Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Empreintes du temps

 | 
Serge Tornay
, 
Estelle Sohier

Avant-propos

Serge Tornay

Texte intégral

Origine de la collection

  • 2 Serge Tornay, « A Hundred-and-One Pictures of Ethiopian Royal and Noblemen’s Seals Collected by the (...)

1Au début de l’année 2002, une offre de donation d’une collection de photographies d’empreintes de sceaux éthiopiens réunie au début du xxe siècle par le Consul de France Maurice Boucoiran parvenait au département d’Afrique du Musée de l’Homme. À cette époque, de nouvelles acquisitions n’étaient plus à l’ordre du jour au Musée de l’Homme car notre institution cédait l’ensemble de ses collections ethnographiques et sa bibliothèque au futur Musée du Quai Branly. Après avoir pris conseil auprès du Dr. Richard Pankhurst, je conseillai à Madame Anita Bruneton, fille du Consul, de diriger sa donation vers l’Institute of Ethiopian Studies d’Addis Abäba. L’idée fit son chemin et la donation eut lieu en juillet 2003 à Hambourg, à l’occasion de la xve Conférence internationale des études éthiopiennes. Mandaté par Madame Anita Bruneton, je remis la collection au professeur Baye Yimam, alors Directeur de l’Institute of Ethiopian Studies. Ma communication à la Conférence de Hambourg2 constituait un premier inventaire de ces empreintes. Conscients de l’importance de la sigillographie, plusieurs participants m’encouragèrent à en approfondir l’étude. Tel est l’objet du présent ouvrage, réalisé en collaboration avec Estelle Sohier, doctorante en histoire de l’Éthiopie à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Fruit d’un travail de recherche biographique et iconographique, ce livre constitue la première édition exhaustive de cette collection.

Contenu de la donation

2La donation, qui fait désormais partie du fonds de l’Institute of Ethiopian Studies, comporte les éléments suivants :

    • 3 Usage de l’astérisque : sigillant*, terme dont on trouve la définition dans le Glossaire I, « Petit (...)
    • 4 Maurice Boucoiran fut en poste à la Légation de France en Éthiopie de 1912 à 1914, puis de 1919 à 1 (...)

    Cent-une photographies n. & bl. d’empreintes de sceaux éthiopiens, numérotées de 1 à 102, le numéro 48 étant manquant. Les titulaires de ces sceaux, ou sigillants*3, vont de l’empereur Theodoros (n° 1) à un certain Kegnazmatch Lemlon (n° 102), étant entendu que l’entière collection avait été acquise par le Consul Boucoiran avant son départ d’Éthiopie en 19254.

  • Cinq photocopies couleur de lettres de vœux, datées Méskérém 1913 et 1917, adressées à Maurice Boucoiran par de hautes personnalités, lettres revêtues des sceaux des mandants, et annexées de leur traduction française.

  • La traduction française d’un « talisman » réputé en langue ge’ez, l’original étant absent.

    • 5 Reproduite p. LXIV (vol. 2, 1932) de la Chronique de Guébrè Sellassié, avec la mention « cliché de (...)

    Une copie de la photographie, bien connue, de l’impératrice Zaouditou, prise le jour de son couronnement5.

    • 6 Publiée dans la Chronique (vol. 1, 1930, p. XIV), avec la mention « cliché Bertolani ».

    Une copie d’une photographie de « guerriers éthiopiens »6.

Caractéristiques des photographies d’empreintes

  • 7 Il pourrait s’agir de Boudros Mesrov Boyadjian ou de Lévon Yasdjian, artistes dont Berhanou Abebe ( (...)

3La collection est très homogène : ce sont des tirages n. & bl. de format classique 9 x 13 cm. De toute évidence, l’ensemble est sorti d’une même échoppe, peut-être celle d’un photographe arménien7. Proche du pouvoir, le réalisateur de la collection Boucoiran devait l’être, pour être autorisé non seulement à voir, mais à photographier les empreintes des sceaux figurant sur des documents originaux. Le résultat est sous nos yeux : d’excellents clichés, dont la reproduction dans notre ouvrage devrait ravir les amateurs de sigillographie éthiopienne. En effet, les images de ces empreintes sont d’une qualité supérieure à celle que l’on trouve dans les publications antérieures.

À quoi pouvait servir une telle collection ?

  • 8 En effet, Rosaia, Ratti & Capellini rappellent (2001 : 30) qu’aux xviiie et xixe siècles les voyage (...)
  • 9 Ceci ne serait d’ailleurs guère étonnant, si la coutume de casser la matrice du sceau à la mort de (...)
  • 10 Dans leur graphie, à trois exceptions près, celles des titres de dedjazmatch, qegnazmatch et grazma (...)

