Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 12. Se reconvertir en temps de crise sanitaire : des projets plus rares et défensifs

p. 184-193

Résumé

La crise sanitaire de 2020 n’a pas suscité un essor des projets de reconversion chez les trentenaires. Elle a surtout induit des réorientations à tonalité défensive, en réponse à des difficultés provoquées ou amplifiées par la crise et qui ne prennent sens qu’à l’aune des parcours personnels et professionnels antérieurs.


Texte intégral

1L’ampleur inédite de la crise sanitaire, le confinement soudain du printemps 2020, un contexte général incertain ont pu amener certaines personnes à interroger et repositionner leurs priorités dans la vie et notamment la place, le contenu ou l’organisation de leur activité professionnelle. D’autres encore ont pu voir leur situation d’emploi ou leurs conditions de travail chamboulées par la crise, les conduisant à requestionner leurs perspectives professionnelles. Les conséquences économiques et sociales de la période ont ainsi pu agir comme des éléments perturbateurs plus ou moins importants dans les parcours de chacun.

2Ce chapitre propose un éclairage de ces effets à travers l’analyse de projets de réorientation professionnelle engagés après le début de la crise sanitaire. Les données mobilisées sont celles de l’enquête Génération, Covid et après ? réalisée au printemps 2021, dans le cadre d’un projet financé par la Dares1, sur une cohorte représentative au niveau national de l’ensemble des sortants du système éducatif en 2010 (voir encadré chapitre 10 et présentation des enquêtes en début d’ouvrage).

3Âgés de 31 ans en moyenne et déjà bien intégrés dans l’emploi lorsque surgit la crise (86 % sont en emploi), ils forment le « noyau dur » de la population active occupée et se situent encore dans une phase de développement de carrière et de mobilité ascendante par rapport à leurs ainés (Dupray & Recotillet, 2009). Ils sont également à un âge où interviennent, de façon plus dense et plus complexe qu’à d’autres périodes de la vie, les questions d’articulation entre les sphères du travail et de la vie privée et familiale (70 % vivent en couple et près de la moitié ont des enfants).

4L’enquête quantitative révèle que les réorientations n’ont pas augmenté depuis la crise sanitaire, mais qu’elles présentent néanmoins certaines caractéristiques spécifiques en termes de motivations et d’attentes. La situation antérieure sur le marché du travail et l’impact des mesures sanitaires sur l’activité jouent également un rôle dans leur déclenchement. L’analyse de deux récits biographiques issus de l’enquête qualitative fournit dans un second temps un éclairage complémentaire sur le rôle de la crise dans les reconversions.

Les réorientations professionnelles, au confluent de problématiques conjoncturelle et identitaire

5Les souhaits de réorientation professionnelle ou de reconversion peuvent s’analyser et se comprendre selon différentes approches. L’entrée par les bifurcations professionnelles met l’accent sur les projets qui naissent dans des moments de crise, personnelle ou collective, comme ici, et de forte imprévisibilité (Bidart, 2006 ; Grossetti, 2010). Dans une approche identitaire, l’aspiration à la réorientation professionnelle se lit comme condition et moyen d’une bifurcation biographique (Négroni, 2005 ; Hélardot, 2010). Mais les reconversions peuvent aussi servir « à ne pas changer » (Denave, 2015), c’est-à-dire à préserver en les recréant certains aspects jugés importants de l’activité antérieure : un niveau de vie, une bonne articulation entre sa vie familiale et sa vie professionnelle, la sécurité de l’emploi, un épanouissement dans le travail, un statut, une forte autonomie etc. Elles sont également le produit du passé : les incomplétudes du parcours antérieur et la socialisation familiale peuvent jouer tantôt comme des freins tantôt comme des leviers (Denave, 2010).

6Un désir de reconversion peut donc emprunter à toute une gamme de ressorts, relever d’une nécessité, dans une logique défensive, ou répondre à une aspiration à se réaliser, à travers l’expression d’une vocation enfouie.

Se reconvertir en période de crise sanitaire : les constats statistiques

7Les résultats battent tout d’abord en brèche l’idée commune d’une recrudescence des projets de reconversion pendant la crise. Par ailleurs, les motivations, bien que variées, ont souvent plus à voir avec l’objectif de « réparer » une situation insatisfaisante ou dégradée que de reconsidérer un début de carrière prometteur et changer de projet de vie. Pour autant, la genèse des projets reste liée aux parcours professionnels des individus, qu’il s’agisse de leurs expériences antérieures ou des répercussions plus récentes de la crise sur leurs conditions de travail et d’emploi.

Pas d’essor des réorientations professionnelles

823 % des individus de la cohorte ont engagé un projet de reconversion professionnelle depuis 2018. Mais, parmi ces projets, seuls 22 % émergent pendant la période de crise sanitaire, soit un volume en baisse par rapport au rythme antérieur observé (entre janvier 2018 et février 2020). Ces projets, débutés après le 1er mars 2020, sont pour la majorité (59 %) toujours en cours en mai 2021 tandis que 14 % ont déjà abouti, 21 % ont été suspendus et 6 % abandonnés.

9Parmi les projets dont la mise en mouvement intervient au moment de la crise sanitaire, seuls un peu plus de la moitié ont la crise pour origine ou déclencheur au dire des enquêtés. De ces constats, il ressort que si les intentions de reconversion ont pu gagner en importance pendant la crise, comme s’en sont fait l’écho de nombreux articles de presse, peu ont été mises en œuvre dans la cohorte étudiée, pourtant la mieux placée en termes d’âge et de position dans le cycle de vie pour l’envisager2. Les pauses dans les rythmes de vie induites par les confinements n’ont donc pas provoqué un essor des reconversions professionnelles.

Améliorer ses conditions d’emploi et de travail et préserver sa vie personnelle, au cœur des motivations

10Parmi les projets débutés pendant la crise, l’amélioration des conditions d’emploi et de travail apparaît comme un enjeu prédominant, notamment pour ceux dont la crise serait à l’origine (Tableau 1). Viennent ensuite le souhait de donner plus de sens à son travail et de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale (7 personnes sur 10 parmi les projets en lien avec la crise). Les motifs plus défensifs tenant à un manque de perspectives dans son secteur d’emploi ou à une menace sur l’emploi occupé interviennent aussi et plus souvent pour les projets de réorientation induits par la crise.

11Le réseau amical, familial ou professionnel a constitué la principale source d’appui de ces projets (60 % parmi les projets en lien avec la crise, 54 % de l’ensemble), devant le recours à la formation, qui a n’a concerné qu’un peu moins d’une personne sur deux. La nécessité d’acquérir de nouvelles compétences représente pourtant le frein principal à la concrétisation du projet (mentionné par 7 actifs sur 10) avant le manque de ressources économiques, évoqué pour la moitié des projets débutés pendant la crise.

Parcours antérieur et effets de la crise : des facteurs qui influent sur la genèse des projets

12La crise sanitaire et les périodes de confinement ont pu entraîner différentes conséquences sur le travail : une cessation temporaire d’activité, des congés (ou RTT) imposés ou un arrêt maladie. Ces différentes manifestations augmentent considérablement la probabilité d’engager un projet de réorientation professionnelle après le 1er mars 2020, à autres caractéristiques données (Dupray et al. 2022, Tableau 32, p. 97). Ce n’est pas le cas de l’expérience du chômage partiel, laquelle en revanche conduit plus souvent à établir que la crise est à l’origine de la réorientation parmi ceux qui ont engagé un tel projet.

13Le parcours antérieur imprime également sa marque sur les projets de reconversion. Les parcours hachés aux épisodes de chômage, d’inactivité ou de formation/reprise d’études très fréquents et les situations en marge de l’emploi juste avant le début de la pandémie ont été propices à la genèse de projets de réorientation professionnelle à partir de mars 2020. Parmi les jeunes en emploi au 1er mars 2020, les salariés en contrat temporaire et les auto-entrepreneurs ont été les plus enclins à engager ce type de démarche, en invoquant plus souvent le contexte de la pandémie comme élément déclencheur.

Tableau 1 | Motivations des projets de réorientation professionnelle (%)

Qu’est-ce qui a motivé ce projet ?

Ensemble
des projets depuis 2018

Projets
débutés après 1/03/2020

Dont : projets liés à la crise

Donner plus de sens au travail

78

67

71

Améliorer les conditions d’emploi (rémunération...)

68

74

76

Améliorer les conditions de travail (pénibilité...)

66

67

74

Mieux concilier vie professionnelle et vie privée

66

65

70

Secteur d’activité offre peu de perspectives

43

46

53

Emploi menacé ou supprimé

16

27

35

Problèmes de santé

16

13

12

Retrouver un épanouissement dans le travail

6

2

3

Découvrir autre chose

4

5

ns

Lecture : parmi les individus engagés dans un projet de réorientation professionnelle depuis 2018, 78 % des porteurs citent le motif de donner plus de sens à son travail comme un moteur de la reconversion. C’est 11 points de moins pour les projets débutés pendant la période de crise sanitaire.
Champ : ensemble des individus qui déclaraient un projet de réorientation depuis 2018 assorti de démarches, N =1 002.

Source : enquête 2021 - Génération, Covid et après ?

Appréhender le rôle de la pandémie dans les trajectoires : une analyse de deux récits de de reconversion

14Deux parcours de réorientation professionnelle, recueillis en entretien, fournissent un éclairage complémentaire sur le rôle de la crise dans les reconversions. Ces cas particuliers, qui ne visent pas à une généralisation, permettent néanmoins de dévoiler ce qu’ils ont d’exemplaire. Dans les deux situations, la crise est considérée comme étant à l’origine de la décision de reconversion. Les attentes associées font écho à celles les plus souvent exprimées dans l’enquête statistique : trouver de meilleures conditions de travail et davantage de sens dans son activité. Appréhender les contextes professionnel et personnel avant le premier confinement permet de repérer les changements induits par la crise, à la fois d’un point de vue objectif mais aussi subjectif et de mieux saisir les ressorts de ces réorientations.

15Les histoires de Mélanie et Renaud illustrent des reconversions qui relèvent de logiques différentes. En poste en CDI, elle et lui ne présentent pas le même rapport au travail et évoquent une pandémie qui les affecte de manière différenciée : dans un cas, les mesures sanitaires engendrent de fortes difficultés dans l’exercice d’un métier très investi ; dans l’autre, la période de confinement représente un moment de pause conduisant à réinterroger un choix professionnel acceptable jusqu’alors pour la sécurité matérielle qu’il procure.

Parcours et situation avant la crise

16En mars 2020, Mélanie (30 ans) est monitrice-éducatrice dans un foyer pour personnes cérébrolésées. Elle évoque une orientation professionnelle liée à son histoire personnelle et la recherche d’un métier « réparateur »3. Elle suit dans un premier temps une formation d’aide médico-psychologique (niveau 3), avec le souhait de travailler auprès de personnes handicapées. Après de premières expériences professionnelles plutôt éprouvantes, elle reprend des études pour devenir monitrice-éducatrice et trouve une motivation et un intérêt accrus dans ce métier davantage tourné vers l’accompagnement. Très investie dans son travail, elle témoigne d’une bonne relation avec sa hiérarchie, apprécie la diversité de ses activités et l’autonomie dont elle dispose.

17Renaud (33 ans) est opticien, depuis dix ans dans la même enseigne. Il évoque dès le départ une orientation par défaut. Après le bac, il intègre une école d’ingénieurs, sans projet précis, qu’il quitte en début de deuxième année. Il décide ensuite de suivre la même voie que son frère, opticien, et s’inscrit en BTS. Il s’agit d’une solution alternative rapide, à travers une formation courte offrant des débouchés, même si le métier ne l’intéresse « pas plus que ça […] Ce n’est pas ma vocation […] Il y a des fois où tu te dis... tu vas un peu, pas au bagne, mais... tu vas bosser quoi, tu vas gagner ta croûte ». Ceci est compensé par ses conditions d’emploi, lui permettant de travailler sur quatre jours et d’avoir du temps pour son groupe de musique. Déclarant de ne pas être attiré par les responsabilités, il se forme cependant en interne pour passer directeur adjoint d’une boutique, encouragé par sa hiérarchie. Lorsqu’il se retrouve contraint de prendre la direction par intérim de son magasin début 2020, il rapporte une expérience qui l’a « dégoûté du métier ».

Le confinement de mars 2020 : intensification du travail dans des conditions dégradées versus du temps pour soi

18La survenue de la pandémie va transformer les conditions de travail de Mélanie. Elle évoque la peur des personnels et des résidents, l’augmentation du rythme de travail afin de pallier les absences de ses collègues et une vie personnelle dégradée : « On a travaillé presque sept jours sur sept ». La situation ne s’améliore pas à l’issue du premier confinement, au contraire, elle se dégrade au fil des mois, avec la fatigue accumulée : elle décrit les tensions, les erreurs commises, les démissions…

19En revanche, pour Renaud, le confinement va représenter sa « meilleure vie ». Son activité professionnelle stoppée (par suite de la fermeture de la boutique), il profite de ce temps libéré pour se « recentrer » sur lui-même et les activités qui l’intéressent, plus particulièrement le dessin, qu’il avait arrêté depuis le lycée : « je me remets à faire les activités que j’aime... […] j’étais comme un pape ! ».

20Ces deux situations vont conduire chaque protagoniste à envisager une réorientation professionnelle. Pour Mélanie, elle s’impose comme nécessaire face aux difficultés rencontrées dans l’exercice de son métier, l’objectif étant de retrouver de meilleures conditions de travail. Pour Renaud, dont le métier répond essentiellement à un critère de nécessité, elle est motivée par le désir d’exercer une activité davantage en lien avec ses aspirations.

Une décision de reconversion nécessaire pour préserver sa santé (Mélanie)

21Ce sont les conséquences de son travail sur son état de santé qui alertent Mélanie : « moi qui fais du psoriasis, j’en avais sur 80 % de mon corps […] physiquement je n’allais pas tenir […] je me suis dit je vais penser à moi, je vais partir ». Cette décision est frustrante pour elle : « parce que j’aime ce que je fais ». Elle exprime néanmoins le besoin d’une coupure, expliquant vouloir rester « dans le social » mais plus « dans le handicap ».

22Sa première démarche consiste à rechercher une formation « dans la réinsertion ». Mais elle saisira finalement « une opportunité » en candidatant à une offre d’emploi à la mairie, grâce au concours d’une ancienne collègue. Elle postule sans connaître précisément les missions. Engagée comme « référente parcours de réussite éducative » (CDD de trois ans renouvelable), elle est formée en interne à ce nouveau métier : « j’accompagne, en fait, des enfants âgés de 3 à 18 ans qui sont en décrochage scolaire […] avec une problématique associée ». Après quelques mois à ce poste, elle apprécie particulièrement de ressentir une reconnaissance de la part des usagers et de sa direction. Son emploi lui offre par ailleurs des conditions de travail qu’elle juge confortables et qui lui permettent d’investir d’autres projets : pratiquant l’hypnose, elle prévoit de développer une activité complémentaire en montant un cabinet à son domicile.

Une décision de reconversion pour retrouver du sens au travail (Renaud)

23Pour Renaud, la parenthèse appréciée du confinement rend la reprise de son activité professionnelle d’autant plus compliquée. Il doit faire face à un surcroît d’activité, à des clients difficiles et à une relation délicate avec un nouveau manager. Ce pénible retour au travail l’amène à projeter une reconversion dans un métier davantage en phase avec ses aspirations : « Je me suis dit : mais en fait, t’es pas mieux chez toi, à faire des trucs que tu kiffes ? […] Du coup, très vite, je me suis dit, il faut que tu changes. ».

24Après avoir redécouvert le dessin pendant le confinement, son objectif est à présent de faire de cette passion un métier en devenant illustrateur de « livres pour enfants, des trucs médiévaux, Heroïc-Fantasy, comics… ». Il remobilise ainsi un projet avorté à la sortie du lycée : « j’ai toujours eu un peu la fibre artistique […] j’étais intéressé mais, par contre, c’était vrai qu’au niveau du débouché, c’était incertain […] du coup, je me suis dit ‘ on va être raisonnable ’, puis mes parents m’ont un peu poussé dans cette direction-là ».

25En contraste avec la motivation instrumentale de sa première orientation et des choix professionnels « inspirés » par autrui (ses parents, son frère), son objectif est aujourd’hui de « travailler dans quelque chose dans lequel il [se] sent bien », exprimant un changement dans son rapport au travail.

26Pour mettre en œuvre son projet, Renaud souhaite se former tout en restant en emploi, afin de s’assurer une sécurité financière : « ça me tranquillise ». Il s’inscrit ainsi dans une formation à distance, lui offrant une certaine liberté d’organisation : « C’est un cursus de trois ans max où tu as plusieurs modules […] tu peux les faire en six mois, comme tu peux les faire en trois ans. »

Conclusion

27L’analyse conjointe des données de l’enquête Génération, Covid et après ? et des récits de vie mobilisés met en lumière les spécificités des projets de reconversion engagés pendant la crise sanitaire. Il est important de souligner que le contexte singulier n’a pas provoqué une expansion des projets de réorientation professionnelle parmi ces trentenaires.

28La crise a surtout induit des projets à tonalité défensive, qui interviennent en réponse à des difficultés professionnelles provoquées ou amplifiées par la crise. Les porteurs de ces projets sont ainsi plus souvent sans emploi ou dans des emplois à durée déterminée au début du premier confinement et ont plus souvent connu une interruption de leur activité, des congés ou RTT imposés ou des arrêts maladie pendant la période de crise sanitaire. Ces projets visent alors en premier lieu à retrouver une situation d’emploi avec des enjeux de revenu et de stabilisation au cœur de la démarche, puis à donner plus de sens au travail exercé ou mieux articuler vies familiale et professionnelle.

29Les récits de Mélanie et Renaud viennent ainsi illustrer la manière dont le contexte de la pandémie a pu conduire à une réorientation : reconversion « défensive » à la suite d’évènements externes vécus comme hors de contrôle pour la première, reconversion associée à des motivations internes pour le second, qui prennent sens non seulement à l’aune de la crise mais aussi de leurs histoires singulières.

30Comme dans ces deux cas, une partie des réorientations survenues avec la crise revêtent un caractère imprévisible, elles n’étaient pas envisagées à ce stade et se décident parfois dans l’urgence de la situation. Or, « la réorientation professionnelle ne se résume pas à la construction d’un projet professionnel qui consisterait en la simple adaptation d’un individu à un nouvel emploi ; pour que la translation soit réussie, le projet doit être entendu comme projection de soi dans le futur. (…) La bifurcation prend la forme d’un processus qui se construit dans le temps. » (Négroni, 2005) Il est possible que certaines décisions de réorientation, qui apparaissaient salvatrices dans l’urgence, soient relativisées avec le retour « à la normale ». La majorité de celles explorées ici sont en effet encore en cours et leur issue marquée d’incertitude.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bidart, C. (2006). Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques. Cahiers Internationaux de Sociologie, 120, 29-57.

Denave, S. (2010). Les ruptures professionnelles : analyser les évènements au croisement des dispositions individuelles et des contextes. Dans Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (Ed.) Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement (p.160-167). Paris : La Découverte, coll. « Recherches ».

10.3917/dec.bessi.2009.01.0168 :

Denave, S. (2015). Reconstruire sa vie professionnelle - Sociologie des bifurcations biographiques. Paris : PUF.

10.3917/puf.denav.2015.01 :

Dupray, A. (coord.), Alfonsi J., Bosse N., Béduwé C., Dabet G., Mazari Z., Robert A., Segon M., Stephanus C. (2022). Des débuts de parcours professionnels aux prises avec la crise sanitaire. Rapport d’études n° 46, Dares, 287 p.

Dupray, A. & Recotillet, I. (2009). Mobilités professionnelles et cycle de vie. Économie et Statistique, 423, 31-58.

10.3406/estat.2009.8023 :

Grossetti, M. (2010). Imprévisibilités et irréversibilités : les composantes des bifurcations. Dans Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (Ed.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement (p. 147-159). Paris : La découverte, coll. « Recherches ».

Hélardot, V. (2010). Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structurelles et choix individuels. Dans Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (Ed.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement (p.160-167). Paris : La Découverte, coll. « Recherches ».

Négroni, C. (2005). La reconversion professionnelle volontaire : d’une bifurcation professionnelle à une bifurcation biographique. Cahiers Internationaux de Sociologie, 119, 311-331.

Notes de bas de page

1 Cette recherche a bénéficié de la participation financière de la Dares dans le cadre de l’appel à projets de recherche intitulé « Quels impacts de la crise sanitaire liée à la Covid-19 sur le marché du travail  ? » lancé en juillet 2020. Les résultats présentés s’appuient sur le rapport final consultable en ligne sur le site du Céreq.

2 Parcours de reconversion professionnelle, rapport de BVA pour France compétences, https://www.francecompetences.fr/app/uploads/2022/01/Rapport_Reconversion_Professionnelle2021.pdf

3 Les propos des personnes interviewées sont reproduits en italique.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.