Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Troisième partie

VII. Divers témoignages

Texte intégral

1. Message de Seyoum Mesfin

1Ancien responsable du bureau des relations extérieures du FPLT et du FDRPE, ancien ministre des Affaires étrangères et actuel ambassadeur en Chine populaire. Dans son message adressé à la presse, suite au décès du sultan Ali-Miraḥ, Seyoum Mesfin écrit :

Pour le peuple et pour le pays, ‘Ali-Miraḥ était le père. ‘Ali-Miraḥ n'appartenait pas seulement aux ‘Afar mais à tous les Éthiopiens, et nous avons perdu un grand chef spirituel et politique. Personnellement, j'ai connu le sultan ‘Ali-Miraḥ lors de la période du Derg où il vivait en exil en Arabie saoudite. J'ai bénéficié de ses conseils et appuis. Après la chute du Derg, le sultan ‘Ali-Miraḥ est l'une des personnalités qui a non seulement contribué à l'histoire de l'Éthiopie mais aussi à la paix, au développement et à la démocratie. Même si nous l'avons perdu physiquement, par son travail, il sera avec nous.

2. Témoignage de Ḥanfaré Mohamed Ḥanfaré sur la visite du sultan ‘Ali Miraḥ aux États Unis

2« En 1972, le sultan ‘Ali-Miraḥ a été invité à visiter les États-Unis par l'USAID par le biais du programme de visiteurs du département d'État. J'étais l'un des 3 ‘Afar qui avaient eu la chance d'accompagner son Altesse, le sultan. Moi-même, en qualité de son assistant personnel, ‘Ali Ibrahim Yusuf, son conseiller personnel, Hashim Jamal Ashami, interprète, le sultan lui-même et le personnel accompagnant du département d'État, tous, visitâmes 15 États pendant notre séjour.

3Un des 15 États que nous avions visités était Chicago, l'Illinois, où le sultan rendit visite à la coalition arc-en-ciel qui était dirigée par Jesse Jackson, un activiste afro-américain bien connu à ce moment-là. Quand le sultan est arrivé là, il fut ovationné debout lorsqu'il qu'il parla de l'histoire éthiopienne et de son admiration du leadership de l'empereur Hayle Sïllasé. Le sultan fut extrêmement impressionné par cet accueil. Le sultan a également rendu visite à Elijah Moḥamed qui était le chef « des musulmans noirs » à ce moment-là. Il a rencontré plusieurs hauts responsables du département d'État.

4Au cours de notre visite à Lubbock, le Texas, il nous a été donné la citoyenneté américaine honorifique par le maire de la ville.

5Le gouvernement américain, et les américains auxquels nous avions rendu visite en compagnie du défunt sultan ont été très accueillants et nous ont réservé une grande hospitalité. Le sultan a exprimé son extrême gratitude envers le gouvernement de l’Amérique et son peuple à l'ambassadeur des États-Unis à Addis Abeba. Très impressionné par sa visite, il a appelé l’Amérique la terre du « lait et des jeunes en bonne santé. »

6Pendant que nous visitions les différents États, le sultan demandait constamment si des Éthiopiens vivaient là. Cependant, en ces jours, les Éthiopiens qui vivaient dans ces États n'étaient pas beaucoup, mais nous avons rencontré beaucoup d'étudiants dans les différentes universités visitées. Après quarante- quatre jours, le sultan a quitté l’Amérique pour visiter Londres alors que moi, je suis resté derrière pour continuer mes études à l'université américaine de Washington. Et de là-bas, le sultan est retourné au pays. »

7Source : Ambassadeur Ḥanfaré Mohamed Ḥanfaré, “In memory of Ethiopian patriot, Sultan Alimirah”, Ethiopian Review online, 11 juin 2011.

3. Témoignage de Tedla Asfaw

8Tedla Asfaw est un citoyen éthiopien né à Addis Abeba. Il a grandi dans le quartier d’Abware où le sultan ‘Ali-Miraḥ possédait une résidence secondaire connue localement avant qu'il n'en fasse acquisition comme Ras Abebe Meda, du nom de son ex- propriétaire, un patriote ayant combattu cinq années l'occupation italienne dans le Shewa. Tedla Asfaw a fait ses études universitaires d'abord à Addis Abeba University et à Alemaya College puis à Gent, en Belgique où il obtenu son master en sciences de la terre en 1987 et enfin à New York University où il a étudié l'urbanisme. Il a travaillé pendant cinq ans, de 1980 à 1985, dans la vallée de l’Awash, dans des projets d'irrigation. Résident à New York depuis 1988, Tedla Asfaw écrit régulièrement sur le website Nazaret.com où il a publié le texte dont nous avons tiré l'extrait suivant avec son autorisation.

9« Par hasard, j'ai appris davantage sur ce leader sage et généreux pendant le régime impérial d'Hayle Sïllasé. Notre communauté locale (Eder) a envoyé ses vieux représentants pour parler au sultan au sujet de notre quartier où il avait une maison d'hôtes. Leur visite a sauvé notre « Eder » grâce à la généreuse donation du sultan. Il leur a fait don de 10 000 Birr, l'équivalent à cette époque de 5 000 dollars américains. Au taux actuel, ce qui représente plus de 200 000 Birr, beaucoup d'argent.

10Je reviens sur cette histoire de bonté qui remonte à plus de deux décennies parce que je m'en souviens encore comme si c'était aujourd'hui. Cet homme généreux est venu dans mon cœur quand j'étais un petit garçon de l'école secondaire, à une époque où un Birr était précieux, pouvait vous acheter un tas de choses. Pour notre « Eder », c'était comme gagner au loto. J'ai admiré cet homme depuis, et j'ai été triste d'entendre dire que le Derg a essayé de le tuer. Le sultan a été forcé de vivre en exil par le Derg pendant presque deux décennies.

11J'ai eu la chance en 1980, de vivre et de travailler à Dubti, dans la Basse vallée de l’Awash en Ethiopie, où j'ai appris beaucoup de choses et j'ai eu à connaître les gens fiers de l’Afar. À moins d'habiter avec le peuple ‘afar, il n'est pas possible de les connaître. Les ‘Afar sont des gens fiers et doux. Il n'est pas étonnant qu'un tel peuple ait produit un géant comme le Bitwodded sultan ‘Ali-Miraḥ. J'ai entendu parler de lui à Logia, Dubti, Sardo, Manda, Aysa‘eyta, Afambo, Bati, Dessié et ‘Asab comme étant un homme bien qui a vécu la vie de son peuple et a travaillé de son mieux pour apporter la santé et l'éducation pour eux [...]. Un homme dont j'ai eu connaissance de la bonté en étant adolescent est décédé mais mon admiration pour lui reste toujours intacte. Quand je vois le drapeau éthiopien flotter haut, le Bitwodded sultan ‘Ali-Miraḥ et le peuple ‘afar me viennent à l'esprit. »

12Source : Tedla Asfaw, « Ethiopia: Bitweded Ali Mirah, the voice of Ethiopian Unity », in : www.nazaret.com, 27 /4/2011.

4. Souvenirs d'adolescence du shaykh Yaḥya Sumadé

  • 1 Paroles et actes du prophète Muḥammad rapportés et transmis par ses compagnons.

13« En me référant à mes souvenirs, j'ai rencontré le sultan, que la miséricorde d’Allah soit sur lui, en 1962, alors que j'étudiais la théologie auprès du shaykh ‘Abd al-Wahâb à Bati et, le nombre d'étudiants ‘afar chez le shaykh était une trentaine. Notre shaykh, la miséricorde d’Allah soit sur lui, passait le mois de Ramadan à Aysa‘eyta où affluaient aussi des ‘uléma de partout de l'Éthiopie et du Yémen avec leurs étudiants. Aysa‘eyta ressemblait à la Grande Mosquée et à la Tombe du Prophète et était le théâtre des concours du Coran, des ḥadiths1 et de la jurisprudence. Le sultan assistait aux prières nocturnes à la grande mosquée [d’Aysa‘eyta]. Il participait en personne à la cérémonie de la fin de récitation du Saint Coran et distribuait les cadeaux aux ‘uléma et aux étudiants. La scène était très belle, et, moi, je me dis maintenant : « Si à l'époque il y avait eu la vidéo. »

14Les souvenirs sont toujours dans mon esprit. Je me rappelle de l'un des Ramadan où Aysa‘eyta ne pouvait pas absorber de nombreux ‘uléma et étudiants ainsi que les gens du village. À l'époque, personne ne pouvait venir en retard pour la prière collective. Pour cette raison, le sultan a ordonné la répartition de tous les étudiants ‘afar sur le territoire du sultanat. J'ai été envoyé à ‘Élida‘ar et mon frère, le regretté shaykh ‘Umar ‘Arba qui a occupé les fonctions de cadi en République de Djibouti, paix soit sur lui, la mort nous l'a enlevé il y a quelques années, a été envoyé dans l’Awsa, située presque à 50 km du chef-lieu du sultanat. »

15Source : « خواطر » (les pensées), ‘afar-googlegroups.com, courrier électronique du 29 avril 2011.

5. Témoignage de Mohamed Aden

16« Aux yeux du peuple ‘afar, le Sultan ‘Ali Miraḥ n'est pas usurpateur, encore moins un dictateur. Il s'est certes emparé de l’Arkayto, siège symbole du pouvoir chez les Assahyahmaras, mais il est de tradition dans cette partie du monde que le pouvoir revienne au plus fort, à condition de rester dans la famille régnante. C'est son cas. Le Sultan ‘Ali Miraḥ s'est distingué pendant son règne par son esprit de bonté, de sagesse et de justice. Il a en outre contribué à réveiller dans la communauté bédouine de ses sujets la foi musulmane en sommeil. Il a par ailleurs favorisé l'accession à la connaissance de tous les jeunes de son sultanat. Ouvert au progrès, il avait commencé à faciliter l'industrialisation de l'agriculture dans la grande plaine de « Kalo », région arrosée par le fleuve Aouache. La révolution éthiopienne de 1974 a mis fin à tous ses projets et l'a contraint à s'éloigner de ses hommes et de ses terres. »

17Source : Mohamed Aden, Sombloloho. Djibouti, la chute du président Ali Aref (1975-1976), Paris, L'Harmattan, 1999, p. 37.

8. Témoignage de Noel J. Cossins

18« Amoyta ou « seigneur » aux Afar , le saint homme qui donne l'aumône, un innovateur gros producteur, un entrepreneur d'affaires, un planificateur éducateur, un chef de file et le juge, l'adversaire des politiques controversées de l’AVA, l'antagoniste interdépendant de la « compagnie » ; damné par ses détracteurs comme un capitaliste égoïste et, loué par ses amis comm e un travailleur désintéressé pour les intérêts Afar, Bitwodded ‘Ali Miraḥ, treizième sultan d’Awsa, est un homme aux multiples facettes.

19Loin d'une activité individuelle, le bureau du sultan est un mélange à croissance rapide de l'ancien et du nouveau. Avec un sens aigu de la politique, une perception apparemment fine de finances, et l'aptitude à déléguer, le Bitwodded a élargi le bureau traditionnel en une institution puissante. Alors qu'il continue à gérer les affaires dans un style traditionnel, donnant audience et prêtant l'oreille aux groupes interminables de pétitionnaires, aux demandeurs de position et aux ramassis de gens qui s'efforcent de le voir, son bureau agrandi est au travail. Bien que les nombreuses décisions et mesures prises au nom du sultan puissent être considérées comme initiées par lui, elles sont le plus souvent élaborées sous l'égide du sultanat par l'encadrement des aînés, les conseillers, les conseillers agricoles et le gestionnaire du bureau. »

20Source : Cossins N.J., Green Heart of a Dying Land A Study of the New Cotton Wealth of the Old Afar Sultanate of Awsa, Addis Abeba. Livestock and Meat Board, 1973, p. 34.

Notes

1 Paroles et actes du prophète Muḥammad rapportés et transmis par ses compagnons.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540