4On peut s’interroger sur la finalité de la collection, qui de toute évidence ne pouvait être un cas isolé8. Pour autant, le Consul de France n’était pas un collectionneur d’objets rares : sa famille ne possède aucune matrice* originale de l’un ou l’autre de ces sceaux9. À quoi donc était bonne la collection photographique ? À notre sens, elle constituait une sorte de Who is who ? de la haute société de l’époque, et en ce sens, elle devait représenter, pour un diplomate étranger, soit un cadeau prestigieux, soit tout simplement un instrument de travail. L’indice d’un usage pratique réside dans les légendes qui figurent au verso de chaque photographie. Ces légendes, d’une belle écriture au crayon à mine de plomb, portent le numéro d’ordre dans la collection, suivi du titre et du nom du sigillant*. L’orthographe n’est pas très sophistiquée : elle est grosso modo conforme aux habitudes des diplomates francophones de l’époque, peu initiés à l’amharique ou au ge’ez. Mais puisque nous publions « la collection Boucoiran », nous avons tenu à préserver la mémoire de ces légendes dans cet avant-propos10, ainsi qu’en pied des reproductions de chaque sceau dans le catalogue. Ces légendes ne sont pas forcément de la main du photographe : elles ont pu être l’œuvre d’une personne proche de la Légation de France sachant déchiffrer le ge’ez et l’amharique. En effet, elles contiennent peu d’erreurs manifestes quant à l’identité du sigillant*. De fait, la collection pouvait ainsi, le cas échéant, permettre de vérifier l’authenticité d’un sceau apposé sur un laissez-passer ou tout autre document émanant d’une personne de haut rang dans la société éthiopienne.

5La numérotation des sceaux dans notre ouvrage respecte l’ordre de la collection, mais a subi deux légères modifications. Le n° 48, manquant, a été réattribué au n° 49 de la collection, entraînant le décalage d’une unité pour les documents suivants. De même les sceaux n° 59 et 98 étant identiques, nous avons attribué le n° 98 à son suivant. De sorte que la collection, qui comportait à l’origine cent-une unités numérotées de 1 à 102, compte désormais cent unités numérotées de 1 à 100.

Diamètre des sceaux

6Un moyen relativement sûr de connaître le diamètre des matrices* serait de l’extrapoler à partir des empreintes figurant sur des documents originaux, soit sur des photocopies de tels documents, qui sont souvent faites à l’identique du format premier.

7Ainsi, parmi les documents photocopiés de la donation, on trouve l’empreinte du sceau de l’Abouna Mathéos (n° 23) et le diamètre de cette empreinte est de 57 mm. Pour deux autres sceaux, qui ne se trouvent pas dans la collection des empreintes, mais qui figurent sur des documents de la donation, on mesure 54 mm pour Tschafié Tezaz Ouéldé-Méskel et 61 mm. pour le magnifique sceau de l’Itchéguié Québré-Ménfes Keddous : un agneau pascal se reposant derrière la croix.

Tschafié Tezaz Ouéldé-Méskel (diamètre original : 54 mm)

Itchéguié Québré-Ménfes Keddous (diamètre original : 61 mm)

8Ces exemples donnent une bonne indication de la grandeur des autres sceaux, d’autant plus que le rapport empreinte/photographie a dû être tenu constant par l’opérateur.

9Certes, quelques sceaux sont-ils d’une taille supérieure, selon toute vraisemblance en rapport avec l’éminence du sigillant*. Ainsi, selon Richard Pankhurst, le Grand sceau de Ménélik (n° 11) aurait un diamètre de 75 mm. Le n° 10, dénommé Cachet de Ménélik, est visiblement plus petit, comme il appartient précisément à un cachet. Le n° 12, sceau de Téklé Haïmanot, aurait la même taille que celui de Ménélik. Cela pourrait être dû au fait que le sceau du Roi du Kaffa possède un double exergue*, la légende de Ménélik embrassant celle de Téklé Haïmanot, comme pour indiquer la vassalité de ce dernier. La taille du sceau n° 13, dont le titulaire est le Ras Mikael, semble comparable : il est vrai que ce ras faisait partie des tout premiers personnages de l’Éthiopie, ou en tout cas s’affirmait tel. Parmi les sceaux de grande taille, on trouvera également le n° 51, dont la dimension renvoie peut-être au statut très élevé du titulaire, l’Afé Negous Estifanos. Ces remarques, et d’autres plus précises, sur la grandeur des sceaux, figurent dans l’Introduction et dans le catalogue. D’une manière générale, si chaque document est reproduit dans ce livre un peu « plus grand que nature », c’est pour faciliter son étude iconographique.

La collection reflète-t-elle un ordre particulier ?

10Il convient de répondre par l’affirmative. De toute évidence, cet ordre est, en première approximation au moins, chronologique. À partir du n° 1, qui revient à Théodoros Roi d’Ethiopie, nous voyons défiler Teckle Giorgis, le Dedjazmatch Cassa, puis Yohannès et le même souverain avec le titre Até Yohannès ; viennent ensuite six sceaux de Ménélik, Roi du Choa avant de devenir le Roi des rois du Grand Sceau évoqué plus haut. Viennent ensuite Téklé Haïmanot, le Raz, puis Negous Mikael ; après Abieto Yassou et le Prince Lidj Yassou nous trouvons, tout logiquement Zaoditou et le Grand sceau de l’Impératrice du même nom. Les trois sceaux de Taïtou, la célèbre épouse de Ménélik, ne viennent qu’après Zaouditou, ce qui indique que l’ordre chronologique est ici ignoré au profit d’un ordre hiérarchique : dans les années 1920, c’était en effet Zaouditou qui régnait sur l’Éthiopie, même si c’était le Ras Tafari, héritier du Trône qui gouvernait de fait. Curieusement, le futur Haylä Sellasé n’apparaît dans la collection qu’en 46e et 47e positions. Après Taïtou, nous trouvons Abouna Pétros, Abouna Mathéos et Gabré Selassié Etchégué, les personnages les plus haut placés de l’Église éthiopienne, qui était encore, à cette époque, un des piliers de la monarchie. Après deux personnages ayant rang de memmher, nous trouvons Aleka Guébré Séllassié, qui devint Nebouré Gabré Sellassié un an avant sa mort : la précédence – purement protocolaire si c’est là l’intention de la liste – de Gabré Sellassié sur les grands nobles qui suivent semble confirmer le très haut rang du Ministre de la plume depuis le temps de Ménélik. Un principe hiérarchique continue à ordonner la suite de la collection. Nous trouvons les Ras des temps héroïques et du présent, d’autres seigneurs aux titres de Oaag Choum et d’Afé Negous, puis des Dedjazmatch, Nagadraz, Asadj, Qegnazmatch, Fitaurari, cet ordre reflétant plus ou moins parfaitement les précédences liées à ces titres. Woizero Mennen, l’épouse du Ras Tafari, ne vient qu’en 89 e position, avant une dizaine d’autres dignitaires, sans doute de rang moins important.

11On l’aura compris, la collection n’est pas un jeu de carte battu au hasard : elle reflète sans doute un ordre protocolaire implicite, voire explicite, que tout diplomate se devait de connaître, pour ne pas commettre d’impair dans ses relations avec la haute société éthiopienne.

Des matrices gravées ou champlevées ?

  • 11 Le terme « gravé » n’est compréhensible ici que comme le verbe le plus courant pour la taille d’un (...)

12On dispose seulement de quelques informations, ce qui les rend d’autant plus précieuses, concernant la fabrication des matrices. Le lecteur trouvera ces renseignements dans le catalogue. S’agissant des empreintes, un fait s’impose avec clarté. Les trois quarts d’entre elles manifestent un fond encré, les lettres et motifs décoratifs apparaissant en « réserve », c’est-à-dire en espace non encré : elles sont donc manifestement issues de matrices* gravées, c’est-à-dire de plaques de matière, sans doute métallique – l’argent et le cuivre étant les métaux les plus faciles à graver – dans lesquelles l’artiste a gravé au burin, et en image inverse de l’empreinte positive attendue, les textes de l’exergue* et les éléments iconographiques du champ*. Un quart des empreintes offre des caractéristiques contraires : c’est le fond qui est réservé et ce sont les légendes* et les motifs iconographiques qui ressortent en positif sur l’image. Les matrices de ces sceaux ont donc dû être champlevées. C’est le cas, par exemple, du sceau de Ménélik, réputé « gravé en Italie »11. Parmi les plus remarquables de ces sceaux champlevés, nous trouvons ceux de Taïtou, du Raz Makonnen, des Ras Tafari et Cassa ; l’un des plus séduisants au plan iconographique est celui du Raz Seyoum Mangacha Yohannès, petit-fils de l’empereur Yohannès, empreinte que nous avons choisie pour orner la couverture du livre.

13Il est au demeurant possible que les deux types de matrices, gravées et champlevées, aient pu être réalisées par une coulée de métal dans un moule, selon la technique bien connue de la cire perdue. De toute évidence, il convient, pour en savoir plus, de faire appel à des historiens de l’orfèvrerie et plus généralement de la métallurgie éthiopienne.

  • 12 vol. XV, n° 3, 1972, avec la légende Schematic representation of an Ethiopian silver seal of the la (...)

14Quant à l’allure que pouvaient avoir ces sceaux en tant qu’instruments, nous en avons trouvé une illustration en couverture d’un numéro de l’Ethiopia Observer12.

  • 13 Ces six publications sont mises en évidence dès l’Avertissement car le catalogue y fait constamment (...)

15En conclusion, chaque empreinte, qu’elle soit issue d’une matrice gravée ou champlevée, mérite une attention particulière : c’est à quoi nous nous sommes efforcés dans le catalogue qui constitue l’essentiel de notre ouvrage. La collection Boucoiran met au jour vingt-six empreintes potentiellement inédites – nous n’avons pas trouvé leur image dans les six publications principales que nous avons consultées13 – et nous espérons que sa publication permettra à nos lecteurs de dénicher ces empreintes dans d’autres sources, de trouver des réponses à nos interrogations et de faire ainsi progresser la passionnante sigillographie éthiopienne.

Notes

2 Serge Tornay, « A Hundred-and-One Pictures of Ethiopian Royal and Noblemen’s Seals Collected by the French Consul Boucoiran : A New Document in Sigillography from the time of Tewodros to the 1920s », Proceedings of the XVth. Conference of Ethiopian Studies, Hamburg, July 2003, Harrassowitz Verlag, 2006, p. : 496-506.

3 Usage de l’astérisque : sigillant*, terme dont on trouve la définition dans le Glossaire I, « Petit vocabulaire de sigillographie ». Cf. L’Avertissement qui précède le catalogue de la collection.

4 Maurice Boucoiran fut en poste à la Légation de France en Éthiopie de 1912 à 1914, puis de 1919 à 1925.

5 Reproduite p. LXIV (vol. 2, 1932) de la Chronique de Guébrè Sellassié, avec la mention « cliché de la section photographique de l’armée française ».

6 Publiée dans la Chronique (vol. 1, 1930, p. XIV), avec la mention « cliché Bertolani ».

7 Il pourrait s’agir de Boudros Mesrov Boyadjian ou de Lévon Yasdjian, artistes dont Berhanou Abebe (2003) a dépeint la vie aventureuse et proche du pouvoir.

8 En effet, Rosaia, Ratti & Capellini rappellent (2001 : 30) qu’aux xviiie et xixe siècles les voyageurs au Moyen-Orient collectionnaient volontiers les sceaux, pratique déjà relevée pour les époques romaine, byzantine et islamique.

9 Ceci ne serait d’ailleurs guère étonnant, si la coutume de casser la matrice du sceau à la mort de son titulaire était observée en Éthiopie comme chez d’autres nations. Cela pourrait expliquer la rareté de ces objets même dans les institutions muséales éthiopiennes. Estelle Sohier développe ce thème dans l’Introduction.

10 Dans leur graphie, à trois exceptions près, celles des titres de dedjazmatch, qegnazmatch et grazmatch, que nous avons rendus ainsi, plutôt que sous la forme dedjaz-macht, qui apparaît comme une curieuse contamination germaniste (Macht signifiant « pouvoir » dans la langue de Goethe).

11 Le terme « gravé » n’est compréhensible ici que comme le verbe le plus courant pour la taille d’un sceau, d’une médaille etc. Cf. notice n° 9.

12 vol. XV, n° 3, 1972, avec la légende Schematic representation of an Ethiopian silver seal of the late Nineteenth Century, from J. T. Bent, The Sacred City of the Ethiopians, London 1896 : 121. Nous remercions Richard Pankhurst pour l’autorisation de reproduire cette image.

13 Ces six publications sont mises en évidence dès l’Avertissement car le catalogue y fait constamment référence. La plus importante est la célèbre Chronique du Règne de Ménélik II, Roi des Rois d’Ethiopie de Guébré Sellassié, qui contient à elle seule la reproduction de soixante-six des cent empreintes de la collection Boucoiran.

Table des illustrations

Légende Tschafié Tezaz Ouéldé-Méskel (diamètre original : 54 mm)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Itchéguié Québré-Ménfes Keddous (diamètre original : 61 mm)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteur

© Centre français des études éthiopiennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr