Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

5. Le site mégalithique de Mähal Wänz (Efrata et Gədəm)

The megalithic site of Mähal Wänz (Efrata and Gədəm). Tumuli, stelae and hypogeum

Bertrand Poissonnier

Résumé

Brièvement visité en 2000 parce que des rumeurs de « trésors » couraient à son sujet, le site de Mähal Wänz (Mänz) n’a fait l’objet que d’observations. Le site livre deux tumulus, dont l’un (tumulus 1 de Mähal Wänz), préservé sur près de 4 m de hauteur, présente une structure linéaire, radiale, couverte de grosses pierres, et qui évoque un couloir. La chambre funéraire de ce possible dolmen était semble-t-il préservée au moment de la mission. Le site présente également une fosse ayant livré des bracelets métalliques et des poteries shay (probablement un hypogée), une stèle sans trace de travail, et plus loin les ruines d’une structure bâtie à caractère défensif. Les relations chronologiques entre ces éléments du site ne sont pas connues.

Briefly visited in 2000 because rumours of “treasures” were running rife about it, the site of Mähal Wänz (Mänz) has only been the object of observations. The site offers two tumuli of which one (tumulus 1 of Mähal Wänz), is preserved to a height of about 4 m, and presents a linear structure, radial, covered in slabs, evoking a corridor. The funeral chamber of this possible dolmen seemed to be preserved at the time of the mission. The site also presents a pit (probably a hypogeum) that delivered metal bracelets and Shay pottery, a stela without any fashioning marks, and further away the remains of a built up structure of a defensive nature. The chronological relationships between these site elements are unknown.

Texte intégral

Tumulus, stèle et hypogée

1Nous avons visité le site de Mähal Wänz (district d’Efrata et Gədəm) le 23 mai 2000, à la demande d’Ato Behailu, chef du Bureau de la culture de Däbrä Bərhan. Conscientes de la menace pesant sur ce site localisé à proximité d’une route, les autorités éthiopiennes souhaitaient disposer d’une expertise et d’un état des lieux, afin de mettre en œuvre d’éventuelles mesures conservatoires. La rumeur circulait en effet selon laquelle ce lieu recelait des trésors, et l’on citait ainsi des monnaies d’argent, des tabot (tables d’autel) et même des « calices » d’église. Les gens de l’endroit projetaient du reste une fouille à l’effet de mettre au jour ces supposés trésors. La rapide visite que nous avons effectuée sur place nous a permis de reconnaître deux tumulus, une tombe souterraine et au moins une stèle. Mais, dans les conditions d’une expertise immédiate, aucune fouille n’a pu être pratiquée.

2On ne sait depuis lors si le site a fait l’objet de mesures de protection et s’il est encore intact.

Un possible dolmen à couloir (tumulus 1 de Mähal Wänz)

3Contrairement à ce que pensaient les paysans locaux, aucune trace de construction chrétienne n’a été remarquée. En revanche, le premier monument (appelé tumulus 1 de Mähal Wänz) est bien un grand cairn de plan circulaire. Il possède une petite hutte récente à son sommet (Fig. 5.l). Sa hauteur actuelle atteint un maximum de quatre mètres depuis le niveau le plus bas du sol actuel jusqu’au sommet. Les témoignages recueillis sur place indiquent que le cairn était originellement beaucoup plus élevé, avant que les paysans alentours ne prélèvent une énorme quantité de pierres pour bâtir les murs des environs. Un paysan nous précisa ainsi qu’une grande pierre était originellement dressée au sommet du tumulus, mais qu’elle en avait été retirée il y a de cela longtemps.

4Deux principaux murs entourent le tumulus. Le mur externe est presque circulaire, tandis que le mur interne, interrompu, présente plusieurs portions sensiblement rectilignes.

Fig. 5.1 — Mähal Wänz : le tumulus 1 surmonté d’une hutte

Fig. 5.2 — Mähal Wänz : possible couloir couvert de grosses pierres du tumulus 1

5Un élément particulièrement remarquable est constitué d’une structure linéaire visible sur le tumulus, radiale, couverte de grosses pierres (Fig. 5.2). Ce possible couloir regarde à 320° vers le nord-ouest ; il présente de réelles similitudes avec le monument de Tätär Gur que nous venions de fouiller et que nous avons considéré comme étant un dolmen à couloir.

6Une fouille clandestine avait déjà endommagé une partie de ce tumulus, au nord-nord-est. Les fouilleurs avaient grossièrement rebouché leur excavation. Par chance, ils ne semblent pas avoir atteint la chambre funéraire supposée, très probablement située au centre du monument. Lors de notre passage, en tout cas, le tumulus semblait encore bien préservé. Un paysan nous signala cependant avoir enlevé les grosses pierres du dessus du monument, avoir regardé dessous et les avoir replacées comme elles étaient auparavant, sans avoir rien découvert.

7Dans les circonstances qui étaient celles de la mission, celles d’une visite de durée et d’ambition très limitées, aucune intervention archéologique n’a été pratiquée. Mais les observations faites et collectées sur place (concernant notamment la présence d’un possible couloir d’accès au tumulus) nous permettent d’émettre l’hypothèse selon laquelle le tumulus 1 de Mähal Wänz serait en réalité un dolmen à couloir.

Une structure creusée dans le rocher, probable hypogée

8À quelques mètres au sud-sud-est du tumulus 1 gît une grande pierre qui recouvre une structure creusée dans le sol (Fig. 5.3). Des paysans affirment avoir ouvert et fouillé cette structure et y avoir découvert une trentaine de poteries. Les pensant sacrées (il s’agirait des fameux « calices », qui ont fait naître la rumeur sur les autres « trésors » du site), ils les auraient replacés dans la fosse. Nous n’avons alors pas pu les voir.

Fig. 5.3 — Mähal Wänz. Au premier plan à gauche, le tumulus 1 fait face à la dalle couchée, à droite, qui recouvre l’hypogée. En arrière-plan, au sommet de la colline, on remarque les ruines décrites comme l’ancienne demeure du seigneur du lieu

9Même si aucun reste osseux n’a été signalé dans la fosse, il nous semble que ce dépôt de céramiques est très probablement funéraire. La proximité de cette structure avec le tumulus 1 de Mähal Wänz en est déjà un indice. Mais surtout, on connaît en Ethiopie de semblables dépôts de céramiques en fosse possédant un caractère funéraire. Ainsi, les tombes creusées dans le rocher de Ketetiya ont-elles livré une remarquable série de céramiques attribuables à la culture Shay. Il serait intéressant au plus haut point de s’assurer de la relation chronologique existant entre le tumulus 1 et la tombe voisine.

Fig. 5.4 — Mähal Wänz : série de céramiques provenant de l’hypogée, photographiées sur place

10J’ai remarqué en 2007, dans les réserves du Musée national à Addis Abeba, une grande caisse en bois contenant une série de plus de 30 poteries entières, certaines décorées, de type Shay, avec deux séries de bracelets en fer et en bronze, attachés par des ficelles. De plus, il y avait des fils d’argent en spirale. Ces objets étaient placés dans les poteries. L’ensemble était empilé sans aucun conditionnement, aucun chiffre, aucun sac, aucune boîte, et aucune inscription. Grâce à Deresse Ayenachew, enseignant en histoire à l’université de Däbrä Bərhan, qui m’a transmis les deux clichés faits sur place par le responsable de la culture au bureau du nord-Choa (Fig. 5.4 & 5.5), j’ai pu faire le lien entre ces objets et la tombe de Mähal Wänz, et ai appris ainsi que des archéologues étaient intervenus peu après moi et avaient rapporté du mobilier au musée. Ayant observé très rapidement ce lot d’objets, parmi lesquels figurent de nombreuses pièces non présentes sur les clichés pris sur place, j’en présente ici les principaux éléments.

Fig. 5.5 — Mähal Wänz : série de bracelets provenant de l’hypogée, photographiés sur place

11Au sein de la céramique, j’ai sélectionné un échantillon de sept individus décorés (Fig. 5.6 & 5.7). Une série remarquable de décors en arceau a été réalisée sur un éventail de formes varié. De façon générale, les céramiques montrent des traces d’usage : elles n’ont pas été déposées dans la tombe à l’état neuf.

12Le n° 1 (Fig. 5.6) est un pot biconique caréné à large col vertical, muni d’une seule anse perforée. Sur le niveau supérieur de la panse, au-dessus de la carène et à l’opposé de l’anse, on remarque un décor de deux doubles arceaux accolés. Chaque double arceau est formé de deux incisions curvilignes superposées. Un décor formé de traits obliques lissés parallèles s’observe discrètement sur le reste de la panse. La direction des traits s’intervertit entre les arceaux et l’anse, comme on peut le deviner sur le deuxième cliché de ce pot.

Fig. 5.6 — Céramiques de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba

Fig. 5.7 — Céramiques de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba

13Le n° 2 (Fig. 5.6) est un pot globulaire à col subvertical et anse perforée unique. Le décor est techniquement réalisé de deux façons. D’une part, on remarque des incisions remplies de matière blanche qui forment à nouveau un couple de doubles arceaux semblable au précédent, et installé dans une situation analogue. Trois paires de lignes horizontales ornent la panse et le col. D’autre part, des croisillons obtenus par lissage (visibles dans le détail encadré de la figure) occupent la partie supérieure de la panse.

14Le n° 3 (Fig. 5.6) est un pot dont la forme est typologiquement semblable à celle du précédent. Le décor est situé de manière analogue, en opposition à l’anse perforée. Il est formé d’un quadruple arceau formé de quatre incisions curvilignes plus ou moins concentriques.

15Le n° 4 (Fig. 5.7) est un gobelet à panse globulaire et col large subvertical. Le décor incisé est formé de deux couples d’arceaux opposés, situés juste au-dessus du diamètre maximal de l’objet. Deux lignes horizontales superposées les relient.

16Le n° 5 (Fig. 5.7) est un pot globulaire à fond rond, col court et anse perforée unique. Le décor incisé est formé de deux lignes horizontales à la base du col, et d’un couple d’arceaux opposé à l’anse sur la panse.

17Le n° 6 (Fig. 5.7) est un pot caréné, surbaissé, à col subvertical et anse perforée unique. Le décor incisé est formé de triples ou de quadruples arceaux disjoints placés au-dessus de la carène, et disposés symétriquement depuis l’anse dominée par l’un d’eux.

18Le n° 7 (Fig. 5.7) est un pot trapu, ventru, à léger épaulement, muni d’une anse unique perforée au sommet crénelé, avec un col éversé. Le décor est imprimé à l’aide d’un peigne, et incrusté de pâte blanche. La jonction du col et de la panse est soulignée par trois lignes superposées. Juste sous l’épaulement se développe un décor formé de rubans courts aux extrémités arrondies, avec une ligne centrale. Leur disposition, horizontale ou verticale, s’intervertit de proche en proche.

19Un ensemble de parures a également été déposé au musée. Outre une série de bracelets en bronze, nous avons remarqué de menus objets que nous présentons brièvement ici.

20Cinq tortillons, longs de 12 mm (en état), d’un diamètre externe de 17 à 18 mm, sont faits d’un fil d’argent d’une section circulaire de 1,1 mm (Fig. 5.8 ; rangée supérieure et rangée inférieure, à gauche). Un anneau en métal cuivreux de 25 mm de diamètre est formé d’un jonc recourbé de section arrondie de 3 x 4,5 mm (Fig. 5.8 ; rangée inférieure, au milieu). Un anneau en fer de 27 à 29 mm de diamètre est formé d’un jonc recourbé de 4 mm.

Fig. 5.8 — Parures métalliques de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba

21Un cauri brisé longitudinalement mesure encore 26 mm de longueur (Fig. 5.9 ; en bas, à droite). Une perle en cornaline est plus ou moins sphérique, irrégulière, et mesure 17 mm de diamètre externe pour une épaisseur de 15 mm. Sa perforation est tubulaire et montre une lumière de 2 mm (Fig. 5.9 ; en haut à droite). Deux perles en verre jaune mesurent l’une 8 mm de diamètre externe pour 6 mm d’épaisseur, et l’autre 4,5 mm de diamètre externe pour 4,2 mm d’épaisseur (Fig. 5.9 ; à gauche). Une perle en tonnelet en verre bleu foncé mesure 12 mm de diamètre externe pour 11 mm d’épaisseur (Fig. 5.9 ; en bas, à gauche). Enfin, treize petites perles en verre rouge « faux corail » montrent des diamètres externes compris entre 2,5 et 3,7 mm pour des épaisseurs variant de 1,5 à 1,8 mm (Fig. 5.9 ; au centre). Ces petites perles sont vraisemblablement d’origine indo-pacifique.

Fig. 5.9 — Perles et cauri de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba

Une stèle et autres structures

22Non loin de l’ensemble principal de Mähal Wänz, nous avons remarqué une stèle brute, sans trace de travail (Fig. 5.10 & 5.11). Un peu plus loin, un second tumulus vraisemblable (tumulus 2), comme on en connaît de nombreux dans le secteur, ne montre aucune particularité architecturale (Fig. 5.12).

23Au sommet de la colline, à l’est du site (Fig. 5.3), nous avons prospecté les ruines de constructions entourées de murets de clôture. Les habitants des environs nous les ont présentées comme étant les vestiges de l’ancienne demeure du seigneur de l’endroit. Le lieu dénote fortement un contexte défensif. À l’extrémité de cette colline, tout au sud, nous avons découvert un possible petit tumulus circulaire, modifié par la construction d’une maison et abîmé par les labours récents.

Fig. 5.10 — Mähal Wänz : la stèle brute au nord des deux tumulus

Fig. 5.11 — Mähal Wänz : la stèle brute au nord des deux tumulus

Fig. 5.12 — Mähal Wänz : vue du tumulus 2. En arrière-plan, l’ancienne « demeure du seigneur ä des lieux »

Conclusion

24En résumé, le site de Mähal Wänz présente une juxtaposition remarquable d’éléments mégalithiques, à savoir deux tumulus dont l’un pourrait révéler un dolmen à couloir, une stèle brute ainsi qu’un très probable hypogée qui a livré une trentaine de poteries et des parures. Les relations chronologiques entre les divers éléments du site ne sont pas documentées et imposent donc la prudence. Néanmoins, le mobilier de l’hypogée entre bien dans la variabilité de la culture matérielle shay, et les seuls tumulus éthiopiens présentant une morphologie que l’on a rapproché de celle des dolmens à couloir, comme celle de Mähal Wänz, sont shay (à l’image de Tätär Gur).

Table des illustrations

Légende Fig. 5.1 — Mähal Wänz : le tumulus 1 surmonté d’une hutte
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 5.2 — Mähal Wänz : possible couloir couvert de grosses pierres du tumulus 1
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 5.3 — Mähal Wänz. Au premier plan à gauche, le tumulus 1 fait face à la dalle couchée, à droite, qui recouvre l’hypogée. En arrière-plan, au sommet de la colline, on remarque les ruines décrites comme l’ancienne demeure du seigneur du lieu
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 5.4 — Mähal Wänz : série de céramiques provenant de l’hypogée, photographiées sur place
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 5.5 — Mähal Wänz : série de bracelets provenant de l’hypogée, photographiés sur place
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 5.6 — Céramiques de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 5.7 — Céramiques de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5.8 — Parures métalliques de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.9 — Perles et cauri de l’hypogée de Mähal Wänz déposées au musée national d’Addis Abeba
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.10 — Mähal Wänz : la stèle brute au nord des deux tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5.11 — Mähal Wänz : la stèle brute au nord des deux tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5.12 — Mähal Wänz : vue du tumulus 2. En arrière-plan, l’ancienne « demeure du seigneur ä des lieux »
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/753/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteur

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays. Email : poiskay@gmail.com

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540