Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

2. Les tumulus de Qopros (Mänz). Premiers indices d’une culture originale

The tumulus of Qopros (Mänz). First elements of an original culture

Bertrand Poissonnier

Résumé

Découvert en 1999 alors qu’il était en cours de destruction par les paysans des environs, le tumulus de Qopros, dans le Mänz, n’a pu faire l’objet que d’une fouille rapide. La chambre, de plan elliptique, mesurait 4,30 x 3,80 m au sol, et ses parois étaient préservées sur 2 m d’élévation. Un aménagement formé de dalles semblait indiquer l’existence initiale d’une cella ou d’un couloir d’accès. Le matériel retrouvé à la fouille comprenait les restes de seize bracelets en fer, d’autres objets en fer ou en métaux cuivreux, une pendeloque en pierre verte, une perle en cornaline et 75 perles en verre. Quatre céramiques entières issues du pillage du monument ont été montrées par les paysans aux archéologues. Le monument contenait initialement des ossements humains ; deux d’entre eux, découverts en position croisée, furent présentés aux archéologues comme s’agissant des bras d’une croix chrétienne

Discovered in 1999 as it was being destroyed by the neighbouring farmers, the tumulus of Qopros, in Mänz, was only to be excavated briefly. The chamber, following an elliptic layout, measured 4.30 x 3.80 m at ground level, and its walls were preserved up to 2 m high. Slabs seemed to indicate the initial existence of a cella or a corridor. During the excavation, unearthed objects consisted in the remains of sixteen metal bracelets, other copper-like objects, a green stone pendant, a carnelian bead and 75 glass beads. Four whole ceramics plundered from the monument were shown by the farmers to the archaeologists. The monument initially contained human bones; two of them, discovered lying across each other, were presented to the archaeologists as being the arms of a Christian cross

Texte intégral

  • 1 Coordonnées : Ν 10° 05' 31,4" ; Ε 39° 34' 20,0".

1Le site de Qopros1, dans le sud du Mänz, du côté de Molalé, est dans une situation géographique très reculée. Le village ne peut être atteint qu’après deux heures de marche au-delà de la dernière piste, en empruntant un chemin de crête parfois très étroit et vertigineux. Les tôles qui couvrent certains bâtiments de Qopros ont été transportées à dos d’homme, par ce même chemin qui aboutit à un cul-de-sac cerné par des canyons jointifs (Fig. 2.l).

  • 2 Sur le sens du terme gur, voir chapitre 1 du présent ouvrage, note 8.
  • 3 Hormis l’auteur de ce chapitre, la mission comptait également Bertrand Hirsch, Yonas Beyene, Lionel(...)

2La situation remarquable de Qopros se trouve au cœur de la surprenante histoire que nous allons maintenant résumer. À la fin des années 1990, une très jeune nonne chrétienne d’Addis Abeba eut des visions lui intimant l’ordre de « se rendre au désert ». C’est ainsi qu’elle parvint dans ce village reculé où, du reste, ses visions reprirent. Elles lui disaient désormais de rechercher les tabot (tables d’autel) qui se trouvaient dans les « Ruines de Satan » (Säytan Gur2). Et c’est ainsi que, durant près d’une semaine, pas moins de cinq cents paysans exaltés des environs détruisirent un remarquable ensemble tumulaire comprenant plusieurs chambres distinctes. La pelle et la pioche maniées avec foi ne s’arrêtèrent pas facilement : nous pûmes constater par la suite que le substrat rocheux avait été largement entamé sous les monuments. Des découvertes qui furent alors faite, l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage fut informée, et c’est ainsi que nous fûmes appelés à conduire une trop brève mission en mars 1999, qui nous permit de mettre en évidence les tout premiers vestiges d’une culture encore inconnue3.

Un site largement remanié

3À notre arrivée, quelques mois après les événements, les fameuses « Ruines de Satan » se présentaient sous la forme d’une enceinte elliptique d’environ 35 mètres de diamètre, récemment construite par les paysans avec les pierres retirées de leur fouille. Ce mur était censé délimiter un espace tout juste christianisé, et même sacré au vu des éléments qui y auraient été trouvés : des tabot ainsi qu’une croix.

Fig. 2.1 Qopros, approche du site. Ce chemin vertigineux est l’unique accès à l’ensemble tumulaire

  • 4 Variété éthiopienne du jeu de plateau parfois appelé du nom générique de mancala.

4L’enceinte des tumulus se situe au sud et en contrebas du village, sur un replat qui se termine par l’ouverture du canyon, à 2700 m d’altitude (Fig.2.2, 2.3, 2.4). Trois éléments réunis dans un faible espace nous ont frappés du fait de leur apparente association. Ainsi, l’enceinte se trouve alignée avec une source, ceinturée par un petit muret circulaire, ainsi qu’avec un rocher isolé qui a reçu la gravure d’un jeu de gäbäṭa4. L’enceinte ne recouvrait que très imparfaitement les limites de l’aire tumulaire. Au sud, nous avons remarqué une faible éminence convexe, empierrée, qui dépassait du mur et qui, à notre avis, correspond à un ancien tumulus arasé (Fig. 2.5).

  • 5 R. Joussaume 1980.

5L’espace ceint par le mur, dévasté par les paysans, montrait des cratères et des bosses plus ou moins colonisés par la végétation. Les chambres funéraires entièrement détruites se trouvaient, semble-t-il, à l’est, et peut-être aussi au sud. Il n’en restait plus grand-chose, à part des éléments mobiliers épars dans les déblais (perles en verre multicolores, bracelets en fer, os, tessons de poterie). Les villageois, interrogés, indiquèrent avoir rencontré un dispositif mégalithique trilithe qui n’était plus visible lors de notre passage. Ce type d’agencement pouvait évoquer soit un couloir soit un dispositif du type de celui qui se rencontre dans certains tumulus du Č̣ärč̣är5. Cependant, dans la partie occidentale, nous avons remarqué les restes d’une chambre plus ou moins circulaire, avec ce qui no us a alors semblé devoir être un aménagement latéral du côté nord. C’est là que nous avons tenté de reconnaître quelques portions en place du remplissage initial.

Fig. 2.2 — Qopros, vue générale du site, vers le sud-ouest

Fig. 2.3 Site de Qopros, profil du terrain

Fig. 2.4 — Site de Qopros, plan d’ensemble

Fig. 2.5 Qopros. Vestiges arasés d’un tumulus ancien, dépassant au sud du mur d’enceinte récent

Une fouille partielle

6La chambre ne possédait plus de couverture. Nous avons enlevé les sédiments supérieurs qui s’y étaient accumulés. De grosses pierres gênaient le travail (Fig. 2.6). Le secteur périphérique ouest fut le seul à être dégagé jusqu’au niveau archéologique (Fig. 2.7). Celui-ci nous a livré des restes humains qui, bien que fort dégradés par une évidente dissolution chimique, avaient conservé de notables connexions anatomiques (Fig. 2.8, 2.9). Ces restes reposaient sur un empierrement assez régulier. Ces inhumations témoignent d’un fonctionnement de la chambre comme sépulture multiple, probablement au moins en partie primaire.

7Les autres secteurs de la chambre n’ont été que superficiellement dégagés. L’architecture du monument montre une chambre de plan elliptique, mesurant 4,40 m sur 3,80 m au sol. Les murs internes, en maçonnerie sèche, sont verticaux. Du côté est, le mur était préservé sur une hauteur légèrement supérieure à 2 mètres. Son élévation jusqu’à la hauteur de 1,90 m était pratiquement verticale, avec un léger dévers, et à partir de cette cote un très net encorbellement marquait le départ de la couverture de la chambre (Fig.2.10).

  • 6 R. Joussaume 1980 : passim.

8Du côté nord, un seuil en pierre limitait la chambre mais, au-delà, un espace d’environ 1,50 m x 1,10 m marquait un effondrement. Quelques grosses dalles, dont la principale reposait sur le remplissage archéologique de la chambre, semblaient être liées à un aménagement du passage entre la chambre et cet espace. En l’absence de fouille plus précise, nous en sommes réduits à deux hypothèses : soit il s’agit d’un aménagement latéral décrit dans certains tumulus du Č̣ärč̣är sous le nom de cella6, soit il s’agit des vestiges d’un couloir d’accès, comme à Tätär Gur.

Fig. 2.6 Qopros. Vue de la chambre encore conservée du tumulus, vers le sud-est, avant notre intervention

Fig. 2.7 Qopros, détail de la zone fouillée

Fig. 2.8 Qopros. Vue du niveau archéologique conservé dans la chambre en cours de fouille, vers l’ouest

Fig. 2.9 Qopros. Détail de restes humains en connexion, dans le secteur ouest de la chambre fouillée

Fig. 2.10Qopros. Vestiges d’élévation du tumulus fouillé, avec début d’encorbellement. Vue prise depuis l’intérieur de la chambre, vers l’est

9Aucune information fiable n’a pu être récoltée sur les volumes externes du tumulus qui entourait cette chambre, tant les réaménagements qui l’ont affecté ont été importants. Le seul vestige possible de la morphologie originelle, ou du moins ancienne, du ou des tumulus, est celui observé au sud de l’enceinte, et en débordement de celle-ci. Il est très arasé, comporte une large dalle qui le borde, et fait face à la source.

Le mobilier non céramique

10Le mobilier découvert lors de notre brève intervention (moins d’une journée de travail effectif) comportait des parures, un peu d’outillage lithique et des céramiques, qui furent déposées au Musée national à Addis Abeba. Seule une partie de ce mobilier a pu être localisé et étudié en 2007.

11L’industrie lithique comprenait un éclat en jaspe ( ?) jaune, une tablette de ravivage de nucléus en calcédoine et quatre éclats en obsidienne grise (Fig. 2.11, du haut en bas et de gauche à droite).

Fig. 2.11 Qopros. Industrie lithique de la chambre du tumulus

12Six bracelets (ou supposés tels) en fer ont également été découverts ainsi que onze fragments correspondants à dix objets, soit un total de seize bracelets au minimum (Fig. 2.12). Quatre pièces sont entières. On y voit deux bracelets ouverts, l’un mesurant 65 x 58 mm, côté externe, pour une section plus ou moins carrée de 6 mm, et l’autre de 60 x 55 mm, côté externe, pour une section rectangulaire de 7 x 8 mm. Deux autres, circulaires, sont fermés par le chevauchement des extrémités. L’un mesure 56 mm de diamètre externe, et l’autre 40 mm seulement. Les deux possèdent une section carrée de 6 mm.

Fig. 2.12 Qopros. Bracelets en fer provenant de la chambre du tumulus

13Les onze fragments de bracelets en fer montrent un éventail varié de modules. Quand leur état de conservation permet l’observation, les sections sont carrées ou presque. Leurs diamètres sont de 35 mm (3 mm de section), 45 mm (deux exemplaires, de 4 et 6 mm de section), 50 mm (4 fragments de trois exemplaires, de 4 mm, 5 mm et 6,5 mm de section), 55 mm (6 mm de section), 60 mm (4 mm), 75 mm (7 mm) et 110 mm (6 mm).

14Trois autres objets en fer ont été récoltés. Il s’agit d’une tige appointée longue de 42 mm, à la section corrodée d’environ 3 mm au plus fort (Fig. 2.13, n°l) et de deux anneaux (Fig. 2.13, n°2 et 3). L’un au moins montre qu’il s’agit d’une tige repliée sur elle-même. Aucune soudure n’est apparente. Les dimensions sont de 27 mm de diamètre externe pour le plus grand, avec une section quadrangulaire de 5 ou 6 mm, et de 20 mm sur 22 pour le plus petit.

Fig. 2.13 Qopros. Anneaux et pointe en fer de la chambre du tumulus

Fig. 2.14 Qopros. Tortillons métalliques de la chambre du tumulus. 1 et 2 : argent ; 3 : métal cuivreux

15Le reste du mobilier métallique comprenait trois tortillons de métal. Ces parures (ou garnitures de liens) étaient en argent et en métal cuivreux. Les deux éléments en argent (Fig. 2.14, n° 1 et 2) mesurent 4 mm de diamètre pour une longueur de 3 et 5 mm. Ils sont faits à partir d’un fil aplati épais de 0,9 mm. Le tortillon en métal cuivreux (Fig. 2.14, n° 3) mesure 5 mm de diamètre pour une longueur de 4 mm. Il est fait d’un fil aplati de 0,9 mm d’épaisseur.

16Une pendeloque en pierre tendre vert foncé (stéatite ?), de forme prismatique, montre une perforation biconique. Elle est longue de 23 mm, large de 9,5 mm, épaisse de 7 mm. La lumière de la perforation mesure 3,5 mm de diamètre (Fig. 2.15 cc).

17Les perles découvertes sont en cornaline (1 spécimen) ou en verre (75 spécimens). La perle en cornaline (Fig.2.16 cc) est sphérique et mesure 9 x 8 mm. La perforation est tubulaire, bidirectionnelle, avec une amorce conique de chaque côté. La lumière est de 1,3 mm de diamètre.

  • 7 Voir discussion sur les perles dans le chapitre 8 du présent ouvrage.

18Les perles en verre sont de types divers (Fig. 2.16cc, 2.17 cc). On remarque parmi elles une perle annelée, dont il subsiste deux ressauts, en verre transparent à feuille d’or interne. Elle mesure 5 mm de diamètre, et la lumière est de 1,3 mm. Trois perles en verre rouge brique à filets sombres montrent une perforation tubulaire ; elles mesurent 8 mm de long avec une lumière de 3 mm (2 exemplaires), et 6 mm de long pour une lumière de 2 mm pour la troisième. Ces trois spécimens peuvent être rapprochée des productions indo-pacifiques7.

19Les autres perles en verre se composent de sept lots. Seize spécimens, dont deux tubulaires, sont bleu foncé, avec un diamètre externe de 3 à 7,5 mm. Trois sont jaunes, avec un diamètre de 4,5 mm. Sept, dont une tubulaire, sont gris-vert, avec un diamètre de 4 à 5,5 mm. Quatre sont blanches, avec un diamètre de 5,5 à 6 mm. Cinq sont gris clair (2,5 à 6 mm), seize, dont une tubulaire, sont bleu clair (3 à 7 mm), et vingt-quatre sont noires (3 à 5 mm).

Le mobilier céramique

20Ayant tenté de prendre connaissance des découvertes faites par les paysans lors de leurs fouilles, nous nous sommes heurtés dans un premier temps à une grande méfiance, qui s’est progressivement muée en franche hostilité. Après avoir longuement insisté, la nonne consentit à nous faire entrevoir très brièvement une partie du mobilier. Ainsi, quatre céramiques provenant du/des tumulus, à l’intérieur de l’espace maintenant ceint par le mur, sont passées quelques instants entre nos mains, nous permettant seulement d’effectuer un relevé et des observations très rapides (Fig. 2.18).

Fig. 2.18 Céramiques découvertes par les paysans lors de leurs fouilles des tumulus de Qopros

21La céramique n° 1 est un cruchon à anse unique. Celle-ci possède une perforation verticale. Le décor de la cruche se compose de lignes d’impressions obliques successives faites à l’aide d’un poinçon ou d’un peigne, sur le col. La panse montre des lignes verticales d’impressions faites au poinçon pour certaines, et peut-être à l’aide d’une baguette creuse pour le panneau opposé à l’anse.

22La céramique n° 3 est un bol caréné à pied annulaire. Le haut de la panse présente un décor de croisillons formé de cannelures peu profondes, limité en partie supérieure par un très faible cordon horizontal apparemment pris dans la masse. Les surfaces externes, ainsi que la partie interne au-dessus de la carène, sont polies. Elles sont gris jaune. La pâte est grise, très bien cuite, parfaitement régularisée.

23La céramique n° 2 est un bol hémisphérique à pied (le départ de celui-ci est cassé au ras de la panse). La lèvre arrondie est légèrement éversée, formant un faible ressaut externe au sommet de la panse. Le diamètre externe est de 155 mm. Il est régulier et très bien cuit. La pâte est rouge jaune vif ; l’extérieur de même couleur montre un poli brillant. Un dépôt minéral grisâtre s’y remarque.

24La céramique n° 4 est un pied de probable brasero. La pâte et les surfaces, non lissées, apparaissent grisâtres (sans nettoyage). Trois perforations coniques entament le socle. Un décor est formé d’une ligne horizontale d’impressions réalisées à l’aide d’un peigne à dents rectangulaires.

Épilogue

25La nonne, qui nous avait permis de voir ces quelques céramiques, ne nous autorisa pas à voir les tabot que la foule était censée avoir retrouvés dans les monuments. Elle accepta cependant de nous montrer la « croix » découverte au cœur du tumulus, dont la présence au sein d’une tombe « païenne » ne laissait pas de nous intriguer, comme on peut se l’imaginer. C’est ainsi que nous vîmes arriver, dans la pénombre de son logement, depuis un lieu tenu secret, une « croix »... formée de deux os longs humains, ne présentant aucune transformation particulière. Les fouilleurs exaltés avaient ainsi promu deux os, parmi des quantités d’autres, au rang de symbole chrétien. Devant notre mine dubitative, la nonne prit l’affaire très mal, et nous fûmes contraints à une évacuation immédiate du site de Qopros, laissant en plan notre début de fouille.

26L’essentiel était pourtant acquis : une nouvelle culture « païenne », encore inconnue, était désormais suspectée dans le Mänz.

Notes

1 Coordonnées : Ν 10° 05' 31,4" ; Ε 39° 34' 20,0".

2 Sur le sens du terme gur, voir chapitre 1 du présent ouvrage, note 8.

3 Hormis l’auteur de ce chapitre, la mission comptait également Bertrand Hirsch, Yonas Beyene, Lionel Fadin et Kebede Geleta.

4 Variété éthiopienne du jeu de plateau parfois appelé du nom générique de mancala.

5 R. Joussaume 1980.

6 R. Joussaume 1980 : passim.

7 Voir discussion sur les perles dans le chapitre 8 du présent ouvrage.

Table des illustrations

Légende Fig. 2.1 Qopros, approche du site. Ce chemin vertigineux est l’unique accès à l’ensemble tumulaire
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2.2 — Qopros, vue générale du site, vers le sud-ouest
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 2.3 Site de Qopros, profil du terrain
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 2.4 — Site de Qopros, plan d’ensemble
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2.5 Qopros. Vestiges arasés d’un tumulus ancien, dépassant au sud du mur d’enceinte récent
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2.6 Qopros. Vue de la chambre encore conservée du tumulus, vers le sud-est, avant notre intervention
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 2.7 Qopros, détail de la zone fouillée
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2.8 Qopros. Vue du niveau archéologique conservé dans la chambre en cours de fouille, vers l’ouest
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2.9 Qopros. Détail de restes humains en connexion, dans le secteur ouest de la chambre fouillée
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2.10Qopros. Vestiges d’élévation du tumulus fouillé, avec début d’encorbellement. Vue prise depuis l’intérieur de la chambre, vers l’est
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 2.11 Qopros. Industrie lithique de la chambre du tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 2.12 Qopros. Bracelets en fer provenant de la chambre du tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 2.13 Qopros. Anneaux et pointe en fer de la chambre du tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 2.14 Qopros. Tortillons métalliques de la chambre du tumulus. 1 et 2 : argent ; 3 : métal cuivreux
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 2.18 Céramiques découvertes par les paysans lors de leurs fouilles des tumulus de Qopros
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/744/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays. Email : poiskay@gmail.com

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540