Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

VIII. Retour en Éthiopie et participation aux institutions de transition (juin 1991-1995)

Texte intégral

Participation à la conférence nationale et aux institutions de transition - Relations avec le FDRPE (FPLT) - Élections Administration de la région ‘afar et rapports avec les autorités de l'État régional ‘afar.

- En mai 1991, les Américains ont organisé à Londres une conférence entre les représentants des forces rebelles et du gouvernement éthiopien. Est-ce que votre organisation est conviée à ce rendez-vous ?

  • 1 Un des fils du sultan et premier Président de l’État régional Afar (1992-1995).

- Bien sûr. On nous a demandés d’envoyer un représentant. Pour cette raison, comme mes fils, Ḥabib1 et Ḥanfaré, ne pouvaient pas partir tous les deux, le premier s’est désisté en faveur du second, son aîné. Après la fuite de Mengïstu Hayle Maryam, les États-Unis ont demandé aux forces du Front révolutionnaire et démocratique du peuple éthiopien (FRDPE) d'entrer à Addis Abeba pour maintenir la sécurité. Ḥanfaré est rentré de Londres directement sur Addis Abeba via Khartoum (Soudan) en compagnie de Meles Zenawi et des autres membres de la délégation de la coalition FRDPE. À l’époque, j'effectuais le petit pèlerinage (‘umra). Une fois à Addis Abeba, Ḥanfaré m’avait téléphoné pour me demander de venir parce que Meles Zenawi, le nouvel homme fort, souhaitait me voir. Je suis venu et je me suis entretenu avec ce dernier. Nos discussions ont porté sur la manière dont nous allions collaborer pour assurer la stabilité et la réussite de la transition dans le pays.

- Par la suite, votre organisation fut invitée à participer à la conférence sur la paix et la démocratie.

- En effet, moins d’un mois après l’entrée des forces de la coalition du FRDPE dans Addis Abeba, consécutive à la chute du régime marxiste, le FLA a participé, aux côtés des autres organisations politiques, à cette conférence où, je crois, notre présence n’est pas passée inaperçue. Par la suite, au moment de la constitution du Conseil des Représentants, un Parlement provisoire, trois sièges nous ont été attribués. Le FLA a pleinement participé aux travaux de cette institution dont la rédaction de la charte.

- À l’époque, est-ce que vous avez discuté du nombre des postes devant être attribués à votre organisation, le Front de libération ‘afar dans les institutions à mettre en place pendant la période de Transition ?

  • 2 L’un des responsables du cabinet en charge du développement de l’agriculture créé par le sultan ‘Al (...)
  • 3 Ambassadeur successivement au Nigeria, au Soudan et au Koweit, il a fait défection fin 2010.
  • 4 Il s’agissait de Maḥammad Ali Ḥamid et de ‘Ali-Miraḥ Ḥelem.

- Non. Ils nous ont dit tout simplement de désigner un ministre, un ambassadeur et trois représentants au Parlement de transition. Pour le poste de ministre, j’ai désigné Ḥassan ‘Abdallah2, pour celui d'ambassadeur Kaḍḍâfo Maḥammad Ḥanfaré3 et enfin pour occuper les sièges qui nous ont été attribués au Parlement provisoire, mon fils Ḥanfaré et deux autres personnes4.

- Pour les ‘Afar, le règne du FPLT a mal commencé sur le terrain, je veux dire qu’il y a eu de nombreux accrochages…

  • 5 Une ville de la moyenne vallée de l’Awash, située sur la route stratégique reliant Addis Abeba aux (...)
  • 6 600 tués et un millier de blessés selon un communiqué de presse du FLA en ligne : http://www.arbota (...)

- C’est tout à fait vrai. Nous ne leur avons pas trouvé des explications. Prenons l’exemple de la tuerie de Gawwani5 dont vous avez sans doute entendu parler car parmi les personnes sommairement exécutées se trouvaient des Djiboutiens mais aussi du fait de l'ampleur des exactions6 au cours de plusieurs jours de furie. Aussitôt informés, les dirigeants du FLA ont lancé un appel au gouvernement pour arrêter le massacre mais rien n’a été fait.

  • 7 Cette déclaration a été citée par la Lettre de l’Océan Indien (LOI), dans une de ses éditions de se (...)

Par la suite, mon fils Aḥmed qui se trouvait en ce moment de passage à Paris a fait une déclaration à la presse7 dans laquelle il demandait au gouvernement d’arrêter la tuerie, et dans le cas contraire, il informait la communauté internationale que le FLA allait se retirer du gouvernement et du Parlement de transition. Après cet appel, le gouvernement a ordonné l’arrêt de la tuerie et par la même occasion a annoncé la mise en place d’une commission d’enquête pour éclaircir les circonstances de l’incident et les responsabilités. Par la suite, je n'ai pas entendu parler des résultats de cette enquête. En dépit de cette tuerie et d’autres qui ont eu lieu dans d’autres localités du pays ‘afar, le FLA a fait preuve de responsabilité en continuant à siéger dans le Parlement de transition et au gouvernement.

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, vous avez organisé après votre retour une grande réunion des ‘Afar à Aysa‘eyta. Quel était son but ?

- Après une longue absence du pays et vu la situation politique de l’époque, une telle réunion était nécessaire d'une part pour nous faire une idée de la situation de notre peuple et de ses attentes et d’autre part pour réfléchir sur les actions devant être entreprises à court, moyen et long termes afin d'améliorer le quotidien de notre peuple. Cette réunion avait également pour objectif de discuter du nouvel environnement politique et ensuite d'uniformiser nos positions sur les grandes questions politiques de l’heure. Nous avons convié à cette réunion les diplomates et la presse. Elle fut un succès, en dépit des intimidations exercées par le régime du FPLT à l’encontre des participants. À cette occasion, les représentants du peuple m'ont renouvelé leur confiance et m'ont demandé de continuer à les guider. Ils se sont prononcés pour l’unité de l’Éthiopie et de la nécessité d’une bonne entente entre ses peuples.

  • 8 Région.

- En dépit des tensions ayant prévalu au cours de la première année de l’après-Derg entre votre organisation et la coalition FDRPE, les premières élections régionales sont jugées comme les moins manipulées dans le Killil8 ‘afar. Est-ce votre avis aussi ?

  • 9 Ces élections ont été organisées en juin 1992 dans l’ensemble du pays, à l'exception des régions ‘a (...)
  • 10 Le FLA a obtenu 36 sièges contre 24 à l’ODPA. Il a fini par accepter les résultats. Sa victoire fai (...)
  • 11 C’était à l’occasion de la première réunion du Conseil régional le 5 décembre 1992. Deux autres res (...)

- Absolument pas. Une précision tout d'abord. Ces élections furent organisées dans notre région, deux mois9 après celles dans les autres régions. Le FLA y a participé. Concernant leur déroulement, le FLA a dénoncé des irrégularités qui n’ont pas été prises en compte. Lesquelles irrégularités ne l’ont pas empêché cependant d'obtenir la majorité des sièges au Parlement régional10. Par la suite, mon fils Ḥabib fut élu président de la Région11.

- Vos fils ont abordé ensuite les élections de 1995 en ordre dispersé. À quoi était due cette division ?

  • 1

- Cette situation était la conséquence de différents problèmes suscités par les dirigeants de la coalition au pouvoir tels que par exemple le blocage de l’administration élue de la Région, l’empêchement de conduire des activités politiques dans certaines parties du territoire, frontalières de la Région du Tigray, les zones 2 et 4, réservées à une organisation satellite du Front populaire de libération du Tigray (FPLT) et enfin l’ajout d’un district spécial habité par une population non-‘afar12 dans la Région ‘afar pour lui faire perdre son homogénéité du point de vue de la composition ethnique. L’attitude à adopter face à ces agissements a engendré des divergences attisées par le pouvoir central. Et derrière tout ça se cachait l’intention de trouver une excuse pour installer à la tête de la Région un parti satellite qui, à l’époque, ne disposait pas d'une grande audience. Ce qui fut fait par la suite.

- Quels sont actuellement vos rapports avec les autorités de l’État régional ‘afar ?

- J’ai de bons rapports. Cette administration ne s’ingère pas dans les affaires qui sont du ressort des autorités traditionnelles comme par exemple les questions de la terre et de la justice. Pour preuve de cette bonne entente, son président Isma‘il ‘Ali Sirro est venu tout récemment me saluer ici chez moi lors de la fête de l’Aîd el-Adḥa. Si je vis actuellement à Addis Abeba, c’est pour des raisons personnelles. Les notables m’informent par téléphone s’il y a un conflit dont le règlement nécessite mes directives. Notre peuple tient toujours à ses institutions traditionnelles.

Fig. 9 Le sultan ‘Ali-Miraḥ entouré des chefs traditionnels et religieux à son retour au pays en 1991

Fig. 9 Le sultan ‘Ali-Miraḥ entouré des chefs traditionnels et religieux à son retour au pays en 1991

À sa gauche son fils aîné Aydâḥis

Notes

1 Un des fils du sultan et premier Président de l’État régional Afar (1992-1995).

2 L’un des responsables du cabinet en charge du développement de l’agriculture créé par le sultan ‘Ali-Miraḥ jusqu’en mai 1975 puis cadre de la Banque Islamique à Djeddah embauché sur le quota de la République de Djibouti, il sera nommé ministre des Fermes d’État et du développement du Café et du Thé dans le gouvernement de Transition (août 1991-août 1995). Il occupera par la suite le poste de ministre du Travail et des Affaires sociales (août 1995-octobre 2010). Il est député au Parlement national depuis 1992. Il est actuellement ambassadeur au Yémen.

3 Ambassadeur successivement au Nigeria, au Soudan et au Koweit, il a fait défection fin 2010.

4 Il s’agissait de Maḥammad Ali Ḥamid et de ‘Ali-Miraḥ Ḥelem.

5 Une ville de la moyenne vallée de l’Awash, située sur la route stratégique reliant Addis Abeba aux ports de ‘Asab et de Djibouti. Cet incident qui s’est étalé sur quatre jours avait débuté le 11 septembre 1991.

6 600 tués et un millier de blessés selon un communiqué de presse du FLA en ligne : http://www.arbotabba.com/alf.htmldu 21/12/2006.

7 Cette déclaration a été citée par la Lettre de l’Océan Indien (LOI), dans une de ses éditions de septembre 1991.

8 Région.

9 Ces élections ont été organisées en juin 1992 dans l’ensemble du pays, à l'exception des régions ‘afar et Somali où elles l’ont été respectivement en août et en décembre.

10 Le FLA a obtenu 36 sièges contre 24 à l’ODPA. Il a fini par accepter les résultats. Sa victoire faisait de la Région afar la seule à être dirigée par une formation indépendante du FDRPE, la coalition au pouvoir dominée par le FPLT. Certains observateurs comme l’Ethio-Somalien Faysal Robele (1993) ont vite fait de voir un traitement de faveur de la part du gouvernement de Transition, ce que le blocage ultérieur de l'administration de la Région allait démentir.

11 C’était à l’occasion de la première réunion du Conseil régional le 5 décembre 1992. Deux autres responsables du FLA, Maḥammad Ali Ḥamid et Maḥammad Tahiro Ḥammadu furent élus respectivement vice-président et secrétaire.

12

Table des illustrations

Titre Fig. 9 Le sultan ‘Ali-Miraḥ entouré des chefs traditionnels et religieux à son retour au pays en 1991
Légende À sa gauche son fils aîné Aydâḥis
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1004/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr