Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Empreintes du temps

 | 
Serge Tornay
, 
Estelle Sohier

Préface

François-Xavier Fauvelle

Texte intégral

1La science a souvent besoin, pour progresser, d’un coup de chance ou d’une conjonction de hasards. Le présent ouvrage, qui constitue une contribution originale à la sigillographie éthiopienne et à l’histoire de ce pays, a bénéficié des deux. La chance tout d’abord. Cinquante ans après le décès d’un père qui fut Consul de France, une dame très minutieuse, mettant de l’ordre dans ses souvenirs de famille, s’est avisée qu’une collection de photos jaunies, que son père avec acquise avant 1925, date où le Consul Boucoiran quitta l’Éthiopie, méritait mieux que la brocante ou le rebut : cette centaine de photographies reproduit les empreintes des sceaux de nobles éthiopiens reconnus, voire célébrés, dans leur pays. Certains d’entre eux, ayant été revêtus au XIXe de la dignité suprême de Roi des rois, avaient mis l’Éthiopie sur le chemin de la modernité. Au début du XXe siècle, plusieurs de ces dignitaires avaient disparu, mais leur mémoire demeurait vive : la collection réunit, en exactement cent empreintes, tout ce que l’Éthiopie comptait dans son gotha nobiliaire, militaire, civil et religieux au cours des deux premières décennies du XXe siècle. Cette période agitée connut la fin du règne de Menilek II, l’aventure malheureuse d’Yasu, l’accession de Zäwditu, fille de Menilek, au pouvoir suprême et la montée en puissance du ras Täfäri, futur Haylä Sellasé. Une heureuse conjonction de hasards, ensuite. Vivant à Nîmes, la dame dont nous avons souligné le respect pour les documents réunis par son père au cours de sa carrière diplomatique, connaissait l’intérêt du Musée de l’Homme pour l’Éthiopie. Son offre de donation des photographies fut reçue au département d’Afrique, par son dernier conservateur en titre, le professeur Serge Tornay. C’était en 2002 et la délocalisation des collections ethnographiques et de la bibliothèque au profit du futur Musée du Quai Branly battait son plein. Dans son avant-propos, S. Tornay explique la suite de l’histoire : la réorientation du don vers l’Institute of Ethiopian Studies d’Addis Abeba, la donation devenue effective lors de la XVe Conférence des études éthiopiennes, à Hambourg, en juillet 2003. S. Tornay y présentait une première évaluation de la collection Boucoiran. Encouragé à entreprendre une étude exhaustive de ce document, il s’assura la collaboration d’une jeune historienne, Estelle Sohier, qui achève une thèse sur le pouvoir et ses représentations sous Menilek II et ses successeurs, jusqu’aux premières années du règne d’Haylä Sellasé. Les Empreintes du temps sont le fruit de trois ans de recherches, au cours desquels les deux auteurs n’ont cessé d’échanger leurs idées et leurs textes pour en apurer l’écriture. Le Centre Français des Études Éthiopiennes se réjouit de proposer à la communauté des « éthiopisants » cet ouvrage qui séduira les amateurs de sigillographie tout en confirmant aux historiens que ces modestes documents recèlent des trésors pour la compréhension d’une époque.

Auteur

Directeur du Centre Français des Études Éthiopiennes Addis Abeba

© Centre français des études éthiopiennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr