Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Troisième partie

IV. Témoignage de Muḥammad Sa‘id Nawud

Texte intégral

Muḥammad Sa‘id Nawud, érythréen d'origine Tigré Ḥabab, était né en 1936 dans le Sahel, une région du nord-est de l'Érythrée. Cette personnalité politique avait été l'un des membres fondateurs et président du Mouvement de libération de l'Érythrée (MLE), la première organisation indépendantiste créée en 1958 à Port-Soudan. Il avait rejoint fin 1970 les Forces populaires de libération (FPL), une dissidence du FLE dont il était devenu l'année suivante le représentant au Soudan. En 1972, il avait été nommé assistant du chef du bureau des relations extérieures de cette organisation basé à Beyrouth (Liban) puis directeur du Bureau de l'Information. Par la suite, il avait occupé le poste de vice-président des FPL d'Osman Saleh Sabbé (1976-1982), membre du comité exécutif du Front de libération de l'Érythrée - Organisation unifiée (FLE- OU) créé sous l'égide du même Osman Saleh Sabbé (1982-1984) et enfin son président (1984-1992). Il était rentré en Érythrée en 1993, à la proclamation de l'indépendance. Après avoir occupé le poste d'administrateur de sa province natale du Sahel pour une courte période (1993 -1995), il avait travaillé au centre érythréen des études stratégiques jusqu'à son décès.

Ecrivain prolifique, Muḥammad Sa‘id Nawud évoque dans le témoignage qui suit la position du sultan ‘Ali-Miraḥ sur la question érythréenne, ses relations avec l'empereur Hayle Sïllasé et ses rencontres avec lui.

La personnalité du sultan ‘Ali Miraḥ

1Le sultan ‘Ali-Miraḥ, sultan d’Awsa, est une figure marquante non seulement dans le cadre du sultanat mais aussi dans la Corne de l’Afrique. Bien qu'il incarne l'autorité religieuse des tribus ‘afar dispersées en Éthiopie, à Djibouti et en Érythrée mais en même temps, cette guidance spirituelle est reconnue par une large frange des musulmans de l'Éthiopie. De même, le sultan ‘Ali-Miraḥ est connu pour sa sagesse et sa finesse politique qui lui ont permis de conserver l'autonomie interne de son sultanat […].

La position sur la question érythréenne

2Depuis le début, le sultan ‘Ali-Miraḥ avait adopté une position compatissante à l'égard du peuple érythréen et de sa juste cause. Dans les années cinquante et soixante du siècle dernier, le sultanat d’Awsa a connu la prospérité économique, notamment dans l'agriculture, le coton en particulier, sur les rives de la rivière « Awash ». À cette fin, certaines entreprises européennes ont commencé à délocaliser une partie de leurs activités économiques chez lui. Lorsque la vie devint difficile pour notre peuple en Érythrée du fait du sabotage économique perpétré par les occupants éthiopiens, ils ont commencé à migrer à l'étranger en quête de travail et de subsistance ; nombre d'Érythréens ont pris le chemin du sultanat d’Awsa. Le sultan ‘Ali-Miraḥ a été généreux avec eux comme d'habitude. À tous les Erythréens qui venaient dans le sultanat d’Awsa pour postuler à une vie meilleure, il n'a pas failli à leur attente en leur accordant des terres pour les mettre en valeur et en les autorisant à ouvrir des boutiques, des restaurants et cafés.

3Lorsque les autorités d'occupation éthiopiennes ont commencé les arrestations arbitraires, la persécution et la pratique de la torture sur des patriotes érythréens, nombre d'entre eux ont commencé à fuir vers le sultanat d’Awsa. Le sultan ‘Ali- Miraḥ leur a réservé un accueil chaleureux et leur a fourni des moyens de subsistance honorables. Mais il est allé encore plus loin, en nommant les plus compétents d'entre eux comme ses conseillers dans la conduite des affaires du sultanat. Par exemple mais non pas d'une manière exhaustive, je me rappelle de ces conseillers ‘Abdu Karrar, l'enseignant Fâghir Ḥajji Maḥmûd, ‘Ali Jasser et, des autres, je ne me rappelle pas les noms. Le premier, l'ingénieur ‘Abdu Karrar, a été membre du mouvement de libération de l'Érythrée, mais aussi de sa direction à Asmara. Il a été arrêté et soumis à la torture à Asmara. Par la suite, il fut transféré avec de nombreux détenus, membres du Mouvement de libération de l'Érythrée à la prison (Alem Bakagn) à Addis-Abeba, où il a passé plus d'un an. Après sa libération, il s'est rendu dans le sultanat d’Awsa parce qu'il ne pouvait pas vivre en sécurité à Addis Abeba ou en Érythrée. Le sultan ‘Ali-Miraḥ en fit de lui tout de suite son conseiller.

4Des membres du Mouvement de libération de l'Érythrée, le martyr Moḥammed Sa‘eed Shamsi et Saleḥ Ibrahim, après l'échec de la rébellion des policiers de Masawa’ en 1962 et lorsque débuta leur chasse par les troupes éthiopiennes, se rendirent dans le sultanat d’Awsa, en passant par la Dankalia et le Tigray. Ils furent accueillis là-bas par des membres du Mouvement de libération de l'Érythrée qui leur facilitèrent le transit par Djibouti et le Yémen.

5Le combattant Taha Mussa al-Dankali qui fut l'un des éléments clés des fondateurs d'une branche du Mouvement de libération de l'Érythrée dans le royaume d’Arabie saoudite en fit de même. La direction du mouvement lui a ordonné d'aller en Dankalie pour assurer l'expansion des activités du Mouvement là-bas. Pour exécuter cette décision, il se déplaça de Djeddah à Port-Soudan. Du Port-Soudan, il se rendit par boutre [appartenant à] des membres du mouvement, d'origine ‘afar jusqu'en Dankalie. De là, il alla dans le sultanat d’Awsa où il se livra à ses activités en toute sécurité.

6Un tel travail, dans ce contexte sombre, n'était pas un acte ordinaire mais un exemple de courage qui aurait pu valoir au sultan et au sultanat des risques considérables.

Empereur Hayle Sïllasé et sultan ‘Ali Miraḥ

7Le sultan ‘Ali-Miraḥ effectuait une tournée annuelle des Lieux saints : LaMecque, Médine et Jérusalem. Ensuite, il allait en Égypte pour effectuer une visite à Al-Azhar. À l'occasion de ces visites, il entrait en contact avec divers ministères afin de rechercher des bourses pour l'éducation des fils du sultanat et des autres ; il mobilisait ses partisans et les unissait.

8L'empereur Hayle Sïllasé voyait avec suspicion et doute ses mouvements ; les informateurs et les espions avaient suscité le doute dans son cœur comme quoi le sultan ‘Ali-Miraḥ hébergeait les Érythréens et les protégeait. Mais le sultan ‘Ali- Miraḥ joua le jeu (cache-cache) avec l'empereur et il savait sa mentalité de prêtre rusé.

9Lorsque l'empereur l'interrogea sur ses déplacements annuels à l'étranger et l'hébergement des éléments érythréens qui fuyaient vers le sultanat et qu'il accueillait, il n'a pas nié les deux accusations. A la première accusation, il répondit : « Étant donné que vous êtes un dévot, vous savez que je le suis comme vous, même si vous n'êtes pas musulman. Je me déplace annuellement aux Lieux saints islamiques en vue du pèlerinage, de la visite et de la recherche de la bénédiction. »

10« Quant aux Erythréens, poursuivit-il, c'est vrai, je les héberge et c'est pour votre propre intérêt, parce que si je ferme la porte sur eux, ils auraient un seul choix, retourner en Érythrée et prendre les armes. »

11L'empereur fut satisfait de ces réponses. Jusqu'à ses derniers jours, il n'a pas empêché le sultan ‘Ali-Miraḥ [d'effectuer] des visites annuelles à l'extérieur [et d'héberger les Érythréens].

Mes rencontres avec le sultan ‘Ali Miraḥ

12Ce que j'ai écrit dans ces dernières lignes du sultan ‘Ali-Miraḥ est le résultat de contacts et d'une connaissance directe de celui-ci. La première rencontre entre lui et moi a eu lieu en 1965 au cours de ma présence au Caire où j'ai été informé de son arrivée. J'ai chargé Maḥammad Abubakar Lumumba, membre du mouvement de libération de l'Érythrée qui était étudiant en Égypte de me prendre un rendez- vous avec lui. La réponse du sultan fut qu'il était disposé à me rencontrer, mais pas au Caire en raison du contrôle sévère de l'ambassade de l'Éthiopie dont les agents ne le quittaient pas la journée comme la nuit et suivaient toutes ses rencontres.

13À cause de cela, il m'a donné le jour, l'heure et le lieu du rendez-vous à Alexandrie. J'ai été à ce rendez-vous en compagnie de mon frère Maḥammad Abubakar Lumumba et nous avons trouvé le sultan tout seul dans notre attente. Bien qu'il s'agisse d'un premier entretien avec lui, je lui ai expliqué la question de l'Érythrée alors que lui, il nous exprima sans réserve son soutien. Dans le même temps, il m'a expliqué l'attitude d'une extrême vigilance dont il faisait preuve du fait d'une surveillance permanente du pouvoir impérial et de ses indicateurs.

14Notre deuxième rencontre avec lui a eu lieu à Khartoum en 1966. Il était venu au Soudan, en visite et était descendu dans un grand hôtel. Nous l'avons contacté et il nous a fixés une date pour le rencontrer. Lorsque nous nous sommes présentés dans le hall de l'hôtel, un des assistants du sultan nous attendait, se leva et nous prit dans sa chambre au rez-de-chaussée. Il nous a informés que le sultan nous attendait, il était descendu de sa suite à l'étage, mais l'ambassadeur éthiopien s'était présenté sans rendez-vous et il se trouvait avec lui. Il nous a demandé d'attendre le départ de l'ambassadeur de l'Éthiopie pour le rencontrer. L'attente se prolongea. Pendant ce temps, cette personne allait de temps à autre à la suite du sultan et revenait vers nous en disant : « L'ambassadeur se trouve toujours avec le sultan. »

15Ensuite, nous avons rencontré deux de ses assistants, et nous leur avons expliqué les nouveaux développements [de la situation] en Érythrée tout en leur demandant d'informer de cela le sultan avec nos excuses pour n'avoir pas pu l'attendre.

16La troisième rencontre a eu lieu à Djeddah, en Arabie saoudite en 1975, à l'hôtel ‘Attâs après l'exil du sultan ‘Ali-Miraḥ, suite à l'invasion de son sultanat par le Derg, sous le prétexte du progressisme et de la lutte contre les réactionnaires. En ce temps, là-bas, la communauté érythréenne a subi une répression féroce, avec des pertes en vies humaines et en biens, à l'instar du sultan ‘Ali-Miraḥ et des siens ; elle s'est dispersée et s'est exilée. Lors de cette entrevue, nous avons examiné nos deux précédentes rencontres, et le sultan ‘Ali-Miraḥ a réaffirmé son soutien total à la juste cause érythréenne et a déclaré sa disposition à continuer à la soutenir après la chute de l'empereur Hayle Sïllasé et la prise de pouvoir par le Derg.

17La dernière rencontre a eu lieu à La Mecque, à son domicile en 1992, après la libération et avant le référendum et la déclaration d'indépendance de l'Érythrée. Le sujet de notre discussion fut le maintien de la paix en Érythrée et le soutien à la question du référendum d'indépendance. Le sultan ‘Ali-Miraḥ a répondu avec clarté qu'il était pour le référendum, et pour l'indépendance de l'Érythrée et la promotion de la paix dans ses frontières.

18Ce furent mes rencontres avec le sultan ‘Ali-Miraḥ et sa position ferme à l'égard de la cause érythréenne n'a pas changé depuis la première rencontre jusqu'à la dernière. Nous devons reconnaitre et rappeler l'engagement du sultan à nos côtés, au moment où nous avions tant besoin du soutien, dans les meilleurs jours et dans les mauvais jours.

19Source : « لقاعاتي بالسلطان علي مرح » in www.nawedbooks.com du 24 février 2008.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr