Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Troisième partie

I. Interview avec Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ

Texte intégral

Né le 23 juillet 1848, Ḥanfaré est le second fils du sultan ‘Ali-Miraḥ. Diplômé de science politique de Washington University, promotion 1971, il a secondé son père sous le régime impérial, surtout dans les activités du développement de l'agriculture industrielle et ses relations avec le pouvoir central éthiopien puis vers la fin également avec les États étrangers. Nous avons interviewé Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ en octobre 2010 à Djibouti. Ces entretiens enregistrés sur magnétophone ont obéi aux règles classiques de l'interview journalistique, l'improvisation.

- Le sultan ‘Ali-Miraḥ s'était lancé au début des années 1960 dans l'agriculture industrielle par la culture du coton. Parlez-nous de cette expérience ?

- Le sultan vous a sans doute bien expliqué son initiative et je ne reviendrai pas là-dessus. Je vous parlerai des activités de modernisation et d'accroissement des partenaires dans lesquelles j'ai pris une part active à partir de la fin des années 1960. En effet, nous avions commencé par mettre en place un bureau de l'agriculture doté d'un minimum du personnel formé. Ce bureau qui travaillait sous ma supervision avait pour principales tâches l'organisation, l'avancement des crédits aux agriculteurs pour la récolte de la saison, la coordination de la distribution de semences et des horaires de passage d'avion d'insecticide par pulvérisation, les achats des machines et d'équipement et la vente du coton récolté. Il était également responsable pour le creusement et le maintien du système des canaux d'irrigation. Je n'oublierai pas de mentionner que le Bureau fournissait également une aide directe sous forme des tracteurs, des conseils de gestion et de crédits aux Afar des autres régions comme la moyenne vallée de l’Awash.

Les prêts étaient contractés par notre bureau auprès des Banques. Il les distribuait par la suite aux agriculteurs. Au début, notre partenaire était Addis Abeba Bank. Par la suite, voyant que nous avions réussi, la Commercial Bank s'était mise à nous donner des prêts parce qu'elle voulait tirer des bénéfices. Elle accordait des prêts à un taux de 2% aux originaires des hautes terres mais à 12% à nous. Nous avions encouragé les clans propriétaires des terres sur les berges de la basse vallée de l’Awash à les louer aux non-‘Afar qui avaient l'expérience dans le domaine agricole. Si le locataire était un gros planteur, il prenait 70% du bénéfice et il donnait les 30% restants aux clans propriétaires des terres. Si c'était le petit planteur, il prenait pour lui 60% du bénéfice et donnait 40% aux clans propriétaires des terres. Aux gros comme aux petits planteurs, c'était notre bureau qui donnait des prêts.

Je ne crois pas que cette expérience avait été tentée ailleurs en Éthiopie. Nous y avions été poussés parce que les ‘Afar ne savaient pas cultiver la terre. C'est la preuve que le développement agricole dans la région ne profitait pas aux seuls ‘Afar. D'ailleurs, pour la cueillette du coton, nous amenions environ un demi- million de travailleurs saisonniers des hautes terres. Pour inciter les ‘Afar à s'impliquer dans cette activité, j'ai commencé à cueillir moi-même le coton.

- Vous gagniez beaucoup d'argent. Qu'est-ce que vous en faisiez ?

- Chaque année, nous réinjections les bénéfices pour accroitre la surface cultivée, assurer la mécanisation progressive des plantations, creuser des canaux d'irrigation afin de drainer l'eau jusqu'à des endroits qu'elle n'atteignait pas. Tout d'abord, l'aménagement des terres pour la culture et la maintenance des canaux d'irrigation existant et le creusement de nouveaux nécessitaient des dizaines de millions d'investissement. Ainsi, chaque année, la surface cultivée accroissait et de nouveaux canaux étaient creusés. Nous dépensions 4 à 5 millions de dollars pour les insecticides. À cela s'ajoutait les coûts de la location des avions que nous faisions venir du Kenya pour la pulvérisation d'insecticides. Pour nos fréquents déplacements entre Aysa‘eyta et Addis Abeba, nous utilisions, pour ne pas perdre du temps, les services d'une compagnie privée appartenant à un ressortissant américain. Quand nous avons vu nos dépenses pour la location de ces avions, nous avons été amenés à les acquérir nous-mêmes, deux pour la pulvérisation et un pour le transport. Nous avons acheté également avec cet argent des tracteurs et des bulldozers. En 1974, nous disposions de 56 bulldozers et plus de 600 tracteurs. Nous avions commencé à faire en sorte que chaque année environ 15 à 20 planteurs ‘Afar puissent posséder leur propre tracteur. Je ne dirais pas qu'il y avait eu cent pour cent d'opportunités mais cependant des gens qui ne rêvaient pas d'acheter même une motocyclette ont commencé à en posséder. Ceci fut possible grâce au paiement échelonné sur cinq ans que nous avions négocié avec une firme. Si le planteur ne remboursait pas la totalité dans le délai convenu, le bureau de l'agriculture le faisait à sa place à partir d'une somme d'argent que nous avions en dépôt en banque et destinée au creusement et à l'aménagement des canaux d'irrigation. Je dois avouer que le nombre de planteurs qui remboursaient ne dépassait pas les 30 pour cent. Nous remboursions à leur place dans le souci de garder la confiance de notre partenaire. Ceci pour vous dire qu'il y avait un management fiable. Les activités, à l'exception de la cueillette, étaient mécanisées.

Nous importions entre autres les engins, les équipements de travail, les pesticides et les engrais de l'Europe, principalement de la Grande Bretagne, de l'Italie et de l’Allemagne. Nous avions commencé à former des jeunes ‘Afar à conduire les tracteurs et les bulldozers. Ça, c'était le niveau que nous avions atteint en six ou sept années.

- Avec cet argent, vous entreteniez aussi, je crois, un réseau d'influence au niveau du pouvoir central ?

- J'avais oublié de vous en parler. Avec l'argent généré par la culture du coton dans la basse vallée de l’Awsah, nous avions agi pour que les ‘Afar puissent garder le contrôle de leurs terres des berges de la vallée de l’Awash, à commencer du Ba‘adu d'en haut. Sans notre action, ils les auraient perdues déjà à l'avènement au pouvoir du Derg.

Contrer des gens beaucoup plus instruits que nous, financièrement plus forts et disposant d'une force, en quelque sorte le gouvernement n'était pas une mince affaire. On nous faisait peur. Sur la base du découpage administratif de l'époque, on nous disait : « Vous êtes du Wello et vous vous immiscez dans les affaires du Harargué et du Shewa. Faites attention. Bien que l'empereur vous respecte, le gouvernement pourrait être amené à utiliser la force contre vous. »

L'une des personnes utilisées par le gouvernement pour véhiculer de tels messages était un certain Ḥajji Bashir, diplômé de l'Université al-Azhar du Caire. Il occupait un poste de responsabilité au sein d’Al-‘Alam, le journal gouvernemental en langue arabe. Comme le gouvernement savait que le sultan était plus sensible aux théologiens, ils utilisaient ces derniers pour l'influencer. Nous passions outre ces mises en garde. Nous avions encouragé les ‘Afar de la moyenne vallée de l’Awash à mettre en valeur leurs terres et pour ce faire, nous leur avions apporté entre autres une aide financière et matérielle. Il va de soi que nous avions utilisé cet argent pour notre réseau au niveau du pouvoir central.

Il faut reconnaitre aussi que si le gouvernement éthiopien a fait marche arrière dans sa politique de spoliation des pasteurs transhumants de leurs terres, c'était du également à la pression de la Banque mondiale. Au tout début de la décennie 1970, un Pakistanais était vice-président de cette institution. Son fils était à l'université avec nous. Cet homme présenta au président de la Banque mondiale une synthèse des informations reçues de la part de son fils qu'il compléta par des informations provenant d'autres sources. La Banque mondiale envoya secrètement une mission d'enquête sur le terrain. Par la suite, elle a écrit officiellement au gouvernement éthiopien. Il l'a informé que s'il prenait des terres aux pasteurs transhumants pour les donner aux investisseurs agricoles, il y avait le risque de voir les premiers laisser leur bétail envahir les plantations et détruire ainsi les récoltes.

« Les investisseurs ne pourront pas rembourser les prêts », argumenta-t-elle tout en ajoutant qu'il serait criminel que la Banque finance la spoliation des pasteurs transhumants. Elle menaça d'arrêter l'aide qu'elle accordait à l'agriculture non seulement de cette région mais des autres également si le gouvernement éthiopien ne renonçait pas à sa politique.

Je vous avoue que pour moi, ce développement agricole dans la basse vallée de L’Awash sous l'égide du sultan était une révolution. L'une des retombées fut la création d'une conscience pan-‘afar. Les ‘Afar qui vivaient sur les berges de la moyenne vallée de L’Awash s'étaient rendu compte qu'ils étaient épaulés financièrement, matériellement et politiquement par des frères. Certains ‘Afar du piémont et de la côte érythréenne possédaient des terres de culture dans l’Awsa. D'autres en étaient des salariés. Rouffa Nur, par exemple, que vous connaissez sans doute était un des responsables du bureau de l'agriculture avant d'immigrer à Djibouti. C'est pour vous dire que les retombées des plantations de coton de la basse vallée de l’Awash ne profitaient pas à une poignée de personnes mais à tous les ‘Afar.

- Parlez-nous brièvement des relations du sultan ‘Ali-Miraḥ avec l’Arabie saoudite ?

- Comme le sultan lui-même vous a sans doute dit, ses relations avec les souverains de l’Arabie saoudite remontaient aux années 1950 sous le règne du roi Sé‘ud ibn ‘Abd al-‘Aziz. Cependant, mon père s'était rapproché beaucoup de son frère et successeur, le roi Fayçal. Contrairement aux autres dirigeants arabes, ce dernier avait un comportement révolutionnaire et était un visionnaire. Il conseillait aux musulmans de s'instruire. Il nous envoyait régulièrement une aide financière par le biais de l'ambassade de son pays à Addis Abeba, surtout pour soutenir nos actions dans le domaine agricole. Certains responsables éthiopiens soupçonnaient l'existence de ce soutien extérieur mais ne disposaient pas de preuves suffisantes pour le dénoncer. Cet apport financier nous a permis de démarrer l'agriculture commerciale. Si, par la suite, les banques nous ont octroyé des crédits, c'était parce que nous disposions déjà des bases pour cette activité.

  • 1 Afar d’Awsa, celui-ci venait de terminer sa formation militaire dans une académie syrienne dans le (...)

Pendant leur séjour en Arabie saoudite, mon père et sa suite logeaient à l'ambassade éthiopienne. A cette occasion, le sultan recevait la diaspora érythréenne, y compris les personnalités qui étaient des membres du Front de libération de l'Érythrée. À l'époque, il aidait beaucoup les Érythréens qui le considéraient comme leur père spirituel. La tâche de les contacter et de les introduire auprès du sultan, dans l'enceinte de l'ambassade éthiopienne, incombait à moi. C'est parmi eux que j'avais fait introduire ‘Abdulkadir Barkat, lequel était recherché par les Éthiopiens1. Je crois que c'était en 1968. À l'époque, à part moi qui étais trop jeune pour mesurer les risques encourus, l'entourage de mon père craignait pour sa sécurité. Son vizir, Yayyo Ḥammadu, bien qu'il fût un brave homme, ne dissimulait pas sa peur. Un conflit avec le pouvoir central pouvait générer de graves conséquences pour le sultanat. Les fréquents séjours du sultan en Arabie saoudite, pendant la période annuelle de pèlerinage, soulevaient des critiques de la part de certains hauts dignitaires éthiopiens dont le Premier ministre Aklilu Habte Weld.

La tension entre le gouvernement et le sultan ‘Ali-Miraḥ a atteint le paroxysme au tout début de 1969.

Cette année-là, le Premier ministre, Aklilu Habte Weld, avait convaincu Hayle Sïllasé d'empêcher ‘Ali-Miraḥ de se rendre en pèlerinage à La Mecque. Son argument principal reposait sur l'idée selon laquelle la religion musulmane ne recommandait pas au croyant d'effectuer le pèlerinage tous les ans. Il subodorait que les séjours du sultan répondaient à des impératifs politiques. Monsieur Aklilu avait donné des directives au ministre des Affaires étrangères afin que le passeport diplomatique ne soit pas délivré au sultan. Lorsque ce dernier a été informé de cette mesure, il entra dans une grande colère. Le ministre des Affaires étrangères, Ketema Yifru était, comme le sultan vous l'a peut-être dit, « notre » homme. Il alla voir Hayle Sïllasé pour l'informer que le sultan ressentait très mal la mesure prise à son encontre. Il convainquit l'empereur de l'abroger. Son raisonnement partait du principe que le gouvernement éthiopien disposait de moyens de surveiller de près les activités du sultan en Arabie saoudite. « Lui refuser le passeport, avait-il dit, n'était pas un geste honorable. » Les paroles de Ketema firent revenir Hayle Sïllasé sur sa décision.

  • 2 Pèlerinage.

Cependant, des rumeurs persistantes circulaient cette année-là dans le pays, comme quoi le déplacement à La Mecque du sultan ‘Ali-Miraḥ allait provoquer la rupture de ses bonnes relations avec l'Empereur. Pour prévenir une telle issue, moi aussi, j'ai ajouté ma voix à ceux de son entourage qui réclamaient de surseoir à son pèlerinage. Nous ne sommes pas parvenus à infléchir sa décision. D'après lui, s'il cédait, sous la première pression officielle, sur le pèlerinage qu'il effectue tous les ans, cela risque de devenir une tradition pour ses adversaires de lui ordonner de faire ce qu'ils veulent. Il me convoqua tout simplement pour me conseiller à « faire confiance à Dieu » et de veiller à la stabilité du sultanat pendant son absence. Cette fois, mon père fit le ḥajj2 sans moi parce qu'une divergence avait surgi entre lui et son vizir, Yayyo Ḥammadu. Ce dernier lui avait demandé de s'y abstenir cette année.

À la surprise de tout le monde, peu après son retour de La Mecque, mon père devint Bitwedded, un titre qui n'avait pas été conféré jusque-là à un dignitaire musulman de l'empire.

Mon père savait capter l'attention du « vieux » [Hayle Sïllasé]. Pendant son séjour en Arabie saoudite, il rencontrait le roi Fayçal et son entourage. Il n'en faisait pas mystère et racontait à l'empereur quelques points de leurs conversations. « Fayçal » rapportait-il, « a du respect pour vous. Il vous considère comme une personnalité de stature internationale, un leader du continent africain. Pour cette raison, je vous exhorte à développer des relations diplomatiques avec les pays voisins ». Mon père n'oubliait pas de rappeler à l'empereur qu'à son niveau, il contribuait à rehausser son image auprès de ses interlocuteurs. Et devant son propre avocat, il disait : « Si vous n'avez pas confiance en moi, dites-le-moi. Sinon, il faut dire à votre gouvernement de me laisser tranquille. » Ce discours était bien accueilli par l'empereur, très soucieux de son image à l'extérieur.

- Parlez-nous des relations du sultanat d’Awsa avec un autre pays arabe important de la région, l'Égypte ?

- C'étaient nous, les enfants du sultan, qui avions fait les premiers pas en direction de l'Égypte. Nous entendions parler des jeunes éthiopiens musulmans qui quittaient clandestinement le pays pour aller étudier au Caire, en Égypte. Nous entendions parler également de l'aide matérielle que la révolution nassériste accordait aux peuples opprimés. À l'époque, les services de renseignements éthiopiens dont les agents étaient formés par le Mossad israélien disposaient de puissants réseaux de surveillance. Donc, nous décidâmes de prendre des risques calculés, en sollicitant des bourses d'études auprès de l'ambassade égyptienne au nom du sultanat d’Awsa. Laquelle ambassade accueillit favorablement notre démarche. Il nous fut accordé quinze bourses. Les récipiendaires de cette aide furent choisis, dans leur grande majorité, parmi les lycéens du 12ème grade.

Nous avons d'abord quitté clandestinement le pays par la voie maritime pour le Yémen où il y avait à l'époque des militaires égyptiens. En passant par Dubab, nous débarquâmes au port de Mokha. A cette escale, un Yéménite nommé ‘Abdulḥalim nous prit en charge ; il entretenait des relations commerciales avec les ‘Afar de la côte. C'est lui qui nous accompagna à l'ambassade d'Égypte à Sanaa. À l'époque, le trajet entre Mokha et Sanaa prenait plus d'une journée par voie routière. ‘Abdulḥalim nous fit passer une nuit en cours de route chez des gens de sa connaissance. Le lendemain, nous nous sommes présentés à l'ambassade d'Égypte qui nous logea dans le meilleur hôtel de la capitale yéménite. Quelques jours après, l'ambassade nous envoya avec un convoi militaire égyptien qui se rendait à Kokha. À partir de ce port, nous avons embarqué sur un bateau. Nous ne connaissions pas la mer. Certains d'entre nous avaient le mal de mer. Nous avons débarqué à Suez où nous prîmes un avion pour Le Caire. Nous fûmes bien accueillis par les autorités égyptiennes. Ceux d'entre-nous qui voulaient entreprendre des études théologiques s'inscrivirent à Al-Azhar. Les autres, dont je faisais partie, voulaient apprendre d'autres spécialités universitaires. Pour poursuivre ce type d'enseignement, il était nécessaire de faire une année transitoire. Six mois après, notre niveau était suffisant pour être admis à l'Université du Caire.

- Par la suite est venu en visite le sultan ‘Ali-Miraḥ ?

- Le sultan s'est rendu en Égypte à l'invitation du gouvernement de ce pays en 1966, moins d'une année après notre arrivée.

  • 3 Directeur de l’Atomic Energy Establishment, il occupera par la suite le poste de ministre de la Rec (...)
  • 4 Il occupera par la suite les postes de ministre de l'Orientation nationale puis de l'Information. I (...)

Quelques mois auparavant, il avait fait la connaissance dans l’avion de Salaḥ Hidâyat, le conseiller scientifique du président Gamal ‘Abdel Nasser3. Ce dernier était un homme profondément religieux et ils avaient sympathisé. Salaḥ Hidâyat lui avait promis de le faire inviter par son gouvernement. Ce qui avait été fait. À cette date, c’était Muḥammad Fa‘iq qui exerçait la fonction de conseiller du président Gamal ‘Abdel Nasser pour les Affaires Africaines et Asiatiques, avec rang de ministre4. L’Égypte accordait une grande importance à l’Afrique dans sa politique étrangère. Certains observateurs considéraient cet ancien officier de l’armée, jeune et ambitieux. En quelque sorte comme « le chef de la diplomatie » bis.

Pendant son séjour, le sultan fut reçu par le président Gamal ‘Abdel Nasser et par certains hauts responsables égyptiens.

Au moment du départ, alors que Muḥammad Fa‘iq et ses collaborateurs se trouvaient à l'aéroport en compagnie du sultan et de sa suite, l'ambassadeur d'Éthiopie au Caire, Meles Andom, se présenta inopinément. Les responsables égyptiens essayèrent de le distraire mais le sultan détendit l'atmosphère. « Qu'il se joigne à nous, dit-il, nous ne cachons à personne que nous avons des relations avec nos frères, même pas à Hayle Sïllasé. Laissez-le venir, il parle l'arabe et pourra écouter nos discussions. »

Les dignitaires égyptiens furent étonnés de l'attitude du sultan. Ils craignaient le fait que l'ambassadeur éthiopien le voit en leur compagnie ne crée des problèmes à leur hôte. Mais ce dernier les rassura sur ce point.

L'ambassadeur qui, était un fin diplomate, se joignit à eux et prit place dans le salon d'honneur mais il ne resta pas longtemps. S'adressant au sultan, il dit : « Getayé, je suis venu pour vous saluer et vous souhaiter bon retour au pays. M'accordez-vous l'autorisation de me retirer. » Et le sultan de répondre « Je vous l'accorde puisque nous sommes avec nos hôtes. L'ambassade éthiopienne est notre ambassade. Comme il se doit, nous vous avions rendu visite et nous nous étions entretenus sur l'objet de ma visite. À cette occasion, J'avais réprimandé pour vous Ḥanfaré. » Le sultan faisait allusion à une légère altercation que l'ambassadeur et moi avions eue avant sa visite.

Lors de cette visite, mon père a demandé deux choses aux autorités égyptiennes : l'ouverture d'une émission en langue ‘afar sur les antennes de Radio Le Caire et l'octroi d'un quota de bourses d'études à ses sujets. Ces deux requêtes ont été acceptées. Ainsi, l'Égypte fut-elle le premier pays étranger où une émission en langue ‘afar était diffusée et le premier pays à avoir octroyé des bourses aux ‘Afar. Il s'agit là de deux gestes de solidarité de l'Égypte avec notre peuple que nous ne devons pas oublier.

À son retour au pays, le sultan rendit compte à l'empereur de sa visite au Caire et de ses résultats. Tout en insistant sur l'image positive que le président Gamal ‘Abdel Nasser et les autres responsables égyptiens rencontrés avaient de lui, il lui fit part de sa préoccupation sur le fait que certains musulmans éthiopiens avaient pris la nationalité somalienne. Pour éviter qu'une telle situation ne fasse tache d'huile, il demanda à l'empereur d'autoriser la délivrance des documents de voyage aux musulmans éthiopiens qui souhaitaient aller étudier dans les pays arabes. Lorsque l'empereur informa son gouvernement des résultats de la visite du sultan au Caire et de sa proposition, Aklilu Habte Weld et la grande majorité de ses ministres exprimèrent leur opposition à l'idée que les jeunes musulmans fassent des études dans les pays arabes. Le ministre des Finances, Yilma Deressa, suggéra que cette autorisation soit limitée au Maroc et à la Jordanie.

L'Empereur ne les suivit pas. Les étudiants musulmans furent autorisés à aller étudier dans les pays arabes de leur choix. Peu de temps après, Radio-Éthiopie ouvrit une émission en langue ‘afar.

- Pouvez-vous nous dire ce qui avait permis au sultan ‘Ali-Miraḥ de tenir tête au Premier ministre Aklilu Habte Weld et de continuer à bénéficier des faveurs de l'empereur jusqu'à la chute du régime impérial ?

  • 5 Arrêté le 8 juillet 1974, il fut exécuté le 23 novembre de la même année, en même temps qu'une soix (...)
  • 6 Il occupera au début des années 1970 le poste de ministre du Commerce et de l'Industrie. Arrêté le (...)
  • 7 Il avait rang de vice-ministre. Arrêté le 14 juillet 1974, il fut exécuté le 23 novembre de la même (...)

- C'était grâce à un lobby que nous avions pu créer au sommet de l'État en monnayant les faveurs des ministres et des principaux chefs des services de renseignements éthiopiens, à l'exception du colonel Solomon Kedir, le vice- ministre de la sécurité publique au ministère de l'Intérieur5 qui était notre ennemi. Cette stratégie a été concrétisée par moi et non mon père. Mais les moyens financiers provenaient de lui. Mes tâches étaient facilitées par le fait que ces gens respectaient le sultan d’Awsa. En tant que fils du sultan, faire leurs connaissances ne m'a pas présenté des difficultés. La fidélité n'est pas une vertu chez les originaires des hautes terres. S'ils sont sûrs que tu sauras garder le secret, ils acceptent de travailler pour toi. Aussi, notre réseau recruta-t-il des hommes détenant des positions clés au sein du gouvernement. Le ministre des Affaires étrangères, Ketema Yiffru6 en était un. Du proche entourage de Hayle Sïllasé, nous avions pu également enrôler le Blatta Admassu Retta, vice-ministre du Palais et chef de son Trésor privé7. Quelqu'un d'important qui avait l'oreille de l'empereur. Ces personnalités s'opposaient au Conseil de ministres ou au palais impérial à toute décision du Premier ministre défavorable à notre cause ou elles influençaient l'empereur pour contrecarrer le Premier ministre.

Nous avions également en main les chefs de l'appareil sécuritaire. Et pour cette raison, les messages que nous livrions parvenaient très vite aux oreilles de l'empereur par leur biais. Les rapports défavorables à nous étaient minimisés. En effet, chaque fois que la Special Branch for Intelligence du Cabinet privé de l'empereur en recevait, son chef Tiku Adane me contactait sur une ligne téléphonique que j'avais installée comme il me l'avait indiqué et qui ne pouvait pas être mise sous écoute. J'allais aussitôt le voir. Il me disait : « Voilà les rapports. Voilà la défense que nous avons préparée et que nous nous apprêtons à transmettre à l'empereur. »

  • 8 À l'époque, en raison de la souveraineté française sur le Territoire d'outre-mer de Djibouti, la re (...)

Outre le colonel Solomon Kédir, Ahadu Sabouré, l'ambassadeur qui était en poste ici [à Djibouti]8 transmettait des rapports défavorables à mon père. Lesquels traitaient des relations du sultan avec l’Arabie saoudite. Je n'ai jamais su comment il se les procurait. Ce diplomate adressait ses rapports non pas au ministre des Affaires étrangères mais directement à la Special Branch for Intelligence du cabinet privé de l'empereur. Les responsables de ce service étant nos obligés, j'avais accès à ces dépêches. Dans leur défense, ils estimaient que ce diplomate envoyait sans vérifier des informations recueillies auprès des gens malintentionnés pour dire qu'il travaille et pour cette raison, elles ne doivent pas affecter les bons rapports entre l'empereur et le sultan ‘Ali-Miraḥ

À la chute du régime d'Hayle Sïllasé, j'ai demandé à Ahadu Sabouré pourquoi il transmettait des fausses informations sur mon père. Il m'a répondu qu'il ne faisait que son travail. Pour en minimiser le caractère nuisible, il a ajouté que, en principe, aucune suite n'était donnée à ses informations. A son tour, il m'a interrogé comment j'avais pu y avoir accès. Comme j'ai esquivé sa question, il n'a pas insisté outre mesure.

Au début de la révolution, Ahadu Sabouré s'était rapproché de moi. Il se révéla être un homme d'une efficacité diabolique.

Pour te montrer que nous avions bien en main l'appareil sécuritaire, même les rapports de ce diplomate n'étaient pas transmis à l'empereur sans qu'auparavant nous les lisions. De leur côté, Tiku Adane et ses hommes préparaient également notre défense. Ce qui ne leur posait pas de problème particulier puisqu'ils exploitaient leurs propres sources d'informations et plusieurs ambassades pour faire une synthèse.

  • 9 Celui-ci était l'oncle paternel de l'actuel président érythréen, Issayas Afeworki. Il fut exécuté l (...)

Solomon Abraha9, un grand ennemi de notre famille, a fini par faire partie de notre réseau. Hayle Sïllasé le considérait comme un brave homme et le respectait comme d'ailleurs tous les Érythréens.

En 1971, peu après sa nomination au poste de gouverneur général du Wello, Solomon Abraha s'en était pris à mon père. En fouillant son histoire, j'avais découvert que son frère faisait partie de la résistance érythréenne. Lui-même recrutait des hommes et les envoyait rejoindre la résistance. Par le biais des services de renseignements, je commençai par distiller ces informations. Peu après, mettant à profit la venue du prince héritier, Asfa Wossen au Wello, Solomon Abraha adressa des invitations à mon père et à moi. Le sultan emmena avec lui un membre de son entourage, Maḥammad shaykh Sa‘id, lequel pour avoir vécu longtemps sur les hautes terres amhara, avait une parfaite maitrise de l'amharique. À cette occasion, au cours des discussions en aparté avec nous, il dit en s'adressant à mon père : « J'ai des enfants que je souhaite voir grandir. Ce jeune homme a sali mon nom. S'il n'était pas votre fils, je l'aurais tué. »

À la place de mon père, Maḥammad shaykh Sa‘id lui a répondu. Il lui a demandé ce qu'il projetait de faire si je ne l'avais pas contrarié. A partir de cet entretien, Solomon Abraha promit de changer son attitude à l'égard de mon père, tout en se plaignant que les Amhara soient devenus « tribalistes ».

  • 10 (lit., à ma place) représentant de l'empereur., gouverneur général.

Par la suite, il est devenu membre de notre réseau. Il me présenta un ancien Ïnderassié10 de Harar, un homme respecté, à l'époque chef du Département des Affaires politiques au ministère de l'Intérieur, avec rang de vice-ministre. Je ne me rappelle plus de son nom. Ce dernier, par amitié avec lui, fit partie de ceux qui nous livraient des informations. Par leur biais, nous recrutâmes le colonel Balachew Jemaneh, chef du Département de la sécurité intérieure et de l'Immigration au ministère de l'Intérieur. Ce dernier, titulaire d'une maitrise en droit obtenu aux États-Unis, était un progressiste.

  • 11 Cet Érythréen d'origine était marié à la petite-fille de l'empereur.

Au cours des dernières années, nous arrivâmes à un stade où nous pouvions recruter le vice-premier ministre, Dr. Seyoum Haregot11. Il faut dire que la motivation qui poussa certains hauts responsables, dont ce dernier à faire partie du réseau n'était pas l'appât des gains mais leur inimitié pour les Amhara. Seyoum Haregot fit un jour cette confidence à mon père :

La jeune génération amhara est beaucoup plus mauvaise que l'ancienne. Aklilu Habte Weld n'a pas confiance en nous pour ce qui concerne la sécurité éthiopienne. Il pratique la rétention d'informations à notre égard. Il voit en nous les partisans de la rébellion érythréenne.

Partant de cette confidence, un secret s'était établi entre nous. Seyoum Haregot commença à faire partie des gens qui se considéraient comme nos proches. Il nous informait s'il y avait des choses nous concernant, sur ce qui filtrait du côté du cabinet du Premier ministre ou s'il apprenait des choses par d'autres voies.

En effet, diverses motivations facilitaient le recrutement dans le réseau. L'une était, c'est certain, le désir d'argent. La seconde avait sa source dans l'inimitié suscitée par les Amhara de la part des Tigréens qui se sentaient marginalisés. Les membres de ce groupe désiraient notre alliance dans leur opposition. Enfin, le recrutement d'une poignée de personnes éduquées d'origine amhara, formant le troisième groupe, a été facilité par leur opposition à la politique d'oppression ethnique et du développement inégal du gouvernement. Debebe Habte Yohannïs, directeur général d’Addis Abeba Bank, faisant partie de ce dernier groupe, avait jusqu'à risquer l'emprisonnement pour son engagement à nos côtés comme banquier. Le Premier ministre avait donné l'ordre de l'arrêter mais Hayle Sïllasé, que nous avions contacté par l'intermédiaire du chef de la Special Branch for Intelligence, l'avait dissuadé. À l'époque, le Premier ministre Aklilu faisait la pluie et le beau temps.

Ce dernier était un homme aigri. Lui et mon père ne se saluaient pas. Quand ils se croisaient au Palais, il passait l'un à côté de l'autre, sans que leurs yeux ne se rencontrent.

- Étiez-vous régulièrement informés de l'évolution de la situation dans le pays, surtout pendant la période mouvementée du premier semestre 1974 ?

- Bien sûr. Je recevais des informations deux fois par jour. Je me déplaçais au bureau de la Special Branch for Intelligence soit de mon propre initiative, soit à l'appel de son chef. Nous étions informés du moindre événement comme par exemple la tentative de mutinerie des aviateurs de Debre-Zeit, maîtrisée avec l'aide du commando spécial que le « vieux » [Hayle Sïllasé] avait créé. Cette mutinerie provoqua la panique à Addis Abeba. Dans la soirée, le chef de la Special Branch for Intelligence m'a informé de la crainte d'une attaque sur Addis Abeba pour le lendemain. Il me conseilla de faire sortir le sultan de la capitale. Afin de me tenir au courant de l'évolution de la situation, il me téléphona d'heure en heure. Une fois fait le plein des voitures et rassemblé les gardes du corps, j'informai mon père de la situation, en lui demandant de se préparer pour le départ. Il me répondit qu'il avait donné rendez-vous le lendemain à des gens venus de Ba‘adu. Dès lors, il ne voulait pas partir de nuit en les laissant à Addis Abeba. Il ajouta : « Ma vie ne vaut pas plus que la leur. »

Je me rendis à la Special Branch for Intelligence pour trouver une solution de rechange. On me répondit que ces militaires insurgés avaient l'intention de bombarder les domiciles des hauts dignitaires et que mon père habitait à côté d'un membre important du gouvernement. Pour cette raison, il devait quitter Addis Abeba. Je revins le voir. Mon père s'emporta contre moi. En guise de soutien, j'avais amené avec moi mon demi-frère cadet, ‘Alo, en espérant que mon père allait être plus sensible à ses paroles. Je lui expliquais qu'il fallait partir parce que nous n'allions pas pouvoir nous défendre. Et je lui promis d'évacuer dans la foulée les gens de Ba‘adu. Mon petit frère appuya mes propos. Mais il nous congédia en disant que nous l'empêchions de dormir. Allant jusqu'à me lancer des mots durs.

« Si c'est la peur qui t'empêche de dormir à Addis Abeba, tu n'es pas le fils que je croyais avoir. » Je suis reparti. Pour ses gardes du corps, j'ai ramené une mitrailleuse sur pied et des armes plus sophistiquées que celles qu'ils avaient. A cette occasion, je lui avais dit que dorénavant, je ne l'empêcherai pas de dormir, que j'avais amené mes armes, et que je me trouvais avec ses gardes du corps. Le lendemain matin, à sept heures moins le quart, Tiku Adane m'informa que les militaires rebelles étaient maîtrisés mais que le sultan, en refusant de quitter Addis Abeba, avait pris de grands risques.

Tout ceci pour te dire que nous étions bien renseignés.

- Certains disent que, quand l'empereur recevait le sultan ‘Ali-Miraḥ, nul n'était autorisé à y assister, à part l'interprète. Qui était l'interprète ?

  • 12 Ḥummad n'était pas le nom de son père mais d'un Afar qui l'avait élévé. Entretien avec Ḥabib ‘Ali- (...)

- C'était moi. Avant, il y avait un homme du nom Sayyidi Ḥummad12. D'origine oromo, il avait grandi à Bati dans le milieu ‘afar et parlait parfaitement la langue ‘afar. Il était en contact avec Yayyo Ḥammadu depuis le règne du sultan Maḥammad, le prédécesseur de mon père. Cet homme de confiance avait vieilli et devenu dur d'oreille. Je l'avais donc remplacé. Je profite pour vous signaler que le sultan ‘Ali-Miraḥ était le seul dignitaire de l'empire pour lequel on installait un trône lors de son entrevue avec l'Empereur. Un jour, le général Assefa Demissié avait tardé à le faire, Hayle Silassié qui était petit de taille mais avait une forte voix l'avait réprimandé pour cela.

- Quand aviez-vous commencé à comprendre que le régime impérial allait vers sa fin ?

- Trois ans auparavant, les choses étaient claires pour nous mais nous ne savions pas quand. Au sommet de l'État, deux principales factions s'entre-déchiraient. L'une était formée par les gens du Premier ministre qui étaient les gens éduqués. Ils voulaient reformer la monarchie. L'autre était formée par les féodaux. Les deux factions commençaient à établir des contacts avec l'armée et à chercher son appui.

  • 13 Isma‘il, le Rouge. De son nom complet Isma‘il Maḥammad.
  • 14 De son vrai nom Khalil al-Wazir, il était l'un des fondateurs du Fatah, membre de son comité centra (...)

Pour ce qui nous concerne, nous avons commencé les contacts avec l'extérieur une décennie avant. Nous étions conscients que tôt ou tard nos rapports avec le pouvoir central allaient générer en conflit armé parce que les convoitises sur nos terres s'accentuaient. Nous avions donc pris des contacts avec les pays arabes. Cependant, tout commença sérieusement deux ans avant la révolution. Nous avons amélioré la qualité de notre force armée, en hommes et en armes. Nous avons acheté des armes que nous nous sommes procurées en contrebande et auprès du FLE. Nous avons commencé à assurer un entraînement à nos jeunes recrues grâce à des instructeurs mis à notre disposition par le FLE auxquels se sont joints, à l'approche du déclenchement de la lutte armée, ‘Asa Isma‘il13 et les autres. Nous avons noué des contacts avec les Palestiniens en vue d'une formation plus poussée aux techniques de la guérilla de nos hommes. Abu Jihad14 et moi, nous nous étions rencontrés à Beyrouth par l'entremise de ‘Usman Saleḥ Sabbé.

- Parlez-nous de comment vous aviez pu entrer en contact avec Mengïstu Hayle Maryam ? Et qu'est-ce qu'il vous a demandé lors de la première entrevue ?

- Au tout début de la révolution, il y avait un groupe de civils qui conseillaient les militaires dont faisait partie dans un premier temps, Ahadu Sabouré dont je viens de vous parler. Parmi ce groupe, il y avait un homme que j'avais aidé dans les activités bancaires. Cet homme connaissait les chefs militaires. Il m'a informé que le premier comité comprenait tels et tels hommes, le second comité se composait de tels et tels hommes. Le vrai chef du nouveau comité s'appelait commandant Mengïstu Hayle Maryam. Je lui ai demandé de me trouver son numéro de téléphone afin que je puisse entrer en contact avec lui. Il me répondit que c'était très difficile, le commandant étant pour le moment dans la clandestinité. Et que très prochainement, il allait en sortir. Par la suite, il me procura le numéro de téléphone de son secrétaire. À cette date, très peu des gens connaissaient le nom de Mengïstu. En effet, tant qu'il se trouvait dans l'enceinte de la quatrième division, il se cachait. Mais son emprise sur les militaires était grande. Hayle Sïllasé était toujours en place mais n'exerçait plus les pouvoirs. Grâce au numéro de téléphone de son secrétaire, j'ai pu entrer en contact avec Mengïstu et obtenir un rendez-vous. Lors de notre première entrevue, il fumait des cigarettes de marque Winston. Lui aussi, m'avoua-t-il, avait eu des informations sur moi et qu'il avait cherché à entrer en contact avec moi. Lorsque je lui demandai qui lui avait parlé de moi, il me répondit sèchement que je n'avais pas à le savoir. Lui, quand il parlait, c'était un vrai militaire. Il me dit qu'il me cherchait parce qu'il avait entendu une bonne anecdote sur le sultan. Il m'informa que la commission d'enquête qu'ils ont mise en place pour établir les responsabilités des hauts dignitaires du régime impérial dans la grande famine avait trouvé une lettre que mon père avait écrite au gouvernement et dans laquelle il disait qu'ils avaient donné tout ce qu'ils avaient pour venir en aide aux victimes de la famine - c'était le Wello qui avait été le plus touché - et demandait un prêt à rembourser sur les gains de la prochaine récolte du coton. Par la suite, ils avaient même évoqué cette lettre sur les antennes de la Radio en affirmant que le sultan ‘Ali-Miraḥ avait donné tout ce qu'il avait et devant l'insouciance du gouvernement, il avait demandé un prêt, promettant de le rembourser rapidement. Ce n'était pas pour faire l'éloge de mon père mais pour accabler l'ancien Premier ministre Aklilu Habte Weld et son gouvernement, et indirectement l'empereur Hayle Sïllasé. À l'occasion de notre première entrevue, Mengïstu me déclara que la Junte militaire souhaitait avoir mon père à ses côtés comme conseiller et me demanda de l'amener à Addis Abéba.

Comme je n'avais pas confiance en lui, j'ai discuté de sa demande séparément avec des originaires des hautes terres qui étaient des hommes de confiance. L'un d'entre eux m'a dit de ne l'amener qu'à une seule condition : si Mengïstu promet que le sultan pourra retourner par le même avion après une rencontre avec lui. Un autre me conseilla de ne pas faire confiance en Mengïstu. Après avoir pris les avis de quatre ou cinq personnes de confiance, je fis un compte-rendu à mon père. Il tira la conclusion suivante. Comme aucune des personnes consultées n'avait dit de faire confiance à Mengïstu, je devais continuer, tant que c'était possible, à trouver des excuses. À partir de là, je trouvais toujours des arguments à avancer pour ne pas répondre à sa demande. Par exemple, une fois je lui affirmais que nos gens n'étant pas éduqués, en apprenant qu'un avion était venu chercher le sultan, ils allaient l'encercler et l'empêcher de décoller. Une telle action pourrait entraîner un conflit. Lui aussi, peut-être sur les conseils de ses conseillers, je ne sais pas si on lui avait dit de ne pas se presser pour voir le sultan, m'avait donné du temps.

  • 15 Celui-ci était un ancien gouverneur de l'awrajja d’Awsa et ancien commandant de l’Académie de la po (...)

Une fois, nous nous étions accrochés. Moi, j'étais un peu nerveux et j'avais des difficultés pour me contrôler. J'étais venu le voir accompagné de deux hommes de confiance qui faisaient partie de notre lobby : le ministre de l'Intérieur, le colonel Balachew Jemaneh et l'administrateur des prisons, le général de brigade Sime Wodadjo15.

À cette occasion, il me répéta d'amener mon père. Et comme j'avançais un argument comme d'habitude pour lui dire que ce n'était pas possible. Ses propos : « Ḥanfaré, je ne vois pas pourquoi tu me fais perdre du temps alors qu'il ne m'est pas difficile de faire amener votre père, de force s'il le faut. Nous avons entendu dire que c'est un vieux, un homme bien et nous le voulons comme conseiller. » Je lui répondis : « Vous êtes un militaire et vous connaissez très bien la géographie de l'Éthiopie. Si vous pensez que ce sera facile d'arrêter mon père, rien ne vous empêche. »

Mes deux accompagnateurs, le général Sime et le colonel Balachew, me firent sortir du bureau et ils restèrent avec lui. Lorsque je fus réintroduit auprès de Mengïstu, il changea de ton et me déclara : « Comme tu es mon cadet, j'ai voulu te gronder mais à ce que je constate, tu n'es pas un ‘Afar moderne que je croyais ». Je lui répondis : « Si l'aîné commet une faute, le cadet lui emboite le pas. » En s'adressant à mes accompagnateurs, il dit : « Vous entendez les propos de ce jeune homme. » Puis il changea de sujet.

À la fin de l'entrevue, il me retint avec lui et me demanda comment j'avais connu ces deux personnalités. Il m'ordonna de ne pas venir le voir dorénavant accompagné d'elles. Nous continuâmes à nous rencontrer donc à plusieurs reprises. Les gens auxquels il accordait une audience étaient minutieusement fouillés, mais moi, on me laissait entrer avec mon pistolet. Par ce traitement de faveur, il voulait m'amener à lui faire confiance. Il me flattait parfois en disant que j'étais un révolutionnaire, un jeune dynamique.

- Au cours de cette période, l'une de vos préoccupations était d'avoir les informations sur l'évolution de la situation dans le pays, sur ce qui se passait mais également de ce qui se disait au sujet du sultanat d’Awsa au sommet de l'État. Est-ce que vous avez essayé d'avoir des hommes à vous dans l'appareil sécuritaire et au sein du centre de décision du nouveau régime ? Si oui, comment êtes-vous parvenus ?

  • 16 C'était l'une des particularités de la révolution éthiopienne. Les officiers de l'appareil sécurita (...)
  • 17 Girma, le Voleur.

- À la chute du régime impérial, nos hommes de confiance, au sein de l'appareil sécuritaire de l'ancien régime, avaient été écartés de leurs postes. Le plus important d'entre eux, Tiku Adane de la Special Branch for Intelligence du cabinet privé de l'Empereur était mis à la retraite16. Les ministres qui formaient notre lobby au sein du gouvernement étaient en prison comme leurs collègues. Je suis quand même parvenu à constituer un nouveau réseau d'informations grâce à un indice que m'avait donné un certain Girma Gebru surnommé Girma Léba17.

  • 18 Il avait une Agence de voyages à Piazza et un bureau de change à Bolé. Entretien avec Ḥabib ‘Ali- M (...)
  • 19 Son nom ne figure pas dans la liste de membres du Derg publiée par des auteurs des récents écrits e (...)
  • 20 Il était sous le régime d'Hayle Sïllasé chef du département de la sécurité des avions de ligne des (...)
  • 21 Il s'agissait du capitaine Mengïstu Gemechu. Entretiens à Addis Abeba avec Ababiya Aba Jobir, le 19 (...)

Ce dernier avait travaillé un temps comme agent de sécurité du régime d'Hayle Sïllasé qui l'avait récompensé pour services rendus. Et depuis, il travaillait à son compte18. A l'avènement au pouvoir de la Junte militaire, c'était un multimillionnaire qui conduisait le dernier modèle de la voiture Mercedes. Il possédait un joli bureau à Bole, près de là où il y avait le cinéma Adwa. C'était un aventurier, un grand joueur de casino non pas seulement en Éthiopie mais partout où il se déplaçait, aussi bien à Las Vegas aux États-Unis que dans des pays européens. Les gens insinuaient qu'il avait liquidé des opposants à l'étranger, pour le compte du régime d'Hayle Sïllasé et ils avaient peur de lui. A quelques exceptions près, les agents de service de sécurité de l'ancien régime ont continué à servir le nouveau. Il allait de soi que Girma travaille pour le Derg qui était au courant de son passé. Pour survivre, il commença à lier des relations avec des membres importants du nouveau régime. Dans le passé, je m'étais vengé de lui pour avoir fait arrêter ‘Alo, un de mes frères cadets. Depuis, nous étions devenus de bons amis. Nous nous rendions service mutuellement. Un jour, par curiosité, je l'interrogeai de quelle façon il avait échappé à la purge, alors que tous les grands richards avaient été arrêtés. Il m'avoua qu'il comptait des hommes au sein du nouveau régime, dont il avait pu acheter les faveurs avec son argent pour survivre et qui l'informaient également de l'évolution de rapports de force au sein du Derg. Cet indice me permit de recruter mes hommes dans l'appareil sécuritaire et au sein du Derg. Nos alliés les plus importants étaient Daniel, un militaire d'origine érythréenne responsable de la commission Justice19, le lieutenant-colonel Negoussie Hayle, chef de la sécurité du Derg20 et un capitaine, assistant du commandant Mengïstu Hayle Maryam, qui était à l'époque vice-président du Conseil militaire administratif provisoire (CMAP), dont je ne me rappelle pas le nom21. C'était un bel homme et son bureau faisait face à celui de Mengïstu. Daniel a par la suite rejoint la résistance érythréenne. Je l'ai revu en 1991 lors de la conférence Londres. Il faisait partie de la délégation du FPLE.

Également, nous recevions des informations intéressantes de la part de certains sous-officiers travaillant au Palais, auxquels nous ne donnions pas beaucoup d'importance pour retenir leurs noms. Ils nous tenaient au courant des audiences de Mengïstu et nous rapportaient les propos pouvant nous intéresser ou intéresser l'ambassade des États-Unis d’Amérique avec laquelle nous échangions les informations.

- Est-ce que vos hommes étaient les mêmes que ceux de Girma ?

- Pas tous. Girma ne cherchait pas à connaître mes secrets puisqu'il savait que je n'allais pas lui en dévoiler. Moi, du fait de ma séniorité non par l'âge mais par le pouvoir dans le pays, il m'arrivait de l'interroger pour obtenir des renseignements.

Girma n'était pas un homme facile. Il me livrait les informations qu'il voulait mais comme je disposais de mon propre réseau, je savais qu'il ne me disait pas tout. Et généralement, je n'insistais pas. Je ne lui dévoilais pas l'identité de mes hommes et lui de même. Cependant, il y avait deux hommes que nous connaissions tous les deux. J'avais prévenu Girma que tôt ou tard, il allait être éliminé par la Junte militaire. Une fois, je lui avais conseillé de quitter au plus vite le pays. Mais il avait refusé parce qu'il pensait pouvoir continuer à faire des affaires et à s'enrichir. Il n'a pas pu échapper à l'exécution.

- Est-ce que les hommes que vous aviez recrutés pour votre réseau d'informations se connaissaient entre eux ? Et où les rencontriez-vous ?

  • 22 Une abréviation de Central Intelligence Agency, le service de renseignements des États-Unis.

- Ils ne se connaissaient pas. Les rencontres se déroulaient en dehors d’Addis Abeba, à Soderé, plus précisément à Galila Palace. Une ancienne résidence de l'empereur, transformée en hôtel et fréquentée par les hommes fortunés. J'y disposais de façon permanente d'une chambre. D'autre part, j'avais plus de six maisons à Addis Abeba dont personne ne savait qu'elles m'appartenaient. Je donnais rendez-vous à mes informateurs dans l'une ou l'autre de ces propriétés. Nous changions régulièrement nos lieux de rendez-vous fixés par téléphone. Par exemple, le lieutenant-colonel Negoussie Hayle sollicitait à une autre personne de me contacter. Ensuite, cet intermédiaire m'indiquait le lieu de rendez-vous sans dévoiler son identité. Moi, je savais que ce contact provenait de Negoussie. J'échangeais régulièrement les informations que je recevais de ses différentes sources avec le premier secrétaire de l'ambassade des États-Unis d’Amérique, Bruce Rogers. Celui-ci était probablement le chef d'antenne de la CIA22 en Éthiopie.

- Parallèlement, vous vous prépariez à une confrontation armée avec le nouveau régime. C'était dans ce cadre que s'inscrivaient vos contacts avec la République démocratique de Somalie. Pouvez-vous nous dire quand et comment vous avez établi ces contacts ?

- Avant de répondre à votre question, permettez-moi de vous parler de nos premiers contacts avec les Somali qui remontaient à l'époque où nous étions à l'école-internat à Addis Abeba. Il y avait eu la guerre de l'Ogaden de 1964. Nous ‘Afar étions une centaine, les Somali étaient plus nombreux, plus de cent cinquante. Les autres élèves éthiopiens, plus d'un millier. À cause de cette guerre en Ogaden, des troubles se sont produits en ville à Addis Abeba, y compris dans les écoles entre élèves. Aḥmad Aydâḥis, qui, je pense, est décédé, avait déclaré qu'on tuait les gens parce qu'ils étaient musulmans et que pour cette raison, nous devions faire tout notre possible pour nous solidariser avec les Somali. Nous avions donc pris parti pour eux. Les autorités éthiopiennes n'avaient pas apprécié notre témoignage de solidarité. Le ministre de l'Éducation nous rendit visite le lendemain. Il fit un grand discours pour les collégiens et lycéens. Il interrogea les élèves ‘afar. « Comment pouvez-vous être solidaires avec les Somali qui, avait-il dit, étaient les ennemis des Éthiopiens et les vôtres ? »

Aḥmad Aydâḥis avait pris la parole pour répondre à notre place : « Les Somali sont vos ennemis et non les nôtres. Vous avez pris leurs terres et vous leur faites la guerre. En plus, nous et les Somali, nous partageons la foi musulmane. »

Le ministre avait proféré des insultes à son encontre. L'élève Aḥmad Aydâḥis a été vite écarté de sa vue. À l'époque, les Amhara n'étaient pas des gens impulsifs. Le lycéen ne fut pas exclu de l'école. À l'intérieur de Lycée, on rencontrait des agents de la sécurité et je pense qu’Aḥmad Aydâḥis faisait partie des élèves surveillés de près.

À partir de cette guerre de l'Ogaden, la grande majorité des lycéens somali qui, étaient à l'école-internat avec nous, prirent le chemin de la République de Somalie. Comme ils étaient d'un bon niveau scolaire, certains d'entre eux poursuivirent leur scolarité en Somalie et à l'étranger. D'autres furent recrutés dans l'armée et envoyés en formation par exemple à l'académie militaire de Sandhurst en Grande-Bretagne.

Parmi ces anciens camarades d'école, ceux qui avaient opté pour la carrière militaire, avaient rang d'officiers quand nous prîmes contact avec la République de Somalie. Aussi, avant même notre premier contact, ceux-ci se rappelaient-ils de notre solidarité avec eux à Addis Abeba. Par conséquent, les dirigeants nous témoignèrent une grande sympathie à notre égard parce qu'ils étaient bien informés sur nous les ‘Afar.

Nous aussi, quand nous avions regardé à gauche et à droite pour voir qui pouvait être des alliés dont nous pourrions solliciter un appui, nous nous sommes dit à l'unanimité que c'était la République de Somalie. Un pays qui était justement en conflit avec l'Éthiopie. Les conseils avisés de ‘Usman Saleḥ Sabbé furent déterminants dans notre décision de prendre contact avec la Somalie.

  • 23 Consul général. Il avait rang d'ambassadeur.
  • 24 C'était en 1974.

Quand le régime d'Hayle Sïllasé commença à chanceler, ‘Abdallah Déré qui était ambassadeur23 ici [à Djibouti] était venu prendre contact avec nous à Addis Abeba. Lui et moi, nous nous étions rencontrés à trois reprises et au cours de la troisième, il m'avait informé de la prochaine venue à Addis Abeba du ministre des Affaires étrangères, ‘Umar ‘Arteh Ghalib pour assister à une conférence de l'OUA. Il m'avait conseillé de le rencontrer. À l'époque, ce dernier jouissait d'un très grand respect dans son pays. Comme il parlait bien l'arabe, les États arabes le tenaient en grande estime. La Junte militaire somalienne au pouvoir l'utilisait donc pour obtenir leurs aides. Il passait d'ailleurs pour être l'artisan de l'adhésion de la Somalie à la Ligue des États arabes24. Je l'ai rencontré dans une maison qu'on ne pouvait pas soupçonner de servir de cadre à une telle rencontre. Pour l'amener là, j'avais fait appel à deux jeunes filles que j'avais connues par le biais du service de sécurité. Elles ne savaient pas qui il était. A l'époque, les Éthiopiens usaient de jeunes filles pour surveiller des ministres africains et même des chefs d'État. Cette maison se trouvait à un endroit se prêtant bien pour une telle occasion. Moi, je suis arrivé très tôt. Lui, on l'avait amené le soir. Le propriétaire de la maison et les deux filles furent éloignés. Et là, nous eûmes notre entretien. À la fin, il me déclara : « Viens nous voir à Mogadiscio. Nous avons actuellement comme chef d'État un militaire fort. Je l'informerai des discussions que nous venons d'avoir. Actuellement, tout dépend des militaires. Ils m'utilisent pour la politique étrangère alors que la politique intérieure et les questions de ce genre, sont du ressort de Maḥammad Siyad Barreh, avec l'aide de son gendre, Aḥmed Suleïman, le chef du service de sécurité. »

  • 25 Le ministre de la Défense.

Je me suis donc déplacé en Somalie pour rencontrer le général Maḥammad Siyad Barreh. J'ai d'abord rencontré les hauts responsables de son gouvernement dont le chef de l'armée, le général Maḥammad ‘Ali Samatar25 et Aḥmed Suleïman Daflé, le chef des services de renseignements et gendre de Siyad Barreh. J'ai trouvé le premier enthousiaste et poli. C'est quelqu'un qui savait vous mettre à l'aise pour discuter. Par la suite, nous sommes devenus amis. Lors de mes séjours à Mogadiscio, je lui rendais régulièrement visite chez lui. Il avait l'habitude de faire la sieste et de veiller le soir. Je passais donc la soirée avec lui. Bien qu'il fût perçu comme un communiste du fait de ses liens avec le régime soviétique, il faisait donner le soir des cours d'arabe et de religion à ses enfants par des enseignants égyptiens. Notre intimité était telle qu'il me faisait des confidences personnelles.

Aḥmed Suleïman Daflé figurait comme une personnalité forte et incontournable en ce moment-là. Ensuite, j'ai eu un premier entretien avec le général Maḥammad Siyad Barreh en présence d'un interprète. Par la suite, nous nous sommes rencontrés en tête-à-tête parce qu'il n'y avait pas besoin de la présence d'un interprète. Le général comprenait l'arabe et parlait l'anglais. J'ai trouvé en Maḥammad Siyad Barreh un homme d'État très simple, amical et paternel. Je lui ai présenté une requête pour une formation militaire accélérée de nos jeunes, il l'a acceptée. Le président Siyad Barreh a désigné Aḥmed Suleïman Daflé pour s'occuper de nous. Ce dernier s'exprimait aisément en anglais et parlait également couramment l'arabe. À l'issue de notre première rencontre, je me rappelle qu'il m'avait dit ceci :

Ḥanfaré, une fois que nous obtiendrons à l'intérieur de l'Éthiopie le soutien des hommes comme vous, nous leur montrerons que les nomades ne sont pas inférieurs aux paysans.

Par la suite, la Somalie fit tout ce qu'elle pouvait pour nous aider militairement et financièrement. Aux cours de mes premières visites, j'étais logé non pas à l'hôtel où étaient hébergés les dirigeants des mouvements de libération lors de leur séjour à Mogadiscio mais à la Villa Somalia, la présidence de la République. Et ce, pour raisons de sécurité. Parmi ceux qui y ont séjourné avec moi, il y a Maḥammoda Aḥmed Ga‘as, shaykh Ḥussein Aḥmed Mussa, etc.

Je vais vous raconter une anecdote dont vous avez peut-être entendu parler.

J'avais la vingtaine et étais de tempérament fonceur. Une fois, j'ai frappé à la porte de la maison du président, après avoir écarté de mon chemin les militaires, lesquels avaient dégainé leurs armes. Siyad Barreh qui regardait la scène du balcon demanda si j'étais bien Ḥanfaré. Ils lui répondirent que je me présentais sous ce nom. Il demanda alors qu'on me fasse entrer. Nous bénéficions du respect de la sorte de la part des dirigeants de la Somalie.

- Revenons à votre rencontre avec le chef de la diplomatie somalienne. Est-ce que ce dernier en avait été informé en avance ?

- Oui, il l'était avant son départ de Mogadiscio par ‘Abdallah Déré. J'ai pu me rendre compte que même Siyad Barreh était informé également. En effet, ‘Umar ‘Arteh m'a confié que le chef de l'État avait demandé si ma rencontre avec lui ne me mettait pas en danger. ‘Abdallah Déré aurait répondu : « Il avait un bon moral et il m'a tout simplement demandé de l'informer de l'arrivée du chef de la diplomatie et de le faire attendre au lieu que nous conviendrons. Il s'est engagé de s'occuper du reste. » « Si c'est ainsi, ayez confiance en Dieu », leur aurait répondu Siyad Barreh.

Par la suite, je me suis rendu en Somalie à quatre reprises. Je n'informais pas le lieutenant-colonel Nïgusié Hayle, le chef de la sécurité du Derg, lequel travaillait pour moi. Mais lui était au courant de mes voyages. Un jour, il m'a dit :

« Ḥanfaré, j'ai confiance en vous mais vous, non. Selon les informations que je dispose, vous vous êtes rendu à Mogadiscio », tout en me donnant les détails sur l'itinéraire que j'ai emprunté lors de mon dernier déplacement.

À cette occasion, j'avais fait semblant de me fâcher en lui répondant : « Ô ! Nïgusié Hayle, je vous faisais confiance mais dorénavant, je n'aurai plus confiance à un originaire des hautes terres. J'avais négligé la mise en garde de nos bédouins de vous accorder la confiance mais je constate qu'ils ont raison. » « Ḥanfaré, vous êtes un homme éduqué, ne tenez pas de tels propos », m'a-t-il prié. Je lui ai rétorqué : « Et vous, ne me posez pas de telles questions. Pourquoi faire pensez- vous que je me rends à Mogadiscio alors que nombreux sont les pays où je dois me rendre. »

Tout en sachant la vérité [sur mes déplacements], Nïgusié respectait notre contrat. Moi, je ne voulais pas qu'il ait la confirmation de ma bouche. Comme il travaillait pour moi, ainsi que pour comme pour les autres, je craignais qu'il me dénonce.

- Au cours de cette période mouvementée de la révolution, quelles étaient vos relations avec les politiciens oromo et par la suite avec les dirigeants des organisations politiques qui se sont formés pour lutter au nom de cette nationalité ?

  • 26 C'était un ex-commandant de la force rapide (bataillon anti-émeute), un ex-adjoint au commissaire d (...)

- À l'époque, nous tenions à Addis Abeba des réunions de l'opposition auxquelles participaient les personnalités oromo telles le général Tadesse Birru26et Aba Biya. Nous avions de l'estime pour le premier à cause de sa bravoure et nous avions essayé d'établir des bons rapports avec lui. J'avais parlé en bien de lui aux autorités somaliennes et j'étais convenu avec eux de l'amener avec moi à Mogadiscio pour l'introduire auprès d'elles. Elles étaient très enchantées d'entrer en contact avec une personnalité oromo de sa stature. À l'époque, les Somaliens aidaient un groupe oromo désigné sous l'étiquette Abo et qui adhérait à leur thèse de la revendication des Oromo comme l'une des composantes du peuple somali. Il pensait que le rapprochement avec le général Tadesse allait avoir un impact positif sur la perception des Oromo de ce groupe.

Mais le général Tadesse Birru était infiltré sous le couvert de la cause oromo par des agents de renseignements du Derg. Également, certaines personnes qui prenaient part avec nous aux réunions de l'opposition dont je vous ai parlé collaboraient avec le Derg. Je ne sais pas si ce fait a échappé aux gens que je disposais au sein du Derg et dans son appareil sécuritaire mais j'ai été prévenu par une ambassade occidentale avec laquelle j'entretenais des échanges d'informations. Je disposais de beaucoup de postes de téléphone mais ils étaient la plupart sous écoute. Cette ambassade amie m'a conseillé de reporter le rendez-vous que j'avais pris avec lui en utilisant un des téléphones sous écoute. Suivant son conseil, j'ai annoncé au général Tadesse Birru le report de mon voyage de quinze jours. Je suis parti en fait le soir même. J'ai appris son arrestation et exécution alors que j'étais à Mogadiscio.

Par la suite, au cours de notre lutte contre la Junte militaire, au sein du FLA, nous pensions de notre intérêt, moi en premier, l'unification des organisations oromo - il y en avait au moins trois. Nous estimions qu'une organisation forte de cette nationalité, la plus importante du pays, de par sa démographie pourrait contrebalancer l'influence des organisations représentatives de l'Éthiopie abyssine dans la configuration de l'Éthiopie de l'après-Derg.

Aussi, vers la fin des années 1980, je me suis investi à fond à Mogadiscio dans la réconciliation et l'unification du Front de libération Oromo et du Front islamique pour la libération des Oromo du shaykh ‘Abdulkarim Jarra. Je disais en toute franchise aux Somaliens que la politique de division des Oromo était contre- productive pour eux-mêmes. J'ai reçu un appui fort du général Maḥammad ‘Ali Samatar qui partageait ma position et affichait son enthousiasme pour le projet. Celui-ci s'opposait aux personnalités Marehan, le clan du général Mahammad Siyad Barré qui, eux, soutenaient la branche Abbo des Oromo, bien évidemment avec une arrière-pensée de les utiliser pour la politique irrédentiste. Le général Samatar n'était pas seulement un bon militaire mais également un fin politique. Il bénéficiait d'une grande aura dans l'armée. Son point faible était qu'il n'avait pas un clan fort sur qui s'appuyer.

Au cours des négociations auxquelles le FLO était représenté par une délégation dirigée par son chef militaire, un Oromo de religion chrétienne, dont je ne me rappelle pas le nom, j'ai essayé de convaincre le shaykh ‘Abdulkarim Jarra que l'étiquette islamique comme la désunion desservaient la cause oromo. « Les mouvements d'opposition éthiopiens sont nombreux mais si vous abandonnez le sigle islamique et que vous parvenez à vous entendre et à s'unir, vous aurez la part belle des aides parce que les donateurs savent que vous êtes les plus nombreux en Éthiopie », lui avais-je dit pour gagner son adhésion.

‘Abdulkarim n'a rien voulu entendre. Par la suite, à la chute du régime de Mengïstu, les fronts tigréen et amhara, lesquels s'entendaient, quand il s'agit des Oromo, ont accordé une représentation au FILO dans l’Assemblée constituante, au même titre que le FLO et deux autres organisations oromo. La division des Oromo les arrangeait.

- Quand avez-vous rompu vos contacts avec Mengïstu Hayle Maryam et pourquoi ?

  • 27 Campagne d'alpbabétisation et de développement par la coopération entreprise sous l'ordre du Derg p (...)
  • 28 Étudiants et enseignants mobilisés dans le zamacha.
  • 29 C'était le 3 juin 1975.
  • 30 Ce jeune anthropologue de la London School of Economics s'appelait Glynn Flood.

- Je ne me rappelle pas la date exacte mais c'était au mois de mars 1975, après avoir été informé par le lieutenant-colonel Negoussie Hayle que Mengïstu a donné l'ordre de me liquider le soir. J'ai quitté Addis Abeba dans la précipitation pour l’Awsa. Cette évolution faisait suite à des critiques contre la Junte militaire que j'avais formulées devant une délégation des jeunes envoyés dans le cadre de la Zamacha27. Comme un peu partout en Éthiopie, ils avaient envoyé chez nous quelques 400 jeunes, en grande majorité des lycéens. Le fils du lieutenant-général Assefa Demissié, l'aide de camp de l'empereur, qui, lui, était un étudiant de l'université, en faisait partie. Après leur arrivée, je m'étais adressé à une délégation qu'ils avaient envoyée auprès de moi en ces termes : « Vous êtes des jeunes et je ne veux pas qu'il vous arrive quelque chose dans cette région. Contrairement sur les hautes terres où les chefs ont fait souffrir les paysans, en les emprisonnant et en leur prenant par la force les terres, chez nous, c'est une autre culture, une autre tradition et les rapports entre les gouvernants et les gouvernés sont solides. Ici, non seulement vous n'obtiendrez pas l'adhésion de la population par vos propagandes contre les chefs mais une telle démarche se retournera contre vous. Vous ne trouverez pas d'interprètes pour s'adresser à elle. » Je leur avais dit que les militaires qui les ont envoyés étaient l'arme répressive de l'ancien régime. C'étaient eux qui étaient instrumentalisés pour réprimer toute volonté du changement du peuple éthiopien et non des forces étrangères. J'ai ajouté qu'ils se faisaient passer pour ceux qui aimaient le plus le peuple éthiopien pour assouvir leur ambition du pouvoir, en profitant de la faiblesse de l'ancien régime. Je leur ai répété que nous ne voulons pas être rendu responsables devant l'histoire de la mort de quatre cents jeunes éthiopiens parce que nous les aimions comme nos fils et nos frères et nous aimions aussi notre pays. Je leur ai conseillé de ne pas sortir de leurs casernements jusqu'à leur rapatriement. Je leur avais promis d'envoyer d'ici là une nourriture beaucoup plus appropriée que celle que le gouvernement leur donnait. Par conséquent, les zamatch28 n'ont rien fait chez nous. J'ai entendu dire que certains d'entre eux sont morts dans les accrochages entre nos hommes et les militaires éthiopiens. Nous les avons attaqués de nuit le mardi à une heure du matin29 et ils ont attendu la levée du jour pour riposter. Nos positions ont d'abord été bombardées par les avions et ensuite par des tanks qui tiraient n'importe comment et dans n'importe quelle direction. Les militaires ont retourné leurs armes contre la population civile des villages. Au cours de cette seule journée du mardi et dans le seul village d’Aysa‘eyta, ils ont rassemblé et exécuté sommairement 1600 personnes dont un citoyen anglais marié à une française qui se trouvait dans la région dans le cadre de ses recherches doctorales30.

- Comment a réagi Mengïstu en apprenant votre fuite ?

- Il a convoqué mon frère ainé Aydâḥis et Ḥajji Ḥanfaré, un proche collaborateur du sultan qui, tous deux, se trouvaient à Addis Abeba. Il les a chargés de dire au sultan qu'il le tenait en haute estime et de ne pas se laisser influencer par moi, tout en me qualifiant de menteur.

- Qu'est-ce que vous avez fait par la suite ?

  • 31 Il avait prononcé son discours virulent en sa qualité du chef de la délégation libyenne au sommet d (...)

- À partir de là, nous étions sûrs de nous acheminer vers une confrontation armée avec la Junte militaire au pouvoir. Mon père m'a envoyé en mission auprès du roi Fayçal d’Arabie saoudite dont il était un proche afin de l'informer de cette évolution de la situation. Nous sommes également convenus de contacter la Libye et de solliciter son aide militaire. Notre démarche était motivée par le discours du ministre des Affaires étrangères de ce pays Abu Zeid Amor Dourda31 qui a insulté Hayle Sïllasé lors de la conférence de l'OUA à Addis Abeba en 1973.

Je suis passé par Djibouti d'où muni d'un laissez-passer, je me suis rendu à Aden en vue d'entrer en possession de mon passeport somalien que je laissais à chaque voyage à l'extérieur à l'ambassade de la Somalie. A mon arrivée dans ce pays, j'ai appris l'assassinat du roi Fayçal ibn ‘Abd al-‘Aziz. Je me suis quand même rendu en Arabie saoudite pour présenter mes condoléances aux enfants du roi défunt. J'en ai profité pour leur dire que le défunt entretenait avec mon père des liens étroits mais que j'ignorais ce qu'ils en savaient. Je les ai informés de la mission dont mon père m'avait chargée. À l'époque, le patron des renseignements saoudiens était ‘Adil Adham, leur oncle maternel, et l'émir Turki ibn Fayçal, qui lui succédera par la suite, était le chef d'un département. Pendant mon séjour à Riyad, j'ai rencontré le président de la Ligue mondiale islamique afin de l'informer de la situation dans le pays. Cette organisation avait été chargée par le défunt roi de l'accueil du sultan et de sa suite au cas où ce dernier serait amené à quitter sa région. Il m'a invité à faire de même le lendemain devant les autres responsables de la Ligue mondiale islamique. C'est ce que j'ai fait.

- À cette occasion, est-ce que vous avez informé vos interlocuteurs saoudiens de votre intention de prendre contact avec les Libyens ?

  • 32 Celui-ci avait perdu son poste ministériel lors du remaniement du 14 novembre 1974 mais il restait (...)

- Non, non, pas du tout. De Riyad, je me suis rendu à Rome, en Italie où j'ai rencontré les diplomates libyens auxquels j'ai présenté la cause de notre peuple. À cette occasion, j'ai pris soin de leur rappeler que ce qui nous a beaucoup plu de la Libye et qui motivait notre démarche, c'était le discours d’Abu Zeid Amor Dourda au sommet de l'OUA. Cela leur a beaucoup plu. Ils m'encouragèrent à visiter la Libye : « Tripoli est à une heure de trajet par avion de Rome. » Me laissant entendre qu’Abu Zeid Amor Dourda pouvait prendre rendez-vous pour moi avec le chef de la révolution libyenne, le colonel Mu‘ammar al-Khaddâfi. Et qu'en tant qu'homme cultivé, il s'entendrait avec moi32 J'ai donc fait le voyage à Tripoli. J'ai reçu un très bon accueil et fus logé dans le meilleur hôtel. J'ai rencontré Abu Zeid Amor Dourda qui portait un réel intérêt pour notre région de la Corne de l’Afrique. Nous avons donc longuement discuté. Mon interlocuteur était l'un des hommes de confiance de Khaddafi. Trois ou quatre jours après, on m'a informé que le Guide de la révolution n'allait pas venir à Tripoli mais qu'il allait me recevoir sous une tente, en dehors de la capitale. Lors de l'entrevue, je lui ai présenté notre peuple et sa cause en particulier tout en l'informant de la situation des musulmans en Éthiopie en général. Je l'ai informé que les États arabes et musulmans qui, étaient nos voisins, ne faisaient rien pour nous aider. Il m'a demandé s'il y avait un lieu sûr où l'aide militaire pouvait nous être livrée. J'ai répondu que c'était la République démocratique de Somalie. Il a demandé à ce qu'on lui apporte une carte géographique et il m'a demandé l'aéroport de la Somalie qui nous serait le plus proche. J'ai répondu que c'était Hargeysa, du fait de sa proximité avec le port de Berbéra. Khaddâfi, quand il veut t'aider, ne traine pas. La Libye fut ainsi le premier pays arabe à nous livrer une aide militaire lors du déclenchement de notre résistance.

- Aviez-vous des relations avec la République démocratique et populaire du Yémen ?

  • 33 Abdi, l’Abyssin, un surnom qui rappelle son origine ogadeni.

- Nous n'avions pas des relations directes avec ce pays. L'ambassadeur de la Somalie à Aden, ‘Abdi Ḥussein dit ‘Abdi Ḥabashi33 servait d'intermédiaire à nous comme aux Érythréens avec le gouvernement somalien. Quand nous venions pour ce que nous voulions de la Somalie, c'était lui que nous contactions, c'était à lui aussi que nous demandions d'informer les autorités de son pays. Lorsque la Somalie nous livrait une aide, elle nous les envoyait par son biais. Et ce fut donc lui qui a négocié pour nous avec les autorités d’Aden le transit des armes.

  • 34 Arrivé au pouvoir le 13 juin 1974 par un coup d'État militaire contre le régime du président Abdul (...)

Par contre, la République arabe du Yémen a montré, quant-à-elle, un grand intérêt pour notre rébellion vers la fin du règne du lieutenant-colonel Ibrahim al- Ḥamdi. Elle a offert des facilités pour l'utilisation de ses ports, une petite quantité d'armes et une promesse de formation des combattants. Malheureusement, l'engagement du lieutenant-colonel Ibrahim al-Ḥamdi n'a pas survécu à son assassinat34.

- Est-ce qu'il y avait un autre pays arabe qui vous aidait ?

  • 35 Il est mort en 2004.

- Les Émirats Arabes Unies du Shaykh Zayed Ben Sultan el-Nahaïan35. Ce dernier était très bon pour le vieux [sultan ‘Ali-Miraḥ].

- Pouvez-nous dire quelques mots sur vos relations avec les fronts érythréens ?

- Je vous ai déjà parlé du respect dont mon père bénéficiait de la part des Érythréens mais également de sa sympathie pour eux. Je me contenterai d'évoquer un aspect moins connu. Au tout début des années 1970, les Érythréens furent nombreux à venir et à travailler dans l’Awsa. Le sultan leur a offert des terres et des moyens pour faire de l'agriculture ou ouvrir des commerces. Par la suite, Fâghir, ‘Abdu Karrar et les autres, plus anciens au pays, et qui faisaient partie de l'entourage proche du sultan lui ont demandé l'autorisation pour lever les cotisations au profit de la résistance érythréenne. Non seulement, il les a autorisés mais également il m'a donné l'ordre de leur donner 30 000 dollars par an de la caisse du sultanat. Laquelle somme était remise chaque année entre les mains de Saleḥ Iyyay, le chef du bureau des relations extérieures du FLE basé à Aden, en République démocratique et populaire du Yémen.

Par la suite, quand nous avons lancé notre résistance, nous avons continué à développer nos relations avec les fronts érythréens. Alors que nous nous apprêtions à lancer notre guérilla, l'ambassadeur de la Somalie à Aden, ‘Abdi Ḥabashi, m'a conseillé de passer par les forces populaires de libération de Saleḥ Sabbé pour solliciter les États arabes et par le FLE pour ce que je devais faire à l'intérieur du pays.

- Parlez-nous de la personnalité de Sabbé et de vos relations avec lui ?

- ‘Usman Saleḥ Sabbé était un visionnaire. Il était conscient que les Érythréens ne pouvaient pas à eux seuls battre l'Éthiopie. Il disait de nous les ‘Afar que nous étions ceux qui pouvaient le plus affaiblir l'Éthiopie parce que nous parlons une même langue, nous avons une même religion et que nous habitons une région stratégique. Il nous considérait comme les plus proches des Érythréens. Il croyait fermement qu'aider les ‘Afar, c'était renforcer la résistance érythréenne. Aussi, nous a-t-il fourni une aide financière et militaire. ‘Usman a été pour moi un maître comme d'ailleurs pour tous les autres responsables des mouvements de libération éthiopiens. Il m'a appris comment me comporter et traiter avec les dirigeants arabes

Fig. 12 : Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ s'entretenant avec l'émir du Koweit, shaykh Jaber Aḥmad Al-Sabaḥ

Fig. 12 : Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ s'entretenant avec l'émir du Koweit, shaykh Jaber Aḥmad Al-Sabaḥ

Collection personnelle de Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ

Notes

1 Afar d’Awsa, celui-ci venait de terminer sa formation militaire dans une académie syrienne dans le rang des combattants du FLE.

2 Pèlerinage.

3 Directeur de l’Atomic Energy Establishment, il occupera par la suite le poste de ministre de la Recherche scientifique.

4 Il occupera par la suite les postes de ministre de l'Orientation nationale puis de l'Information. Il est actuellement secrétaire général de l'Organisation arabe pour les droits de l'Homme dont le siège est au Caire.

5 Arrêté le 8 juillet 1974, il fut exécuté le 23 novembre de la même année, en même temps qu'une soixantaine de hauts dignitaires de l'ancien régime.

6 Il occupera au début des années 1970 le poste de ministre du Commerce et de l'Industrie. Arrêté le 26 avril 1974, en même temps que l'ensemble du gouvernement d’Aklilu Habte Weld, il sera libéré le 11 septembre 1982.

7 Il avait rang de vice-ministre. Arrêté le 14 juillet 1974, il fut exécuté le 23 novembre de la même année avec une soixantaine de hautes personnalités de l'ancien régime

8 À l'époque, en raison de la souveraineté française sur le Territoire d'outre-mer de Djibouti, la représentation diplomatique ne pouvait être que consulaire. Abadu Sabouré était donc consul général mais avait rang d'ambassadeur, en raison de l'importance de sa mission.

9 Celui-ci était l'oncle paternel de l'actuel président érythréen, Issayas Afeworki. Il fut exécuté le 23 novembre 1974 pour son rôle dans la famine au Wello, en même temps que plus d'une cinquantaine de dignitaires de l'ancien régime.

10 (lit., à ma place) représentant de l'empereur., gouverneur général.

11 Cet Érythréen d'origine était marié à la petite-fille de l'empereur.

12 Ḥummad n'était pas le nom de son père mais d'un Afar qui l'avait élévé. Entretien avec Ḥabib ‘Ali- Miraḥ, Addis Abeba, 14 janvier 2011

13 Isma‘il, le Rouge. De son nom complet Isma‘il Maḥammad.

14 De son vrai nom Khalil al-Wazir, il était l'un des fondateurs du Fatah, membre de son comité central, numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et chef de son aile militaire. Il a été assassiné le 16 août 1988 à Tunis par un commando israélien.

15 Celui-ci était un ancien gouverneur de l'awrajja d’Awsa et ancien commandant de l’Académie de la police Aba Dina. Il avait rang de vice-ministre au ministère de l'Intérieur.

16 C'était l'une des particularités de la révolution éthiopienne. Les officiers de l'appareil sécuritaire n'ont pas été affectés par le changement du régime, à l'exception du colonel Solomon Kedir, vice-ministre du département de la sécurité publique au ministère de l'Intérieur.

17 Girma, le Voleur.

18 Il avait une Agence de voyages à Piazza et un bureau de change à Bolé. Entretien avec Ḥabib ‘Ali- Miraḥ, Addis Abeba, 23 janvier 2011.

19 Son nom ne figure pas dans la liste de membres du Derg publiée par des auteurs des récents écrits en amharique sur la période de la révolution (Zenebe Feleke, Neber, 1996 et Genet Ayele Anbesie, YeLetena Colonel Mengistu HaileMaryam Tizitawoch, 1994. Les dates de publication de ces deux ouvrages sont en calendrier éthiopien). La commission Justice était dirigée par le commandant Berbanu Bayyib. Il se peut qu'il ait été un membre non-Derg de ladite commission.

20 Il était sous le régime d'Hayle Sïllasé chef du département de la sécurité des avions de ligne des Ethiopian Airlines.

21 Il s'agissait du capitaine Mengïstu Gemechu. Entretiens à Addis Abeba avec Ababiya Aba Jobir, le 19 juillet 2011 et avec Tiku Adane, le 15 septembre 2011.

22 Une abréviation de Central Intelligence Agency, le service de renseignements des États-Unis.

23 Consul général. Il avait rang d'ambassadeur.

24 C'était en 1974.

25 Le ministre de la Défense.

26 C'était un ex-commandant de la force rapide (bataillon anti-émeute), un ex-adjoint au commissaire de la Force nationale de police, un ex-commandant de l'armée territoriale et ex- président de la campagne nationale d'alpbabétisation. Membre dirigeant de l’Association d'entraide Mecba-Tulama, il fut arrêté fin 1966 pour tentative d'assassinat de l'empereur. Condamné à mort, sa peine fut commuée après à la prison à vie. Il avait trouvé la liberté avec la révolution.

27 Campagne d'alpbabétisation et de développement par la coopération entreprise sous l'ordre du Derg par les étudiants et les enseignants. Elle a été lancée le 21 décembre 1974, au lendemain de la proclamation du programme en dix points, cbarte de la révolution jusqu'à l'apparition du programme de la révolution nationale démocratique (RND) en avril 1976.

28 Étudiants et enseignants mobilisés dans le zamacha.

29 C'était le 3 juin 1975.

30 Ce jeune anthropologue de la London School of Economics s'appelait Glynn Flood.

31 Il avait prononcé son discours virulent en sa qualité du chef de la délégation libyenne au sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'OUA en 1973. Après avoir occupé plusieurs postes ministériels dont l’Agriculture, l'Économie, la Primature et servit comme représentant de son pays auprès des Nations Unies et du Canada, il est depuis décembre 2009 à la tête du service des Renseignements.

32 Celui-ci avait perdu son poste ministériel lors du remaniement du 14 novembre 1974 mais il restait toujours influent auprès du guide de la révolution libyenne :

33 Abdi, l’Abyssin, un surnom qui rappelle son origine ogadeni.

34 Arrivé au pouvoir le 13 juin 1974 par un coup d'État militaire contre le régime du président Abdul Raḥman al-Ariyani, il a été assassiné, en même temps que son frère le 11 octobre 1977 par des agents de l’Arabie saoudite.

35 Il est mort en 2004.

Table des illustrations

Titre Fig. 12 : Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ s'entretenant avec l'émir du Koweit, shaykh Jaber Aḥmad Al-Sabaḥ
Crédits Collection personnelle de Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1014/img-1.png
Fichier image/png, 368k

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr