Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Empereur Ménélik et l'Éthiopie | አጤ ምኒልክና ኢትዮጵያ

 | 
Guebrè-Heywèt Baykedagne

Introduction

Jacques Bureau

Texte intégral

1Aujourd’hui, un peu plus qu’hier, il nous faut relire les fondateurs de la littérature éthiopienne moderne : tous ceux qui, à partir des premières années de ce siècle, se sont essayés au récit historique ou de voyage, au roman ou au pamphlet qui étaient autant d’innovations au sein d’une société dont l’écriture, pourtant ancienne, n’avait jamais été qu’au service de l’Église et de son bras séculier, la Couronne des princes salomoniens. Et retrouvons, parmi ces fondateurs, la place de Guebrè-Heywèt Baykedagne.

2Il faut relire ces auteurs parce que ce sont eux qui, dès avant l’occupation italienne de 1936-1941, ont tracé à grands traits les principes d’un nouvel ordre social éthiopien dont se sont inspirés les révolutionnaires civils des années soixante-dix, et dont se nourrissent encore les nouveaux acteurs politiques.

3Les relire aujourd’hui, plus qu’hier, parce que si les vœux de ces fondateurs semblèrent devoir se concrétiser dans les réformes de ces deux dernières décennies, notamment la réforme foncière, la séparation de l’Église et de l’État, la reconnaissance des minorités ethniques, le respect des travailleurs (de ceux qui gagnent leur pain à la sueur de leur front, ወዝአደር ou ላብአደር) et l’effort considérable d’alphabétisation des paysans, beaucoup reste encore à accomplir de leur ambitieux programme de renaissance.

4Qu’est devenu en effet l’espoir, partagé par Guebrè-Heywèt, d’un ordre politique qui ne soit plus seulement l’émanation du chef charismatique, de l’élu de Dieu, du soldat ou du tyran, d’un ordre social éclairé comme aimaient à dire ces auteurs au fait de la Révolution des Lumières, d’un système foncier et fiscal égalitaire, d’une éthique nationale, enfin, qui substitue aux valeurs guerrières celles du travail aussi bien manuel qu’intellectuel.

5Et pourquoi Guebrè-Heywèt ? Parce qu’il fut l’un des tous premiers – le livre présenté ici date de 1912 ; parce qu’il était jeune – il est mort à 33 ans – et que ses idées, sans doute peu muries et naïvement présentées, ont conservé leur fraîcheur iconoclaste ; parce qu’il était originaire du Tigré – une province déjà en conflit avec la capitale du Choa – et qu’il mêlait sa fierté provinciale à ses projets de réformes nationales et de défense de l’Éthiopie ; parce qu’enfin il fut le premier à mettre sommairement en forme, dans la langue nationale amharique, les principes d’un État moderne.

6Cette réédition, et cette traduction qui doit beaucoup aux exigences de fidélité à l’auteur de Mademoiselle Beletou kebede, ne s’imposaient pas seulement pour ces raisons d’ordre général.

  • 1 ገብረ ሕይወት ባይከዳኝ፡፡ መንግሥትና የሕዝብ አስተዳደር፡፡ አዲስ አበባ፡፡ ፲፱፻፶፫፡፡

7Deux textes de Guebrè-Heywèt ont été publiés : Le gouvernement et l’administration publique ainsi que L’Empereur Ménélik et l’Éthiopie. Le premier de ces textes est encore disponible en libraire1. Le second, que nous rééditions, est en revanche devenu une rareté.

  • 2 አየለ ዘውገ፡፡ የነጋድራስ ገብረ ሕይወት ባይከዳኝ የፖለቲካ ኢኮኖሚ አስተሳሰብ፡፡ መስከረም፡፡ ቁጥር 3፡፡ ገጽ 84-96፡፡ ቁጥር 5፡፡ ገጽ 38-63፡፡ አ (...)
  • 3 Deredje Wolde-Medhin, Formation et évolution de la pensée économique en Éthiopie, thèse de sciences (...)
  • 4 Bahru Zewde, A History of Modern Ethiopia, 1855-1974, Londres, 1991.

8Plusieurs auteurs éthiopiens ont cité L’Empereur Ménélik et l’Éthiopie et certains l’ont abondamment commenté : Ayele Zewougue, un ancien militant de la gauche civile éthiopienne qui enseigna à l’École Politique sous le régime de Menguistou, a publié deux longs articles dans la revue Meskerem2 ; Deredje Wolde-Medhin a repris cette analyse dans sa thèse de sciences économiques3 et Bahrou Zewdé a cité le texte de Guebrè-Heywèt dans son introduction à l’histoire moderne d’Éthiopie4. Bien que l’Université d’Addis-Abeba en ait une copie ce texte reste difficile d’accès.

  • 5 O. Ericksson. ብርሃን ይኹን, Asmara, 1912.

9Le texte de Guebrè-Heywèt ne constitue pas un livre à proprement parler, mais un chapitre seulement – des pages 336 à 355 – d’un ouvrage publié à Asmara en 1912 du calendrier grégorien et portant un titre marquant les intentions pieuses de son éditeur, le pasteur O. Ericksson : ብርሃን ይኹን ou Que la lumière soit5. C’est grâce à la bienveillance de Monsieur Asrés Tessema que nous avons pu obtenir la photocopie du texte imprimé de Guebrè-Heywèt. Nous l’en remercions vivement et c’est ce texte que nous reproduisons scrupuleusement, avec ses tournures qui ne peuvent être que d’un Éthiopien du nord et avec ses petites erreurs qui sont la marque des temps pionniers de l’imprimerie éthiopienne. Espérons que les historiens de la littérature amharique moderne y trouveront matière à leurs recherches.

10Les idées contenues dans ce texte sont de deux ordres : les premières sont partagées par l’ensemble des intellectuels éthiopiens du premier tiers du xxe siècle, de ceux que l’on appellera « japonisants » parce qu’à l’instar de Guebrè-Heywèt ils prendront le Japon pour modèle de modernisation et qu’ils feront de cette modernisation la condition sine qua non de la survie de l’Éthiopie ; les secondes qui sont propres à Guebrè-Heywèt, tiennent à ses origines tigré, posent la question de l’objectivité de l’histoire et constituent une vive critique du Clergé comme de la Cour. La brève biographie de Guebré-Heywèt Baykedagne qui suit nous montre ses démêlés avec l’Impératrice et certains dignitaires de la Cour qui n’auraient guère apprécié les remontrances contenues dans son Empereur Ménélik et l’Éthiopie. Le ton de cet ouvrage qui tient du pamphlet est en effet particulièrement acerbe.

11« Le fondement de l’Éthiopie est le tigré », écrit Guebrè-Heywèt qui ajoute : « C’est le Tigré qui, entre tous, devrait le plus appeler de ses vœux la longévité du royaume d’Éthiopie ». Ces remarques qui caractérisent bien le double attachement de l’auteur, à sa région et à son pays, ne manqueront pas de faire plaisir à ceux qui craignent aujourd’hui que le provincialisme, sinon même la revendication ethnique, ne constituent des obstacles à la construction nationale. Ce rappel de la grandeur tigréenne est tout de même un fait assez exceptionnel de la part d’un « japonisant » se consacrant en général assez peu à l’affirmation des fiertés régionales.

12Guebrè-Heywèt reproche à Ménélik de ne s’être guère préoccupé des Tigréens et d’avoir laissé les Choans s’emparer de toutes les hautes fonctions gouvernementales. Cette accusation qui n’est pas sans fondement, et qui a bien souvent été répétée depuis, est à comprendre ici dans le contexte du règne de Ménélik.

13Succédant à l’Empereur tigréen Yohannes, et ayant dû céder aux Italiens une part importante du Tigré historique – la province du Hamassien – qui devint le cœur de la colonie d’Érythrée, Ménélik a été constamment en butte à l’opposition des chefs tigréens qu’il soumit certes, mais au prix de l’abandon de cette province aux mains de ces chefs de guerre qui l’ont dévastée, comme le souligne Guebrè-Heywèt avec amertume. Si notre auteur condamne en effet Ménélik pour sa politique tigréenne, il condamne aussi, et très sévèrement, les chefs tigréens qui ont été d’autant plus facilement soumis et écartés du pouvoir central qu’ils n’ont eu de cesse de se quereller.

14Dans cette époque charnière de l’histoire éthiopienne dont le tigré eut sans aucun doute à souffrir, tant il était pris entre son inévitable soutien au principe d’une Éthiopie indépendante et son penchant à chercher chez le colonisateur italien, son voisin, un soutien dans sa lutte contre l’hégémonie des princes du Choa, c’est aussi lui qui fut la « bête noire » de Ménélik qui s’en serait souvent plaint. L’Empereur n’aurait-il pas dit, lors d’une des multiples révoltes des gouverneurs tigréens:

Oui, répondent les Wolamo à l’appel !

Oui, répondent les Sidamo !

Oui, répondent les Gamo !

  • 6 J. Baeteman, Dictionnaire Amarigna-Français, Dire-Daoua, 1929, p. 1063. Notre traduction de :
    ውላሞ ሲል (...)

Mais le Tigré, voisin des Italiens, n’a de cesse de me créer des problèmes6.

15Relevons aussi deux autres traits qui marquent le double attachement de Guebrè-Heywèt à son pays du Tigré et à la culture nationale des Habecha.

16Guebrè-Heywèt ne mentionne jamais dans son texte le nom d’Érythrée, mais celui de Hamassien, pour désigner cette part du pays tigré qui, du fait de la conquête coloniale italienne, avait été en contact avec la culture occidentale. Notre auteur, qui ne manque pas de courage en l’occurrence, n’hésite pas à donner en exemple au gouvernement de son pays les expériences du Soudan et de l’Érythrée en matière d’ouverture à la civilisation. Il ne fut pas le seul des « japonisants » à faire appel à cette stimulation naissant de l’intervention européenne dans la région; ce qui valut d’ailleurs à ces jeunes modernistes les reproches des tenants de l’ordre éthiopien ancien qui les accusaient d’être des espions à la solde des Nazaréens, c’est-à-dire des Européens, comme le souligne aussi Guebrè-Heywèt.

  • 7 H. Ludolf, Commentarius, Fancfort, 1691, p. 49-55.

17Notons ensuite que Guebrè-Heywèt emploie exclusivement le terme de Habecha pour désigner ses compatriotes. Alors que son pays est toujours appelé Éthiopie, ses habitants sont les Habecha. Ce nom très ancien (voir par exemple la magistrale analyse de Ludolf au xviie siècle7) est en effet demeuré jusqu’au xxe siècle celui par lequel les habitants de la région éthiopienne se sont distingués de leurs voisins immédiats, les Arabes, et de leurs lointains visiteurs que sont les Farendj, les Francs, depuis l’époque des Croisades. Bien que nombre d’intellectuels éthiopiens modernes préfèrent à ce nom d’Habecha, dont nous avons fait Abyssins, celui d’Éthiopien, il reste que c’est encore celui qui prévaut dans le peuple et qui désigne, en tant qu’adjectif, toutes les coutumes ou habitudes propres à ce peuple. Jamais on ne dira d’un costume comme la chama, d’un plat comme l’endjera, ou d’un trait de caractère comme celui d’être en retard aux rendez-vous, qu’ils sont éthiopiens; ils sont habecha.

18Un autre trait distinctif de ce court texte est son ambition de poser les principes d’une histoire « véridique », impliquant le don d’observation, la capacité à juger équitablement des faits et la plume capable de rendre compte enfin de ces observations comme de ces jugements. Le lecteur de L’Empereur Ménélik et l’Éthiopie pourrait ainsi croire, au vu de ses premiers paragraphes, qu’il a affaire à un essai historique. Passé trois pages pourtant, l’auteur déplace son sujet, et non sans quelque malice, de l’histoire que lui-même craint de trahir, à la critique de la culture politique de son pays.

19Observant que le règne de Ménélik avait été marqué par une relative paix, ainsi que par sa reconnaissance internationale, Guebrè-Heywèt se demande pourquoi ; en fait, il pose directement la question aux principaux peuples d’Éthiopie : Tigréen, Amhara, Wolliyé, Galla ou Godjamé. Tous ont de plus ou moins bonnes raisons d’expliquer le règne heureux de Ménélik, constate-il ; mais il y en a un dont la raison ne le satisfait pas. C’est l’Amhara, ou le Choan, qui voudrait faire croire que Ménélik a révélé à son peuple les bienfaits de l’éducation moderne, ainsi que l’écrit Afework dans le petit texte placé par Guebrè-Heywèt en exergue de son livre.

20Rien n’est moins vrai, écrit en substance Guebrè-Heywèt qui demande où sont les écoles promises. Ce que reproche en effet l’auteur à Ménélik, c’est d’avoir assuré la paix de son pays au prix du maintien de son peuple dans l’ignorance, d’avoir refusé d’affronter l’impopularité de réformes éducatives et d’avoir flatté la vanité d’une Noblesse et d’un Clergé attachés à leurs privilèges.

21C’est à partir d’un constat – le peuple d’Éthiopie doit son retard à sa nature rebelle aux réformes – que Guebrè-Heywèt entre enfin dans le vif de son sujet : c’est-à-dire l’impérative nécessité d’ouvrir le pays à l’éducation moderne, de l’éclairer en utilisant les services des Farendj s’il le faut, et de briser les privilèges de l’Église et de la Cour.

22Tout le programme de réforme exposé en quelques brèves sentences dans ce texte est en effet conditionné par la création d’un système d’éducation moderne. Bien que celle-ci soit enlevée aux prêtres, condamnés pour leur ignorance et leur dogmatisme, elle accorde encore une part considérable à l’enseignement religieux, principalement à celui des Évangiles. On sent là, comme chez bien d’autres intellectuels de cette époque, les limites de leur volonté d’émancipation qui passe toujours par le souci de réanimer la foi nationale.

23Dangereusement menacée par les missions qui ont introduit, à partir de l’Érythrée, les rudiments d’un esprit critique faisant alors terriblement défaut au Clergé national, et Guebrè-Heywèt se félicite de cette rivalité salvatrice, la religion chrétienne demeure néanmoins l’un des remparts de l’indépendance éthiopienne. L’expérience politique de la révolution de 1974 ne mettra d’ailleurs pas fin à ce primat de la religion dans la définition de la nation ; n’a-t-on pas vu en effet Menguistou, qui avait mis en place un régime athée, avoir eu recours, en dernier ressort, à l’Église nationale pour justifier sa défense de l’intégrité du territoire éthiopien ?

24Proposée par Guebrè-Heywèt, la création d’écoles principales dans les grandes villes fait non seulement la preuve qu’il s’agit de former d’abord une élite, mais aussi que cette tâche incombe essentiellement à l’État. Les écoles primaires, où l’on enseigne uniquement à lire et à compter, sont en revanche laissées à l’initiative des gouverneurs de provinces.

25Cette révolution par le haut, brisant le comportement archaïque de la Noblesse qui méprisait les travaux de l’esprit, se fera donc avec l’aide des Farendj, mais avec la collaboration des Habecha, chargés en particulier de donner davantage de rigueur à la langue nationale, l’amharique, pour laquelle Guebrè-Heywèt demande une grammaire. Et, comme l’auteur le dit implicitement, il faut être prêt à payer les Farendj six ou sept fois plus que les Habecha.

26Que n’ont pas dû dire alors les dignitaires, à propos de ce texte leur annonçant que la liberté, l’indépendance et la grandeur de leur pays ne se maintiendraient qu’au prix de cet effort intellectuel et physique dont ils seraient les premiers à pâtir, parce qu’ils en étaient incapables ; car, comme l’écrit Guebrè-Heywèt, il n’y a point d’autre moyen de combattre l’intelligence que l’intelligence elle-même, et de vaincre la misère que le travail. Comment ces hommes n’ont-ils pas pu se sentir insultés, eux dont l’auteur écrit qu’ils n’avaient d’autre ambition que de porter un fusil, même vieux, de parader sur les places publiques, de piller le pays, de suivre leurs chefs comme des chiens, et qui croyaient acquérir un nom en étant fait prisonniers ou en se faisant tuer après le combat ?

27Le projet de Guebrè-Heywèt ne s’arrête pas à cette idée générale, mais audacieuse, de substituer les valeurs de la connaissance, de la réflexion et du travail à celles de la guerre. Même succinct, tout le projet vise à dépouiller les institutions fondamentales de la vieille Éthiopie de leurs privilèges ; en créant un État qui ne soit plus seulement l’émanation du Prince, un État dont les finances ne soient plus confondues avec celles du roi; en réduisant les dignitaires à l’état de salariés du gouvernement, alors qu’ils avaient été jusqu’alors concessionnaires précaires d’une partie des droits régaliens. À tous ceux-là, qui avaient eu le privilège de rendre la justice, de lever des armées, ou de collecter les impôts, Guebrè-Heywèt veut substituer des fonctionnaires.

28De même, l’auteur veut-il que les armées des chefs provinciaux soient remplacées par une armée royale. Et il faudrait, de surcroît, faire apprendre à celle-ci la discipline par des gradés européens.

29Toutes ces réformes, dont le principe sera repris par les autres « japonisants », font appel à des concepts qui ont enrichi la langue amharique parce que Guebrè-Heywèt en a élargi le sens.

30Nous n’en évoquerons que trois; ceux de መንግሥት, ሥራት et ግብር, menguest, serat et guebeur, que nous avons dû traduire différemment selon les contextes parce qu’ils sont les concepts clefs des réformes souhaitées par Guebrè-Heywèt.

31መንግሥት, menguest, substantif dérivé du verbe régner ነገሠ, tout comme le nom de negous, roi, et qu’on pourrait donc immédiatement traduire par royaume, est en fait utilisé par Guebrè-Heywèt dans les sens de gouvernement, d’État, de Nation ou même de pays. Cette incertitude est à première vue gênante dans la mesure où l’auteur a l’ambition, dans son trop bref essai, de distinguer ces éléments : à savoir le gouvernement de nature précaire, l’État pérenne, et la Nation immanente. L’essentiel de son argumentation tient en effet à critiquer la confusion des fonctions qui est alors le propre de la monarchie éthiopienne ; certes, constate-t-il, il fut un temps où l’on disait dans ce pays comme en Europe « Le roi est mort, vive le roi ! », mais ce temps semble révolu et il est impératif d’établir un système qui distingue l’État du Prince, de manière à ce que la mort de l’un ne signifie point celle de l’autre.

32Le second terme de ሥራት n’est pas moins ambigu, l’auteur le prenant dans les divers sens de règle juridique, de loi générale, d’institution ou de discipline. Il l’utilise pour la discipline militaire par exemple, mais aussi pour les lois régissant le commerce ou, tout simplement, pour caractériser un phénomène à caractère universel. L’incertitude est en l’occurrence remarquable, considérant le désir de Guebrè-Heywèt de voir mettre en place des institutions qui mettent de l’ordre dans un système jusqu’alors dominé par les aléas des relations personnelles entre les acteurs politiques.

33Quant au concept de ግብር, à plusieurs reprises employé, il renvoie à la fois au système du tribut et des corvées, prévalant encore sous le règne de Ménélik, et au nouveau système d’imposition de type occidental que voudrait introduire Guebrè-Heywèt. Étant donnée l’importance de cette réforme passant par la substitution de la monnaie d’argent aux denrées, comme le sel ou les balles de fusil, dans la détermination des valeurs d’échange, on comprend tout à la fois la faiblesse et la force de ce texte qui pose les conditions d’un nouveau code des relations économiques.

34Comme dans les deux cas précédents, nous avons en effet un terme auquel Guebrè-Heywèt veut donner un sens nouveau qui puisse rendre compte de ses ambitions réformatrices. De là une certaine faiblesse de son argumentation parce qu’il n’a que les mots de son temps, et qu’il risque d’être en conséquence incompris; de là aussi sa force, parce qu’en élargissant le sens de ces mots, il enrichit la langue amharique qu’il ouvre à un nouveau monde, et il se refuse à l’emploi de termes emprunté qui seraient à ses yeux le signe d’un sacrifice de l’indépendance nationale.

35On peut dire que, de ce point de vue, Guebrè-Heywèt se distingue des modernistes contemporains qui, faute de savoir ou de vouloir exprimer leurs idées en amharique, ont adopté la solution la plus facile d’écrire en anglais. Ce que ces derniers paient de leur isolement intellectuel, sinon même de leur difficulté à s’engager dans les affaires nationales.

36Soulignons encore une autre ambiguïté relative à ce terme de ግብር. Celui-ci désigne en effet aussi les festins, de viande crue et d’hydromel de préférence, que le roi et les grands chefs offraient régulièrement à leurs sujets. Traduit par festivité dans notre texte (note 41 de la traduction) le ግብር était une obligation des chefs, en quelque sorte aussi l’« impôt » qu’ils avaient à payer à leurs sujets, signe de leur grandeur tout autant que de leur dépendance vis-à-vis de ceux qui constituaient leur Maison. Le terme reste d’usage courant aujourd’hui pour désigner les invitations exceptionnelles des individus cherchant à faire reconnaître leur rang social.

37Nous ne saurions conclure cette trop brève introduction sans évoquer l’échos qu’ont les idées de Guebrè-Heywèt dans l’intelligentsia éthiopienne contemporaine. Depuis la chute du régime de Menguistou Haïlé-Maryam, et l’arrivée des rebelles tigréens au pouvoir en mai 1991, Addis-Abeba a connu un renouveau du débat idéologique n’ayant d’égal que celui des premiers mois de la révolution de 1974. Une nouvelle loi sur la presse ayant aboli la censure préalable, plusieurs dizaines de magazines et de journaux sont apparus où s’expriment tous les espoirs comme toutes les rancœurs d’une classe d’intellectuels qui tentent de retrouver l’enthousiasme de leurs prédécesseurs du début du siècle, de dénoncer les maux qui rongent l’Éthiopie et d’y trouver remède.

38Dans un prochain numéro du Bulletin de la Maison des Études Éthiopiennes consacré à cette nouvelle presse, nous reviendrons en détail sur cette renaissance. Contentons-nous ici de constater l’étroite parenté des réflexions actuelles, et de leur formulation, avec celles de Guebrè-Heywèt.

  • 8 Les principaux magazines tirant entre 10 et 60 000 exemplaires par numéro, et le nombre de lecteurs (...)

39Nous assistons d’abord à une véritable explosion de la langue amharique. Alors que l’Éthiopie est maintenant divisée en régions ethniques ayant toute liberté d’enseigner et de mettre en valeur leur propre langue, nous ne pouvons que constater l’écrasante domination des publications en amharique (plus de 90 % des titres et des tirages). Bien que les puristes puissent se plaindre de la pauvreté du nouveau langage journalistique, et du caractère souvent superficiel des débats, résultant tous deux de la nouveauté du phénomène que nous observons, il est incontestable que les intellectuels éthiopiens n’ont jamais eu autant d’audience que depuis ces quelques mois où ils s’expriment enfin dans la langue nationale, et où ils touchent du même coup des centaines de milliers de lecteurs8. Il faut espérer qu’ils en tireront la leçon qui s’impose, et qu’ils feront l’effort d’écrire à l’avenir plus souvent dans cette langue constitutive de la nation éthiopienne, ainsi que le démontrait déjà à sa manière le Tigréen Guebrè-Heywèt Baykedagne.

40Notons aussi la même tendance, parmi ces intellectuels que chez notre auteur, à voir davantage les causes des malheurs nationaux dans les querelles locales, et le mépris encore trop vif de leurs compatriotes pour la spéculation intellectuelle et pour les travaux manuels, que dans l’intervention des puissances étrangères. Il en résulte certes un déplaisant tableau de règlements de comptes verbaux entre partenaires éthiopiens, ainsi que d’autocritique nationale acerbe, mais au bénéfice d’un peu plus de cette lucidité dont Guebrè-Hewèt avait courageusement donné l’exemple.

41Bien que celui-ci soit mal connu de la nouvelle génération, et que son œuvre soit moins citée maintenant qu’elle ne le fut à la suite de la révolution de 1974, nous ne pouvons qu’observer le retour de nombre des thèmes qui font l’essentiel de son bref essai : à savoir la recherche d’institutions garantissant la pérennité de l’État et l’indépendance de la Nation ; la mise en place d’un système éducatif qui permette aux Éthiopiens d’exploiter leurs richesses et de rester du même coup indépendants ; l’ouverture volontaire au monde extérieur, et à la compétition que celle-ci implique, plutôt que d’en devenir le dépendant.

Notes

1 ገብረ ሕይወት ባይከዳኝ፡፡ መንግሥትና የሕዝብ አስተዳደር፡፡ አዲስ አበባ፡፡ ፲፱፻፶፫፡፡

2 አየለ ዘውገ፡፡ የነጋድራስ ገብረ ሕይወት ባይከዳኝ የፖለቲካ ኢኮኖሚ አስተሳሰብ፡፡ መስከረም፡፡ ቁጥር 3፡፡ ገጽ 84-96፡፡ ቁጥር 5፡፡ ገጽ 38-63፡፡ አዲስ አበባ፡፡

3 Deredje Wolde-Medhin, Formation et évolution de la pensée économique en Éthiopie, thèse de sciences économiques, Grenoble, 1987.

4 Bahru Zewde, A History of Modern Ethiopia, 1855-1974, Londres, 1991.

5 O. Ericksson. ብርሃን ይኹን, Asmara, 1912.

6 J. Baeteman, Dictionnaire Amarigna-Français, Dire-Daoua, 1929, p. 1063. Notre traduction de :
ውላሞ ሲል አቤት አቤት
ሲዳሞ ሲል አቤት አቤት
ገሞ ሲል አቤት አቤት
ትግሬ ጎረበጠኝ የጣልያን ጎረቤት፡፡

7 H. Ludolf, Commentarius, Fancfort, 1691, p. 49-55.

8 Les principaux magazines tirant entre 10 et 60 000 exemplaires par numéro, et le nombre de lecteurs étant estimé à cinq par exemplaire, on peut apprécier l’extraordinaire impact de cette nouvelle presse.

Auteur

Directeur de la Maison des études éthiopiennes

© Centre français des études éthiopiennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter