Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Empreintes du temps

 | 
Serge Tornay
, 
Estelle Sohier

Introduction

Histoire, enjeux et significations des sceaux des dignitaires éthiopiens au tournant des xixe et xxe siècles

Estelle Sohier

Texte intégral

1La collection de sceaux du Consul Boucoiran ouvre une perspective originale sur le pouvoir politique éthiopien entre les années 1860 et 1920. Ces soixante ans de vie politique ont marqué de façon décisive l’histoire et l’espace du pays : la superficie du territoire est alors démultipliée, tandis que se renforce et se centralise le gouvernement sous la coupe des souverains Téwodros, Yohannes IV, Menilek II et ses successeurs Zäwditu et Täfäri Mäkonnen. La publication de ces sceaux est l’occasion d’évoquer la vie de soixante-quatorze des personnages qui marquèrent cette époque de bouleversements, hommes, femmes, laïcs ou ecclésiastiques assumant des fonctions assez différentes, mais le plus souvent liées au pouvoir. La plupart des titulatures portées par les dignitaires de l’époque sont représentées et classées, dans la collection elle-même, par ordre d’importance, du negusä nägäst, ou roi des rois, au modeste titre militaire de qäñazmač. La collection offre l’aperçu d’un système politique en pleine mutation, à une période où la signification des titulatures traditionnelles évolue, où se développe une administration centrale et où apparaissent de nouvelles charges, comme celles de ministres. Considérés en eux-mêmes, ces documents de taille réduite et aux messages succincts semblent avoir une portée historique assez limitée, pourtant un regard plus minutieux nous prouve d’emblée le contraire. Quelles informations véhiculent ces images ? Que nous apprennent-elles sur la culture et le pouvoir politique éthiopien à l’heure de la création de l’Éthiopie contemporaine ?

Avantages et inconvénients de la collection Boucoiran

  • 14 Sur ce problème, Serge Tornay apporte quelques éléments de réponse dans l’avant-propos de notre ouv (...)
  • 15 Archivio Storico del Ministero degli Affari Esteri (ASMAE), Rome : Ministero Africa Italiana (MAI), (...)
  • 16 ASMAE : MAI, Etiopia, Posizione 36/1 (1857-1885), busta 10.
  • 17 Dans la France médiévale, par exemple, la couleur des sceaux avait une signification : ainsi les ac (...)

2Avant de tenter de répondre à ces questions, il nous faut d’abord évoquer les difficultés engendrées par la forme de cette collection. C’est un formidable outil de travail, puisqu’elle constitue un corpus homogène de dimension relativement conséquente ; pour autant, son étude et les enseignements qu’on peut en tirer présentent de toute évidence certaines limites. Nous ne disposons que des photographies noir et blanc des empreintes, ce qui rend problématique l’estimation de la dimension exacte des documents14. Or, les dimensions sont un élément de la description conventionnelle des sceaux, mais aussi une source d’information qui peut exprimer le rang du sigillant* ou encore ses prétentions politiques. Ces reproductions ne permettent pas plus de connaître la couleur des empreintes originales. L’encre noire a certainement été utilisée dans la plupart des cas, mais les exceptions sont sans doute significatives. Les archives du ministère italien des Affaires étrangères conservent une lettre du souverain Yohannes au roi d’Italie, rédigée à Gondar en juin 1879 et dont l’en-tête est orné d’un sceau doré15. Le même dossier contient une enveloppe scellée du sceau de Menilek II encré en rouge16. Ces couleurs ont sans aucun doute des implications qui restent à décrypter17. Dernière difficulté : ces empreintes étant isolées des lettres ou des documents qu’elles ornaient, il n’est pas possible de savoir à quelle place elles étaient apposées, ni de connaître leurs dates d’utilisation. Or, ces éléments externes sont aussi porteurs de sens, puisque la place du sceau sur les épîtres par exemple était réglementée. Seuls les rois des rois et les abun avaient le droit d’apposer leurs sceaux en tête des documents, les dignitaires de moindre rang étant priés d’apposer leurs empreintes au bas des textes.

Disparition des matrices*

  • 18 Image reproduite dans l’avant-propos, page 15 avec nos remerciements à Richard Pankhurst.

3Dans le catalogue, le terme d’« empreinte » est souvent préféré à celui de « sceau » car nous disposons des images laissées par les sceaux, mais pas des instruments ayant servi à leur encrage, les matrices*. Très peu d’informations sont disponibles sur ces outils ; seul le schéma d’un modèle est connu de nous, illustrant une couverture de la revue Ethiopia Observer18. Quelques éléments concernant la matrice du sceau de Téwodros (sceau n° 1) ont également pu arriver jusqu’à nous : la matrice du sceau royal a été saisie par les troupes anglaises, en 1868, à la mort du souverain, avant d’être emmenée en Grande-Bretagne avec les autres joyaux de la couronne éthiopienne. Un article publié à cette époque dans un journal anglais décrit la matrice et ses origines. Le manche, constitué d’or et de pierres précieuses, serait de provenance européenne :

  • 19 Article d’Acton paru dans l’Illustrated London News le 20 juin 1868 et cité par Richard Pankhurst, (...)

« […] The handle of the seal is formed of four kind of stone, namely lapis lazuli, blood stone, red cornelian, and white cornelian. These are clasped together by four hands of gold with chased ornament »19.

  • 20 Ibid.
  • 21 Guébré Sellassié, Chronique du règne de Ménélik II, roi des rois d’Éthiopie, tome II, 1932 : 486.

4En revanche, la gravure incisée dans la matrice, à savoir le dessin et la légende, aurait été exécutée en Égypte ou à Jérusalem20. Mais pourquoi aucune des autres matrices n’a-t-elle été, à notre connaissance tout au moins, mise au jour ? L’hypothèse la plus probable est que ces regalia ont été détruits à la mort de leurs titulaires. Cet acte, appelé cassation du sceau*, était courant en Occident à la période médiévale. Il rendait impossible, après un changement de statut du titulaire et a fortiori après sa disparition, toute utilisation du sceau par un tiers. La Chronique de Menilek nous livre une autre indication concernant le devenir de ces matrices : on y apprend qu’à la mort du roi Täklä Haymanot, ses objets précieux furent, « selon la coutume », remis au roi des rois. Les sujets du défunt negus offrirent à Menilek la matrice de son sceau (n° 11), ses vêtements de parade, son cheval préféré, son meilleur fusil, et d’autres objets personnels21. Comme la cassation du sceau, cet usage interdisait à quiconque de s’attribuer et d’utiliser les insignes personnels d’un chef.

Une utilisation récente

  • 22 M. Pastoureau, Les sceaux, 1981 : 27.
  • 23 Pankhurst, 1973 : 179-207
  • 24 Guébré Sellassié, tome 1, 1930 : 108.

5Peut-on dater le phénomène d’utilisation des sceaux en Éthiopie ? Dans l’histoire universelle, leur emploi est très ancien. Il semble avoir précédé l’usage de l’écriture et la Bible mentionne cet objet à plusieurs reprises. Les Romains utilisaient des anneaux sigillaires. En Occident, l’utilisation de sceaux était l’apanage des rois jusqu’au Xe siècle, avant de se développer dans toute la société au cours des siècles suivants22. En Éthiopie, au contraire, leur usage semble avoir été assez tardif : avant le milieu du xixe siècle l’utilisation du sceau, même par les souverains, était un phénomène très marginal23. Le développement social et géographique de l’utilisation de sceaux dans ce pays date seulement de la période couverte par notre collection. En effet, l’usage de lettres pour communiquer à l’intérieur de l’Éthiopie aurait été généralisé par le roi des rois Téwodros, alors qu’auparavant les dignitaires se servaient principalement de personnes de confiance pour porter des messages oraux textuellement répétés24. L’utilisation de sceaux se développe donc à partir de ce règne.

6Qui détient un sceau ? Au début de la période considérée, seuls les rois en disposent, comme l’attestent les premiers exemplaires de la collection Boucoiran. Mais par la suite leur usage se répandit chez les grands dignitaires, puis chez ceux de rangs moins élevés. Au début du xxe siècle, quoique dans une modeste mesure, l’usage fit son entrée dans l’administration. L’art des sceaux évolue au fil de cette période en se développant et se diversifiant. La collection Boucoiran est un témoin privilégié pour l’observation de ce phénomène car elle permet de s’interroger sur les raisons et les modalités de ce développement. Qui dessine cette nouvelle forme d’images, à la demande de qui, enfin pour quels usages et selon quels modèles iconographiques ? Jusqu’au début du xxe siècle, l’iconographie éthiopienne a une signification et un but manifestes : les peintures religieuses et talismaniques servent à témoigner d’une vérité supérieure, cachée, ou encore à guérir et/ou protéger. Qu’en est-il des sceaux, et quelle est la spécificité de cet art ? Que nous apprend-il sur les dignitaires qui en sont les titulaires, ou encore sur les changements qui bouleversent la société éthiopienne ?

7Pour tenter de répondre à ces questions, il faut observer ces images : que nous racontent-elles ? Quelles sont leurs origines et quel rôle pouvait-il leur être assigné au sein de la société éthiopienne, comme vis-à-vis des correspondants étrangers ? Quelles représentations du pouvoir voulaient-elles véhiculer ?

Que racontent les empreintes ?

8Chaque sceau de notre collection fait l’objet, après une note sur l’identité, attestée ou hypothétique, du titulaire, d’une description iconographique plus ou moins détaillée et d’une tentative d’interprétation des motifs. Notre objectif est de proposer le sens qui a pu être conféré à l’image par son concepteur, mais bien évidemment nos hypothèses demeurent objets de débat. En effet, nos explications posent de nombreux problèmes. D’une part, les motifs ne sont pas toujours très lisibles. Observons par exemple l’empreinte n° 41 : la croix est-elle fichée dans le corps d’un éléphant auquel on aurait ôté les défenses, d’une tortue retournée, d’un oiseau mort… ou bien l’artiste voulait-il tout simplement représenter un monstre ? Prenons le sceau n° 67 : le savant Enno Littmann voyait dans la forme géométrique centrale une sandale exprimant une force magique, puisqu’il avait trouvé en Égypte un symbole similaire représentant la sandale de Mahomet. Mais ne peut-on pas y voir aussi le drapeau du Condominium turc, très populaire auprès d’une composante du pouvoir éthiopien au début de la Première Guerre mondiale ? En l’absence d’informations émanant des concepteurs de ces images, leur interprétation n’est possible qu’en les comparant aux modèles iconographiques relevés sur d’autres supports à la même époque. Mais lorsque ces dessins ne ressemblent à aucune forme connue, cette interprétation est ouverte à la sensibilité, à l’imagination et à la culture du lecteur… c’est l’aspect parfois ludique de la lecture de ces documents !

9Dans la plupart des cas, il est néanmoins possible d’identifier sans trop de difficultés des symboles, qui sont, en outre, relativement récurrents. Les trois quarts des empreintes sont de type symbolique*, contenant des figures évoquant le sigillant*, ses activités, ou son identité religieuse. Le symbole le plus fréquent est la croix, apposée sur 61 % des sceaux, et sujet principal de 18 % d’entre eux. Viennent ensuite la couronne, dessinée sur 24 % des sceaux, et le drapeau (20 %) qui peut prendre plusieurs formes, comme le fanion ou le phylactère. Mais d’autres symboles de pouvoir, civil ou religieux, sont également déployés dans la plupart des cas : bâtons de commandement, globes et trônes, cœurs, calices, étoiles à six branches etc. ornent 87 % des empreintes. 6 % des sceaux sont de type hagiographique*, par la figuration de personnages de la Trinité, de la Vierge, d’anges ou de saints, ou encore de scènes bibliques. Le même pourcentage, modeste, de nos sceaux semble relever du type dit de fantaisie*, car leurs dessins n’ont qu’une fonction ornementale. La majorité des empreintes exprime donc manifestement une certaine représentation du pouvoir.

10Certes, des objets autres que des symboles de pouvoir sont représentés. Des représentations anthropomorphes ou des parties du corps humains (main, œil) ornent 16 % des figures, alors que plus du tiers d’entre elles comportent des représentations d’animaux (lions, oiseaux, chevaux, dragon, éléphant, serpent et léopard) et qu’un quart sont ornées de végétaux. Toutefois la plupart de ces formes peuvent être mises en rapport avec la religion chrétienne et l’idéologie royale éthiopiennes : les représentations anthropomorphes sont généralement des anges et les animaux ont un sens biblique, comme le lion de Juda, le serpent de la Genèse ou encore la colombe du Saint-Esprit. Les motifs végétaux ont une indéniable fonction décorative mais on peut souvent leur prêter une dimension symbolique : l’oiseau du sceau de Zäwditu (n° 17) tient dans son bec la branche d’olivier destinée à Noé sur son Arche ; la décoration végétale du sceau du däğğazmač Wäldä Gabrél (n° 72) représente peut-être « l’arbre de la connaissance » : ses branchages pourraient évoquer l’arbre de Jessé… La vigne et les palmes, reconnaissables dans plusieurs empreintes, relèvent sans ambiguïté du répertoire des symboles bibliques.

11Bien que la force guerrière soit un attribut majeur de ces dignitaires, seule une dizaine de leurs sceaux comporte des images d’armes : boucliers, fusils, couteaux, sabres... Pourquoi ces symboles sont-ils minoritaires ? Une des raisons pourrait résider dans la conception iconographique des sceaux, et plus précisément dans l’origine de cette conception.

Concepteurs et artisans des sceaux

12Nous l’avons déjà évoqué, aucune information directe ne nous est parvenue à ce sujet. Toutefois, quelques hypothèses peuvent être avancées. Les motifs iconographiques sont majoritairement religieux, comme nous venons de le signaler. La société éthiopienne étant profondément religieuse, notre méthode a été de lire les images à l’aune de la Bible. Ce choix s’est révélé productif, même si sa pertinence pourra, ici ou là, être remise en cause. Consultons par exemple le joli sceau de Zäwditu (n° 17), l’empreinte quelque peu cryptographique du ras Haylu (n° 42) ou encore celle très épurée du däğğazmač Mäšäšä (n° 59). Avec la surreprésentation de la croix, toutefois sans surprise dans une société religieuse, ces sujets invitent à penser que les concepteurs des sceaux étaient des ecclésiastiques. Cette hypothèse est étayée par d’autres observations : jusqu’au début du xxe siècle, tous les peintres éthiopiens sont des hommes religieux, aläqa ou däbtära ; il n’est donc pas impossible que ces personnages soient également concepteurs de sceaux. En effet, les légendes de 96 % des empreintes sont en ge’ez, la langue liturgique du pays, que maîtrisent au premier chef les hommes d’église. Le ge’ez est aussi la langue du pouvoir, même si les chroniques royales commencent, avec Menilek II, à être rédigées en amharique.

13La seconde langue des légendes, qui apparaît dans 12 % des cas, est l’arabe, toutefois souvent mal orthographié et/ou calligraphié. Une seule empreinte est ornée de caractères coptes et deux de caractères latins. Il s’agit là des sceaux de dignitaires ayant d’étroits rapports avec des étrangers : l’abunä P̣étros (n° 22), de nationalité égyptienne, le ministre des Affaires étrangères éthiopiens (n° 84) et le ras Mäkonnen (n° 36), qui remplissait des fonctions similaires au précédent avant la création des ministères. Le sceau du ras est également orné de symboles indéniablement catholiques, avec le calice et le symbole du Sacré Cœur. C’est l’une des rares empreintes ornées de motifs occidentaux, même si des influences sont parfois perceptibles. Par exemple, l’ange représenté sur le sceau de Täfäri (n° 78) se distingue de ses homologues éthiopiens par son anthropomorphisme. Les missionnaires catholiques sont sans doute à l’origine de la conception et de la création du sceau du ras Mäkonnen ; dans d’autres cas, on devine un mélange d’influences.

14Quoi qu’il en soit, bon nombre de motifs appartiennent au vocabulaire iconographique éthiopien traditionnel. L’ange du ras Wälé (n° 34) a la même forme et la même posture que les anges représentés sur les talismans ou les murs des églises. La croix, apposée sur une majorité de sceaux, est un symbole omniprésent dans l’Éthiopie chrétienne. De formes multiples, elles ornent la pierre et les peintures des églises, des objets, des meubles, sans parler des croix de cou des fidèles et des croix de procession. La composition iconographique des images semble aussi inspirée par l’art éthiopien, puisque les champs* de deux seuls sceaux comportent des constructions architecturales* leur donnant une certaine profondeur (sceau du ras Dargé n° 30 et sceau du représentant du ras Täfäri, n° 47). Dans la plupart des autres cas, le fond de l’image n’est pas esquissé. Certes, cela est peut-être dû pour une part aux contraintes de la fabrication d’une matrice*, mais c’est un trait qui appartient à l’iconographie traditionnelle éthiopienne, caractérisée par l’absence de perspective et d’effet de réalisme. Est-ce aussi parce que le sujet ne s’y prête pas ? En effet, certains sceaux comportent des éléments graphiques d’influence vraisemblablement occidentale. Pourquoi ? Peut-être en raison des modèles utilisés, mais aussi de l’origine des artisans qui exécutent la gravure des matrices.

  • 25 Archives du ministère des Affaires Étrangères (MAE), Paris : K-Afrique, Éthiopie, Vol. 8 : Rapport (...)

15En effet, si les concepteurs des images sont, selon toute vraisemblance, des savants lettrés éthiopiens, les artisans graveurs sont plus probablement des ouvriers d’origine étrangère. Les orfèvres exerçant à Addis-Abäba au début du xxe siècle sont majoritairement des Arabes et des Arméniens, qui exécutent aussi des commandes de sceaux. Dans un rapport adressé au ministre français des Affaires étrangères, l’honorable consul Boucoiran relate l’interpellation de trois Russes accusés, par le gouvernement éthiopien, d’être des agents bolchéviques ; une des preuves dressées contre eux est la commande, passée auprès d’un orfèvre arménien ou arabe d’Addis-Abäba, d’un sceau orné de l’étoile communiste25. Mais à quoi servaient ces empreintes, auxquelles on pouvait donc prêter une si grande importance ?

Signification politique et juridique de l’apposition du sceau

  • 26 Est-ce dû au hasard de la conservation des sources jusqu’à nous ou à l’absence de la cire à cachete (...)
  • 27 Nous ne revenons pas sur le problème de la couleur de l’encre, évoqué plus haut.

16Curieusement, nous n’avons pas repéré, dans les archives éthiopiennes, de document cacheté à la cire26. L’usage courant a donc dû être celui du tampon encreur27. Plusieurs fonctions sont imparties aux empreintes. La première est de parapher des lettres à destination de chefs éthiopiens, mais aussi de gouvernements étrangers. Les empreintes servent à identifier et authentifier les épîtres ; elles sont parfois apposées sur les enveloppes pour garantir leur fermeture jusqu’à leur remise aux destinataires. Les sceaux servent aussi à authentifier les laissez-passer délivrés par le roi aux étrangers, « sésames » – mais pas toujours infaillibles – à présenter aux chefs de toutes les régions visitées.

17La popularisation des sceaux chez les chefs éthiopiens est un corollaire du renforcement et de l’extension du pouvoir royal à partir de Téwodros, puis du développement administratif au début du xxe siècle. Elle est aussi parallèle à la multiplication des contacts entre le pouvoir éthiopien et les étrangers, par le biais de nombreux voyageurs occidentaux dans le courant du xixe siècle, qu’ils soient explorateurs, scientifiques, médecins, diplomates, missionnaires ou commerçants. Les rapports avec les puissances étrangères, par échanges épistolaires parfois suivis de missions diplomatiques, s’accélèrent après l’ouverture du Canal de Suez. Ces rapports prennent une tournure officielle sous le règne de Menilek, qui, après la fameuse victoire d’Adwa, signe de nombreux traités de commerce, de délimitation de frontières, voire de simple amitié avec les Occidentaux. Les empreintes prennent alors une valeur juridique : le sceau du roi des rois est apposé sur les traités conclus avec les puissances étrangères, en signe de validation. Un diplomate américain en voyage en Éthiopie dans les années 1903-1904 pour la conclusion d’un traité entre son gouvernement et Menilek, témoigne :

  • 28 Skinner, Robert P., Abyssinia of Today, 1969 : 202.

« His Majesty never signs any documents, attaching instead to his letters his seal impressed with black ink, and to formal documents the great seal of State. A white-robed secretary appeared with the formidable instrument by which this is imposed, and, placing it on the floor, stamped the lion of Ethiopia under the sign manual of the president’s commissioner »28.

18Les transactions financières avec l’étranger sont aussi garanties par le sceau. Ainsi, quand Menilek décide de verser de l’argent sur un compte du Crédit Lyonnais destiné à aider matériellement les pèlerins éthiopiens se rendant à Jérusalem, il écrit :

  • 29 Guébré Sellassié, 1932 : 512.

« pour que les paroles ci-dessus aient toute la valeur d’un contrat, j’y ai apposé mon sceau.[…] »29.

  • 30 Guébré-Igziabiher Elyas, Prowess, Piety and Politics, The Chronicle of Abeto Iyasu and empress Zewd (...)
  • 31 ASMAE, MAI, Etiopia, po. 54/31, dossier sur l’élection du ras Haylu dont les documents originaux ét (...)

19À l’intérieur du pays, le sceau assume aussi une diversité de fonctions : outre les lettres, il valide les serments. Lors du coup d’État de septembre 1916 qui porte sur le trône Zäwdidu, fille de Menilek, et le ras Täfäri, tous les chefs ayant participé à la révolte apposent leur empreinte sur la proclamation de déposition de l’infortuné leğ Iyasu30. D’autres documents officiels validés par des sceaux sont conservés aux archives. Ainsi en 1931, en vue de l’ouverture du Parlement éthiopien, Haylä Sellasé demande aux « chefs et seigneurs » du Goğğam de choisir qui serait leur représentant. Après avoir élu le ras Haylu, les chefs rédigent une déclaration qu’ils signent soit de leur sceau, soit de leur empreinte digitale entourée de leur nom, sur le modèle explicite des légendes des sceaux31. La mise en équivalence de l’empreinte digitale et du sceau témoigne du caractère très personnel de ce dernier. Enfin, le sceau est aussi une marque de propriété et tous les manuscrits et livres religieux peuvent être ornés du sceau de leur propriétaire. Les institutions ou personnes morales font usage du même signe de propriété, comme l’atteste le sceau (n° 25) du couvent d’Abreha et Aṣ’beha.

  • 32 R. Pankhurst, 1973 : 181.

20Ce développement, cette « mode » de l’usage des sceaux sont pour l’Éthiopie un signe d’entrée dans la modernité puisque l’usage de sceaux dans la correspondance était extrêmement rare avant le milieu du xixe siècle. Avant 1800, quelques voyageurs font état de sceaux appartenant à des rois éthiopiens, mais sans preuve, puisque les sceaux connus sont indubitablement d’origine étrangère, ou encore matériellement différents32. En réalité, l’utilisation des sceaux ne se développe qu’à partir du règne du roi des rois Téwodros (1845-1868), dont l’empreinte a servi de modèle pour les sceaux de ses successeurs.

L’empreinte du roi des rois et la création du Lion de Juda

  • 33 Article d’Acton, Illustrated London News du 20 juin 1868, cité par R. Pankhurst, 1973 : 189.

21Nous avons déjà évoqué l’histoire de la matrice du sceau de Téwodros, saisie par les troupes anglaises à la mort du roi en 1868. Cette matrice aurait été exécutée en Égypte ou à Jérusalem avant d’être envoyée comme présent au souverain éthiopien par un évêque anglican de Jérusalem nommé Gobat33. Ces informations nous ne permettent pas de savoir si ce cadeau fait suite à une « commande » du roi, ni d’identifier le concepteur du sceau. Est-ce l’évêque anglican ? Est-ce un autre étranger ou bien un Éthiopien ? Le roi Téwodros lui-même a-t-il été consulté ? Quelle image a pu inspirer l’artiste ?

  • 34 M. Pastoureau, Couleurs, images, symboles, 1989 : 103.
  • 35 Ibid. : 101.

22Si le sceau de Téwodros a servi de modèle à tous les sceaux royaux postérieurs, l’utilisation du lion n’était pas inédite. Le däğğazmač Webé, par exemple, avait apposé un sceau orné d’un lion sur une lettre adressée à la reine Victoria en 1841, comme sur une lettre destinée à Napoléon III en 1845. Téwodros est toutefois le premier souverain à faire un emploi systématique du sceau dans sa correspondance, et ce dès le début de son règne. En revanche, son lion est le premier à être couronné. La première notice du catalogue propose une description détaillée de l’empreinte. Dans le vocabulaire héraldique occidental, un tel animal est appelé « lion passant gardant » car seule sa patte antérieure droite est levée et sa tête est orientée vers le spectateur34. Les héraldistes ont aussi appelé cette forme animale « léopard », à cause de sa position, mais il est plus juste de parler de « lion léopardé » avec son corps horizontal, sa tête de profil et sa queue dirigée vers l’extérieur. Au Moyen Âge en Occident, l’utilisation du lion sur les armoiries connut une grande vogue ; il devint un symbole très positif, associé au Christ35.

  • 36 Nous suggérons (note 58, p. 40) qu’il puisse s’agir d’une habitude linguistique commune aux musulma (...)

23L’animal ornant le sceau de Téwodros ressemble sans conteste à un lion, toutefois la légende arabe introduit le doute, puisqu’elle signifie, contre toute attente « le tigre Téwodros roi d’Éthiopie ». S’agit-il d’une erreur ? Est-ce un tigre pour les arabophones et un lion pour les Éthiopiens chrétiens ? Quelles sont les différences de signification36 ?

24Tigre ou lion, c’est une source d’inspiration puisqu’après Téwodros tous les sceaux de negus ou negusä nägäst sans exception comportent un lion ou autre félin de profil, la tête orientée vers le spectateur. De nombreuses variantes sont néanmoins perceptibles : le lion de Täklä Giyorgis (n° 2) est dessiné plutôt maladroitement et ressemble à un léopard ; il n’est pas couronné. Les couronnes portées par les animaux évoluent au fil des règnes, tandis qu’à partir de Menilek un drapeau surmonté d’un oriflamme apparaît, reposant sur la patte antérieure gauche ou droite de la bête. Chaque variante suscite une explication, le lecteur jugera si elles sont satisfaisantes ou pas !

  • 37 L’explorateur français Jules Borelli affirme que le sceau a été gravé en Italie (Pankhurst, 1973 : (...)
  • 38 Cf. E. Sohier, « La création des symboles nationaux éthiopiens et la conquête coloniale sous le règ (...)

25Le deuxième sceau de référence dans la création et la mise en forme du symbole royal est le premier de la collection Boucoiran consacré à Menilek. Notre notice (n° 6) admet l’hypothèse, émise antérieurement37, que sa matrice* ait été gravée en Occident, peut-être en Italie. Cette constatation nous induit à penser qu’une des raisons d’être initiales des sceaux est de parapher la correspondance destinée aux gouvernements étrangers. En effet, le recours à des images et des symboles qui soient familiers à leurs correspondants était peut-être, pour les souverains éthiopiens, un moyen privilégié de se faire reconnaître d’eux comme leurs pairs38.

  • 39 Barhu Zewde, A History of Modern Ethiopia, 1855-1974, 1991 : 50.

26Quel était, dès avant Menilek, l’objet de ces correspondances ? Les épîtres des chefs éthiopiens adressées aux gouvernements étrangers au xixe siècle visent en premier lieu à obtenir des armes pour lutter contre les musulmans, et ce en particulier sous les règnes de Téwodros et de Yohannes IV, qui périt d’ailleurs sous leurs fers. Face à un encerclement par les troupes égyptiennes du khédive, ces deux souverains en appellent au christianisme de la reine Victoria pour solliciter son secours. Le roi Yohannes écrit au président français et aux rois d’Autriche, d’Allemagne et de Russie, à propos du même objet39. Dans ces lettres il est important de valoriser les fondements chrétiens du pouvoir royal éthiopien pour justifier et encourager des demandes d’aide ; c’est, notamment, le rôle du sceau. L’enjeu est de taille, puisque les armes demandées jouent également un rôle majeur en politique intérieure : seul le chef en possession d’un nombre respectable de fusils et de canons est en mesure de dominer ses rivaux. Les sceaux sont bien présents dans la vie politique intérieure dès le règne de Téwodros. Les contenus des empreintes sont riches d’informations à ce propos.

Le sceau comme discours du pouvoir politique sur lui-même

  • 40 Voir S. Rubenson, “The Lion of Judah. Christian Symbol and/or Imperial title”, JES, vol. III-2, 196 (...)

27La figuration du lion sur le sceau royal pourrait donc être en partie d’inspiration occidentale. Mais quelle signification a-t-elle dans le contexte éthiopien ? Associé à la devise « Il a vaincu le lion de la tribu de Juda », le fauve couronné et armé d’une croix évoque le Christ, comme le suggère notre notice n° 6. Cette association du roi des rois au Christ fait référence à la mythologie royale éthiopienne, selon laquelle le roi chrétien éthiopien descend de Salomon, à l’instar du Christ, dont le roi des rois est par conséquent le cousin40. Cette empreinte est donc un discours sur l’origine du pouvoir royal, dont l’idéologie est véhiculée par une simple image. Nous comprenons ainsi mieux pourquoi le même symbole fut repris par tous les rois successifs, comme le montrent les sceaux 1 à 18 de la collection.

  • 41 S’agirait-il d’évoquer, symboliquement, la différence de genre de la nouvelle souveraine ?

28Au cours de sa carrière, un dignitaire peut changer de sceau pour diverses raisons : améliorer la gravure de la matrice* en usage, la remplacer si elle est abîmée ou défectueuse, ou encore afficher un changement de titre, une promotion. L’adoption du lion sur un sceau est, pour son sigillant*, le symbole de la prise du pouvoir suprême, ou tout au moins d’une marche vers ce pouvoir. Ainsi, la couronne du sceau de l’héritier désigné de Menilek, Iyasu, est-elle remplacée par un lion marchant lors de la prise effective du pouvoir par le leğ, certainement après la disparition de son illustre grand-père (cf. les sceaux n° 15 et n° 16). Le changement d’iconographie illustre un passage, une transmission du pouvoir. Quelques années plus tard, la colombe du sceau ante susceptum* de Zäwditu se mue, après le couronnement de la reine des rois, en un lion, cheminant curieusement en sens inverse de ses prédécesseurs41. Quoi qu’il en soit, le sceau est un signal destiné, sinon au pays tout entier, tout au moins aux lettrés civils et religieux et à toutes personnes investies de quelque forme de pouvoir, d’autant plus que le lion est un symbole connu de tous, Éthiopiens comme étrangers. L’empreinte donne à voir, par un symbole, un nouvel état de fait, un changement, une revendication dans la conduite de l’État. La composition des nouveaux sceaux reprenant des éléments déployés dans les sceaux antérieurs, on peut penser que leur iconographie répondait à des codes déchiffrables par toutes les personnes proches du pouvoir.

29Les différentes empreintes royales nous montrent bien le rôle et l’importance de l’imitation dans la représentation du pouvoir ; les souverains se suivent et se ressemblent, tout au moins dans les fondements idéologiques de leur légitimité. La reprise des mêmes symboles engendre une certaine idée de parenté entre les souverains ; cette parenté est théorique (tous les rois des rois descendent de Salomon), à défaut d’être réelle : Téwodros, Yohannes et Menilek n’avaient pas de parenté civile commune ; si Zäwditu est bien la fille de Menilek son successeur, Haylä Sellasé, n’appartenait pas à la même famille. La reprise des symboles du prédécesseur permet de donner à voir la continuité de l’exercice du pouvoir. La construction des symboles royaux, comme le lion de Juda, témoigne aussi de la nécessité pour le pouvoir central d’adopter des attributs forts, et si possible stables, pour donner à voir l’idée de son renforcement et de la construction de l’État moderne.

30Le phénomène d’imitation est observable aussi au niveau des dignitaires de rang moins élevé. La langue utilisée dans les légendes est à 99 % le ge’ez, la langue liturgique chrétienne du pays, même si tous les sigillants* ne sont pas d’origine chrétienne (cf. les sceaux n° 13 et 14 de Mika’él ou le sceau n° 60 du däğğazmač Gäbrä Ig’ziabhér). Le même vocabulaire est aussi souvent repris, puisque le mot zemahetäm, abréviation de zentu mahetäm, « ceci est le sceau », introduit la plupart des légendes. Tous ces dignitaires appartiennent donc à un réseau et il est significatif que le phénomène des sceaux prenne de l’ampleur à l’heure de la centralisation du pouvoir. Toutefois, si le phénomène d’imitation est significatif, celui de différenciation observable sur certaines empreintes l’est tout autant.

31La langue arabe, ou tout au moins une graphie qui se veut telle, est utilisée sur 12 % des sceaux. Elle répond d’abord à un but pratique, le besoin de communication avec les arabophones, ce qu’atteste de prime abord le sceau du roi Téwodros. Toutefois, dans d’autres cas, l’utilisation de la langue arabe apparaît comme une véritable revendication politique. Les sceaux du negus Mika’él en sont les meilleurs exemples : si, après sa conversion au christianisme, l’ancien chef musulman masque ses origines en employant uniquement le ge’ez et des symboles chrétiens pour son sceau (n° 31), en revanche il y introduit la langue arabe après avoir acquis force et autonomie dans le royaume, au risque de déclencher les soupçons des autres chefs chrétiens (cf. les sceaux n° 13 et 14). Les légendes de ces deux derniers sceaux sont surprenantes, puisque leurs textes ge’ez expriment des idées chrétiennes sur la nature du pouvoir du negus, tandis que les légendes arabes rappellent ses origines musulmanes, comme par défi. Ces empreintes reflètent fidèlement le parcours de Mika’él pour accéder au pouvoir, et expriment son identité complexe, celle d’un chef chrétien d’origine musulmane.

32À la question « que racontent les empreintes ? », on peut donc répondre : le pouvoir éthiopien, sa dimension religieuse intrinsèque, son idéologie, son organisation (système de titulatures), ses protagonistes, leurs origines réelles ou mythiques, leurs prérogatives (rendre la justice, l’apanage de la force, de la chasse, etc.), leurs attributs (couronnes, trônes, bâtons de commandement, etc.). L’utilisation des sceaux est un phénomène récent dans l’histoire de la royauté éthiopienne, qui trouve donc néanmoins rapidement une place et une grande importance dans la vie politique du pays. C’est du moins l’idée que nous donnent les sources écrites élaborées à la même époque.

On ne badine avec les sceaux : quelques affaires d’État

  • 42 Bairu Tafla, “Civil Titles and Offices in the Reign of Emperor Menilek II, 1889-1913”, IV congresso (...)

33Après le règne de Téwodros, la fabrication d’un sceau devient l’un des premiers actes effectués par un dignitaire après son accession au pouvoir suprême, comme en témoigne le sceau de Täklä Giyorgis (n° 2). Le sceau équivaut à la signature du souverain, aussi doit-il être conservé précieusement42. Les sigillants* confient leurs sceaux à des personnes de confiance. Dans le cas du roi, c’est le secrétaire et chroniqueur appelé ṣähafé-te’ezaz, qui est chargé de veiller sur le sceau royal, à l’instar du Garde des Sceaux de la France.

  • 43 Guébré Sellassié, 1930 : 108-110.
  • 44 Ibid. : 110.

34Plusieurs passages de la Chronique de Menilek II expriment l’importance accordée aux sceaux au cours de ce règne. L’une des prérogatives royales est de rendre la justice, et la chronique rapporte différentes scènes de jugement où la sagesse biblique de Menilek II est célébrée. Le sceau est au cœur de plusieurs procès et il sert parfois de pièce à conviction pour prouver l’innocence ou la culpabilité d’un accusé. Il en est ainsi dans le vingtième chapitre de la Chronique, intitulé : « Ménélik rend un jugement admirable »43. Au cours d’un procès, le jeune roi du Šäwa démasque les coupables après avoir remarqué la supercherie d’une pièce d’accusation, une lettre non scellée. Après ce jugement « les docteurs, les chefs et l’armée, remplis d’admiration et convaincus que l’Esprit de Dieu habitait en Ménélik, furent saisis d’étonnement et de crainte »44. Le sceau constitue le seul moyen d’authentifier un document et son absence est suspecte.

35La généralisation de l’emploi des sceaux sous le règne du même roi est exprimée dans un autre passage. Avant son affrontement avec Täklä Haymanot en 1882 (cf. la notice du sceau n° 12), Menilek reçoit des émissaires du roi du Goğğam qui lui transmettent un message oral assez insultant.

  • 45 Ibid. : 178.

« Le roi Ménélik s’écria alors : “Vous êtes des menteurs et je ne crois pas que ce message que vous m’apportez soit de lui. Les convenances l’empêchent, puisqu’il se dit roi, de m’envoyer un message qui ne soit pas écrit et scellé de son sceau”. Ceux-ci alors : “Non, nous vous avons bien transmis les paroles de notre maître. Si nous avons menti, nous consentons à être punis” »45.

36Cette anecdote indique que, dès le début des années 1880, l’écrit tend déjà à remplacer l’oral dans les échanges, tout au moins entre les plus hauts dignitaires du royaume.

37Si le sceau est d’abord utilisé pour parapher la correspondance, il est aussi utilisé pour parapher les déclarations royales lues au peuple à travers le pays. Ainsi, en 1889, Menilek II ordonne, peu après son couronnement comme roi des rois, que des répons liturgiques soient chantés par le peuple pour conjurer l’épizootie qui ravage le pays. Une ordonnance est rédigée et lue à travers le territoire ; elle commence ainsi :

  • 46 Ibid : 309.

« Nous autres, rois temporels, lorsque nous envoyons une lettre portant notre sceau, celui qui est au loin s’approche, celui qui est assis se lève et celui qui parle se tait pour en écouter la lecture. […] »46.

38On ordonne à la population d’entourer de respect la lettre ornée du sceau royal, presque au même titre que la présence du roi lui-même. Le sceau pallie l’absence physique du roi. Il compense d’ailleurs aussi cette absence à l’étranger, puisque les souverains éthiopiens ne quittent pas leur pays avant le règne d’Haylä Sellasé. Il revient donc au sceau de véhiculer les marques de la puissance du roi jusqu’aux destinataires de ses épîtres. C’est ce que nous apprend la Chronique de la fille de Menilek II, Zäwditu.

39Le début de la chronique de cette reine des rois est consacré, comme il se doit, au règne de son illustre père Menilek II et aux réalisations de ce dernier. Le deuxième chapitre, dont le titre peut être traduit par : « Sur la voie de la civilisation », résume en vingt-six points les mesures prises par le roi pour le progrès de son pays. Le dix-huitième point célèbre la création du sceau royal :

  • 47 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994 : 308.

« He made a seal saying : “the Conquering Lion of the Tribe of Judah, Menilek II, Emperor of Ethiopia.” And it has a lion on it, and the lion has an Ethiopian flag in its right hand, and on top it has the sign of the cross. It also wears a crown. It is baring its teeth and has staring eyes -it is a majestic and fearsome sign for the enemy. It bares its teeth to bite its enemy and its eyes are formed staring at the enemy. Its form is known to the world’s governments. And it will be unforgettable and unchanged for ever »47.

40Ce témoignage illustre la croyance en l’efficacité du sceau et de son message. Cette idée de force apparaît aussi quand la fabrication ou l’utilisation d’une empreinte répond à une revendication.

41Les premiers sceaux de Menilek clament le pouvoir suprême du roi alors que ce dernier n’est pourtant pas encore couronné roi des rois (sceaux n° 6 et 7). Täklä Giyorgis fait de même dans sa course au pouvoir (n° 2), comme Mika’él, dans une certaine mesure, à travers l’iconographie de son dernier sceau (n° 13). L’étroite surface de l’empreinte recèle donc parfois de véritables manifestes politiques. Voici un autre exemple : avant sa mort en 1911, le régent de Iyasu, ras bitwäddäd Täsämma, est soupçonné par le peuple de vouloir prendre le pouvoir. Le premier objet de la suspicion populaire concerne le dernier sceau du dignitaire et l’utilisation qui en est faite :

  • 48 Mersé Hazen Wolde Qirqos, Of what I saw and heard. The last Years of Emperor Menelik II & the brie (...)

« The only personalities who could affix their seal on the top margin of a document were the Emperor, the Empress, and the Archbishop. Other Rases and Ras Bitwodeds had no right to affix their seals on top. Nonetheless, from the time he held the authority of the state, ras Bitwoded Tessema began affixing his seal on top. He included the image of a lion in the seal. Thus, the public considered this style as an indication of his intention to wrest the crown »48.

42Le sceau est perçu comme l’expression d’une revendication, c’est la traduction visuelle d’un dessein ; c’est à la fois un témoin et un acteur de la vie politique éthiopienne. Cette importance a un revers : les mêmes années connaissent plusieurs cas de détournements de sceaux, transformés en véritables affaires d’État.

43Un an après la mort du roi Täklä Haymanot (cf. notice n° 12), Menilek apprend que son fils, le däğğazmač Seyyum, a fait enchaîner plusieurs chefs à tort. Le roi fait alors comparaître devant lui les prisonniers et leur geôlier. Celui-ci accuse les chefs de lui avoir envoyé des lettres, scellées de leurs sceaux, lui proposant d’attaquer et de spolier un autre dignitaire, le ras Mängäša Yohannes (sceau n° 32) ; les lettres en question sont avancées comme preuves devant le roi. Toutefois les trois prisonniers rejettent l’accusation portée contre eux, ce qui ouvre le débat. Voici la suite de cette affaire :

  • 49 Guébré Sellassié, 1932 : 493-494.

« Le Dieu de Djan-hoï [Menilek] qui, après avoir détruit les ennemis et agrandi le pays, vous a fait régner daignera vous inspirer une sentence selon la vérité. Examinez donc cette affaire selon les lumières qu’Il vous donnera ! » À ce moment, les chefs et les soldats commencèrent à discuter entre eux. Une partie des chefs disaient : « S’il y a le sceau sur ces lettres qu’est-il besoin de témoins ? » D’autres au contraire disaient : « Est-il donc possible de corrompre avec de l’argent le serviteur qui a la garde du sceau de son maître ? » D’autres répliquaient : « Que le roi oint par le Seigneur examine lui-même cette affaire ! Un autre que lui chercherait en vain ».
Alors Djan-hoï dit : « Montrez-moi leurs sceaux ! » et on les lui apporta. Atié Ménélik appliqua ces sceaux sur un autre papier et les confronta avec ceux qui étaient sur les lettres que le dèdjatch Seïoum disait lui avoir été envoyées. Ils furent trouvés absolument semblables.
Djan-hoï – car rendre la justice est difficile – chercha en lui-même beaucoup d’expédients. Après avoir longuement réfléchi, il dit : « apportez-moi un compas. » Or, ayant mesuré, il trouva que le diamètre et le cercle étaient les mêmes. Après cela, il mesura avec le compas la grandeur des lettres et l’espace qui se trouvait entre chacune d’elles ; et il arriva que l’on découvrit une différence entre les empreintes des sceaux qui se trouvaient sur les lettres apportées par le dèdjatch Seïoum et les sceaux avec leur reproduction sur les lettres incriminées, « je trouve que les lettres et l’espace qui se trouve entre les lettres sont différents. C’est donc toi qui as fait cela. Dis-moi la vérité ! ».
Atié Ménélik n’eut à poser qu’une seule fois cette question au dèdjatch Seïoum. Celui-ci […] répondit : « Oui, c’est moi qui, après avoir fait fabriquer un sceau semblable, l’ai appliqué sur l’une des lettres. Quant au second sceau, ayant reçu une lettre qui contenait tout autre chose et qui avait au-dessous du sceau un certain espace blanc, j’ai coupé la partie écrite et je l’ai jetée ; après quoi, retournant le papier, ce qui faisait que le sceau était en bas, j’ai écrit la lettre dont il s’agit. J’ai fait de même pour la troisième lettre. Maintenant que le seigneur vous a tout révélé, jugez-moi selon votre clémence et votre bonté, car je n’ai plus rien à vous cacher. »49 (sic).

44Les fausses accusations du däğğazmač Seyyum étaient en fait, semble-t-il, une vengeance contre les anciens dignitaires de son père qui l’avaient quitté pour se rendre au service d’un autre. Le compte-rendu du procès nous montre à quel point les sceaux peuvent être au cœur des débats et observés dans leurs moindres détails ! D’autres affaires judiciaires autour de manipulations de sceaux sont rapportées dans les sources datant de cette époque ; certaines affaires eurent même un caractère international. Un télégramme envoyé de Djibouti le 8 février 1911 au ministre français des Affaires étrangères et aujourd’hui conservé dans les archives de ce ministère, attira notre attention :

  • 50 MAE, Nouvelle série, Correspondance politique et commerciale, 1897-1918 Éthiopie (Dossier 206-1, Ét (...)

« Le Ministre des Affaires étrangères désirerait savoir si un graveur nommé Lesieur demeurant 32 passage Verdeau pourrait en faisant appel à ses souvenirs fournir le signalement de la ou des personnes qui lui ont commandé et auxquels il a livré le 30 septembre 1909 un timbre rond cuivre grand modèle en caractères abyssins, lion filets ornement […]50 ».

  • 51 MAE, Nouvelle série, Correspondance politique et commerciale, 1897-1918 Éthiopie (Dossier 206-1, Ét (...)

45Une lettre envoyée par un membre de la Légation française à Addis-Abeba quelques jours plus tard apporte quelques lumières sur cette affaire : deux étrangers, Hadj Abdallah el Sadek et Serkis Terzian sont accusés d’avoir fait graver une contrefaçon du sceau de Menilek II à Paris, où ils s’étaient rendus en mission spéciale pour le compte du roi. Une séance improvisée de tribunal s’est tenue à ce sujet au gebbi d’Addis-Abeba le dimanche 5 février 1911, mais on ne sait pas comment s’est dénouée cette sombre affaire puisque le principal témoin du délit, le graveur du passage Verdeau, M. Lesieur, avait perdu la raison et séjournait dans un asile d’aliénés depuis l’année précédente51. Le näggadras Igazu envoya à la légation française une photographie de ladite fausse empreinte, qu’on peut aujourd’hui observer aux archives. Le Lion de Juda y ferme une paupière et la légende qui l’entoure est plus succincte que sur l’original : un œil averti pouvait donc aisément remarquer la supercherie.

Perspectives

46Michel Pastoureau a souligné l’intérêt et la richesse de l’étude des sceaux pour l’historien du Moyen Âge occidental. Malgré ses dimensions réduites, le sceau est une source riche d’informations. En outre, il est fiable et de grande valeur puisque sa légende et son iconographie, destinées à demeurer et à représenter leur sigillant*, étaient choisies avec soin. L’étude de ces documents, qui réunissent en fin de compte un grand nombre d’informations, peut donc être d’un grand recours pour approfondir nos connaissances sur la société politique éthiopienne à la période considérée. Ces images pourraient être de formidables supports pour des études prosopographiques.

47Le sceau est un objet à la fois public et très personnel. Il reflète tour à tour une ascendance dynastique réelle ou mythique, une idéologie, un parcours politique, des aspirations. Il peut être le reflet d’un moment particulier, comme un couronnement, ou d’une situation politique circonscrite dans le temps : le sceau du negus Täklä Haymanot (n° 12), par exemple, est le résultat et le témoin d’un accord politique. Dans tous les cas, ce sont des signes – et des acteurs – de la centralisation et de la modernisation du pouvoir politique éthiopien à l’heure de la création de l’Éthiopie contemporaine.

48Ces images racontent toutes une histoire qu’il nous faut aujourd’hui essayer de déchiffrer… ce que nous avons tenté de faire, tout en étant conscients de nos limites, dues à l’éloignement historique, géographique et culturel, source d’imprécisions et de probables erreurs d’interprétation !

49Ces recherches pourraient être développées et enrichies par la mise au jour de lettres ou de documents originaux ornés de ces sceaux. On pourrait ainsi mieux les mesurer, les dater, connaître la façon dont ils étaient utilisés, et les replacer dans un contexte historique plus précis. Les remarques, corrections ou précisions que pourraient nous apporter nos lecteurs, sigillographes avertis ou simples historiens, seraient précieuses pour la poursuite de l’étude et pour une meilleure compréhension de ces documents iconographiques. Mais on peut se demander si les concepteurs des sceaux n’envisageaient qu’une unique interprétation… et la même question se pose pour leurs contemporains. Notre étude, bien loin de clore le débat, ouvre ainsi de nouvelles perspectives de recherche.

Notes

14 Sur ce problème, Serge Tornay apporte quelques éléments de réponse dans l’avant-propos de notre ouvrage.

15 Archivio Storico del Ministero degli Affari Esteri (ASMAE), Rome : Ministero Africa Italiana (MAI), Etiopia, Posizione 36/1 (1857-1885), busta 8 : « 1879 : Lettera di Re Giovanni a SM. Risposto. Schema di un trattato di amicizia e commerzio. M. Massaia e il progetto del trattato ». Cf. le sceau n° 5.

16 ASMAE : MAI, Etiopia, Posizione 36/1 (1857-1885), busta 10.

17 Dans la France médiévale, par exemple, la couleur des sceaux avait une signification : ainsi les actes royaux solennels étaient verts, ceux de la chancellerie ordinaire bruns, les actes du prince rouges, etc. Robero Lucio Rosaia, Marzia Ratti, Euro Capellini, Les sceaux, empreintes du pouvoir, 2001 : 26.

18 Image reproduite dans l’avant-propos, page 15 avec nos remerciements à Richard Pankhurst.

19 Article d’Acton paru dans l’Illustrated London News le 20 juin 1868 et cité par Richard Pankhurst, « Letter Writing and the use of Royal and Imperial Seals in Ethiopia prior to the Twentieth Century », JES, 1973, vol. XI-1 : 189.

20 Ibid.

21 Guébré Sellassié, Chronique du règne de Ménélik II, roi des rois d’Éthiopie, tome II, 1932 : 486.

22 M. Pastoureau, Les sceaux, 1981 : 27.

23 Pankhurst, 1973 : 179-207

24 Guébré Sellassié, tome 1, 1930 : 108.

25 Archives du ministère des Affaires Étrangères (MAE), Paris : K-Afrique, Éthiopie, Vol. 8 : Rapport du consul M. Boucoiran du 30 mars 1921 au ministre des Affaires étrangères français.

26 Est-ce dû au hasard de la conservation des sources jusqu’à nous ou à l’absence de la cire à cacheter sur les marchés éthiopiens ?

27 Nous ne revenons pas sur le problème de la couleur de l’encre, évoqué plus haut.

28 Skinner, Robert P., Abyssinia of Today, 1969 : 202.

29 Guébré Sellassié, 1932 : 512.

30 Guébré-Igziabiher Elyas, Prowess, Piety and Politics, The Chronicle of Abeto Iyasu and empress Zewditu of Ethiopia (1909-1930), 1994 : 364.

31 ASMAE, MAI, Etiopia, po. 54/31, dossier sur l’élection du ras Haylu dont les documents originaux étaient conservés dans les archives du gouvernement éthiopien à Addis-Abeba.

32 R. Pankhurst, 1973 : 181.

33 Article d’Acton, Illustrated London News du 20 juin 1868, cité par R. Pankhurst, 1973 : 189.

34 M. Pastoureau, Couleurs, images, symboles, 1989 : 103.

35 Ibid. : 101.

36 Nous suggérons (note 58, p. 40) qu’il puisse s’agir d’une habitude linguistique commune aux musulmans et aux chrétiens : en anglais, les Éthiopiens des Hauts-Plateaux nomment « tiger » aussi bien le léopard que le guépard.

37 L’explorateur français Jules Borelli affirme que le sceau a été gravé en Italie (Pankhurst, 1973 : 194).

38 Cf. E. Sohier, « La création des symboles nationaux éthiopiens et la conquête coloniale sous le règne du roi des rois Menilek II (1889-1913) », Hypothèses, 2007, sous presse.

39 Barhu Zewde, A History of Modern Ethiopia, 1855-1974, 1991 : 50.

40 Voir S. Rubenson, “The Lion of Judah. Christian Symbol and/or Imperial title”, JES, vol. III-2, 1965 : 75-85.

41 S’agirait-il d’évoquer, symboliquement, la différence de genre de la nouvelle souveraine ?

42 Bairu Tafla, “Civil Titles and Offices in the Reign of Emperor Menilek II, 1889-1913”, IV congresso internazionale di studii etiopici, 1974, vol. I : 607.

43 Guébré Sellassié, 1930 : 108-110.

44 Ibid. : 110.

45 Ibid. : 178.

46 Ibid : 309.

47 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994 : 308.

48 Mersé Hazen Wolde Qirqos, Of what I saw and heard. The last Years of Emperor Menelik II & the brief Rule of Iyassu, 2004 : 91.

49 Guébré Sellassié, 1932 : 493-494.

50 MAE, Nouvelle série, Correspondance politique et commerciale, 1897-1918 Éthiopie (Dossier 206-1, Éthiopie 1910-1911) « Contrefaçon du sceau de l’Empereur par un Français nommé Lesieur ». Télégramme de Roux, Djibouti le 8 février 1911.

51 MAE, Nouvelle série, Correspondance politique et commerciale, 1897-1918 Éthiopie (Dossier 206-1, Éthiopie 1910-1911) « Contrefaçon du sceau de l’Empereur par un Français nommé Lesieur ». Lettre de Brice au MAE de Addis-Abeba le 27 février 1911.

© Centre français des études éthiopiennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr