Centre français des études éthiopiennes https://books.openedition.org/cfee CC0 secretariat@cfee.cnrs.fr Movements in Ethiopia, Ethiopia in Movement. Volume 1 In November 2012, the 18th International Conference of Ethiopian Studies was convened in Dire Dawa, a cosmopolitan city in the eastern lowlands of Ethiopia. This event gathered more than 300 international scholars from all disciplines of the humanities and social social sciences. Under the general theme of ‘movement’ these two volumes gather a collection of 70 papers that reflect recent trends in the field of Ethiopian studies. From local studies to regional and international perspectives, these studies question long term historical processes and current social and economic transformations. A number of contributions explore and give access to fresh sources of knowledge from unpublished or rediscovered texts and documents, from recordings of oral information, or from ethnographic observation. They also review literature, challenge conventional ideas and propose critical investigations on past and present issues, such as interethnic relations, women’s role, development policies and their impact.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/1102 2023-06-22 Éloi Ficquet, Ahmed Hassen Omer et Thomas Osmond Centre français des études éthiopiennes en Centre français des études éthiopiennes
Movements in Ethiopia, Ethiopia in Movement. Volume 2 In November 2012, the 18th International Conference of Ethiopian Studies was convened in Dire Dawa, a cosmopolitan city in the eastern lowlands of Ethiopia. This event gathered more than 300 international scholars from all disciplines of the humanities and social social sciences. Under the general theme of ‘movement’ these two volumes gather a collection of 70 papers that reflect recent trends in the field of Ethiopian studies. From local studies to regional and international perspectives, these studies question long term historical processes and current social and economic transformations. A number of contributions explore and give access to fresh sources of knowledge from unpublished or rediscovered texts and documents, from recordings of oral information, or from ethnographic observation. They also review literature, challenge conventional ideas and propose critical investigations on past and present issues, such as interethnic relations, women’s role, development policies and their impact.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/1240 2023-06-22 Éloi Ficquet, Ahmed Hassen Omer et Thomas Osmond Centre français des études éthiopiennes en Centre français des études éthiopiennes
The First World War from Tripoli to Addis Ababa (1911-1924) For a long time now it has been common understanding that Africa played only a marginal role in the First World War. Its reduced theatre of operations appeared irrelevant to the strategic balance of the major powers. This volume is a contribution to the growing body of historical literature that explores the global and social history of the First World War. It questions the supposedly marginal role of Africa during the Great War with a special focus on Northeast Africa. In fact, between 1911 and 1924 a series of influential political and social upheavals took place in the vast expanse between Tripoli and Addis Ababa. The First World War was to profoundly change the local balance of power.
This volume consists of fifteen chapters divided into three sections. The essays examine the social, political and operational course of the war and assess its consequences in a region straddling Africa and the Middle East. The relationship between local events and global processes is explored, together with the regional protagonists and their agency. Contrary to the myth still prevailing, the First World War did have both immediate and long-term effects on the region. This book highlights some of the significant aspects associated with it.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/1024 2018-10-08 Shiferaw Bekele, Uoldelul Chelati Dirar, Alessandro Volterra et Massimo Zaccaria Centre français des études éthiopiennes en Centre français des études éthiopiennes
Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique À partir de l’étude des sources européennes et des traditions orales ‘afar, cet ouvrage propose une synthèse impressionnante et unique en son genre sur l’histoire politique du territoire d’Awsa pris en étau entre les implantations des puissances européennes sur les côtes de la mer Rouge et la construction de l’État moderne d’Éthiopie. À travers cette histoire très complexe faite d’alliances, de rivalités, de renversements, de conflits et d’arrangements, on observe la façon dont les ‘Afar et leurs dirigeants ont été des acteurs déterminants de l’évolution politique et économique de l’Éthiopie telle qu’on la connaît aujourd’hui. C’est ce que révèlent les paroles du sultan ‘Ali-Miraḥ qui constituent la deuxième partie de l’ouvrage. L’auteur a accompli le tour de force de recueillir une série d’entretiens à travers lesquels le sultan se souvient de sa longue existence, des personnalités historiques qu’il a côtoyées, des positions qu’il a dû prendre pour son peuple, pour protéger son autonomie, pour tenter de lui apporter un développement économique partagé avec les autres Éthiopiens.

La disparition du sultan ‘Ali-Miraḥ en avril 2011 a suscité l’expression de nombreux témoignages sur l’intelligence politique du sultan et le rôle de conciliateur qu’il a joué pour préserver l’unité de la nation éthiopienne tout en reconnaissant la diversité et l’autonomie des peuples qui la compose. Ces témoignages viennent aussi bien d’anciens dignitaires du régime impérial, que de ceux qui l’ont combattu du côté érythréen ou du côté de nationalités éthiopiennes. Parmi les témoignages inédits qui sont ici publiés, soulignons l’intérêt tout particulier que revêt le long entretien de Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ, recueilli avant qu’il ne soit désigné comme le successeur de son père à la charge de sultan, pour laquelle il sera investi en novembre 2010. Cet entretien, portant sur l’époque impériale, montre le rôle essentiel qu’il a joué au côté de son père notamment au sein des divers groupes d’influence au niveau du pouvoir central éthiopien ainsi que dans les relations extérieures du sultanat.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/950 2018-01-12 Aramis Houmed Soulé Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge Premier examen méthodique des témoins de la civilisation islamique d'Éthiopie et du Somaliland, cet ouvrage propose une mise à jour des conceptions et des données. L'histoire de l'Islam dans la Corne de l'Afrique est livrée à de nombreux préjugés : on suppose sa présence ancienne sur la côte mais on lui concède un rôle secondaire et tardif au voisinage du royaume chrétien; l'importance supposée du facteur nomade dans sa diffusion paraît plaider pour une faible visibilité archéologique; l'absence de fouilles semble interdire d'individualiser l'architecture ancienne. Les résultats accumulés présentent aujourd'hui une tout autre image : des contreforts du haut plateau central d'Ethiopie jusqu'aux rives africaines du golfe d'Aden en passant par le Tchärtchär éthiopien, des vestiges archéologiques abondants délimitent les contours d'une civilisation sédentaire et urbaine antérieure au XVIe siècle.

Témoins majeurs de ces sites, les mosquées permettent d'en proposer une première caractérisation architecturale. Enfin, le dialogue des sondages archéologiques et des sources écrites, arabes ou éthiopiennes, peut avoir lieu ; il offre de repenser l'essor et l'histoire du port de Zeyla (Somaliland) et permet de proposer un nouveau point de départ sur la géographie et la périodisation de l'Islam dans cette région du monde.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/698 2017-06-08 François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Hirsch Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
La culture Shay d’Éthiopie (X<sup>e</sup>-XIV<sup>e</sup> siècles) Sur les hauts plateaux d'Éthiopie, dans les régions du Mänz et du Wällo, l'archéologie lève le voile sur un ensemble remarquable de tumulus, dolmens à couloir et hypogées, quelquefois associés à des stèles. Datés du Xe au XIVe siècles, ces tombeaux collectifs sont dotés d'un riche mobilier, en particulier une céramique très originale, des armes et des objets de parure locaux et importés. Quelle société fut responsable de cette culture appelée Shay ? Une société païenne à en juger par ses pratiques funéraires, mais qui cependant dut cohabiter avec ses voisines, chrétienne et musulmane. Une société puissante dont les élites opulentes surent maintenir leur statut plusieurs siècles durant. Si la genèse de cette culture Shay demeure encore dans l'ombre, si nous peinons à l'apercevoir dans les textes en son plein développement, les sites fouillés, notamment les hypogées de Ketetiya, offrent la vision d'une société en contact avec les mondes nouveaux qui la feront disparaître. En cela la culture Shay constitue un nouveau maillon de l'histoire éthiopienne: elle documente en effet un haut Moyen Âge qui n'avait pas encore été identifié en ces régions. Elle est aussi un reflet des dynamiques de circulation commerciale et religieuse qu'elle est probablement première à mettre en place.

Elle est enfin un témoin d'une diversité religieuse et politique qui permet d'interroger les pratiques et la place des « païens » dans l'environnement éthiopien.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/735 2017-06-08 François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Poissonnier Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie Dans cette nouvelle édition, revue et augmentée du Mégalitisme en Éthiopie. Monuments funéraires protohistoriques du Harar (Museum d'histoire naturelle, 1974), Roger Joussaume étudie les monuments mégalithiques des montagnes du Chercher en Éthiopie.

Bien qu'extrêmement répandus, ces derniers restent assez méconnus. Il en existe deux types, que l'auteur étudie sur la base de missions archéologiques menées au début des années 1970: les cistes dolméniques ou daga kofiya, datées du IIe millénaire avant J.-C., et que certains rapprochent de monuments érigés à la même époque au Yémen; les tumulus ou daga tuli, qui ont été construits entre le VIIe et le XIIe siècle et semblent proches des tumulus propres à la culture Shay. S'y ajoutent des hypogées et des tombes en puits, très répandus dans les diverses cultures éthiopiennes, et des sites muraillés situés sur les hauteurs du Chercher qui n'ont quasi jamais donné lieu à des recherches spécifiques.

Si de nombreuses interrogations subsistent à propos de ces mégalithes, les recherches de Roger Joussaume permettent de mieux saisir la richesse et la diversité des cultures éthiopiennes. À travers l'étude des différents types de monuments funéraires, c'est tout un ensemble complexe d'échanges de biens, de pratiques, de savoir-faire et de populations que l'auteur met en évidence.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/771 2017-06-08 Roger Joussaume Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge L'Arabie du sud et l'Ethiopie - au sens le plus large - ont entretenu, du début, du premier millénaire avant J.-C. jusqu'au milieu du premier millénaire après, des relations régulières. Si elles ont connu des périodes plus intenses, notamment au temps des royaumes de Himyar et d'Axoum, les échanges commerciaux et les mouvements de population (agriculteurs, artisans et tailleurs de pierre) ont relié les deux rives de la mer Rouge sans discontinuité. Notre propos, qui s'inscrit dans cette perspective, se limite à l'architecture et aux techniques de construction. Toutefois, les questions de chronologie, de langues et de cultures, fournissant la trame de cette histoire croisée, ne sont pas écartées.

L'ouvrage, conçu sous la forme d'un manuel français-anglais, tend à fournir un répertoire aussi systématique que possible des matériaux, des techniques de construction, des éléments architecturaux, des types de bâtiments (fortifications, temples, maisons, palais, etc.) et de leur conception. Il insiste tant sur les emprunts et les similitudes que sur les spécificités de chaque région car l'Ethiopie et l'Arabie du Sud se présentent comme deux mondes isolés par périodes l'un de l'autre.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/792 2017-06-08 Jean-François Breton Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Novembre 1993. N°3 Ce troisième numéro du Bulletin de la Maison des Etudes Ethiopiennes est consacré à quatre des principales tendances de la recherche éthiopisante française.

Archéologue spécialiste du mégalithisme européen, Roger Joussaume étudie aussi, depuis plus de vingt ans, les mégalithes d'Ethiopie. Il nous présente ici les arguments de sa recherche. Situant le cas éthiopien dans l'ensemble des recherches sur le mégalithisme dans le monde, il introduit le lecteur à la connaissance des principaux sites d'Ethiopie, retrace ce qui a été entrepris de leur étude, et souligne toute la nécessité et tout l'intérêt qu'il y a à poursuivre cette recherche.

Historien, enseignant à Paris 1 - Sorbonne, Bertrand Hirsch publie ici, en collaboration avec Tafari Abate, enseignant à l'Université d'Addis-Abeba, les premiers résultats de leur mission de 1992 dans la province du Wollo. Assistés cette année de trois de ses étudiants, Bertrand Hirsch entreprend de retrouver les traces de l'histoire religieuse, culturelle et politique de cette région dont il reste à préciser le rôle qu'elle a longtemps joué dans la construction de l'identité nationale chrétienne, et dans la préservation de celle-ci après les invasions musulmanes et les migrations oromo du xvie siècle.

Chargé de recherche au CNRS et professeur de littérature éthiopienne à l'Ecole Nationale des Langues et Civilisations Orientales, Alain Rouaud s'attache à la réédition et à la traduction des premiers classiques de la littérature amharique moderne. Nous avons ainsi choisi sa réédition des brefs conseils adressés par un anonyme intellectuel éthiopien à ses compatriotes en partance pour l'Europe.

Dans le même sens que son collègue Aain Rouaud, mais tourné ici vers les sociétés éthiopiennes sans tradition écrite, Jacques Bureau présente quatre des textes de son recueil de littérature Gamo à paraître prochainement.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/835 2017-06-08 Jacques Bureau Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie Une question est à l'origine de cet ouvrage : comment le camp royal éthiopien s'organisait-il à la période médiévale ? Pour tenter d'y répondre, un site fut choisi, Meshala Maryam dans le Manz (Sawa), où une église royale avait été fondée par un souverain éthiopien dans la seconde moitié du XVe siècle. De nombreuses traces au sol aux alentours de l'enceinte de l'église laissaient penser que se trouvaient-là les vestiges du camp royal. Plusieurs campagnes de fouilles ont eu lieu à Meshala Maryam entre 1998 et 2001. Elles ont été étendues à un autre site, l'église de Gabriel, qui s'est avéré beaucoup plus riche en informations que le présumé camp royal.

Cet ouvrage rend compte à la fois de l'impossibilité de trouver le camp royal à Meshala Maryam malgré tous les efforts entrepris, mais aussi de la découverte de l'église de Gabriel, petit bâtiment ayant abrité de nombreuses sépultures privilégiées et un mobilier de grande valeur.

Par le croisement des sources archéologiques, des sources orales et des textes anciens c'est l'histoire de ces deux sites et leur construction mémorielle qui prend corps.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/856 2017-06-08 Marie-Laure Derat et Anne-Marie Jouquand Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Climatic and Environmental Challenges: Learning from the Horn of Africa In the prospect of the COP21 held in Paris in December 2015, the French Centre for Ethiopian Studies (CFEE) organised a scientific conference on environmental and climatic changes in the horn of Africa, with a decisive financial support of the Institut français (Fonds d’Alembert), Paris. The conference was part of a larger event, called “the Road to Paris” and organised by the French Embassy to Ethiopia and the Horn of Africa Regional Environment Centre and Network (HoA-REC&N), Addis Ababa University, in HoA-REC&N headquarters at Gullele Botanic Gardens, Addis Ababa, from 7 to 9 April 2015.

In this event, our first purpose was to set aside from the pressure of short-term and policy-oriented concerns raised by the international bureaucracies and bilateral donors, as to try to explore diverse, cross-disciplinary dimensions related to environmental change in the region in a wider way, wider in time and also wider in the elements observed. In a way, the Road to Paris event has also showed, with the various stakeholders and speakers it has gathered, that the issue of climate change has “solidified” automatic discourses, supporting wishful intentions and thinking, and clearly embedded in the building of professional opportunities and international careers. These discourses, indeed, are everything but close to the reality observed on the ground.

In this new, competitive, social field, priority may not be easily given to scientific exploration that is not directly policy-oriented and that requires a longer time to produce strong data than what the political and bureaucratic agendas allow. One could not state, though, that interest for science is totally absent in these arenas on climate change. But, invariably, public expectations appear to be much too high in scope and in time, compared to what intellectual curiosity and scientific processes and protocols can produce on a day-to-day basis. Improving awareness on environmental changes should start here: to give a better understanding on the complexity and multiplicity of factors involved in the relation between human evolution, societal choices and developments, and natural environments. The French Centre for Ethiopian Studies (CFEE) in Addis Ababa was quite well equipped to initiate, with its partners, such a cross-disciplinary exploration.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/101 2016-07-28 David Ambrosetti, Jean-Renaud Boisserie, Deresse Ayenachew et Thomas Guindeuil Centre français des études éthiopiennes en Centre français des études éthiopiennes
Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Décembre 1992. N°1 Ce premier Bulletin de la Maison des études éthiopiennes est celui de la "relance" de la recherche internationale, et donc française, en Éthiopie après la chute du Derg. En marquant la transition avec l'ère de la Section française des Antiquités éthiopiennes, il fait l'état des recherches en cours dans tous les domaines scientifiques couverts par la Maison, de la paléontologie aux sciences sociales et au droit.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/110 2016-07-28 Jacques Bureau Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991) Cet ouvrage porte sur la période de révolution, du renversement de Hayle Sïllasé à la mise en place d’une dictature militaire d’inspiration marxiste. L’auteur examine les causes et les conséquences de ce changement de régime à travers le cas des Afar, un peuple semi-nomade transfrontalier de basses terres.
Les possibilités d’investissement agricole sur le cours de l’Awash, fleuve qui traverse le territoire Afar, les ressources minières ainsi que la protection des frontières nationales représentaient des enjeux importants pour intégrer à l’État éthiopien cet espace historiquement hors de sa domination. En réponse aux excès de l’administration impériale éthiopienne du temps de Hayle Sïllasé, notamment la confiscation des terres communales fertiles, la révolution éthiopienne proposait une réallocation des ressources au peuple par l’État et une plus grande autonomie de chaque territoire, impliquant des structures administratives nouvelles.
Les hommes politiques représentant les Afar, soit par leurs statuts de chefs traditionnels soit par leurs qualités personnelles révélées par les bouleversements de l’époque, ont tenté de se saisir les opportunités offertes par la situation révolutionnaire. Ils ont dû faire face à plusieurs options qui les ont unis ou divisés. Ce sont ces choix politiques, les raisons qui les ont motivés, les incohérences qui n’ont pas été évitées, les dissidences qu’ils ont entrainées, les objectifs qui n’ont pas été atteints, et les conséquences économiques, écologiques et sociales, qui sont l’objet de cet ouvrage. L’auteur y décortique également les rapports complexes des Afar avec la Junte militaire au pouvoir et les mouvements de guérilla qui s’opposaient à celle-ci, surtout les mouvements érythréens et le Front de libération des peuples du Tigray (FLPT).

]]>
https://books.openedition.org/cfee/120 2016-07-28 Aramis Houmed Soulé Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
L'Empereur Ménélik et l'Éthiopie | አጤ ምኒልክና ኢትዮጵያ Guebrè-Heywèt Baykedagne (c.1885-1918) est né dans le district d'Adoua, au Tigré. Passager malgré lui d'un navire de retour vers l'Europe, Guebrè-Heywèt passe une partie de son enfance et de son adolescence en Autriche et en Allemagne. De retour à Addis-Abeba vers 1904, en compagnie de médecins allemands venus soigner l'Empereur, Guebrè-Heywèt connaît une carrière brève et tumultueuse. Nommé chef des douanes, negaddras, en 1918, Guebrè-Heywèt s'est surtout fait un nom par la publication de deux textes : Le gouvernement et l'administration publique, ainsi que L'Empereur Ménélik et l'Éthiopie que réédite et traduit la Maison des études éthiopiennes [NDLE: en 1993]. La première publication de ce pamphlet en 1912 a marqué l'histoire de la pensée réformatrice éthiopienne et il demeure à bien des égards d'actualité.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/279 2016-07-28 Guebrè-Heywèt Baykedagne, Beletu Kebede et Jacques Bureau Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Grass-roots Justice in Ethiopia This book presents a timely review of the relations between the formal and customary justice systems in Ethiopia, and offers recommendations for legal reform. The book provides cases studies from all the Region of Ethiopia based on field research on the working of customary dispute resolution (CDR) institutions, their mandates, compositions, procedures and processes. The cases studies also document considerable unofficial linkages with the state judicial system, and consider the advantages as well as the limitations of customary institutions with respect to national and international law. The editor's introduction reviews the history of state law and its relations with customary law, summarises the main findings by region as well as as on inter-ethnic issues, and draws conclusions about social and legal structures, principles of organization, cultural concepts and areas, and judicial processes. The introduction also addresses the questions of inclusion and exclusion on the basis of gerontocratic power, gender, age and marginalised status, and the gradual as well as remarkable recent transformations of CDR institutions.

The editor's conclusion reviews the characteristics, advantages and limitations of CDR institutions. A strong case is made for greater recognition of customary systems and better alliance with state justice, while safeguarding individual and minority rights. The editors suggest that the current context of greater decentralization opens up opportunities for pratical collaboration between the systems by promoting legal pluralism and reform, thereby enhancing local level justice delivery. The editors conclude by proposing a range of options for more meaningful partnership for consideration by policy makers, the legal profession and other stakeholders.

In memory of Aberra Jembere and Dinsa Lepisa.

Cover: Elders at peace ceremony in Arbore, 1993.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/471 2016-07-28 Alula Pankhurst et Getachew Assefa Centre français des études éthiopiennes en Centre français des études éthiopiennes
Marcel Cohen et ses successeurs ou Cent ans d'études éthiopiennes en France La vie et les travaux des quelques dizaines de Français qui se sont consacrés aux études éthiopiennes depuis un siècle n'ont pas seulement été divers ; ils ont été aussi l'objet de polémiques qui n'auront pas été tout à fait vaines. L'extrême diversité des approches françaises de la société éthiopienne nous en donne en effet un tableau à la mesure de la complexité de ce pays.

Il est fréquent d'entendre dire que certains d'entre nous, purs produits de l'Académie, sont venus à l'Ethiopie pour des raisons d'abord scientifiques ; et que les autres, à l'inverse, ne sont venus à l'Académie qu'après avoir connu l'Ethiopie par d'autres voies. En réalité, la plupart des Français ayant travaillé à l'étude des cultures éthiopiennes ont été à la croisée de ces chemins, à la fois formés par l'Académie - car même missionnaires, diplomates, journalistes ou enseignants, ils n'en étaient pas moins détenteurs d'un savoir et d'une technique - et par l'Ethiopie dont ils avaient l'expérience. Pourtant, le fait demeure que chacun d'entre eux reste, à tort, davantage jugé pour les raisons premières de sa venue en Ethiopie et pour son empathie ou son rejet de cette société, que pour son oeuvre.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/521 2016-07-28 Jacques Bureau Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Empreintes du temps Les Empreintes du temps sont la première publication exhaustive d'une collection de sceaux éthiopiens encore inconnue il y a quatre ans. L'événement est une aubaine pour les amateurs de sigillographie comme pour les historiens de l'Éthiopie à l'époque de son entrée dans la modernité. Un signal fort fut donné à l'Occident par le roi des rois Téwodros II, qui, assiégé sur sa forteresse de Mäqdäla par le général Napier venu délivrer manu militari des prisonniers européens, préféra se donner la mort plutôt que de connaître le déshonneur de la défaite. C'était en 1868. La collection Boucoiran s'ouvre précisément sur le sceau de ce roi, puissant et courageux à l'image du lion qui fait une entrée durable dans la sigillographie éthiopienne. Téwodros acquit très tôt une stature de héros national. Dès sa disparition, une « élégie mélancolique » le célébrait en ces termes :
Voyez donc comme meurt un véritable lion,
Qui croit ignominieux de mourir de main d'homme.

(Berhanou Abebe, Histoire de l'Ethiopie d'Axoum à la révolution, Maisonneuve & Larose, 1998 : 101).
À partir de Menilek II, les sceaux célèbrent le roi des rois comme le Lion de Juda, réaffirmant ainsi le mythe, fondateur de la royauté éthiopienne, de la descendance salomonienne des souverains. La collection Boucoiran réunit, en exactement cent empreintes, les principaux personnages nobiliaires, militaires, civils et religieux qui animèrent la vie intérieure et internationale du pays entre 1860 et 1925, soit du règne de Téwodros à celui de la fille de Menilek II, Zäwditu, au cours de la régence du ras Täfäri, futur Haylä Sellasé.
L'ouvrage répond à un triple objectif : l'identification des titulaires de ces sceaux comme contribution à leurs biographies, le décryptage et la traduction des exergues en caractères ge'ez, arabes, plus rarement romains, enfin une lecture et une interprétation ouvertes des motifs iconographiques. Les auteurs ont choisi de traiter ces empreintes comme des sources historiques originales.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/543 2016-07-28 Serge Tornay et Estelle Sohier Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
Casimir Mondon-Vidailhet, pionnier de l'amitié franco-éthiopienne / Pioneer of the French-Ethiopian friendship (1847-1910) Trois Français ont joué à des titres divers un rôle important aux côtés de l'empereur Ménélik (1889-1913) : Léon Chefneux, homme d'affaires, Casimir Mondon-Vidailhet, « agent officieux » du gouvernement français et Léonce Lagarde son premier représentant officiel. Ni la vie, ni l'oeuvre d'aucun de ces trois hommes n'ont à ce jour été l'objet d'études approfondies. Les papiers laissés par Lagarde et Chefneux n'ont pas été publiés et peu utilisés. Quant à Mondon-Vidailhet, il a disparu sans laisser de traces à en croire les auteurs d'un article paru en 1969 qui écrivaient : « Il semble donc que la personnalité de Mondon n'ait pas laissé de trace soit dans l'actualité, soit dans le monde scientifique ». Sa biographie était alors assez floue, son influence sur les événements du règne de Ménélik assez incertaine et ses oeuvres, pourtant nombreuses, suffisamment oubliées, pour que cette opinion ait semblé raisonnable. Les recherches relatives à Chefneux et à Lagarde sont au point mort. En revanche, l'utilisation de nouvelles données relatives à Mondon-Vidailhet (il s'agit principalement d'une note rédigée par son frère Stanislas) a permis d'obtenir depuis quelques résultats que l'on trouvera consignés dans ces lignes.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/564 2016-07-28 Alain Rouaud Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes
France Éthiopie. Cent ans de relations C'est à quelques unes des pages des cent ans de relations franco-éthiopiennes et à quelques unes des figures marquantes de ces relations qu'est consacré ce bref historique. Ces relations furent souvent d'amitié, d'incompréhension parfois, d'indifférence jamais.

Publié en 1997 avec le soutien de l'Ambassade de France à l'occasion du centenaire des relations diplomatiques franco-éthiopiennes, cet essai retrace cent ans d'histoire partagée.

]]>
https://books.openedition.org/cfee/585 2016-07-28 Jacques Bureau Centre français des études éthiopiennes fr Centre français des études éthiopiennes