Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Première partie : L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit « Illalta » de la dynastie Aydâḥisso d’Awsa

V. Le règne de Maḥammad Ḥanfaré

Texte intégral

  • 1 Il avait 35 ans au moment de son accession au trône. Entretien avec sultan Ali-Miraḥ Ḥanfaré à Addi (...)
  • 2 Une région adjacente à la frontière occidentale de la République de Djibouti.
  • 3 Après qu’elle lui eut donné deux garçons, Maḥammad, l’aîné et Alo, son cadet, l’Amoyta Ḥanfaré a ét (...)
  • 4 Une petite tribu maraboutique dont on retrouve également des lignages chez les Sabo.
  • 5 Gamaladdin al-Chami et Hachim Gamaladdin (1997 : 340) confondent celui-ci avec Unḍa Alo, le frère c (...)

1Maḥammad Ḥanfaré voit le jour vers 18261 à Addalé-Gûb, une résidence de la famille royale, située au pied du mont Sangêra, dans le nord-est de l’oasis d’Awsa2. Sa mère est Fatuma shaykh Maḥammad dit ‘Asa Fatuma (Fatuma, la Rouge)3. Elle est issue d’une tribu maraboutique, Intilé Séka4 de Bori, dans l’extrême Nord-Est du triangle ‘afar. Selon les informations que nous disposons sur lui pendant sa jeunesse, dès l’âge de la maturité, il est un participant actif aux affaires à l’ombre de son père. Ce qui ne manque pas de lui attirer les animosités de la part surtout de son oncle ‘Alo Aydâḥis5, lequel veut jouer un grand rôle sous le règne de son frère, tout en espérant à bénéficier de dévolution du pouvoir. Ce dernier se brouille avec son frère après la désignation officielle par celui-ci de son fils comme héritier. Sentant sa mort approcher, l’Amoyta Ḥanfaré Aydâḥis aurait dit à son fils à propos de son frère :

  • 6 C’est l’insigne de commandement.
  • 7 C’est un groupe tribal issu d’Askakmali et faisant partie de la chefferie Askakmali-k Modayto.

Si mon frère ‘Alo, apprenant mon décès, accourt aux premiers cris de pleurs des femmes, accueille-le bien et laisse-le prendre en mains l'organisation de mes funérailles. Mais s'il arrive doucement, portant à la hanche le couteau orné d'argent (lak‘o-g gilé)6 et escorté de ses gendres du clan Ga‘asso7, c'est ce qu'il n'est pas affligé par ma disparition ; ne le laisse pas prendre part à mon enterrement. S'il se dispute avec toi pour la succession, les Afki‘é-k Ma‘ad trancheront (entretien avec le sultan ‘Ali-Miraḥ, août 2004).

  • 8 Jusque-là, l’Amoyta était issu par sa mère généralement des Dambéla, une tribu guerrière.

2Au décès de l’Amoyta Ḥanfaré Aydâḥis, ‘Alo Aydâḥis traîne les pieds et arrive à l’enterrement entouré de ses gendres du clan Ga‘asso. Apprenant son arrivée, Maḥammad Ḥanfaré saute hors du trou qu’il était en train de creuser et demande à ce qu’on éloigne son oncle du lieu. Une altercation s’ensuit. « Comment, ‘As- Fatumaytu (fils de Fatuma, la Rouge) peut m’empêcher de prendre part à l'enterrement de mon frère ? », protesta ‘Alo Aydâḥis8. L’intention est de s’attirer les sympathies de l’assistance face au fils d’une étrangère à la région. Les membres de la tribu Askakmali dont les Ga‘asso font partie interviennent auprès de ces derniers et les convainquent de ramener leur beau-père à son domicile pour éviter l'effusion de sang : « ‘Alo et son neveu ne se feront pas du mal mais c'est nous qui allons-nous entre-tuer pour eux », disent-ils.

  • 9 Quelques années après, il accepte les propositions de réconciliation de son neveu mais refuse de re (...)

3Une fois les funérailles terminées, le conflit de succession éclate au grand jour entre Maḥammad Ḥanfaré et son oncle ‘Alo Aydâḥis. Il donne lieu à une guerre civile meurtrière au cours de laquelle le second perd deux de ses enfants, plusieurs de ses partisans et finit par fuir au Ba‘adu9. C’est la première fois depuis l’établissement de la dynastie Aydâḥisso que l’application automatique du mécanisme de la primogéniture est contestée et se règle par les armes. Désormais, à l’occasion de chaque succession, on assistera à une lutte pour le pouvoir entre les princes Aydâḥisso.

1. Son accession au pouvoir et ses objectifs politiques

  • 10 Ce terme apparaît pour la première fois dans les écrits au 13ème siècle sous la plume du géographe (...)

4Maḥammad Ḥanfaré hérite d’un sultanat où l’hégémonie de sa famille est rétablie par la guerre et la diplomatie par son père l’Amoyta Ḥanfaré Aydâḥis dit al-‘Adil. Sur le plan extérieur, son avènement sur le trône de l’Awsa coïncide avec d'une part l'émergence sur les plateaux abyssins d’un État central fort, animé d'une ferme volonté d'expansion et d'autre part le début de manifestations des ambitions coloniales égyptiennes puis européennes en mer Rouge et dans le golfe d’Aden dans la perspective de l’ouverture du canal de Suez dont les travaux de percement ont débuté en 1859. De par sa position géographique, le territoire des ‘Afar, situé d'une part entre la côte occidentale de la mer Rouge et d’autre part les premiers escarpements des hautes terres de l’Abyssinie, est dans la ligne de mire des visées impérialistes. Maḥammad Ḥanfaré a pleinement conscience de la faiblesse des moyens de ses compatriotes pour pouvoir faire face à ces menaces, étant donné leur émiettement entre une multitude d'entités politiques depuis la chute des royaumes « Dankali »10 et Adal du Moyen Âge. Il s'assigne donc comme objectif de relever un double défi : l’unification des ‘Afar sous une même entité et l’édification d'un État puissant devant lui permettre de s'opposer à ces visées impérialistes. Son nom de règne Illalta est très significatif au demeurant puisqu’il traduit cette mission de « rassembleur » énoncée aussi d’une façon explicite dans la déclaration de foi que lui attribuent les récits des Modayto : « L’endroit où se trouve la dernière tente des Afar est la limite de mon territoire. »

5Cette tâche n'est pas une mince affaire parce que la force militaire n’a jamais constitué chez ce peuple un moyen d’unification. Et pour cette raison, Maḥammad Ḥanfaré se sait moins chanceux que ses pairs contemporains des plateaux abyssins où le peuple se soumet au plus fort des princes. Par conséquent, face aux menaces résultant des visées impérialistes, le caractère du peuple ‘afar devient son plus grand ennemi.

6Maḥammad Ḥanfaré, qui est politiquement assez mûr et connaisseur des hommes, sait que ses voisins du sud, les Debné, une confédération tribale ‘Afar habitant à l’époque au Goba‘ad et dans la moyenne vallée de l’Awash, constituent un grand obstacle sur le chemin de cette unité qu’il ambitionne de réaliser pacifiquement. Ces derniers se sont soustraits au début du siècle de la suzeraineté nominale du sultanat de Tadjourah, sous la houlette de leur chef coutumier La‘oyta Arbâhim du lignage Arbâhinto, de la tribu Ḥarkaméla. L’hostilité des Debné à l’égard de l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré tire son origine des inimitiés inter-familiales nées de la course pour les riches terres de pâturages de la basse vallée de l’Awash remportée par sa famille, en l’occurrence les Aydâḥisso. En outre, leur intérêt est de sauvegarder leur privilège de fournisseur de gardes, de guides et de chameaux pour les caravanes reliant les ports côtiers ‘afar aux plateaux abyssins, surtout par la route méridionale reliant Tadjourah au Shewa en contournant l’Awsa par le sud.

  • 11 C’est le fils de La‘oyta Ibrahim auquel il succède en 1864. Poursuivant la politique de son père, i (...)
  • 12 Cette propension de l’Amoyta de la dynastie des Aydâḥisso d’Awsa à se présenter comme le chef polit (...)

7C’est pourquoi leur chef Ḥummad La‘oyta11 (r. 1864-1902) est, aux yeux de Maḥammad Ḥanfaré, un personnage potentiellement susceptible de contrarier sa politique d'unification de l’espace ‘Afar. D’une part, fin politique, Maḥammad Ḥanfaré cherche à établir une alliance avec cette famille à travers le mariage et les intérêts économiques conférés. Ainsi, il donne en mariage à Ḥummad La‘oyta et à son frère Ḥanfaré des femmes d’une tribu apparentée à la sienne et il leur accorde des parcelles de terres agricoles. D’autre part, il s’évertue à se présenter et à se faire reconnaître dans ses rapports avec les puissances étrangères comme le chef suprême de tous les ‘Afar12. Son souci et sa démarche sont cependant mal-interprétés par ses pairs des côtes du golfe de Tadjourah qui ne voient dans l’arrivée des Européens que des opportunités commerciales. Ceux-ci, sous l’influence de riches et influents commerçants, pensent qu’il est de leur intérêt d'avoir une alliance avec une ou plusieurs grandes puissances lointaines, donc étrangères aux conflits locaux. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les différents traités qu'ils concluent avec les Français en 1862, 1884 et 1885.

  • 13 Ce fait est mentionné par Pietro Antonielli, l’émissaire italien, premier européen à avoir traversé (...)

8En politique intérieure, la priorité de Maḥammad Ḥanfaré porte sur l’édification d’un État puissant devant lui permettre de réaliser ses ambitions. À cet effet, il initie dès le début de son règne une série de réformes. La première porte sur le renforcement d'une armée permanente dont son père avait jeté les fondements. Celle-ci est composée, en plus des recrues ordinaires, d'esclaves qui sont d’une fidélité à toute épreuve. Ces derniers forment d’ailleurs le gros de la garde personnelle du sultan13. Cette armée porte le nom ḍînékala (les éveilleurs) et a pour devise le serment makuda : « plutôt la mort sur-le-champ de bataille que le salut dans le déshonneur de la fuite. » Elle bénéficie d’un certain nombre de privilèges (parcelles agricoles, gratuité de nourritures et d'habillement etc.) et elle est stationnée dans les différents camps du sultan d’où elle organise des sorties régulières pour préserver l’ordre dans le sultanat et assurer la sécurité des routes caravanières. La modernisation de cette armée à la discipline rigoureuse est donc au centre des préoccupations de Maḥammad Ḥanfaré comme s’en fait l'écho en 1884 une mission du gouvernement français, chargée de la délimitation du territoire d’Obock :

L’un des moyens le plus efficace pour s’attacher la faveur de ce souverain serait de lui envoyer une certaine quantité de fusils qu’il désire avec ardeur posséder en ce moment (Conneau & Lagarde, 1884 : 7).

  • 14 Le Français Paul Soleillet parle dans son récit de voyage en Éthiopie d’une grande influence que ce (...)
  • 15 Il occupe les fonctions d'Effendi (vice-gouverneur) puis de Pacha (gouverneur) à partir de 1875.

9L’entretien de cette armée constitue une autre préoccupation du monarque ‘afar. Il augmente les taxes sur les marchandises de transit et d’importation (esclaves, armes et autres produits). Et surtout, il impose la taxe sur un produit traditionnel jusque-là non-imposé, le sel, provenant du lac ‘Asal. L’exploitation de cette ressource naturelle qui est généralement troquée contre des céréales est ouverte à tous les ‘Afar. Abubakar Ibrahim, commerçant lié à la famille royale du Shewa14 et fonctionnaire des Turcs puis des Égyptiens à Zeyla’15 et son allié, le chef des Débné Ḥummad La‘oyta voyaient tous deux d'un mauvais œil les desseins de Maḥammad Ḥanfaré. Ils mettent à profit les mécontentements suscités par cette décision chez les pasteurs transhumants des régions côtières pour entraîner dans leur opposition à Illalta le Dardar (sultan) de Tadjourah, Ḥummad Maḥammad (1863-1879).

  • 16 Les plaines inondables des vallées de l’Awash. Ici, celles de la basse vallée qui s’étend de Boba à (...)
  • 17 28 Rabi al-Awwal 1283 de l’hégire (Source : Ḥummad-Gaba Maki, entretien avec l’auteur de ces lignes (...)

10Ce dernier est poussé à prendre une décision contraignant les sujets du sultanat d’Awsa au paiement de droits sur tout prélèvement de sel au lac ‘Asal. Abubakar Ibrahim et Ḥummad La‘oyta attisent aussi le réveil des vieux démons tribaux tirant leurs origines des luttes inter-‘Afar du 18ème siècle pour la possession des riches pâturages de Kalo16. C’est dans ce contexte qu’intervient le massacre par les Debné des sujets du sultanat d’Awsa venus chercher le sel au lac ‘Asal. Il entraîne en 1866 une guerre fratricide très meurtrière à l’issue de laquelle les troupes de Maḥammad Ḥanfaré marchent sur Tadjourah et la mettent à sac17. Les autres entités politiques ‘Afar qui sont restées neutres réagissent aussitôt et imposent leur médiation. Et l’Amoyta d’Awsa sort de cette épreuve qui lui fut imposée certes renforcé mais en même temps controversé à cause de cette effusion du sang qui est susceptible de contrarier ses projets.

  • 18 Cet événement qui remonte à la seconde moitié du 18ème siècle, peu après la prise du pouvoir de la (...)

11Une autre priorité de la politique intérieure de Maḥammad Ḥanfaré porte sur le développement de la culture islamique qui, à ses yeux, devait donner à ses sujets une claire conscience des valeurs à défendre face aux visées colonialistes européennes. À cet effet, il se concilie les faveurs des ‘uléma d’Awsa dont l’influence dépasse généralement le cadre du sultanat. L’historien anglais Humphrey Fisher (1986 : 313) rapporte que dans le passé, ils ont été en mesure d’intervenir pour protéger leur ville contre une attaque des Arabes18. Et du temps de l’Amoyta Ḥanfaré al-‘Adil (le Juste), le père de Maḥammad Illalta, le chef d'une ambassade anglaise auprès du roi du Shewa, Sahle-Sïllasié, le capitaine W. Cornwallis Harris (1844, t. 1 : 198-207) note que de « nombreux ‘uléma vivent à la Cour du sultan » et que « l’Awsa jouit d’une réputation de foyer intellectuel islamique ». Poursuivant la politique de son père dans ce domaine, Maḥammad Ḥanfaré fait construire des mosquées un peu partout dont la plus importante dans la cité portuaire de ‘Asab afin que la prière du vendredi soit dite en son nom. Il accorde beaucoup de respect aux hommes de Dieu qu’il honore par toutes sortes d’égards et de présents. Parmi les récipiendaires de sa générosité, outre les ‘uléma locaux et étrangers qui lui rendent visite, figurent les chérifs de La Mecque, à l’époque en charge du « ḥaram » (le sanctuaire de la Ka‘ba) et les Rabita (associations pieuses) créées en son nom dans cette ville sainte (Gamaladdin al-Chami & Hachim Gamaladdin, 1997 : 346).

2. Mabammad Ḥanfaré face au prosélytisme chrétien de Yohannïs

12Sous le règne de Maḥammad Ḥanfaré, la menace intérieure ajoutée à celle des voisins ‘Afar du sud qui ont été les principales préoccupations de ses prédécesseurs appartiennent au passé. Le chef ‘Afar doit se soucier des manifestations des visées impérialistes.

13La menace vient d'abord d'un impérialisme d’une entité politique régionale, l’Abyssinie, que nous qualifierons d'ancien en référence aux événements dont la région a été le théâtre au Moyen Âge. Il allie prosélytisme chrétien et expansionnisme motivé par des intérêts économiques, à savoir le contrôle des routes caravanières, l'appropriation des gisements du sel et l'accès à la mer. En sommeil depuis longtemps, il se manifeste suite à l'introduction par les Européens des armes à feu au profit de leurs co-religionnaires des hautes terres abyssines.

  • 19 Ce don se composait de six mortiers et autant d'obusiers, tous les deux alors à peine connus en Éth (...)
  • 20 Kassim Shehim (1992 : 25). Didier Morin rapporte une version légèrement déformée de cette anecdote (...)
  • 21 Guèbrè Sellassié (1931 : 401) affirme qu'il aurait été dissuadé par Mïnilïk, roi du Shewa.

14Cette menace impérialiste abyssine vient d’abord du côté du Tigray, notamment de la personne du Ras Kassa Mercha, qui a collaboré avec les Anglais dans leur expédition contre l’empereur Téwodros et bénéficia en retour du don d’armes modernes en quantité importante19. Cet armement lui a permis de soumettre par la force ses concurrents pour le titre d'empereur d'Abyssinie et de se faire couronner le 13 janvier 1872 sous le nom de Yohannïs IV. Sûr de sa force, il aspire à étendre son pouvoir en direction du pays ‘afar avec un double objectif : le contrôle des gisements du sel et l'accès à la côte d'une part et la conversion de sa population d'autre part. Et tout naturellement, son attention se porte sur le sultanat d’Awsa dont il sait que l'occupation et la conversion des habitants auraient des conséquences sur l'ensemble du monde ‘afar et musulman dans la région. Cherchant un prétexte à faire valoir pour cacher sa politique belliqueuse, selon une anecdote populaire, il envoie au sultan Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta, un sac en peau rempli des croix20. Il ordonne à ce dernier de l’arborer et de les faire porter par ses sujets. Il l’avertit qu'en cas de refus, il envahirait le sultanat d’Awsa. Cet épisode provoque la colère du monarque ‘afar qui lui réplique d'une manière analogue. Il lui renvoie un sac de grains moulus, lui signifiant ainsi que lorsqu'il passerait aux actes, son armée serait écrasée. Yohannïs, probablement préoccupé par des affaires plus urgentes, ne donne pas suite à ce défi21.

  • 22 L’Awsa forme avec le Harar l'un de deux centres intellectuels de l’islam dans l’est de l’Éthiopie.

15Cependant, face à la politique de conversions forcées des Musulmans abyssins à laquelle s'emploie ce monarque, Maḥammad Ḥanfaré se pose en défenseur de ses coreligionnaires auprès de qui son sultanat exerce une grande influence en tant qu’héritier d’Adal, ancien État important de l'islam22 dans la Corne de l’Afrique.

  • 23 Parmi les bénéficiaires de son appui, le shaykh Talha Bin Ja‘far des ‘Argobba. Voir Hussein Ahmed ( (...)

16Aussi, au cours des deux dernières décades du 19ème siècle, il soutient moralement et matériellement les Musulmans du Rayya, du Wello et de l’Ifat (Shewa septentrional)23 dans leur résistance armée contre le prosélytisme chrétien de l'empereur mais aussi vis-à-vis de Mïnilïk du Shewa, son vassal et successeur. Les archives de la Mahdiyya soudanaise mentionneraient l’existence d’une alliance entre le monarque ‘afar et le successeur du Mahdi, khalîfa ‘Abdullahi dont les Ansar combattaient Yohannïs dans le nord-ouest de l’Éthiopie (Hussein Ahmed,1989 : 20).

  • 24 Les combattants de la foi.

17Le mahdisme a des partisans ‘Afar sur l'escarpement des hautes terres du Tigray. Ces derniers sont regroupés sous la bannière du mouvement appelé Mujâhida24 (Gamaladdin al-Chami & Hachim Gamaladdin, 1997 : 422-28). Les mots d'ordre suivants deviennent leur cri de ralliement :

Yohannis Yalla makkala
Agula Mediina makkala
Makale Makka makkala
Birrile figgan makkala

  • 25 Agula est le nom d’une vallée et d'une station de douane sur la principale route du sel, les amolés(...)

Je ne confonds pas Yohannïs avec Dieu
Je ne confonds pas Agula25 avec Médine
Je ne confonds pas Maqalé avec La Mecque.
Je ne prends pas le carafon pour une tasse de café.

  • 26 Nommé d’après sa tribu Ḥidâru, d’origine Ḥadu et qui vit avec une tribu de même origine, Lakḥina, a (...)

18Ce mouvement ouvre à l’est un second front contre Yohannïs. Cette initiative est l'œuvre d'un certain shaykh Aḥmad shaykh Nûr. Elle fait suite à son voyage au Soudan où il a rencontré en 1887 khalîfa ‘Abdullahi. Ce dernier l'a nommé émir de son mouvement pour le pays ‘afar et les régions abyssines adjacentes. Les sources orales ne mentionnent pas qu’il ait bénéficié d'un appui de la part du sultan Maḥammad Ḥanfaré. Le mouvement enregistre des succès initiaux et porte de durs coups aux troupes de Yohannïs. Cependant, il n’arrive pas à assurer une grande mobilisation des ‘Afar de la région, du fait de sa connexion extérieure avec les Mahdistes. Il s’essouffle suite à la perte de ses principaux leaders, à savoir l'émir Aḥmad Nur, le chef militaire Maḥammad Mujâhid al-San‘afi puis son adjoint et successeur al-ḥajj ‘Ali Ḥidâru26.

  • 27 Igaḥlé (fils de) Udma, le nom de la mère. Il est fréquent chez les Afar d’appeler une personne « fi (...)

19Au même moment, les dispositions très favorables de Maḥammad Ḥanfaré suscitent l'affluence dans l'Awsa des ‘uléma résistants, originaires des hautes terres mais également des ‘Afar des escarpements. Le sultan fait de son mieux pour les aider militairement et financièrement dans leur résistance. Il néglige de prendre de précautions sécuritaires au moment où son sultanat est confronté à de fortes tensions avec les Shewans sur sa frontière occidentale. Cette attitude lui est reprochée, au nom du peuple, par le poète ‘Udmâh Igaḥlé27 dans un kassow (chant de défi) dont voici un fragment :

Xaagu beytam amakke gexxa moola le
Seeka diyaaraanam buxal sugak ten kaa
Moyya sinni buxaaxil elle moolitti
Seeka kinnino'yyaanaah, qumaamat oxxowwu
Seeka hinna ku maaluh ugte macaxu'kkal
Seeka nekkeh irok kol oobe waynek way
Dokqa nekkeh, dagak kol oobe waynek way
Kableh immay atu isi xaa-xagah gacta
Ubka kaxxa Qaliih abeeh, kok assamme

  • 28 Dénomination à la fois des zones de contact avec les autres peuples tels que les Oromo, Tigréens et (...)
  • 29 Litt. : « Régions d’en haut. »
  • 30 La branche aînée de la tribu Afki ‘é-s sarra.
  • 31 Litt. : « C’est de toi que je souffre. »

Ce sont les têtes rasées passant par-là qui informent sur nous l’ennemi [les Abyssins]
Les shaykhs devaient attendre chez eux qu'on vienne les solliciter
Se rasant la tête chez soi,
Prétendant être des shaykhs, ils ceignent leur tête d'un turban
Ce ne sont point des shaykhs mais une procession formée pour profiter de ta générosité
A moins de nous prétendre des shaykhs et te rendre visite à partir des plateaux
A moins de nous prétendre des "Dok‘a"28 et de te rendre visite à partir des régions septentrionales29
Je constate que tu n'as pas d'égards pour tes pauvres.
Je suis issu de la lignée de ‘Ali Sr.30 et tu ne dois pas rester indifférent à ma souffrance31.

3. Mabammad Ḥanfaré et Mïnilïk II

20Maḥammad Ḥanfaré et Mïnilïk II, successivement roi du Shewa puis empereur d’Éthiopie sont longtemps liés par des rapports de bon voisinage, dictés par les intérêts commerciaux des deux parties. Les ‘Afar ont longtemps dominé le commerce avec cette partie de l’Abyssinie et contrôlé les marais salants occupant le fond des dépressions. La situation n'a guère évolué depuis le Moyen Âge où leur domination du commerce de longue distance s’expliquait par le fait qu’ils étaient « plus informés que les montagnards en raison de l’accès à la mer et plus aptes que des chrétiens à réaliser des transactions avec les clients d'outre-mer, leurs coreligionnaires » (Berhanou Abebe, 1998 : 50 ; Nafi Kurdi, 1994 : 49 ; Abir, 1966 : 2-10 ; Abir, 1968 : 22-26).

21Pour cette raison, Mïnilïk, comme ses prédécesseurs, est très prudent dans ses relations avec les ‘Afar, de peur d’éveiller leur antagonisme et de compromettre l'approvisionnement de son royaume. Il poursuit donc cette politique dictée par le souci de maintenir les liens commerciaux. Laquelle politique avait contribué au cours de la première moitié du 19ème siècle au renforcement économique et politique du Shewa, alors que les autres régions de l’Abyssinie avaient connu une période de déclin (Harberson, 1978 : 487 ; Marcus, 1994 : 65).

22Cependant, les conseils des commerçants européens qui gravitent autour de lui et l'acquisition grâce à ces derniers des armes à feu poussent Mïnilïk à ambitionner le contrôle des richesses naturelles du pays ‘Afar et de ses voies de communication, voire même un accès à la mer par le port de Tadjourah. Il perçoit le sultanat d’Awsa, la plus puissante des entités politiques ‘Afar, comme un frein à ses ambitions. Il occupe une position stratégique entre la côte et les plateaux. Il est dirigé par une aristocratie pastorale, ayant une haute idée de sa charge. Comme son grand-père, le roi Sahlé Sïllasé, l’émergence à la porte du Shewa de cette entité puissante, capable non seulement de recueillir l’héritage du royaume musulman dit d’Adal mais également de s'opposer à ses ambitions dans la région, l’inquiète.

  • 32 Les dates entre parenthèses sont celles de la naissance et décès.
  • 33 Gouverneur.
  • 34 Le rôle important des commerçants afar en général et de la famille Ibrahim Cheḥem en particulier da (...)
  • 35 Cette date est donnée par Didier Morin (2007 : 156).

23Afin de contrecarrer son chef Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta, Mïnilïk cherche d'abord, comme son grand-père l'avait fait à son époque, à atténuer sa dépendance vis-à-vis des routes caravanières contrôlées par l’Awsa et à susciter les tensions entre ce sultanat et les autres entités politiques ‘Afar du sud. À cet effet, il cultive les amitiés des ‘Afar de la moyenne vallée de l’Awash et de la côte par le biais de leurs commerçants et de leurs autorités coutumières afin de renforcer l'axe commercial contournant l'Awsa par le sud avant de faire le trait d'union entre le port de Tadjourah et le Shewa. Il trouve en Abubakar Ibrahim (ca.1810-1885)32, dawla33 de Zeyla’, un allié pour la réussite de son entreprise. Ce dernier appartient au clan Ya‘kubto de la tribu Ḥasôba de Tadjourah, lequel joue déjà un rôle important dans la réalisation des intérêts de la dynastie shewanne34. Son père, Ibrahim Cheḥem a été l’agent commercial et diplomatique du roi Sahlé Sïllasé, fonction qu’il a continué d’exercer sous le règne du roi Hayle-Melekot (r. 1847-1856), le père de Mïnilïk, et ce jusqu’à sa mort le 25 juin 1852 dans la bataille de Gafu contre les Modayto. Abubakar qui a pris sa relève, après l’avoir secondé, s’est, en plus, assuré le fermage de la cité portuaire de Zeyla’ en juin 185535, moyennant versement d'une rente aux autorités turques de Mokha. C'est un commerçant habile et fortuné.

  • 36 Pour son rôle clé auprès de Mïnilïk II, voir Ahmed Hassen Omer (2007 : 394-96).
  • 37 Une source interne en amharique Ya Hiwot Tarikh, citée par Ahmed Hassen Omer (2007 : 429).
  • 38 C’est un nom oromo. Les Afar l’appellent Waytalé.

24Afin de se l'attacher, Mïnilïk lui confie le gouvernorat d’Aleyu Amba (Pankhurst, 1980 : 230), le plus important marché du centre de l’Abyssinie où son second fils Maḥammad36 (1845-1915) est nommé Neggadaras (prévôt des marchands). Sur les 400 habitants que comptent ce village, capitale commerciale du Shewa, les commerçants ‘Afar et harari représentent, à eux seuls, un quart (Pankhurst, 1990 : 217-18). Le Neggadaras Maḥammad Abubakar consolide un vaste réseau réunissant plusieurs centres commerciaux du centre, du sud-est et du sud-ouest de l'Éthiopie. Une source éthiopienne interne affirme que les années 1887 et 1888 constituent à Aliyu Amba celles du boom d'échanges commerciaux au cours desquels les marchands ‘Afar font le plus grand profit37. Un autre exemple de ces faveurs de Mïnilïk pour s'attirer les sympathies des commerçants de Tadjourah nous est fourni à la même époque par les facilités dont bénéficient ces derniers pour fonder Bati38 en pays oromo (Wello). Cette ville des premiers contreforts devient rapidement un marché de contact de première importance entre les habitants des hauts plateaux et ceux des basses terres (Hussein Ahmed, 2001 : 155). Outre Tadjourah, Bati est reliée à Beylul, une autre cité portuaire antique du nord de ‘Asab dont les commerçants viennent s'installer et créent leur propre quartier appelé Beylul genda.

  • 39 « Nous craignons leur climat étouffant, leurs forêts épaisses et leur manière de faire la guerre » (...)

25D’un autre côté, Mïnilïk du Shewa profite de l’intrusion des Européens dans la région et l’introduction en masse des armes à feu à son profit par ces derniers pour mettre la pression sur le sultanat d’Awsa et son chef Maḥammad Ḥanfaré. En effet, la venue de ces commerçants, appuyés par leurs États, le libère de la dépendance des commerçants ‘Afar. Et l’acquisition d’une quantité importante d’armes à feu depuis le début des années 1880 enlève toute crainte à ses sujets, lesquels, trop marqués par le souvenir de la guerre ayant opposé leurs ancêtres aux ‘Afar au Moyen Âge, évitaient de s’aventurer dans leur pays39.

  • 40 La date de cette bataille diffère d'un auteur à l'autre : 1894 (Ahmed Hassen Omer, 2002 : 235), 30  (...)
  • 41 Selon M. de Coppet (Gèbrè Sellassié, 1931 : 404), cette expédition était forte de 25 à 30 000 bomme (...)
  • 42 Titre de noblesse.
  • 43 Celui-ci s'appelait Muḥammad ‘Ali et portait le titre d’Imam avant sa conversion au christianisme e (...)

26Ainsi, les troupes de Mïnilïk entreprennent en 1886 une première expédition contre l’Awsa dirigée par Dajjach (futur Ras) Makonnen, gouverneur de Harar, vigoureusement repoussée par les ‘Afar (Borelli, 1899 : 190). Quelque dix ans après, en 189640, Mïnilïk entre-temps devenu empereur, et qui se dirige vers une confrontation armée avec les Italiens envoie ses troupes41 commandées par le Ras Welde-Giyorgis, le Dejjazmatch (futur Ras) Tessema Nadew et Azzaz42 Welde S‘adïq contre ce sultanat. Cette expédition prend au dépourvu le vieil Amoyta Maḥammad Ḥanfaré qui ne s’était pas préparé à une telle éventualité, après avoir donné à Mïnilïk II, à sa demande, des assurances qu’il ne l’attaquerait pas par derrière et qu’il ne permettrait pas aux Italiens d’utiliser son territoire pour l’attaquer. Le message avait été transmis par le biais du gendre de l’empereur, Ras Mikaél de la dynastie Werre Himano du Wello43 avec lequel Maḥammad Ḥanfaré entretient des relations amicales. Après quoi, il avait envoyé une grande partie de ses troupes avec à leur tête son gendre ‘Abduraḥman Yusuf prendre position sur la montagne de Digdiga, dans la région de Téru, à la frontière du Tïgray pour prévenir tout débordement de ce conflit sur son territoire. Mïnilïk prend la décision de cette attaque alors qu’il est en route pour le Tïgray.

27Disposant d’informations sûres sur l’Awsa par le biais de son gendre, il sait donc que ses troupes ne risquent pas gros et que leur victoire, même éphémère, allait avoir des résultats positifs sur la guerre des nerfs qui se joue entre ses troupes et les Italiens. Richard Caulk confirme d’ailleurs qu’au moment de sa prise de décision, l’Empereur sait qu’il n’existe aucun danger du côté ‘afar. Le sultan Maḥammad Ḥanfaré ne montre pas d’empressement pour l’entrainement de ses hommes au maniement d’une petite quantité de fusils envoyés par les Italiens :

Peu de progrès avaient été fait dans l'apprentissage du maniement des armes par les Afar. Abd al-Rahman passait une grande partie de son temps dans son nouveau quartier général, où il achetait des peaux pour les vendre à Assab. Bien que nommé résident en Awsa, le lieutenant Giannini vivait sur la côte. À la différence de Shaykh Talha qui s'était mis au service des Italiens avec sa petite force dans le sud-est du Tigray, les alliés Afar de l’Italie attendaient la suite des événements (Caulk, 2002 : 499).

  • 44 Entretien avec le sultan Ali-Miraḥ Ḥanfaré à Addis Abeba, août 2004.
  • 45 Dubti des cartes éthiopiennes.

28Apprenant la venue et l'installation des troupes de Mïnilïk à Kaḍḍa ‘Arrado44, une plaine située sur le rivage de l’Awash dans les environs de Dubté45, l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré décrète une levée dans le Kalo, tout en dépêchant des messagers afin de s'assurer des renforts de ses provinces orientale et méridionale. Sans attendre l'arrivée de ces derniers, les guerriers rassemblés à la hâte sont entraînés au combat par l'un de ses fils, du nom ‘Asa ‘Alo [‘Alo le Rouge]. En l’espace du peu du temps, ils sont rapidement décimés. Que s’est-il passé ?

  • 46 Selon l’Amoyta Ali-Miraḥ, il s’agissait d’un Afar de la tribu Ḥaïssamalé (Entretien avec l’auteur d (...)
  • 47 Sur cette bataille, on avait jusque-là la version éthiopienne de Gèbrè Sellassié qui est confuse, t (...)

29Les « récits des Modayto » rapportent qu’au moment où les hommes de Maḥammad Ḥanfaré allaient attaquer les positions ennemies, ils sont confrontés au blocage de leurs fusils, enchaînés par un sorcier46 accompagnant les troupes éthiopiennes. Ils sont donc contraints d'attaquer à l’arme blanche, leur sorcier leur ayant promis de bloquer à son tour les fusils de leurs adversaires. Suivant son conseil, ils se seraient séparés de leur fusil et se seraient lancés dans la plaine à l'assaut de la position ennemie en brandissant leur redoutable couteau. Un petit groupe d'entre eux parvient à attaquer les troupes de Mïnilïk placées en première ligne, derrière les murets de pierres que celles-ci avaient érigés pour s'abriter47 et les autres sont tous fauchés dans la plaine. Une explication plus rationnelle de ce désastre est la tombée d'une pluie diluvienne avant la confrontation armée, laquelle aurait mis hors d’usage les fusils à mèche. Cette hypothèse est renforcée par le fait que certains guerriers ‘Afar ont pu atteindre les Abyssins parce que probablement certains de ces derniers étaient confrontés au même problème. Ce sont ces guerriers qui ont causé les morts enregistrés lors de cette bataille dans le rang des troupes abyssines.

  • 48 Son nom est cité par Maurice de Coppet dans l'ordre syntaxique ‘afar : Kabbo Houmed [Houmed (fils d (...)

30Apprenant la nouvelle du désastre, Maḥammad Ḥanfaré ordonne aux renforts accourus de sa province orientale (La‘o), comprenant un magicien de guerre du nom de Ḥummad Kabbo48, de lancer l’assaut contre les troupes ennemies. Ils y vont mais campent à quelques lieux d’Addalé-Gûb, après le refus de leur magicien de les bénir. Le monarque ‘afar, à l’époque âgé et malade, est informé de cette situation par l'un de ses fils. Résigné, il aurait dit :

  • 49 Entretien avec Ḥanfaré Ḥando. AysaꜤeyta, 12 mai 2006.

Si j’avais les capacités physiques pour monter à mon cheval comme il me plaît, je n’aurai pas besoin de la bénédiction de Ḥummad Kabbo pour lancer l'assaut contre les troupes ennemies. Si les guerriers refusent d’avancer et d'engager la bataille, c’est parce qu’il leur manque un chef de guerre49.

31Le vieux Maḥammad Ḥanfaré qui souffrait d’une hémiplégie (Giannini, 1943 : 227-28) décide d'abandonner son camp d'Addalé-Gûb. Il se replie à Buldugum, dans le ‘Alta où il dispose d'une résidence de karma (la saison pluvieuse d’été). Les Éthiopiens, quant-à-eux, ne cherchent pas à tirer parti de leur victoire. Ils avancent jusqu'à Addalé-Gûb où ils campent quelques jours avant de rebrousser chemin.

  • 50 Guèbrè Sellassié (1931 : 405). La cause évoquée, la lutte de succession entre les princes Aydâḥisso (...)

32Bien que la lutte de succession allait officiellement débuter en 1898, il se peut que Maḥammad Aydâḥis, qui seconde son vieil oncle dont le dauphin désigné, son fils aîné Aydâḥis, est plutôt dévot que guerrier ou politique, ait pu être pour quelque chose, non pas dans la défaite de Kaḍḍa ‘Arrado comme le suggère l’informateur cité par Maurice De Coppet50, mais dans la paralysie de la riposte des troupes d’Awsa, venues en renfort, qui s'en est suivie.

33Ceci expliquant cela, lors de la lutte de succession, il sera fortement appuyé par le Ras Mikaél et Mïnilïl II. Vaincu, lui et ses partisans bénéficieront de la part de ce dernier des terres dans le nord-est du Shewa où un accueil chaleureux et officiel leur sera réservé en son nom par Azzaz Walda Sadeq, un des chefs de l’expédition abyssine contre l’Awsa et gouverneur d’Ankober (Ahmed Hassen Omer, 2002 : 242).

  • 51 Oreste Baratieri (1889), citant le lieutenant Giannini présent dans l'Awsa au moment de cette expéd (...)
  • 52 Selon l’Amoyta Ali-Miraḥ Ḥanfaré, son défunt vizir Yayyo Ḥammadu (1894-1972), un fin connaisseur de (...)
  • 53 En afar : Agabow canak qunxa can kee qawratak qunxa qawrat Yalli baaheemik, raabita.

34La défaite de Kaḍḍa ‘Arrado n'entraîne pas l'anéantissement des troupes de Maḥammad Ḥanfaré ou l'occupation du sultanat d’Awsa, voire même son assujettissement au paiement d'un tribut même si l'historiographie éthiopienne fait remonter à cette défaite son placement sous la tutelle éthiopienne. Son impact est cependant important, non pas tant par les pertes humaines51, mais parce qu'en raison de l’urgence, la levée en masse n'avait pas respecté cette fois-ci le système des quotas habituels par famille et clan52. De jeunes garçons se trouvent du jour au lendemain chefs de famille. Ils sont amenés aussi à exercer le lévirat sur les veuves des guerriers morts au combat et qui leur résistent. Il s’en suit une situation de crise qu'une femme plus âgée que les autres, elle aussi concernée, aurait résolue en s'adressant à ces dernières en ces termes : « Ô ! Femmes, contentez-vous du peu de lait et du petit pénis, parce que c’est la volonté de Dieu53. »

  • 54 Cette épidémie serait partie de ‘Asab où les Italiens avaient importé des vaches. Cf. Berbanou Abeb (...)

35En effet, la défaite de Kaḍḍa ‘Arrado intervient après une peste bovine désastreuse qui a massivement réduit la taille des troupeaux de vaches54.

36La plupart des auteurs ayant écrit sur cette période de l’histoire de l’Éthiopie continuent d’expliquer la décision de Mïnilïk d’envoyer une expédition contre l’Awsa par l’existence d’une menace résultant d’une alliance secrète entre le sultan Maḥammad Ḥanfaré et les Italiens (Ahmed Hassen Omer, 2002 : 235 ; Trimingham, 1976 (1952) : 172). Ils donnent du crédit à ce qui n'a été qu’une manipulation de ces derniers dont la stratégie a été de distiller des fausses nouvelles alarmantes pour éveiller des inquiétudes et provoquer des hésitations dans le camp de Mïnilïk. En examinant avec un regard plus neutre les matériaux existant sur cette période de l’histoire, au premier rang desquels les écrits des officiels italiens, surtout les mémoires du général Oreste Baratieri (1899), à l’époque gouverneur de la colonie d’Érythrée, on se rend vite compte qu'il n'est nulle part question d'accords secrets avec le monarque ‘afar. En revanche, les Italiens envisagent à un mois du déclenchement du conflit, soit à entreprendre une expédition contre son territoire ou à l’impressionner en faisant occuper Assab par un bataillon blanc. Et d’où le plan dit de « diversion chez les Dancali » exposé par le ministre italien de la Guerre, le général Mocenni dans un télégramme au gouverneur en date du 29 janvier :

Le gouvernement, pour amener le Sultan d’Aoussa et les Dancalis à nous rester fidèle et pour préparer la sécurité de l'avenir dans ces régions, considère comme utile d'occuper Assab par un bataillon blanc, qui devrait être envoyé d’ici. Il faudrait en outre pousser deux mille indigènes jusqu’à Aussa, en les encadrant avec les Danakils à recruter (Baratieri, 1899 : 362).

37Dans sa réponse, le gouverneur apporte des éclaircissements sur ce qu’il pense être la position des ‘Afar :

Jusqu'à la fin des opérations, il me serait impossible de distraire 2000 noirs alors que j'en ai tant besoin, et sans eux une opération dans l'Aussa serait impossible (…) Les Dancalis ne sont pas actuellement contre nous; probablement ils désirent notre victoire, après laquelle ils deviendront les ennemis décidés des Abyssiniens. Toutefois un bataillon à Assab pourrait servir notre prestige et préparer d'autres éventualités. Ce bataillon devrait être expédié d’Italie (Baratieri, 1899 : 363).

38Expliquant dans ses mémoires, l’absence d’une insurrection musulmane contre Mïnilïk II dont la propagande italienne avait situé le centre dans l'Awsa avec comme homme-orchestre ‘Abduraḥman Yusuf, le général Oreste Baratieri affirme :

Certainement ni le capitaine Persico, ni le commissaire Italien Pestalozza à Assab, ni moi, nous n’ajoutions foi entière aux promesses et aux hâbleries d’Abdourahman ben Yusuf; et nous comptions encore bien moins sur lui (Baratieri, 1899 : 190).

39Ce dernier est présenté par Maurice de Coppet comme un agent italien chez les ‘Afar et les Somali avec résidence à ‘Asab et aux dires du général Baratieri (1899 : 190) un agent auprès de Maḥammad Ḥanfaré. Les deux s'abstiennent de mentionner son arrestation le 21 octobre 1896 sur ordre du successeur du général Oreste Baratieri, le général Baldiserra et son internement au fortin de Kéren, en Érythrée (Giglio, 1958 : 172, n. 1).

40Richard Caulk, lui, suggère sans convaincre, que la décision de Mïnilïk fut motivée par l'accueil chaleureux réservé par Maḥammad Ḥanfaré au commissaire italien de ‘Asab et son objectif était surtout d'amener à nouveau le premier à lui obéir (Caulk, 2002 : 499).

5. Maḥammad Ḥanfaré face aux visées égyptiennes

  • 55 Dans le parler afar, le nom « Turcs » est appliqué aussi bien aux Ottomans qu’aux Égyptiens.

41Maḥammad Ḥanfaré est un souverain visionnaire et guerrier dont la dimension dépasse aussi largement les limites du cadre de son propre peuple. Contemporain de trois empereurs de l’Abyssinie (Téwodros, Yohannïs IV et Mïnilïk II) avec lesquels il traite d’égal à égal, il a une vision politique très en avance sur son temps caractérisé surtout par une opposition catégorique à toute forme d'ingérence extérieure dans les conflits internes de la région, même quand celle-ci revêt à dessein une coloration confessionnelle. Les Égyptiens55 qui ont concocté un projet de création d’une grande nation musulmane en Afrique de l’Est l'ont appris à leurs dépens.

  • 56 Werner Munzinger s’est installé d’abord en Égypte en 1852 avant de s’établir à Masawa’, où entre 18 (...)

42En automne 1875, le Khédive Isma'il Pacha dont les troupes sont jusque-là cantonnées sur la côte de la mer Rouge décide la pénétration de l'intérieur des terres. Une troupe forte de 1200 hommes, partie de Zeyla’ occupe Harar le 11 octobre 1875. Le suisse Werner Munzinger56, Pacha et gouverneur général de la Province de la mer Rouge et du Soudan Oriental, reçoit le 15 septembre 1875 l’ordre de se rendre à Tadjourah pour organiser une expédition contre l’Awsa avec pour objectif d’une part d’annexer ce sultanat et de sécuriser les routes caravanières du Wello et du Shewa et d’autre part de contacter Mïnilïk et le pousser à attaquer l’empereur Yohannïs IV au Tïgray. L’idée est de prendre en tenaille ce dernier par des troupes en provenance de Masawa’ et du Shewa. Munzinger obtient enfin le feu vert pour un projet qui lui tient à cœur. A son propos, trois ans auparavant, il écrivait :

  • 57 Extrait d'une lettre confidentielle datée du 31 octobre 1872 adressée au Khédive Isma‘il, citée par (...)

L’utilité d'une telle entreprise ne saurait être contestée. D’abord l’Aoussa est un pays très fertile, peuplé, situé sur une des grandes routes de commerce de l’Abyssinie. En assurant les communications entre la mer et les Galla, il serait facile alors d'attirer le commerce, qui va aujourd'hui vers Tadjourah, vers notre port de Beiloul ou d’Assab ; la plus grande facilité et sûreté qu'auraient les caravanes venant du Choa et des Galla ne saurait qu’augmenter leurs transactions. Enfin, nous aurions alors des communications directes et faciles avec les Wollo-Galla, nos alliés naturels57.

43C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme qu’il arrive le 5 octobre à Tadjourah à la tête d’un corps expéditionnaire qu’un chef tigréen estime à 600 hommes lors de leur départ de Masawa’ (Rubenson, 1991 : 320). Il construit son camp militaire sur une colline surplombant le village. Les préparatifs de l’expédition prennent à Munzinger beaucoup plus de temps qu’il n’avait prévu parce que lui et ses hommes ne sont pas accueillis à bras ouvert par les Tadjouriens. Cependant, le Pacha prend à la légère leurs manifestations d’hostilité comme on peut s’en rendre compte à la lecture d’une de ses lettres :

Les gens de Tadjourah, marchands d’esclaves, voient avec un mauvais oeil notre établissement et ce n’est qu’avec grand peine qu’ils s’apprêtent à nous fournir à cher prix une cinquantaine de chameaux qui doivent nous emporter d’ici (Oberlé & Hugot, 1985 : 62).

44Il s’agit d’une vision réductrice des Tadjouriens dont le commerce d’esclaves n’était pas l’unique activité.

  • 58 Un millier selon l'auteur ou les auteurs anonyme(s) de la chronique « Makhâzi Modayto » (L'expéditi (...)
  • 59 Ce sont des fusils américains, à la pointe de la technologie de l’époque, introduits dans la région (...)
  • 60 Littéralement : « Oued à Calotropis procera ». Il s'agit d'une étape des caravaniers sur la route T (...)
  • 61 Un petit peuple de l’Érythrée.
  • 62 Une possible réponse à cette question est avancée par Wolbert Smidt. Il affirme que Munzinger rêvai (...)
  • 63 A l’époque, représentant de son père à Tadjourah, il travaillera plus tard comme agent de l’Adminis (...)
  • 64 Ḥummad La‘oyta n’a pas participé à l'offensive contre l’expédition égyptienne. La littérature écrit (...)
  • 65 Appelé d’après une tribu sugêt (autochtone) ‘Uddûma, faisant partie des Bayḍî‘o, une confédération (...)
  • 66 Wylde (1901 : 25) situe l'événement le même jour que la défaite de Gundet, c'est-à-dire le 7 novemb (...)
  • 67 Une vingtaine selon Wylde (1901 : 25), 150 selon d’autres sources.
  • 68 Les survivants égyptiens, avant leur repli, auraient mis hors d’usage les canons. Leurs débris étai (...)
  • 69 Rubenson (1991 : 318) reprend le chiffre de 5 à 6000 morts donné par les rescapés de l’expédition é (...)
  • 70 Une localité située aux environs de la rivière Mareb en Érythrée.

45Finalement, ce n’est que le 27 octobre que le corps expéditionnaire58, équipé de fusils Remington59, de deux gros canons, de lance-fusées et disposant d'une grande quantité d'armes et de munitions, quitte la ville de Tadjourah. Munzinger et une grande partie de ses hommes montent à bord du vapeur « Zagazig » qui les dépose au fond du golfe, d’où ils rejoignent à Gala'lé Fo'o60 une petite section arrivée par la piste caravanière du lac ‘Asal. Munzinger Pacha emmène avec lui sa femme Bilen61 et son enfant. Est-ce parce qu’il considère cette expédition contre le sultanat d’Awsa comme une promenade ou est-ce parce qu'en cas de succès, il a l'intention de s'installer pour son propre compte dans le territoire conquis ? Ces questions demeurent pour le moment sans réponse parce que le fait n’a pas suscité la curiosité des auteurs des écrits sur cette période62. Accompagnent aussi l’expédition le Ras Birru Welde Giyorgis, émissaire de Mïnilïk auprès du Khédive Isma‘il Pacha et Ibrahim Abubakar, fils aîné du Pacha de Zeyla’63 ainsi que de nombreux guides qui ne sont pas mentionnés par les auteurs modernes. Avant de gravir les pentes du plateau de Gamarri, l’expédition égyptienne reçoit la visite du chef Debné de Goba‘ad, Ḥummad La‘oyta64. Ce dernier fait des déclarations d’allégeance au Khédive devant Munzinger Pacha avant de le quitter comme il était venu. Il se rend au Kalo auprès du sultan Maḥammad Ḥanfaré. Le Suisse lui a-t-il demandé lors de l'entrevue d’aller convaincre le monarque ‘afar de lui faire allégeance ? Il n'existe pas de réponse à cette question. Après le départ de Ḥummad La‘oyta, la colonne poursuit sa marche en franchissant la montagne Gamarri au pied de laquelle elle installe son camp, sur la rive orientale du lac ‘Uddumi65. Les récits des Modayto rapportent qu’à son arrivée chez Maḥammad Ḥanfaré, Ḥummad La‘oyta s’est abstenu de l'informer de la présence d’une force étrangère sur son sol et de son entrevue avec son chef. L'alerte est donnée par Ḥamad « Géramali » de la tribu ‘Arkalto, gardienne de la frontière sud-est de l’Awsa. Aussitôt, Maḥammad Ḥanfaré décrète une levée et envoie à leur rencontre ses hommes dirigés par Afki‘é Ḥamad de la tribu Ma‘assara. Ces derniers franchissent le lac sur des radeaux le 14 novembre en plein jour, sous les feux nourris du corps expéditionnaire égyptien66. Apprenant qu’il s’agit des envahisseurs, les tribus de la région s'associent à la résistance. Après d’âpres affrontements, le corps expéditionnaire est défait et presque anéantit. Munzinger, sa femme et le Ras éthiopien comptent parmi les morts. Les survivants67 ne doivent leur salut qu'à une fuite précipitée vers Tadjourah où ils arrivent le 21 novembre. Sur leur chemin de retraite, ils sont attaqués à plusieurs endroits par les ‘Afar. Sur le champ de bataille, l’expédition égyptienne laisse derrière elle une quantité importante de fusils, de munitions et deux canons68. Le combat a été techniquement inégal, d'un côté les armes modernes et de l'autre des armes blanches, poignard ou lance, pour la plupart, et les hommes de Maḥammad Ḥanfaré subissent de lourdes pertes pour remporter leur victoire69. Cette cuisante défaite de l'expédition de Munzinger intervient pour l’Égypte après celle de Gundet70, face aux troupes de Yohannïs IV, et ces deux défaites consécutives marquent le début du déclin de son influence sur la rive africaine de la mer Rouge et sonne le glas pour le Khédive Isma‘il Pacha de son rêve d’un grand empire africain. En revanche, la victoire sur l’expédition égyptienne ne manque pas de valoir à l’Awsa et à son Amoyta beaucoup d’admiration et de crainte de la part des voisins mais aussi des puissances européennes qui commencent à manifester leurs visées colonialistes. En avril 1884, rappelant cet événement, une mission spéciale du gouvernement français codirigée par le lieutenant de vaisseau Conneau et le comte Léonce Lagarde écrit : « Les Danakils, en résistant efficacement, ont donné dans cette circonstance la preuve la plus irrécusable de leur indépendance » (Conneau & Lagarde, 1884 : 1).

46L’attitude de Maḥammad Ḥanfaré témoigne de la singularité de ce personnage politique dans une période où même les plus illustres des souverains abyssins (de Téwodros à Mïnilïk II en passant par Yohannïs IV) jouent astucieusement de l’argument religieux, en présentant l’Abyssinie comme un îlot de chrétienté assiégé par les Musulmans, et se placent donc dans une convergence d'intérêts avec les puissances européennes, lesquelles apparaissent de plus en plus comme des « faiseurs des rois ». Il contribue ainsi à la préservation de l’indépendance de l’Abyssinie en faisant de l’Awsa un glacis protecteur contre toutes velléités de pénétration coloniale à partir des régions côtières du sud de la mer Rouge.

6. Maḥammad Ḥanfaré et les impérialismes européens

47Maḥammad Ḥanfaré a aussi à faire face aux visées impérialistes des puissances européennes dans le dernier quart du 19ème siècle qui est celui du « scramble for Africa » (ruée sur l’Afrique). À partir des années 1880, Italiens et Français se livrent en effet à une âpre concurrence tout le long des côtes occidentales de la mer Rouge pour nouer des relations commerciales avec l’Abyssinie. Ils agissent d’abord par le biais d’intérêts privés, les premiers à partir de leur possession de ‘Asab et les seconds à partir d’Obock. Ennemi des Égyptiens et des Anglais et bien informé des rivalités franco-italiennes pour le contrôle de la région, Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta donne d'abord à chaque puissance l'impression de chercher son amitié.

  • 71 Angoulvant et Vignéras (1902, t. 1 : 23) utilisent le titre du ministre-principal.
  • 72 Les sources écrites transcrivent son nom de plusieurs manières : Abd-el-Rabman, Abd-er-Houman, etc. (...)

48C’est ainsi qu’en juin 1881, il adresse au président de la République française Jules Grévy par l’intermédiaire de son conseiller71 ‘Abduraḥman Yusuf13772 une lettre dans laquelle il demande l’amitié et la protection de la France contre les menaces égyptiennes :

[...] Notre ami Ménélik nous a demandés que les caravanes abandonnent la route des Égyptiens, et veut que nous lui donnions une route pour le passage de ses marchandises venant d'Obock ou y allant. Il désire seulement que cette route soit dans nos possessions. S’il plait à Dieu, nous ferons pour l'amitié tout ce qu'il lui plaira. Nous sommes entièrement à votre service comme à celui du roi Ménélik. Quoique nous soyons loin de vous, nous avons entendu dire que votre nom est très grand, que votre gouvernement est celui de la sincérité (ou justice) et est très puissant. Et nous, en entier nous nous sommes donnés aux Français, et j’attends de vous que vous me releviez et que vous me gardiez du côté de la mer. Nous, sur notre terre, commandons depuis quarante générations, et nous ne demandons d’autre terre que celle de notre père et de nos aïeux. Maintenant, je désire que vous nous protégiez contre les Égyptiens qui ont voulu prendre notre pays (Angoulvant & Vignéras, 1902, t. 1 : 23-24).

49Ce geste pousse Angoulvant et Vignéras, respectivement gouverneur intérimaire de la CFS en 1900 et son collaborateur à écrire ceci deux décennies plus tard :

Ennemi des Égyptiens et des Anglais, le Sultan d’Aoussa semblait disposé à entrer dans la clientèle de la France. Il était trop intelligent d’ailleurs pour ne pas comprendre que son intérêt était de placer ses États sous le protectorat d’une nation civilisée, afin d'en conserver, à côté de l’Égypte, la tranquille possession (Angoulvant & Vignéras, 1902, t. 1 : 22).

50Erreur. Deux ans après, en 1883, Maḥammad Ḥanfaré fait parvenir une lettre similaire au roi Umberto 1 d’Italie (roi de 1878 à 1900). En demandant les mêmes faveurs aux deux puissances rivales, l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré, fin politique, cherche seulement à jouer fructueusement de leur concurrence pour en tirer un triple bénéfice : la sauvegarde de l’indépendance de son peuple, le rétablissement à son profit du commerce avec l’Abyssinie du sud concurrencé par la route contournant l’Awsa par le sud contrôlée par son rival Abubakar Ibrahim Cheḥem et l’approvisionnement en armes à feu pour équiper son armée.

6.a. Maḥammad Ḥanfaré et les Italiens

51Le gouvernement italien rachète le 10 mars 1882 le territoire de ‘Asab à la société Rubbatino de Gênes qui l’avait acquis en novembre 1869 des chefs de la tribu ‘Afar des Ankala, les frères Ibrahim et Ḥasan Aḥmad et leur cousin ‘Abdallah Cheḥem. Il fait de ce territoire sa première colonie et le présente comme un comptoir commercial mais à long terme, il entend l'utiliser comme une tête de pont pour son entreprise d'expansion dans la région. Il est donc soucieux de traiter en partenaire égal l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dont les bonnes dispositions sont nécessaires pour la sécurité et le développement de son commerce avec l’Abyssinie.

52Ce souci pousse le commissaire civil de ‘Asab Giulio Pestalozza à adresser le 16 juillet 1882 une lettre au roi du Shewa Mïnilïk II dans laquelle il lui demande une intervention auprès de Maḥammad Ḥanfaré. Il écrit :

  • 73 On remarquera qu’il n’y a ici nulle mention d’une éventuelle suzeraineté de Mïnilïk sur Maḥammad Ḥa (...)

Le Comte Antonelli viendra d’abord à Assab, et d’ici il partira directement pour le Scioa, en passant par Aussa : il espère que les dispositions du Sultan Mahamad Anfari à son égard se maintiendront bonnes et amicales. Pour obtenir du susdit Sultan ce résultat et le fixer définitivement, nous comptons beaucoup sur le puissant concours de Votre Majesté et sur la bonne amitié qui existe entre Vous et Mahamad Anfari grâces à laquelle il Vous sera facile de persuader ce Sultan de nos intentions pacifiques, et du seul et sincère désir que le Gouvernement italien a d'établir des relations purement commerciales et régulières entre le Scioa, l’Aussa et ce port d’Assab, ou les navires trouvent un abri sur, les habitants un climat sain et tempéré, et les négociations toutes sortes de facilitations73.

  • 74 Il est de 1882 à 1889 le représentant accrédité du gouvernement italien, tant au Shewa que dans le (...)
  • 75 Un petit village situé au sud de l’emplacement de la ville de ‘Asab.

53La diplomatie italienne fait preuve de la plus grande ingéniosité. Ses agents dirigés par le Comte Pietro Antonelli74 disposent des larges subsides qu’ils utilisent pour gagner les faveurs de leurs interlocuteurs tant Shewans que du piémont comme les ‘Afar d’Awsa qui contrôlent la route d’accès aux plateaux. Un homme joue un rôle de premier plan dans le rapprochement entre Maḥammad Ḥanfaré et les Italiens : c’est ‘Abduraḥman Yusuf. ‘Afar dont la famille est originaire de Maregabla75 mais né à Zeyla’, ce commerçant très entreprenant a fait ses classes dans sa ville natale et à Tadjourah. À plusieurs occasions, le shaykh ‘Abduraḥman, qui n’est pas en bons termes avec Abubakar Ibrahim, le gouverneur de Zeyla’, a conduit la caravane royale shewanne (Darkwah, 1975 : 175). Il entre dans l’histoire écrite en 1881 quand il adresse, au nom de l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré, une lettre au président de la République française. Deux ans après, lors de l’ouverture de la nouvelle route reliant ‘Asab au Shewa en passant par l’Awsa, il est le chef de la caravane du représentant du gouvernement italien, le comte Pietro Antonelli. Il se rend indispensable à ce dernier par son expérience de commerçant et d’Arhot-Abba (chef de caravane), sa familiarité avec les chefs traditionnels ‘Afar, sa parfaite connaissance de l’Abyssinie et ses entrées à la cour de l'empereur Mïnilïk. L’envoi par le gouvernement italien d'un bateau de guerre au port de Zeyla’ pour libérer sa femme, prise en otage par Abubakar Ibrahim et récupérer ses trois boutres, saisis également par ce dernier, montre l'importance de ce personnage dans sa stratégie de pénétration. Cette décision avait été prise à la suite de la lettre que le comte Pietro Antonelli, maître d’œuvre des ambitions italiennes dans cette partie du monde, avait adressée au ministre italien des Affaires étrangères, le Baron Pasquale Stanislao Mancini (Giglio, 1958 : 238-39).

54Il est aussi en 1884 le guide du Français Paul Soleillet qui parle de lui comme « l’Afar qui a le plus aidé les Français à Obock » (Soleillet, 1886).

55Au cours de cette même année, il effectue une visite en Italie, délégué par l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré, le Dardar (sultan) de Raḥayto Burhan Maḥammad et le chef Debné de Goba‘ad Ḥummad La‘oyta pour ratifier en leur nom les traités avec le ministre italien des Affaires étrangères.

56En 1889, le roi Mïnilïk II qui tient à l’avoir à ses côtés le nomme à la tête d'une seigneurie sur mesure, englobant les territoires Oromo et ‘Afar, situés entre le Shewa et l’Awsa. En 1892, c’est la brouille. Gèbrè Sellassié, le chroniqueur officiel de Mïnilïk, l’explique par l’attitude suspecte de ‘Abduraḥman Yusuf lors de l’enlèvement par les ‘Afar des bœufs envoyés de Harar à Ankober (Gèbrè Sellassié, 1931 : 401, n. 5). On peut remarquer qu'elle intervient au moment où Mïnilïk entend d’une part dénoncer le traité de Wuch‘alé (Ucciali dans la transcription italienne) signé avec les Italiens en 1889 et d’autre part entreprendre une expédition contre l’Awsa. Devinant l'intention de Mïnilïk de le faire arrêter ‘Abduraḥman Yusuf s’enfuit en direction de Zeyla’ et de là embarque pour Masawa’ pour finalement entrer au service du sultan Maḥammad Ḥanfaré dont il épouse la fille.

57Outre l’influence de cette personnalité et ses alliés à la Cour, les bonnes dispositions de Maḥammad Ḥanfaré à l’égard des Italiens s'expliquent par le fait que ces derniers savent s’y prendre avec lui. Bien qu’ayant nationalisé les portions de terre de la baie de ‘Asab acquises en leur nom par la société maritime Rubbatino de Gênes auprès des chefs ‘afar de la localité, ils sollicitent son accord pour en prendre officiellement possession. Aux yeux du monarque, cette démarche représente sa reconnaissance implicite comme le chef de tous les ‘Afar. Le 13 mars 1883, l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré conclut avec le comte Pietro Antonelli à Addalé-Gub une convention d’amitié et de commerce avec l’Italie dans laquelle il s’engage à garantir la sécurité des caravanes entre ‘Asab et le Shewa. Cette convention, en son article huit, stipule que « les bateaux de guerre de Sa Majesté le roi d’Italie vont assurer la surveillance maritime pour sécuriser les côtes Danakil » dans l’idée bien évident de répondre à la demande de protection du sultan d’Awsa contre tout empiètement extérieur de son sultanat.

  • 76 Lettre du 30 septembre 1883 de Yohannïs IV au Roi Umberto 1er d’Italie.
  • 77 Lettre du 12 avril 1884 du Comte Pietro Antonelli au ministre Italien des Affaires étrangères, Baro (...)

58Au niveau régional, l’ouverture de cette nouvelle route contrôlée par Maḥammad Ḥanfaré n’est pas bien vue par l’empereur Yohannïs IV, lequel tente de la déconseiller dans sa correspondance aux autorités italiennes76. Abubakar Ibrahim de Zeyla’ essaie, quant à lui, d’y créer une insécurité77 pour décourager les Italiens. Mais la situation est vite maîtrisée.

59Les liens entre les visées colonialistes et l'exploration scientifique, de la part des Italiens en particulier, n'ont pas échappé aux ꜤAfar. Le massacre de l'expédition de Giuseppe Maria Giulietti en 1881, puis de celle de Gustavo Bianchi en 1884 est de leur part un message sans ambiguïté. Il semble qu’il est bien décrypté par les autorités Italiennes puisque dans sa lettre du 17 mai 1884, le ministre des Affaires étrangères, le baron Pasquale Stanislao Mancini tient à rassurer Maḥammad Ḥanfaré sur les intentions de son pays en ces termes :

  • 78 « Lettre du 13 mai 1884 du ministre italien des Affaires étrangères, le Baron Mancini », ibidem, p. (...)

Nous avons donné l’importance à la défense de vos intérêts et à la protection des échanges entre les Italiens et les Danakils. Ainsi, nous ne pensons jamais devenir occupants ou maîtres sur vos terres78.

  • 79 Un petit peuple de l’Ifat et de Qallu [régions des contreforts orientaux du plateau du Shewa] parla (...)
  • 80 Titre amharique donné au chef de frontière.
  • 81 Titre porté par le chef ‘argobba de l’Ifat.

60Mais en 1885, le chef ‘Afar devient subitement très hostile à l’Italie. Cette évolution n'a pas échappé aux historiens de la période du règne de Mïnilïk II mais elle est diversement interprétée. Kofi Darkwah en parle afin d'expliquer la désaffection des Musulmans à l'égard du Shewa, laquelle résulterait d'une mauvaise appréciation de la nomination par Mïnilïk de Waldé S'adïq, un chrétien d'origine Guragé pour succéder à leur coreligionnaire 'Argobba79, Abegaz80 Walasma81, mort en avril 1884. Il écrit :

Antonelli, à son arrivée sur la côte en août 1884, en route pour le Shoa, réalisa à sa grande consternation que le sultan d’Awsa n'était plus aussi enthousiaste en faveur de traversée de l’Awsa par la route ‘Asab-Shewa que l’Italien avait ouvert en 1882. Pour cette raison, Antonelli eut les plus grandes difficultés à organiser sa caravane pour le voyage (Darkwah, 1975 : 136-37, n. 88).

61Richard Caulk explique cette hostilité par le fait que Maḥammad Ḥanfaré suspecte Antonelli de s’interférer dans le commerce d’esclaves :

Maḥammad Ḥanfaré d’Awsa se plaignait amèrement qu’Antonelli se mêlât de la traite des esclaves dans le Shewa et que le commissaire d’Assab, reconnu par les Afar comme le seul maître de la mer, agissât comme s’il avait acheté la route caravanière qui appartenait aux Afar (Caulk, 2002 : 39).

62Cet argument ne tient pas la route car le chef ‘afar n’avait aucun intérêt particulier dans ce commerce entretenu par les raids des chefs abyssins et écoulés sur le marché de l’Arabie par l’intermédiaire de certains commerçants ‘Afar de la côte dont les plus importants sont leurs agents commerciaux.

63Richard Caulk, évoquant l’arrivée au Shewa de la grande caravane transportant la seconde partie de la livraison des armes, écrit :

Les difficultés pour trouver des moyens de transport adéquats dans les alentours d’Assab n’étaient pas résolues. La traversée de l’Awsa par les Européens n'était pas non plus garantie. Des gros subsides furent payés par le commissaire d’Assab à Anfari et aux sultans afar, cependant la route restait dangereuse pour les Européens et leurs biens (ibid.).

64Et Caulk d’ajouter à propos de cette route :

Son avantage relatif par rapport aux routes les plus orientales utilisées par les Français repose sur le fait qu’elle est la moins exposée aux attaques des Somali (ibid.).

65Les vraies causes de la colère de Maḥammad Ḥanfaré à l’encontre des Italiens et de leur représentant qu’il traite « d'affairiste » (Zaghi, 1935 : 81) ne peuvent avoir échappé aux historiens suscités, tant l'affaire a été largement commentée à ‘Asab et à Rome. Elles portent sur l'occupation du port de Beylul le 25 janvier 1884 et le flot d’armes à destination du Shewa qui n'est pas du goût du chef ‘afar, quand lui-même en est privé. Il n’ignore pas que ces armes pourraient être utilisées contre lui. Un autre motif de mécontentement porte sur des promesses non tenues, surtout ces « autres services » pour lesquels Maḥammad Ḥanfaré comptait sur les Italiens (Caulk, 2002 : 39). Même si l’historien ne les explicite pas, il est facile à deviner que ce sont des livraisons d'armes.

66Faire état « de gros subsides » comme le fait Richard Caulk ou des « libéralités sonnantes et trébuchantes de Rome » à l’endroit de Maḥammad Ḥanfaré comme l’écrit Marc Fontrier (2003 : 223) ne semble pas pertinent quand on sait que l’un des reproches de l’Amoyta porte justement sur le non-paiement d’une subvention promise.

67Par la suite, les italiens s’empressent d’apaiser la colère du monarque ‘afar en débloquant la subvention convenue. Ils se contentent de la façade maritime où leur présence est tolérée et se gardent de vouloir occuper l’hinterland du pays ‘afar du vivant de Maḥammad Ḥanfaré.

  • 82 Il s'agit du traité du 15 mars 1883 et des conventions du 7 juillet et 10 août 1887.
  • 83 Une transcription erronée de Ḥaffalé, une baie au nord de Thio (Érythrée).

68À l’ouest, le roi Mïnilïk du Shewa commence à exercer une pression sur l’Awsa, lequel repousse en 1886 une première expédition contre son territoire. La prise par celui-ci du Harar qui annonce d’autres manifestations d’expansionnisme inquiète Maḥammad Ḥanfaré. Elle le pousse à se rapprocher des Italiens. En juillet 1887, il signe avec Pietro Antonielli une convention qui prévoit l’arrêt de la traite des esclaves et la construction d'une route entre Musa-‘Ali et ‘Asab. Le 10 août, il signe un nouvel accord avec de Simonet, qui précise les modalités de passage des caravanes. Le 9 décembre 1888, il signe avec Pietro Antonielli un nouveau texte par lequel les parties unifient les conventions signées précédemment82. À cette occasion, le monarque ‘Afar qui, a besoin du soutien de l’Italie à la fois pour contrer la menace shewanne et dans son bras de fer avec la France à propos de l’exploitation du sel du lac ‘Asal, est amené à donner des gages d’amitié en reconnaissant comme possession italienne la bande côtière, d’Amphila83 jusqu’au Ras Dumeyra. À ses yeux, cette reconnaissance est un geste de portée limitée pour la simple raison qu'elle n'a pas de valeur juridique. La cession de la propriété d'une portion de la terre est impensable en droit ‘afar. Un autre vice de ce traité est que cette bande côtière, de Ras Dumeyra à ‘Asab et de Bardalé Ḍa à Amphilla, ne relève pas de la souveraineté du chef d’Awsa mais respectivement de celle du sultan de Raḥayto et du chef du clan Ḥasan-Af des Dammahoyta. Enfin, il ne s’agit pas de l’ensemble de la côte ‘afar comme stipulé dans le traité. En effet, la partie s’étendant d’Amphilla à ‘Arafali, sur le golfe de Zula, n’y est pas inclue. Cette imperfection a échappé aux auteurs des écrits sur cette période de l’histoire de la région.

69Ce nouveau texte se caractérise par l’ajout d’un article qui stipule :

Au cas où d’autres tenteraient d’occuper l’Awsa ou un lieu dépendant de lui ou de ses dépendants, le sultan Maḥammad Anfari [Ḥanfaré] s’opposera et devra hisser le drapeau italien, se déclarant et déclarant ses États avec toutes leurs dépendances comme placés sous le protectorat italien.

70Cette clause du traité peut avoir été perçue par la partie ‘Afar comme un atout contre l'expansionnisme shewanne, une menace d’actualité, qu’un abandon de souveraineté. Elle constitue également une reconnaissance implicite de l'indépendance du sultanat par la partie italienne.

  • 84 Lettre du 3 septembre 1883 de Yohannïs IV au Roi Humberto 1er d'Italie.

71À propos de la présence italienne sur la côte, nominale ailleurs que dans le port de ‘Asab, une entente secrète, voire une répartition des tâches semble avoir existé entre Maḥammad Ḥanfaré et l’Amoyta Ḥaysama Aḥaw de Giréfo, une entité politique située dans l’arrière-pays de la cité portuaire de Beylul, hostile aux Italiens. C’est d’ailleurs la farouche opposition de ces deux souverains qui a dissuadé ces derniers à répondre favorablement à la requête de Yohannïs IV84 pour l’ouverture d’une route commerciale reliant ‘Asab au Tigray.

72Sur les plateaux du nord, quand ils veulent avancer, ils font face aux escarmouches des troupes de Yohannïs IV. Ce qui les amène à soutenir le roi Mïnilïk du Shewa, en l’approvisionnant en armes et munitions acheminées par caravanes par la route d’Awsa, dans l’espoir de le pousser à agir contre l’Empereur.

  • 85 Ce sont les deux millions de cartouches achetées par Mïnilïk à l'Italie et qu'un émissaire italien, (...)

73En homme avisé, Maḥammad Ḥanfaré réalise les dangers que représente ce flot d’armes à destination de Mïnilïk II. Dans ses mémoires, le général Oreste Baratieri, gouverneur de la colonie d’Érythrée, rapporte que celui-ci, tout en fournissant à contrecœur les gardes et les chameaux pour le transport des cartouches85 jusqu'à Addis Abeba, leur fit dire en 1893 par l'entremise de son conseiller ‘Abduraḥman Yusuf que « les cartouches serviront contre nous » (Baratieri, 1899 : 49). Les Italiens font la sourde oreille. Peu de temps après, lorsqu'ils sont convaincus que Mïnilïk attaquerait l’Awsa, ils envisagent d’occuper cette partie la plus riche du pays ‘afar pour qu’elle ne tombe pas dans ses mains. Afin de préparer l’opinion italienne à cette éventualité, la presse donne le ton, à l’image du journal Riforma du Premier ministre Crispi dans cet extrait d’un article paru le 17 novembre 1893 :

Il y a six ou sept ans, quand les Français voulaient s'approprier les salines d’Assal, Ménélik fit le diable à "4" pour que le gouvernement italien empêche cette prise de possession. Pour défendre les salines, il fit valoir ses justes motifs, disant qu’il possédait le sel en commun avec les Danakils qui, grâce au sel, se procuraient de quoi manger et se vêtir. Pour les Abyssins, le sel reste un aliment et une monnaie. Mais à présent Ménélik oublie ses devoirs. En proie à un courroux enfantin pour faire un affront au gouvernement Italien, il vend le sel aux Français. Tandis que ce roi, que tout le monde dit intelligent et presque civilisé, oublie ses devoirs, les barbares (sic) Danakil se soulèvent pour défendre leur subsistance et pour repousser l’acquéreur Chefneux. Ils nous écrivent et disent plus haut leurs raisons à Ménélik. Le ras Makonnen, l’agas Voldre et l’agas Voldé Zadek ont puni les Danakils du sultanat de l'Aoussa d'avoir trop du bétail et de vouloir défendre leurs intérêts. Comme les Danakils n'ont pour armes que des lances tandis que les Abyssins ont des nombreux fusils, on comprend comment cela finira si l’Italie ne s'en mêle pas (cité par Dubois, 2003 : 87-88).

74Cependant, cette idée d'une occupation de l’Awsa est vite écartée parce qu’elle « aurait été, affirme le général Oreste Baratieri, une cause permanente et immédiate de conflits et de guerre, non seulement avec les Abyssins mais encore avec les Danakils » (Baratieri, 1899 : 49).

  • 86 Ḥanfaré (fils de) Tola, le nom de la mère.
  • 87 C’est ce que laisse entendre les deux vers de conclusion. Tolâh Ḥanfaré est beaucoup plus précis da (...)
  • 88 Maknun Gamaladdin et Hayward (1981 : 327-33); Gamaladdin al-Chami et Hachim Gamaladdin (1997 : 279) (...)

75Sur le plan interne, à cause de ses relations avec les Italiens, Maḥammad Ḥanfaré est en butte aux critiques de la frange la plus évoluée de ses sujets dont les ‘uléma. Et au nombre de ces opposants se trouve le grand poète Tolâh Ḥanfaré86 à l'époque sur le lit de mort87. Consulté par Maḥammad Ḥanfaré pour donner son avis sur sa politique, celui-ci répond par une adresse célèbre de kassow (chants de défi)88 avec sa franchise proverbiale qui l'amène à ne jamais dissimuler ce qui lui parait le plus important. Voici un extrait de ce kassow, à forte connotation patriotique :

Intileemo bagut le qangarat yaaboo ?
Tibba’tek rasu kok gabak kalam loowa ;
Yabtek ambaxe sinni qeebi koh loowa ;
Intileemoh aben daas faxah maana ;
Fakteh immay aliftu taaxigem tayse ;
ok kalih mari qande akah geyam hinna ;
Mangacin mari cayla akah geyam hinna ;
Lakqo tuble'nti rabtaway mabakaqta ;
Lakqo nedde qidoonu meekisan xeeti ;
Baaxo baytem anu aaxigak gexa'yye'xxic
Baaxo baytem atu aaxigak raaqa'yye ixxic

  • 89 Il s’agit d’une butte construite sur le site de Gambo Koma prévu pour accueillir une station commer (...)
  • 90 Les héritiers de Maḥammad Ḥanfaré.
  • 91 Ce sont des grosses pièces autrichiennes à l'effigie de la reine Marie-Thérèse qui servaient de mon (...)
  • 92 Pour un Musulman, la mort est un départ pour un autre monde. C’est dans ce sens qu’il faut comprend (...)

Puis-je te parlerdes intentions d’Antonielli ?
Si tu gardes le silence, il pense te déposséder du pays ;
Si tu protestes, il compte te faire une guerre sans fin ;
Je n’aime pas la hutte89 construite pour Antonelli ;
Tu as ouvert une brèche, il vaut mieux que tu saches la refermer ;
Une menace que nul autre que toi n’a la force de contrer ;
Une menace que les jeunes90, sans expérience, n’auront pas la force d’affronter
L’avidité d’argent est sans limite ;
L’argent, ce sont des pièces91 dont on se sert pour causer notre perte ;
Dites-lui que je pars92 en sachant que le pays est perdu ;
Dites-lui de me survivre en sachant que le pays est perdu.

6.b. Maḥammad Ḥanfaré et les Français

  • 93 Ce dernier est présenté comme ayant été délégué par les chefs afar mentionnés comme cosignataires d (...)

76La première initiative de contact avec une puissance européenne de l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré est cette lettre qu’il adresse en 1881 au président de la République française. Elle intervient six ans après la tentative d’occupation du sultanat d’Awsa par les Égyptiens. Cette lettre reste sans suite parce que la France a d’autres préoccupations. Cependant, suite au refus à ses navires de guerre engagés au Tonkin de charbonner au port d’Aden, sous le prétexte de la neutralité britannique dans le conflit franco-chinois, elle est amenée à vouloir occuper sa possession d’Obock, acquise par le traité signé le 11 mars 1862 à Paris par le secrétaire d’État français du Département des Affaires étrangères, Jean Touvenel avec Dini Aḥmad Abubakar93. En 1884, le gouvernement envoie une mission codirigée par Conneau et Lagarde pour fixer la portion du territoire lui revenant en vue d’une occupation effective. Pour la viabilité de ce nouvel établissement colonial, les deux envoyés mesurent très vite la nécessité d'établir des rapports privilégiés avec les chefs ‘afar de l’intérieur des terres, surtout avec le plus puissant d'entre eux, Maḥammad Ḥanfaré. Dans leur rapport, ils préconisent l’utilisation de la route d’Awsa pour le commerce avec l’Abyssinie, tout en rappelant que son sultan avait à plusieurs reprises « manifesté envers la France des sentiments de réelle sympathie » (Conneau & Lagarde, 1884 :7).

77Par la suite, Léonce Lagarde est nommé comme le premier gouverneur de ce territoire. Il n’arrive pas à faire admettre l’usage de cette route par les commerçants français. Ces derniers ne veulent pas payer le droit de passage et les taxes demandés par l'Amoyta d'Awsa. Ils préfèrent prendre des risques en utilisant la route contournant ce sultanat par le sud, soumise à d’imprévisibles attaques des ‘Arkalto et Gal‘éla, deux tribus ‘Afar, dans la mouvance du sultanat d’Awsa mais aussi des Somali-‘Issa. Ces mêmes commerçants expliqueront leurs difficultés par l'hostilité de l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré. Leurs écrits ne sont pas tendres à son égard. Les gens d’Awsa voient derrière le refus des commerçants français le jeu du remuant Ḥummad La‘oyta de Goba‘ad. Ce dernier est signataire en 1884 d’un traité d’amitié avec la France dans lequel il s’engage à protéger les Français et leurs caravanes. Cette démarche lui vaut des critiques acerbes dans l’Awsa.

78L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré qui le ménage est indirectement pris à partie comme dans l’adal (vaticination) d’un célèbre ginnili (devin) de l’Awsa du nom Kulé dont voici un extrait :

79Buxa koo fanah beyam tablee?
Mala bad fanah beyam tablee?
Agabuk lagaaqi kaah xissa
Daro caxxalit kaah hayta
Gaalak qakkali kaah qidda
Tagorr'aamô malay koo neexegeh
Qasa Cummadih malay koo neexegeh
Laqoytaatih malay koo neexegeh...

  • 94 C’est le nom des chamelles du trône.

Te rends-tu compte que c’est vers toi qu'il déménage son foyer ?
Te rends-tu compte que c’est vers l’outre-mer qu’il se tourne pour son projet ?
Tu lui donnes en mariage la plus belle des femmes ;
Tu lui remplis de céréales le grenier ; Tu le nourris de la viande de ‘akkali94
Ô ! Projet concocté aux environs de Tadjourah, tu ne nous échappes pas ;
Ô ! Projet de Ḥummad, le Rouge, tu ne nous échappes pas ;
Ô ! Projet du lignage de La‘oyta, tu ne nous échappes pas.

80Un neveu de Ḥummad La‘oyta, présent à cette cérémonie de vaticination, mis en colère par le refus de ginnili de cesser ses accusations à l’égard de son oncle, lui réplique que d’une manière ou d’une autre, le lignage de La‘oyta arrivera à ses fins :

Cabewaam liyok, hawweenem takkalee ?
Baqaduk, tooboko nakkem takkalee ?
Sinam sirrit qidiiy, dabirat qidi
Kalu net cabiiy,
Kalot falmah gaci…

  • 95 Il fait allusion à une attaque des Asabyabmara (les Rouges), sujets du sultanat d’Awsa dans la régi (...)
  • 96 C’est l’appellation propre en afar du lac.

J’ai matière à me souvenir, penses-tu que j’ai oublié ?
Penses-tu qu’après l’affaire de Ba‘adu95, nous puissions vivre en paix ?
Tuer les gens par complot ou de face
Vous nous reconnaissez l’entière propriété de Kalu96
Ou vous partagez avec nous la propriété de Kalo.

81Le ginnili répond :

Ni kalol koros magastam takkalee?
Ni kalol ku qammi haytam takkalee?
Ni kalol koros magastam makkala
Ni kalol kuqammi haytam makkala...

  • 97 Kalo, nom d'une région, employé ici dans le sens du pays.
  • i
  • 98 Il s’agissait sans doute des Italiens puis des Français avec lesquels Ḥummad La‘oyta a signé des tr (...)

Crois-tu que tu arriveras à placer notre Kalo97 sous la domination des chrétiensi98 ?
Crois-tu que tu arriveras à placer ton oncle à la tête de notre Kalo ?
Je ne crois pas que tu arriveras à placer notre Kalo sous la domination des chrétiens
Je ne crois pas que tu arriveras à placer ton oncle à la tête de notre Kalo.

82Le poète philosophe Tolâh Ḥanfaré accroît les suspicions à l'égard de Ḥummad La‘oyta et des siens dans un poème au contenu guerrier comme on peut le constater dans le fragment suivant :

Namma barra gubuunut ablem aysuk ten
An Qasawka gubuunut ablem aysuk ten
An Madiina gubuunut ablem aysuk ten...

  • 99 Les femmes de Ḥummad et Ḥanfaré La‘oyta, originaires d’Awsa.

J’aurais aimé voir deux femmes99 faire partie des veuves
J’aurais aimé voir ‘Asawka faire partie des veuves
J’aurais aimé voir Madina faire partie des veuves.

83En 1887, les relations de Maḥammad Ḥanfaré avec la France se détériorent après que cette dernière ait concédé par décret l’exploitation des gisements du sel du lac ‘Asal à ses nationaux, Léon Chefneux et Robert Bonnet. La nouvelle, ébruitée auprès des ‘Afar par les Italiens, fait l’effet d’une bombe. L’exploitation de ces gisements du sel du lac Blanc, propriété collective, est une source de richesse pour les ‘Afar. Les plus démunis viennent y prélever le sel qu’ils échangent ensuite contre des céréales dans l’oasis d’Awsa. C’est pourquoi, la décision du gouvernement français a pour conséquence de pousser les chefs traditionnels ‘afar du sud-est concernés à faire bloc derrière l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré.

  • 100 Il s’agit notamment de l’Amoyta d’Awsa, du Dardar (sultan) de Tadjourah et de l’Abba Debné du Goba (...)

84Pour être à la hauteur des attentes de son peuple, l’Amoyta a recours au soutien de l’Italie, puissance rivale de la France dans la région. Celle-ci ne se fait pas prier longtemps. Son empressement à prendre la défense des ‘Afar s’explique par sa crainte que le projet de mainmise sur le sel du lac ‘Asal qui intervient après l'occupation de Harar par Mïnilïk II, dès l’évacuation de cette cité par les Égyptiens, ne donne à la France un avantage supplémentaire pour monopoliser le commerce éthiopien avec la côte. Afin de stopper cette évolution, le comte Pietro Antonelli fait parvenir à son gouvernement des lettres attribuées aux chefs ‘afar100 dont le contenu laisse douter de leur véracité, notamment le partage des droits sur le sel du lac ‘Asal avec Mïnilïk II. Dans son rapport, celui-ci invente des droits supérieurs de ce dernier par rapport aux chefs ‘afar sur les gisements du sel. Il est toutefois conscient de la faiblesse de l’argumentation relative au versement d’une redevance spécifique à l'entrée du Shewa comme le montre l'ajout de la phrase suivante :

Cela paraît un peu étrange, mais les Danakils et les Galla, sont soumis aux souverains du Choa, se considèrent comme les obéissants serviteurs de ceux-ci, sans qu’il leur soit permis de discuter la volonté de ces derniers (Dubois, 2003 : 81).

85L’idée des Italiens est d’amener ce souverain à réagir contre les Français en lui faisant miroiter le rêve de devenir le propriétaire des gisements de sel du lac ‘Asal. Une fois en possession de ces lettres, l’Italie accuse aussitôt la France d’être à l’origine de la dégradation des rapports entre les originaires de la région et les Européens. En dépit du ton ferme adopté par le gouvernement français dans sa riposte, les concessionnaires, dépassés par l'ampleur des travaux à réaliser et gênés par l'hostilité des ‘Afar, n'ont rien entrepris au bout de deux ans. Ils sont déchus de leurs droits en avril 1889. En 1892, les esprits s'échauffent à nouveau dès l'annonce de la nouvelle officielle attribuant à Léon Chefneux l’exploitation du sel du lac ‘Asal. Les ‘Afar se mobilisent une fois de plus derrière l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré pour faire face à ce qu’ils considèrent comme une spoliation et expriment leurs rancœurs à l’égard des Français. On peut juger la tension qui règne par la lecture d'une correspondance que le gouverneur Léonce Lagarde adresse le 18 mai 1892 au ministre des Colonies :

Depuis le départ de Chefneux pour Paris et l’annonce de l'autorisation donnée par Ménélik d’exploiter le sel du lac Assal, une grande effervescence s'est produite parmi les Danakils, surtout la tribu Aoussa, conseillée par les Italiens. L’exploitation donnera lieu à quelques difficultés que je ne crois pas cependant insurmontable, si avant de commencer, on fait comprendre à tous les chefs réunis qu’il ne s'agit pas de concurrence au commerce indigène de sel avec l’Abyssinie et si le concessionnaire s’attache les chefs en leur donnant des subsides (Dubois, 2003 : 86).

86Deux ans après, suite à l'échec d'une expédition des Abyssins contre l’Awsa sur laquelle les Français avaient beaucoup comptée, espérant un affaiblissement du potentiel militaire du sultanat d'Awsa, le même Léonce Lagarde conseille une extrême prudence au ministre des Affaires étrangères dans une lettre du 1 août 1894 :

L'expédition tentée l’an dernier contre les Danakil par le prince Makonnen a à peine réussi. Les esclavagistes soutenus par l'Italie sont prêts à ouvrir la lutte contre les travailleurs du lac Assal. La question se pose donc de savoir si l'intérêt de la compagnie est de hâter l’heure d'un conflit dans les circonstances où nous nous trouvons, ou s’il ne serait pas préférable de remettre à plus tard l’exécution de ses projets. Il convient de rappeler que le cahier des charges de 1892 prévoit que la société garantit la sécurité de ses agents. Le service local ne peut lever des gardes pour engager une action officielle au lac, sans instructions spéciales du gouvernement, car les dépenses extraordinaires ne sont pas considérables. Je m’empresse d'ajouter que les esclavagistes du sultanat de l’Aoussa mériteraient une sévère leçon de notre part et la civilisation pourrait y gagner. Seul le gouvernement a qualité pour engager une question aussi grave, compliquée en même temps par les intrigues Italiennes (cité par Dubois, 2003 : 88).

  • 101 Ce sont des accusations mensongères puisque ni le sultan Maḥammad Ḥanfaré et ni aucun de ses sujets (...)

87L’utilisation par le responsable français du terme « esclavagistes » témoigne d’une fausse présentation de la réalité à laquelle les administrateurs européens, à l’instar des commerçants explorateurs qui les avaient précédés, continuent de recourir pour captiver l'attention de leur gouvernement101. Finalement, la menace d’une attaque des troupes de l’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta contre l’entreprise oblige donc les Français d’abord à surseoir puis finalement à abandonner le projet.

7. Fin de règne et guerres de succession

  • 102 Angoulvant et Vigneras (1902 : 22) se font écho de cette guerre de succession.

88La fin du règne du sultan Maḥammad Ḥanfaré est marquée par des guerres de succession entre ses nombreux héritiers102. Le vieux monarque a eu des enfants de plusieurs épouses, et dans les dernières années de sa vie, il montre de plus en plus de préférence pour l’une d'entre elles, du nom de Rokkiya, une très forte femme dont les ambitions allaient avoir des conséquences désastreuses pour le sultanat. Selon les récits des Modayto, celle-ci dont les enfants sont tous mineurs ne veut pas qu’à l’Amoyta succède l'aîné de ses enfants comme c'est la tradition. Elle emploie donc toute son influence pour persuader le vieux monarque de désigner son neveu Maḥammad Aydâḥis. Ce dernier est déjà à l’époque un homme très influent à la Cour.

89Les mêmes sources lui attribuent l’idée d'avoir concocté un projet de lévirat avec Maḥammad Aydâḥis après le décès de son oncle, tout en concevant son intermède comme une régence devant permettre de préparer la relève par l'aîné de ses enfants. Cette thèse, du moins son rôle dans la prise de cette décision est corroboré par la préservation par la mémoire collective d'un fragment d'une vaticination (adal) d'un célèbre ginnili (devin) dans laquelle celui-ci mettait en garde le sultan contre les conséquences de son projet de dévolution du pouvoir en ces termes :

Soro yok saqal baxa ittam makkala
Malà Rokkiya malà ittam makkala
Amo kaak tanim idalti qaktam makkala.

  • 103 Le terme afar signifie littéralement « étoffe » et renvoie au turban, lequel est un attribut du pou (...)

Tu regretteras d'avoir abdiqué103 en faveur de ton neveu
Tu regretteras de t'être fié aux conseils de Rokkiya
Je pense que le vieux regrettera sa décision pour toute la durée de sa vie.

90Les desseins de Rokkiya rencontrent des vives oppositions de la part des enfants de ses coépouses mais aussi des autorités traditionnelles et religieuses.

91Cependant le tandem qu’elle forme avec Maḥammad Aydâḥis finit par avoir raison du vieux et malade Amoyta qui désigne officiellement comme son successeur ce dernier à la place de son fils aîné Aydâḥis. Cette décision suscite la révolte de nombreux princes héritiers qui tentent d’assassiner leur cousin. Elle entraîne une longue et continuelle lutte pour le pouvoir entre les membres de la famille royale qui plonge le sultanat d’Awsa dans le chaos et ouvre la voie à l'ingérence extérieure, en l'occurrence celle de Mïnilïk II. Ce dernier ne laisse pas échapper cette opportunité d’influencer les événements afin d'établir la suzeraineté éthiopienne sur cette région stratégique pour une grande Éthiopie. Par le biais de son gendre, le Ras Mikaél de la dynastie de Werre Himeno du Wello auprès de qui le neveu et les enfants de Maḥammad Ḥanfaré cherchent appui, il joue un prince contre un autre.

Notes

1 Il avait 35 ans au moment de son accession au trône. Entretien avec sultan Ali-Miraḥ Ḥanfaré à Addis Abeba, août 2004

2 Une région adjacente à la frontière occidentale de la République de Djibouti.

3 Après qu’elle lui eut donné deux garçons, Maḥammad, l’aîné et Alo, son cadet, l’Amoyta Ḥanfaré a été contraint de divorcer de cette femme très jalouse qui n'acceptait pas de partager son mari avec ses co-épouses. Il l’a remarié à son vizir (Malâk), Waynaba, de la tribu Lubak-Kubo à qui elle a donné cinq héritiers. À son propos, Ḥanfaré Aydâḥis aurait dit un jour : « Je plains ma tribu de ne pas s'être opposé à la répudiation d'une femme qui ne donne naissance qu'à des garçons. »

4 Une petite tribu maraboutique dont on retrouve également des lignages chez les Sabo.

5 Gamaladdin al-Chami et Hachim Gamaladdin (1997 : 340) confondent celui-ci avec Unḍa Alo, le frère cadet de Maḥammad Ḥanfaré.

6 C’est l’insigne de commandement.

7 C’est un groupe tribal issu d’Askakmali et faisant partie de la chefferie Askakmali-k Modayto.

8 Jusque-là, l’Amoyta était issu par sa mère généralement des Dambéla, une tribu guerrière.

9 Quelques années après, il accepte les propositions de réconciliation de son neveu mais refuse de retourner dans l’Awsa.

10 Ce terme apparaît pour la première fois dans les écrits au 13ème siècle sous la plume du géographe arabe andalou Ibn Said al-Maghriti pour désigner une entité politique qui s'étend du sud de Souakin jusqu'au Bab el-Mandeb. Il tire son nom de celui d'une tribu ‘afar, Dankali, à l’origine de la plus ancienne entité politique dans la partie septentrionale de l’Afar. Celle-ci fut supplantée au 9ème siècle par les Ankala, une tribu afar que certains disent originaire de la rive orientale (arabique) de la mer Rouge.

11 C’est le fils de La‘oyta Ibrahim auquel il succède en 1864. Poursuivant la politique de son père, il renforce l'indépendance et l’influence de la chefferie Debné de Goba‘ad. Cette dernière est composée à l'origine de quatre groupes tribaux: Ad‘ali-k Gallaḥaddo, autrement dit Ḥarkaméla dont la famille Arbâḥinto fournit le chef de la chefferie et Garaysa et Ankali-k Ayrollasso. Sous La‘oyta Ibrahim, elle a étendu son influence sur une multitude de tribus et de groupes tribaux vivant entre le lac ‘Asal et la plaine de Goba‘ad. Ḥummad La‘oyta Ibrahim est le protagoniste de plusieurs événements importants inter- Afar ou entre les Afar et l’Abyssinie ou encore les puissances européennes (France et Italie). Il est décédé dans des conditions mystérieuses le 17 octobre 1902 à Doda, près de Dorra, poste administratif du nord-ouest de la Côte française des Somalis. Il a probablement été empoisonné.

12 Cette propension de l’Amoyta de la dynastie des Aydâḥisso d’Awsa à se présenter comme le chef politique de tous les Afar a survécu à Maḥammad Ḥanfaré puisqu'on la retrouve chez l'actuel Amoyta, son arrière-petit-fils, Ali-Miraḥ Ḥanfaré. Voir Chedeville (1966 : 183). Même si cette préséance ne repose sur aucune base légale, elle n'est généralement pas contestée.

13 Ce fait est mentionné par Pietro Antonielli, l’émissaire italien, premier européen à avoir traversé le sultanat d’Awsa et rencontré le sultan Maḥammad Ḥanfaré avec lequel il conclut, au nom de son gouvernement, deux traités, l’un en 1883 et l’autre en 1888.

14 Le Français Paul Soleillet parle dans son récit de voyage en Éthiopie d’une grande influence que celui- ci exerce sur Mïnilïk : « Avant moi et depuis Rochet d'Héricourt, aucun Européen n’avait pu parvenir au Choa sans se placer sous la protection de ce Pacha ; avant moi aussi, le Roi Ménélik n’avait pu recevoir d'armes ou d'autres produits de l'Europe que par l’intermédiaire d’Aboubaker. Ayant les routes du Choa en son pouvoir, Aboubaker avait sur le souverain de ce pays une très grande puissance. » Cité par Oberlé (1972 : 102). Son père, Ibrahim Cheḥem qui exerçait comme son fils le commerce des esclaves était l'agent commercial de Haylé-Malékot, le père de Mïnilïk. Voir Rubenson (1991 : 164).

15 Il occupe les fonctions d'Effendi (vice-gouverneur) puis de Pacha (gouverneur) à partir de 1875.

16 Les plaines inondables des vallées de l’Awash. Ici, celles de la basse vallée qui s’étend de Boba à Tanḍaḥo.

17 28 Rabi al-Awwal 1283 de l’hégire (Source : Ḥummad-Gaba Maki, entretien avec l’auteur de ces lignes en 1987).

18 Cet événement qui remonte à la seconde moitié du 18ème siècle, peu après la prise du pouvoir de la dynastie Aydâḥisso dans l’Awsa, est aussi mentionné par Harris (1844, t. 1 : 198-207).

19 Ce don se composait de six mortiers et autant d'obusiers, tous les deux alors à peine connus en Éthiopie, aussi bien que de 725 mousquets avec les baïonnettes fixables. Cf. Pankhurst (2005 : 202).

20 Kassim Shehim (1992 : 25). Didier Morin rapporte une version légèrement déformée de cette anecdote dans laquelle Mïnilïk prend la place de Yohannïs : « A cette réponse insolente, Ménélik devait riposter en lançant ses troupes sur le Baadu et l’Awsa » (1997 : 50).

21 Guèbrè Sellassié (1931 : 401) affirme qu'il aurait été dissuadé par Mïnilïk, roi du Shewa.

22 L’Awsa forme avec le Harar l'un de deux centres intellectuels de l’islam dans l’est de l’Éthiopie.

23 Parmi les bénéficiaires de son appui, le shaykh Talha Bin Ja‘far des ‘Argobba. Voir Hussein Ahmed (1989 : 20).

24 Les combattants de la foi.

25 Agula est le nom d’une vallée et d'une station de douane sur la principale route du sel, les amolés.

26 Nommé d’après sa tribu Ḥidâru, d’origine Ḥadu et qui vit avec une tribu de même origine, Lakḥina, au sein des chrétiens Tigréens.

27 Igaḥlé (fils de) Udma, le nom de la mère. Il est fréquent chez les Afar d’appeler une personne « fils ou fille de telle femme » en faisant précéder le nom de la mère de son premier nom. Pour l’homme, on ajoute parfois au nom de la mère un suffixe d’appartenance : « tu ». Par exemple, Abubakar Ibrahim, Pacha de Zeyla’ était connu à Tadjourah sous le nom de Ḥandaytu (celui qui est à Ḥanda, sa mère, une femme Ad‘ali). Ce système d’appellation semble être une survivance du système matrilinéaire qui régissait la société ‘afar avant l’avènement de l’Islam.

28 Dénomination à la fois des zones de contact avec les autres peuples tels que les Oromo, Tigréens et Amhara avec lesquels les Afar sont en belligérance et leurs habitants.

29 Litt. : « Régions d’en haut. »

30 La branche aînée de la tribu Afki ‘é-s sarra.

31 Litt. : « C’est de toi que je souffre. »

32 Les dates entre parenthèses sont celles de la naissance et décès.

33 Gouverneur.

34 Le rôle important des commerçants afar en général et de la famille Ibrahim Cheḥem en particulier dans le développement du Shewa au 19ème siècle, occultée par l’historiographie traditionnelle éthiopienne, reste à écrire. L’historien ghanéen Koffi Darkwah (1975) a signalé la nécessité d'une telle étude. Une biographie d’Abubakar Ibrahim Pacba est réalisée par Marc Fontrier (2003) mais celui-ci ne rend pas compte, comme il le faut, du rôle de cette famille.

35 Cette date est donnée par Didier Morin (2007 : 156).

36 Pour son rôle clé auprès de Mïnilïk II, voir Ahmed Hassen Omer (2007 : 394-96).

37 Une source interne en amharique Ya Hiwot Tarikh, citée par Ahmed Hassen Omer (2007 : 429).

38 C’est un nom oromo. Les Afar l’appellent Waytalé.

39 « Nous craignons leur climat étouffant, leurs forêts épaisses et leur manière de faire la guerre » répondait Sable-Sïllasé, grand-père de Mïnilïk, aux Européens qui lui demandaient pourquoi il n’entreprenait pas la conquête du pays afar » (Harris, 1844, t. II : 228).

40 La date de cette bataille diffère d'un auteur à l'autre : 1894 (Ahmed Hassen Omer, 2002 : 235), 30 janvier 1896 soit le 14 Sha‘ban 1313 de l’hégire (Morin, 2004 : 71), quelques jours avant le 26 janvier 1896 (Maurice de Coppet, éditeur et auteur des annotations de l’ouvrage de Gèbrè Sellassié , 1931 : 406), un vendredi du mois de Ramadan selon Kuḍba Ḥammadu, 92 ans (né à Ugublî karma, soit vers 1912) et qui a servi à différents postes de responsabilités successivement les Amoyta Maḥammad Yayo (1928-1944) et Ali-Miraḥ (1944 - 2011). Cf. Interview parue dans Qusba Maaca, l’organe en afar du Centre de sauvegarde et d'enrichissement de la langue afar (Région afar d'Éthiopie) n°2, mars 2004, p. 24.

41 Selon M. de Coppet (Gèbrè Sellassié, 1931 : 404), cette expédition était forte de 25 à 30 000 bommes.

42 Titre de noblesse.

43 Celui-ci s'appelait Muḥammad ‘Ali et portait le titre d’Imam avant sa conversion au christianisme en 1878. Cet homme a joué un grand rôle dans les rapprochements entre les Afar et les Abyssins. Chez les premiers, son nom est à l’origine d’une expression Takkeey Macammâd Qalii dabaana (traduction littérale : Du temps de Muḥammad ‘Ali à nos jours) pour dire "depuis belle lurette". Sa popularité s’explique par le fait que pendant son règne situé entre le 3ème quart du 19ème siècle et 1916, il a sécurisé la route commerciale entre le Wello et la côte afar en combattant les bandes de pillards tigréens qui organisaient des raids contre les Afar. Il a joué cependant un rôle néfaste dans la sanglante lutte de succession entre les princes Aydâḥisso.

44 Entretien avec le sultan Ali-Miraḥ Ḥanfaré à Addis Abeba, août 2004.

45 Dubti des cartes éthiopiennes.

46 Selon l’Amoyta Ali-Miraḥ, il s’agissait d’un Afar de la tribu Ḥaïssamalé (Entretien avec l’auteur de ces lignes en août 2004). Il est possible que certaines tribus afar du piémont du Shewa aient participé à cette expédition, comme cela a été le cas de certains clans oromo musulmans de la même région. Cf. Ahmed Hassen Omer (2002 : 236)

47 Sur cette bataille, on avait jusque-là la version éthiopienne de Gèbrè Sellassié qui est confuse, truffée des citations bibliques et incomplète. Par exemple, on ignorait comment les Abyssins étaient morts. Le mérite de cette version afar est de combler cette lacune.

48 Son nom est cité par Maurice de Coppet dans l'ordre syntaxique ‘afar : Kabbo Houmed [Houmed (fils de) Kabbo] (Gèbrè Sellassié, 1931 : 405). Pietro Antonelli (1889 : 14) le cite dans l’ordre inverse mais écrit Hamed au lieu de Houmed. Il précise del gran capo Modaito [un grand chef Modayto]. Capucci et Cicognani qui le rencontrent, eux aussi, dans sa région de ‘Élida‘ar écrivent son nom Kabba Hommed (Zagbi, 1935 : 9). C’était le chef de la branche Sokaléla de la tribu Madima, réputée chez les Afar pour leur connaissance des sciences occultes, laquelle fournissait le magicien de guerre aux Afki‘é-k Ma‘ad, le groupe tribal formant l'ossature du pouvoir dans le sultanat d’Awsa (entretien avec sultan Ali-Miral) Ḥanfaré, août 2004).

49 Entretien avec Ḥanfaré Ḥando. AysaꜤeyta, 12 mai 2006.

50 Guèbrè Sellassié (1931 : 405). La cause évoquée, la lutte de succession entre les princes Aydâḥisso ne débute qu'en 1898, plus de deux ans après. Voir Angoulvant et Vignéras (1902 : 22).

51 Oreste Baratieri (1889), citant le lieutenant Giannini présent dans l'Awsa au moment de cette expédition abyssine, donne le chiffre de 600 morts; 1500 selon Maurice de Coppet (Guèbrè Sellassié, 1931 : 406, n.3).

52 Selon l’Amoyta Ali-Miraḥ Ḥanfaré, son défunt vizir Yayyo Ḥammadu (1894-1972), un fin connaisseur de l’histoire afar, disait que lors de la bataille de Kaḍḍa Arrado, il n’y a pas eu autant de morts que lors de celle de Uddûmi contre la troupe de Munzinger Pacha mais si la première a laissé un très mauvais souvenir, c'est parce que tous ceux qui y avaient pris part étaient morts. Entretien avec sultan Ali-Miraḥ à Addis Abeba, août 2004.

53 En afar : Agabow canak qunxa can kee qawratak qunxa qawrat Yalli baaheemik, raabita.

54 Cette épidémie serait partie de ‘Asab où les Italiens avaient importé des vaches. Cf. Berbanou Abebe (1998 : 118). Elle est signalée chez les Afar du nord-est du Shewa par Ahmed Hassen Omer (2002 :234).

55 Dans le parler afar, le nom « Turcs » est appliqué aussi bien aux Ottomans qu’aux Égyptiens.

56 Werner Munzinger s’est installé d’abord en Égypte en 1852 avant de s’établir à Masawa’, où entre 1864 et 1870, il a acquis d’immenses propriétés dans la région des Bogos après avoir fait fortune grâce à la revente des mulets laissés sur place par les troupes anglaises de l’expédition Napier de 1868 contre l'empereur Tewodros. Il est également reconnu comme un orientaliste ayant publié plusieurs travaux à caractère ethnographique et linguistique consacrés aux Tigré et aux Bogos.

57 Extrait d'une lettre confidentielle datée du 31 octobre 1872 adressée au Khédive Isma‘il, citée par Douin (1939, t.3 : 361-62).

58 Un millier selon l'auteur ou les auteurs anonyme(s) de la chronique « Makhâzi Modayto » (L'expédition militaire des Modayto). Cf. Gamaladdin al-Chami et Hachim Gamaladdin (1997 : 345). D’autres sources donnent le chiffre de 400 à 500 bommes, sans que l’on sache si elles tiennent compte ou pas des morts parmi les recrues sur place parmi les parents et alliés d’Abubakar Pacba. Cf. Rubenson (1991 : 318) ; Wylde (1901 : 25).

59 Ce sont des fusils américains, à la pointe de la technologie de l’époque, introduits dans la région par les Égyptiens.

60 Littéralement : « Oued à Calotropis procera ». Il s'agit d'une étape des caravaniers sur la route Tadjourab-Sbewa orthographiée « Gall‘alifeô » par Isenberg et Krapf (1968 (1843) : 20) ; Galla Lafue par Jobnston (1972 (1844) : 97).

61 Un petit peuple de l’Érythrée.

62 Une possible réponse à cette question est avancée par Wolbert Smidt. Il affirme que Munzinger rêvait de devenir une principale figure politique abyssinienne, en entrant dans les services du roi de Shewa, et de ce fait, d’une manière ou d'une autre, continuer son rêve de développer une nation africaine administrativement et économiquement modernisée. Entretien à Addis Abeba, novembre 2009.

63 A l’époque, représentant de son père à Tadjourah, il travaillera plus tard comme agent de l’Administration française d’Obock auprès de Mïnilïk II.

64 Ḥummad La‘oyta n’a pas participé à l'offensive contre l’expédition égyptienne. La littérature écrite et orale relative à son rôle a été élaborée autour d'une seule certitude : sa visite à Munzinger Pacha et sa présence par la suite à la cour du sultan Maḥammad Ḥanfaré. Ses adversaires l’utiliseront dans leurs accusations à son encontre alors que d’autres comme Paul Soleillet pour mettre en exergue l'importance du personnage. Ce dernier qui affirme lui devoir l'acquisition de Sagallou rapporte : « Ce chef afar est un grand guerrier. C'est lui qui commandait les Afars quand ils ont défait, dans le aoussa, Munzinger Pacha et sa petite armée ». Cf. Soleillet (1886 : 46). En revanche, Jules Borelli fait état de sa participation au combat pour montrer le côté fourbe et cruel des Afar et de Ḥummad La‘oyta : […] en l’observant, on devine qu'il est fourbe et cruel. C’est lui qui a coupé la tête de Munzinger pacba avec le sabre dont l’infortuné général égyptien avait fait présent à Ampbari [le sultan d'Awsa.] » Cf. Borelli (1890 : 9)

65 Appelé d’après une tribu sugêt (autochtone) ‘Uddûma, faisant partie des Bayḍî‘o, une confédération tribale des sédentaires au sein de laquelle elle forme avec la tribu Orba un groupe des pairs d'inter-mariage : Orba-k ‘Uddûma. Dans certains écrits, ce lieu est appelé aussi le lac ‘Adobada. ‘Ado-bada est en afar une appellation propre pour le lac. Sur les cartes italiennes, il est désigné aussi sous le nom de lago Gamarri (lac Gamarri), du nom du plateau voisin.

66 Wylde (1901 : 25) situe l'événement le même jour que la défaite de Gundet, c'est-à-dire le 7 novembre.

67 Une vingtaine selon Wylde (1901 : 25), 150 selon d’autres sources.

68 Les survivants égyptiens, avant leur repli, auraient mis hors d’usage les canons. Leurs débris étaient visibles dans le secteur de Gîfu jusqu’à une période récente. Entretien avec sultan Ali-Miraḥ à Addis Abeba, 24 août 2004.

69 Rubenson (1991 : 318) reprend le chiffre de 5 à 6000 morts donné par les rescapés de l’expédition égyptienne, tout en remarquant que c’est un peu exagéré. Avant même que cet affrontement n’ait lieu, le ginnili (devin) Kulé avait prédit dans sa vaticination (adal) un carnage au chef de guerre de Maḥammad Ḥanfaré, Afki‘é Ḥamad : Camâd Afkiqew nammam koo tibbixeh / Wadir ittek migaq koo yibbixeh / Bisoh ittek qadab koo yibbixeh : « Ô ! Afki‘é (fils de) Ḥamad, attends-toi à deux choses / Si tu recules devant l'ennemi, attends-toi à l'opprobre / Si tu fonces sur l'ennemi, attends-toi à un carnage. » La conservation par la mémoire collective de ce fragment confirme que la prédiction s’est réalisée, c’est-à-dire que les pertes ‘afar ont été assez importantes.

70 Une localité située aux environs de la rivière Mareb en Érythrée.

71 Angoulvant et Vignéras (1902, t. 1 : 23) utilisent le titre du ministre-principal.

72 Les sources écrites transcrivent son nom de plusieurs manières : Abd-el-Rabman, Abd-er-Houman, etc...

73 On remarquera qu’il n’y a ici nulle mention d’une éventuelle suzeraineté de Mïnilïk sur Maḥammad Ḥanfaré.

74 Il est de 1882 à 1889 le représentant accrédité du gouvernement italien, tant au Shewa que dans le sultanat d'Awsa. Par la suite, il entre en politique, devenant membre du Parlement italien en 1890 et est nommé vice-ministre des Affaires étrangères en 1894. En janvier 1895, il est nommé ambassadeur en Argentine puis en décembre 1897 au Brésil. Il est décédé le 11 janvier 1901.

75 Un petit village situé au sud de l’emplacement de la ville de ‘Asab.

76 Lettre du 30 septembre 1883 de Yohannïs IV au Roi Umberto 1er d’Italie.

77 Lettre du 12 avril 1884 du Comte Pietro Antonelli au ministre Italien des Affaires étrangères, Baron Mancini.

78 « Lettre du 13 mai 1884 du ministre italien des Affaires étrangères, le Baron Mancini », ibidem, p. 311, document n°18.

79 Un petit peuple de l’Ifat et de Qallu [régions des contreforts orientaux du plateau du Shewa] parlant une langue sémitique, proche du tigrigna et de l’aderé (harari). Pour quelques données sur les traditions orales argobba, voir Aklilu Asfaw, 2000. Sur l’identité contemporaine de ce peuple, voir la thèse d’Abebe Kifleyesus (1992).

80 Titre amharique donné au chef de frontière.

81 Titre porté par le chef ‘argobba de l’Ifat.

82 Il s'agit du traité du 15 mars 1883 et des conventions du 7 juillet et 10 août 1887.

83 Une transcription erronée de Ḥaffalé, une baie au nord de Thio (Érythrée).

84 Lettre du 3 septembre 1883 de Yohannïs IV au Roi Humberto 1er d'Italie.

85 Ce sont les deux millions de cartouches achetées par Mïnilïk à l'Italie et qu'un émissaire italien, Léopoldo Traversi livre à Addis Abeba en février 1893.

86 Ḥanfaré (fils de) Tola, le nom de la mère.

87 C’est ce que laisse entendre les deux vers de conclusion. Tolâh Ḥanfaré est beaucoup plus précis dans une autre réplique composée à la même période après qu'on l'ait informé d’un poème élogieux à l’adresse de Maḥammad Ḥanfaré composé par un poète nommé Ḥammadu. Il aurait dit : YallÎh amriy cinam faxa liyoh maana / Cammadou able kalah gexam faxah maanaa (Je ne veux m'opposer à la volonté de Dieu / Je ne veux pas mourir sans avoir rencontré Ḥammadu).

88 Maknun Gamaladdin et Hayward (1981 : 327-33); Gamaladdin al-Chami et Hachim Gamaladdin (1997 : 279) et Morin (1997 : 48-51). On peut situer la composition de ce kassow vers décembre 1883 ou début janvier 1884 sur la base du vers dans lequel Tolâh Ḥanfaré fait part de sa désapprobation de la butte construite pour Antonelli. Une nouvelle que Maḥammad Ḥanfaré a annoncée à ce dernier dans sa lettre du 25 décembre 1883, ce qui signifierait que la construction de la butte était antérieure de quelques jours ou de quelques semaines.

89 Il s’agit d’une butte construite sur le site de Gambo Koma prévu pour accueillir une station commerciale italienne.

90 Les héritiers de Maḥammad Ḥanfaré.

91 Ce sont des grosses pièces autrichiennes à l'effigie de la reine Marie-Thérèse qui servaient de monnaie dans la Corne de l’Afrique.

92 Pour un Musulman, la mort est un départ pour un autre monde. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre ce vers.

93 Ce dernier est présenté comme ayant été délégué par les chefs afar mentionnés comme cosignataires de ce traité, lesquels n’étaient pas représentatifs de l'ensemble du monde afar mais d’une partie, la côte nord du golfe de Tadjourah, à l’exception de ‘Othan Ḥamad Asa Maḥammad (dont le nom est transcrit dans le document Koullou Osman), un chef Dammaboyta de la péninsule de Bôri. La mention de son nom s’expliquait sans doute par l’importance prise par sa famille dans cette région. Les autres signataires étaient le Dardar [de Tadjourah] Mohamed Mohamed [Maḥammad b. Ḥummad Mandaytu b. Ḥamad (1860-9 mars 1862)], le Dardar [de Raḥayto] Diny, [Dini b. Maḥammad b. Burban], Ali Ibrahim Abubakar Cheḥem et l'Abba [des Debné] La‘ayta [La‘oyta Arbâhim]. Didier Morin (2004 : 28 et 265) identifie l’avant-dernier comme le cousin germain de Dini Aḥmed Abubakar, lui-même petit-cousin patrilatéral d'Abubakar Ibrahim Pacha. Il est présenté comme le principal donateur puisque c'est lui qui s’engage dans un additif du même jour, qu’au « cas où les ports, rade et mouillage d’Obock seraient reconnus impropres à la tenue d'un bâtiment de fort tonnage » à donner « les ports, rade et mouillage de Goubet Kharab ». Ce membre d’une famille commerçante de Tadjourah n’avait aucun pouvoir traditionnel reconnu pour que son nom soit cité aux côtés des chefs traditionnels susmentionnés et encore moins pour prendre un engagement de donation d'une portion de terre. Ni son nom, ni celui d’un membre de sa famille ne sera mentionné par la suite. Par exemple, dans les instructions laissées le 27 avril 1883 au capitaine de l’« Étendard » qui le remplace sur la zone, le commandant du « Seignelay » indique que les chefs des populations nomadisant dans la région côtière entre Raysalli et Doumeïra sont Bourhan Abdou et Mohamed Ali, lesquels tous deux dépendent du sultan de Raḥayto (cité par Imbert-Vier, 2008 : 71). Ils sont facilement identifiables. Le premier était le chef de la confédération Kôna Élih Buḍa et le second, des Badoytaméla.

94 C’est le nom des chamelles du trône.

95 Il fait allusion à une attaque des Asabyabmara (les Rouges), sujets du sultanat d’Awsa dans la région de Mullu contre une caravane guidée par Maḥammad Waranlé, le frère de Ḥummad La‘oyta. Le premier, plusieurs autres Debné ainsi que le Français Barral y trouvèrent la mort.

96 C’est l’appellation propre en afar du lac.

97 Kalo, nom d'une région, employé ici dans le sens du pays.

98 Il s’agissait sans doute des Italiens puis des Français avec lesquels Ḥummad La‘oyta a signé des traités.

99 Les femmes de Ḥummad et Ḥanfaré La‘oyta, originaires d’Awsa.

100 Il s’agit notamment de l’Amoyta d’Awsa, du Dardar (sultan) de Tadjourah et de l’Abba Debné du Goba ad.

101 Ce sont des accusations mensongères puisque ni le sultan Maḥammad Ḥanfaré et ni aucun de ses sujets ne furent impliqués dans la traite des esclaves. D’ailleurs, la route principale des esclaves était, comme les confirment les récits des voyageurs, celle contournant l’Awsa par le sud avant de faire le trait d’union entre le port de Tadjourah et le Shewa.

102 Angoulvant et Vigneras (1902 : 22) se font écho de cette guerre de succession.

103 Le terme afar signifie littéralement « étoffe » et renvoie au turban, lequel est un attribut du pouvoir chez les ‘Afar.

Notes de fin

i

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr