Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

IX. Les questions sociales et religieuses

Texte intégral

Justice - Promotion de l’apprentissage du Coran, de l’observance de la prière et du paiement de la zakât - Abandon des mauvaises pratiques traditionnelles - Respect des droits des femmes - Lutte contre la consommation du khat.

- Un de vos rôles traditionnels porte dans le domaine de la justice. Après votre retour au pays, avez-vous été sollicités pour arbitrer les conflits inter-‘afar ou entre les ‘Afar et leurs voisins ?

- Bien sûr. J’ai arbitré des conflits inter-‘afar datant de l’époque du Derg ou ceux résultant d’une situation nouvelle entre les ‘Afar des environs de Bati et leurs voisins, les Oromo. Et dans ce dernier cas, j’ai organisé une grande réunion qui a abouti à une réconciliation durable entre les protagonistes. Je dois vous rappeler qu'à l'époque impériale mon armée intervenait régulièrement dans les conflits inter-tribaux ‘afar mais aussi entre les ‘Afar et leurs voisins pour assurer l’ordre. Dans le domaine de la justice, actuellement, même si je me trouve à Addis Abeba, je continue d’être consulté.

- Des différents sultans de la dynastie Aydâbisso d’Awsa, vous êtes crédité comme celui ayant le plus œuvré pour promouvoir la foi musulmane. Parlez-nous de vos actions ?

  • 1 Aumône. Son paiement est obligatoire sur les biens de tous ceux dont les avoirs dépassent le simple (...)

- J’ai placé mon règne sous le signe de raffermissement de la foi musulmane. Mes actions ont porté surtout sur la promotion d'une généralisation de l’apprentissage du Saint Coran, de la pratique de la prière et du paiement de la zakât1 sur les biens, le bétail bien évidemment. Jusque-là, chez la frange bédouine de notre communauté, les vieux, seuls, observaient le devoir de la prière. Même si le paiement annuel de la zakât sur les biens (le bétail), conformément à la recommandation divine, formulée dans le Saint Coran, était un devoir religieux auquel est astreint tout musulman, il était presque inconnu. Je me suis beaucoup investi dans ces deux domaines. J’ai parcouru la région dans tous les sens. Pour me rendre dans des localités inaccessibles, j’ai utilisé le mulet.

- J’ai entendu dire que vous vous êtes aussi soucié des droits des femmes ?

- C’est vrai. Chez la frange bédouine de notre communauté, la femme était exclue de l’héritage et ne bénéficiait pas du douaire. J’ai œuvré pour que les femmes puissent bénéficier des droits que lui reconnaît la religion dans le Saint Coran. Les femmes ‘afar ne sont pas très exigeantes. Rares sont celles qui se plaignent ouvertement. Il n'empêche qu’avec mon engagement, elles avaient gagné du respect de la part des hommes.

- Parmi les femmes ‘afar, est-ce qu’il y a, selon vous, dans le domaine du développement, une qui peut servir d’exemple aux autres ?

  • 2 Son nom complet était Nasro Maḥammad. Cette femme, décédée en 2006, était la première femme ‘afar é (...)
  • 3 La moyenne vallée de l’Awash.

- Bien sûr. C’est Nasro2 de Gawwani. Cette femme est l’une des premières commerçantes, voire même la première dans notre communauté. Elle n’est partie de rien mais par la suite, elle est devenue riche. Cette femme ne s’est pas seulement enrichie mais elle a rendu un grand service aux ‘Afar de la région de Ba‘adu3. Comme j’ai entendu dire, dans cette région, elle a fait travailler beaucoup de femmes. Elle a été bonne pour les gens. Les femmes, quand elles n’avaient pas de quoi se payer les denrées alimentaires, lui prenaient à crédit. Par la suite, si elles ne la payaient pas, elle ne leur demandait pas. Dernièrement, quand elle a pensé que nos gens voulaient travailler vraiment pour mettre en valeur nos terres, elle m’avait téléphoné pour dire sa disponibilité à y participer.

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, au cours de votre règne, vous avez aussi combattu certains comportements ou pratiques traditionnelles néfastes. Pouvez-vous nous en parler ?

  • 4 Deux grandes divisions de la société ‘afar.
  • 5 Le sultan ‘Ali-Miraḥ n'a pas eu les coudées franches comme nous le montre l’histoire suivante. Sur (...)

- Permettez-moi d’abord de vous rappeler que j’ai mis un terme aux inimitiés qui prévalaient entre ‘Afar sur la base d'une différenciation anachronique, connue sous le nom ‘Idi-k ‘Isi (les Blancs et les Rouges)4. C'est vrai que j’ai combattu, comme tu le dis, certaines pratiques traditionnelles. Par exemple, la célébration du mariage dépendait de la position des astres. Il en résultait des complications. J’ai donc réussi à amener notre communauté à abandonner cette pratique. Je suis allé aussi en guerre contre la pratique de la « rabeyna », la cérémonie funéraire commémorant l’anniversaire du décès à l’occasion de laquelle plusieurs têtes de bétail sont abattues. Je dois vous avouer que dans ce volet j’ai enregistré moins de succès. Et cette pratique perdure toujours5.

- Comment avez-vous agi pour provoquer les changements dans une société conservatrice ?

- Je n’ai pas utilisé la force pour apporter ces changements. J’ai fait en sorte qu'ils résultent d’une adhésion volontaire et de façon progressive. J’ai commencé moi-même à montrer l'exemple. J’ai ensuite poussé mes proches à m'emboîter les pas. Ils l’ont fait et le peuple a fini généralement par suivre. Avec l’aide de Dieu, tout puissant, j’ai enregistré des bons résultats dans ma croisade contre certaines traditions néfastes. Et aujourd’hui, dans notre région, la pratique de la prière comme l’apprentissage du Saint Coran se sont généralisés.

- Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus maintenant ?

- La consommation du khat qui fait des ravages chez notre peuple. Lorsque j’ai rencontré pour la première fois en 1991 l’actuel Premier ministre Meles Zenawi, j’ai évoqué avec lui ce fléau et les méfaits de sa consommation sur notre population et il m’a promis que nous allons le combattre ensemble une fois bien stabilisé le pays.

- Quelles sont actuellement vos actions dans ce domaine ?

  • 6 Il s’agit d'un livret écrit par le shaykh Maḥammad Kamil al-Ani, membre du cercle des intellectuels (...)

- Je mène des actions discrètes de sensibilisation. J’encourage mes proches et tous ce que je rencontre à arrêter de mâcher le khat qui est nocif pour leur santé. Je distribue un fascicule en arabe qui parle des méfaits de cette plante6.

Fig. 10 Au premier plan Isma‘il ‘Ali Youssouf, empereur Hayle Sïllasé et le général Assefa Demissie, aide du camp de l'empereur.

Fig. 10 Au premier plan Isma‘il ‘Ali Youssouf, empereur Hayle Sïllasé et le général Assefa Demissie, aide du camp de l'empereur.

Au second plan ‘Ali Ibrahim, conseiller du sultan ‘Ali-Miraḥ, le sultan lui-même et Maḥammad ‘Ali Ḥamid

Collection personnelle de Mohamed Houmed « Charlie »

Notes

1 Aumône. Son paiement est obligatoire sur les biens de tous ceux dont les avoirs dépassent le simple niveau de subsistance et dont les dettes ne dépassent pas les avoirs.

2 Son nom complet était Nasro Maḥammad. Cette femme, décédée en 2006, était la première femme ‘afar éthiopienne à se lancer dans le commerce. Elle avait commencé avec 8 dollars éthiopiens avec lesquels elle avait acheté les détritus du café à Awash, échangés ensuite contre du beurre. La vente de ce beurre lui a rapporté, et ainsi de suite. Elle était propriétaire immobilier à Nazareth et à Gawwani dont un hôtel. Son dernier investissement était le marché de la ville d’Awash, lequel était en cours de construction au moment de son décès.

3 La moyenne vallée de l’Awash.

4 Deux grandes divisions de la société ‘afar.

5 Le sultan ‘Ali-Miraḥ n'a pas eu les coudées franches comme nous le montre l’histoire suivante. Sur ses conseils, les fils d'un grand notable d'une branche de la tribu Madima, habitant le district de Elida‘ar se sont abstenus de célébrer la « rabeyna » à la mémoire de leur père. Dans l'esprit du sultan, leur attitude devait avoir valeur d’exemple pour les autres car le défunt était un notable très connu. Il avait laissé un riche cheptel et cinq fils. Ces derniers et leur tribu ont été pris à partie dans des veillées de kassow ("chants de défi") pour manquement à l'observation de cette coutume comme dans ces vers : Walle saabiq idaltu hinna Maadiimaw / Cabem mali'ttaanamak / Koona xiyyu cabe / Xalem mali’ttaanamak / Koona xaylo cabe... « O! Madima, Wallé ne méritait pas que son décès ne soit pas commémoré / Vous ne pouvez justifier votre attitude par le manque de moyens puisqu'il a laissé un riche cheptel / Vous ne pouvez prétendre qu'il est sans descendance puisqu'il a laissé cinq fils. » Cf. Aramis Houmed Soulé (2000).

6 Il s’agit d'un livret écrit par le shaykh Maḥammad Kamil al-Ani, membre du cercle des intellectuels de la Ligue islamique mondiale et neveu du mufti Siraj, éminent théologien éthiopien du 20ème siècle, originaire de Rayya.

Table des illustrations

Titre Fig. 10 Au premier plan Isma‘il ‘Ali Youssouf, empereur Hayle Sïllasé et le général Assefa Demissie, aide du camp de l'empereur.
Légende Au second plan ‘Ali Ibrahim, conseiller du sultan ‘Ali-Miraḥ, le sultan lui-même et Maḥammad ‘Ali Ḥamid
Crédits Collection personnelle de Mohamed Houmed « Charlie »
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/995/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr