Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 13. La transition écologique : un enjeu de reconversion des métiers ?

p. 194-203

Résumé

L’écologisation tend à donner plus de sens au travail, parfois à enrichir les tâches et à penser l’activité comme intégrée dans un processus global. Pour autant, les changements, d’intensité variable, restent aujourd’hui souvent périphériques aux cœurs des métiers et encore loin de produire leur reconversion systématique.


Texte intégral

1Le propos selon lequel la « transition écologique » va transformer les métiers commence à émerger dans l’espace public. Les études sur ce sujet se multiplient, comme celle de l’Observatoire Compétences Industries (2022), ou encore celle qui est au cœur du présent chapitre (cf. infra). L’attention aux enjeux environnementaux dans les référentiels des diplômes de l’enseignement professionnel (Kogut-Kubiak, 2023) est peut-être encore timide, mais toujours plus soutenue1. Elle témoigne du fait que les acteurs des systèmes de production et de formation admettent de plus en plus que ces enjeux pénètrent progressivement les différentes pratiques professionnelles.

2Mais qu’en est-il aujourd’hui de la portée effective de cette transformation ? Peut-on aller jusqu’à parler d’une « reconversion des métiers », c’est-à-dire d’une refonte sensible de leur raison d’être, de leurs contenus et des règles qui fondent leur pratique, impliquant dès lors aussi une quasi-reconversion des professionnels qui les exercent ? Pour apporter des éléments de réponse, ce chapitre se fonde sur des constats et des analyses dressés dans le cadre d’une recherche intitulée « Compétences dans la transition écologique : représentations et réalité », commanditée par la Dares et financée dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC) (Sulzer et al., 2023). Il s’agissait de se demander dans quelle mesure l’écologisation, i.e. le processus de prise en compte de l’environnement par les organisations et dans les pratiques professionnelles (Mormont, 2013), imprègne aujourd’hui les métiers et leur professionnalité, en se situant au-delà du champ des éco-activités (Drouilleau-Gay & Legardez, 2020).

3La notion de métier est employée ici pour désigner des emplois étudiés dans les secteurs du commerce de détail alimentaire, du BTP et de l’économie sociale et solidaire (ESS) (Encadré). Le matériau utilisé comporte des enquêtes par entretien et l’observation de situations de travail dans six organisations relevant de ces secteurs et ayant fait l’objet de monographies2. L’analyse transversale vise à apprécier, pour ces métiers, si, jusqu’où et comment, l’écologisation pénètre les règles qui caractérisent leur exercice.

4Par règles de métier, nous entendons ce qui fait le « genre du métier » (Clot & Faïta, 2000) partagé par les professionnels qui l’exercent, c’est-à-dire, à un instant donné, la façon dont ce métier doit être pratiqué de leur point de vue, après qu’ils ont réfléchi et se sont accordés sur ces points. Notre grille d’analyse consiste à appréhender l’effectivité et la force de l’écologisation en considérant ses effets sur les règles de métier, à savoir sur ce qui oriente et donne sens à l’exercice des métiers étudiés (leurs finalités), ce qui est à effectuer dans le cadre de cet exercice (les tâches et actions associées) et ce qui est énoncé et admis comme manières efficaces de s’y prendre, i.e. tout ce qui relève des procès d’action mobilisés, ce par quoi on entend les manières de travailler et de s’organiser (Wittorski, 2007 ; Mahlaoui, 2023a).

Encadré | Les métiers analysés

L’analyse des formes prises par l’écologisation des règles de métier a porté sur sept métiers.

Deux dans la vente et le commerce :
> Vendeur conseil en crèmerie-fromagerie d’un magasin indépendant ;
> Vendeur conseil polyvalent dans un magasin d’une société coopérative de distribution spécialisée dans l’agriculture biologique et le commerce équitable.

Trois dans le BTP :
> Conducteur de travaux d’une grande entreprise du secteur ;
> Chef de chantier de la même entreprise ;
> Cordiste d’une PME.

Deux dans l’économie sociale et solidaire (ESS) :
> Opérateur de ligne de conditionnement d’une société coopérative de production (SCOP) de thés et infusions ;
> Accompagnateur-animateur d’un tiers-lieu d’une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC).

L’analyse a consisté à apprécier la manière dont les dimensions environnementales et écologiques se greffaient aux différents aspects qui font les règles d’exercice de ces métiers (finalités, tâches-actions, procès d’action), soit dans une logique de pur ajout, soit dans une logique (plus fréquente) d’hybridation, par rapport à l’existant.

Comment l’écologisation imprègne les finalités poursuivies par les métiers

5Les finalités qui définissent les métiers étudiés se trouvent bel et bien modifiées du fait de l’écologisation, dans des formes et avec une intensité extrêmement différenciées selon les métiers et les organisations. Pour autant, elles ne vont pas jusqu’à être remises en cause.

6Dans les deux métiers du commerce, on assiste à une extension des finalités qui se traduit par la prise en charge de missions relativement originales d’information, de sensibilisation, d’explication, sinon d’éducation des clients dans les domaines écologique et environnemental. On relève aussi l’adoption d’une double dimension militante et commerciale et d’un positionnement face aux mêmes figures repoussoir – la grande distribution et l’agriculture conventionnelle – à travers la valorisation du recours aux circuits courts ou le respect de la saisonnalité des produits. Il est vrai que ces métiers sont exercés dans des magasins qui s’inscrivent dans une visée écologisante : une crèmerie-fromagerie qui entend placer l’écologie au cœur de sa stratégie et de son fonctionnement, et un magasin bio qui, adoptant un rapport holistique à l’environnement, ambitionne de concourir à la transformation de la distribution alimentaire.

7Concernant les métiers du BTP, les changements dans les finalités poursuivies sont davantage liés à des facteurs exogènes comme les évolutions technologiques et la transformation des modes constructifs qu’elles permettent ; ces évolutions sont rendues impératives par les nombreuses évolutions réglementaires visant à décarboner le bâti. Par ailleurs, les cordistes et surtout les conducteurs de travaux et les chefs de chantier sont désormais sensibles à la diminution du bilan carbone du bâti. Ils entendent raisonner en termes de filière, en attachant plus d’importance en amont aux fournisseurs de matériaux, ainsi qu’aux acteurs qui interviennent en aval dans la récupération et le traitement des déchets issus des chantiers. Enfin, dans ce secteur, la question de l’impact de l’activité sur l’environnement s’articule parfois à celle de la santé des travailleurs, via par exemple la recherche de produits alternatifs, moins nocifs.

8Du côté des opérateurs de la société coopérative de production (SCOP), les changements sont sans doute moins prononcés et moins visibles. La qualité de la production réalisée sous la marque directe de l’entreprise, censée être la plus respectueuse de l’environnement et des considérations écologiques, fait néanmoins l’objet d’une attention particulière. Elle est également la plus génératrice de plus-value. Cette attitude est favorisée par le fait que l’entreprise est une coopérative ouvrière de production, où la valeur économique produite fait l’objet d’une appropriation sociale, et où le projet stratégique est partagé par l’ensemble du collectif.

9Il faut considérer de façon plus spécifique les finalités poursuivies par les membres de la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). En effet, elles sont originellement marquées du sceau de la transformation écologique, selon un projet militant s’inscrivant dans l’espace d’un tiers-lieu et dans une philosophie alternative aux modèles productiviste et capitaliste. Les activités de cette SCIC portent sur de la recherche-action, de la formation et de l’insertion professionnelle. Ses membres développent quantité d’activités (fabrication d’objets à partir de matériaux récupérés, agriculture urbaine, etc.) et chacune d’elles est mise en œuvre en répondant à des objectifs d’éducation populaire et de développement durable.

10Au total, les transformations des finalités vers des buts écologiques amènent les professionnels des différents métiers étudiés à leur donner plus de sens. Cela renvoie à un phénomène contemporain plus large, où les défis écologiques à relever acquièrent plus d’importance dans la quête de sens au travail (Coutrot & Perez, 2022).

Comment l’écologisation imprègne les tâches et les actions liées aux métiers

11L’écologisation imprègne avec une intensité très inégale les tâches et les actions. L’imprégnation est très forte pour les métiers et les activités de la SCIC, relativement forte pour les métiers de vendeur, moyenne pour les métiers du BTP, relativement limitée pour le métier d’opérateur de ligne de la SCOP. Il n’en reste pas moins que l’écologisation contribue toujours à enrichir et diversifier les tâches propres à ces métiers.

12Pour les métiers de vendeur, il s’agit de faire plus de vente-conseil à des clients dont l’acte d’achat s’accompagne d’une recherche d’informations sur les produits issus de l’agrobiologie, et ce, dans un cadre commercial qui comporte ses exigences en termes de chiffre d’affaires et de marge. Dans le BTP, le développement des chantiers mixtes bois-béton fournit un bon exemple d’écologisation du métier de conducteur de travaux. Ce dernier est en effet amené à tisser de nouvelles collaborations professionnelles pour l’ordonnancement des chantiers, indispensable à l’usage de la mixité des matériaux. Dans le secteur de l’ESS, le développement d’une marque bio par la SCOP entraîne l’usage de nouvelles machines dédiées pour les opérateurs de lignes, impliquant des tâches et des gestes jugés plus « reposants » et moins incommodants qu’avec les anciennes machines.

13Concernant la SCIC, les activités développées dans le cadre du tiers-lieu par ses salariés et ses usagers3 répondent pour partie à des logiques de rentabilité ou de commande sociale (insertion, formation…), et pour une autre partie à des logiques non marchandes ou non monétaires (agriculture urbaine, épicerie solidaire, etc.). Ces activités contribuent à diversifier et valoriser le travail des salariés. De manière générale, le tri des déchets et les actions en faveur du réemploi et du recyclage se développent significativement et constituent un premier pas en matière d’écologisation du travail.

14Ces processus d’élargissement et d’enrichissement des tâches peuvent aller jusqu’à déplacer symboliquement les métiers dans l’espace social en leur donnant plus de prestige. Par exemple, les vendeurs des deux magasins en viennent à se distinguer des employés de la grande distribution, plutôt décriés.

15Autre exemple, les accompagnateurs-animateurs qui œuvrent auprès des personnes « éloignées de l’emploi » reçues dans le cadre de dispositifs de remobilisation au sein de la SCIC perçoivent leurs activités comme plus épanouissantes en comparaison de celles qui, dans d’autres établissements, se déroulent dans le cadre de dispositifs similaires. Ils ont notamment la possibilité de consacrer une partie de leur travail à transmettre à ces personnes des connaissances en matière environnementale selon l’approche globale de l’écologie adoptée par la SCIC.

Comment l’écologisation imprègne les manières de travailler et de s’organiser

16Il est impossible d’appréhender de façon exhaustive la façon dont l’écologisation pénètre les manières de travailler dans les différents métiers. Ces aspects, qui renvoient aux procès d’action mobilisés par les professionnels, sont vastes. Toutefois, en nous focalisant sur leur cœur de métier, nous pouvons entrevoir ce qui se joue principalement.

17Si l’écologisation touche en plein cœur les professionnalités des métiers de vendeur, et si elle est immanente à la SCIC, elle est loin d’avoir le même effet sur les autres métiers. Ainsi, il n’y a pas de changement profond des façons de faire pour les opérateurs de la SCOP. L’impact des aspects environnementaux sur les professionnalités des métiers du BTP apparaît de même relativement ténu, ces aspects n’étant pas encore perçus comme structurants car absents de la raison d’être des entreprises – dans ce secteur, l’écologisation reste surtout pensée au stade de la conception et n’influe que de manière indirecte sur les métiers de réalisation. Dans ces milieux de travail, d’autres considérations continuent à s’imposer sur les impératifs écologiques et environnementaux.

18L’écologisation des manières de travailler peut réactiver et actualiser des traits de professionnalité classiques mais parfois dévalués ou bien routinisés dans l’histoire du métier. C’est le cas de l’information et du conseil apportés à la clientèle des magasins dans les métiers de la vente, traditionnellement mis en avant mais fréquemment sacrifiés pour des raisons de productivité et d’efficacité commerciale.

19Dans le BTP, on observe des situations comparables : le conducteur de travaux est amené à réinterroger et à revigorer sa manière de réaliser son cœur de métier, le travail d’organisation. En effet, dans le contexte de développement de la préfabrication, favorisé par l’écologisation dans ce secteur, l’importance du séquençage des travaux à effectuer et de l’organisation des livraisons s’accroit. L’irruption de nouveaux matériaux (bois, métal) et donc de nouveaux outillages fait quant à elle apparaître sur les chantiers d’autres manières de procéder.

20L’attention accrue aux déchets, à leur production, à leur gestion, à leur réemploi ou à leur recyclage, en référence aux exigences de l’économie circulaire, est pour sa part une source de transformation des métiers et de leurs compétences, même si cette dimension paraît souvent périphérique par rapport aux cœurs de métier. Par exemple, les opérateurs de la SCOP portent une attention plus fine aux actions de tri et notamment à la récupération des matières des produits de la marque de la coopérative.

21Par ailleurs, l’expérience du tiers-lieu, basée sur un projet de développement écologique, donne à voir des règles professionnelles caractéristiques du contexte de l’écologisation. Pour les salariés de la SCIC, il est important, pour agir avec efficacité et sens, de situer et de comprendre globalement les questions écologiques en dépassant son propre cadre de travail, et de développer un esprit critique sur son activité pour penser et faire vivre la dimension écologique en la reliant toujours à un certain contexte et à des problématiques spécifiques.

22Enfin, que l’écologisation puise dans les ressources historiques du métier en les réactivant ou requière le développement de nouvelles ressources, elle semble toujours solliciter un important travail d’organisation (de Terssac, 2011), notamment du fait de son actualité (elle est en train de se faire). Par exemple, au sein du magasin bio, il a été admis que chaque employé puisse se référer à un pair ayant des connaissances plus pointues sur des produits spécifiques. Dans la crèmerie-fromagerie, l’alliage production-vente avec possibilité pour le client d’observer une partie de la fabrication, a exigé la mise en place d’une organisation du travail à la fois stricte, sur le plan des temps consacrés à la production et à la vente, et flexible, sur le plan de la répartition de ces tâches entre les employées. Les conducteurs de travaux et les chefs de chantier ont été pour leur part invités à répartir et coordonner différemment le travail sur les chantiers. De fait, c’est au sein de la SCIC, milieu alternatif, que la dynamique organisationnelle bouillonne le plus. Conçues au regard de leurs impacts écologiques, les activités exercées sont proposées par les salariés ou les personnes accompagnées par la structure. Ce sont donc eux qui modulent et font évoluer l’organisation du travail, en veillant à intégrer des objectifs de développement durable.

23Procès d’action collectif, le travail d’organisation constaté sur les différents terrains enquêtés repose sur l’aménagement de temps d’échanges et de délibération. Fondé sur une certaine horizontalité, il requiert des capacités de prise de parole en public chez les salariés et une attention des structures à ce que ces capacités, inégalement partagées, soient distribuées le mieux possible.

Conclusion

24Nos enquêtes suggèrent que les métiers, y compris ceux qui ne comptent pas parmi les éco-activités, sont potentiellement tous concernés aujourd’hui par une dynamique d’écologisation. Cette dernière n’est donc plus à considérer comme une transformation virtuelle ou à venir. Elle est amorcée et se prête donc à l’observation située (Mahlaoui, 2023b).

25De façon transversale, deux grandes évolutions se manifestent sur le plan des compétences nécessaires à l’écologisation du travail des professionnels. D’une part, celle-ci leur demande de savoir raisonner toujours plus globalement, de situer et moduler plus leur contribution spécifique dans les différents processus de production, les filières ou les chaînes d’action auxquels ils participent, très au-delà de leur seule entreprise d’appartenance. De fait, l’écologisation semble valoriser plus leur capacité à se montrer interdépendant de ce qui précède, environne et suit leur propre action, que celle à faire preuve uniquement d’autonomie dans le cadre de cette même action (Mahlaoui, 2023a). D’autre part, la dynamique d’écologisation en cours génère des situations de travail où les salariés doivent savoir écouter, s’approprier de nouvelles informations et connaissances, en transmettre eux-mêmes, s’exprimer, raconter, échanger, faire du travail d’organisation. L’écologisation dans les milieux de travail passe ainsi aujourd’hui par des actes de langage, des interactions, voire des délibérations ouvrant sur un sens et des finalités partagés de l’activité.

26Faut-il parler pour autant d’une reconversion généralisée des métiers et donc des personnes qui les exercent ? Certainement pas. L’écologisation des métiers se signale surtout par des rythmes et des intensités très diversifiés. Elle s’apparente à un processus « de facto » au sein de la SCIC, à un processus « complet » dans le cas des métiers de la vente, à un processus « partiel » dans le cas des métiers du BTP et à un processus « limité » dans le cas du métier d’opérateur de ligne de la SCOP.

27La complétude observée pour les métiers de vendeur signifie que la dynamique d’écologisation a bel et bien envahi leurs finalités, leurs tâches et leurs procès d’action. Elle a trait aux deux magasins dans lesquels ils ont été enquêtés, la crèmerie-fromagerie et le magasin bio. L’écologisation dans ces deux magasins ne saurait bien entendu incarner ce qui se passe à l’échelle de l’ensemble du secteur du commerce de détail alimentaire. Rappelons qu’ils se posent en alternative à la grande distribution.

28Le caractère partiel et limité de l’écologisation des métiers étudiés dans le BTP et au sein de la SCOP n’est peut-être que situé et de surcroît provisoire. On pouvait d’ailleurs s’attendre à ce que la dynamique soit beaucoup plus avancée dans le BTP au vu de l’évolution des normes de construction et des discours tenus à ce sujet.

29De fait, les changements observés à ce jour restent le plus souvent limités, sinon périphériques aux cœurs de métier. Ils concernent quelquefois plus les finalités poursuivies et les actions accomplies que les manières concrètes de travailler. Quand on a affaire à un processus plus complet, comme dans les deux magasins, la façon dont l’écologisation interroge et modifie les règles qui président aux manières de travailler tend plus à réactiver et remettre au goût du jour des éléments de professionnalité classiques, qu’à en créer de nouveaux. Ce qui peut apparaître comme relativement inédit (gestion des déchets, approche systémique, etc.) s’apparente davantage à une greffe de compétences effectuée sur une professionnalité déjà existante qu’à une reconfiguration substantielle de cette dernière. Cette évolution ne signifie pas que rien ne se passe. Elle souligne que la reconversion des métiers ne peut s’inscrire que dans un temps suffisamment long incorporant un accompagnement et une formation adéquats des salariés, afin de mettre en œuvre les compétences nécessaires à l’écologisation de leurs activités.

Bibliographie

Clot, Y. & Faïta, D. (2000). Genres et styles en analyse du travail : concepts et méthodes. Travailler, 4.

Coutrot, T. & Pérez, C. (2022). Redonner du sens au travail. Une aspiration révolutionnaire. Paris : Seuil. 

Drouilleau-Gay, F. & Legardez, A. (dir.) (2020). Travail, formation et éducation au temps des transitions écologiques. Paris : Octares.

Kogut-Kubiak, F. (2023). Activité des commissions professionnelles consultatives interministérielles. Note de synthèse. Marseille : Céreq, coll. « Working paper » (n° 21). 

Mahlaoui, S. (2023a). Comment les métiers et les règles liées à leur exercice s’écologisent-ils concrètement ? Dans Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités, Dares, coll. « Valorisation de la Recherche », 286-299.

Mahlaoui, S. (2023b). Observer des salariés en situation de travail et dialoguer avec eux : protocole pour identifier des process d’action. Dans Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités, Dares, coll. « Valorisation de la Recherche », 337-347.

Mormont, M. (2013). Ecologisation : entre sciences, conventions et pratiques. Nature Sciences Société, 21(2), 159-160.

Observatoire Compétences Industries (2022). Impact de la transition écologique sur les métiers et les compétences de l’industrie, rapport interindustriel, étude réalisée avec l’appui du BIPE.

Sulzer, E. (dir.) (2023). Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités. Dares, coll. « Valorisation de la Recherche ».

De Terssac, G. (2011). Théorie du travail d’organisation. Dans B. Maggi (éd.) Interpréter l’agir : un défi théorique (p. 97-121). Paris : Presses Universitaires de France.

Wittorski, R. (2007). Professionnalisation et développement professionnel. Paris : L’Harmattan.

Notes de bas de page

1 Cette relative timidité est peut-être propre à la France. Dans un autre pays comparable, l’Allemagne, le « Umweltschutz » (protection de l’environnement) a pénétré les référentiels de l’apprentissage dès 1986.

2 Monographies réalisées par M. Hocquelet, S. Mahlaoui (Commerce), O. Foli, E. Sulzer (BTP), L. Baghioni, F. Séchaud (ESS). Cf. Sulzer et al., 2023.

3 Des personnes perçues comme « éloignées de l’emploi » sont orientées vers la SCIC par les prescripteurs de l’emploi.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.