Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

VII. Les années d’exil (juin 1975-juin 1991)

Texte intégral

Départ en exil à Djibouti, les motifs, la façon dont il s’est déroulé et l'accueil des autorités françaises du TFAI - Rébellion des ‘Afar et répression féroce des militaires - Débuts de la guérilla des partisans du sultan ‘Ali Miraḥ - Départ en exil en Arabie saoudite : choix personnel, son déroulement et l'accueil Les appuis extérieurs (militaires et financiers) - Activités durant l'exil : relations avec les dirigeants du FPLT et des mouvements d’opposition éthiopiens et érythréens, relations avec le monde arabo musulman, en tête l’Arabie saoudite, les pays de la région dont la Somalie, Djibouti et le Yémen du sud Perception de la guerre somalo-éthiopienne de 1977-78 , scission des jeunes cadres et perception du congrès des tous les ‘Afar de Gawwani.

- Racontez-nous comment vous avez quitté la région ?

  • 1 C’était dans la nuit du 2 au 3 juin 1975.
  • 2 Un village sur le corridor Addis Abeba-‘Asab, également appelé Dishioto qui veut dire en italien di (...)
  • 3 Balambaras Soulé Mumin, chef de la douane et de la sécurité des frontières et du corridor puis cumu (...)
  • 4 La Société Colas.

- Quand nous avons eu des informations sûres de l’imminence de l’usage de la force par la Junte au pouvoir à notre encontre, les anciens de mon entourage se sont concertés et m'ont demandé de prendre le chemin de l’exil et de passer la main à mes enfants. J’ai attendu le retour de mon fils Ḥanfaré de la Libye où je l’avais envoyé en mission. Ce dernier m’a dit que le Conseil militaire administratif provisoire a pris sa décision et que par conséquent, il valait mieux que je sorte très vite de la région. Nous avons quitté Aysa‘eyta tard dans la soirée1 en convoi de plus de dix voitures. Par la grâce de Dieu, ils n'ont rien remarqué. Nous avons fait la prière du matin à Ḥayyu2. Isma‘il ‘Ali nous attendait chez Soulé3 à Buldugum. Les autorités françaises du Territoire avaient été informées en avance de l'imminence de mon exil. Le moment venu, ils ne nous ont pas déçus. À Galafi, nous nous sommes installés pour la journée dans des maisons préfabriquées, propriétés d'une Société des Travaux Publics4 qui assurait l'aménagement de la route joignant Dikhil au corridor ‘Asab-Addis Abeba. Informées par télégramme de notre arrivée, les autorités françaises du Territoire ont donc dépêché deux hélicoptères sur le lieu. J’ai pris place avec ma suite à bord de l'un d'eux alors que le second nous a servi d'escorte.

  • 5 Le sultan se trompe. ‘Ali ‘Aref Burban s’est rendu officiellement en Éthiopie en octobre 1975. Voir (...)
  • 6 Licencié en droit, diplômé en sciences politiques, il a été préfet de l’Allier avant sa désignation (...)
  • 7 Celui-ci était secrétaire général de gouvernement du Territoire. Ami intime d’Isma‘il ‘Ali Yusuf, o (...)
  • 8 Cette offre est confirmée par les « Bulletins de Renseignements » du 16 juin 1975, cités par Simon (...)

À l’époque, ‘Ali ‘Aref Burhan, un ‘Afar, était président du Conseil de gouvernement du Territoire. Peu de temps avant notre exil, ce dernier avait fait un voyage à Addis Abeba5 pour rencontrer les nouvelles autorités éthiopiennes. Les Français ne l’ont pas informé à l'avance de ma venue parce que je pense qu’ils n’avaient pas entièrement confiance en lui. Averti après mon arrivée sur le territoire, c’est lui-même qui me l'a dit, il était présent à l'aéroport aux côtés du haut-commissaire de la République, Christian Dablanc6 pour m'accueillir. ‘Ali n'a rien fait qui puisse nous être préjudiciable. Il m'a informé qu’il avait dépêché ‘Abdallah Kamil7 à Addis Abeba pour notre affaire. Par la même occasion, il m’a dit qu’ayant chez lui un hôte, il a pris des dispositifs pour me loger chez ce dernier. Par la suite, ‘Abdallah Kamil et Isma‘il sont venus me voir pour me demander de la part du haut-commissaire combien de temps je comptais rester sur le Territoire, tout en m’informant que la France, n’ayant pas une force militaire importante, ne souhaitait pas que j’y reste longtemps. Ils m’ont dit que le haut- commissaire a téléphoné à Paris pour avertir de mon arrivée les autorités françaises, lesquelles l'ont chargé de m'informer de leur disponibilité à m'accueillir chez eux8. Tout en les remerciant, je leur ai demandé d'informer le haut-commissaire de mon souhait de m'installer à La Mecque, en Arabie saoudite.

- Est-ce parce que vous aviez là-bas une maison ?

  • 9 Un membre de l’entourage du sultan, d'origine érythréenne, plus précisément de l’ethnie saho. Son p (...)
  • 10 Quelque 4 000 personnes. Cf. Maknun Gamaledin (1993).

- Non. Je voulais dire par là que j'avais des meilleures relations avec les autorités du royaume dont j’étais sûr qu'elles allaient m'offrir l'asile politique. En effet, dès mon arrivée à Djibouti, j'ai envoyé mon défunt fils Maḥammad accompagné d'un homme sage du nom ‘Ali Maḥmûd Gâsir9 auprès du gouvernement saoudien pour lui demander de nous accorder l’asile politique. Le gouvernement saoudien a accepté ma requête et a donné l'ordre à La Ligue islamique mondiale de nous prendre en charge. Les Français, non seulement, ne m’ont pas contrarié mais ils ont facilité notre déplacement dans ce pays d'accueil. Avant mon départ, j’ai demandé au gouvernement français d’accepter de recevoir dans de bonnes conditions nos réfugiés10 qui ne tarderaient pas à affluer parce qu'ils ne seraient pas en mesure de résister longtemps face à un État fort. Et sur ce point, j'ai obtenu des assurances qui furent par la suite tenues. Pour notre voyage, les Français ont affrété un avion de ligne à bord duquel ils ont embarqué avec moi, sans demander de passeports, tous ceux qui avaient quitté la région en ma compagnie. Le haut-commissaire de la République Christian Dablanc, le président du Conseil de gouvernement du Territoire ‘Ali ‘Aref Burhan et plusieurs hautes personnalités ont fait le déplacement à l'aéroport pour nous saluer. La veille de notre départ, le président du Conseil de gouvernement du Territoire ‘Ali ‘Aref Burhan a organisé chez lui un dîner en notre honneur.

À notre arrivée à Djeddah, en Arabie saoudite, les personnes envoyées par la Ligue islamique mondiale pour nous accueillir ont fait notre décompte à l'aéroport et ils nous ont conduits ensuite à un grand hôtel réservé pour nous. Par la suite, nous avons été logés à La Mecque où nous avons été pris en charge par la Ligue islamique mondiale. Là, nous avons reçu des passeports qui nous ont été délivrés par la République démocratique de Somalie; pour moi, un passeport diplomatique et pour les autres, des passeports normaux. Pour sa part, la Ligue islamique mondiale a délivré à ma suite des autorisations de séjour qui leur permettaient de ne pas être inquiétés par la police. Tout au long de notre exil, nous avons bénéficié d’un traitement irréprochable de la part du royaume d’Arabie saoudite.

- Combien de temps êtes-vous restés à Djibouti ?

- Pas longtemps. Environ une semaine.

- Avez-vous rencontré le haut-commissaire français avant votre exil ?

  • 11 Les dires du sultan sont confirmés par ses proches, son fils Ḥabib et son gendre Amin Ghazali. Ils (...)

- Non11. Entre nous et les Français, les contacts étaient assurés par Isma‘il ‘Ali Yusuf. C’était un brave homme qui parlait peu. Il était mon homme de confiance.

- La guerre a eu lieu après votre départ ?

  • 12 C’était dans la nuit du 3 juin 1975
  • 13 Le Front de libération Afar est annoncé le 3 juin 1975 et a tenu une année après en juin 1976 son p (...)
  • 14 Mot arabe qui veut dire « martyrs ».
  • 15 C’était plutôt ‘Ali ‘Abdo Ti‘é. Ḥummad Ala avait fait partie avec deux autres combattants d'un grou (...)
  • 16 Maḥammad Ḥajji avait rejoint la rébellion afar naissante, après avoir été convaincu par Asa Isma‘il (...)
  • 17 C’est lui qui est marié à une américaine et non Aydâḥis comme l’écrivent Oberlé et Hugot (1985 :261

- Elle est intervenue au lendemain de mon départ12. Elle a opposé mes hommes13 et les militaires dépêchés par le Derg pour procéder à mon arrestation. Selon les informations qui nous sont parvenues, les militaires éthiopiens ont eu de lourdes pertes, surtout lors de la bataille de Kondumta. Nos premiers chuhada14 lors des premiers affrontements étaient originaires de toutes les régions ‘afar, de Djibouti à Bori, l’extrême Nord-Est du triangle ‘afar en passant par le Ba‘adu, la moyenne vallée de l’Awash. C'est pour te dire que notre cause était populaire et que notre rébellion contre le Derg, la Junte militaire marxiste, était juste. Elle était motivée par le refus de l'expropriation de la terre de nos ancêtres qui était partagé par tout un peuple. C’est pourquoi, notre front fut renforcé par le ralliement d'un nombre important d'hommes, originaires des différentes régions ‘afar. Les nouvelles recrues bénéficièrent de la formation militaire dispensée par des anciens cadres dissidents du Front de libération de l'Érythrée (FLE) qui s'étaient rendus à l'empereur Hayle Sïllasé et ensuite amnistiés tels Isma‘il Maḥammad Isma‘il et Ḥummad Ala15. Il y avait également Maḥammad ‘Ali Mumin dit Maḥammad Ḥajji16, un cadre du FLE, sorti fraîchement d'une formation reçue dans une Académie militaire irakienne. Par la suite, les jeunes envoyés en Somalie pour une formation militaire accélérée aux techniques de guérilla sont revenus par voie maritime. Puis, mes enfants se sont organisés, Ḥanfaré assurait de l'extérieur les approvisionnements en armes et en nourriture alors qu'Aḥmed17 dirigeait la guérilla sur le terrain. Nous nous sommes retiré des villes que se sont empressés d'occuper les militaires éthiopiens mais nous ne les avons pas laissés s’emparer de l'ensemble de la région. Nous avons opté pour la guérilla et nos actions les ont obligés à circuler en convoi sur la route stratégique ‘Asab-Addis Abeba et à rationner l'essence. Notre menace a obligé également le Derg à faire stationner des forces importantes dans notre région.

- Parlez-nous de vos relations avec la Somalie ?

  • 18 Le premier groupe a été envoyé en septembre 1974. Cf. Iwad Daoud (1993 : 22)
  • 19 Après la fermeture par le gouvernement djiboutien des camps de Dikhil (une ville du sud de la Répub (...)

- Comme je vous ai dit précédemment, nos premiers contacts avec la Somalie remontaient à 1974 quand le régime de l’empereur Hayle Sïllasé vacillait. La Somalie avait demandé à entrer en contact avec moi. Le premier entretien a eu lieu ici à Addis Abeba avec le ministre des Affaires étrangères ‘Umar ‘Arteh Ghalib. Par la suite, j'ai envoyé dans ce pays mon fils Ḥanfaré pour solliciter auprès de son gouvernement une formation militaire accélérée aux techniques de guérilla pour nos jeunes18. Notre requête a été acceptée et nous avons envoyé ces derniers par le biais de Djibouti. Plus tard, quand nous sommes entrés en rébellion contre le régime du Derg, la Somalie a été à nos côtés. À plusieurs reprises, elle nous a fournis des armes et a assuré la formation militaire à nos combattants. Elle a accueilli aussi sur sa terre nos réfugiés19.

- Comment perceviez-vous la politique de la Grande Somalie ?

- (Sourire) Cela ne nous gênait pas parce que nous étions sûrs que les ‘Afar ne seraient pas sensibles à ce projet. Cet État nous a beaucoup soutenus. La Somalie assurait la formation militaire à nos combattants mais aussi l'approvisionnement alimentaire pour nos troupes. La Somalie a été bonne aussi pour tous les réfugiés, les nôtres mais aussi les Oromo.

- Comment avez-vous perçu la guerre somalo-éthiopienne ?

  • 20 Selon Ḥabib ‘Ali-Miraḥ, cette position ne faisait pas l’unanimité au sein de leur organisation. Cer (...)

- Nous l'avons bien accueillie20 parce que nous estimions qu’elle allait affaiblir notre ennemi, en l’occurrence la Junte militaire au pouvoir à Addis Abeba. Concernant la revendication territoriale de la Somalie sur des terres éthiopiennes, nous savions par expérience, que même si elle arrivait par les armes à les libérer, les États membres de l’OUA ou même l’ONU n’accepteraient pas parce que ce serait un précédent dangereux pour la stabilité.

- Parlez-nous de vos relations avec les autorités du TOM français de Djibouti puis de la jeune République de Djibouti ?

- Notre rébellion est intervenue au moment où le Territoire s'acheminait vers l’indépendance. Les Français ne nous ont pas fermé la frontière. Nos combattants s’approvisionnaient en nourriture à partir du territoire djiboutien. Nos réfugiés qui fuyaient la répression de l'armée éthiopienne ont été accueillis et bien traités.

Je peux dire que les autorités françaises du TFAI ont pu gérer avec tact la situation dans un environnement difficile. Avec les autorités de la jeune République, nous avions de bonnes relations jusqu'à la fin de 1978. Venant de la Somalie par voie terrestre avec des armes que nous a fournies ce pays au début de la même année, j'ai séjourné plusieurs mois à Djibouti. Mais après la guerre somalo-ethiopienne qui s'est soldée par la défaite de la Somalie, Djibouti a changé son attitude à notre égard comme à l'égard, je crois, de la Somalie elle-même et s’est rapproché de la Junte militaire au pouvoir à Addis Abeba. Bien évidemment, ce changement d'attitude s'est répercuté négativement sur notre résistance parce que nous perdions un pays d'arrière-base.

  • 21 Voir les articles « Confusion and Democracy, Voice with Afar People », et « EDU Strenghtens Ties wi (...)

- Parlons maintenant de vos relations avec les mouvements d'opposition éthiopienne. Commençons par l’Union démocratique éthiopienne21 dont vous avez reçu à Djeddah les leaders pendant l'été 1976. Que sont-ils venus vous proposer ?

- L’Union démocratique éthiopienne était une organisation opposée, comme nous l’étions, au régime marxiste du Derg. Ses leaders étaient venus me voir pour me proposer de parler d'une même voix et de coordonner nos actions militaires contre l’ennemi commun. J’ai accepté leur proposition mais il n’y a pas eu de concrétisation sur le terrain.

  • 22 En anglais : Tigray People's Liberation Front (TPLF).

- Quelles étaient vos relations avec le FPLT22 ?

  • 23 L’un de sept fondateurs en septembre 1974 de la Tigray National Organization (TNO), laquelle a donn (...)
  • 24 Membre du comité central depuis 1976, il fut président du FPLT de 1979 à 1989.

- Pendant la lutte armée, le FLA collaborait avec le FPLT comme avec les autres mouvements armés sur la base d'une entente minimum pour combattre un ennemi commun, en l'occurrence le régime communiste du Derg. Avec cette organisation, nous avions des divergences sur les principales questions telles que l'idéologie et surtout celles des terres parce qu'elle revendiquait la partie du pays ‘afar intégrée dans le découpage administratif à la province du Tigray comme leur et non comme une portion intégrale de la région ‘afar. La collaboration entre nos deux organisations remontait à 1976, vers les débuts du déclenchement de notre lutte armée. Par la suite, les premiers contacts avec notre organisation en vue de faire évoluer nos rapports furent initiés, coté FPLT à partir de 1978 par l’actuel chef de la diplomatie Seyoum Mesfin23 que j’ai reçu à plusieurs reprises à Djeddah, en Arabie saoudite. Et les discussions ont porté chaque fois sur la nécessité de nous entre-aider pour faire face à un ennemi commun. En 1989, quand les dirigeants du FPLT ont décidé de collaborer avec les mouvements d'opposition armée, représentant les autres nationalités opprimées de l’Éthiopie sur la base d'une plate-forme politique prônant un État fédéral, les contacts ont d'abord eu lieu sur le terrain entre nos hommes et ceux du FPLT. Ensuite, au cours de la même année, nous avons eu une réunion à Djeddah avec une délégation de cette organisation conduite par Sebhat Nega24, un personnage sage et très poli. À cette occasion, nous sommes parvenus à nous mettre d'accord sur la coordination de nos opérations militaires sur le terrain contre notre ennemi commun. Nous avons pris auparavant acte du changement de la position du FPLT concernant la question des terres ‘afar du Tigray qui était une pomme de discorde entre nous.

Lors des offensives de 1989-1991, nos hommes ont participé aux côtés des combattants du FRDPE (Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien) aux opérations dans le Wello et dans le Gondar. C’était aussi en tant qu'allié du FDRPE que nous avons été invités à envoyer un délégué à la conférence de Londres de fin mai 1991 entre représentants du gouvernement et des mouvements d'opposition armée tenue sous le parrainage des Américains pour parvenir à une solution politique juste.

- Parlez-nous de vos relations avec les dirigeants du royaume d’Arabie Saoudite avant et après votre exil ?

  • 25 Roi de 1953 à 1964, il a été déposé par son frère Fayçal.

- Mes premiers contacts avec les autorités saoudiennes remontaient à l’époque du roi Sé‘ud bin ‘Abd al-‘Aziz25. C'était au moment de mon premier voyage de pèlerinage à La Mecque. A l'époque, il y avait une personne d’origine érythréenne du nom al-Ḥajji ‘Abduraḥman Mussa qui s'occupait des pèlerins éthiopiens. A notre arrivée, ce dernier nous a accueillis et installés. Et tout de suite après, quand le roi Sé‘ud a su ma présence, il a envoyé des gens de son service du protocole pour m'inviter à être son hôte durant le pèlerinage avec neuf personnes de ma suite. J’ai donc fait le pèlerinage en sa compagnie et chaque soir, je dînais avec lui. Le roi Sé‘ud tenait beaucoup à l'hospitalité.

  • 26 Ancien représentant auprès de l'ONU, nommé Premier ministre en 1958 et enfin Roi de 1964 à 1975. Il (...)
  • 27 Court récit rapportant une parole ou un acte du prophète Muhammad (PSL)
  • 28 9ème mois du calendrier lunaire islamique mais également mois de jeûne.

Par la suite, sous le règne de son successeur, le roi Fayçal26, je me suis rendu huit années d'affilée pour le petit pèlerinage (‘umra) après avoir entendu le hadith27 relatant la parole du prophète selon laquelle « le petit pèlerinage du mois béni du Ramadan28 est comme le pèlerinage accompli en ma compagnie ». Je passais les quinze premiers jours du ramadan au pays [Awsa] et les quinze restants à La Mecque. J’étais pris en charge par le roi Fayçal, un homme bien qui avait de la considération pour nous. On m’avait dit qu’Hayle Sïllasé allait m’empêcher de partir en pèlerinage mais cela n’a pas été le cas.

Je me suis rendu aussi en pèlerinage à deux reprises à Jérusalem avant son occupation par Israël. Je n’ai pas été empêché aussi par l’empereur Hayle Sïllasé à me rendre dans cet autre haut-lieu de l’Islam.

  • 29 Fils du roi Fayçal bin ‘Abd al-‘Aziz, il fut de 1977 à 2001 chef des renseignements saoudiens puis (...)

Après notre départ du pays, les Saoudiens ont offert à mes partisans et à moi l’asile politique dans le royaume où nous avons bénéficié d’un traitement irréprochable. Une grande partie de ma famille se trouve toujours là-bas. Notre Front a bénéficié de la part du gouvernement saoudien d'un appui financier et en armement mais également d’une formation militaire organisée pour un certain nombre de nos combattants vers la frontière yéménite sous la supervision de l’émir Turki qui était à l'époque chef des renseignements29.

  • 30 Associé au pouvoir par son demi-frère Khaled depuis 1975, il a été roi de 1982 à sa mort en 2005.

- Durant votre exil en Arabie saoudite, est-ce que vous rencontriez le roi Fahd bin ‘Abd al-‘Aziz30 ?

  • 31 Il a succédé en 2005 au roi Fahd.

- Bien sûr. J’avais accès aussi à son frère, l’émir 'Abdallah, prince héritier et commandant de la Garde nationale, fonction à laquelle le roi Fayçal l’avait nommé31. L’émir 'Abdallah est une personnalité très généreuse. J’ai chez moi, ici à Addis Abeba, une Mercedes qu’il m'avait commandée directement de l’usine en Europe et acheminée par avion quand je lui ai demandé une voiture.

- Outre l'Arabie Saoudite et la Somalie, le troisième État qui vous a apporté l’aide militaire était la Libye.

- Avant que je ne m’exile, j’ai envoyé mon fils Ḥanfaré auprès des autorités libyennes pour solliciter un appui militaire. En réponse à notre requête, la Libye a envoyé une mission de deux personnes pour évaluer nos besoins sur le terrain. Ils sont arrivés quelques jours après mon exil à Djibouti. Ils ont été accueillis à l'aéroport de Djibouti par Isma‘il ‘Ali Yusuf. Au départ du pays, les autorités libyennes leur avaient remis dix mille dollars pour acheter en cours de route un cadeau pour moi. À l’escale de Beyrouth, ils n’ont pas pu faire l'achat à cause d’une vive tension prévalent alors dans la capitale libanaise. À Aden, leur seconde escale, ils n’ont rien trouvé. Comme c’était une petite somme, ils avaient honte de me la donner en liquide. Ils ont fait part de leur embarras à Isma‘il ‘Ali Yusuf. Ce dernier leur a demandé de lui remettre l’argent, en leur promettant de m’amener un cadeau de Paris. La Libye nous a ensuite livrés une aide militaire qui a transité par le Sud-Yémen.

- Justement parlez-nous de vos relations avec cet État ?

- Ce pays que nous avons connu par le biais de la Somalie nous a offerts des facilités pour le transit des armes par son territoire. Les armes que nous avons achetées avec notre propre argent par l’intermédiaire du leader érythréen ‘Usman Saleḥ Sabbé, celles fournies par la Libye puis par la Somalie ont toutes transitées par Aden. Avec la guerre somalo-éthiopienne, le Sud-Yémen s’est rangé comme la Libye aux côtés de l’Éthiopie. Nous avons ainsi perdu l’appui de ces deux États comme d'ailleurs par la suite celui de la République de Djibouti qui nous servait de base arrière et de pays de transit pour les armes et la nourriture, et ce après l’échec de l’invasion somalienne de l’Éthiopie.

Un autre État qui nous a apportés une aide est le Soudan avec lequel nous avons établi de bonnes relations sous le régime de Ja‘far al-Nimeyri. Elles s’étaient traduites par l’octroi d’une aide alimentaire et matérielle, des chaussures militaires et des médicaments.

- Et les pays arabes du Golfe ?

- Justement, j’allais y venir. Eux aussi ont contribué à notre résistance par le biais d’une aide financière ponctuelle. Je veux dire par là que nous n’avons pas bénéficié de leur part d’un appui financier régulier, comme c’était le cas de la part du royaume d’Arabie Saoudite mais quand nous les sollicitions, ils ne se dérobaient pas. Je dois vous dire qu’il n’y avait pas dans le Golfe que les États qui nous aidaient mais également les ONG de bienfaisance.

- Pouvez-vous nous parler de vos relations avec les Érythréens ?

  • 32 (1861-1902).
  • 33 Nom du lieu de résidence du sultan à Aysa‘eyta.
  • 34 Il était depuis 1971 commissaire politique de l’Unité administrative 12, laquelle englobait la régi (...)
  • 35 Une localité frontalière de l’Érythrée.

- Avant notre exil, j’avais des contacts discrets avec le FLE dont les responsables étaient venus me voir à plusieurs reprises. Ils venaient solliciter auprès de moi un appui financier. Et chaque fois, je les encourageais à s'entendre entre eux pour que leur sacrifice ne soit pas vain. Il y avait une bonne entente entre nous grâce à une forte communauté érythréenne qui vivait parmi nous, pour certains, les dignitaires religieux depuis l’époque du règne du sultan Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta32. Peu avant mon départ en exil, j’ai reçu à Subla33 une délégation du FLE-CR conduite par ‘Abdallah Suleïman34 qui était venue discuter avec moi de l'évolution de la situation politique en Éthiopie. Elle a été accueillie par mes hommes dans le secteur de Buré35 et convoyée secrètement par voiture.

  • 36 Une localité du nord-ouest de la République de Djibouti
  • 37 Toutes ces armes n'avaient pas été achetées mais en grande partie offertes par Usman Saleḥ Sabbé, l (...)

Cette visite intervenait au moment où nous pressentions qu'il ne pouvait y avoir d'entente entre nous et le Derg. Nous avons conclu un accord avec cette organisation pour un appui en formation militaire pour nos hommes. Cette formation fut par la suite dispensée à leur base de ‘Asbol, sur la côte, entre Raḥayto et ‘Asab. Nous avions aussi des bonnes relations avec les Forces populaires de libération de 'Usman Saleḥ Sabbé. C'était par l'intermédiaire de ce dernier que nous avions acheté les armes saisies à Dorra36 par les autorités du TFAI37. Avec le FPLE, nous avons établi des contacts solides en 1987, d'abord en Somalie puis en Arabie saoudite. Nous avions des divergences sur le cas des ‘Afar d’Érythrée mais nous avons convenu de respecter le choix des principaux concernés, le moment venu.

- Parlez-nous de vos activités durant votre exil ?

- Mes activités consistaient à donner des directives à mes hommes sur le terrain, à être à l’écoute de mon pays et de mon peuple, à recevoir et à discuter avec les leaders des mouvements d’opposition au régime marxiste du Derg qui venaient me voir à Djeddah et enfin à effectuer, quand cela était nécessaire, des tournées de sensibilisation à notre cause auprès des États et des organisations de bienfaisance. Ainsi, par deux fois, fin 1978 et en 1984, je me suis rendu dans les pays du Golfe, à savoir les Émirats arabes unis, le Qatar et le Koweit, muni d'une lettre d'introduction de l'émir Turki bin Fayçal pour les autorités. Cependant, j’utilisais généralement mes propres connaissances parmi les personnalités que j’avais connues avant mon exil lors de mes pèlerinages à La Mecque pour rencontrer la société civile de ces pays. Et à chaque fois, j’ai été reçu par les plus hautes autorités des pays visités.

J’ai effectué mon premier séjour en Somalie au tout début de 1978 pour réceptionner les armes que nous offrait ce pays. C’était au moment où les troupes somaliennes faisaient face à une contre-offensive des forces gouvernementales éthiopiennes appuyées par les pays du bloc de l'Est. Je ne suis resté que trois jours à Mogadiscio, le temps de récupérer les armes et une semaine à Hargeysa. J’ai effectué ma seconde visite en Somalie en 1984. Je suis resté plus de quatre mois. Au cours de mon séjour, j’ai rencontré les plus hauts responsables somaliens dont le président Maḥammad Siyad Barreh.

Après la Somalie, je me suis rendu en Égypte où je me suis entretenu lors de mon séjour entre autres avec la plus haute autorité de l'islam sunnite et recteur de l’université Al-Azhar, le shaykh ‘Ali Gad Al-Ḥag de la question des bourses pour les étudiants ‘afar, qu'ils fussent originaires de l’Éthiopie, de l’Érythrée ou de Djibouti. Je me suis aussi entretenu du même sujet avec un responsable du ministère des Affaires étrangères et j’ai plaidé aussi pour la poursuite de la diffusion du programme ‘afar sur les antennes de radio Le Caire. Je dois vous dire aussi qu’au plus fort moment de la guerre somalo-ethiopienne, je me trouvais en République de Djibouti où j'ai séjourné pendant plus de quatre mois. Ainsi, j’ai été plus près de mon pays et de mes hommes qui combattaient les forces éthiopiennes. J’étais en République de Djibouti lors de la célébration du premier anniversaire de son accession à l’indépendance.

En 1988, je me suis rendu en Angleterre à l’invitation de J.K. Dick, l’ancien actionnaire principal de la compagnie Mitchell Cotts. Au cours de mon séjour, j’ai rencontré les responsables du gouvernement et les parlementaires mais aussi les membres de l’opposition éthiopienne basés à Londres.

- En 1976, la grande majorité des jeunes ayant reçu une formation militaire en Somalie ont rompu avec votre organisation et ont rejoint le Derg. Comment avez-vous perçu cette scission ?

- Pour nous, leur démarche s'expliquait par l’inconséquence de l’esprit de jeunesse. Les gens ont cru que le nouveau régime allait avoir le dessus sur nous. Non seulement des jeunes mais des vieux de notre entourage ont retourné leur veste, même si par la suite, ils ont regretté leur acte. Quand ces derniers se sont ralliés à nous, nous les avons accueillis à bras ouvert.

  • 38 Le congrès s’est déroulé durant huit jours dans ce village de la moyenne vallée de l’Awash, situé s (...)

- Comment avez-vous perçu le congrès de tous les ‘Afar de Gawwani38 convoqué en avril 1977 par le Derg pour débattre de la question de la création d'une région autonome ‘afar ?

- Je ne lui ai pas donné d’importance. J’avais des doutes quant à la volonté réelle du Derg et j’étais sûr de la confiance de mon peuple.

Notes

1 C’était dans la nuit du 2 au 3 juin 1975.

2 Un village sur le corridor Addis Abeba-‘Asab, également appelé Dishioto qui veut dire en italien dix-huit. Cette appellation lui fut donnée par les Italiens lors de l'aménagement de la route ‘Asab-Addis Abeba parce qu'il se trouve à 218 km de ‘Asab.

3 Balambaras Soulé Mumin, chef de la douane et de la sécurité des frontières et du corridor puis cumulativement sénateur.

4 La Société Colas.

5 Le sultan se trompe. ‘Ali ‘Aref Burban s’est rendu officiellement en Éthiopie en octobre 1975. Voir compte-rendu de cette visite dans Le Progrès Socialiste du 25 octobre 1975. Il a effectué son voyage, en dépit des hostilités de bon nombre des politiciens afar de son entourage. Son geste fut perçu comme son indifférence au sort des ‘Afar de l’Éthiopie. Il lui aliéna sa propre communauté et serait, selon l’un des meilleurs observateurs de la scène politique du territoire de l'époque, l’une des causes principales de sa chute. Cf. Mohamed Aden (1999 : 113,121, 127)

6 Licencié en droit, diplômé en sciences politiques, il a été préfet de l’Allier avant sa désignation comme haut-commissaire de la République du Territoire français des ‘Afars et des ‘Issas par décret du 22 janvier 1974. Il a pris fonction le 8 juillet 1974 et a séjourné dans le Territoire jusqu'au 10 février 1976.

7 Celui-ci était secrétaire général de gouvernement du Territoire. Ami intime d’Isma‘il ‘Ali Yusuf, on peut difficilement croire qu’il n’avait pas été mis au courant par celui-ci de l’imminence de l’exil du sultan.

8 Cette offre est confirmée par les « Bulletins de Renseignements » du 16 juin 1975, cités par Simon Imbert-Vier (2008 : 390)

9 Un membre de l’entourage du sultan, d'origine érythréenne, plus précisément de l’ethnie saho. Son père était un ancien député du parlement érythréen, membre du parti Râbitat al-Islâmiyya.

10 Quelque 4 000 personnes. Cf. Maknun Gamaledin (1993).

11 Les dires du sultan sont confirmés par ses proches, son fils Ḥabib et son gendre Amin Ghazali. Ils démentent Hugot qui écrit : « C’est en février 1975 que le fils aîné du sultan de l’Aoussa, Anfareb, entretint le haut-commissaire Dablanc des craintes inspirées à son père pour les initiatives du Comité militaire substitué, à Addis-Abeba, au Negus déchu [...] Une entrevue avec le sultan Ali Miraḥ lui- même fut prévue pour la quinzaine suivante au même endroit. Le sultan s’y montra plus affirmatif que son fils. Rejetant l’idée, vaguement évoquée par Anfareh, d’une solution fédérale pour l'Éthiopie, il se prononça, face à cet État désormais communiste, pour une Afarie indépendante, regroupant les Afars d'Érytbrée, d'Étbiopie et du TFAI » Cf. Oberlé et Hugot (1985 : 261).

12 C’était dans la nuit du 3 juin 1975

13 Le Front de libération Afar est annoncé le 3 juin 1975 et a tenu une année après en juin 1976 son premier congrès de combattants à Umbûleyta, une base de la résistance située entre Buré et Manda, dans le district de Élida‘ar. Un comité exécutif fut élu avec Ḥanfaré Ali-Miraḥ comme président et Maḥammad ‘Ali Ḥamid comme vice-président. La résistance était connue auprès de la population sous le nom ‘Ali-Miraḥto qui veut dire « les partisans de ‘Ali-Miraḥ ».

14 Mot arabe qui veut dire « martyrs ».

15 C’était plutôt ‘Ali ‘Abdo Ti‘é. Ḥummad Ala avait fait partie avec deux autres combattants d'un groupe d'appui et d'encadrement mis à la disposition du FLA par le FLE-CR peu après le déclenchement de la rébellion.

16 Maḥammad Ḥajji avait rejoint la rébellion afar naissante, après avoir été convaincu par Asa Isma‘il. Entretien de l’auteur de ces lignes avec ce dernier à Addis Abeba, 7 avril 2010.

17 C’est lui qui est marié à une américaine et non Aydâḥis comme l’écrivent Oberlé et Hugot (1985 :261)

18 Le premier groupe a été envoyé en septembre 1974. Cf. Iwad Daoud (1993 : 22)

19 Après la fermeture par le gouvernement djiboutien des camps de Dikhil (une ville du sud de la République de Djibouti) qui abritaient les réfugiés d’Awsa, un grand nombre de ces derniers ont été accueillis par la Somalie et installés dans le camp des réfugiés de Borama (province d’Awdal, dans le nord de la Somalie).

20 Selon Ḥabib ‘Ali-Miraḥ, cette position ne faisait pas l’unanimité au sein de leur organisation. Certains voyaient d'un mauvais œil les ambitions de la Somalie qui incluaient dans ses revendications les terres ‘afar. Entretien à Addis Abéba, 25 janvier 2005.

21 Voir les articles « Confusion and Democracy, Voice with Afar People », et « EDU Strenghtens Ties witb the Afar People », Advocate (organe de l'UDE), vol. 1, n°2, août 1976.

22 En anglais : Tigray People's Liberation Front (TPLF).

23 L’un de sept fondateurs en septembre 1974 de la Tigray National Organization (TNO), laquelle a donné naissance en février 1975 au FPLT dont il fut également l'un de neuf fondateurs, membre du comité central et du bureau politique, en charge du département des relations extérieures. Ancien ministre des Affaires étrangères (août1991-octobre 2010), il est actuellement ambassadeur en République populaire de Chine.

24 Membre du comité central depuis 1976, il fut président du FPLT de 1979 à 1989.

25 Roi de 1953 à 1964, il a été déposé par son frère Fayçal.

26 Ancien représentant auprès de l'ONU, nommé Premier ministre en 1958 et enfin Roi de 1964 à 1975. Il est assassiné le 25 mars par l'un de ses neveux.

27 Court récit rapportant une parole ou un acte du prophète Muhammad (PSL)

28 9ème mois du calendrier lunaire islamique mais également mois de jeûne.

29 Fils du roi Fayçal bin ‘Abd al-‘Aziz, il fut de 1977 à 2001 chef des renseignements saoudiens puis ambassadeur du royaume successivement en Angleterre et aux États-Unis d’Amérique. Il est actuellement directeur du Centre Roi Faysal pour les recherches islamiques.

30 Associé au pouvoir par son demi-frère Khaled depuis 1975, il a été roi de 1982 à sa mort en 2005.

31 Il a succédé en 2005 au roi Fahd.

32 (1861-1902).

33 Nom du lieu de résidence du sultan à Aysa‘eyta.

34 Il était depuis 1971 commissaire politique de l’Unité administrative 12, laquelle englobait la région afar. Élu membre du Conseil révolutionnaire au second congrès du FLE-CR fin mai 1975, il sera par la suite coopté dans le comité exécutif au poste de secrétaire aux relations extérieures. Il était accompagné par plusieurs responsables dont le commandant militaire de cette Unité, Ali Maḥammad Ibrahim. Aḥmed Maḥammad Nasser, courrier électronique, 25 avril 2010, communication personnelle.

35 Une localité frontalière de l’Érythrée.

36 Une localité du nord-ouest de la République de Djibouti

37 Toutes ces armes n'avaient pas été achetées mais en grande partie offertes par Usman Saleḥ Sabbé, le Royaume d'Arabie saoudite et la Somalie. Entretien avec Ḥanfaré Ali-Miraḥ à Djibouti, 30 octobre 2010.

38 Le congrès s’est déroulé durant huit jours dans ce village de la moyenne vallée de l’Awash, situé sur le corridor Addis Abeba–‘Asab. Les deux partis à dominante afar du TFAI (Territoire français des Afars et des Issas) le Mouvement populaire de libération (MPL) et l’Union nationale pour l'indépendance (UNI) ont envoyé des délégations. Le membre du Derg qui a présidé l'ouverture de ce congrès, le sous-lieutenant Negoussie Negassa, responsable de l’organisation des masses, chargé de la question de l'autonomie régionale est tué sur le chemin de son retour. Officiellement, sa mort est attribuée à des bandits, sans plus de précision. Les participants à la conférence ont affirmé dans leur communiqué que les auteurs de cet assassinat font partie des opposants aux intérêts fondamentaux du peuple ‘Afar.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr