Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Décembre 1992. N°1

 | 
Jacques Bureau

Présentation générale du Bulletin de la Maison des études éthiopiennes

Texte intégral

Le Bulletin

1L’objet de ce bulletin est de rendre compte des activités de la Maison des Maison des Études Éthiopiennes, des missions qui ont bénéficié de la création de cette nouvelle institution, de l’état des recherches en sciences sociales et humaines françaises portant sur la région éthiopienne, ainsi que des études et des travaux entrepris par les chercheurs éthiopiens en France. Il est en somme un instrument de promotion d’une recherche éthiopisante qui doit pouvoir se développer à nouveau grâce aux nouvelles conditions de travail en Éthiopie, et au soutien que lui manifeste le Ministère des Affaires Étrangères par la mise en place de la Maison des Maison des Études Éthiopiennes.

2Ce bulletin d’informations qui constitue ainsi un rapport d’activité régulier devrait paraître quatre fois par an. Il sera distribué aux éthiopisants et dans les Instituts similaires gérés par la Sous-Direction des Sciences Sociales et Humaines.

3Les Annales d’Éthiopie, dont la reprise se fera avec la constitution d’un Comité de rédaction paritaire franco-éthiopien ainsi qu’en ont décidé les autorités éthiopiennes et françaises en mai 1992, restera en revanche la revue proprement dite de la recherche ; celle-ci sera publiée dans le cadre du Ministère Éthiopien de la Culture et des Sports.

4Ce Bulletin présente les statuts de la MEE, l’état de nos missions en 1991-1992 et un bref rappel de ce que sont les études éthiopiennes en France. Suivent quelques notes d’information sur les recherches et publications. Les prochains numéros continueront de rendre compte de cette actualité et s’enrichiront de la reprise de quelques articles aujourd’hui introuvables alors qu’ils avaient fait date.

5On ne saurait comprendre en effet la raison d’être de notre institution sans un retour sur l’histoire de l’intérêt porté par les savants français à l’Éthiopie, et sur leurs travaux. Un intérêt, ou mieux même une passion (lorsqu’on sait le peu de moyens dont ont généralement pu bénéficier les chercheurs), qui ont joué un rôle non négligeable dans les relations entre nos deux pays et dans le prestige de la France. Il appartient maintenant à la Maison des Maison des Études Éthiopiennes d’assurer la pérennité de cette tradition.

La Maison des Études Éthiopiennes

6La MEE est née du développement et de la transformation de l’ancienne Section Française des Antiquités Éthiopiennes dont la création avait été demandée par l’Empereur Hailé-Sellassié sur le modèle de l’administration des antiquités égyptiennes.

7Gérard Prunier, historien chercheur au CNRS, et moi-même avons proposé en décembre 1989 le réaménagement de notre ancien dispositif de recherche en sciences sociales et humaines en Éthiopie par la création d’une nouvelle antenne régionale du Centre de Recherche, d’Échange et de Documentation Universitaires (CREDU) basé à Nairobi. L’idée, soutenue par Monsieur Yves Breton, alors Conseiller Culturel, fut acceptée par la Sous-Direction des Sciences Sociales et Humaines en mars 1990. Dès le mois de juillet de cette même année, je présentai un projet de réforme de la Section Française des Antiquités Éthiopiennes de manière à élargir son champ d’action, à l’ouvrir aux autres disciplines éthiopisantes et à en faire un moyen logistique de la recherche en Éthiopie. Ce projet, soutenu par Monsieur Joël Mahé, Conseiller Culturel, prenait en novembre 1990 le nom de « Maison des Études Éthiopiennes » et était agréé par le Conseil Scientifique du CREDU en mars 1991. Les évènements de mai 1991, à Addis-Abeba, devaient retarder la mise en place de la Maison qui se fit néanmoins le 15 octobre suivant.

8Depuis donc un an la Maison des Études Éthiopiennes fonctionne, mais en tant que centre de recherche autonome n’étant plus rattaché au CREDU. Pour l’année 1992, voici les moyens de la coopération qu’elle a pu mettre à la disposition des chercheurs et étudiants français et éthiopiens :

  • Sept missions de 15 à 30 jours ont été accordées aux chercheurs suivants : G. Prunier, J. Mercier et A. Rouaud (CNRS), C. Lepage (EPHE), S. Tornay et B. Hirsch (Université), D. Compagnon (Ministère de l’Éducation).

  • Deux allocations de recherche ont été accordées à de jeunes enseignants de l’Université d’Addis-Abeba.

  • Sur le budget de la Maison des Études Éthiopiennes le Ministère des Affaires Étrangères a pu aussi financer le départ en France de Berhanou Abebe, Kassay Begashaw et Shiferaw Bekele. Deux bourses enfin ont été attribuées au Collège des Sciences Sociales de l’Université d’Addis-Abeba et au Ministère Éthiopien de la Culture et des Sports.

© Centre français des études éthiopiennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter