Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre 7. Maisons et palais

Texte intégral

1La plupart des villes d’Arabie du Sud comporte un certain nombre de bâtiments assez semblables autant par leur aspect extérieur que par leurs techniques de construction. Si ces bâtiments anciens sont encore visibles de nos jours, ils sont souvent érodés, détruits ou couverts de débris et dépourvus de leurs superstructures originelles. Les fouilles de Shabwa, de Tamna‘ et de Raybûn démontrent, de façon convaincante, que ces soubassements de pierre soutenaient des ossatures de bois. Assemblées de manière régulière, elles formaient des cadres bourrés de matériaux divers, de terre et de brique crue. L’assemblage des sablières et des poteaux formaient ainsi un premier cadre, haut de 1,50/1,60 mètre et de 0,60/0,70 mètre de large ; surmonté d’un second de même dimension, l’ensemble formant ainsi un premier niveau haut de 3 mètres environ.

7.1. Identification des bâtiments

2Si ces bâtiments présentaient vraisemblablement des techniques de construction et des plans – voire même un aspect extérieur – assez similaires, leur identification nécessite d’établir les critères permettant de distinguer les maisons des sanctuaires.

3On pourrait dans un premier temps s’en tenir à l’organisation du rez-de-chaussée. Dans les maisons, l’escalier extérieur menait à un couloir central et axial qui ouvrait sur des pièces disposées de part et d’autre de celui-ci. L’escalier intérieur menant à l’étage pouvait être situé soit à l’extrémité de ce couloir soit latéralement dans une cage aménagée au lieu d’une pièce. À l’inverse, le rez-de-chaussée d’un sanctuaire devait comporter une vaste salle hypostyle supportée par des rangées de poteaux, une ou plusieurs cellae et parfois un autel (central ou latéral). Un escalier intérieur devait parfois permettre aux prêtres ou aux fidèles de rejoindre un toit en terrasse. Dans les deux cas, les techniques de construction avec des ossatures de bois sont tout à fait semblables. En outre, la présence d’un petit matériel cultuel, comme des autels à encens ou des statuettes votives, ne peut définitivement prouver l’existence d’un sanctuaire, des demeures privées peuvent en être pourvues.

  • 1 Breton 1998b : 49-48.
  • 2 Sedov insiste pour considérer le bâtiment n° 72 comme le temple de Dhât Zahrâ, le n° 73 comme « l (...)

4Les fouilles entreprises à Shabwa ont très vite révélé la difficulté d’isoler des critères pertinents pour distinguer les maisons des sanctuaires. Le bâtiment n° 72 (fig. 71) ne peut être considéré comme un temple, compte-tenu de l’organisation de son rez-de-chaussée : il compte un vaste couloir central, de petites pièces latérales, et un escalier central menant à l’étage, mais ne comprend ni salle hypostyle ni cella ni podium1. L’inscription « La maison Yafa’am » trouvée dans les parages ne peut – il est vrai – constituer un critère décisif d’identification2. A l’inverse, avec sa cour centrale entourée de portiques, ses séries de pièces adjacentes, sa citerne, le bâtiment n° 74 ne connaît guère de comparaisons possibles ni avec les temples du Hadhramawt ni avec les maisons-tours.

  • 3 D’après les travaux menés par ces archéologues italiens, les caractéristiques du temple de Nakrah (...)

5A Tamna‘, dans les années 1990, les archéologues italiens ont fouillé des puissants soubassements de pierre similaires tout autour de la place du marché. Bien qu’ils assurent que ceux-ci correspondent bien à des maisons, ils reconnaissent que le terme sudarabique « bayt » pose néanmoins problème : celui-ci pouvant désigner une maison comme un temple. C’est ainsi qu’ils tentent des comparaisons entre le temple de Nakrah à Barâqish et les maisons de Tamna‘ ; l’escalier extérieur axial, le couloir longitudinal et les divisons latérales appartiendraient, selon eux, autant à l’architecture civile que religieuse3.

7.2. Les maisons-tours

  • 4 Darles 1992 : 110.

6Il convient de rappeler brièvement les techniques de construction mises en œuvre pour les maisons et leur aspect extérieur. Il s’agit de socles d’une hauteur de deux à quatre mètres qui servaient de base à l’édifice d’habitation proprement dit (fig. 7.2). Ils sont constitués d’un mur d’enveloppe extérieur et d’un quadrillage à l’orthogonale de murs de refends. Dans le cas de bâtiments aisés, le mur du soubassement est souvent en appareil régulier. Quant aux murs intérieurs, ils sont bâtis en blocs de tout-venant légèrement dégrossis. Ces soubassements, mesurant en moyenne 11 à 12 mètres, et comportent de 10 (socle 65) à 34 caissons (socle 52). Ils se présentent sous la forme de parallélépipèdes droits montés en assises4 maçonnées en grand ou moyen appareil, leurs fondations consistant en une ou deux assises de gros blocs en léger débord. De tels socles sont attestés sur la plupart des sites antiques d’Arabie du Sud comme Mashgha, Raybûn, Hinû as-Zurayr, as-Sawdâ’ Tamna‘, et représentent les fondations surélevées de maisons élaborées selon des principes constructifs similaires.

  • 5 Darles 1992 : 87-88, fig. 4 et 5. Le bâtiment central A du palais royal a lui-même été fracturé en (...)
  • 6 Cas des rares bâtiments fouillés au-dessous de leurs fondations.

7L’importance de ces soubassements, comme le soin mis dans leur édification, semble répondre à la nature du sol. La superstructure de ces maisons devait être trop lourde pour des terrains limoneux ou sableux ou comme à Shabwa pour un sol saturé de sel. Des tassements différentiels, souvent liés aux activités sismiques ou à la présence de sel dans le sol (à Shabwa), apparaissent à plusieurs endroits, le plus caractéristique étant celui de la maison 565. Sans doute pour atténuer ces effets, les soubassements reposent parfois sur d’épaisses semelles d’argile ou sur des massifs en brique crue6. Ces socles imposants paraissent pourtant être une réponse démesurée à ces risques : des soubassements similaires – sur les hautes terres notamment – sont fondés sur des terrains plus compacts voire même directement sur la roche.

8Ce constat pousse à prendre en compte d’autres raisons culturelles, voire symboliques. Dans cette perspective, surélever sa demeure et y avoir un accès à plusieurs mètres au-dessus du sol pourrait aussi correspondre à un souci de protection, en cas de guerre par exemple. Il faut donc admettre que le choix des modèles architecturaux dépendait aussi probablement de la richesse des individus et de leurs statuts dans la société.

7.2.1. Les superstructures

9Ces socles servent de fondations à des élévations constituées, dans le cas de maisons aisées, d’ossature de bois avec un remplissage de brique crue. La disposition des murs du rez-de-chaussée reproduit à l’évidence la trame des murs du soubassement.

10Étudions maintenant en détail l’organisation du rez-de-chaussée. Dans les maisons de Shabwa, l’escalier extérieur, accolé contre da largeur du socle, ouvre indirectement sur un couloir central axial parallèle à la longueur de celui-ci. La largeur du couloir varie de 2,50 mètres de large (bâtiment n° 52), à 2,10 mètres dans le « palais royal », à 2,10 mètres (bâtiment 72) et à 1,90 mètre (bâtiment 85). Dans les maisons plus petites, on compte 1,70/1,75 mètre pour les maisons I et Κ de Mashgha et 1,45 mètre pour la maison J de Mashgha. Dans tous les cas la largeur du couloir correspond à la largeur des murs en fondation.

  • 7 Seigne 1982 : 23-24.

11Ce couloir ouvre sur des pièces latérales. Dans le palais royal de Shahwa (fig. 7.3) on compte 6 pièces étroites (de 1,50 à 2,20 mètres de large). Quelques-unes sont subdivisées par un mur, tandis que certaines reliées entre elles par des portes. La pièce la plus large, de 4 mètres de côté, comporte un pilier central de brique pour soutenir son plafond. Des seuils parfois élevés séparent ces pièces, certains s’élevant jusqu’à 1 mètre au-dessus du sol. Des seuils aussi élevés donnent accès à de petites pièces parfois munies d’un bassin de pierre ou de terre. De tels seuils ont été fouillés dans la maison A de Yalâ et dans les maisons I, J et Κ de Mashgha où l’on note un seuil haut de 1,40 mètre précédé sans doute de marches7.

  • 8 Seigne 1992 : 137.
  • 9 Dostal 1983 : pl. IV et V.
  • 10 Dostal 1983 : pl. IV et V.

12Il ne fait plus aucun doute que ces socles de pierre étaient surmontés de murs faits d’une ossature de bois régulière (fig. 7.4 et 7.5). Les charpentes des étages délimitent des cadres réguliers bourrés de brique, le plus souvent recouverts d’un enduit lissé à la maison (maisons de Mashgha, de Raybûn, etc.). Dans le cas du « palais royal » de Shabwa et de quelques bâtiments de qualité (ex. : n° 52), les façades extérieures étaient recouvertes de grandes dalles de pierre, décorées d’un piquetage imitant celui de l’appareil régulier du socle8. Des fenêtres étaient aménagées dans ces cadres et peut-être même des lucarnes en albâtre. Le grand nombre d’ardoises retrouvées surtout au pied du socle du « palais royal » permet sans doute d’en restituer au sommet une ou plusieurs lignes, inclinées comme dans certaines maisons du ‘Asîr910 – en Arabie Saoudite –, dans ou dans certains églises du Tigray. Elles servaient à éviter le ruissellement des eaux de pluie le long des façades.

  • 11 Panneau déposé au Musée de l’Université du roi Sa’ûd (KSU) à Riyadh. Routes d’Arabie 2010 : 341

13Au moins deux panneaux peints permettent de restituer l’aspect extérieur de ces maisons. Le premier d’entre eux provient de Qaryat al-Faw11. Il représente une maison-tour peinte en couleurs vives, comprenant (de bas en haut) un socle en pierre, un escalier accédant au rez-de-chaussée, deux portes (dont l’une avec un personnage franchissant l’une d’entre elles), un étage de bois à croisillons, une première rangée de fenêtres avec des bustes de personnages, un autre étage en bois, deux rangées supérieures (une demi-rangée et une entière) de fenêtres avec d’autres bustes et au sommet des terrasses en retrait les unes par rapport aux autres avec des inscriptions, des merlons et des ibex à chaque angle (fig. 7.6).

  • 12 Ali Al-Salami 2012 : 93-95.

14L’autre représentation, à Jarf al-Yahûdî, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Sanaa, montre au moins quatre puissantes maisons-tours avec des étages à ossatures de bois, couronnées soit de merlons soit de terrasses supérieures en retrait les unes par rapport aux autres12. Ces maisons encadrent des tours comportant de hautes arches surmontées d’étages, semble-t-il en bois, couronnés de merlons.

7.2.2. Fonctions

  • 13 Doc & Serjeant 1975.
  • 14 Breton & Darles 1980 : 84
  • 15 Dostal 1983 : 100.

15Compte tenu de ces dispositifs architecturaux, il est évident que ces pièces du rez-de-chaussée sont trop exiguës pour constituer des pièces d’habitation. Elles étaient donc destinées à remplir d’autres fonctions et pouvaient par exemple servir de réserves. On ne peut qu’établir des comparaisons avec l’organisation du rez-de-chaussée des maisons traditionnelles du Yémen muni d’une série de réserves de toutes sortes (grain, débarras, etc.). Cependant, des pièces du second étage peuvent avoir parfois des fonctions similaires13. Les pièces du rez-de-chaussée pouvaient aussi servir d’étable, à l’instar des maisons-tours de Najrân et du Hadhramawt où le bétail y était parqué, en temps de paix14 et surtout en cas de guerre15.

16Le couloir longitudinal mène en général à un escalier. Dans le cas du palais royal de Shabwa, les volées de marches sont insérées dans les murs, à chaque extrémité, l’une dans le noyau central maçonné, l’autre dans les ossatures de bois des murs. En Hadhramawt, à Raybûn, toutes les maisons comportent de tels escaliers de brique soutenus par des poutres. Seule la maison n° 72 de Shahwa comporte un escalier de pierre, probablement tardif. En définitive, une circulation verticale dans la maison, aménagée dans des cages d’escaliers superposées, permet des hauteurs importantes.

  • 16 Akopjian 1995 : 69-74, fig-65 (Raybûn : axonometry of house RAY-1-5).
  • 17 Kozhin 1995 : 336, fig. 5 et Vinogradov, 1996, pl. LV.

17Le site de Raybûn ne compte pas moins d’une trentaine de maisons au socle de pierre et à ossatures de bois, édifiées entre le Ve et le Ier siècle avant notre ère. Quatre ou cinq d’entre elles ont été fouillées par la mission archéologique russo-yéménite. Deux de ces maisons résument les principales caractéristiques de ce site. Large de 10,30 mètres et longue de 12,80 mètres, la maison RAY-1-5 (fig. 7.7) comporte un socle de pierre d’une hauteur de 4 mètres, divisé en quatre murs longitudinaux déterminant l’organisation du rez-de-chaussée16. Large de 1,75 mètre et ouvrant sur quatre pièces de chaque côté, le couloir central mène à un escalier axial en pierre. Quant à la maison RAY-1-2 (fig. 7.8) – 9,25 mètres sur 10 mètres –, elle montre un couloir central ouvrant sur trois petites pièces au sud et sur deux au nord17.

  • 18 Darles 1998 : 9-10, fig. 4.
  • 19 Breton 1998 : 49-55. Cet édifice peut évoquer la galerie encadrant le temple de Sayîn dhû-Mayfa’ân (...)

18Il faut toutefois considérer certaines maisons édifiées selon des plans plus complexes. A Shahwa, l’édifice 96 compte deux corps de bâtiments symétriques ordonnés autour d’une cour centrale18. Quant au bâtiment 74 ordonné autour d’une cour centrale entourée d’un portique sur trois côtés, il compte des pièces disposées en arrière et des installations hydrauliques (citerne et canalisations). Dépourvu de tout escalier, il ne devait pas comporter d’étages19.

  • 20 Benoist & Mouton 2005 : 65-66, et fig. 8-10.

19À Makaynûn, l’édifice A (long de 30 m et large de 25 m) compte 40 pièces disposées autour d’une cour rectangulaire. Dans son premier état, il comportait 11 séries de deux ou quatre pièces, séparées par d’épais murs et communiquant entre elles. Suite à des remaniements, il ne comptait plus que 11 pièces rectangulaires (de 7,70/8 mètres sur 4,20/5 mètres). Ce bâtiment qui ne peut être antérieur au IVe siècle avant notre ère, pourrait remplir une fonction administrative (?)20.

7.2.3. Les maisons axoumites

20Rappelons tout d’abord les techniques de construction. Tous les édifices civils comportent des soubassements de pierre, hauts de 2 à 4 mètres, dont les murs intérieurs forment une trame régulière servant de fondations aux superstructures. De nombreux socles présentent des rentrants et des saillants, le plus souvent aveugles, munis de fenêtres dans un seul cas. Les façades de ces socles, montées en petit appareil polygonal, montrent des retraits réguliers de l’ordre de 5 centimètres, tous les 40-50 centimètres (fig. 7.9 et 7.10). Ces soubassements sont flanqués d’escaliers extérieurs, longitudinaux ou perpendiculaires par rapport aux façades, leur palier supérieur pouvant être abrité par un auvent de bois (Matarâ, maison B) (fig. 7.11).

  • 21 Anfray & Annequin 1965 : 54.

21La grille des murs du socle détermine l’organisation du rez-de-chaussée. Comme dans l’architecture sudarabique, les murs de celui-ci ont été détruits par les incendies ou par l’érosion. Dans certains cas, des piliers de bois ont été disposés soit sur la tête de ces murs pour agrandir les pièces, soit sur des piles de maçonnerie édifiées dans les caissons21 (fig. 7.11). Le rez-de-chaussée comporte enfin un ou plusieurs escaliers installés dans les pièces d’angle (comme ce pourrait être le cas dans le grand monument de Tamna‘).

  • 22 Krencker 1913 : 7.
  • 23 Krencker 1932.
  • 24 Van Beek 1967 : 113-112.
  • 25 Pour Grat Beal Guebri/Yeha, voir chapitre ?.

22Les superstructures étaient composées, semble-t-il, d’une ossature de bois que, pendant longtemps, les archéologues ont eu beaucoup de peine à restituer. Dès 1913, D. Krencker avait pourtant restitué ce type de construction s’appuyant notamment sur les techniques traditionnelles axoumites22 et avait également établi des comparaisons significatives avec le décor des grands monolithes d’Axoum. G. Van Beek et D. Krencker23 devaient aboutir aux mêmes conclusions, en étudiant les motifs décoratifs sudarabiques sur des stèles ou des bas-reliefs24. Modillons, pseudo-boutisses et panneaux encastrés dits à « fausses fenêtres » s’inspirent directement d’une architecture en bois commune aux deux côtés de la mer Rouge25.

23Évoquons ensuite les formes architecturales. Les recherches archéologiques ont révélé l’existence de maisons au soubassement de pierre surmonté d’étages formant des volumes cubiques d’allure militaire, proches des maisons-tours sudarabiques.

  • 26 Anfray 1963 : 94-97.
  • 27 Anfray 1967 : 95.

24Seules quelques maisons de ce type ont été fouillées, notamment à Matarâ de 1959 à 1963. La construction principale comporte un socle (de 12,60 m sur 11,20 m) à saillants et rentrants, conservé sur 2 mètres de haut (fig. 7.12). Ce soubassement comporte des murs liaisonnés à l’orthogonale servant de fondations aux murs supérieurs. On y accède par trois escaliers latéraux ou axiaux ouvrant sur des pièces carrées peu spacieuses ; la pièce d’angle (C) est munie d’un escalier de huit marches, menant à l’étage26. F. Anfray suggère que les pièces du rez-de-chaussée n’étaient « certainement pas destinées à l’habitation à ce niveau »27. Profonde de 1, go mètre et fermée par une trappe de bois, la salle F, pouvait servir de réserve (et non de cachot). Les salles E, H, G et B profondes de 2,40 à 2,70 mètres, pouvaient avoir une fonction domestique ce qui laisserait supposer que les caissons du socle n’auraient jamais été bourrés de terre.

  • 28 Anfray& Annequin 1965 : 51-53.

25L’édifice central de la maison B de Matarâ, de 17,50 mètres de côté, se compose lui aussi d’un puissant socle d’appareil régulier, aux murs intérieurs perpendiculaires, déterminant sept grands caissons et quatre petits profonds de 3 mètres. Trois escaliers extérieurs, axiaux ou accolés à l’une des façade, déterminent les axes de circulation internes. Ce socle était surmonté à l’origine d’au moins un étage auquel on accédait par des escaliers intérieurs logés dans les angles28 (fig. 7.13).

  • 29 Gajda & Dugast 2013.

26À Wakarida, le bâtiment B2 (en cours de fouille par la mission française29) est édifié sur un plan presque carré, de 13,40 sur 12,40 mètres, aux angles renforcés par des saillants peu marqués. L’intérieur compte une série de pièces ordonnées autour d’une pièce centrale, les quatre pièces d’angle étant carrées. Au milieu de deux pièces, des piles maçonnées peu élevées devaient soutenir des poteaux de bois.

  • 30 Phillipson 1998 : 86.

27Entre 19955 et 1996, des maisons ont été fouillées à Axoum, au nord de la ville. Bâties en petit appareil de moellons, elles ne semblent ni fondées sur de hauts soubassements ni comporter des superstructures en bois30. La zone nord montre un complexe fait de maisons et de cours extérieures, le tout ayant fait l’objet de nombreuses réoccupations. Datées du VIe siècle, ces maisons semblent plus aisées que celles de Matarâ mais le matériel retrouvé n’est guère significatif.

7.3. Maisons et inscriptions

  • 31 Jamme 1958 : 184-189.
  • 32 Jamme 1958 : 190-191.

28Par chance, de nombreuses dédicaces sudarabiques décrivent certaines pièces ou parties de bâtiments. C’est ainsi que les deux dédicaces de la construction de la maison Yafash à Tamna‘, Jamme 118 et Jamme 119, mentionnent la construction de « boiseries » (?) (hṭb), de « salle de réception » (ms3wd), de « pièces supérieures » (?) (ṣrḥt), de « galeries » (?) (siqf), à en croire les traductions proposées ici31. Une autre inscription en provenance du même site, Jamme 12132, rapporte l’édification des « boiseries » (?) (hṭb) et des « pièces supérieures » (ṣrḥt) de la maison Yarish (fig. 7.14).

  • 33 Maraqten 2013 : 73-76.

29Une autre inscription en provenance de Hinû az-Zurayr mentionne la construction et l’achèvement de la maison Mayfa’um, de toutes ses pièces inférieures et supérieures, de ses fenêtres et de ses terrasses, confirmant ainsi la pleine propriété de Tawâb, fils de Ḥâḍirum (Inscription ḤZ-M 1)33.

30Toutefois, ce sont surtout les dédicaces de construction des maisons bâties sur les hauts plateaux à l’époque himyarite qui permettent le mieux de restituer l’aspect de ces maisons-tours antiques. Une inscription de Nâ’it, Iryâni 71, datée du Ve siècle de notre ère, rapporte ainsi la construction de la maison Hislâhân par plusieurs seigneurs, de leur « maison des hôtes » (?) (mḥwl) Yaghûl, de leur salle d’audience (mḥrb) Muddat et de leur galerie (siqf) Kawkabân. De ces zones escarpées proviennent aussi les rares textes mentionnant le nombre d’étages : « six niveaux avec six étages » (texte DJ Ε 12), « quatre étages » (texte Glaser 1539/5) à Baynûn ou encore « six étages » (texte Griaznevich 27) à Zafâr. Il est intéressant de souligner que ces textes sont datés des IIIe-Ve siècles de notre ère, une période qui pourrait constituer l’apogée de ce type d’habitat.

31Pour avoir une idée des décors extérieurs des maisons, on peut évoquer le texte de fondation du château Harj à Zafâr daté de 457/462 :

323 – ... a construit, posé les fondations et réparé son palais Harjum depuis ses fondations jusqu’au f(aî

334 – te), a refait les enduits (?) avec sa chaux vive (?) en façade, a disposé pour le compléter le portique (ou le toit) supérieur,...

345 – ... en pierres équarries (?), les fenêtres supérieures en albâtre...

  • 34 Faris 1938 : 17-18.
  • 35 Bonnenfant 1995.

35Al-Hasân al-Hamdâni, un historien yéménite du XIe siècle, se plaît à souligner les décors de bois et les différentes pierres précieuses du château de Kawkabân ou les jeux de pierres de couleurs variées du château de Ghumdân : «  C’était un édifice carré dont le premier (étage) était fait de pierres blanches, le deuxième de noires, le troisième de vertes et le quatrième de rouges. Au sommet il y avait une pièce munie de plusieurs fenêtres, aux cadres de marbre blanc et aux huisseries d’ébène, et des rideaux de soie34. » Ce goût pour la polychromie se retrouve de nos jours dans la mise en œuvre des grandes maisons de Sanaa35.

7.3.1. Nature et fonctions des maisons

  • 36 Pirenne 1990 : 72.

36Les maisons ci-dessus décrites servent avant tout de résidence à des personnages aisés. Ces édifices supposent des moyens financiers appropriés, destinés à se procurer les matériaux, à les extraire, les transporter et à les mettre œuvre. De la part des commanditaires des travaux, cette concentration financière implique des ressources importantes aux mains de propriétaires terriens ou de commerçants. Les inscriptions de la ville en témoignent : ce sont des membres influents des tribus qui se bâtissent de grandes maisons et qui en commémorent l’édification par une dédicace. Un exemple suffit : le texte S/77/Mahdi36 à Shabwa qui se lit ainsi (fig. 7.15) :

  1. RF’N, fils de Shsy, et Y‘L, fils de ‘GWTM et Nimrum et ‘Ilisarah et Marṭadum
  2. et Malkan, les fils de RF’N ont fondé et déclaré possession de leur maison Yafad, par la grâce de leur seigneur
  3. Sîn dhû Ilim et par la grâce et l’ordre de leur seigneur ‘ll‘ad Yaluṭ, roi de Hadhramawt,
  4. fils de ’Amdahar, et Dġʃrt, fils de Mkydn, des habitants de Shabwa, a exécuté et fait l’ouvrage.

7.4. Les palais

37Il semble que les architectes sudarabiques disposaient d’un nombre réduit de formules architecturales. L’une d’entre elles, la maison accolée à une cour, aurait été utilisée tant pour les bâtiments religieux que civils. Cette formule aurait été mise en œuvre dans de petits édifices de Saba’ et du Hadhramawt puis se serait postérieurement diversifiée dans des bâtiments plus complexes. Parmi ces grands bâtiments associant une cour entourée de portiques et un édifice latéral élevé, il faut mentionner le temple de Bar’ân à Mâ’rib, le grand monument (dit TT1) de Tamna‘ et le palais royal de Shabwa.

7.4.1. Le temple de Bar‘ân à Mâ’rib

  • 37 Schmidt 1997 : fig. 17-25.

38Large hors-tout de 62 mètres environ (nord-sud) et long de 75 mètres, le temple Bar’ân à Mâ’rib (fig. 7.16) comporte tout d’abord à l’est un édifice, dénommé A (de 19,50 m sur 27,50 m), haut de plus de 4 mètres. Il compte quatre structures emboîtées dont seule la plus tardive est connue (datée des IXe-Ve siècles avant notre ère)37. Pour accéder au rez-de-chaussée de cet édifice, un escalier monumental aboutit à un propylône de six piliers, hauts de 8,30 mètres, ouvrant sur l’intérieur du bâtiment. À l’ouest, en contrebas, se trouve un autre bâtiment en forme de U, dénommé Β (de 36,50 m sur 31,50 m), encadrant une vaste cour, entourée d’un portique ouvrant sur des pièces, à laquelle on accédait par une porte située à l’ouest. À l’origine, le bâtiment était donc orienté est-ouest.

  • 38 Schmidt 1997 : 22, fig. 21.

39Le bâtiment A comporte un propylône (fig. 7.17) ouvrant sur un porche menant à une petite cour centrale entourée de portiques sur deux côtés ; au centre, s’élève un adyton rectangulaire abritant une statue de bronze, deux autels en pierre, et la statue du donateur38. Les portiques latéraux comptent deux rangées de piliers monolithes supportant des architraves de pierre et une toiture de pierre. Ce type d’édifice s’impose comme un temple, assez similaire aux sanctuaires de Masâjid et d’Athtar d’as-Sawdâ’.

7.4.2. Le « grand monument » de Tamna‘

  • 39 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 55-72.

40Une formule similaire a été adoptée pour le « grand monument » de Tamna‘, dit TT1’39 (fig. 7.18). Orienté selon un axe est-ouest, il se compose de deux ensembles adjacents. Le bâtiment oriental (dit A) comporte un soubassement trapézoïdal, haut de 10,30 mètres, long de 32,50 mètres (du côté est) et large de 23,30 mètres (du côté sud). À l’ouest, se trouve le bâtiment (dit H), en forme de U, long de 36,70 sur 24 mètres, composé d’une cour centrale entourée d’une série de pièces précédées d’un large portique sur trois côtés. La cour rectangulaire (de 17,10 m sur 12,25 m) se situe à plus d’un mètre en contrebas du rez-de-chaussée du bâtiment A auquel on accède par quelques marches puis par un propylône soutenu par huit piliers.

  • 40 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 45 (référence à Swauger 1956 : 88).
  • 41 On trouve le même dispositif du côté nord du rez-de-chaussée du palais royal de Shabwa.
  • 42 À titre de comparaison, on peut mentionner un escalier dans l’un des bastions du monument de Grat (...)

41Ainsi la formule architecturale de Tamna‘ n’est-elle pas ainsi sans rappeler celle du temple de Mâ’rib. Toutefois, le rez-de-chaussée du bâtiment de Tamna‘ ne comporte ni cour centrale muni de portiques ni autel ni podium ni adyton. Selon les fouilles de 1950, ce rez-de-chaussée ne possède qu’un couloir central ouvrant sur de nombreuses pièces latérales. Ces pièces, très étroites (moins d’un mètre de large), sont séparées par des murs épais d’un mètre. Un tel rapport entre l’épaisseur des murs et la largeur des pièces ne peut s’expliquer qu’en fonction des lourdes charges des étages supérieurs. Dans certaines parties du bâtiment, il existe en outre des bases de pierre d’un mètre de côté qui constituent des éléments séparés dans les murs40. II est donc probable qu’une ligne de bases de piliers se trouvait du côté est seulement, constituant des pièces soutenues par des piliers41. En définitive, le rez-de-chaussée de cet édifice comportait toute une série de pièces, les unes à l’est disposées longitudinalement par rapport à l’axe du bâtiment et les autres perpendiculairement au couloir central. Toutes ces pièces du rez-de-chaussée correspondent approximativement à celles qui se trouvaient au premier étage auxquelles on accédait par des escaliers situés soit dans l’axe du couloir central soit aussi en sus dans les angles42.

42Accolé à la face ouest du soubassement (A), le bâtiment occidental (B), mesure hors-tout 36,70 mètres (nord-sud) sur 25,80 mètres (estouest). Son côté sud-est, approximativement aligné sur celui du bâtiment A, tandis que son côté nord déborde de 7,50 mètres de l’alignement du socle A. Ce bâtiment B, en forme de L, comporte un ensemble de pièces précédées de portiques délimitant une cour centrale. On accède à cet ensemble par un escalier monumental situé au nord (fig. 7.19) et par un petit escalier, situé dans une niche au sud.

  • 43 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 52.
  • 44 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 51. Il s’agit de caissons bourres de matériaux divers serva (...)

43La cour centrale est donc entourée d’un portique sur trois côtés et de la face ouest du soubassement A. Elle était recouverte de grandes dalles de calcaire assemblées avec grand soin et portant par endroits des marques de tailleur de pierre43. Tout autour, un portique de largeur inégale (de 1,80 m au sud à 3,90 m à l’ouest) ouvrait en arrière sur une série de pièces dont certaines, fouillées en profondeur (jusqu’à 3 m) ont été appelées « magasins » ou «  storerooms »44. Ainsi, avec son bâtiment central à étages et sa cour d’accès, le grand monument de Tamna‘ évoque davantage un palais qu’un temple ; les comparaisons avec le « palais royal » de Shabwa ne peuvent que conforter sa destination civile.

7.4.3. Le « palais royal » de Shabwa (fig. 7.20-7.22)

  • 45 Seigne 1992 : 127.
  • 46 Seigne 1992 : 113-127.

44Le palais royal de Shabwa constitue un autre exemple de cette formule architecturale, bien attestée dans les grands édifices (fig. 7.21). Dès l’origine, cette imposante construction compte deux bâtiments principaux (A et B) implantés autour d’une vaste cour dallée45. Le bâtiment A, au sud, se présente comme un puissant soubassement (de 22,30 m sur 19,80 m) couronné de vestiges de ses murs, faits d’une ossature de bois et d’un remplissage de brique crue (fig. 7.20). Son rez-de-chaussée domine la cour dallée de plus de 3 mètres de haut, un escalier monumental de pierre permettant de relier les deux ensembles46. En forme de U, le bâtiment Β mesure 32,50 mètres du nord au sud sur 38,50 mètres d’est en ouest, débordant ainsi le bâtiment précédent de part et d’autre. Les trois corps de bâtiment, de même largeur (5 m), étaient précédés côté cour par un portique simple à l’est et à l’ouest et double au nord. Le plan des pièces situées en arrière de ces portiques ne se reconnaît plus que dans l’aile ouest et à l’extrémité sud de l’aile est ; partout ailleurs le bâtiment a été rasé jusqu’à ses fondations.

45Au nord, l’accès au socle se fait par un escalier monumental dont il ne reste que les fondations. Il menait à un vaste proche logé dans un renfoncement de la façade. Ce porche donne sur un couloir axial, large de 2,10 mètres, qui se termine par la cage d’escalier menant aux étages. De chaque côté du couloir s’ouvrent six longues pièces (de 1,50 m à 2,20 m de large), parfois divisées en deux par un seuil ou une cloison, qui communiquent entre elles par d’étroits passages. Au sud, trois petites pièces sont aménagées de part et d’autre de la cage d’escalier, parallèlement à l’axe du couloir, communiquant entre elles par d’étroites portes en enfilade. Comme la trame des murs visible de nos jours ne correspond pas toujours à celle des murs de fondation, on ne peut que supposer une reconstruction quasi générale des murs du rez-de-chaussée (probablement au IIIe siècle de notre ère) (fig. 7.20).

46En forme de U, cette vaste construction, compte trois corps du bâtiment, d’une largeur de 5 m, précédés par des portiques, simples devant les ailes ouest et est, et double devant l’aile nord. L’aile ouest comporte, quant à elle, plusieurs pièces qui communiquent entre elles par des portes alignées nord-sud. Entièrement dallé à l’origine, le portique proprement dit, comporte une série de bases disposées à intervalles réguliers. Dans le sens de la largeur (est-ouest), le portique comprend des bases de pierre disposées à intervalles réguliers encadrant une double marche, et en arrière un dallage puis une banquette de pierre précédée d’une marche.

  • 47 Soigne 1992 : 143-145.

47Après une première destruction au début du IIIe siècle, le bâtiment B, est reconstruit sur ses fondations. Il comporte alors les installations susmentionnées, certaines pièces de l’aile ouest étant toutefois entièrement réaménagées (fig. 7.22). En outre, tout cet édifice est surélevé d’un étage auquel on accède désormais par deux escaliers symétriques situés dans les angles de la cour. Au rez-de-chaussée du corps de logis occidental, l’aménagement d’un escalier implique une réorganisation des circulations dans cette aile du portique. Le portique est alors couvert par une galerie de circulation à l’étage, soutenue par des piliers octogonaux de bois reposant sur les dés de pierre du portique47. La galerie de l’étage ouvre sur la cour centrale par des fenêtres munies chacune d’un meneau central de pierre surmonté d’un chapiteau (voir chapitre 7). On peut supposer que ce décor architectural a été exécuté vers le milieu du IIIe siècle.

7.5. Les palais du Tigray : de Yeha à Axoum

7.5.1. Le bâtiment de Grat Beal Guebri/Yeha (fig. 7.23)

  • 48 Ce bâtiment a été partiellement fouillé par F. Anfray ; voir Anfray 1997.

48Ce bâtiment48, de dimensions considérables (48,50 m de façade) est en cours de fouille par une mission allemande. Il s’impose par son développement et son histoire comme l’un des édifices civils les plus importants du Tigray antique. Les travaux récents permettraient de le dater du VIIIe siècle avant notre ère.

  • 49 Anfray 1997 : 14-18.

49Il comporte un soubassement de pierre, haut de près de 9 mètres, comportant des murs intérieurs disposés à l’orthogonale délimitant des caissons, formant radier. Ce socle est précédé au sud par un escalier monumental de 25 marches environ, menant à un dispositif d’entrée fait d’une maçonnerie soutenant 6 piliers monolithes. En arrière, se trouve un porche barlong de dimensions moindres ouvrant, par quelques marches, sur un couloir central. Il distribue un certain nombre de pièces dont les murs reposent sur des fondations de maçonnerie brutes délimitant des caissons. Certains d’entre eux ont été fouillés, jusqu’à 3,50/4 mètres de profondeur49. La puissance du soubassement permet de restituer un certain nombre d’étages auxquels on accédait soit par une cage verticale d’escalier située au nord-ouest, soit éventuellement dans un ou plusieurs bastions d’angle ; ainsi les ressemblances avec le «  grand monument » de Tamna‘ ne manquent pas.

7.5.2. Les palais d’Axoum

  • 50 Krencker 1913 : 107-117.

50Repérés ou partiellement fouillés par la mission Littman en 1906-190750, les «  palais » d’Axoum représentent les meilleurs exemples de l’architecture palatiale ; à cette série s’ajoute le palais de Dongour, fouillé par F. Anfray.

51Leur formule architecturale est en général, assez simple : un bâtiment central entouré d’une ou de plusieurs cours. Le plus grand, le palais de Tâ’akhâ Mâryâm, long de 120 mètres et large de 80 mètres de large, dépasse ainsi tous les édifices d’Arabie du Sud. Bien que partiellement dégagé, celui de ‘Enda Sem’ôn comporte un édifice central de 35 mètres de côté. Quant à celui de ‘Enda Mikâ’el (fig. 7.24), il mesure près de 27 mètres de côté. Les « édifices » centraux sont eux aussi assez similaires, ils comportent notamment des bastions d’angle peu saillants. Deux escaliers symétriques conduisent au rez-de-chaussée et d’imposants porches d’entrée mènent à des couloirs axiaux ouvrant sur des pièces latérales.

52A l’ouest de la ville, le « palais » de Dongour forme un quadrilatère irrégulier de 56 sur 56,50 mètres (fig. 7.25). Dominant la cour de près de 1,80 mètre, l’édifice central de plan carré (de 18 mètres de côté), compte des bastions latéraux. Deux halls principaux auxquels on accède par des escaliers symétriques, sont accolés selon un axe est-ouest, tandis que deux bastions servent de cages d’escalier. Ce soubassement est monté en maçonnerie régulière de moellons, renforcée aux angles par des blocs d’appareil régulier. Les retraits réguliers des assises donnent à cette construction un aspect trapézoïdal commun à de nombreux édifices axoumites.

53On suppose depuis fort longtemps que les grandes stèles d’Axoum schématisent l’aspect des principaux édifices civils et leur technique de construction. Dès 1907, D. Krencker croyait déjà que la stèle n° 1 représentait une maquette de ces édifices, notamment celui d’‘Enda Mika’el.

  • 51 Buxton & Matthews 1971-1972.

54Plus hauts que les autres étages, les rez-de-chaussée, sans doute de la hauteur des porches d’entrée, comportent peu d’ouvertures51 : ce sont les réserves, qui, comme dans le palais de Shabwa (bâtiment A), ne nécessitent point de lumière. A l’inverse, les étages supérieurs, moins élevés, comptent plusieurs fenêtres et sans doute des pièces moins nombreuses parce que plus vastes. La stèle 1 montre des dalles en saillie disposées en rangées qui évoquent les rangées de dalles de schistes destinées à éviter le ruissellement des pluies sur les façades.

  • 52 Supposition similaire pour les bastions d’angle de TT1 à Tamna‘.
  • 53 Buxton & Matthews 1971-1972.

55Dans le palais d’‘Enda Mikâ’el, D. Krencker suppose enfin que certains bastions d’angle servaient de cages d’escalier, démontrant ainsi l’existence d’étages52 (fig. 7.26). Une polémique déjà ancienne concerne leur nombre. Compte tenu de la puissance des soubassements, il est vraisemblable que le nombre d’étages était élevé, trois ou quatre voire cinq. On ne peut alors que restituer des maisons-tours si fréquentes en Arabie du Sud antique ou dans le Yémen contemporain. Les toitures sont en terrasses, bordées de parapets et munies de gouttières à têtes d’animaux, souvent des têtes de taureau, à Axoum comme à Shabwa. Quant aux bastions d’angle au profil de tours, leur parapet sommital pouvait être décoré de motifs en forme d’arche plutôt que de créneaux et merlons53.

  • 54 Buxton et Matthews. Comme dans le palais de Shahwa, il s’agit toutefois d’hypothèses.

56Sujet de controverses en raison de l’absence de vestiges, le palais d’‘Enda Mikâ’el pourrait être divisé en deux corps distincts, chacun d’entre eux comportant des séries de pièces avec leur propre escalier. Chaque corps pourrait comprendre, au rez-de-chaussée, son escalier d’accès, son hall intérieur, un hall plus réduit et une pièce d’angle. Toujours au même niveau, les pièces sombres et étroites du rez-de-chaussée, elles auraient pu servir de salles de garde, le grand hall de « salle de réception », tandis que les pièces à l’étage auraient peut-être abrité des quartiers privés54.

Notes

1 Breton 1998b : 49-48.

2 Sedov insiste pour considérer le bâtiment n° 72 comme le temple de Dhât Zahrâ, le n° 73 comme « la maison du prêtre » et le n° 74 un sanctuaire (Sedov 2005 : 78-81) sans arguments à l’appui.

3 D’après les travaux menés par ces archéologues italiens, les caractéristiques du temple de Nakrah à Barâqish (l’aspect monumental de l’escalier extérieur et de l’entrée en particulier, l’élévation extérieure du mur –en appareil régulier au lieu d’une ossature de bois –, les piliers intérieurs au lieu des divisions en murs de brique ou encore la cella remplaçant la cage d’escalier) s’inscriraient dans le même modèle architectural (voir De Maigret 2005). Ces variations représenteraient une ritualisation d’éléments normaux d’une maison privée, sans que ceux-ci n’altèrent sa fonction première d’habitat (De Maigret 2005).

4 Darles 1992 : 110.

5 Darles 1992 : 87-88, fig. 4 et 5. Le bâtiment central A du palais royal a lui-même été fracturé en son milieu par des mouvements de sol importants.

6 Cas des rares bâtiments fouillés au-dessous de leurs fondations.

7 Seigne 1982 : 23-24.

8 Seigne 1992 : 137.

9 Dostal 1983 : pl. IV et V.

10 Dostal 1983 : pl. IV et V.

11 Panneau déposé au Musée de l’Université du roi Sa’ûd (KSU) à Riyadh. Routes d’Arabie 2010 : 341

12 Ali Al-Salami 2012 : 93-95.

13 Doc & Serjeant 1975.

14 Breton & Darles 1980 : 84

15 Dostal 1983 : 100.

16 Akopjian 1995 : 69-74, fig-65 (Raybûn : axonometry of house RAY-1-5).

17 Kozhin 1995 : 336, fig. 5 et Vinogradov, 1996, pl. LV.

18 Darles 1998 : 9-10, fig. 4.

19 Breton 1998 : 49-55. Cet édifice peut évoquer la galerie encadrant le temple de Sayîn dhû-Mayfa’ân à Raybûn. Voir Sedov 2005 : 109-118, et fig. 39.

20 Benoist & Mouton 2005 : 65-66, et fig. 8-10.

21 Anfray & Annequin 1965 : 54.

22 Krencker 1913 : 7.

23 Krencker 1932.

24 Van Beek 1967 : 113-112.

25 Pour Grat Beal Guebri/Yeha, voir chapitre ?.

26 Anfray 1963 : 94-97.

27 Anfray 1967 : 95.

28 Anfray& Annequin 1965 : 51-53.

29 Gajda & Dugast 2013.

30 Phillipson 1998 : 86.

31 Jamme 1958 : 184-189.

32 Jamme 1958 : 190-191.

33 Maraqten 2013 : 73-76.

34 Faris 1938 : 17-18.

35 Bonnenfant 1995.

36 Pirenne 1990 : 72.

37 Schmidt 1997 : fig. 17-25.

38 Schmidt 1997 : 22, fig. 21.

39 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 55-72.

40 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 45 (référence à Swauger 1956 : 88).

41 On trouve le même dispositif du côté nord du rez-de-chaussée du palais royal de Shabwa.

42 À titre de comparaison, on peut mentionner un escalier dans l’un des bastions du monument de Grat Beal Guebri à Yeha.

43 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 52.

44 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 51. Il s’agit de caissons bourres de matériaux divers servant de fondation à ces pièces entièrement arasées de nos jours.

45 Seigne 1992 : 127.

46 Seigne 1992 : 113-127.

47 Soigne 1992 : 143-145.

48 Ce bâtiment a été partiellement fouillé par F. Anfray ; voir Anfray 1997.

49 Anfray 1997 : 14-18.

50 Krencker 1913 : 107-117.

51 Buxton & Matthews 1971-1972.

52 Supposition similaire pour les bastions d’angle de TT1 à Tamna‘.

53 Buxton & Matthews 1971-1972.

54 Buxton et Matthews. Comme dans le palais de Shahwa, il s’agit toutefois d’hypothèses.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540