plantagenêts. Le chapitre Notre-Dame semble reconstitué avec le transfert du siège cathédral dans les murs de la cité au milieu du XIIe siècle et compte dix chanoines depuis 12597.

  • 8 À la différence, semble-t-il, de « canonica » qui renvoie à la communauté humaine (Foreville, 1995, (...)
  • 9 Le 26 décembre 1173, Foreville, 1995, acte n°8, p. 104-106.
  • 10 Le réfectorier doit manger avec les chanoines au réfectoire car sa fonction consiste surtout à appr (...)
  • 11 À Agde, on a aussi mention d'une « domus communie » où l’acte est rédigé, semble-t-il dans la cité (...)
  • 12 On repère plusieurs pères à Dax comme l'archidiacre Amanieu d'Ax, attesté entre 1143 et 1168 et dot (...)
  • 13 Le lieu appelé à Dax "Septs de l'église" est l'endroit où les chanoines et des membres de la « fami (...)

4Au XIIe siècle mais également plus tard, ces chapitres gardent manifestement dans leur style de vie religieuse des modalités de vie communautaire beaucoup plus développées que dans le nord du royaume de France. En aucun cas, ni le chapitre d'Agde, ni celui de Dax n'ont été réguliers, suivant la règle dite de saint Augustin. La documentation ne parle jamais de désappropriation de biens mais les chanoines y vivent, plus longtemps qu’ailleurs, d'un partage indivis de la mense appelée « communia » dans tout le cartulaire d'Agde8. Les prébendes ne sont créées à Agde qu'en 11739 et cette date marque le début d’un processus d'individualisation des revenus. Plus encore à Dax, les chanoines prennent jusqu'à tardivement tous leurs repas dans un réfectoire proche de la cathédrale, qui emploie au quotidien tout un personnel10 pour collecter les revenus en nature, les entreposer, faire la cuisine, servir les repas, entretenir les lieux communs11. Cela n’empêche pas les chanoines du Languedoc comme de Gascogne d'être pères12 ni de vivre dans des maisons individuelles13.

  • 14 Foreville, 1995, 20.

5L'évêque est membre à part entière de la communauté, il est chanoine avec un rang particulier. Même quand il y a division entre la mense épiscopale et la mense canoniale à Agde à partir des années 112014, le prélat est très souvent présent dans les actes. Il participe à la vie du chapitre même si c'est lui, plus que les chanoines, qui représente l'Église-mère du diocèse.

  • 15 Il semble qu'à Agde, une grande partie des actes scellés dans le courant du XIIe siècle le soit par (...)

6Ce mode de vie davantage communautaire et le fait que l'on soit dans de petits diocèses15 ont probablement encouragé l'intégration à des degrés très divers des familles de laïcs, de toute catégorie sociale, à la vie des chapitres, d'abord à leur vie matérielle puis à leur activité liturgique, et donc au bénéfice spirituel que l'on pouvait en tirer. Le présent article s’attachera donc à examiner les formes d'association que l’on identifie dans ces cartulaires pour comprendre la place que tient dans les chapitres l’une des formes de ces associations, la « chanoinisation » ou auto-tradition comme chanoine. Il s’agira in fine de se demander si cela a pu être corrélé à la naissance de nouvelles pratiques religieuses laïques. Le propos s’articulera en trois temps: de qui est constitué l'entourage laïc des chapitres au XIIe siècle, quels sont ses modes d'insertion dans la communauté canoniale (et quelle place y tient l’auto-tradition ?) et quels bénéfices spirituels sont propres à l'association avec des chanoines séculiers ?

L'entourage laïc des chapitres d’Agde et de Dax au XIIsiècle

  • 16 À Dax, sur cinq cents personnages cités, 80 % sont des laïcs. Ils appartiennent à tous les milieux (...)
  • 17 Plusieurs ouvrages permettent cependant de se repérer pour Agde: sur plusieurs chanoines évoqués da (...)

7La très grande majorité des actes des cartulaires étudiés fait état de transactions passées par les chanoines avec des familles de laïcs pour les éléments du temporel. Très peu sont consacrés à des règlements d'organisation interne ou à des conflits à régler, notamment avec l'évêque. L'entourage laïc des communautés apparaît donc beaucoup dans cette documentation16, mais il est souvent difficile de savoir qui est qui, d'autant que beaucoup de personnes portent les mêmes patronymes, entre contemporains comme entre personnes de générations successives17.

  • 18 C’est la méthode que préconise Vauchez (1996, p. 521-522) avant de chercher précisément ce à quoi r (...)
  • 19 Voir par exemple, parmi de très nombreux exemples, les actes de 1190-1193 et 1196 où apparaît comme (...)
  • 20 La proximité de la famille des chanoines est évidente dans les transactions en faveur du chapitre d (...)

8À défaut de s’y attacher ici, l’on peut tenter de caractériser différents cercles de personnes qui fréquentent les chapitres18. Les laïcs les plus proches des chanoines appartiennent tout d'abord à leur famille, et dans la mesure où, et il faut y insister, encore à la fin du XIIe siècle, les chanoines peuvent avoir des enfants, leur famille nucléaire est de très près associée à la vie canoniale. Quand les chanoines sont célibataires, on voit souvent apparaître leurs neveux19, qui peuvent aussi vivre à proximité de la cathédrale. Et les membres des familles collatérales des chanoines (frères, sœurs, parents) apparaissent souvent dans les actes, comme donateurs, auteurs de transactions20, même si au quotidien, ils n'habitent probablement pas là.

  • 21 On en a un exemple en 1132 quand Raimond Ier de Montredond, évêque d'Agde (1130-1143), Ermengaud, a (...)
  • 22 En 1139, concession par deux frères d'un bien détenu par leur père, « in illo loco qui est ante por (...)
  • 23 Pon; Cabanot, 2004, acte n°42, p. 164-165 (mi-XIIe s.).

9Ensuite, il faut distinguer toute la domesticité qui gravite autour des chapitres: les familles de serviteurs des chanoines eux-mêmes, qu'il ne faut probablement pas trop séparer des serviteurs de la communauté pour l'entretien et le fonctionnement des lieux communautaires, dont la cathédrale. Ces serviteurs qu'il faut comprendre dans la « familia » sont aussi les familles d'exploitants qui travaillent sur les terres du chapitre, en exploitation directe. Ils apportent les récoltes ; pour certains, ils gèrent ces seigneuries en intendants: en 1132 à Agde, ces personnes sont dites « homines de communia » ou encore « homines domus de communia »21. Cela est vrai aussi des autres maisons canoniales que le chapitre peut avoir dans le diocèse: pour Agde, la maison commune de Vias par exemple est gérée par un chanoine22. La question du statut de ces familiers est complexe, car elle renvoie aux statuts évolutifs de la paysannerie de ces régions au Moyen Âge central. Au XIIe siècle à Agde, certains paysans sont liés au chapitre par le servage. Mais le qualificatif de familier s'étend aussi, semble-t-il, aux clercs qui desservent les églises dont le chapitre et / ou l'évêque ont le patronage: mi-XIIe siècle23, Pierre d'Angoumé desservant de l’église Sainte-Eulalie et « familiaris noster », fait une donation à la cathédrale de Dax.

  • 24 La fortune du chanoine Guilhem Rainard, révélée par ses deux testaments de 1155 et 1167 confirme l’ (...)

Enfin, le dernier cercle de familles laïques qui a des contacts réguliers avec les chanoines (que l'on voit dans la documentation, il y en a probablement d'autres au quotidien) est, recoupant en partie les deux précédents, tous ceux qui entrent en affaires, en transaction avec le chapitre pour vendre des biens, y renoncer, les céder en gage contre un prêt en numéraire24, les recevoir pour exploitation indirecte sous la forme du fief et des liens de la vassalité, les donner à la communauté, en pur don, plus fréquemment avec une clause d'usufruit profitant au propriétaire actuel jusqu'à sa mort, voire aux générations suivantes. Il peut s'agir de membres des familles des chanoines, des catégories évidemment les plus fortunées de la population dont les détenteurs du pouvoir politique (comtes, vicomtes mais aussi bourgeois des deux cités) et ce cercle varie évidemment beaucoup d'une génération à l'autre en fonction de l'identité des chanoines eux-mêmes.

  • 25 L’honneur qui constitue le fief désigne une certaine part des biens de quelqu’un qui peut rassemble (...)

10Retenons la forme de ces liens dans la mesure où certaines de ces transactions ont à voir avec les fins dernières et que les formes de l'association spirituelle au chapitre ne réinventent pas de formes nouvelles. Tout d’abord, dans le renouvellement du rituel vassalique, quand les dignitaires du chapitre concluent un acte d’hommage avec Pons Carbonnel pour ce qui semble être un franc fief25:

  • 26 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306 (1152 et 1164). Certains auteurs ont déjà remarqué la simil (...)

ego Randulfus archidiaconus et ego Petrus Raimundi sacrista, et ego Guillelmus precentor, et nos omnes canonici Sancti Stephani cum consilio domni Guillelmi Agathensis episcopi, donamus tibi Pontio Carbonelli et omni tue posteritati ad feudum honoratum prefatum honorem sicut in presenti carta continetur. Pro hac itaque donatione, tu Pontius Carbonelli dedisti nobis canonicis et communie Sancti Stephani sexcentos solidos melgoriensis et fecisti hominium canonicis Sancti Stephani. Et pro feudo isto posteritas tua similiter debet facere hominium. Et debes esse fidelis communie, et omnibus rebus que pertinent ad communiam 26.

  • 27 Foreville, 1995, acte n°44, p. 138. On comprend cet engagement du vicomte, récemment investi de la (...)
  • 28 Foreville, 1995, acte n°228, p. 285-286.
  • 29 Pon ; Cabanot, 2004, acte n°55, p. 180-181, sans date.

11D’autres éléments de rituel sont visibles dans l'engagement de protection pris par le vicomte Raimond Bernard Trencavel, qui s'engage entre 1062 et 107427 à défendre toutes les terres de la communia des chanoines d'Agde et qu’il le jure sur Dieu et des reliques. De la même manière, une donation de biens est souvent validée par un serment. Cela se fait la main sur l'autel comme entre 1060 et 110828, lors de la renonciation à une part de ses biens par Raimond Pierre de Béziers, en tout cas après sa mort, à Agde, dans la cathédrale, sur l'autel de Saint-Étienne. Mais il peut aussi y avoir dépôt du missel sur l'autel comme à Dax, au XIIe siècle29, alors que Bernard de Lartigue pour sa sépulture dans le cloître et pour la rédemption de son âme, donne au chapitre une part des poissons pris dans la nasse d'Ausente et que ses fils, Dodon et Sarrazin, manifestent ainsi leur accord.

Les modes d'insertion et d’association à la communauté canoniale

  • 30 La destination d’un enfant au chapitre est très clairement une stratégie familiale, ce qui explique (...)
  • 31 Pon ; Cabanot, 2004, acte n°14, p. 118-119, sans date.
  • 32 Foreville, 1995, acte n°32, p. 129-130.
  • 33 Foreville, 1995, acte n°12, p. 109-111.

12Après avoir vu qui, chez les laïcs, constitue l'entourage des chanoines, il faut désormais examiner les modalités d’intégration ou d’association de certains individus dans la communauté, que ceux-là deviennent vraiment chanoines selon des formes traditionnelles ou qu’ils le deviennent d’une autre manière. Les « vrais » chanoines sont des clercs, tonsurés, potentiellement pourvus des ordres majeurs et recevant comme signification de leur appartenance à l'institution une place en chapitre et une voix délibérative, ainsi qu'une stalle en chœur. On en perçoit les modalités d'entrée dans la communauté uniquement à propos des enfants pendant ce siècle, destinés qu’ils sont par leurs parents, eux-mêmes membres ou non du chapitre, à devenir chanoines dès leur jeune âge30. À leur endroit est employée l’expression de « canonicare [quelqu’un] » ou de « donare pro canonico ». Il n'est pas dit que tous les chanoines de chœur aient été destinés à l'être dès l'enfance mais ce sont eux qui apparaissent dans la documentation. C'est une marque d'honneur, semble-t-il, que de pouvoir destiner un enfant à l'entrée dans le chapitre. On se rend compte au fil des actes de ce type que la personnalité du rejeton est secondaire: d'une certaine manière, peu importe qui est destiné à être chanoine, ce n'est pas une question de choix individuel mais de représentation de la famille dans l'institution. Ainsi Dodon d'Œyreluy fait chanoine successivement trois de ses fils à Dax, Arnaud, Cenebrun puis un autre Arnaud, au fur et à mesure que les enfants meurent et à chaque fois, la procédure est la même: Dodon donne son enfant comme chanoine et en contrepartie, confirme la donation d'une église et de la moitié des revenus d'un autel31. La donation de l'enfant se fait donc en même temps que celle du patrimoine (censé pourvoir à son entretien) et l'enfant est un donné (oblatus) au sens de mineur destiné à intégrer pleinement la communauté une fois adulte. L’implication de la famille est réelle dans cet acte de don: Bernard Raimond et son épouse Asceline, par exemple, donnent pour chanoine à Dieu, à l'église et aux chanoines d’Agde (« donamus filium nostrum Villelmum pro canonico »), entre les mains de l'évêque Ermengaud de Marseillan (1144-1149), le 16 mai 114632, leur fils Guillaume et avec lui, un alleu en vignoble sis au bord de la route d'Agde à Marseillan. C'est un acte familial car Raimond de Pomérols, frère de Bernard, renonce à ses droits sur cet honneur et concède d'autres terres, se réservant l'usufruit d'un champ et d'une terre défrichée. Le scribe est Petrus de Pomairiolo (qui est scribe des actes du cartulaire de 1131 à 1149, ce qui manifeste que la famille est déjà représentée au chapitre). Et l’on retrouve bien ensuite Guillaume de Pomérols comme chanoine, par exemple en 114933.

  • 34 La carrière du chanoine d’Agde Guilhem Rainard montre clairement que les qualités des membres de so (...)
  • 35 Foreville, 1995, acte n°260, p. 308-309.
  • 36 Foreville, 1995, acte n°261, p. 309-310.
  • 37 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306. Voir note 26.
  • 38 Voir note 9.
  • 39 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306.
  • 40 Foreville, 1995, 535.

13Cette décision s'assortit toujours d'une donation, ce qui sélectionne déjà les prétendants, et ne les empêche pas de garder leur vie durant, leurs propres biens, dont ceux qui ont été donnés pour leur entrée, avec le souvenir que cela a appartenu à leur famille, avant que, faute de descendant biologique, le bien n'intègre vraiment la mense, de manière indifférenciée. Cela renforce encore la non distinction entre une familia du chanoine et une familia de la communauté34. En 115235, Saurine Carbonnel avec le consentement de son seigneur Pons de Mèze et de son fils Pons (qui est un puer en 114936), donne à son fils Pierre, qui semble-t-il, va entrer au chapitre, un emplacement dans la villa de Mèze, et neuf pièces de terre. Or, ce « mas de Pierre Carbonnel » reste identifié dans les années suivantes comme dotation canoniale. Il est inféodé en 116437 à son frère Pons et figure au nombre des prébendes constituées en 117338 par l'évêque Guillaume. En fait, ce Pons a lui-même été donné, non par sa mère, mais par son oncle Bertrand d'Aumès, frère de Saurine, la même année 115239, avec le consentement de sa mère: « donavit Deo et Sancto Stephano Agathensis sedis nepotem suum pro canonico ». En 1164, soit douze ans après le don fait de lui comme chanoine par son oncle, les chanoines l’investissent du bien donné par Bertrand avec prestation d'hommage pour cela. Par cela, on voit que Pons n’est pas devenu chanoine une fois adulte, même si un autre Pons Carbonnel fait une très belle carrière40 au chapitre à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe.

  • 41 Foreville, 1995, acte n°171, p. 244-246 ; actes n°32, p. 129-130 et n°42, p. 136-137 (1146).
  • 42 Foreville, 1995, acte n°13, p. 110-111.
  • 43 Un Guillaume de Foreville est mentionné comme témoin de deux chartes en 1164 et 1165, il est dit cl (...)

14Avec cette première forme de « chanoinisation », il semble que l'enfant puisse rester avec ses parents et rejoigne ensuite (ou non) les rangs de la communauté ou alors qu'il y soit intégré dès l'enfance, ce qui est forcément le cas des enfants de chanoines. Son entretien est alors assuré par elle et si ces enfants sont nombreux, ce qui n’est pas certain, ils sont peut-être logés par les familles de chanoines ou abrités ensemble dans la maison communautaire. Un testament conservé dans le cartulaire d'Agde est très intéressant à ce sujet: en 115741, Raimond de Foreville, chanoine attesté depuis 1146, teste dans le cloître de la cathédrale ; il souhaite être inhumé à la cathédrale et surtout se préoccupe du sort de son fils Guillaume, plus encore que de celui de « la mère de son fils », Ricsende et de sa fille Marie, auxquelles il lègue quelques biens. En effet, il place l'enfant sous la tutelle des chanoines (« dimitto filium meum Guillelmum in fide et sub tutela dominorum meorum canonicorum »), charge plus spécialement ses deux exécuteurs testamentaires de pourvoir à la nourriture et au vêtement de Guillaume pendant cinq ans, donne pour cela des revenus spécifiques (en vin) et surtout précise qu'il veut que l'enfant soit confié à l'éducation intellectuelle dispensée par Bérenger de Florensac, attesté comme chanoine en 116242, et peut-être écolâtre. On ne sait si Guillaume devient lui-même chanoine43, cependant son entretien et son éducation ne sont pas confiés à sa mère mais au chapitre, comme c'est peut-être le cas pour les autres enfants donnés.

  • 44 Foreville, 1995, acte n°251, p. 301-302.
  • 45 Foreville, 1995, acte n°16, p. 113-114. À cette date, sa mère Rangarde, et les autres membres de sa (...)
  • 46 Les formules du XIIe siècle dans le Midi languedocien sont : « fiat homo » ou « efficitur homo », c (...)

15Le verbe « canonicare » peut aussi être employé du point de vue du chapitre qui reçoit le postulant. En 116344, le neveu de Raimond de Pomérols est donné comme chanoine et les chanoines d’Agde l’ont chanoinisé : « sed quando canonicaverunt Guillelmum nepotem meum ». On ne sait pas si le don d’une personne et sa réception donnent lieu à une cérémonie particulière. Cela reprend-il les formes que l'on a vues plus haut pour les biens: y a-t-il réception comme chanoine selon les mêmes formes que la réception comme vassal ? Le don puis la réception font-ils l’objet d’un serment de fidélité, assorti de l'apposition des mains sur l'autel ? Du dépôt du missel ? Voire de la prise d’un l'habit canonial ? C’est fort probable mais seulement quelques maigres indices permettent de donner quelques réponses. On doit remarquer que la formule passive utilisée en 115845 à propos d’un chanoine reçu est identique à celle de la réception d’un vassal : « Petrus de Rojano efficeretur canonicus »46.

  • 47 Malheureusement, on ne conserve pas d’actes d’auto-tradition à proprement parler, exprimant le don (...)
  • 48 « Guasen de Podio, canonicando se ipsam, dedit Sancte Marie unum stagerium scilicet Amalbinum de Ma (...)
  • 49 Il semble que ces donations de soi ne soient conçues que rarement avec un caractère définitif ; à C (...)

16Mais le terme « canonicare » est aussi employé à la forme pronominale, accompagné d’un pronom réfléchi47. Il renvoie alors toujours à un adulte qui décide de se faire chanoine, ce qui est évidemment une forme d'association concrète plus importante que le simple don de biens, mais qui ne signifie pas l’intégration totale dans la communauté, ces personnes restant par ailleurs des laïcs. Ainsi à Dax au milieu du XIIe siècle, on trouve cette expression renvoyant à une femme, Guasen du Puy: « canonicando se ipsam »48. On ne doit pas s'étonner alors que ces personnes adultes soient quelquefois qualifiées de donnés (« donatus »), qui se font chanoines (« pro canonico ») mais qui ne le deviennent pas vraiment, comme certains enfants destinés à l'être qui ne le deviendront jamais49. Cette auto-tradition se fait en contrepartie d’un don et la personne qui « se chanoinise » en attend des bienfaits concrets différents.

  • 50 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

17Pour les personnes qui, adultes et en bonne santé, continuent leur vie normale et ne passeront pas par une forme de retraite à la cathédrale, l’association peut d’abord être d’ordre honorifique. C’est ainsi que semble s’expliquer un acte du milieu du XIIe siècle50 qui énumère les dons faits à la cathédrale de Dax par des bourgeois (« cives ») qui se font chanoines pour certains d'entre eux et qui donnent certains de leurs enfants, probablement à l'occasion du transfert de la cathédrale dans les murs de la cité.

  • 51 Pon; Cabanot, 2004, 43-44 : à Dax, le claustrum désigne soit le cloître qui flanquait au sud la nef (...)
  • 52 L’expression « chanoine laïc », souvent reprise dans la littérature grise qui ne prend pas assez en (...)
  • 53 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).
  • 54 Pon; Cabanot, 2004, acte n°78, p. 204-207.

18Pour la plupart des autres cas, l’association se réalise in fine au moment de la mort, par l'obtention d'une sépulture dans le cloître de la cathédrale, cloître au sens architectural51 ou cloître au sens de claustrum, espace plus large mais enclos. Il semble que ce privilège (la forme d'association la plus courante en fait) soit obtenu par ceux qui « se chanoinisent » mais ce n'est pas systématique. De même, toutes les personnes qui obtiennent une inhumation au cloître ne se font pas forcément chanoines et on trouve dans la même liste des chanoines effectifs qui demandent une sépulture au cloître et des « chanoines associés »52. La décision peut être prise tôt dans la vie, quand il y a transaction du temporel, que la personne mourante puisse le confirmer ou non: Garcie-Arnaud, bourgeois de Dax, donne une couture dans une pinède « à la fin de sa vie, en rémission de ses péchés et pour la sépulture concédée à lui dans le cloître »53. Mais entre 1143 et 116854, toujours à Dax, Bénazie alors en bonne santé fait don d'une dîme assortie de l’oblation de sa propre personne (« et se ipsam obtulit Sancte Marie »). Elle l'a ensuite confirmé au moment de sa mort, moyennant sa sépulture dans le cloître et l'extinction par le chapitre de 44 sous de dettes. Celles-là furent acquittées par l'archidiacre Austinde, mais après la mort de Bénazie, son gendre contesta la donation, et l'on apprend que le cadavre fut renvoyé de la cathédrale à la maison, les chanoines refusant alors de procéder à l'inhumation. Cependant, dit le texte, n'imaginant pas d'autre solution, sur le conseil de ses parents et des hommes les plus éminents de la cité, le gendre finit par confirmer la fondation mais le chapitre dut ajouter aux 44 sous payés la concession d'une terre à la sortie de Dax, comme s'il était contraint par la promesse faite à Bénazie d'exécuter ses dernières volontés.

  • 55 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

19Enfin, ceux qui semblent associés au plus près de la communauté sont ceux qui attendent en retour de ce don le gîte et le couvert. Lorsqu'il s'agit de quelqu'un d'âgé, l'intégration dans la vie communautaire, hors chœur, est possible, au même titre que les enfants, avec hébergement dans une maison commune ou un hôpital, fréquemment associé à la cathédrale, et nourriture au réfectoire. D'ailleurs, dans la mesure où la prébende, au XIIe siècle, dans ces cathédrales, est d'abord le droit d'être entretenu pour les besoins fondamentaux que sont la nourriture et le vêtement, ces personnes se voient donner comme pour un chanoine une prébende, soit le droit de participer aux fruits de la mensa commune, d'où aussi la nécessité de participer à la dotation de la mense par leur don. À Dax55, Tuald « donne » très clairement à Sainte-Marie, dans la main de l'évêque Arnaud Guilhem, un verger contre la somme de 20 sous poitevins (achat du capital) et se voit concéder la moitié d'une prébende au réfectoire (rémunération de la production du verger), et pour toute sa vie une « refectoria », soit probablement un droit d'accès au réfectoire.

  • 56 La contrepartie de la nourriture et du logement assurés par la communauté accueillante est souvent (...)
  • 57 On a aussi à Dax des converses femmes, issues de la noblesse pour ces exemples: Garsiette, vicomtes (...)
  • 58 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306.
  • 59 En Aragon également, plusieurs hommes seuls avec enfant apparaissent comme « conchanoines » selon l (...)
  • 60 Foreville, 1995, acte n°36, p. 132.

20Au-delà de ce principe général, ce rapprochement physique de la communauté donne lieu à la création d’un vocabulaire assez complexe qui semble désigner des catégories de personnes sensiblement différentes qui ne se considèrent pas toutes comme « chanoines associés ». Les termes de « conversus » et de « conversa » sont employés, qui peuvent, à l'image du convers dans la communauté monastique, renvoyer à des laïcs exécutant des services de travail rendus à la communauté56. Le fait de s'appeler conversus (converti)57 n'est pas neutre, il manifeste bien sûr l'association de la personne à la dimension religieuse de la communauté même si individuellement, ce n'est pas sa vocation propre. Quand Bertrand d'Aumès donne son neveu Pons Carbonnel comme chanoine en 115258, il se donne en même temps comme convers: « donavit Deo et Sancto Stephano Agathensis sedis se ipsum pro converso ». Cela manifeste le lien créé entre la famille et le chapitre, et ce statut caractérise celui de l'oncle qui ne devient pas lui-même chanoine mais qui donne des biens au chapitre59. En 115960, le même terme de « conversus » est employé par un chevalier, Bernard de Tongue, qui fait son testament en présence de sept chanoines d’Agde, et qui donne son corps et son âme à Dieu, à la Vierge et à saint Etienne, « per conversum ». Il distribue ses biens, en argent à l'évêque et à tous les membres du chapitre en distinguant précisément les ordres (prêtre, diacre, enfant dans les ordres mineurs) et distribue ses vêtements et ses armes aux églises de la ville. On a plutôt là le signe d'une conversio avant de mourir qui n’implique pas forcément une fin de vie à l’ombre de la cathédrale.

  • 61 Foreville, 1995, acte n°175, p. 248-249.

21À noter aussi à Agde en 116461 l'expression de « frater et clericus »: Raimond Auruza donne à la mense deux terres et un pré à Médeillan et Guillaume de Minerve, évêque d'Agde (1163-1173), de l'assentiment du chapitre, le reçoit en frère et clerc de Saint-Étienne selon une formule à la première personne du singulier qui rappelle encore celle de la commendatio vassalique: « et ego Guillelmus, Agathensis episcopus cum consilio communis capituli, recipio te Raimundum Auzura, pro fratre et clerico Sancti Stephani ». Quelle est la différence avec le convers ? Par ce statut de clerc, Raimond est-il admis davantage au chœur ? C’est probable.

Les bénéfices spirituels propres à l'association avec des chanoines séculiers

  • 62 Ces motivations de la part des laïcs associés d’une façon ou d’une autre sont toujours les mêmes: l (...)
  • 63 Pon; Cabanot, 2004, 55.

22Il est incontestable que ces formes de rapprochement plus ou moins radical de la communauté canoniale avaient aussi des motivations spirituelles. Le fait d’habiter à côté de la cathédrale, dans les murs de ses bâtiments communs ou non loin de là, permet probablement aux uns et aux autres d'assister aux heures canoniales hors du chœur. Les chanoines restent les spécialistes du chant de la liturgie mais les laïcs qui les entourent peuvent bénéficier de ce lieu où la prière est intense62. Le fait qu’à Agde, la familia du chapitre soit aussi nommée « fraternitas »63 fait penser que les liens de la charité doivent aussi unir ses membres, clercs ou non, et que l’on passe sémantiquement avec facilité du contenu (la fraternité) au contenant (la communauté).

  • 64 Foreville, 1995, acte n°195, p. 264.
  • 65 Foreville, 1995, acte n°253, p. 303.

23À tous ceux qui contribuent à la vie du chapitre, par leurs dons, leur travail, leur simple présence, les chanoines rendent des services spirituels. Demandés à la fois par des clercs et des laïcs dans la documentation, on ne peut établir vraiment qui les invente en premier. En tout cas, la familiarité entretenue au quotidien fait que les pratiques sont poreuses d'un monde à l'autre. Cela peut être une association spirituelle très vague dans son expression : en 117364, Pierre Fainard fait don d'un alleu au chapitre d'Agde si « ipsi canonici colligant me in omnibus beneficiis predicte ecclesie »: être compté dans les bienfaits de l’église. En 114865, Pierre Guarin formule une demande précise de prière pour son âme, pour celle de Bernard de Roujan, son bienfaiteur et pour celle de sa mère, Marie Bordelle. Il demande la célébration chaque année de dix messes le 3 des ides d'août, ce qui est déjà une pratique intense du renouvellement du sacrifice eucharistique.

  • 66 Foreville, 1995, acte n°159, p. 234-235 (1128): Ermengarde, son fils Raimond, sa fille Ricarde, son (...)
  • 67 Foreville, 1995, acte n°12, p. 109-111: en 1149, l'évêque Emengaud donne « ipsum tertium de Mesua a (...)
  • 68 Foreville, 1995, acte n°279, p. 324.

24Cela peut passer aussi par la garde du patrimoine d'une famille partant pour le pèlerinage pour Jérusalem (et son gain si personne n'en revient66), par l'entretien du luminaire devant un autel67, par la récitation d'un office en mémoire de l'âme d'un défunt, selon une fréquence très variable. La liberté est donc grande dans la formulation des demandes et d’autres gestes sont plus originaux et moins encadrés par une pratique uniformisée: en 111768, l'évêque d'Agde, Bernard Ier Déodat (1099-1122), avec le conseil de ses chanoines, donne une chapelle dépendant d'une église à deux pieuses femmes, Ermengarde et Aldiarde (« vobis duabus devotis mulieribus »), pour qu'elles puissent prier et y mener une vie sainte (« causa orationis, eo quod ibi ducatis bonam vitam »), avec une pièce de terre qui jouxte l'église et un jardin. Ces femmes ne sont dites ni oblates, ni recluses, ni données au chapitre, mais celui-ci leur permet de mener cette vie religieuse sans devenir moniales et tout en profitant probablement des services liturgiques rendus à la cathédrale. Rien d'anormal donc à ce que les « chanoinisés » demandent les mêmes choses que leurs contemporains et en profitent, avec l'assurance, quand ils obtiennent une tombe au cloître, de n'être pas enterrés dans une fosse commune ou dans un cimetière sans le repère constitué par une tombe précise.

  • 69 La confrérie la plus ancienne attestée en Val de Loire remonte au milieu du XIe siècle. Elle se con (...)
  • 70 Pon; Cabanot, 2004, acte n°155, p. 356-359 (1117-1143).
  • 71 Le commentaire des éditeurs dit que ce sont les paroissiens des paroisses urbaines, Pon; Cabanot, 2 (...)

25Cependant, cette communauté aux contours informels peut se structurer plus nettement sous la forme de la « fraternitas », qui exprime par ailleurs le lien personnel d'amitié spirituelle unissant les familiers de tout genre au chapitre69. On en a un exemple précoce à la cathédrale de Dax avec la création dans les premières décennies du XIIe siècle70 d'une fraternité Notre-Dame (« fraternitas ») qui reprend comme patronne celle de la cathédrale et qui semble être, si ce n'est créée, en tout cas institutionnalisée par l'évêque Guilhem Heugas qui conclut son texte par quelques points de statuts. Il n'est pas certain que les « confratres » ne soient que des personnes s'étant données au chapitre71, mais cette association spirituelle manifeste l'aura spirituelle qui entoure la cathédrale et ses membres, dont bénéficient déjà des individus depuis plusieurs décennies. Il semble que l’on passe ici de gestes individuels, au mieux familiaux, à une organisation collective. L'entrée dans la fraternité n'est pas décrite, on ne sait quelle cérémonie y préside et même s'il y en a une, mais le droit d'entrée est un don de deniers fait le jour de la fête de l’association (la Mi-Carême), pour contribuer à l'édification de la cathédrale, et aussi de pains pour servir aux pauvres. Ces pains serviront aux aumônes organisées par le chapitre, probablement également au réfectoire. L’offrande peut enfin se faire en chandelles destinées à être brûlées pendant les messes. Les dons sont donc moins lourds qu'une part de patrimoine familial légué au chapitre, ce qui permet d'une certaine manière de faire entrer plus de monde dans la fraternité de l'institution canoniale.

  • 72 Ce type de prières pour les défunts à destination d’un groupe circonscrit, dans la mouvance d’un ét (...)

26Ensuite, les deux communautés se retrouvent physiquement une fois par an, pour une messe solennelle célébrée au chœur de la cathédrale par l'évêque lui-même et il faut penser que, pour célébrer le milieu du Carême, un repas est organisé au réfectoire du chapitre, faisant se croiser là encore plus de familiers. La commensalité propre à la vie communautaire des chanoines se partage facilement et les femmes y sont acceptées comme les autres femmes de l'entourage canonial. En matière de bénéfice spirituel, le jour dit, l'évêque s'engage à absoudre des « petits péchés », trop nombreux à énumérer, et à alléger de quarante jours la pénitence éventuellement infligée pour les plus gros, pratique précoce de la remise de peine, d’origine épiscopale. Le bénéfice personnel en matière de sanctification est réel et s'exprime sous forme de rétribution. La communauté canoniale, quant à elle, est sollicitée pour dire tous les jours une messe pour le repos des âmes des confrères, ce qui est déjà très significatif, ainsi qu’un office spécifique à chaque fois qu'elle est avertie du décès d'un confrère ou d'une consœur, ainsi assuré(e) d'avoir une prière soutenue au moment fatidique de la mort. Le texte précise que cela sera réalisé même si le confrère n'a pas fait d'offrande spécifique pour cela. Et l'évêque, averti où qu'il soit, dira aussi une messe à cette intention. Enfin, tous les prêtres du diocèse seront tenus, par ordre de leur évêque, de célébrer une fois par an, le même jour et dans toutes leurs églises, un office pour l'âme de tous les défunts de la confrérie72. C’est un dispositif remarquable pour ces bénéficiaires.

27À Agde, on n’a pas de trace d'une organisation confraternelle identique mais dans quelques actes, on peut déceler cette même volonté d'associer tout le clergé du diocèse à des célébrations pour les clercs ou pour les laïcs. Guillaume ou Guilhem Rainard, chanoine d'Agde et intendant de sa dépendance domaniale de Vias, fait un don pour son âme en 1161, il concède au chapitre une terre qu’il vient d’acheter à Adelme, fille de Bernard Hugo, la reçoit en fief viager de la part de l’évêque et du chapitre et demande plusieurs choses sur les revenus qui en seront tirés: que son successeur chanoine (et possesseur du fief) organise la célébration de messes (une fois par an) par tous les clercs présents dans la cité:

  • 73 Foreville, 1995, acte n°90, p. 178-179. Voir sur lui, ses deux testaments et la cinquantaine d’acte (...)

tali conditione ut quisquis predicti honoris possessor extiterit, singulis annis ab omnibus sacerdotibus quotquot in civitate Agathensi fuerint, pro anima mea et parentum ac dominorum meorum missas celebrari facient 73,

  • 74 On peut également ajouter ici la fondation par Adhémar, évêque d'Agde (1153-1162), en 1162, d’un re (...)

28et que tous ces clercs soient conviés à un repas dans la maison canoniale payé sur le legs (« et omnibus clericis quicumque in predicta civitate fuerint, eadem die convivium in canonica faciat »)74. C'est un geste individuel qui rappelle le geste communautaire de Dax.

  • 75 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

29C'est là que la spécificité de l'association spirituelle à un chapitre cathédral séculier apparaît comme la plus nette. L'évêque et son chapitre sont la tête du diocèse, ils incarnent son institution identitaire et avec eux, c'est l'ensemble des diocésains qui est porté par la prière. Il est d'ailleurs significatif que lors du transfert de la cathédrale Notre-Dame de Dax dans les murs de la cité75, les bourgeois les plus éminents de la ville aient souhaité s'associer comme chanoines à l'institution qui reprenait forme. À Dax, les confrères de Notre-Dame bénéficient de cette dimension diocésaine qu'un ordre monastique ne peut apporter, quand tous les prêtres, de la cité ou du diocèse disent en même temps une messe et que l'ensemble de leurs suffrages montent au Ciel. Dans des petits diocèses où les gens semblent tous se connaître, cette fraternité spirituelle a du sens. Ensuite, c'est une institution séculière et les femmes y trouvent un accueil qui leur est parfois refusé dans les communautés monastiques masculines qui, dans la même région, acceptent des inhumations mais dans le cimetière et non dans le cloître. Enfin l'évêque trouve là un moyen de s'occuper des âmes qui lui sont confiées et d’associer très concrètement et de manière soutenue les fidèles au bénéfice des prières de lui-même et de son chapitre.

  • 76 Pon; Cabanot, 2004, acte n°35, p. 152-157 (1151-[1170-1191]).

30Finalement, quel bénéfice la communauté canoniale tire-t-elle de ces associations avec les fidèles ? Certes l'augmentation permanente de son patrimoine en donnant une récompense spirituelle à ses bienfaiteurs, mais aussi la consolidation d’un cercle plus rapproché de laïcs qui, dans le quotidien, sont amenés à être en contact permanent avec elle. C'est aussi un moyen de pacifier les relations conflictuelles avec les détenteurs du patrimoine: Arnaud Laodice76, atteint de la lèpre dans la seconde moitié du XIIe siècle, se prépare pour un voyage à Salerne afin de bénéficier des soins médicaux prodigués là-bas. Il offre une église au chapitre de Dax qui, en contrepartie, lui donne une somme d'argent et surtout un cheval de qualité. Les descendants sur deux générations contestent violemment le don à l'église et le chapitre doit parvenir à une composition qui se solde par la « chanoinisation » du fils d’Arnaud et la concession d'une sépulture au cloître pour son petit-fils, inhumation célébrée en grande pompe entre 1169 et 1190, en présence de l'archevêque d'Auch et tous les prêtres du diocèse réunis en synode, le chapitre s'étant engagé à en assumer les frais. Les deux éléments constitutifs de l'association au chapitre ont donc servi à pacifier les relations avec les laïcs. Cependant, il semble que ce phénomène s'arrête avec le début du XIIIe siècle. Peut-être est-ce lié aux transformations qui affectent alors partout dans le monde canonial le mode de répartition des ressources et donc les formes de la vie communautaire. À partir de ce moment, les confréries de laïcs qui ont vu le jour dans le giron des chapitres s'autonomisent et sont moins fusionnelles par rapport au clergé qui les a fait naître.

  • 77 C. Vincent (1996, p. 291) fait cette remarque que les moines bénédictins sont aussi probablement pl (...)
  • 78 En cela, je ne partage pas l’idée de Ch. de Miramon (1999, p. 83) qui voit dans l’intention des for (...)

31L’association des laïcs sous forme de donnés, convers, confrères n’est pas propre au monde canonial. Elle est largement partagée par d’autres communautés religieuses tout au long du Moyen Âge et au-delà. Cependant, il semble que par la proximité entretenue avec le monde profane, les chanoines séculiers des cathédrales l’aient volontiers admise, voire entretenue, même au XIIe siècle, car, comme les ordres anciens77, ils sont moins attachés à la séparation entre clercs et laïcs voulue par la Réforme grégorienne. Ce qui frappe néanmoins dans la documentation étudiée est l’emploi de ce terme de « canonicare » qui insiste sur l’assimilation au sein de la communauté canoniale (alors qu’un équivalent monastique n’existe pas)78. Cela témoigne de la souplesse des contours des chapitres qui ne les conduit pas à faire de différence, comme nous le voudrions, entre vrais chanoines, c’est-à-dire les clercs ordonnés, et chanoines ou chanoinesses associés qui participent aussi à l’animation (au sens spirituel) de la cathédrale. Cela tient probablement au fait que l’état de cléricature est encore vécu comme étant proche du mode de vie laïc, tant que les chanoines sont pour beaucoup des clercs mineurs mariés. Ils incarnent en tout cas l’Église-mère de leur diocèse et son identité, et c’est cette spécificité que recherchent les personnes qui s’agrègent à eux.

Bibliographie

BOUTOULLE, Frédéric (2008) – Dax et la société dacquoise d’après le Livre Rouge (1052 - milieu du XIIe siècle). Société et pouvoirs (2e partie). In Bulletin de la Société de Borda, 2008, 3e trimestre, p. 247-268.

CABY, Cécile (1996) – Conversi, commissi et oblati ; les laïcs dans les établissements camaldules au Moyen Âge. in Les mouvances laïques des ordres religieux. Actes du Troisième Colloque International du CERCOR, Tournus, 17-20 juin 1992. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne. p. 50-65.

CHASTANG, Pierre (2008) – S’enrichir au Moyen Age. Le parcours de Guilhem Rainard, chanoine d’Agde († 1176). Annales du Midi [Online]. Vol. 120, nº 265, p. 317-335. [Consult 24 May 2019].

CHIBNALL, Marjorie (1996) – Liens de fraternitas entre l’abbaye de Saint-Evroult et les laïcs (XIe-XIIe siècles). In Les mouvances laïques des ordres religieux. Actes du Troisième Colloque International du CERCOR, Tournus, 17-20 juin 1992. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne. p. 235-239.

DÉBAX, Hélène (2003) – La féodalité languedocienne (XIe-XIIe siècles). Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

DUHAMEL-AMADO, Claudie (2007) – Genèse des lignages méridionaux, t. 2 : Portraits de familles. Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail.

FOREVILLE, Raymonde (1972) – Le chapitre cathédral d’Agde d’après le cartulaire de Saint-Étienne. In Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300). Toulouse : Privat (Cahiers de Fanjeaux, 7). p. 285-333.

FOREVILLE, Raymonde (1995) - Cartulaire du chapitre cathédral Saint-Étienne d'Agde. Paris : CNRS Éditions (Documents, études et répertoires publiés par l'IRHT).

GUILBERT, Sylvette (1996) – Donnés, rentez et rendus à l’abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIe siècle. In Les mouvances laïques des ordres religieux. Actes du Troisième Colloque International du CERCOR, Tournus, 17-20 juin 1992. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne. p. 103-113.

de MIRAMON, Charles (1999) - Les "donnés" au Moyen Âge. Paris : Cerf.

PON, Georges ; CABANOT, Jean (2004) – Cartulaire de la cathédrale de Dax, « Liber rubeus » (XIe-XIIe siècles). Dax : Comité d'études sur l'histoire et l'art de la Gascogne.

TOUATI, François-Olivier (1996) – Les groupes de laïcs dans les hôpitaux et les léproseries au Moyen Âge. In Les mouvances laïques des ordres religieux. Actes du Troisième Colloque International du CERCOR, Tournus, 17-20 juin 1992. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne. p. 137-162.

VAUCHEZ, André (1996) – Les mouvances laïques des ordres religieux, conclusion pour la période médiévale. In Les mouvances laïques des ordres religieux. Actes du Troisième Colloque International du CERCOR, Tournus, 17-20 juin 1992. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne. p. 517-523.

VINCENT, Catherine (1996) – Fraternités laïques et monastères bénédictins au XIIe siècle : quelques questions à partir d’une fraternitas de l’abbaye Saint-Vincent du Mans. In Les mouvances laïques des ordres religieux. Actes du Troisième Colloque International du CERCOR, Tournus, 17-20 juin 1992. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne. p. 279-294.

Notes

1 André Vauchez (1996, p. 517) dans les conclusions du colloque sur Les mouvances laïques des ordres religieux remarquait déjà que les formes d’association entre laïcs et religieux avaient surtout été étudiées pour les convers monastiques et les tiers-ordres mendiants mais les communications du colloque lui-même n’ont pas du tout abordé les chapitres séculiers. Ch. de Miramon (1999, p. 78-87) dans son ouvrage sur Les "donnés" au Moyen Âge consacre seulement quelques pages à ce qu’il nomme le « concanonicat » et prend ses exemples dans plusieurs chapitres cathédraux aragonais. Il faudrait multiplier des études sur le même thème au sein des chapitres cathédraux ailleurs en Europe.

2 Miramon (1999, p. 78) considère que l’apogée de ces liens d’amitié ou d’échange établis entre maisons religieuses et laïcs se situe à la fin du XIIe siècle, notamment en Aragon.

3 De manière plus générale, les femmes trouvent aussi un accueil dans d’autres types de communautés, pas forcément canoniales, notamment chez les Camaldules où, en couple ou seules, elles continuent à vivre dans leur maison jusqu’à leur mort, ou résident même quelquefois au monastère, Caby, 1996, 56-57 ; à Clairvaux, les donnés sont logés par le monastère dans des maisons qui lui appartiennent en ville ou à la campagne, ou encore à l’abbaye, hors clôture, Guilbert, 1996, 107.

4 Les chapitres choisis ont laissé des cartulaires fournis (actes datés entre le courant du XIe siècle et le courant du XIVe siècle pour Dax ; entre la seconde moitié du XIe siècle et le début du XIIIe siècle, avec une grande majorité d'actes du XIIe siècle, pour Agde). Ils ont été bien publiés, par Raymonde Foreville en 1995 pour Agde et par Georges Pon et Jean Cabanot (ainsi que traduits) en 2004 pour Dax. Voir le croquis de répartition chronologique des actes du chapitre d’Agde dans Chastang, 2008, 218.

5 Débax, 2003, 17 et 24.

6 Foreville, 1995, acte n°249, p. 300-301.

7 Pon ; Cabanot, 2004, 48-49.

8 À la différence, semble-t-il, de « canonica » qui renvoie à la communauté humaine (Foreville, 1995, acte n°299, p. 339-340, XIIe siècle) mais aussi à la maison commune (« ante portam de ipsa canonica ») ou encore à la portion de biens qui appartient en propre à un chanoine (« qui est fevus de canonica ejusdem Pontii »), Foreville, 1995, acte n°18, p. 116-117 (1137). Ce terme de « communia » est fréquent dans la documentation des chapitres depuis l’époque carolingienne pour désigner le patrimoine commun.

9 Le 26 décembre 1173, Foreville, 1995, acte n°8, p. 104-106.

10 Le réfectorier doit manger avec les chanoines au réfectoire car sa fonction consiste surtout à approvisionner chaque jour la « mensa » (table) des chanoines en pain, vin, cidre et nourriture cuisinée, en plus des chandelles et des distributions exceptionnelles en temps de fête, Pon ; Cabanot, 2004, 45 et acte n°54, p. 178-179.

11 À Agde, on a aussi mention d'une « domus communie » où l’acte est rédigé, semble-t-il dans la cité elle-même, Foreville, 1995, acte n°41, p. 135-136 (1153).

12 On repère plusieurs pères à Dax comme l'archidiacre Amanieu d'Ax, attesté entre 1143 et 1168 et doté de plusieurs fils (Pon, Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127, mi-XIIe s.) tout comme à Agde où le chanoine Pierre Carbonnel, qui entre au chapitre vers 1152, laisse à sa mort cinq enfants, Foreville, 1995, acte n°260, p. 308-309, sans que l’on puisse savoir s’il s’agit d’hommes entrés dans le clergé une fois veufs ou de clerici conjugati.

13 Le lieu appelé à Dax "Septs de l'église" est l'endroit où les chanoines et des membres de la « familia » canoniale ont leurs demeures. Le cartulaire mentionne en plus du réfectoire des chanoines, une ancienne cuisine construite en pierre (au XIIe siècle, les maisons des chanoines ne doivent pas en être éloignées car la nourriture y est apportée aux chanoines malades ou anémiés), Pon ; Cabanot, 2004, 45. À Agde également, les chanoines vivent dans des maisons individuelles, mention de la maison de l’archidiacre vers 1175, Foreville, 1995, acte n°156, p. 155-156, ce qui ne les empêche pas d’avoir aussi une maison commune à Vias, avec un réfectoire, voir note 22.

14 Foreville, 1995, 20.

15 Il semble qu'à Agde, une grande partie des actes scellés dans le courant du XIIe siècle le soit par la juridiction gracieuse du chapitre, preuve du recours que constitue cette institution pour toutes les personnes qui ont besoin d’un acte officiel.

16 À Dax, sur cinq cents personnages cités, 80 % sont des laïcs. Ils appartiennent à tous les milieux de la société, Pon ; Cabanot, 2004, 57-58.

17 Plusieurs ouvrages permettent cependant de se repérer pour Agde: sur plusieurs chanoines évoqués dans le cartulaire, Foreville (1972) ; sur les familles d’Agathois citées, Duhamel-Amado (2007). Pour Dax, voir Boutoulle (2008).

18 C’est la méthode que préconise Vauchez (1996, p. 521-522) avant de chercher précisément ce à quoi renvoie toute une gamme de termes polysémiques.

19 Voir par exemple, parmi de très nombreux exemples, les actes de 1190-1193 et 1196 où apparaît comme témoin un certain Pierre, seulement dit neveu de l’archidiacre Pierre (de Corneilhan), Foreville, 1995, acte n°181, p. 253-254 (1196) et acte n°384, p. 427-428 (1190-1193).

20 La proximité de la famille des chanoines est évidente dans les transactions en faveur du chapitre d'Agde: garantie donnée par un neveu du chanoine Pons de Cassan en 1144, Foreville, 1995, acte n°283, p. 327-328 ; don d'un mas par le frère d'un chanoine en 1146, Foreville, 1995, acte n°137, p. 216.

21 On en a un exemple en 1132 quand Raimond Ier de Montredond, évêque d'Agde (1130-1143), Ermengaud, archidiacre, Raimond, sacriste et tous les autres chanoines de Saint-Étienne, donnent à Raimond de Foreville une terre pour y planter des vignes et des arbres, à charge pour lui de leur verser le quint des fruits, et de les amener « in domo de communia ». La terre sera à lui et à sa descendance, « si in dominio fuerint homines de communia Sancti Stephani », de telle sorte qu'il ne pourra pas vendre la terre ni la mettre en gage « nisi ad nos in communia, vel ad homines ejusdem domus », Foreville, 1995, acte n°200, p. 267. Raimond appartient donc aux dépendants des chanoines, en lien avec d'autres dépendants, attachés au service de la (ou des) maison(s) du chapitre.

22 En 1139, concession par deux frères d'un bien détenu par leur père, « in illo loco qui est ante portam de manso Sancti Stephani in villa de Aviatio », Foreville, 1995, acte n°209, p. 272-273. Voir aussi les actes n°17, p. 114-115 [1155, Guilhem Rainard, chanoine intendant de la maison de Vias] et n°211, p. 274 [1155, sur le solarium de la maison (canonica) de Vias où est conclu un acte].

23 Pon; Cabanot, 2004, acte n°42, p. 164-165 (mi-XIIe s.).

24 La fortune du chanoine Guilhem Rainard, révélée par ses deux testaments de 1155 et 1167 confirme l’importance de la pratique du prêt par un ecclésiastique, et donc probablement par sa communauté, voir note 73.

25 L’honneur qui constitue le fief désigne une certaine part des biens de quelqu’un qui peut rassembler des éléments disparates. Le franc fief désigne le fait que cet acte d’hommage se fait contre le versement d’une somme d’argent et sans contrepartie de travail ni de service rendu, Débax, 2003, 179.

26 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306 (1152 et 1164). Certains auteurs ont déjà remarqué la similitude entre la commendatio vassalique et l’acte d’association à une communauté religieuse, même s’il ne faut pas assimiler les vassaux de l’institution aux membres de sa mouvance, Touati, 1996, 153 ; Miramon, 1999, 84.

27 Foreville, 1995, acte n°44, p. 138. On comprend cet engagement du vicomte, récemment investi de la cité d’Agde, vis-à-vis de l’Église-mère du diocèse, Débax, 2003, 73.

28 Foreville, 1995, acte n°228, p. 285-286.

29 Pon ; Cabanot, 2004, acte n°55, p. 180-181, sans date.

30 La destination d’un enfant au chapitre est très clairement une stratégie familiale, ce qui explique que le consentement de l’intéressé importe peu. Cela est tout à fait différent du sort des enfants des couples donnés au sein d’autres communautés qui très souvent ne sont pas obligés de rester là, une fois adultes, Guilbert, 1996, 110 ; Touati, 1996, 153.

31 Pon ; Cabanot, 2004, acte n°14, p. 118-119, sans date.

32 Foreville, 1995, acte n°32, p. 129-130.

33 Foreville, 1995, acte n°12, p. 109-111.

34 La carrière du chanoine d’Agde Guilhem Rainard montre clairement que les qualités des membres de son réseau personnel sont les mêmes que ceux de la communauté canoniale, Chastang, 2008.

35 Foreville, 1995, acte n°260, p. 308-309.

36 Foreville, 1995, acte n°261, p. 309-310.

37 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306. Voir note 26.

38 Voir note 9.

39 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306.

40 Foreville, 1995, 535.

41 Foreville, 1995, acte n°171, p. 244-246 ; actes n°32, p. 129-130 et n°42, p. 136-137 (1146).

42 Foreville, 1995, acte n°13, p. 110-111.

43 Un Guillaume de Foreville est mentionné comme témoin de deux chartes en 1164 et 1165, il est dit clerc, Foreville, 1995, actes n°147, p. 226-227 et n°175, p. 248-249.

44 Foreville, 1995, acte n°251, p. 301-302.

45 Foreville, 1995, acte n°16, p. 113-114. À cette date, sa mère Rangarde, et les autres membres de sa famille, confirment le don fait d’un four au chapitre, même après la mort de Pierre, éphémère chanoine de 1155 à 1158.

46 Les formules du XIIe siècle dans le Midi languedocien sont : « fiat homo » ou « efficitur homo », ce qui exprime bien que la relation est instituée, Débax, 2003, 188.

47 Malheureusement, on ne conserve pas d’actes d’auto-tradition à proprement parler, exprimant le don de soi et de ses biens, et des clauses propres qui expliciteraient le sens de la démarche, comme il en existe pour les commis dans l’ordre camaldule (serment d’obéissance au supérieur, quelquefois des clauses liées à des vœux), Caby, 1996, 54-55. De manière générale, ce type de contrat contient toujours les mêmes éléments quel que soit « l’ordre » choisi : abandon des biens dont le détenteur reste l’usufruitier, engagement d’un entretien par la communauté bénéficiaire, Touati, 1996, 152 ; donation de soi devant notaire, pour bénéficier des oraisons faites au monastère (ici Clairvaux), Guilbert, 1996, p. 105. Cinquante-six actes d’auto-tradition sont consignés dans le cartulaire du chapitre d’Huesca entre 1110 et 1250, avec leurs formules d’auto-tradition et de réception qui garantit le gîte et couvert contre la liste des biens légués (et éventuellement les clauses de réserve d’usufruit voire de rupture), Miramon, 1999, 80.

48 « Guasen de Podio, canonicando se ipsam, dedit Sancte Marie unum stagerium scilicet Amalbinum de Mauburgeto », Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

49 Il semble que ces donations de soi ne soient conçues que rarement avec un caractère définitif ; à Clairvaux, l’association peut n’être que temporaire, Guilbert, 1996, 106.

50 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

51 Pon; Cabanot, 2004, 43-44 : à Dax, le claustrum désigne soit le cloître qui flanquait au sud la nef de la cathédrale et s'étendait jusqu'au rempart antique, soit la clôture du quartier cathédral.

52 L’expression « chanoine laïc », souvent reprise dans la littérature grise qui ne prend pas assez en considération le fait que beaucoup de chanoines ne sont pas des laïcs mais des clercs mariés, n’est jamais employée dans notre documentation.

53 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

54 Pon; Cabanot, 2004, acte n°78, p. 204-207.

55 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

56 La contrepartie de la nourriture et du logement assurés par la communauté accueillante est souvent le travail manuel, cuisine et jardinage (Caby, 1996, 59), labourage (Guilbert, 1996, 109).

57 On a aussi à Dax des converses femmes, issues de la noblesse pour ces exemples: Garsiette, vicomtesse de Maremne (Pon ; Cabanot, 2004, acte n°17, p. 129-130), et Grâce de Heugas: « Grâce de Heugas, fille d'Arnaud, s'est faite converse de l'église de Dax, du vivant de l'évêque Bernard et au temps de Forton de Seyresse, qui l'a accueillie et a pourvu à ses besoins sa vie durant sur les biens de la fabrique de Sainte-Marie » (Pon ; Cabanot, 2004, acte n°131, p. 263).

58 Foreville, 1995, acte n°257, p. 305-306.

59 En Aragon également, plusieurs hommes seuls avec enfant apparaissent comme « conchanoines » selon l’expression de l’auteur qui se demande s’il ne s’agit pas alors d’en faire un chanoine, Miramon, 1999, 82.

60 Foreville, 1995, acte n°36, p. 132.

61 Foreville, 1995, acte n°175, p. 248-249.

62 Ces motivations de la part des laïcs associés d’une façon ou d’une autre sont toujours les mêmes: la régularité des messes, l’accès aux sacrements, la sépulture proche, Guilbert, 1996, p. 108 ; la prière pour les vivants et les morts, Chibnall, 1996, 238.

63 Pon; Cabanot, 2004, 55.

64 Foreville, 1995, acte n°195, p. 264.

65 Foreville, 1995, acte n°253, p. 303.

66 Foreville, 1995, acte n°159, p. 234-235 (1128): Ermengarde, son fils Raimond, sa fille Ricarde, son mari Benoît Torrini et leurs enfants Guillaume et Amada vendent pour 150 sous melgoriens à la communauté canoniale l'alleu qu'ils ont à Vias, avec possibilité de le récupérer (au même prix) si au moins l'un d'entre eux rentre de Jérusalem, le chapitre se réservant le droit de préemption.

67 Foreville, 1995, acte n°12, p. 109-111: en 1149, l'évêque Emengaud donne « ipsum tertium de Mesua ad illuminandam unam lampadem anter altare Sancti Stephani die noctuque. Dono iterum ipsas terras de Potentiano, que fuerunt de canonica Pontii de Catiano, ad elemosinam Sancti Stephani de communia, quad predictas terras habeat Villelmus capellanus in vita sua ; et donet per unumquemque annum de tenezone sextarium unum de annona elemosine. Post mortem vero ejus de libere habeat elemosina ».

68 Foreville, 1995, acte n°279, p. 324.

69 La confrérie la plus ancienne attestée en Val de Loire remonte au milieu du XIe siècle. Elle se constitue elle aussi dans l’entourage d’un chapitre cathédral et elle est constituée par quelques chevaliers, des artisans et des domestiques, familiers de la cathédrale de Tours, inscrits en couple ou en fonction de liens familiaux, Vincent, 1996, 290.

70 Pon; Cabanot, 2004, acte n°155, p. 356-359 (1117-1143).

71 Le commentaire des éditeurs dit que ce sont les paroissiens des paroisses urbaines, Pon; Cabanot, 2004, 356-359. La raison qui préside au choix de l’association avec telle ou telle communauté ressort souvent, semble-t-il, de la proximité géographique, en plus des liens familiaux, Caby, 1996, 57-58 et note 69.

72 Ce type de prières pour les défunts à destination d’un groupe circonscrit, dans la mouvance d’un établissement religieux, est attesté par ailleurs. C’est par exemple le cas dans les monastères normands d’Ouche, Saint-Evroult et Boscherville où dans la seconde moitié du XIIe siècle, est établi un anniversaire le 26 juin pour tous les parents, vivants mais surtout défunts, des moines de ces communautés, dont les noms sont inscrits sur un très long rouleau de parchemin. À Dax, le principe est étendu aux membres d’une parenté spirituelle et non charnelle, même si celle-là est probablement représentée aussi, Chibnall, 1996, 235-236.

73 Foreville, 1995, acte n°90, p. 178-179. Voir sur lui, ses deux testaments et la cinquantaine d’actes qui le concernent dans le cartulaire, Chastang, 2008, plus précisément, p. 320 et p. 329 et la fig. 6 p. 334 sur cet acte de 1161.

74 On peut également ajouter ici la fondation par Adhémar, évêque d'Agde (1153-1162), en 1162, d’un repas commun dans la « canonica » entre tous les clercs présents à la procession des Rameaux, qui chanteront ensemble le lendemain une messe des morts pour l'âme de tous les évêques et tous les chanoines défunts, Foreville, 1995, acte n°13, p. 110-111 (1162).

75 Pon; Cabanot, 2004, acte n°15, p. 118-127 (mi-XIIe s).

76 Pon; Cabanot, 2004, acte n°35, p. 152-157 (1151-[1170-1191]).

77 C. Vincent (1996, p. 291) fait cette remarque que les moines bénédictins sont aussi probablement plus ouverts à l’entrée des laïcs dans la spiritualité collective au Moyen Âge central que les ordres nouveaux. Et Ch. de Miramon (1999, p. 85) considère que ce sont les chapitres cathédraux et les ordres militaires qui sont les deux institutions les plus ferventes à développer la confraternité avec les laïcs dans le courant du XIIe siècle.

78 En cela, je ne partage pas l’idée de Ch. de Miramon (1999, p. 83) qui voit dans l’intention des formules d’auto-tradition une fiction.

© Publicações do Cidehus, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search