Version classiqueVersion mobile

La vie communautaire et le service à la communauté

 | 
Anne Massoni
, 
Maria Amélia Campos

Un quotidien partagé entre clercs et laïcs : la gestion de la vie communautaire des chapitres séculiers de Coimbra d’après leurs statuts (XIVe et XVe siècles)

Maria Amélia Campos

Résumé

Au Moyen Âge, la ville de Coimbra avait un chapitre cathédral et sept collégiales avec des communautés de clercs séculiers. Pour l’ensemble de ces églises, sauf quelques documents du XIIe siècle, relatifs à la distribution des revenus à l’intérieur du chapitre cathédral, nous ne connaissons que quatre documents statutaires antérieurs au XVIe siècle.
D’après une analyse de l’ensemble des documents normatifs médiévaux, nous analyserons la vie communautaire des églises collégiales de Coimbra afin de mieux comprendre leurs ressemblances et leurs différences et de percevoir l’influence du chapitre de la cathédrale dans la définition de la vie communautaire des collégiales de la ville.
Après avoir caractérisé les institutions canoniales, nous chercherons les traces de la participation et de l’interférence des laïcs dans le quotidien de ces églises: Quel rôle était-il réservé aux laïcs dans les documents normatifs des églises de Coimbra ? Qui étaient les laïcs envisagés, directement ou indirectement, dans ce genre de documentation ? Par ailleurs, quelle interférence pouvaient-ils avoir dans le quotidien des chapitres ?
C’est en répondant à ces questions qu’il nous sera possible de mieux comprendre la ville où ces communautés séculières avaient un rôle fondamental dans l’organisation sociale, économique et, bien sûr, spirituelle.

Note de l’auteur

Cet article a été élaboré dans le cadre du projet postdoctoral Territoires, sociétés et religions: réseaux paroissiaux dans une ville médiévale européenne. L’exemple de Coimbra, financé par la Fondation Portugaise pour la Science et la Technologie (SFRH/BPD/100765/2014) à travers le Programme Opérationnel Capital Humain (POCH), dans le CHSC-Université de Coimbra et le CIDEHUS-Université de Évora et le CRIHAM-Université de Limoges.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La division paroissiale de Coimbra, fixée dès le XIIe siècle, comptait cinq circonscriptions dans l (...)

1Après la conquête définitive de la ville de Coimbra en 1064, le siège diocésain a été restauré avant 1080 et, pendant le XIIe siècle, nous voyons se mettre en œuvre le processus de division paroissiale (CAMPOS, 2016) de la ville en neuf paroisses qui survivront jusqu’au XIXe siècle1. Pendant le XIIsiècle, à l’exception de la cathédrale et de la paroisse dépendant du monastère canonial de Sainte-Croix, les églises paroissiales de Coimbra s’organisaient en collégiales séculières.

2Le chapitre cathédral de Coimbra existait depuis 1086 et était originellement composé d’un prieur ou doyen et de dix chanoines. En 1116, le nombre de prébendes est fixé à trente et en 1210, ce nombre augmente pour atteindre quarante. Au cours du XIIIe siècle, nous observons la division progressive des revenus et l’affaiblissement de la vie communautaire du chapitre, depuis l’application du régime des prébendes et de l’effective séparation des revenus en deux menses. Au début de ce même siècle, nous pouvons distinguer vingt-cinq prébendes destinées aux chanoines, douze affectées aux huit dignitaires ̶ ̶ le doyen, le chantre, l’écolâtre, le trésorier et les quatre archidiacres ―et deux autres prébendes attribuées respectivement au scriptorium et à la fabrique de la cathédrale (MORUJÃO, 2010, 205-210).

  • 2 Voir Rodrigues et Costa, 1999, doc. 73 (1064) ; doc. 456 (1083) ; doc. 558 (1086-1091) ; doc. 22 (1 (...)

3Entre 1064 et la fin de la première moitié du XIIe siècle, nous repérons toutes les autres églises paroissiales dans les sources rédigées à Coimbra, notamment dans les donations et les testaments des habitants de la ville2. À partir du XIIIe siècle, nous savons que ces collégiales étaient dirigées par des prieurs et qu’elles étaient desservies par des portionnaires ―raçoeiros. D’une façon générale, le prieur devait être parvenu aux ordres sacrés, puisqu’il était le responsable de la cura animarum des paroissiens, en revanche, nous identifions beaucoup de raçoeiros qui, jusqu’à la fin de leur vie, n’étaient promus que dans les ordres mineurs. Nous distinguons aussi le trésorier dont les fonctions ressemblaient beaucoup à celles d’un sacristain actuel. Enfin, nous identifions dans les sources les priostes (désignés également comme prébendiers), et, de façon très ponctuelle, la charge de notaire du chapitre. Au cours du XIVe siècle, nous trouvons des clercs auxiliaires, comme les chapelains et les prêtres recrutés seulement pour célébrer les messes (CAMPOS, 2017a, 199-241). Cette structure est celle de toutes les collégiales de Coimbra, sauf à S. Pedro où il existait aussi la dignité de chantre (VARANDAS, 1999, doc. 9).

  • 3 Rodrigues et Costa, 1999, doc. 124 ; Varandas, 1999, doc. 5 ; Campos, 2017a, 65 ; Guardado, 2000, 3 (...)
  • 4 Lx, ANTT, Colegiada de São João de Almedina (désormais cité par COLSJOC), m. 6, n. 7 et Lx, ANTT, C (...)
  • 5 Varandas, 1999, doc. 5; Rodrigues et Costa, 1999, doc. 545; Guardado, 2000, 27-30.

4Il est, cependant, très difficile de reconstituer l’organisation interne de ces chapitres avant la fin du XIIIe siècle. Les premières références à la charge du prieur sont datées entre 1169 et 1232, et le mot chapitre est repéré pour la première fois dans les sept collégiales entre 1199 et 12873. Bien que ce terme ne soit fixé que pendant le XIIIe siècle, des communautés ecclésiastiques sont identifiées dans la majorité des églises paroissiales de Coimbra déjà au XIIe siècle, où référence est déjà faite à des clercs commorant[es]4. D’ailleurs, dans la première moitié du XIIe siècle, nous repérons quelques citations faites aux confréries des églises de S. Pedro et de S. Bartolomeu et à leurs confrères ecclésiastiques et laïcs, masculins et féminins5, ce qui suscite des doutes pour savoir si les clercs de l’église et les confrères font mention à une seule et même institution. Cette instabilité lexicale aperçue dans l’identification des églises et paroisses que nous venons de mentionner, révèle une certaine indéfinition institutionnelle qui sera résolue pendant le XIIIe siècle, lorsque les concepts du droit canonique se renforcent, les tâches paroissiales se fixent et la hiérarchie de l’Église se place dans le territoire à un niveau local tout autant qu’universel (GAUDEMET, 2007, 182-186 ; FOREVILLE, 2007, 287-307 ; GRELOIS, 2010).

  • 6 Il s’agit de la base de données construite pour l’œuvre Campos 2017a et agrandit au cours de notre (...)

5Dans ce travail, nous nous occuperons de la caractérisation de la vie communautaire des chapitres séculiers de Coimbra au Bas Moyen Âge, à partir de l’étude comparative des documents normatifs régulateurs de leur quotidien, nommés statuts, constitutions ou règlements. Cet exposé sera divisé en trois parties. D’abord, nous présenterons la contextualisation des documents des XIVe et XVe siècle qui font l’objet de notre analyse. Ensuite, nous réaliserons le dépouillement des divers statuts pour essayer de comprendre les traits principaux du quotidien des chapitres séculiers de Coimbra, à partir de questions telles que: le temps partagé en communauté, les règles d’administration institutionnelle, la distribution des revenus à l’intérieur des chapitres, l’attribution de tâches et de responsabilités par leurs agents. Enfin, nous nous interrogerons sur les enjeux qui nous permettent d’observer la participation des laïcs au quotidien des chapitres de Coimbra. Pour ce faire, nous partirons de l’analyse des statuts, mais en ajoutant des informations provenant d’autres sources, notamment celles déjà collectées dans notre base de données prosopographique6 pour les paroisses de la ville.

Les statuts des communautés ecclésiastiques séculières de Coimbra

6 Les statuts, les constitutions ou les règlements produisent des sources de droit particulier et conventionnel, résultant d’accords entre les membres des chapitres, soumis à la confirmation de l’évêque (NAZ, 1935; TORQUEBIAU, 1942, 562-566). Les statuts capitulaires sont, pour ces communautés, des documents normatifs ayant une forte valeur juridique, une sorte de loi interne à laquelle tous jurent obéissance. Néanmoins, leur portée est limitée à l’intérieur du chapitre qui les produit (COLLOMB, 1995, 7-13). Pour la période entre la restauration du diocèse de Coimbra et le début de l’époque moderne, nous ne possédons de statuts que pour le chapitre cathédral et quatre collégiales: Santa Justa, São Pedro, Santiago et São Cristóvão. Il s’agit d’un ensemble de documents très différents entre eux, étant donné les typologies des chapitres respectifs et le contexte de leur production.

7Durant le XIIe siècle, le chapitre cathédral a connu deux documents normatifs qui le réglementaient. En 1116, l’évêque D. Gonçalo a fixé un chapitre composé de trente prébendes, entretenu par le versement du tiers des revenus du diocèse et dirigé par un prieur ou doyen. Le document identifie des structures révélatrices de la vie commune de la communauté et de son évêque autour du chœur, du chapitre, du réfectoire, du dortoir, du cellier et de la cuisine (MORUJÃO, 2010 et RODRIGUES; COSTA, 1999, doc. 627). À la fin du XIIe siècle, l’évêque D. Martinho éprouve le besoin de réglementer le chapitre désormais plus nombreux. En effet, le nombre de prébendes était passé de trente à quarante (AZEVEDO et al., 1979, doc. 34). En 1210, l’évêque D. Pedro Soares promulgue un nouveau document dans lequel il réaffirme la séparation entre les deux menses, suivant les principes adoptés par l’archevêque de Braga (COSTA, 1984, 83). Quelques années plus tard, en 1229, durant son voyage en péninsule Ibérique, le légat pontifical Jean d’Abbeville recueille les documents normatifs du chapitre de Coimbra et systématise dans un nouveau document des aspects comme le nombre des prébendes, les règles de fonctionnement au chœur et pour le service liturgique, les attributions des dignités, les amendes à payer par ceux qui ne comparaissaient pas à l’office des heures (VASCONCELOS, 1857, 36-37).

8La promulgation des documents mentionnés accompagne la formation du chapitre de la cathédrale de Coimbra, depuis sa restauration jusqu’à la période suivant le concile de Latran IV. Ils nous révèlent donc l’application systématique de la Réforme Grégorienne dans un nouveau diocèse de la Chrétienté, qui se trouve progressivement contrôlé par des clercs obéissant à Rome et à la papauté. Chacun à son tour, ces documents normatifs reflètent l’organisation d’une communauté ecclésiastique autour de l’évêque et sous son étroite surveillance, tout comme une division progressive des revenus et des fonctions à l’intérieur du chapitre, normalisées d’après les principes émanés de Braga ̶ ̶ l’unique archevêché du royaume. Enfin, l’intervention du légat pontifical dans l’élaboration des constitutions du chapitre cathédral de Coimbra, ainsi que d’autres chapitres cathédraux et collégiaux de la péninsule, démontre la préoccupation de discipliner et uniformiser le mode de vie des communautés ecclésiastiques, selon les principes établis par Rome (LINEHAN, 2012, 236-256).

  • 7 Au moins douze sur les dix-sept items enregistrés sont transcrits d’après les documents anciens. En (...)
  • 8 Malheureusement, nous ne connaissons pas ce livre d’anniversaires.

9Pour le chapitre de la cathédrale de Coimbra au Moyen Âge, après celui de 1229, nous ne connaissons qu’un autre document statutaire, daté de 1454, publié par Maria do Rosário Morujão (2006). Cet acte représente la compilation des normes rédigées au cours des XIIIe et XIVe siècles ―ordonnées par différents évêques et vicaires généraux7― et enregistrées sur diverses pages d’un livre d’anniversaires de la cathédrale8. Par l’élaboration du document de 1454, le chapitre rappelait et fixait les normes à suivre, il annulait toutes les normes anciennes qui n’étaient pas enregistrées dans ce document, et en introduisait d’autres. Le document a été produit par le chapitre et confirmé postérieurement par l’évêque.

10Le processus d’organisation du chapitre de la cathédrale de Coimbra, vu à travers la présentation de la chronologie de ses statuts, et réalisé à la ressemblance de Braga, aurait des parallélismes avec d’autres diocèses du centre et du sud du pays. Nous connaissons l’existence de statuts depuis les débuts du XIIIe siècle pour Lamego (SARAIVA, 2003, 100-105), Viseu (FARELO, 2016, 262-271) et Évora (PEREIRA, 1972 et VILAR, 1999, 115-137). Tous ces chapitres, tout comme celui de Lisbonne (FARELO, 2003, 46-56), ont revu et augmenté leurs normes internes pendant les XIVe et XVsiècles.

  • 9 Au début du XVIe siècle, l’évêque D. Jorge de Almeida (1483-1543), après la visite des églises ordo (...)

11Pour les collégiales de Coimbra, même quand nous trouvons d’autres références plus anciennes aux « coutumes » (MATOS, 1998, doc. 49), nous ne connaissons que deux statuts pour le XIVe siècle, un statut pour le XVe et deux pour le XVIe. Les derniers concernent les collégiales de Santa Justa et de São Cristóvão, qui ont été élaborés à la suite des ordres de l’évêque après la visite des églises et qui constituent de véritables règlements internes des églises9. Quoiqu’ils soient très utiles puisqu’ils nous permettent de collecter des informations inexistantes dans les sources précédentes, ils ne feront pas l’objet de notre analyse parce que leur chronologie concerne davantage la Modernité que le Moyen Âge.

  • 10 Pendant la période du priorat de Pedro Nunes (1293-1308), nous connaissons trois évêques sur le siè (...)
  • 11 Ce document sur lequel nous reviendrons par la suite est publié dans Campos 2017a, doc. 4.

12En revanche, nous nous occuperons en détail des deux statuts des collégiales du XIVe siècle dont les exemples sont très suggestifs. En 1322, l’évêque de Coimbra ordonne l’annulation des statuts de Santa Justa rédigés durant le priorat de Pedro Nunes (1293-1308), car ce texte n’était pas en conformité avec les règles de l’Église (CAMPOS, 2017a, doc. 2). Malheureusement, nous ne connaissons ni l’ancien document, ni l’identité de l’évêque qui l’avait confirmé10. À la fin de cette année-là, le chapitre de Santa Justa avait été autorisé à rédiger de nouveaux statuts que l’évêque a postérieurement confirmés (CAMPOS, 2017a, doc. 3 et 4). D’après cet événement, comme d’après le contenu du document, nous constatons le contrôle poussé de l’évêque dans la vie quotidienne de Santa Justa11.

  • 12 Lx, ANTT, COLSTGC, m. 13, sans numéro.

13Le statut de S. Pedro a été rédigé en 1348, après la disparition de toute la communauté de l’église provoquée par la Peste Noire. En réunion, le prieur, le chantre et deux raçoeiros qui composaient le nouveau chapitre ont rédigé les nouveaux statuts de la collégiale, affirmant qu’aucun d’entre eux ne connaissait les anciennes coutumes. À la lecture du texte suivant, nous nous apercevons que cette affirmation n’est pas vraie puisqu’ils citent plusieurs fois l’existence d’autres usages pour les révoquer. Ce document a été publié par Isaías da Rosa Pereira (1984) et est le plus détaillé des trois documents normatifs que nous examinerons par la suite ―et sûrement l’un des plus détaillés pour toutes les collégiales portugaises (SILVA, 2009) ―, cependant nous ne connaissons pas la confirmation de l’évêque ni même si elle a eu lieu. Nous avons aussi un document statutaire produit au chapitre de Santiago daté de 1483, concernant un aspect de l’entrée au chapitre par des nouveaux reçus12.

  • 13 Comme pour les autres communautés ecclésiastiques séculières du territoire portugais, il est très d (...)

14Ce travail se centrera plutôt sur l’observation des actes statutaires produits au XIVe siècle et celui de la cathédrale qui, daté de 1454, compile des normes précédentes. Ainsi, nous nous plaçons dans une période de maturité de la sécularisation des chapitres et de la consolidation du concept de bénéfice (MOLLAT, 1935). Période pour laquelle nous identifions d’autres documents statutaires pour des collégiales du diocèse de Braga (MARQUES, 1988, 479-487) et de Lisbonne (RODRIGUES, 1996, 195-274 et SILVA, 2012, 29), entre autres. Ces quatre documents jouent un rôle fondamental pour achever le compromis désiré entre le service religieux communautaire et la vie parmi la communauté laïque de la paroisse et de la ville. Les statuts des chapitres ―normes différenciées pour chaque communauté et établies en leur sein― remplacent l’ancienne règle dont aujourd’hui nous ne savons presque rien13. Leurs contextes de production reflètent leur importance, soit au moment de la consolidation de la communauté, soit à la suite d’un évènement en rupture avec la structure précédente. L’élaboration des statuts soutient la gestion des aspects quotidiens et leur adaptation aux nouvelles nécessités. Enfin, leur rédaction peut résulter aussi du contrôle de l’évêque sur les communautés ecclésiastiques placées sous sa juridiction, à un moment de renforcement du pouvoir épiscopal (GAUDEMET, 2007, 359-365).

Gestion et quotidien des communautés séculières de Coimbra

  • 14 Voir Lx, ANTT, COLSP, m. 9, n. 39 (1346).

15L’entrée d’un nouvel élément aux chapitres séculiers de Coimbra était décidée par un système de cooptation au sein de sa communauté et devait être postérieurement confirmée par l’évêque. Nous savons peu de choses sur la présentation de ces clercs, mais pour quelques-uns, nous savons qu’il y a eu l’intervention des détenteurs du droit de patronage14.

16Curieusement, à l’exception du statut de la collégiale de São Pedro, les autres ne nous disent presque rien sur l’intégration des nouveaux membres. Dans la collégiale de São Pedro, le nouvel élément était choisi en réunion du chapitre à laquelle tous les bénéficiers devaient être convoqués par lettre (PEREIRA, 1984, I, II et III). Donc, le prieur ne pouvait confirmer personne sans l’approbation du chapitre. Dans la collégiale de Santa Justa, toute comme dans la cathédrale, la principale préoccupation manifestée à propos de la gestion des bénéfices concernait l’attribution des bénéfices par réserve apostolique, puisque leurs statuts mentionnaient qu’aucun bénéfice ne devait être promis avant d’être vacant (CAMPOS, 2017a, doc. 4 et MORUJÃO, 2006, 95).

  • 15 Voir, par exemple, Lx, ANTT, COLSJC, m. 14, n. 256 (25 mars 1318).

17L’entrée au chapitre était signalée par une cérémonie où l’on reconnaissait l’honorabilité de l’impétrant, lui attribuant alors une stalle au chœur et lui assignant les revenus de sa prébende. De son côté, ce dernier jurait résidence à l’église et obéissance au chapitre, au prieur, à l’évêque et à la cathédrale de Coimbra. S’agissant de la confirmation d’un prieur qui, comme nous l’avons déjà dit, devait assurer les fonctions pastorales, celui-ci jurait obéissance également aux paroissiens15.

  • 16 Voir Lx, ANTT, COLSTGC, m. 13, s/n (3 juin 1483).

18Dans la cathédrale, en signe de reconnaissance, le nouveau reçu devait remettre au trésor une chape en or ou en soie ou, s’il le préférait, une somme d’argent ―25 livres, le demi prébendé ; 50 livres, le chanoine ; 50 livres ; et 60 livres, chacune des dignités (MORUJÃO, 2006, 95-96). Jusqu’à la promulgation du statut de Santiago de 1483, les nouveaux arrivés dans cette collégiale devaient payer un dîner au reste de la communauté16. Cette pratique de commensalité, d’origine ancestrale (THELAMON, 1992 ; FLANDRIN ; MONTANARI, 2008, 91-92) réalisée dans les collégiales de Coimbra, était remplacée par le paiement de 300 reais.

19À la lecture des règlements, nous comprenons que la résidence obligatoire des clercs se traduisait par leur participation au service des heures liturgiques et du culte des morts dans les églises ―ce qui était normal à cette époque dans toute la Chrétienté occidentale (TORQUEBIAU, 1942, 562). Au XIVe siècle, les bénéficiaires de la cathédrale et des collégiales de Coimbra habitaient leurs propres maisons, qui appartenaient normalement aux seigneuries de leurs chapitres et qui étaient localisées à proximité de leurs églises (CAMPOS, 2017a, 211-228). De même, les chanoines de la cathédrale habitaient des maisons qui étaient propriété du chapitre et les statuts indiquent que la réalisation des travaux dans ces bâtiments était récompensée par la célébration d’anniversaires après la mort du chanoine responsable de l’amélioration des bâtiments (MORUJÃO, 2006, 100).

20La résidence d’un bénéficiaire dans son chapitre prévoyait une présence minimale aux offices. Dans leur première année, les chanoines de la cathédrale devaient desservir le chœur continuellement, n’ayant que quatre jours chaque mois pour sa « récréation ». Après la fin de cette première année, ils pouvaient profiter de cinquante-six jours de congés, chaque année (MORUJÃO, 2006, 98-99). La collégiale de Santa Justa suivait aussi l’habitude de la cathédrale (CAMPOS, 2017a, doc. 4). Dans cette collégiale, pendant ce congé, les bénéficiers pouvaient sortir de la ville en recevant la totalité des revenus de leurs bénéfices, mais ils ne recevaient pas les distributions. Cette distinction entre revenus rattachés à l’office du chœur et distributions, allouées aux célébrations funèbres, est établie dans le statut de Santa Justa de 1322.

21La principale préoccupation aperçue à la lecture des documents normatifs des chapitres de Coimbra est le contrôle de l’assiduité et la fixation des excuses qui justifiaient l’absence des clercs, soit à l’office des heures, soit à la célébration des anniversaires. Les bénéficiers de Santa Justa disposaient d’une autorisation pour s’absenter lorsqu’ils étaient au service de l’évêque, ils étaient alors hors de la ville en pèlerinage, ou quand ils étaient malades ou avaient subi des saignées ou encore lorsqu’ils poursuivaient des études (CAMPOS, 2017a, doc. 4). Dans le chapitre de São Pedro, les principales justifications d’absence étaient pour maladie, saignées, bains ou autres traitements de santé, et pour déplacements au service de l’église (PEREIRA, 1984, X, XI, XII). Au XVe siècle, dans la cathédrale, les chanoines pouvaient s’absenter en raison d’une maladie, pour avoir subi des saignées, pour prendre le bain ou faire la barbe, parce qu’ils étaient au service de l’évêque ou du chapitre, parce qu’ils recevaient des hôtes de marque ou parce qu’ils faisaient des travaux chez eux. En plus, leurs absences étaient justifiées lorsqu’ils participaient aux sacrements ou les célébraient. Enfin, ils recevraient leur prébende en cas d’absence s’ils étaient persécutés par l’évêque ou par d’autres personnes influentes ou encore injustement enfermés en prison (MORUJÃO, 2006, 101-103).

  • 17 La charge de contador (celui qui comptait les chanoines présents) du chœur dans les collégiales de (...)

22Dans la collégiale de São Pedro, l’assiduité était contrôlée par le prébendier, responsable de recueillir et distribuer les revenus du chapitre (PEREIRA, 1984, IIII, V). Au contraire, quoique le prébendier de la cathédrale soit mentionné dans les statuts comme le responsable de la sauvegarde et la gestion des produits du chapitre, le contrôle de l’assiduité appartenait à l’office du contador du chœur17 (MORUJÃO, 2006, 94).

23La participation nombreuse des clercs au chœur pendant toute l’année constituait une des garanties d’une pastorale et d’un service religieux dignes et solennels. Ainsi, les chapitres tendaient à garantir l’assiduité de leurs éléments en multipliant les jours d’attribution des revenus. Pour ce faire, ils créaient un schéma de distribution qui articulait le calendrier liturgique des fêtes et le calendrier agricole des récoltes.

  • 18 Cette typologie documentaire est très révélatrice des produits et des habitudes alimentaires de ces (...)

24Les distributions quotidiennes ―pensées dès le VIIIe siècle et établies pour la première fois par Yves de Chartres (1040-1116)―, pour contrarier l’absentéisme au chœur, ont fait l’objet de différentes constitutions conciliaires. Au long des siècles, les conciles de l’église ont cherché à établir les présupposés et les exceptions concernant leur perception. Directrices que les statuts capitulaires intègreront et adapteront à leurs cas spécifiques. (TORQUEBIAU, 1942, 557-559). Dans la collégiale de São Pedro et dans la cathédrale de Coimbra, les distributions commençaient à partir du 1er juillet (annexe 1)18, avec la remise de céréales. Dans les trois institutions étudiées, le calendrier comprenait des fêtes où la quantité et la qualité des produits étaient renforcées. Ces distributions améliorées avaient lieu à Noël dans tous les chapitres étudiés et à Pâques dans la cathédrale et la collégiale de São Pedro. Ces types de distributions sont normalement interprétées comme des réminiscences des anciens repas ou banquets pris en commun par les communautés ecclésiastiques. Par ailleurs, la réalisation et l’offre de banquets communautaires ont survécu au démantèlement de la vie communautaire de différents diocèses du centre de l’Europe, comme à Angers (MATZ ; COMTE, 2003, 10).

25Le service religieux était dirigé dans les trois institutions par l’hebdomadier, choisi chaque semaine parmi les bénéficiers, qui à São Pedro recevait les offrandes liées à lui (PEREIRA, 1984, XVII, XXI, XX, XXIV; CAMPOS 2017a, doc. 4). L’assiduité était surveillée, comme nous l’avons dit, par le contador du chœur, dans la cathédrale, et par le prébendier dans la collégiale de São Pedro. À l’instar de ce qui se faisait dans d’autres institutions apparentées, les statuts de la cathédrale spécifiaient jusqu’à quel moment de la prière les bénéficiers devaient rester dans le chœur, afin que le bénéfice reçu soit considéré comme juste. Ce qui dénonce l’habitude répréhensible de ne rester au chœur qu’au début des célébrations afin de recevoir les distributions.

26En ce qui concerne les aspects de l’administration institutionnelle, nous savons que les réunions du chapitre étaient obligatoires quand il fallait faire des contrats d’emphytéose ou de loyer des biens fonciers des églises (PEREIRA, 1984, XXIX et MORUJÃO, 2006, 96-97). Le chapitre cathédral se réunissait aussi, entre autres questions, pour prendre des décisions concernant les demandes des chanoines pour s’absenter, le choix des officiers laïcs. Les chanoines de la cathédrale étaient convoqués pour la réunion du chapitre par le portier qui devait bien les renseigner sur les sujets à discuter. Malheureusement, nous ne pouvons pas préciser une périodicité.

27On pouvait y décider aussi le droit de donner ou non les distributions à un chanoine moins assidu. Les prises de décisions sur des sujets plus complexes se faisaient sous forme de tirage au sort et le chanoine qui faisait une proposition devait sortir pour permettre aux autres éléments de discuter en son absence et que le chapitre puisse délibérer. (MORUJÃO, 2006, 96-98).

28Les trois documents font le portrait plus au moins détaillé d’un quotidien partagé par les clercs et des enjeux de rémunérations mis en place pour garantir les droits et les devoirs de leurs bénéfices. Il se développait forcément, entre les individus, des solidarités, des rivalités, des bienveillances et des animosités. De tout cela, les statuts des collégiales de Santa Justa et de São Pedro nous donnent surtout les traits de la solidarité, vécue notamment après le décès des bénéficiers (CAMPOS, 2017a, doc. 4 et PEREIRA, 1984, XX, XXI, XXVI, XXVII, XXX et XXXI).

  • 19 Nous ne savons pas où se trouve cet endroit.

29Les articles concernant le salut des âmes des bénéficiers décédés et l’organisation de leurs anniversaires apparaissent dans les trois documents, mais ce n’est qu’au chapitre des collégiales que nous nous rendons compte de l’organisation de l’office des morts des clercs défunts. Dans la collégiale de Santa Justa, si le bénéficier y avait fondé un anniversaire, l’office devait être célébré deux fois par jour pendant trente jours, après les messes de prime et de vêpres, avec une procession sur son tombeau, lorsqu’il était enterré au cimetière de cette église. Si sa sépulture se trouvait dans une autre église de la ville ou à un autre endroit, la procession solennelle de tous les présents, dûment vêtus de surplis, avec la croix et l’eau bénite, devait se faire jusqu’à l’endroit où étaient commémorés ceux qui n’étaient pas enterrés au cimetière de l’église19.

30Écrites en 1348, à la suite de la disparition de tout l’ancien chapitre, les constitutions de São Pedro sont particulièrement expressives lorsqu’elles se rapportent à la maladie et très détaillées à propos de la célébration pour les âmes des bénéficiers morts. En effet, elles réitéraient la dispense de la célébration des défunts, par les raçoeiros malades. Les membres de la collégiale en bonne santé devaient se diriger, deux fois par jour pendant trente jours, à la sépulture du défunt s’il était enterré au cimetière de cette église. Ils devaient l’accompagner en procession jusqu’à l’autre église qu’il aurait choisie pour sa sépulture et même au dehors de la ville, s’il était enterré dans une autre localité. S’ils ne comparaissaient pas, ils seraient durement punis et privés des fruits de leur bénéfice pendant huit jours.

31Aussi bien en 1322 qu’en 1348, la description du parcours du cortège funèbre et des processions quotidiennes, pendant les trente premiers jours après le décès, montre l’ampleur de la dimension territoriale de ces églises. Dans la ville, elles fonctionnaient non seulement comme des noyaux de communautés d’hommes mais aussi comme sièges d’un espace sacré ―dont l’influence s’étendait à toute la circonscription paroissiale― et qu’il fallait circonscrire. Dans cet espace, l’église et le parvis constituaient le point central. À son tour, le cimetière était le symbole éminent des fonctions spirituelles de la paroisse, mais aussi le lieu de rencontre entre le passé et le présent, un espace de continuité pour le chapitre et pour la paroisse où la présence des ancêtres pouvait toujours se faire sentir (LAUWERS, 2005, 8-11).

La présence des laïcs dans le quotidien communautaire des chapitres

32D’après ce que nous venons de remarquer sur les règlements médiévaux du chapitre cathédral et des collégiales de Coimbra, il pourrait sembler que dans le quotidien de ces clercs, les laïcs n’avaient pas leur place. Pourtant, quand nous réfléchissons à la ville médiévale, ses paroisses urbaines et leurs chapitres séculiers, la stricte séparation entre les deux mondes n’est jamais patente.

33D’abord, les communautés étudiées donnaient vie aux églises paroissiales, qui, à partir du XIIIe siècle, montrent une pastorale et un culte des morts préoccupé chaque fois plus par l’encadrement de la population laïque. Néanmoins, les traits du service paroissial sont très rares dans les sources et nous ne trouvons aucune référence sur l’assistance des laïcs à l’office du chœur.

34Les statuts concernant la cathédrale et la collégiale de Santa Justa insistent sur la préoccupation des deux communautés de sauvegarder les droits de leurs membres en cas de pression, d’agression ou d’arrestation par les pouvoirs et la justice civile, notamment la justice royale (CAMPOS, 2017a, doc. 4) (MORUJÃO, 2006, 97). Ces clausules révèlent une ambiance de peur vérifiée surtout pendant les guerres civiles, quand les conflits sévissent dans le royaume, quand ils sont aussi vécus dans la ville, et qu’ils n’épargnaient pas les clercs (VELOSO, 2005 et MARQUES, 2005). Les statuts se révèlent, dans ce cas, des documents de protection du corps canonial devant la vulnérabilité individuelle ou collective et l’abus ou la menace des pouvoirs extérieurs.

35Cette documentation nous donne ensuite des indices indirects sur l’intervention des laïcs dans le quotidien du chapitre. Par exemple, nous voyons qu’outre la remise quotidienne des revenus de la prébende, les clercs de ces églises avaient le droit à des distributions de revenus provenant de la célébration d’anniversaires et chapelles. Mais, dans ces cas, la volonté des fondateurs (laïcs et ecclésiastiques) de ces cérémonies, enregistrées dans les donations et les documents de fondation prévalaient sur les préceptes fixés dans les statuts (CAMPOS, 2017a, doc. 4). Cette question fait l’objet d’un autre article publié dans ce livre, c’est pourquoi nous ne nous y attarderons pas.

36Ces statuts montrent également la pression que les laïcs exerçaient sur l’administration des prébendes ecclésiastiques. La pression de la part des plus puissantes familles afin d’obtenir des bénéfices ecclésiastiques à l’intérieur des chapitres pour des personnes de leur entourage motiva, au long de toute l’histoire de l’église (LOBRICHON, 2010), l’apparition de plusieurs conflits. Il était donc normal que, que dans le registre de leurs coutumes, ces institutions s’en défendissent.

37Enfin, la typologie des documents que nous venons d’analyser nous donne des éléments importants sur le rôle des laïcs dans le quotidien de ces institutions et sur leur collaboration dans la gestion du patrimoine sur lequel reposaient les revenus de la prébende. Quand nous analysons les sources sur la question de savoir qui prenait en charge les différentes tâches du quotidien religieux et profane des chapitres, autre que les bénéficiers eux-mêmes, nous remarquons la participation des laïcs. Le chapitre cathédral faisait occasionnellement appel à des physiciens, des chirurgiens, à ceux qui pratiquaient des saignées, à des barbiers et des charpentiers (MORUJÃO, 2006, 103). Leur nomination devait être soutenue par l’approbation d’au moins un tiers des chanoines. Dans ce document, les chanoines de la cathédrale identifient aussi le portier, chargé de convoquer tous les bénéficiers pour la réunion du chapitre. 

38Le chapitre de São Pedro, très minutieux dans l’organisation de la distribution des revenus, identifie le prioste (traduction de prebendarius) comme principal responsable de la récolte et de l’attribution aux bénéficiers des produits soit de la prébende, soit des anniversaires. Dans ce document, il fixe la réunion à la Saint-Pierre, le 29 juin, pour assister à la présentation de la comptabilité de l’année passée, par le prioste qui sort de charge, et pour élire le nouvel officier pour l’année suivante (PEREIRA, 1984, IIII). Les statuts ne nous disent pas s’il devait être un laïc ou un clerc.

  • 20 Voir Morujão, 2010, doc. 2.18 (avril 1240).
  • 21 Voir, par exemple, pour la collégiale São Cristóvão: Lx, ANTT, COLSCVC, m. 3, n. 11 et n. 14 (3 mai (...)
  • 22 Voir, par exemple, Lx, ANTT, COLSCTVC, m. 19, n. 11 (28 janvier 1404).
  • 23 Voici deux exemples appartenant au diocèse de Viseu: Morujão, 2010, doc. 9.13 [8 juillet 1309 (Covi (...)
  • 24 Voir, par exemple, Guardado, 2000, doc. 35 (1345 juillet 6) ; Lx, ANTT, COLSSC, cx. 1, m. 1, n. 2 ( (...)
  • 25 Voir Lx, ANTT, COLSPC, cx. 4, m. 9, s/n (19 septembre 1381) ; et cx. 2, m. 3, s/n (1462).
  • 26 Voir Guardado, 2000, doc. 35 (6 juillet 1345) et Morujão, 2010, doc. 2.18 (avril 1240).

39La charge de prébendier ou prioste est reconnue à partir, au moins, du XIIIsiècle à la cathédrale de Coimbra20 et, depuis les débuts du XIVe siècle, dans les collégiales de la ville21. Du Cange (1883) définit le prebendarius comme quelqu’un qui intègre la prébende d’une église et/ou y a droit. Cependant, dans le cas portugais, nous remarquons qu’il s’agit d’une charge comportant des fonctions de gestion des revenus de l’église et qui est, postérieurement, responsable du partage et de la remise des valeurs affectées aux bénéfices de chacun, à l’intérieur des chapitres (RODRIGUES, 1996, 195-274 et SILVA, 2012, 55). Les prébendiers décidaient de la jouissance des bénéfices des chanoines de la ville et, de ce fait, ils étaient considérés, dans plusieurs testaments, comme débiteurs d’espèces22 à remettre aux héritiers de ces ecclésiastiques23. Dans la gestion de la propriété foncière, ils apparaissent supervisant les compromis de paiement de loyers ou de tributs24 ou répondant au niveau judiciaire en cas de conflit d’intérêt25. Normalement, ces fonctions étaient rémunérées26 et exercées annuellement.

40Chargé de la gestion courante des revenus de la seigneurie de son église, le prioste devait enregistrer sa comptabilité (SILVA, 2012, 55). Malheureusement, à Coimbra, nous n’avons aucun vestige de cette pratique. En effet, c’est une charge difficile à identifier, à référencer et à étudier à travers la documentation de ces institutions. Chargé d’autant de responsabilités, il est difficile de croire qu’il pouvait être choisi parmi des laïcs ; cependant, nous avons repéré plusieurs prébendiers laïcs au service du chapitre cathédral et des collégiales de Coimbra.

  • 27 Voir Varandas, 1999, doc. 65 (5 octobre 1352).

41Partant d’une observation globale de ces fonctionnaires dans les collégiales portugaises, nous remarquons que les priostes laïcs commencent à être nombreux surtout à partir du XVe siècle, ce qui expliquerait un certain laisser-aller des obligations de résidence de la part des bénéficiaires ecclésiastiques (SILVA, 2012, 57-58 et CAMPOS, 2017a, 234-238). Cependant, à Coimbra, le relevé le plus minutieux de ces fonctionnaires fait à partir de la documentation dépouillée, nous permet de trouver des laïcs depuis le début du XIVe siècle. Toutefois, comme l’identification des laïcs dans l’univers des officiers des chapitres est difficile, outre les officiers présentés dans l’annexe 2, nous ne reconnaissons surement qu’un autre individu laïc27.

42Parmi eux, le parcours de João Peres (annexe 2, 1) est le plus significatif. Identifié comme prébendier du chapitre cathédral depuis 1319, et mort vers 1340, il a donné d’importantes propriétés à l’église de Santa Justa dont il était paroissien afin qu’une chapelle en l’honneur de Notre-Dame soit fondée. Les documents de donation le mentionnent comme prébendier du chapitre cathédral et marchand. Ses connaissances en tant qu’homme d’affaires et d’argent favorisaient forcément la gestion de la seigneurie foncière du chapitre cathédral et la récolte des rentes du chapitre et lui assuraient, bien évidemment, des profits. Nous ne lui connaissons pas de biens d’héritage, la totalité de ses biens, qu’il offrit pour son âme, furent acquis quelques années avant sa mort, ce qui prouve qu’il avait une certaine assise monétaire et patrimoniale.

43Nous trouvons également au service de la collégiale de São Pedro, vers le milieu du XIVe siècle des éléments d’une famille de tailleurs, notamment Domingos Anes, Papar a Buar ou Papar e Buar (annexe 2, 2). Dans ce cas, la durée de la fonction ne semble pas dépasser celle prévue qui était d’un an. Néanmoins, l’implication de cette famille dans la gestion de la propriété de cette collégiale est attestée sous d’autres formes.

  • 28 C’est un thème de recherche qui a animé d’autres projets internationaux, Pécout, 2017.

44En tant qu’hommes d’affaires, habitués à travailler avec la production et l’écoulement de produits dans l’économie urbaine de Coimbra, il est évident que ces hommes apportaient une contribution spécialisée dans la gestion de ces propriétés. Malheureusement, l’inexistence de registres de leur activité, au service de ces chapitres ou dans l’accomplissement de leurs professions rend impossible une analyse plus approfondie de la nature de cette contribution ainsi que des différents niveaux de transmissions de pratiques et de connaissances28.

45Enfin, au-delà des priostes laïcs, nous pouvons remarquer pour le chapitre cathédral, un réseau de « fonctionnaires » laïcs qui administraient les biens fonciers dans la proximité des tenanciers, tenus de payer les rentes, ou des paroissiens, tenus de payer la dîme ou d’autres impôts paroissiaux (CAMPOS, 2017b). En effet, le système de distribution des revenus se fondait sur l’exploitation de la seigneurie foncière de chaque église dont les laïcs étaient les principaux protagonistes en tant que souscripteurs des contrats, exploitants des terrains, usufruitiers du patrimoine, etc. Ils sont même parfois ceux qui recueillaient les rentes.

Conclusion

46La restauration du siège et du chapitre cathédral dans la ville de Coimbra, tout comme la définition du réseau paroissial urbain et l’organisation corrélée des chapitres collégiaux dans les églises paroissiales, font partie d’un processus d’organisation de l’Église portugaise, entre le XIe et le XIIIsiècle, et suivent les directives de la Réforme Grégorienne.

47L’analyse que nous venons de faire a privilégié l’observation des statuts concernant les chapitres de Coimbra rédigés au XIVe et au XVe siècles. La chronologie des sources nous a placée à un moment de maturation des communautés ecclésiastiques séculières et de leur complète installation sur le terrain des cadres paroissiaux. Les documents dépouillés font la description de communautés soudées avec une administration institutionnelle et l’organisation de leur service religieux, divisé entre l’office des heures canoniques au chœur et l’office des défunts. Dans ce contexte, les règles des chapitres sont particulièrement détaillées, exposant la mise en place d’un système de rémunérations qui garantissait une plus grande assiduité au chœur. L’exercice du bénéfice ecclésiastique était donc rémunéré à travers la réception morcelée des revenus de la prébende, pendant toute l’année.

48L’administration des revenus de la prébende et des anniversaires contraignait, par conséquent, à l’organisation comptable des chapitres et à la mise en place d’une fiscalité rigoureuse. Pour ce faire, les connaissances des laïcs et leur facilité à opérer dans divers milieux sociaux et professionnels n’étaient pas négligées. En faisant usage d’autres sources, nous avons démontré que le recrutement des priostes du chapitre cathédral de Coimbra au sein des laïcs ―comme des marchands ou des tailleurs― était tout à fait normal. Le cas du prébendier laïc du chapitre cathédral de Coimbra constitue un bon exemple de l’utilisation des connaissances des laïcs par les communautés ecclésiastiques.

49Coimbra au XIVe siècle était une ville où les deux mondes s’interpénétraient dans plusieurs domaines du quotidien urbain. Une réalité visible surtout quand nous l’analysons à l’échelle de ses paroisses.

Bibliographie

Sources inédites 

Lisboa, Arquivo Nacional da Torre do Tombo

Colegiada de Santiago de Coimbra, m. 13.

Colegiada de São João de Almedina de Coimbra, m. 6.

Colegiada de S. Pedro de Coimbra, cx. 5, m. único, n. 6. M. 3-5, 9, 41.

Colegiada de São Cristóvão de Coimbra, liv. 2, m. 3, 19.

Colegiada de Santa Justa de Coimbra, m. 1, 3, 11, 14, 16, 20, 27.

Colegiada de São Salvador de Coimbra, m. 1-3, 10.

Cabido da Sé de Coimbra, 2ª incorporação, m. 20, 69.

Sources Publiées

AZEVEDO, Rui de ; COSTA, Avelino de Jesus da ; et PEREIRA, Marcelino Rodrigues (ed.) (1979) – Documentos de D. Sancho I (1174-1211). Coimbra: Centro de História da Universidade de Coimbra.

MORUJÃO, Maria do Rosário Barbosa (2006) – Estatutos do cabido da Sé de Coimbra de 1454. In Estudos em homenagem ao Professor Doutor José Marques. Porto: Faculdade de Letras. Vol. IV, p. 85108.

MORUJÃO, Maria do Rosário (ed.) (2010) – Testamenta Ecclesiae Portugaliae : 1071-1325. Lisboa: Centro de Estudos de História Religiosa, Universidade Católica Portuguesa.

PEREIRA, Isaías da Rosa (1972) – Estatutos do Cabido da Sé de Évora: 1200-1536. Anais da Academia Portuguesa de História. Lisboa, vol. II, n. 21, p. 513620.

PEREIRA, Isaías da Rosa (1984) – As constituições da Igreja de São Pedro de Almedina de cerca de 1348. Revista da Universidade de Coimbra. Coimbra, vol. 31, p. 223236.

RODRIGUES, Manuel Augusto; et COSTA, Avelino de Jesus da (éd.) (1999) – Livro Preto: Cartulário da Sé de Coimbra: edição crítica: texto integral. Coimbra: Arquivo da Universidade de Coimbra.

LEMAITRE, Jean-Loup ; et LE BLEVEC, Daniel (2009) (éd.) – Les statuts de Jean de Vissec pour le chapitre de Maguelone, 1331. Bibliothèque de l’École des hautes études 346. Paris: H. Champion.

Bibliographie

Campos, Maria Amélia Álvaro de (2016) – «Estudar os homens para conhecer a cidade: a prosopografia do clero paroquial de Coimbra nos séculos XIII-XV (abordagem metodológica)». SIGNUM - Revista da ABREM 17, n. 1 (10 de Agosto de 2016): 196-217.

CAMPOS, Maria Amélia (2016) – Coimbra’s parochial network: aspects of its definition in the 12th century. In VILAR, Hermínia et BRANCO, Maria João – Ecclesiastics and political state building in the Iberian monarchies, 13th-15th centuries. Lisboa: Publicações do CIDEHUS, p. 246258.

CAMPOS, Maria Amélia Álvaro (2017a) – Cidade e Religião: a colegiada de Santa Justa de Coimbra na Idade Média. Coimbra: Imprensa da Universidade de Coimbra.

CAMPOS, Maria Amélia Álvaro de (2017b) – «Hierarquias eclesiásticas em conflito na diocese de Coimbra: a dízima de São Pedro de Bruscos no século XIV». Em O papel das pequenas cidades na construção da Europa medieval, 443-64. Instituto de Estudos Medievais.

COELHO, Maria Helena da Cruz (1980) – Um testamento redigido em Coimbra no tempo da peste negra. Revista Portuguesa de História. Coimbra, XVIII, p. 312‑331.

COLLOMB, Pascal (1995) – Les statuts du chapitre cathédral de Lyon (XIIe-XVe siècle) : première exploration et inventaire. Bibliothèque de l’école des chartes. Paris, 1 (153), p. 552.

COSTA, Avelino de Jesus da (1984) – D. João Peculiar co-fundador do mosteiro de Santa Cruz de Coimbra, bispo do Porto e arcebispo de Braga. In Santa Cruz de Coimbra do século XI ao século XX: estudos no IX centenário do nascimento de S. Teotónio: 1082-1982. Coimbra: s. n., p. 59‑83.

DU CANGE, Charles Du Fresne (1883) – Glossarium mediae et infimae latinitatis. Niort: L. Favre, Imprimeur - Éditeur.

FARELO, Mário (2016) – O cabido após 1147. In PAIVA, José Pedro (ed.) – História da Diocese de Viseu. Vol. I. Viseu et Coimbra: Diocese de Viseu et Imprensa da Universidade de Coimbra.

FARELO, Mário Sérgio da Silva (2003) – O cabido da Sé de Lisboa e os seus cónegos: 1277-1377. Lisboa: Faculdade de Letras (mémoire de master inédite).

FLANDRIN, Jean-Louis, MONTANARI, Massimo (ed.) (2008) – História da alimentação. 2a ed. Lisboa: Terramar.

FOREVILLE, Raymonde (2007) – Les conciles de Latran I, II, III et de Latran IV: 1123, 1139, 1179 et 1215. Paris: Fayard.

GAUDEMET, Jean (2007) – Formation du droit canonique et gouvernement de l’Église de l’antiquité à l’âge classique. Strasbourg: Presses universitaires de Strasbourg.

GRÉLOIS, Emmanuel (2010) – Habitans, commorans, parrochianus, residens : « habiter » en Basse-Auvergne de l’an mil au XIVe siècle. Étude sémantique. In Écritures de l’espace social: mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin. Paris: Publications de la Sorbonne, p. 117-137.

GUARDADO, Maria Cristina Gonçalves (2000) – A colegiada de S. Bartolomeu de Coimbra em tempos medievais : das origens ao início do séc. XV. Coimbra: Faculté de Lettres de l'Université de Coimbra (mémoire de master inédite).

LAUWERS, Michel (2005) – Naissance du cimetière: lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval. Paris: Aubier.

LINEHAN, Peter (2012) – Historical Memory and Clerical Activity in Medieval Spain and Portugal. Farnham: Ashgate Variorum.

LOBRICHON, G. (2010) – Les réformateurs ont-ils inventés les laïcs (c. 1100-c. 1110) ?. Revue d’Histoire de l’Eglise de France. Paris. 96, 1, p. 2942.

MARQUES, José (1988) – A Arquidiocese de Braga no século XV. Lisboa: Imprensa Nacional / Casa da Moeda.

MARQUES, Maria Alegria Fernandes (2005) – Casos de violência em ambiente eclesiástico. Contributo do Bulário Português (sécs. XII-XIII). Revista Portuguesa de História. Coimbra, XXXVII, p. 343360.

MATOS, João da Cunha (1998) – A colegiada de São Cristóvão de Coimbra (séculos XII e XIII). Tomar: Instituto Politécnico (mémoire de prouve académique inédite).

MATZ, Jean-Michel ; et COMTE, François X. (2003) – Fasti ecclesiae gallicanae: répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France de 1200 à 1500. Tome 7, Diocèse d'Angers. Turnhout: Brepols.

MAZEL, Florian (2016) – L’évêque et le territoire : L’invention médiévale de l’espace. Paris: Seuil.

MORUJÃO, Maria do Rosário (2010) – A Sé de Coimbra: a instituição e a chancelaria (1080-1318). Lisboa: Fundação Calouste Gulbenkian, Fundação para a Ciência e a Tecnologia.

NAZ, Raoul (1935) – Dictionnaire de droit canonique: contenant tous les termes du droit canonique avec un sommaire de l’histoire et des institutions et de l’état actuel de la discipline. Paris: Letouzey et Ané.

PECOUT, Thierry (2014) – Les collégiales dans l’espace du diocèse. Provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles et Embrun (XIIe-XIVe siècle). In ANDRAULT-SCHMITT, Claude et DEPREUX, Philippe (éd.) – Les chapitres séculiers et leur culture: vie canoniale, art et musique à Saint-Yrieix, VIe-XIIIe siècle actes du colloque tenu à Limoges, Saint-Yrieix et Poitiers, du 18 au 20 juin 2009. Limoges: PULIM, p. 79-113.

PECOUT, Thierry (2017) – Aux origines d’une culture administrative. Le clergé des cathédrales et la genèse d’une comptabilité princière en Provence à la fin du XIIIe siècle. In PECOUT; Thierry (ed.) – De l’autel à l’écritoire: genèse des comptabilités princières en Occident, XIIe-XIVe siècle. Paris: Éditions De Boccard, p. 49-67.

RODRIGUES, Ana Maria S. A. (1996) – Espaços, gente e sociedade no Oeste: estudos sobre Torres Vedras Medieval. Cascais: Patrimonia.

SARAIVA, Anísio Miguel de Sousa (2003) – A Sé de Lamego na primeira metade do século XIV: 1296-1349. Leiria: Magno.

SEQUEIRA, Joana Isabel (2014) – O pano da terra: produção têxtil em Portugal nos finais da Idade Média. Porto: Universidade do Porto.

SILVA, Gonçalo Melo (2012) – Espiritualidade e Poder na Lisboa dos finais da Idade Média: a Colegiada de São Lourenço e os seus Patronos (1298-1515). Lisboa: Faculdade de Ciências Sociais e Humanas (mémoire de master inédite).

SILVA, Manuela Santos (2009) –  Igrejas-Colegiadas na Idade Média: uma linha de investigação a ser (pros)seguida. In ANDRADE, Amélia Aguiar; FERNANDES, Hermenegildo; et FONTES, Paulo (ed.) – Olhares sobre a História. Estudos oferecidos a Iria Gonçalves. Lisboa: Caleidoscópio, p. 583590.

THELAMON, Françoise (1992) – Sociabilité et conduites alimentaires. Introduction. In AURELL, Martin; DUMOULIN, Olivier; et THELAMON, Françoise – La sociabilité à table: commensalité et convivialité à travers les âges: Actes du Colloque de Rouen, avec la participacion de Jacques Le Goff, 14-17 novembre 1990. Rouen: Université de Rouen, p. 9-15.

TORQUEBIAU, Pierre (1942) – Chapitres de chanoines. In NAZ, Raoul (éd.) – Dictionnaire de droit canonique: contenant tous les termes du droit canonique avec un sommaire de l’histoire et des institutions et de l’état actuel de la discipline. Paris: Letouzey et Ané.

VARANDAS, Carla Patrícia Rana (1999) – A colegiada de S. Pedro de Coimbra das origens ao final do século XIV: estudo económico e social. Coimbra: Faculté de Lettres (mémoire de master inédite).

VASCONCELOS, Miguel Ribeiro de (1857) –  Notícia histórica do mosteiro da Vacariça doado à Sé de Coimbra em 1094 e da série cronológica dos bispos desta cidade desde 1064, em que foi tomada aos mouros. Continuação da parte segunda. In Memorias da Academia Real das Sciencias de Lisboa. Classe das sciencias moraes, políticas e belas letras, nova série. Lisboa, Tomo II, parte I, p. 3637.

VELOSO, Maria Teresa Nobre (2005) –  Conflitos violentos entre a coroa e a mitra em Coimbra no século XIII. Revista Portuguesa de História. Coimbra, vol. XXXVII, p. 327342.

VILAR, Hermínia Vasconcelos (1999) – As dimensões de um poder: a diocese de Évora na Idade Média. Lisboa: Estampa.

Annexes

Annexe 1

Annexe 2

1. Notice biographique de João Peres Verlim, marchand, prébendier du chapitre cathédral de Coimbra (1319-1340/41)29

João Peres, également identifié comme João Peres Verlim, était paroissien de l’église Santa Justa de Coimbra.

Nous ne connaissons pas ses ancêtres. Il était marié à Inês Martins qui lui a survécu et avec qui il a eu trois enfants: Maria Anes, Margarida Anes et Cristóvão Anes. Le dernier est identifié comme citoyen de Coimbra et s’est marié à Maria Esteves, fille de João Lourenço, notaire de Coimbra (COELHO, 1980). Parmi sa clientèle, nous identifions des domestiques, des serviteurs et des hommes de confiance comme João Martins et João Afonso. En 1341, nous voyons apparaître João Merlim, voisin de Coimbra, son exécuteur testamentaire.

Socialement, il est identifié dans la plupart des documents, comme marchand et prébendier de la cathédrale de Coimbra. Nous l’identifions dans différents documents en tant que João Peres, marchand et prébendier de la cathédrale, entre 1319 et 1340. En tant que tel, il est présent, par exemple, dans le testament de Pedro Martins, chantre, et João Gomes, chanoine de Coimbra. En 1324, il fut l’un des témoins du testament de D. Raymond I d’Ébrard, à Linhares da Beira.

En 1329, João Peres permute des propriétés avec la collégiale de São João de Almedina: l’église reçoit une maison dans la juiverie de la ville, zone de grande valeur urbaine, et João Peres reçoit des propriétés rurales dans le territoire de Coimbra. Durant sa vie, il a acquis des propriétés rurales à Avelãs do Caminho (paroisse de la commune de Anadia) et aux Carvalhais (paroisse de Santa Clara, commune de Coimbra), grâce auxquelles il a doté une chapelle en l’honneur de sainte Marie, pour son âme et pour celle de sa femme. Après sa mort, celle-ci ajouta au patrimoine de cette fondation une huilerie, localisée dans la paroisse de Santa Justa et une oliveraie, dans la région rurale de Coimbra. Nous savons également qu’il a légué une maison à Coimbra à la confrérie des enfants du chœur, dont le siège était situé à l’église de São Cristovão, et que João Peres acheta en 1340. L’acquisition du patrimoine au long de sa vie nous permet de conclure qu’il eut une situation économique privilégiée.

Il est décédé entre le 16 avril 1340 et le 10 avril 1341.

2. Notice biographique de Domingos Anes Papar a Buar (1350-1369), prioste de la collégiale de São Pedro (1359)30

Résident à Coimbra, nous savons qu’il a eu une maison dans la rue des chanoines, à l’intérieure de la citadelle de la ville.

Il est fils de João Domingues Papar a Buar (1343-1370) et neveu de João Domingues o Pinto (1352-1369), tous deux habitaient rue de Figueira Velha, paroisse de Santa Justa de Coimbra. Il est le frère de Lourenço Anes, tailleur, identifié en 1350. En 1349, il est marié à Maria de Santiago qui lui a survécu, et est décédé entre avril 1383 et avril 1386. Nous ne lui connaissons pas d’enfants.

Tout comme son frère, il est identifié comme tailleur, profession qu’il aura dû hériter de son père et de son oncle, vu l’importance des relations familiales dans la transmission et l’apprentissage de ce métier. Cette supposition permet d’affirmer que son oncle était Afonso Domingues, tailleur, également prioste de São Pedro en 1352.

En 1359, il avait des fonctions de prioste de la collégiale de São Pedro et, durant sa vie, il eut l’usufruit de propriétés de cette église, localisées à Coimbra, et dans sa région rurale. D’un autre côté, il possédait une propriété viticole près du château de la ville, que sa femme laissa à l’église de São Pedro, comme paiement d’anniversaires de messes pour le salut de son âme.

Il serait mort avant le mois d’avril 1383.

Notes

1 La division paroissiale de Coimbra, fixée dès le XIIe siècle, comptait cinq circonscriptions dans la ville intramuros – la paroisse primitive de la Sé [cathédrale] et celles de S. João de Almedina [Saint-Jean d’Almedina], S. Salvador [Sain-Sauveur], S. Pedro [Saint-Pierre] et S. Cristóvão [Saint-Christophe] – et quatre autres dans la ville extramuros – S. Bartolomeu [Saint-Barthélemy], S. Tiago [Saint-Jacques], S. João de Santa Cruz [Saint-Jean de Sainte-Croix] et Santa Justa [Sainte-Juste].

2 Voir Rodrigues et Costa, 1999, doc. 73 (1064) ; doc. 456 (1083) ; doc. 558 (1086-1091) ; doc. 22 (1103- 1102.02.04); doc. 545 (1106) ; Matos, 1998, doc. 7 (1119) ; et Rodrigues et Costa, 1999, doc. 33 (1147).

3 Rodrigues et Costa, 1999, doc. 124 ; Varandas, 1999, doc. 5 ; Campos, 2017a, 65 ; Guardado, 2000, 30 ; Matos, 1998, doc. 43; et Lisboa, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Colegiada de Santiago de Coimbra (cité désormais par Lx, ANTT, COLSTC), m. único, n. 6.

4 Lx, ANTT, Colegiada de São João de Almedina (désormais cité par COLSJOC), m. 6, n. 7 et Lx, ANTT, Colegiada de S. Pedro de Coimbra (désormais cité par COLSPC), cx. 5, m. único, n. 6 ; et Matos, 1998, doc. 43.

5 Varandas, 1999, doc. 5; Rodrigues et Costa, 1999, doc. 545; Guardado, 2000, 27-30.

6 Il s’agit de la base de données construite pour l’œuvre Campos 2017a et agrandit au cours de notre projet postdoctoral Campos 2016.

7 Au moins douze sur les dix-sept items enregistrés sont transcrits d’après les documents anciens. En plus des évêques qui ont écrit les documents normatifs du XIIIe siècle, nous pouvons reconnaître la référence à l’évêque D. Raymond, nous ne savons pas si c’est à Raymond Ier (1319-1324) ou à Raymond II (1325-1333) et à Afonso Lopes, vicaire général des évêques D. Gil (1408-1415) et D. Fernando Coutinho (1420-1429).

8 Malheureusement, nous ne connaissons pas ce livre d’anniversaires.

9 Au début du XVIe siècle, l’évêque D. Jorge de Almeida (1483-1543), après la visite des églises ordonne des réformes à l’intérieur des bâtiments, ainsi que l’enregistrement des statuts des communautés et l’inventaire du patrimoine. Grâce à cela, nous connaissons les règlements de Santa Justa de 1524 (Lx, ANTT, COLSJC, liv. 4) et de S. Cristóvão de 1512 (Lx., ANTT, COLSCTC, liv. 2).

10 Pendant la période du priorat de Pedro Nunes (1293-1308), nous connaissons trois évêques sur le siège de Coimbra: D. Pedro Martins (1296-1301) ; D. Fernando (1302-1303) et D. Estêvão Anes Brochardo (1303-1318) (Morujão 2006).

11 Ce document sur lequel nous reviendrons par la suite est publié dans Campos 2017a, doc. 4.

12 Lx, ANTT, COLSTGC, m. 13, sans numéro.

13 Comme pour les autres communautés ecclésiastiques séculières du territoire portugais, il est très difficile de comprendre si ces chapitres de Coimbra ont obéi ou non, au moins une fois, à des règles de vie communautaire, et si oui à laquelle. En effet, nous pensons que l’Institutio canonicorum d’Aix (816) a eu peu d’expression dans la péninsule Ibérique, où les principaux chapitres se seraient organisés en fonction des constitutions promulguées lors des conciles de Coianza (1050) et Compostelle (1060-1063) (Vilar, 1999, 116).

14 Voir Lx, ANTT, COLSP, m. 9, n. 39 (1346).

15 Voir, par exemple, Lx, ANTT, COLSJC, m. 14, n. 256 (25 mars 1318).

16 Voir Lx, ANTT, COLSTGC, m. 13, s/n (3 juin 1483).

17 La charge de contador (celui qui comptait les chanoines présents) du chœur dans les collégiales de Coimbra ne nous apparaît dans les documents qu’à partir de la deuxième moitié du XVe siècle. Voir, par exemple, Lx, ANTT, COLSSC, m. 10, n. 42 (1453).

18 Cette typologie documentaire est très révélatrice des produits et des habitudes alimentaires de ces communautés et de l’environnement dans lequel elles s’inséraient. Voir, par exemple, Lemaitre ; Le Blevec, 2009.

19 Nous ne savons pas où se trouve cet endroit.

20 Voir Morujão, 2010, doc. 2.18 (avril 1240).

21 Voir, par exemple, pour la collégiale São Cristóvão: Lx, ANTT, COLSCVC, m. 3, n. 11 et n. 14 (3 mai 1309 ; 2 avril 1311) ; et pour la collégiale São Pedro: Varandas, 1999, doc. 40 (28 avril 1327).

22 Voir, par exemple, Lx, ANTT, COLSCTVC, m. 19, n. 11 (28 janvier 1404).

23 Voici deux exemples appartenant au diocèse de Viseu: Morujão, 2010, doc. 9.13 [8 juillet 1309 (Covilhã)] et doc. 9.14 [avant le 26 octobre 1311].

24 Voir, par exemple, Guardado, 2000, doc. 35 (1345 juillet 6) ; Lx, ANTT, COLSSC, cx. 1, m. 1, n. 2 (l’année est illisible dans le microfilm, mais il s’agit d’une date postérieure au 28 novembre 1374).

25 Voir Lx, ANTT, COLSPC, cx. 4, m. 9, s/n (19 septembre 1381) ; et cx. 2, m. 3, s/n (1462).

26 Voir Guardado, 2000, doc. 35 (6 juillet 1345) et Morujão, 2010, doc. 2.18 (avril 1240).

27 Voir Varandas, 1999, doc. 65 (5 octobre 1352).

28 C’est un thème de recherche qui a animé d’autres projets internationaux, Pécout, 2017.

29 Voir Lx, ANTT, CSCbr, 2ª inc., m. 20, n. 836 (1319 novembre 8) ; (Morujão 2010) doc. 2.53 (18 juillet 1322) ; doc. 2.54 (27 octobre 1322); doc. 2.56 (13 juillet 1324); Lx, ANTT, COLSJC, m. 1, n. 3 (10 septembre 1329); Lx, ANTT, COLSJOC, m. 1, n. 17 (29 décembre 1329); Lx, ANTT, CSCbr, 2ª inc., m. 69, n. 2538 (1 mars 1332); Lx, ANTT, COLSJC, m. 16, n. 338 (16 novembre 1336 et 2 février 1337); Lx, COLSSC, m. 2, n. 6 (16 avril 1340 et 10 avril 1341) ; Lx, ANTT, COLSJC, m. 16, n. 348 (26 septembre 1355), m. 11, n. 212 (18 février 1358). Voir aussi Coelho, 1980 et Campos, 2017a.

30 Voir Lx, ANTT, COLSPC, cx. 3, m. 6, s/n (13 janvier 1343); cx. 4, m. 9, s/n (1349) ; cx. 2, m. 5, s/n (1350 ; 5 septembre 1350 ; et 31 août 1350) ; cx. 4, m. 9, s/n (5 octobre 1352) ; cx. 2, m. 5, s/n (2 décembre 1359) ; COLSSC, cx. 1, m. 3, n. 14 (1 juillet 1369) ; COLSJC, m. 3, n. 47 (16 novembre 1368) ; m. 27, n. 622 (23 mars 1369) ; m. 20, n. 409 (4 août 1370) ; COLSPC, cx. 2, m. 4, s/n (26 avril 1383) ; cx. 4, m. 41 (30 avril 1386). Voir aussi CAMPOS, 2017a, 171 e SEQUEIRA, 2014, 123-126.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cidehus/docannexe/image/11697/img-1.png
Fichier image/png, 98k

© Publicações do Cidehus, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search