Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Troisième partie

V. Témoignage inédit de Muḥammad ‘Umar Yaḥya

Texte intégral

Muḥammad ‘Umar Yaḥya est un Érythréen d'origine Saho (‘Asawurta). Membre du leadership du mouvement de libération de l'Érythrée (MLE), il a rejoint le Front de libération de l'Érythrée (FLE) qui prônait la lutte armée peu après sa création en juillet 1960. Il a servi cette organisation à divers postes, surtout dans la représentation extérieure. Il est actuellement conseiller du président de l’Alliance nationale érythréenne, une opposition au régime d’Asmara basée à Addis Abeba. C'est là que nous l'avons interviewé.

- Quand, où et dans quelle circonstance avez-vous fait la connaissance pour la première fois du sultan ‘Ali-Miraḥ ? Et quelles ont été vos relations par la suite ?

  • 1 Mouvement de libération de l'Érythrée.
  • 2 La Ligue islamique.
  • 3 Le premier chef de l'exécutif érythréen sous la fédération et président du parti unioniste avec l'É (...)

- Au début du Ḥaraka [at-Taḥrir Eretria]1, j'étais le plus jeune membre du comité en charge des activités de recrutement à l'intérieur de l'Érythrée et de l'Éthiopie. À ce titre, j'ai été chargé de sensibiliser et de recruter les Érythréens vivant en Éthiopie. Comme je ne connaissais personne au Tigray, je me suis rendu à Dessié. Là-bas, les personnes que j'ai recrutées m'ont conseillé de rencontrer le sultan ‘Ali-Miraḥ. Deux d'entre elles m'ont accompagné : Aḥmed Kulbiya et Aḥmed Sa‘id Suleîman, tous deux tués par la suite par les Éthiopiens. C'étaient d'anciens responsables de la Rabita [al-Islamiyya]2, une organisation qui n'existait plus en ce moment. Aḥmed Kulbiya a été le président de la branche d’Asmara regroupant les jeunes de cette organisation et, quand l'Érythrée a été fédérée avec l'Éthiopie, il avait dit qu'il préférait vivre en Éthiopie qu'avec les coreligionnaires de Tedla Bairu3. Il s'était installé à Dessié et opérait comme Moḥamed Sa‘id Suleiman dans le secteur commercial où il était le représentant d'une société ‘osmaniyya. J'ai donc rencontré le sultan par leur biais en juillet 1960. Il m'a très bien accueilli et je lui ai exposé la situation en Érythrée. Le sultan m'a dit trois choses. 1/ Il faciliterait l'embauche des gens disposant d'un savoir-faire par une compagnie qui vient de s'installer chez lui. 2/ Lorsque les membres du mouvement se sentaient démasqués par les Éthiopiens, ils n'avaient pas à fuir vers le Soudan mais devaient venir chez lui où il leur accorderait la protection. 3/ L'organisation pouvait utiliser son territoire formé de désert et de montagnes pour entrainer ses hommes.

Je lui ai répondu pour ce qui concerne ce dernier point que l'organisation n'a pas encore initié la lutte armée et que nous examinerons cette proposition en temps opportun.

Je suis retourné à Dessié avec mes compagnons par le biais desquels j'avais fait la connaissance du défunt sultan ‘Ali-Miraḥ, que la miséricorde de Dieu soit sur lui.

Ma deuxième rencontre avec le sultan ‘Ali-Miraḥ avait eu lieu en 1963 et cette fois-ci, j'étais chargé de sensibiliser et d'amener les Érythréens vivant en Éthiopie à adhérer au FLE qui venait d'être créé au Caire par un exilé politique et sept étudiants. Certains ont accepté et d'autres ont continué à soutenir le Ḥaraka. Cette fois, je me suis rendu en Awsa et j'ai été reçu à nouveau par le sultan ‘Ali- Miraḥ qui soutenait la cause érythréenne plus que la grande majorité des Érythréens. Je me rappelle toujours de ce qu'il m'avait dit à l'époque pour expliquer sa disponibilité : « Si l'Érythrée finit par devenir indépendante, nous aurons une base arrière. »

Sur cette base, il s'était dit disposé à tout pour nous soutenir.

Le sultan qui était informé que j'avais une expérience en matière d'éducation - j'étais enseignant de formation -, m'avait demandé conseils pour éduquer son peuple. Je l'ai conseillé d'ouvrir des madrasa en construisant des paillotes. Il m'a demandé comment il est possible de concilier le mode de vie de son peuple et son accès à l'éducation moderne. Je lui ai parlé de l'expérience qui a été menée à Ḥadis, une localité située entre la Dankalie et Masawa’. Moi, je suis originaire de cette localité que j'ai quittée par la suite avec ma famille pour immigrer à Keren. Une madrasa a été construite à l'époque de la Rabitat al-Islamiyya dans cette localité où les enfants des transhumants de la région allaient à l'école six mois et les trois autres mois à Addi Qeyyih, sur le plateau où leurs familles se déplaçaient. « Il faut augmenter le salaire des enseignants et ils se déplaceront avec les transhumants », lui ai-je dit. ll m'avait dit manquer d'enseignants. Afin de l'aider à résoudre ce problème, je lui ai envoyé peu après un premier groupe d'instituteurs dont faisaient partie ‘Usman Ḥajji Ḥassan, Maḥmûd Ḥajji Isma‘il et Maḥmûd Ḥajji Nasser. Le premier vit toujours en Arabie saoudite et les deux autres ont été tués par le Derg. Par la suite, je lui ai envoyé cinq autres enseignants dont deux de Masawa’, Muḥammad Ḥayuti et Muḥammad Maḥmûd Fâghir et 3 de Keren. Plus tard, je lui ai envoyé d’Asmara ‘Abdu Karrar, un ingénieur agronome.

Après la deuxième rencontre que je viens de vous évoquer, le sultan et moi, nous ne n'étions plus rencontrés en tête-à-tête mais nous avions gardé contact. De ce fait, en 1974, quand il y a eu des troubles à Addis Abeba, le sultan a envoyé auprès de moi un Afar d'Érythrée, Yasin Aḥmed de Gala‘lu, afin de me demander conseils. À l'époque, je m'étais interrogé sur les liens entre ce dernier et le sultan ‘Ali-Miraḥ mais c'est récemment que j'ai su qu'ils étaient tous deux mariés aux filles du shaykh Gamaladdin. Je lui avais recommandé de ne pas faire confiance à la Junte militaire et de se préparer à prendre le chemin de l'exil.

Lorsqu'il apparut que la junte militaire éthiopienne allait utiliser la force contre lui, il avait envoyé de nouveau Yasin Aḥmed auprès de moi. Je suis intervenu auprès des responsables du Front pour le renforcer militairement et pour l'aider à prendre le chemin de l'exil, quand il jugera nécessaire. Ils ont envoyé une unité commandée par Nafi’ Junûbi, avec comme responsable politique ‘Usman Abubaker Shum, tous deux saho ‘Asawurta. ‘Usman Abubaker Shum avait rendu visite tout dernièrement au défunt sultan en ma compagnie.

Lors de son refuge en Arabie saoudite, moi je résidais au Koweït. Quand il a su que j'étais là-bas, il a envoyé ‘Ali Maḥmûd Gâsir auprès de moi pour faire connaitre la cause du sultanat d’Awsa. Le sultan avait certes une notoriété sur le plan religieux - ses actions en faveur de la promotion de la religion étaient connues de tous - mais il fallait des gens pour présenter sa cause à l'opinion publique et aux gouvernements des pays arabes du golfe. Et nous nous étions acquittés de cette tâche. Sa notoriété explique que lorsque lui et sa suite se présentèrent à l'aéroport de Djeddah, l’Arabie saoudite leur a ouvert la porte de son royaume. On ne peut pas y rentrer sans passeport en règle. Les mesures de sécurité sont très sévères. La facilité accordée pour le sultan ‘Ali-Miraḥ et sa suite reste unique dans l'histoire de ce pays.

- Outre l'hospitalité offerte dans l’Awsa aux Érythréens, pouvez-vous nous parler des exemples concrets de soutien que vous a apportés le sultan ‘Ali-Miraḥ ?

  • 4 En ‘afar : Ya‘îdi Ḥassan.
  • 5 Il s'agit de Abdel Karim Ali al-Aryani qui était à l'époque ministre des Affaires étrangères.

- Le sultan ‘Ali-Miraḥ s'évertuait à régler tous nos problèmes. Au début de 1973, lorsque nous nous apprêtâmes à reprendre notre présence dans l'Érythrée du sud, le sultan ‘Ali-Miraḥ nous a octroyés 30 000 dollars. « Les frictions entre les combattants et la population étaient dues au fait que les premiers vivaient sur le dos de la seconde » avait-il conclu. Il a réconcilié la population avec le Front. C'était grâce au sultan que l'organisation armée a repris sa présence dans le Sud de l'Érythrée où il avait fait face à une milice dirigée par Ḥassan Ya‘idi4, lequel bénéficiait de l'appui en armement de l'Éthiopie. Ḥassan Ya‘idi avait armé les ‘Afar pour les opposer au Front. Quand Issayas Afeworki a pris le pouvoir, il s'est réfugié au Yémen. A l'époque, nous sommes venus en délégation dans ce pays et nous avons discuté avec ‘Ali ‘Abdallah Saleḥ et Ariyani5 pour qu'il soit accueilli comme réfugié.

Le geste du sultan montre qu'il percevait la cause érythréenne comme sa propre cause.

Le sultan ‘Ali-Miraḥ a été également à l'origine d'une initiative qui a permis pour la première fois de réunir autour d'une même table les responsables de deux organisations, les Forces populaires de libération (FPL), composés entièrement des musulmans et le Front de libération de l'Érythrée (FLE), de composition mixte (musulmans-chrétiens) à la base mais avec une direction majoritairement musulmane.

  • 6 Il a été nommé comme représentant du FLE-CR dans ce pays après qu'en 1979, la révolution islamique (...)
  • 7 Cette initiative allait favoriser la création du Front de libération de l'Érythrée-Organisation uni (...)

Le sultan s'est investi dans l'unification de ces deux organisations érythréennes [et de leurs factions dissidentes]. Il s'est entretenu avec l'émir Turki Fayçal qui était à l'époque chef des services de renseignements. En l'informant de son intention d'unir les organisations érythréennes, il lui avait demandé également d'assurer ma présence. À l'époque, je me trouvais en Iran où je suis entré avec la révolution khoméniste6. Outre moi, Dr ‘Ali Berḥatu faisait partie des personnalités dont le sultan avait demandé la présence. Nous avons donc participé à la première rencontre entre Aḥmed Nasser, ‘Usman Saleḥ Sabbé et ‘Abdallah Idriss qui a pu se tenir grâce au sultan7. Deux sont morts et le troisième est vivant. Telles étaient nos relations avec le défunt sultan.

- Quels souvenirs gardez-vous du sultan ?

- La personnalité du sultan reposait sur deux choses : le côté républicain et le côté religieux. Il pensait à son peuple et avait favorisé l'accès à l'éducation moderne des ‘Afar, à commencer par ses enfants. Il avait suivi de très près et avec intérêt leurs études. C'était un homme profondément religieux qui accordait une importance particulière à la religion et s'intéressait aux hommes religieux. Moi, je ne considérais pas le sultan ‘Ali-Miraḥ comme un chef des ‘Afar ou de l'Éthiopie mais celui de tous les peuples de la Corne de l’Afrique, qu'ils soient de Djibouti, de l'Éthiopie ou de l'Érythrée.

Notes

1 Mouvement de libération de l'Érythrée.

2 La Ligue islamique.

3 Le premier chef de l'exécutif érythréen sous la fédération et président du parti unioniste avec l'Éthiopie.

4 En ‘afar : Ya‘îdi Ḥassan.

5 Il s'agit de Abdel Karim Ali al-Aryani qui était à l'époque ministre des Affaires étrangères.

6 Il a été nommé comme représentant du FLE-CR dans ce pays après qu'en 1979, la révolution islamique qui a balayé le régime impérial de Moḥamed Reza Shah Pahlavi ait fermé l'ambassade israélienne et ait remis ses locaux à cette organisation.

7 Cette initiative allait favoriser la création du Front de libération de l'Érythrée-Organisation unifiée (FLE-OU) le 23 décembre 1982 à Djeddah en Arabie saoudite.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr