Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Afar, la révolution éthiopienne et le régime du Derg (1974-1991)

 | 
Aramis Houmed Soulé

Transcriptions et conventions orthographiques

Texte intégral

Noms, toponymes et termes afar

1Nous avons pris ici le parti d’utiliser une transcription simplifiée qui permettra au lecteur francophone de lire approximativement les noms, toponymes et termes afar employés au cours du texte. Pour les termes en afar, nous donnons dans une note en bas de page leur orthographe dans la transcription quasi-officielle de cette langue.

2Pour les sons qui n’existent pas dans les langues latines, nous employons les lettres et signe suivants : pharyngale sonore : ᶜ ; pharyngale sourde : ḥ ; rétroflexe : ḍ.

3Les voyelles longues sont réalisées avec un accent circonflexe : â – ê – î – ô – û.

4Pour les citations en langue afar, nous utilisons l’alphabet proposé par Dimis et Reedo (1976) qui peut être considéré comme la transcription officielle de cette langue. Ses principales caractéristiques sont le redoublement des voyelles longues et l’emploi des lettres suivantes pour les sons qui n’existent pas dans les langues latines : pharyngale sonore : q ; pharyngale sourde : c ; rétroflexe : x.

Noms des groupes ethniques, tribaux et titulatures

5Les noms des groupes ethniques (Afar, Somali, Oromo, Amhara) et des confédérations tribales (Issa) sont invariables comme noms propres, de même comme adjectifs où leur initiale est écrite en minuscule. La transcription française usuelle est conservée. Pour les Afar, nous utilisons les titulatures de la littérature coloniale d’origine arabe – « sultan » - « vizir » - comme les leurs que nous utilisons en italique avec leur initiale en minuscule : « amoyta » - « malâk ».

6Les termes de titulature amharique (ras, bitwodded) sont utilisés en italique avec leur initiale en minuscule.

Noms amhariques

7Une transcription simplifiée et néanmoins cohérente est adoptée, dont la principale particularité consiste à transcrire par le signe « ï », le sixième ordre du syllabaire éthiopien, par exemple pour transcrire Mïnilïk ou Mengïstu (Ménélik ou Mengistu selon la transcription française usuelle).

Citations

8Dans les citations, la graphie d’origine des patronymes, ethnonymes, toponymes et des noms des ethnies et des confédérations est conservée. Pour les citations en anglais, une traduction française est proposée dans le texte et généralement la version en langue originale entre crochets et en italique dans les notes.

Transcription des noms des auteurs non-européens

9Pour la transcription des noms des auteurs non-européens (éthiopiens, érythréens et djiboutiens), nous écrivons tels qu’ils se présentent.

© Centre français des études éthiopiennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540