Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Préface à la première édition

Gérard Prunier

Texte intégral

1L’historiographie éthiopienne s’est concentrée depuis ses débuts sur l’étude des peuples chrétiens des hautes terres. Il a fallu attendre les années quatre-vingt, voire quatre-vingt-dix, pour que des ouvrages comme Imperial Ethiopia’s Southern Marches publié sous la direction de Wendy James et Donald Donham ou The Borderlands of Ethiopia de Richard Pankhurst, viennent attirer notre attention et renouveler notre regard sur ces « marges » dont le rôle dans l’histoire de l’Éthiopie a toujours été beaucoup moins marginal qu’on ne voulait bien le dire. C’est de ce point de vue que le travail d’Aramis Houmed Soulé est remarquable. Ici à travers deux figures d’hommes politiques exceptionnels, le monde ‘Afar se retrouve profondément analysé, montré dans sa complexité (et ses querelles internes) et replacé dans le contexte d'une histoire générale, à la fois éthiopienne et régionale. Rarement l’interdépendance de la Somalie, de Djibouti et de l’Éthiopie et de cette Érythrée aux destins contradictoires n’a été aussi clairement montré, et ceci à deux moments-clés de l'histoire, le « scramble for Africa » de la fin du 19ème siècle et les tourmentes du 20ème, fin de la Seconde Guerre mondiale, guerre froide et révolutions.

2Les ‘Afar, peuple carrefour de la Corne, sont partout et partout leur destin est difficile. Mais ils ne l’acceptent pas passivement, loin de là, et ils négocient âprement ou ils se battent pour garder leur indépendance. Cela revient comme un leitmotiv dans les paroles du sultan ‘Ali-Miraḥ : « Les ‘Afar ont leurs coutumes. Il ne faut pas y toucher sinon, ils se battent ». Il est pourtant loin d’approuver aveuglément tout ce que fait son peuple et certaines coutumes que l’on pourrait qualifier de « sociales » ou de « socio-économiques » lui déplaisent et il tente de les changer, parfois avec succès, parfois sans y parvenir. Mais là où le trait est nettement tiré, c’est au niveau de l’organisation socio-politique globale du monde ‘afar. Cela, on n'y touche pas. Et d’ailleurs (autre leitmotiv) c’est un fonctionnement qui est « démocratique ». Bien sûr pas à l’occidentale (« one man, one vote ») mais à l’Africaine. Les anciens. Les chefs de clans. Les têtes de lignages. Et comme eux-mêmes sont obligés d’obtenir le consensus de leur groupe avant de pouvoir s’exprimer on en arrive à une expression démocratique « filtrée », certainement plus démocratique que ne l’ont été en leur temps les tentatives de suffrage censitaire en France et en Angleterre.

3Il est passionnant de voir comment tout cela s’articule avec le pouvoir éthiopien. Au 19ème siècle, le monde ‘afar traite avec celui-ci non pas d’égal à égal mais de puissance à puissance, même si l’une est plus forte que l’autre. Le monde ‘afar sait qu’il est assez fort pour que ce qu’on appellerait aujourd’hui « la dissuasion du faible au fort » joue pour l’aider à maintenir son indépendance. Sa position géostratégique à cheval sur les voies de communication commerciales vitales pour l’Éthiopie lui fournit des possibilités d’alliance (ou de nuisance) qui garantissent son indépendance. Et lorsque les choses changent, c’est à cause de ses problèmes internes. Les guerres civiles fratricides inter-‘afar qui suivront la mort de Maḥammad Ḥanfaré « Illalta » contribueront plus à détruire la puissance afar que ne l’ont fait toutes les tentatives de prise de contrôle de Yohannïs ou de Mïnilïk. C’est ainsi qu’on passera pour le sultanat d’Awsa du statut d’une petite puissance qui traitait directement avec le trône éthiopien à celui d’un État vassal. Mais la vassalité demeure sourcilleuse et ‘Ali-Miraḥ s’applique de son mieux à garder libre une marge de manœuvre par rapport à Addis Abeba. Le jour où cela ne sera pas possible, avec le Derg, il se refugiera à l’étranger et se lancera dans la lutte de guérilla.

4Nous sommes ici loin de folklore encore aujourd'hui fréquemment colporté sur les ‘Afar, coupeurs de route et coupeurs de testicules. Les personnages qui évoluent sous nos yeux sont certes loin d’être des anges (leur propension à l’assassinat pour régler les problèmes politiques est assez impressionnante) mais ils sont rationnels dans leur contexte et d’une étonnante fortitude. Après avoir lu ce livre, on plaint ceux qui seraient tentés de les réduire politiquement ou militairement. Et leurs seuls « vrais » ennemis (mais cela on ne parle guère ici) ce sont ces Somali-‘Isa avec lesquels ils partagent bon gré mal gré le territoire djiboutien et avec lesquels ils ne cessent de se battre dans l’Awash. Pour qui cherche à comprendre ces guerriers d’un autre âge qui évoluent très bien dans le nôtre, le travail d’Aramis Houmed Soulé offre une porte d’entrée sans concessions. Il faut d’emblée comprendre les jeux généalogiques, les problèmes pastoraux, une géopolitique très rude et des affrontements qu’atténue juste la légendaire courtoisie des nomades. Celui qui n'est pas tué est reçu comme un prince. À lire Aramis, on comprend mieux la fascination des écrivains, de Kessel à Romain Gary, et de Wilfred Thesiger à Henry de Monfreid pour ces hommes d’une forte trempe capables de défier le destin avec un détachement d'aristocrates. Leur histoire est un roman mais avec cet avantage fascinant d’être vrai.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr