Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Première partie : L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit « Illalta » de la dynastie Aydâḥisso d’Awsa

II. La légende d’Awdaḥis et la dynastie des Aydâḥisso

Texte intégral

1. L’origine de la prééminence des Aydâḥisso

  • 1 Il existe une seconde version qui met en relief le rôle de l'épouse de Maské. Celle-ci est irritée (...)
  • 2 Ce nom dérive du terme awdaḥo, « rugissement » et veut dire « celui qui rugit » sous-entendu « le l (...)

1Selon la légende, Maské Ḥamad, notable du groupe tribal Afki‘é-k Ma‘ad et riche propriétaire de chamelles, est un homme doux de tempérament. Il a du mal à protéger son bétail de la voracité en viande de ses cousins. Il souhaite avoir un héritier, ayant une forte personnalité, auquel il puisse léguer son bétail. Il demande conseil au diable avec lequel il a des relations. Ce dernier lui suggère d'aller avec sa femme à la rivière vers la fin de la journée, et que voyant le lion s'accoupler avec la lionne, de faire de même. Maské suit le conseil du diable1. Son épouse tombe enceinte et au terme de sa grossesse, elle accouche d'un garçon, qui en lieu et place des gémissements habituels du bébé, se met à pousser les rugissements du lion. On le surnomme Awdaḥis2, lequel deux générations après donne Aydâḥis.

2Le fils de Maské, devenu adulte, mâte ses cousins pour le vol du bétail de son père. Il prend d'ascendance sur les clans Afki‘é-k Ma‘ad en piégeant leurs chefs dans une caverne où ils ont organisé une « cure de viande » avec un dromadaire de son troupeau. Awdaḥis est un homme fort. Il bouche l'entrée de la caverne avec un gros rocher qui ne peut être déplacé de l'intérieur. Il ne libère ses prisonniers que quand ceux-ci acceptent de s'acquitter dorénavant d'une amende de 36 chèvres pour tout vol d'une bête de son bétail ou pour tout autre délit à l'encontre de sa famille. Il s’assure ainsi de la reconnaissance de sa prééminence. Awdaḥis consolide son pouvoir et le transmet à ses descendants.

2. Aydâḥis Ḥanfaré dit Kaḍḍâfo : premier Amoyta de la dynastie Aydâḥisso

  • 3 Il n’est pas impossible que dorment dans les bibliothèques familiales des écrits historiques, surto (...)
  • 4 Un surnom qui renvoie à la couleur foncée de sa peau.
  • 5 Un village situé sur l'axe de communication Addis Abeba-Asab ou Djibouti. Il est également appelé D (...)

3L’unique source d’informations dont nous disposons est les traditions orales3 très développées dans cette partie du pays ‘Afar, lesquelles malheureusement n'ont pas fait l’objet de collecte et d'étude. Selon elles, le premier Amoyta de la dynastie Aydâḥisso de l’Awsa est Aydâḥis Ḥanfaré Aydâḥis surnommé data Kaḍḍâfo (Kaḍḍâfo, le Noir4). Ce dernier vivait d’abord à Badayda, la localité d’origine des Afki‘é-k Ma‘ad, dans les environs du Mont Musa-‘Ali, tout en gardant des liens forts avec des clans de sa tribu installés sur le pourtour nord-est de l’oasis d’Awsa. L’accroissement de manière fulgurante du troupeau de vaches de sa famille sous sa direction est le motif avancé pour gagner de nouveaux pâturages, d’abord la localité de Dôbi, puis Buldugum, dans les environs de Ḥayyu5.

4À son installation dans cette localité, il reçoit une convocation de l’Imam Salman à laquelle il s’empresse de répondre. Sa réputation de meneur d’hommes l’ayant devancé, ce dernier lui réserve un accueil chaleureux. L’Imam, confronté à l’hostilité des tribus sédentaires de l’oasis d’Awsa, cherche des alliés pour mieux stabiliser son pouvoir. Aydâḥis « Kaḍḍâfo » que les « récits des Modayto » présentent comme un personnage très rusé et un manipulateur hors pair, profite de l’occasion pour lui demander en contrepartie de ses services, l’imposition aux paysans le payement d’une girib (« sac en peau de chèvre ») de céréales par famille en faveur des siens, les pasteurs transhumants.

5L’Imam accepte sa requête et donne des ordres à son Doroh-Abba (« chef de la récolte ») pour imposer dès la prochaine moisson cette contribution appelée ‘ido-g giribi (« outre de semailles »). Cette contrepartie en nature renforce le pouvoir économique d’Aydâḥis « Kaḍḍâfo » et son ascendant sur les Modayto. En gage de son alliance, il approvisionne régulièrement l’Imam en beurre et lui fait don de bœufs de son cheptel. Ses fréquents séjours dans l’oasis l’amènent à mieux connaître cette société sédentaire et à se lier d’amitiés avec ses membres, lesquels ne manquent pas de lui faire part de leurs griefs à l’égard de l’autorité de l’Imam. Par la suite, lorsque certaines tribus d’Awsa décident de renverser l’Imam, par crainte de l’affronter toutes seules, elles sollicitent son concours. Il l’accepte dans l’intention de les utiliser à son compte. Peu avant cette conspiration, les récits des Modayto prêtent à la mère de l’Imam le propos suivant formulé comme une mise en garde :

  • 6 En afar : Nangalta Guraygalih tacee gabaa kee Awsi Kaxxaafôh yacee qido-g girib qarkaytol koo macab (...)

« Le changement de la direction d’écoulement d’un bras de la rivière Awash, la Nangalta et cette contribution en maïs que les Awsa donnent à Kaḍḍâfo vont conduire à ta chute6. »

  • 7 En afar : Yallih abto takku duddaah, Kaxxaafoh abto takku duddah.

6L’Imam Salman, lui-même, commence à réaliser que les gestes d’amitiés de Kaḍḍâfo sont loin d’être sincères. Il cherche donc à se débarrasser de lui. Mais, Kaḍḍâfo, anticipant sur le plan du chef d’Awsa, se lie d’amitié avec sa servante pour être tenu informé de ce qui se dit à son sujet à la cour. Ce stratagème lui permet d’être averti de la décision de l’Imam Salman, quand celui-ci décide d’envoyer ses gardes pour le mettre aux arrêts. Voyant de loin ces derniers arriver, il boit un liquide rougeâtre. Quand ils s’approchent, étendu sur une natte, il s’efforce de vomir. Les gardes de l’Imam, croyant qu’il est en train de vomir vraiment du sang, rebroussent chemin et racontent à l’Imam que Kaḍḍâfo est sur le point de mourir. À cette nouvelle, l’Imam Salman aurait dit : « Il peut bien s’agir de la volonté de Dieu comme de la ruse de Kaḍḍâfo7. »

  • 8 Le frère de Musa Hadno, le chef de ce clan, venait d’être exécuté par ordre de l'imam Salman. Son n (...)
  • 9 Elle était située à proximité du lac Gamarri, également connu par les Afar sous le nom de ‘Ado-bad, (...)
  • 10 Yayyo comme Kaḍḍâfo était un surnom avant de finir par devenir un nom propre.
  • 11 L’endroit est depuis appelé Imam Salmaan abuuru qui veut dire « les ruines de la résidence de l’ima (...)
  • 12 Wagner (1979 : 670) donne la date de 1177 (1763/64).

7Dès ce moment, Aydâḥis Kaḍḍâfo comprend qu’il se doit d’agir très vite et met au point un plan pour renverser l’Imam. Agissant de concert avec certains tribus sédentaires d’Awsa, plus précisément avec les Haralla, une partie des Am‘asito, les Intégéri, en particulier le clan Dûrutto8, il lance l’attaque de nuit sur le camp de l’Imam de Handag9 avec des hommes placés sous le commandement de son cousin germain, Aytilé ꜤAli-Yayyo10. Les soldats de l’Imam sont vite défaits et lui- même, ayant refusé de se rendre, est tué dans l’incendie de sa résidence11. L’auteur anonyme de la chronique de l’Awsa date ce coup de force du 18 Muḥarram 1178 / 15-16 juillet 1764 (Gamaladdin al-Chami & Hachim Gamaladdin, 1997 : 342)12.

8Kaḍḍ̣âfo se proclame Amoyta. Les tribus sédentaires qui ont pris part à ce coup de force, sortaient très affaiblies d’une disette consécutive à l’invasion des criquets pèlerins au mois de juillet 1763. Extrêmement fragilisées, elles ne sont pas en mesure de disputer l’héritage de l’Imamat aux Modayto et à Kaḍḍâfo. Ce dernier s’adjuge une portion des terres de l’oasis, laquelle doit être cultivée pour lui par les sédentaires de l’Awsa. Ces derniers sont soumis à un impôt sur la récolte. Cependant, Kaḍdâfo leur concède une autonomie juridique qui leur permet de s’auto-administrer.

9À propos de ce coup de force des Modayto, Richard Pankhurst note :

La fin du règne de l’Adal marqua le commencement d’un nouvel État afar, plus sophistiqué qui, en dépit de difficultés sérieuses, est parvenu à survivre sous la période coloniale (1997 : 391).

10L’anthropologue italien Enrico Cerulli a, au contraire, une vision négative du changement résultant du renversement de la dynastie des imams. Il considère que

L’Adal musulman qui, durant deux siècles, s’était donné pour mission de répandre l’islam en Éthiopie se transforma en un État semi-barbare dominé par ceux des nomades Dankali que l’aristocratie sémitique ou sémitisée avait toujours considéré comme des sauvages, pilleurs de caravanes (Cerulli, 1971 : 95).

3. Le règne de Maḥammad Aydâḥis « Kaḍḍâfo »

  • 13 Un village sur le corridor ‘Asab-Addis Abeba.

11À Kaḍḍâfo succède Ḥanfaré, son fils aîné, lequel est vite destitué pour manque flagrant de générosité. Son frère cadet, Maḥammad le remplace. Celui-ci organise le sultanat d’une main de fer, du moins d’une main de maître. Il crée une garde personnelle, un embryon d’une armée permanente et procède à l’entraînement de ses hommes au maniement de la lance et du bouclier. Sur le plan économique, il organise la gestion du bétail, hérité de son père. Son règne d’une trentaine d’années est marqué par de nombreuses guerres contre les gens de l’Awsa, lesquels veulent mettre en question le paiement de tribut. Il parvient à les soumettre à son autorité. Il récupère les enfants de l’Imam qui vivaient, dans l’arrière-pays du village de Sardo13, avec un clan des Nassâr, lequel les avait pris sous sa protection lors du coup de force contre leur père. Il les reçoit avec honneur et les réinstalle dans l’oasis d’Awsa.

12C’est sous son règne que commence une période sombre de l’histoire des ‘Afar du sud, celle des conflits inter-‘afar meurtriers passés à la postérité sous l’appellation des « conflits entre Blancs et Rouges » (‘Idi-k ‘Isi), lesquels marqueront longtemps les esprits.

4. Le règne d’Aydâḥis Maḥammad

13À sa mort en 1798, son fils Aydâḥis lui succède. Le règne de ce dernier, qui dure environ vingt-deux ans, est également ponctué par de nombreuses guerres internes avec les sédentaires de l’Awsa et externes avec les Debné-k Wé‘ima. C’est par exemple sous son règne que ces derniers, renforcés par les arquebusiers yéménites, essaient de soustraire l’oasis d’Awsa du contrôle des Modayto. Cet événement est mentionné, sans en préciser la date, par les missionnaires protestants allemands Karl-Wilhem Isenberg et Ludwig Krapf, lesquels empruntent en 1839 la route Tadjourah-Shewa contournant l’Awsa par le sud. À propos des Modayto, ils écrivent :

En ce moment, ils sont en paix avec le reste des Danakil, bien que désaffectés, surtout à l’égard des Debné et Wé‘ima avec lesquels ils ont eu une guerre meurtrière il y a quelques années. A cette occasion, les Wé‘ima ont appelé les bédouins d’Aden à leur secours qui leur ont envoyé 400 soldats avec l’appui desquels, ils ont conquis les Modayto (Isenberg & Krapf, 1968 (1843) : 24).

14Harris (1844, t. I : 198-99) avance le chiffre de 500 hommes. Isenberg et Krapf (1968 (1843) : 24) rapportent que par la suite, ces arquebusiers ont été renvoyés pour cause de dévergondage.

15C’est sous le règne d’Aydâḥis Maḥammad qu’une démarcation des riches terres de pâturages des zones marécageuses septentrionales de l’oasis est définitivement établie. Les Afki‘é-k Ma‘ad se partagent la partie centrale, les ‘Arabta-k ‘Asabbakari sont limités dans la périphérie nord, c’est-à-dire au-delà de Tanḍaḥo.

5 Le règne de Ḥanfaré al-‘Adil (1832-1861) et la consolidation du pouvoir des Aydâḥisso

  • 14 Théologiens.
  • 15 En afar : gabat macaxuli qui signifie littéralement : « l'homme à la lance ». Selon le shaykh Ayfar (...)
  • 16 Contrairement à ce que laisse croire Mordechai Abir (1968 : 24), le règne de Ḥanfaré Aydâḥis est re (...)

16À la mort d’Aydâḥis, les Modayto se trouvent confinés à la localité de la plaine de Gayyâḥilé, ayant perdu du terrain dans le delta lacustre sous les assauts des gens de l’Awsa. Son fils aîné, Maḥammad, lui succède mais ne règne qu’une seule année. Le pouvoir passe ensuite dans les mains de Ḥanfaré, son frère cadet, surnommé par les ‘uléma14, Ḥanfaré al-‘Âdil (Ḥanfaré, le Juste). Les ‘Afar le connaissent sous le surnom du « guerrier intrépide »15. Ce dernier règne de 1832 à 1861. Il parvient à rétablir par la guerre et la diplomatie l’hégémonie de la dynastie Aydâḥisso des Modayto16.

17L’Amoyta Ḥanfaré Aydâḥis use d’abord de la diplomatie et de la ruse pour semer la zizanie dans le rang de ses rivaux. C’est ainsi qu’il arrive à monter le Baddah-Abba (chef des sédentaires de l’Awsa) contre le chef des Wé‘ima du sud, Maḥammad ‘Ali « Gar‘a ». Le premier fait connaître sa décision de ne pas accueillir pour la prochaine saison d’automne les troupeaux des Wé‘ima dans la région marécageuse (Kalo), comme c’est d’usage tous les ans. Le chef des Wé‘ima sollicite l’arbitrage de La‘oyta Arbâhim, chef des Debné, leur allié commun. Ce dernier, circonvenu par le rusé Ḥanfaré Aydâḥis, propose de soumettre le différend à l’arbitrage de ce dernier. Maḥammad ‘Ali Gar‘a, La‘oyta Arbâhim et le Baddah-Abba se rendent auprès de Ḥanfaré Aydâḥis.

18Lors de l’examen du contentieux, Ḥanfaré Aydâḥis demande à Maḥammad ‘Ali « Gar‘a » de respecter la décision du Baddah-Abba. À cette occasion, l’Amoyta Ḥanfaré trouve un avocat intéressé en la personne de La‘oyta Arbâhim pour contraindre le chef ‘Ablé à accepter son verdict. Pour La‘oyta, rongé par une ambition secrète, il apparait difficile d’accepter que Maḥammad ‘Ali « Gar‘a », homme du verbe et grand juriste, puisse se tailler un fief indépendant des siens, les Ad‘ali. En outre, le diplomate avisé qu’est Ḥanfaré Aydâḥis lui a fait la promesse de lui allouer des terres dans les deltas, tout en jouant sur les fibres sentimentales d’une ascendance commune de leurs familles remontant à Ḥaḍalmâḥis, ancêtre de la plupart des dynasties ‘Afar. La décision du chef des sédentaires de rompre l’alliance de son groupe avec les Debné-k Wé‘ima contre les Modayto peut s’expliquer par le souci de trouver un compromis avec ces derniers où la relance du rôle de l’oasis d’Awsa dans la redistribution du sel entre en ligne de compte.

19Par la suite, le chef de la dynastie Aydâḥisso suscite et appuie une révolte des Kutubla contre les ‘Ablé auxquels ils payaient un tribut annuel. Ces derniers qui ne bénéficient pas de la solidarité des Debné sont battus et éliminés définitivement de la concurrence pour le contrôle des riches pâturages des zones marécageuses de la basse vallée de l’Awash.

  • 17 Celui-ci est le khalife général de la Qadriyya dans la région. C’est par son truchement que cette c (...)

20L’Amoyta Ḥanfaré Aydâḥis pense ensuite à rétablir la suprématie de sa famille sur l’oasis d’Awsa. Pour réaliser cet objectif, ce souverain doublé de stratège militaire comprend les avantages qu’il pourrait tirer de deux facteurs : la supériorité numérique, à une époque où la guerre se fait avec le bouclier et la lance et ses bonnes relations avec les ‘uléma. Ainsi, il commence par provoquer un très grand rassemblement des Modayto autour de sa personne. Ensuite, il s’évertue à tirer profit des relations privilégiées établies avec les ‘uléma d’Awsa et surtout avec le prolixe kabir Ḥamza Maḥmûd al-Awsiyyi17. Ce dernier est également membre du clan dirigeant des Haralla, la plus importante tribu de l’oasis. Il arrive à l’attirer dans son camp après le refus des gens de l’Awsa de sa médiation pour prévenir le déclenchement du conflit.

  • 18 Cette date correspond au 12 Sbawwal 1248 de l’hégire. Elle est donnée par l’auteur anonyme de la Ch (...)
  • 19 Cette date correspondant au 5 Ramadan 1249 est donnée par Didier Morin (2004 : 69) qui se réfère au (...)

21La bataille se produit en mars 183318 dans un champ de lave volcanique. Les gens de l’Awsa sont sévèrement battus. Cette défaite pousse les Haralla à faire amende honorable à leur shaykh, tout en acceptant le payement de tribut sur la récolte à l’Amoyta Ḥanfaré, en guise de reconnaissance de sa suprématie. Les autres tribus, avec en tête la puissante tribu Intégéri, poursuivent la belligérance et s’affrontent de nouveau aux Modayto du sultan Ḥanfaré Aydâḥis le 16 janvier 183419. La bataille a lieu à Darma dans la région d’Alḥaba, dans le sud-ouest d’Awsa, et elle se solde à nouveau par une sévère défaite des sédentaires. A cette occasion, la supériorité numérique joue un rôle clé. Le souvenir de ce désastre constitue longtemps une hantise pour les Awsa, lesquels disent dans leurs prières : Yi Rabbow Darma nel magacsin / Nee hinnay, ni xayloh dabaanal (Seigneur, ne faites revivre Darma ni à nous, ni à nos enfants). Cette bataille consacre la victoire définitive des Modayto sur les sédentaires d’Awsa.

  • 20 Du nom d’une montagne et d’une localité de la région de Kutubla-k Kalo.
  • 21 Celui-ci dont la principale activité portait sur la traite des esclaves était l'agent commercial du (...)

22Après avoir éliminé les Wé‘ima et s’être imposé aux sédentaires d’Awsa, sultan Ḥanfaré profite de la dernière grande bataille à se dérouler sous son règne, passée à la postérité sous le nom de Gafî ‘ébi (la bataille de Gafu)20, pour mâter les Debné. À cette occasion, ses troupes infligent une sévère défaite aux assaillants. Didier Morin (2004 : 70) donne pour cette bataille la date du 25 juin 1852 [7 Ramadan 1268 de l’hégire], et selon lui, son instigateur aurait été Ibrahim Cheḥem21, le père d’Abubakar, le futur « Pacha » de Zeyla‘, lequel y trouve la mort. À la suite de cette attaque, l’Amoyta Ḥanfaré boute les Debné hors de la périphérie sud de la basse vallée de l’Awash.

  • 22 La puissance de la dynastie Aydâḥisso sous son règne est corroborée par les écrits des Européens qu (...)

23En 1856, sultan Ḥanfaré organise une grande réunion de paix générale sous son égide dans le Ḥanlé, regroupant ses concurrents comme ses alliés d’hier pour le contrôle des terres fertiles de l’Awsa. Grâce à la sécurité de la route caravanière sous son contrôle, il récupère le commerce entre l’Abyssinie du sud et centrale et la cité portuaire de Tadjourah dont il tire des revenus importants qu’il utilise pour assurer sa renommée. Il fortifie ses relations avec les ‘uléma d’Awsa mais aussi de la région qui lui donnent le surnom d’al-‘Adil (le Juste). C’est sous son règne que se situe l’âge d’or de la littérature religieuse en langue ‘afar produite par le prolixe kabir Ḥamza Maḥmûd ‘Ali al-Awsiyyi. Il gagne les faveurs de ses administrés pour avoir donné une base solide à l’organisation de son sultanat22. Autant d’atouts qui lui permettent d’exercer son influence sur les autres entités politiques ‘Afar mais aussi au-delà tel que par exemple sur l’Ifat dont le chef ‘argobba est tributaire de son rôle d’intermédiaire commercial entre le Shewa et la côte ‘Afar. Il est le premier Amoyta auquel est donné le nom de règne « Illalta ». Évoquant son décès, l’auteur anonyme de la chronique de l’Awsa écrit :

L’Amoyta Ḥanfaré al-‘Âdil (le Juste) a été rappelé à Dieu dans la nuit du mardi 27 du mois de Ramadan 1277 [8 avril 1861]. On porta son deuil du pays de Raḥayto au pays des Somali-‘Issa, de Ba‘adu au pays de l’Ifat, en Éthiopie. Et tous ces pays étaient sous sa suzeraineté. Il aimait la religion et honorait les religieux (Gamaladdin al-Chami & Hachim Gamaladdin, 1997 : 340).

Notes

1 Il existe une seconde version qui met en relief le rôle de l'épouse de Maské. Celle-ci est irritée par la souplesse de son mari à l'égard de ses cousins qui tuent leur bétail. Elle formule le vœu de mettre au monde un fils capable de défendre les biens de ses parents. Un jour, elle se rend au bord d'une rivière qu'elle sait fréquentée par un lion. Le voyant venir de loin, elle se couche par terre et quand il s'approche d'elle, elle fait la morte. Le lion l'enjambe, va s'abreuver et s'éloigne. Le soir du même jour, elle a un rapport avec son mari et par la suite tombe enceinte.

2 Ce nom dérive du terme awdaḥo, « rugissement » et veut dire « celui qui rugit » sous-entendu « le lion ».

3 Il n’est pas impossible que dorment dans les bibliothèques familiales des écrits historiques, surtout quand on sait que l'oasis d'Awsa fut un foyer intellectuel islamique important dans la région. C'est là qu’il y a 350 ans, le shaykh Ayfaraḥ as-Shafi‘i a transcrit pour la première fois la langue afar en caractères arabes [voir Mobamed Kaddamy, 2003 : 6]. Cette éventualité est renforcée par l'existence d'une chronique relatant les guerres pour l’hégémonie sur l'oasis, attribuée à la famille du kabir Ḥanda [prononciation afar de Ḥamza] Maḥmud Ali al-Awsiyyi dont des extraits ont été publiés dans deux ouvrages récents [Morin, 2004 ; Gamaladdin Chami & Hachim Gamaladdin, 1997]. Morin l’attribue à shaykh Jilani b. ḥajji Ḥanda b. Ḥajji Mahmud b. kabir Ḥamza, mort en 1973. Selon un membre de cette famille, Ayfaraḥ Ḥamza, le shaykh Jilani disait l’avoir recopiée du manuscrit de son père. Entretien avec l'auteur de ces lignes à Addis Abeba, août 2004.

4 Un surnom qui renvoie à la couleur foncée de sa peau.

5 Un village situé sur l'axe de communication Addis Abeba-Asab ou Djibouti. Il est également appelé Diciotto (prononciation : Disbiotto) qui veut dire en italien « dix-huit ». Ce nom vient de Duecento diciotto (deux cents dix-huit) qui lui a été donné par les Italiens dans les années 1930 lors de la construction de la route Asab-Addis Abeba, passant par Bati, dans le Wello parce qu'il se trouve à 218 km de la cité portuaire de ‘Asab.

6 En afar : Nangalta Guraygalih tacee gabaa kee Awsi Kaxxaafôh yacee qido-g girib qarkaytol koo macabta, ce qui veut dire littéralement : « L’alimentation que le défluent de Nangalta fournit à Guraygali et la contribution en maïs que les gens d’Awsa donnent à Kaḍḍâfo vont conduire à ta chute ».

7 En afar : Yallih abto takku duddaah, Kaxxaafoh abto takku duddah.

8 Le frère de Musa Hadno, le chef de ce clan, venait d’être exécuté par ordre de l'imam Salman. Son nom Suḥul, prononcé Zuḥul par les gens de l’Awsa. Ce nom, porté par l'un des vizirs de l'imam Maḥammad Ibrabim « Gâsa » mentionné dans un fragment de la chronique d’Awsa, est transcrit différemment : Zähl, Zihul, Zahal, Zuhal. Cf. Cerulli, 1931 ; Wagner, 1979.

9 Elle était située à proximité du lac Gamarri, également connu par les Afar sous le nom de ‘Ado-bad, un nom générique pour le lac.

10 Yayyo comme Kaḍḍâfo était un surnom avant de finir par devenir un nom propre.

11 L’endroit est depuis appelé Imam Salmaan abuuru qui veut dire « les ruines de la résidence de l’imam Salman ». Didier Morin (2004 : 67) attribue le renversement de la dynastie des imams aux Haralla.

12 Wagner (1979 : 670) donne la date de 1177 (1763/64).

13 Un village sur le corridor ‘Asab-Addis Abeba.

14 Théologiens.

15 En afar : gabat macaxuli qui signifie littéralement : « l'homme à la lance ». Selon le shaykh Ayfaraḥ Maḥammad-Shariff, il a conduit sept campagnes majeures dont deux contre les sédentaires de l’Awsa. Entretien à Aysa‘eyta, le 23 février 2006. Ces informations sont confirmées par Ḥanfaré Ḥando ‘Ali. Entretien à Aysa‘eyta, le 12 mai 2006.

16 Contrairement à ce que laisse croire Mordechai Abir (1968 : 24), le règne de Ḥanfaré Aydâḥis est remémoré, non pas comme celui de la décadence de l'hégémonie Aydâ Ḥisso sur l’Awsa, mais comme celui de son rétablissement et de la refondation du sultanat sur des bases solides. Après Aydâḥis Ḥanfaré dit Data Kaḍḍâfo (Kaḍḍâfo, le Noir), le fondateur de la dynastie, Ḥanfaré Aydâḥis est, selon les propres termes du sultan Ali-Miraḥ, celui qui a donné des bases solides à l’ḥégémonie de la dynastie Aydâḥisso sur l’Awsa. Il est d'ailleurs le premier Amoyta auquel le nom de règne « Illalta » est donné. Pour ce qui concerne notre chronologie, elle diffère aussi de celle donnée par le même auteur et par d'autres tel Kassim Shehim (1982), tant sur la date de la fondation du sultanat d’Awsa que sur les périodes de règne d’Aydḥis Maḥammad et de son fils, Ḥanfaré Aydâḥis. Pour la date de la fondation, nos informations concordent avec celles de Harris (1844, t. I : 235) qui décrit en 1843 l’Awsa comme « la capitale depuis moins d'un siècle des tribus unies des Modayto qui s'étendaient jusqu’au Ras Billool [Beylul] ». Ce dernier tenait ses informations d’Ibrabim Sbebim « Abli » qui n’était pas un Modayto, comme le croit à tort Didier Morin (2004 : 67), mais un sujet du sultanat de Tadjourab, issu de la tribu ‘Ablé. Harris précise en parlant de lui que « sa tribu vient en second rang de la nation Danakil, après celle des Ad‘ali » et qu’il est « très versé dans les chroniques d’Awsa » (1844, t. I : 184).

17 Celui-ci est le khalife général de la Qadriyya dans la région. C’est par son truchement que cette confrérie est passée en Somalie par l’intermédiaire du shaykh Isma’ïl b. ‘Umar al-Maqdasbi, lequel a initié à son tour le shaykh Abd al-Ralḥman ibn Alḥmad al-Zeyla‘i et chez les Oromo des plateaux de Harar, lesquels tous deux le citent dans leur silsila (chaine généalogique mystique). Voir pour les Somali, B.G. Martin (1992 : 30).

18 Cette date correspond au 12 Sbawwal 1248 de l’hégire. Elle est donnée par l’auteur anonyme de la Chronique de l’Awsa pour une guerre du sultan Ḥanfaré, sans plus de précision. Comme il y a eu deux guerres entre les Modayto et les gens d’Awsa sous le règne du sultan Ḥanfaré, celle-ci nous paraît correspondre à la première.

19 Cette date correspondant au 5 Ramadan 1249 est donnée par Didier Morin (2004 : 69) qui se réfère aux notes du shaykh Ḥassan Aḥmad La‘dé. Cet événement n’est pas mentionné par la version de la chronique de l’Awsa publiée par les Gamaladdin (1997). Le mois béni du Ramadan n'est pas une période indiquée pour faire la guerre. La loi religieuse ne prévoit une dispense que dans le cas de la guerre sainte. Cette bataille est donc l'indice d'une régression de la foi musulmane dans cette région, commencée au 17ème siècle, au lendemain de l’échec de la conquête musulmane de l’Abyssinie.

20 Du nom d’une montagne et d’une localité de la région de Kutubla-k Kalo.

21 Celui-ci dont la principale activité portait sur la traite des esclaves était l'agent commercial du roi du Sbewa, Hayle-Melekot, le père de Mïnilïk II. Voir Rubenson (1991 : 164).

22 La puissance de la dynastie Aydâḥisso sous son règne est corroborée par les écrits des Européens qui, vers la fin de la première moitié du 19ème siècle, passent par le port de Tadjourah pour se rendre au Shewa. Ces derniers se basaient sur des informations engrangées auprès de leurs guides ‘Adobyabmara.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr