Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Annexes

Annexe 2 : Un potentat en fuite

Texte intégral

1« Un réactionnaire des plus notoires, un des hommes de l’ancien régime qui a bénéficié de tous les titres honorifiques et - honneur suprême, de créer un État dans l’État - a pris la fuite. Cet homme investi du titre de Bitwoded et qui était responsable des populations afars de la province d’Aoussa, n’a pas tellement aimé le changement intervenu dans notre pays et avant tout, la proclamation portant sur la nationalisation des terres rurales. Ce potentat avait ses entrées et sorties à la Cour de l’ancien négous. Chaque fois qu’il rencontrait ce dernier, nul n'était autorisé à les interrompre et nul ne savait les motifs de leurs fréquentes rencontres et surtout les sujets qu'ils débattaient. Bref c’était un mystère pour tout le monde et même pour l’ex-héritier de la couronne auquel Ali Mirah, puisqu'il faut bien l'appeler par son nom, ne prêtait aucune attention, sinon le plus grand mépris.

2L’ex-négous, qui aimait avant tout des intrigants, avait trouvé en Ali Mirah un homme capable de contrecarrer les velléités de certains potentats de l’ancien Empire. Cet homme que l’expérience a rodé s'est montré, finalement, plus fin que son maître et a trouvé le moyen de créer un État dans l’État en s'arrogeant le titre de maître absolu de la province de l'Aoussa, Région Administrative du Wello.

3Le vieil Empereur qui aurait, dès cette époque, pu mettre au pas ce personnage malin, l’a laissé faire. Il lui a même permis, disent certaines personnes, de se rendre aux États-Unis, où il a été accueilli avec tous les égards dûs à un chef d’État.

4Lié donc ainsi par une amitié par trop personnelle, Ali Mirah ne pouvait plus que se sentir un roitelet auquel sont dévolus tous les pouvoirs et même d'avoir le droit de vie ou de mort sur ses prétendus sujets.

5Un jour de septembre, Haïlé Sellassié Ier, celui qui se disait élu de Dieu, descendant de la lignée salomonienne, est tombé de son piédestal. À cette époque, Ali Mirah n'a pas versé la moindre larme en se disant sans doute que c'était-là le moindre risque de métier des "grands de ce monde". Pour lui, le monde continuait à tourner comme par le passé.

6Mais il s’est produit, le jour où le gouvernement militaire a proclamé le socialisme éthiopien le 20 décembre 1974, qu'on lui demanda de restituer ses immenses terres à ses "sujets", qu’il oppressait depuis des années. Ali Mirah a refusé net. Non seulement, il a refusé de se conformer à la proclamation portant sur la nationalisation des terres rurales mais il a "omis" de rembourser les 17 millions de dollars qu’il avait empruntées auprès de la Banque Commerciale et de la Banque du Développement agricole sous la bénédiction de l'empereur déchu.

7La fuite d’Ali Mirah vers l’étranger n’interrompra en aucune façon l’option que nous avons faite pour le socialisme. Au contraire, le départ inattendu et inopiné de ce potentat nous prouve tout simplement que l’ère des réactionnaires a bel et bien sonné et que l’Éthiopie s’acheminera allégrement sur la voie nouvelle qui lui est tracée depuis 2 septembre 1974 ».

8Source : Editorial d’Addis-Soir du samedi 7 juin 1975, p. 1.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr