Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Deuxième partie : Le sultan ‘Ali Miraḥ et son temps

V. Transformations socio-économiques dans l’Awsa et relations du sultan ‘Ali-Miraḥ avec le gouvernement central de 1954 à 1974

Texte intégral

Accès direct à l’empereur, facilité des relations extérieures, élévation au titre de Bitwedded Transformations socio-économiques du pays ‘afar par rapport au reste de l’Éthiopie - Relations avec le TFAI - Perception de la tentative du coup d’État des frères Neway en 1960 - Perception des débuts de la lutte d'indépendance érythréenne - Visite de la reine Elisabeth II d'Angleterre et de Hayle Sïllasé 1er des plantations cotonnières de Tanḍaḥo -Visites privées au Soudan, en Égypte, en Allemagne et aux États Unis d'Amérique.

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, hiérarchiquement de qui dépendiez-vous ?

  • 1 On raconte qu’en 1971, Solomon Abreha, peu après sa prise de fonction comme gouverneur général du W (...)

- De l’empereur Hayle Sïllasé. Je prenais les ordres directement de l’Empereur auquel j’avais un accès direct et rendais compte. Le gouverneur nommé à Bati, qui était officiellement le chef-lieu de l’Awrajja d'Awsa, travaillait avec nous et ne s'ingérait pas dans nos affaires intérieures. Ni lui et ni son supérieur1 n'avaient un quelconque pouvoir sur moi. Et tout ça, c’était grâce à mon peuple qui a toujours fait bloc derrière moi. Nous aussi, nous n’avons pas essayé de changer la tradition. Par exemple, chaque tribu avait un chef et la plupart des tribus géraient de façon autonome leurs affaires internes sans ingérence de notre part. Nous n’intervenions que pour les départager quand ils nous référaient leurs différends. Il n'y a pas eu de notre part des tentatives de leur imposer un pouvoir despotique, en lieu et place de notre tradition démocratique. L’aurions-nous voulu, le peuple ne l’aurait pas accepté.

  • 2 Les explorateurs européens qui ont visité la région dans les années 1920 et 1930 attestent de la na (...)
  • 3 Le sultan ‘Ali-Miraḥ veut parler ici de la création en 1973 de deux postes de police, l’un à Aysa‘e (...)

Je vous dirais que c'est sous mon règne que le drapeau éthiopien fut hissé pour la première fois en terres d’Awsa2. Le maintien de la loi et de l’ordre relevait de ma seule responsabilité. J’avais ma propre armée et ma propre prison. La présence éthiopienne était inexistante jusque vers la fin du règne de l’Empereur. C’était lui qui a déployé la police3. Nous n’avons pas refusé le drapeau. La police s’est contentée d'occuper le poste et n’a pas essayé de s’ingérer dans nos affaires intérieures. Tout ceci pour vous dire que la présence éthiopienne n'était que formelle.

- Vous venez de me dire que vous aviez une armée, parlez-nous de celle-ci ?

  • 4 Ils assuraient également le maintien de l’ordre public sur toute l’étendue du sultanat.

- Elle était constituée de deux catégories de soldats. La première était formée d’un groupement appelé « Kaḍḍa buḍa » (la grande maisonnée, le palais) dont les membres restaient chez eux et vaquaient à leurs occupations. Ils n’étaient mobilisés que pour faire face à une situation grave. La seconde catégorie était formée d’hommes en armes qui assuraient la garde des camps à l’intérieur desquels nous vivions4.

- Est-ce que vos soldats étaient salariés ?

- Non. À ceux qui avaient un foyer, nous donnions du bétail. Aux autres, nous assurions l’habillement et la nourriture.

- Dans un récent entretien, une personne de votre entourage a dit que le gouvernement central envoyait un peu d’argent pour les payer. Qu’en dites-vous ?

  • 5 Européens.

- Il voulait sans doute parler d’une rémunération mensuelle que nous avions établie pour nos proches, de l’ordre de 250 dollars éthiopiens. À l’époque, l'argent avait de la valeur. C’était sur un petit budget qui nous a été octroyé, non pas par le gouvernement central, mais par les Farenji5 de la compagnie Mitchell Cotts, sous forme d'aide.

  • 6 Cet événement aurait eu lieu au début de l'année 1969. Entretien avec Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ, Djibouti, (...)

- Hayle Sïllasé vous a élevé au rang de Bitwedded6. Comment avez-vous appris la nouvelle ?

  • 7 Grand officier d’État. Cf. Berhanou Abebe (1998).
  • 8 Parmi les contemporains du sultan ‘Ali-Miraḥ, le titre a été conféré à Asfaba Wolde Mikaél, le dern (...)

- L’Empereur m’a demandé de venir à Addis Abeba. Et là, il m’a annoncé en personne la nouvelle dans son bureau, en présence du Premier ministre Aklilu Habte Weld. En langue amharique Bitwedded veut dire littéralement « l’unique bien-aimé »7. J’étais non seulement la première personnalité ‘afar mais aussi des périphéries de l’empire à laquelle ce titre était conféré. Même, au cœur de l’empire, il a été conféré qu’à très peu de personnes8. La nouvelle a été ensuite annoncée dans les médias dont la Radio en ces termes : « L’empereur Hayle Sïllasé a élevé sultan ‘Ali-Miraḥ, qui était jusque-là Dedjazmach, au rang de Bitwedded. »

Ayant appris la nouvelle par la radio, ses ministres sont venus me féliciter à la maison. Et une fois de retour chez nous à Aysa‘eyta, nous avons fêté comme il se devait cette promotion.

  • 9 La grande poétesse Amina ‘Ali, plus connue sous les surnoms de Baḍḥittoh Amina (Amina des Baḍhitto, (...)

- Pouvez-vous nous dire comment la compagnie britannique Mitchell Cotts9 a obtenu des terres agricoles à Dubti ?

  • 10 Terme affectueux sous lequel le sultan désigne Yayyo Ḥammadu.
  • 11 Chef-lieu du gouvernorat général du Wello.
  • 12 Ce général de brigade était le Commandant en chef de la Garde impériale. Avec l’aide du chef des se (...)
  • 13 Sa majesté.
  • 14 Au singulier Frangîta. Un terme utilisé pour Européens.

- C’était sur la recommandation de l’empereur Hayle Sïllasé. Comme lui, il partait en voyage à l’étranger, il a chargé Algawarash Asfa Wesen en lui disant ceci : « Telles personnes vont venir, confies-les au sultan ‘Ali-Miraḥ afin qu'il leur donne des terres pour l'agriculture. » À l’époque, le vieux10 était en mission à Djibouti où je l’avais envoyé et il a été rappelé de là-bas. Moi, je me trouvais à Dessié11 et on m’a fait venir de là-bas. Une fois à Addis Abeba, le gouvernement nous a conviés à une réunion à laquelle assistaient l'ensemble des ministres tués lors du coup d’État manqué de Mengïstu Nïway12 ainsi que d’autres dignitaires du régime impérial. À cette occasion, en présence du prince héritier, on nous a dit : « Janhoy13 est en voyage à l’étranger. En son nom, nous vous demandons d’accueillir les gens de Mitchell Cotts, venus de la part du gouvernement britannique. Ils vont vous aménager les terres et faire eux-mêmes de l’agriculture. » À l’époque, j’étais très jeune et ma réponse a été : « Je ne donnerai pas les terres ‘afar à des Farenji14, de plein gré à moins que vous, vous nous la preniez en faisant usage de la force pour leur donner. »

  • 15 Frère aîné d'Aklilu Habte Weld, il était à l'époque ministre du Commerce après avoir longtemps occu (...)

Les ministres, n’ayant pas apprécié ma réponse, se sont tus. À ce moment, Makonnen Habte Weld15, un homme sage, s’est levé et a dit : « Ô ! Prince héritier et membres du gouvernement, je vais donner les explications nécessaires sur le projet dans mon bureau au Dedjazmach. Par conséquent, je vous demande d'accepter le report de la réunion pour demain. »

Et sur ce, il nous a invités, le Fitawrari et moi, à le suivre dans son cabinet. Il nous a introduits et faits asseoir dans le bureau de son assistant. Ce dernier était un ancien gouverneur de notre région [Awrajja d’Awsa] puis de ‘Asab. Dans ce bureau, il a essayé de me convaincre. Comme j’étais dur concernant la question de la terre, je me suis entêté dans mon refus.

Le lendemain, nous avons repris la réunion. Auparavant, le vieux Fitawrari, un homme extrêmement intelligent m’a dit : « Ne répétez pas vos propos d’hier. Il vaut mieux aujourd’hui que nous assouplissons notre position. »

Ayant compris ce qu’il voulait dire, je lui ai répondu : « Dites-leur que j'accepte. Moi, je ne pourrai le dire de ma bouche. »

Le vieux qui avait un talent inné pour la communication leur a annoncé : « Le Dedjazmach accepte d'accueillir les Ferenji et de leur donner des terres. »

  • 16 De son vrai nom, Ibrahim Umar Maḥmud.
  • 17 Un village portuaire des côtes sud de la mer Rouge, à 50 km au nord de ‘Asab.

Cependant, même si j'avais laissé parler le vieux à ma place pour dire oui, je continuais d’être toujours réticent à donner des terres à cette compagnie jusqu'à ce qu'un homme sage, Ḥajji Ḥaysama16, un des nôtres, de la tribu Nassâr et originaire de Beylul17, me convainque. Mon grand-oncle, le sultan Yayyo avait nommé son père comme son représentant à ‘Asab auprès des Italiens. Quant à lui, il avait fait partie de la délégation ayant accompagné mon oncle, le sultan Maḥammad Yayyo en Italie. Je l’ai donc fait venir de là-bas pour lui demander conseil. Il m’a dit : « Ne laisse pas passer cette opportunité pour les ‘Afar » tout en ajoutant que « les Anglais respectent les sultans. Je pense qu'ils vont vous aider et ne chercheront pas à s'ingérer dans vos affaires intérieures ».

  • 18 Un village sur le corridor Addis Abeba - Asab, situé après Millé.
  • 19 Ce que confirme N.J. Cossins, quand il écrit qu’il s’agissait d’une « concession de 5 800 hectares (...)
  • 20 C’est le constat de Noel J. Cossins : Although there have been farms and farming in the central del (...)
  • 21 Déformation du nom de Kingdom, le responsable de la multinationale.

Les hommes de la compagnie Mitchell Cotts sont venus en avion et nous les avons accueillis à l'aérodrome de Logiya18. De là, moi, je me suis rendu à Sardo et je les ai fait accompagner à Tanḍaḥo par le Fitawrari Yayyo. Nous leur avons donné des terres blanches, situées de l’autre côté du lac où il n’y avait rien19. Par la suite, comme il n’y avait pas d’eau, ils ont entrepris des travaux de canalisation pour la drainer à partir du la rivière. Nous cultivions le coton avant leur arrivée mais avec des résultats médiocres. Ils nous ont appris à améliorer les techniques. Ils nous ont d'abord fourni des graines résistantes aux maladies et ont, par la suite, assuré la pulvérisation des insecticides par avion20. Pour nous aussi, ils ont creusé sur le lieu d'un ancien canal un nouveau que la population a appelé Kondomta, d’après le nom21 du responsable local de cette compagnie, maître d’œuvre de l’ouvrage. Sur ma recommandation, ils ont embauché les fils des notables comme gardiens. Je dois vous dire que la compagnie Mitchell Cotts nous a fournis un appui appréciable dans le domaine de la formation en techniques agricoles.

  • 22 Lars Bondestam affirme qu’il a été associé dès le départ, à hauteur de 7% d'actions du capital de c (...)

- Dans la plupart des écrits22, on parle de vous comme d’un actionnaire de cette multinationale ?

  • 23 Les terres cultivées par le sultan, son entourage et ses tenanciers étaient estimées à près de 20 0 (...)

- C’est faux. J’avais mes propres plantations sur mes terres23.

- Outre la compagnie Mitchell Cotts, le prince héritier Asfa Wesen disposait de terres agricoles dans l’Awsa. Est-ce vous qui les lui avez données ?

  • 24 Le delta central de la basse vallée de l’Awash.
  • 25 Cette concession occupait une superficie de 820 hectares.

- Oui. Au lieu-dit Barga24, nous lui avions donné des terres25, non pas en toute propriété mais pour qu’il puisse les mettre en valeur pour l’agriculture et en tirer les bénéfices. Après mon retour d’exil en 1991, j’ai distribué ces terres à la population.

- Sultan ‘Ali-Miraḥ, qu’est-ce qui vous a poussé vers la fin des années 1960 à encourager les ‘afar à faire de l’agriculture ?

  • 26 Ces faits contredisent en partie les affirmations de Lewis selon lesquelles les terres étaient trav (...)
  • 27 N.J. Cossins (1973 : 42) estime en 1973 le nombre des fermiers bénéficiant de ces crédits à plusieu (...)
  • 28 Lars Bondestam écrit : « Le développement de la production cotonnière fut impressionnant de 1968 à (...)
  • 29 49 % d'actions de cette banque privée étaient détenues par les magnats de finances britanniques.

- C’était la politique de l’État éthiopien qui déniait aux nomades des droits sur la terre, et ceci était stipulé dans la constitution de 1954 qui avait nationalisé toutes les terres des nomades. Au début des années 1960, le gouvernement a mis en place l’Awash Valley Authority, chargée de mettre en valeur la région pour l'agriculture. Pour contrer cette décision derrière laquelle se profilait l’intention de nous exproprier, j’ai décidé de combattre le projet sur son propre terrain. J’ai donc encouragé nos gens à mettre en valeur les terres qu’ils possédaient de façon collective au niveau du clan26, pour éviter d’être dépossédés par l’Awash Valley Authority ou les concessionnaires privés, soutenus par elle, lesquels ne manqueraient pas d'accourir. Pour les aider, je me portais garant auprès des banques des crédits, distribués ensuite par le biais des malokti, des personnes choisies par leur tribu ou groupe des tribus propriétaires des terres afin de superviser leur mise en valeur27. J’ai mis en place un cabinet pourvu d’un personnel nécessaire et compétent dont faisait partie vers la fin l’actuel ministre ‘afar du Travail et des Affaires Sociales du gouvernement éthiopien Ḥassan ‘Abdallah, lequel m'a été recommandé par son beau-père Ḥajji Ḥaysama de Beylul. Ce dernier était la personne qui m’a encouragé à accueillir la compagnie Mitchell Cotts. J’ai suscité la création d’une coopérative des fermiers d’Aysa‘eyta, laquelle devait d'une part être une institution interlocutrice, tant des institutions bancaires que des bailleurs éventuels et d'autre part promouvoir et défendre les intérêts des ‘Afar. J’ai utilisé le système de malâk qui, traditionnellement, assurait le contrôle de l'accès à l'eau et aux pâturages du delta aux fins de ce développement. Nous faisions venir d’Addis Abeba les techniciens de la maintenance des pompes, et parfois même des experts de l’étranger, pour un court séjour. Nous enregistrions des succès d'année en année. Notre dynamisme28 a amené deux banques, Addis Abeba Bank29 puis la Commercial Bank of Ethiopia, à ouvrir des succursales à Aysa‘eyta.

  • 30 Cette tendance est notée par Cossins pour le secteur de Dat-Baḥari : « Apparemment la demande est g (...)

Nous projetions d’assister à la sédentarisation de quelques 2000 petits fermiers par an, chacun sur 2,5 hectares, le minimum de surface qu'une famille peut exploiter. Nous recevions de nombreuses demandes de soutien des ‘Afar30 et nous pensions que l’ensemble des surfaces cultivables allaient être occupées par ces derniers.

- Les facilités que vous avez eu auprès des banques, était-ce grâce à l’intervention de l’empereur Hayle Sïllasé ?

- Non, non. Nous nous sommes arrangés nous-mêmes avec les responsables de ces banques qui nous ont fait confiance.

- Parlez-nous de vos rapports avec l’Awash Valley Authority (AVA) ?

  • 31 Le sultan ‘Ali-Miraḥ a tenu le même discours au début de la révolution.

- L’AVA était, comme je vous l’ai déjà dit, une institution gouvernementale mise en place pour mettre en valeur les terres de la vallée de l’Awash. Dans les missions assignées à cette institution, nous étions ignorés. Et comme nous, nous étions inflexibles en ce qui concerne nos terres, un bras de fer s’est engagé entre nous et l’AVA, généralement de façon discrète avec parfois des clashs. Pour cette institution, nos activités pour mettre en valeur nos terres étaient illégales. Notre position à nous était que nous n’avions pas besoin de l’onction d'une institution, d’un ministère ou d’une quelconque autorité d’Addis Abeba pour gérer et mettre en valeur nos terres ancestrales. Et nous disions haut et fort que nous ne nous laisserons pas exproprier par une quelconque personne à laquelle une autorisation serait délivrée à Addis Abeba31. En tenant ce propos, j’étais logique avec moi-même. Par le passé, lors de mes rencontres avec les hauts responsables éthiopiens, je leur avais toujours dit que pour entretenir de bons rapports avec les ‘Afar, ils devaient se garder de convoiter leur terre ou leurs filles et de porter atteinte à leur religion.

- Pouvez-vous nous expliquer comment en l’espace de si peu de temps vous êtes parvenus à être l’un des propriétaires terriens et des hommes d’affaires les plus en vue de l’Éthiopie ?

  • 32 Terme amharique équivalent à monsieur.

- Nous avons planté le coton qui a bien marché grâce aux moyens techniques modernes dont nous a fait profiter la compagnie Mitchell Cotts, propriétaire des plantations de coton de Tanḍaḥo. J’ai bénéficié de facilités d’emprunts auprès des institutions bancaires dont j’ai fait profiter mes administrés en me portant garant pour eux. Ato32 Debebé Habte Yohannïs qui était à l’époque le directeur général d’Addis Abeba Bank m’avait rendu visite il y a peu, tout juste avant son décès. Aux cours de nos discussions, il m’avait rappelé que le premier emprunt que nous avons contracté était d'un montant de 100 000 dollars éthiopiens. Par la suite, nous avions atteint le plafond des 50 millions de dollars d'emprunt.

  • 33 En 1974, au début de la révolution
  • 34 S’exprimant à l’occasion d'un rassemblement organisé à Aysa‘eyta par le sultan ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré p (...)

Quand les militaires du Derg ont pris le pouvoir33, pensant que j’avais de l’argent dans des comptes, ils ont interrogé les responsables de deux institutions bancaires, Addis Ababa Bank et la Commercial Bank. Ces derniers leur ont répondu que je n’avais pas d’argent en compte. « Il nous emprunte de l’argent pour lui et ses administrés qu’il rembourse parfois à temps et quand ce n’est pas le cas, nous lui donnons un délai », leur a-t-on expliqué. Avant mon départ en exil, le Derg nous félicitait et disait à notre propos : « Il n'a pas mis l'argent en compte mais il l’a partagé avec ses administrés34. »

  • 35 Le Derg a reproché à ‘Ali-Miraḥ d’avoir oublié le remboursement de 17 millions de dollars empruntés (...)

Mais après notre départ en exil, ils ont dit que j’ai pris beaucoup d’argent avec moi mais ce n’était pas vrai35. Avec l’arrivée du Derg au pouvoir, nous n’avons pas pu vendre le coton, faute de marché. En quittant le pays, nous avons laissé des montagnes de coton en stock. À l’époque, nous avons eu le soutien de Dieu pour nous épargner les difficultés. Le gouvernement saoudien nous a bien reçus. Il a mis à notre disposition un grand hôtel et a assuré la prise en charge de tous nos besoins. Et par la suite, tous ceux qui fuyaient la région venaient nous rejoindre, via Djibouti.

- Qu’a fait le Derg de vos terres et celles de gros fermiers de votre entourage ?

  • 36 Les terres de la compagnie Mitchell Cotts et du prince héritier Asfa Wossen ont été également natio (...)

- Mes terres ont été nationalisées36 et celles des autres personnes ont été données à la coopérative des paysans.

- Parlez-nous maintenant de la situation de l’éducation dans l’Awsa sous le régime impérial ?

  • 37 École où l’enseignement est donné surtout en arabe.

- L’école s’est implantée tardivement dans notre région. En 1974, il existait une école primaire publique à Aysa‘eyta. Après le développement des plantations de coton, nous avons ouvert une madrasa37 avec un internat dont nous assumions les charges. J'ai donné des terres agricoles des grandes personnalités de notre famille décédées comme waqf (biens religieux) pour cette institution scolaire. Elle accueillait un millier d'enfants des différentes régions ‘afar. Si l’enseignement était donné en arabe, nous avons ajouté comme matières l’apprentissage de l’anglais et de l’amharique. Nous recrutions à Addis Abeba les meilleurs enseignants parmi les diplômés éthiopiens des universités arabes. Je dois vous dire que cette madrasa commençait à prendre de l’importance. Ses anciens élèves ont bien réussi, certains occupent actuellement des postes de responsabilité dans le pays, d’autres sont au Canada ou ailleurs.

- Et quelle était la contribution du gouvernement central ?

- Le gouvernement, pour sa part, nous prenait en charge pour le secondaire, au fur et à mesure, un nombre donné d’enfants de quelques écoles primaires publiques, lesquels étaient placés dans les internats, dans un premier temps à Addis Abeba puis à Bati et à Dessié, quand ces deux villes furent dotées d'écoles secondaires. Bien que le taux de scolarisation ait été faible, c’est avec nous que les enfants ont commencé à accéder à la connaissance dans notre région. Avant nous, il n’y avait pas d’école.

- Comment avez-vous perçu le coup d’État avorté des frères Neway contre Hayle Sïllasé 1er ? Et comment avez-vous réagi ?

- Vous voulez parler du coup de force de la Garde impériale ourdi en l’absence de l’empereur et maté par la suite ?

- Oui.

- Pour nous, c’était une affaire intérieure aux Éthiopiens dans laquelle nous ne nous ingérions pas.

- En 1972, vous aviez reçu l’empereur Hayle Sïllasé. Quel était l’objet de sa visite ?

- L’empereur accompagnait la reine Elisabeth II d'Angleterre invitée par la compagnie Mitchell Cotts. Ils ont passé une journée à Dubti où ils ont visité les fermes de Tanḍaḥo. À cette occasion, nous, je veux parler ici des fermiers d’Awsa, avons présenté nos moyens de production tels que les tracteurs et autres outils de travail. Je dois vous dire qu’Hayle Sïllasé a été surpris par nos progrès.

- Est-ce qu’il y avait une garnison militaire éthiopienne dans votre région ?

- Non. Les militaires venaient parfois pour des raisons précises et repartaient par la suite.

- Par qui était assurée la sécurité de la route ‘Asab-Addis Abeba traversant sur plusieurs centaines de kilomètres le sultanat d’Awsa et qui était à la portée des indépendantistes érythréens ?

- Elle était de notre responsabilité. Les autorités nous faisaient confiance pour cette tâche. Et Dieu merci, nous sommes parvenus à la préserver. L’empereur, un homme très intelligent, était conscient du fait que cette voie était plus sûre sous notre responsabilité. Il ne manquait pas de le dire à ses ministres qui avaient du mal à supporter notre autonomie au sein de l'Empire.

- Est-ce que ce n’était pas dû au fait qu’il y avait une entente entre vous et la rébellion érythréenne que cette dernière n’a pas cherché à perturber même par des actions sporadiques cette voie d’approvisionnement du pays ?

- Les dirigeants érythréens avaient pour nous beaucoup du respect. Il est normal qu’il n’y ait pas eu de leur part des actions pouvant nuire à nos intérêts.

- Parlez-nous de vos rapports avec l’administration coloniale française de Djibouti ?

  • 38 Le sultan veut parler ici de la confédération tribale Afki‘é-k Ma‘ad dont est issu son lignage, les (...)
  • 39 Impôt religieux destiné à financer des œuvres charitables.
  • 40 Une confédération tribale du nord-ouest de la République de Djibouti.
  • 41 Une autre confédération de la même région.

- Excellents. En effet, la France a certes colonisé le pays mais elle n’a pas détruit les structures du pouvoir traditionnel pré-existant à son occupation. Par exemple, elle n’a pas dépossédé les Ad‘Ali de leurs prérogatives traditionnelles. Le sultan était resté sultan. C’étaient les Ad‘Ali eux-mêmes qui ont contribué par la suite à leur propre affaiblissement. Quant à nous, la France ne nous a pas empêchés de nous occuper des gens qui étaient sous notre juridiction. Parmi les Modayto, nos proches38 vivaient en grande majorité à l'intérieur des frontières de la colonie, de Musa-‘Ali à Afambo. Comme avant la colonisation, les notables de ces régions ont continué à nous référer les différends qu’ils n’ont pas pu résoudre à leurs niveaux. La France n'a pas essayé de changer cette situation. Sous mon règne, j'ai ajouté la levée annuelle de la zakât39 sur les biens. Je prenais des ‘Ablisa40, des Gombar41, etc... Je n’ai jamais été empêché de le faire par l’administration française qui pourtant ne l’ignorait pas.

- Est-ce que vous aviez des contacts directs avec ses responsables ? Si oui, comment le gouvernement éthiopien les percevait-il ?

- Bien sûr que oui. Comme nous occupions une région frontalière et qu’une partie de nos administrés se trouvaient dans la colonie, nous avions des contacts frontaliers. L’empereur et son gouvernement le savaient. Nous n’avons jamais eu le moindre reproche de leur part.

- Est-ce que vous interveniez dans les affaires politiques du Territoire ?

- Non à moins qu’il y ait des situations qui nous poussaient à agir. Et dans le cas, nous n'hésitions pas à intervenir et ce sans demander l’autorisation de qui que ce soit. C'était le cas par exemple en 1967 quand les habitants du Territoire ont été amenés à choisir leur destin. ‘Ali ‘Aref qui dirigeait à l’époque le Territoire a fait appel à nous pour contrer la menace de la Somalie. Comme tout se jouait dans l'urne, il fallait convaincre la population de prendre part au scrutin et de voter massivement pour le « oui ». Moi, j'ai organisé plusieurs réunions à ‘Élida‘ar et à Manda avec les représentants de la population du Nord-Ouest. Mon vizir, Ḥajji Yayyo a fait de même dans les zones de l’Ouest et du Sud-Ouest. Après la victoire du « oui », la Somalie a fait état sur les antennes de sa Radio du vote des Éthiopiens. C’est faux. Par cette insinuation, elle faisait allusion au vote massif des ‘Afar que nous avons encouragé. Nous avons vu comme une menace grave l’intégration potentielle du Territoire dans la « Grande Somalie » et nous nous sommes mobilisés pour faire échec à ce projet.

- Est-ce que vous discutiez des problèmes de Djibouti avec l’empereur ?

- Bien sûr. Nous percevions tous deux la revendication somalienne comme une grave menace, même si chacun avait ses raisons. Le port de Djbouti était depuis sa création le principal débouché maritime de l’Éthiopie. L’empereur voyait donc la revendication somalienne comme une menace grave pour les intérêts de son pays. De notre côté, nous percevions aussi comme une grave menace cette revendication qui niait l'existence d'une nationalité ‘afar distincte sur le Territoire. Chaque fois que nous étions confrontés à des problèmes de cet ordre, l’Empereur était à nos côtés, même si son appui se limitait aux moyens financiers. Son attitude ne résultait pas d'un penchant particulier pour nous mais du fait qu’il savait que ce qui constituait une menace pour nous l'était aussi pour lui. C’était donc par convergence d’intérêt. Quelles qu’aient pu être les intentions de ses ministres à notre égard, Hayle Sïllasé, quant à lui, s’est gardé d’empiéter sur nos prérogatives.

- Sous le règne d’Hayle Sïllasé, vous avez pu sortir du pays et avoir des rencontres politiques discrètes. Pouvez-vous nous en parler ?

  • 42 Il s’agissait des partis Umma et Khatmiyya.

- Je me suis d’abord rendu au Soudan en 1964 à l’invitation des responsables de la compagnie Mitchell Cotts qui m’ont offert l’occasion de visiter ce pays. À l’époque, il y avait ici [en Éthiopie] à la tête de la diplomatie Ketema Yifru. C’était un homme bien. Ayant appris mon intention de me rendre en visite privée au Soudan, il a téléphoné à l'ambassadeur d'Éthiopie en poste dans ce pays pour lui annoncer ma venue et lui ordonner de m’accueillir. Ce dernier nous attendait donc à l’aéroport. Il nous a fait faire le tour de la ville avant de nous amener chez lui. Il avait acheté du bon vin pour nous. Lorsqu’il a voulu nous le servir, la personne qui m’accompagnait lui a crié que nous ne prenions pas d'alcool. Il s’est fendu en excuses en affirmant qu’il pensait que nous aimions le vin. À l’époque, deux familles dominaient la vie politique soudanaise, à savoir celle des al-Mahdi et celle des al-Mirghani. Lors de mon séjour, j'ai reçu des personnalités politiques dont les dirigeants des deux principales formations42 du pays, Sadeq al-Mahdi et ‘Ali al-Mirghani. Je me suis aussi entretenu avec les dignitaires religieux. Ces derniers m’ont dit qu’avant moi, ils n’avaient pas entendu parler des ‘Afar.

  • 43 Sadeq al-Mahdi.
  • 44 Confrérie.

Le petit-fils du Mahdi43, un homme brave, a offert une réception en notre honneur. Seyyid ‘Ali al-Mirghani qui, à l’époque était vieux, m’avait reproché n’avoir pas fait connaître notre peuple à l’extérieur. Il m’a dit que sa tariqa44 avait des adeptes à Masawa’ et dans d’autres parties de l’Érythrée et devrait sensibiliser les nôtres s’il savait leur existence. Cette remarque m’a laissé pensif et c’était pourquoi j’ai décidé par la suite de voyager régulièrement pour faire connaître mon peuple à l’étranger. Au cours de cette visite, j’ai remarqué que les Soudanais étaient un peuple très hospitalier.

  • 45 Président de 1954 à 1970.
  • 46 Cette démarche a été entreprise par Maḥammad, un des fils du sultan qui avait fait la connaissance (...)
  • 47 Le sultan fait sienne ici la démarche d'un de ses fils, Maḥammad qu'il avait approuvé.
  • 48 Ce n'étaient pas les premiers étudiants ‘afar dans ce pays. Ils avaient été précédés par leurs comp (...)

Le second pays arabe où je me suis rendu est l’Égypte, dirigée à l’époque par Gamal ‘Abdel Nasser45. Cette vieille nation connaissait l’existence et l’importance de notre sultanat et nous avons bénéficié d’un accueil digne de notre rang. Ce déplacement avait été précédé par une rencontre à Addis Abeba avec les diplomates égyptiens46 et la sollicitude des bourses pour nos étudiants47. Cette requête avait reçu une réponse positive. Comme le gouvernement d’Hayle Sïllasé ne permettait pas aux étudiants musulmans d’aller étudier dans les pays arabes, nous avons envoyé les récipiendaires de ces bourses par la voie maritime48. Parmi ce premier groupe d’étudiants, il y avait mon fils Ḥanfaré. Tout au long de mon séjour, les frais d’hôtel ont été pris en charge par le gouvernement égyptien. Par la suite, il en fut de même à chaque visite.

  • 49 Il s’agissait de Meles Andom, frère du général Aman Andom, le premier chef du Derg.
  • 50 La voix de l’Afrique, une station diffusant en direction du continent dans les langues africaines.

À l’époque, l’Éthiopie était représentée dans ce pays par un ambassadeur d’origine érythréenne49. J’ai pu obtenir du gouvernement égyptien l’ouverture d’un programme en langue ‘afar sur les antennes de Radio Le Caire50 et l’allocation régulière de bourses à nos étudiants pour leur permettre de suivre les études secondaires et universitaires en Égypte. Je dois vous rappeler que le programme ‘afar de Radio Le Caire a précédé celui de Radio Éthiopie. Je me suis rendu aussi en République Fédérale d’Allemagne à l’invitation d’une société allemande qui nous vendait les pesticides pour nos plantations cotonnières.

- J’ai entendu dire aussi que vous avez visité à l’époque les États-Unis d’Amérique à l’invitation de son gouvernement.

  • 51 Le sultan se trompe de la date de la première invitation intervenue une année auparavant. C’était e (...)

- C’était en 197251. J’ai reçu du gouvernement des États-Unis d’Amérique par le biais de son ambassade en Éthiopie une invitation à visiter leur pays avec autant de personnes que je souhaiterai amener avec moi. Je n’ai pas répondu à la première invitation car j’ai préféré aller visiter le Kenya. L’invitation m'a été ensuite renouvelée l'année suivante par le même biais. J’ai alors informé l’empereur Hayle Sïllasé qui m’a dit d'aller avec trois ou quatre accompagnateurs. J’ai donc effectué un séjour de quarante-deux jours aux États-Unis aux frais du gouvernement américain. Dès mon arrivée à New York, on m’a demandé les destinations que j’aimerai visiter, tout en m’informant que l’Amérique a des régions d’élevage et d’agriculture. J’ai répondu : « les deux. » Nous avons passé quatre ou cinq jours dans chacune des grandes régions. À cette occasion, j’ai beaucoup apprécié l’hospitalité américaine.

Fig. 6 Sultan ‘Ali-Miraḥen compagnie de l'empereur Hayle Sïllasé et du prince-héritier Asfa Wesen

Fig. 6 Sultan ‘Ali-Miraḥen compagnie de l'empereur Hayle Sïllasé et du prince-héritier Asfa Wesen

On reconnait au deuxième plan, le magnat britannique J.K. Dick.

Collection personnelle de Mohamed Houmed « Charlie ».

Notes

1 On raconte qu’en 1971, Solomon Abreha, peu après sa prise de fonction comme gouverneur général du Wello vint visiter la région d’Awsa, laquelle dépendait sur papier, dans le découpage administratif, du Wello. Le sultan ‘Ali-Miraḥ envoya un groupe de vieux pour le recevoir à Tanḍaḥo. Le gouverneur général fut offusqué qu’il ne s’était pas presenté lui-même. De Tanḍaḥo, il se rendit directement à Afambo et au retour, sur son chemin de Dessié, il s’arrêta à Aysa‘eyta, le temps de s'en prendre au directeur de l'école primaire publique et au responsable de la succursale de la Commercial Bank et de proférer de menaces à l’encontre du sultan. Il laissa un message pour ce dernier, l’enjoignant de venir le lendemain à Dessié. Pensant qu’il allait être son hôte, le sultan ‘Ali-Miraḥ avait préparé un grand repas en son honneur. Comme cela ne fut pas le cas, il fit distribuer la nourriture aux pauvres.

2 Les explorateurs européens qui ont visité la région dans les années 1920 et 1930 attestent de la nature autonome de l’Awsa. C’est le cas par exemple de L.M. Nesbitt qui l'avait visitée en 1928. Il écrit : The sole tie existing between two States is the artful, or foolish, Council Chamber convention by which the Aussa falls within the boundary of the Ethiopian Empire. So, it is marked on maps, things the existence of which the Aussans are sublimely ignorant [Le seul lien existant entre les deux États est une convention de conseil de chambre stupide par laquelle Awsa se trouve à l'intérieur des frontières de l’Éthiopie. Si c’est marqué sur les cartes, choses dont l’existence est sublimement ignorée par les gens d'Awsa.] Cf. Nesbitt (1935 : 217)

3 Le sultan ‘Ali-Miraḥ veut parler ici de la création en 1973 de deux postes de police, l’un à Aysa‘eyta et l’autre à Dubti, suite à des bagarres entre les ‘Afar et les originaires des hautes terres.

4 Ils assuraient également le maintien de l’ordre public sur toute l’étendue du sultanat.

5 Européens.

6 Cet événement aurait eu lieu au début de l'année 1969. Entretien avec Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ, Djibouti,30 octobre 2010.

7 Grand officier d’État. Cf. Berhanou Abebe (1998).

8 Parmi les contemporains du sultan ‘Ali-Miraḥ, le titre a été conféré à Asfaba Wolde Mikaél, le dernier président du gouvernement local de l’Érythrée sous la fédération (1952-1962) qui a occupé par la suite le poste de ministre de la Justice (1963-66) puis de la Santé publique (1966- ) avant d’être nommé membre du Conseil de la couronne.

9 La grande poétesse Amina ‘Ali, plus connue sous les surnoms de Baḍḥittoh Amina (Amina des Baḍhitto, le nom de sa tribu) ou de Data Amina (Amina, la Noire), originaire de Bayyâḥilé, (région de Dubti) décédée fin août 2004, s'était fait vers le début des années 1970 la porte-parole des pasteurs transhumants ‘afar qui n’appréciaient pas l’intrusion des concessions sur leur domaine de pâturages et dont le thème portait sur l’attitude à adopter par rapport à la compagnie britannique Mitchell Cotts qui venait d’étendre ses plantations à la région de Dat-baḥari. Elle composa des poèmes demandant de chasser l’entreprise anglaise.

10 Terme affectueux sous lequel le sultan désigne Yayyo Ḥammadu.

11 Chef-lieu du gouvernorat général du Wello.

12 Ce général de brigade était le Commandant en chef de la Garde impériale. Avec l’aide du chef des services de sécurité, il a fomenté en décembre 1960 un coup d’État, à l’instigation de son frère Guirmamé, formé aux États-Unis, gouverneur de Djidjiga après l’avoir été du Wallaïta. Profitant de l’absence de l’empereur en visite au Brésil, ils ont arrêté le prince héritier Asfa Wossen, quelques ministres et dignitaires et ont occupé les points stratégiques de la capitale. Ils ont eu à faire face à l’opposition de l’armée de terre qui a fini par prendre le dessus sur eux. Ils ont retourné leurs armes contre les grandes figures de l’empire qu’ils détenaient en otage au Palais.

13 Sa majesté.

14 Au singulier Frangîta. Un terme utilisé pour Européens.

15 Frère aîné d'Aklilu Habte Weld, il était à l'époque ministre du Commerce après avoir longtemps occupé le portefeuille des Finances (1949-1958), de l’Intérieur et des Affaires érythréennes et musulmanes. C’était le ministre le plus proche de l’empereur et le plus puissant après lui. Il a fait partie des hauts dignitaires du régime impérial exécutés par les auteurs du coup d’État manqué de décembre 1960.

16 De son vrai nom, Ibrahim Umar Maḥmud.

17 Un village portuaire des côtes sud de la mer Rouge, à 50 km au nord de ‘Asab.

18 Un village sur le corridor Addis Abeba - Asab, situé après Millé.

19 Ce que confirme N.J. Cossins, quand il écrit qu’il s’agissait d’une « concession de 5 800 hectares qui a été décrite comme un désert sans couverture végétale » (1973 : 88)

20 C’est le constat de Noel J. Cossins : Although there have been farms and farming in the central delta along the Awsa canal for upwards of half a millenium, it has been only in the last decade that this has expanded from a secondary subsistence interest into a major money making preoccupation. Even, as recently as the early 1960's, only 15 of the delta clans were active full or part time cultivators whereas now nearly all of them have at least an interest in a farm. Such a rapid change in life style and activity after so many unchanging centuries indicate that the necessary stimuli were already implanted and needed only a catalytic happening to bring them to the surface. Although some few haphazard cotton patches were planted as long ago as 1953, the abrupt and massive imposition and expansion of TPSC and its modern plantation method provided this key. [Bien qu'il y ait des fermes et que l’agriculture dans le delta central, le long du canal de l’Awsa existe depuis plus de cinq siècles, ce fut seulement dans la dernière décennie qu'elle s’est développée, en passant d'un intérêt de subsistance secondaire en une préoccupation qui rapporte. Alors que récemment, au tout début des années 1960, seulement 15% des clans du delta étaient des cultivateurs actifs à plein temps, maintenant presque tous ont au moins un intérêt dans une ferme. Un tel changement rapide dans le mode de vie et les activités, après beaucoup de siècles de stagnation, montre que les stimulants nécessaires étaient encore implantés et avaient besoin seulement d'un évènement catalytique pour les amener à la surface. Bien que quelques parcelles de coton, faites au hasard, aient été plantées depuis 1953, l’imposition abrupte et massive et le développement de la TPSC et ses méthodes de plantation modernes ont fourni cette clef] (1973 : 56).

21 Déformation du nom de Kingdom, le responsable de la multinationale.

22 Lars Bondestam affirme qu’il a été associé dès le départ, à hauteur de 7% d'actions du capital de cette multinationale. Cf. Bondestam (1974 : 435). Voir également les Ottoway (1978 : 95-96) et Kiflu Tadesse (1998 : 45).

23 Les terres cultivées par le sultan, son entourage et ses tenanciers étaient estimées à près de 20 000 hectares. Cf. Harbeson (1978 : 484)

24 Le delta central de la basse vallée de l’Awash.

25 Cette concession occupait une superficie de 820 hectares.

26 Ces faits contredisent en partie les affirmations de Lewis selon lesquelles les terres étaient travaillées selon un système féodal pour le sultan qui avait le pouvoir de donner des parcelles de terre aux chefs et aux favoris de sa cour. Cf. Lewis (1955 : 163).

27 N.J. Cossins (1973 : 42) estime en 1973 le nombre des fermiers bénéficiant de ces crédits à plusieurs milliers

28 Lars Bondestam écrit : « Le développement de la production cotonnière fut impressionnant de 1968 à 1971 ; le nombre d’hectares cultivés est passé de 5 000 à plus de 14 000 ; le nombre des tracteurs de 10 à 110. Le coton occupe 80 % de la zone » (1974 : 437).

29 49 % d'actions de cette banque privée étaient détenues par les magnats de finances britanniques.

30 Cette tendance est notée par Cossins pour le secteur de Dat-Baḥari : « Apparemment la demande est grande de la part des ‘Afar pour participer directement à l’agriculture, et toutes les terres restantes sont réparties en lots de 2 à 5 hectares pour chaque individu, membre des clans ayant des droits sur les terres de la région » (1973 : 49).

31 Le sultan ‘Ali-Miraḥ a tenu le même discours au début de la révolution.

32 Terme amharique équivalent à monsieur.

33 En 1974, au début de la révolution

34 S’exprimant à l’occasion d'un rassemblement organisé à Aysa‘eyta par le sultan ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré pour marquer la fête musulmane de l’Aîd-al-Fitr en octobre 1974, un membre du Derg a révélé que « le gouvernement militaire a reçu un certain nombre de rapports non favorables concernant le sultan ‘Ali- Miraḥ mais après une évaluation minutieuse, il a été établi qu’il n’y a pas l'ombre d'un doute que ces rapports étaient non fondés et que le Bitwodded ‘Ali-Miraḥ était l'un de ces dirigeants locaux ayant fait tout ce qu’ils pouvaient pour les biens de leurs compatriotes ». Voir compte-rendu, « People of Afar Express Support for PMAC », The Ethiopian Herald du 23 octobre 1974, p. 1-2.

35 Le Derg a reproché à ‘Ali-Miraḥ d’avoir oublié le remboursement de 17 millions de dollars empruntés auprès de la Banque Commerciale et de la Banque du Développement Agricole. Voir éditorial « Un potentat en fuite... », Addis Soir du 7 juin 1975, p. 1

36 Les terres de la compagnie Mitchell Cotts et du prince héritier Asfa Wossen ont été également nationalisées.

37 École où l’enseignement est donné surtout en arabe.

38 Le sultan veut parler ici de la confédération tribale Afki‘é-k Ma‘ad dont est issu son lignage, les Aydâḥisso.

39 Impôt religieux destiné à financer des œuvres charitables.

40 Une confédération tribale du nord-ouest de la République de Djibouti.

41 Une autre confédération de la même région.

42 Il s’agissait des partis Umma et Khatmiyya.

43 Sadeq al-Mahdi.

44 Confrérie.

45 Président de 1954 à 1970.

46 Cette démarche a été entreprise par Maḥammad, un des fils du sultan qui avait fait la connaissance d'un diplomate relevant du service de sécurité. Entretien avec Ḥabib ‘Ali-Miraḥ, 15 janvier 2005.

47 Le sultan fait sienne ici la démarche d'un de ses fils, Maḥammad qu'il avait approuvé.

48 Ce n'étaient pas les premiers étudiants ‘afar dans ce pays. Ils avaient été précédés par leurs compatriotes, originaires de l'Érythrée tels Ḥabib ‘Ali ‘Adona, ancien ambassadeur de Djibouti en Arabie saoudite, Maḥammad Abubakar, ancien cadre important du FLE, Maḥammad Ga‘as Mumin, longtemps chargé d'Affaires de la République de Djibouti en Égypte. Ces derniers avaient traversé à pieds la frontière soudanaise comme d'autres musulmans.

49 Il s’agissait de Meles Andom, frère du général Aman Andom, le premier chef du Derg.

50 La voix de l’Afrique, une station diffusant en direction du continent dans les langues africaines.

51 Le sultan se trompe de la date de la première invitation intervenue une année auparavant. C’était en août 1972 que le voyage avait eu lieu. Entretien avec Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ à Djibouti, 30 octobre 2011.

Table des illustrations

Titre Fig. 6 Sultan ‘Ali-Miraḥen compagnie de l'empereur Hayle Sïllasé et du prince-héritier Asfa Wesen
Légende On reconnait au deuxième plan, le magnat britannique J.K. Dick.
Crédits Collection personnelle de Mohamed Houmed « Charlie ».
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/1001/img-1.png
Fichier image/png, 484k

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires