Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 11. Les projets de reconversion professionnelle à l’épreuve de la crise sanitaire

p. 170-182

Résumé

En affectant le monde du travail et de la formation continue, la crise sanitaire a interféré avec les projets professionnels des salariés, dans leur nature même ou leur mise en œuvre. Quatre types de situations sont observées, avec une focale sur les ouvriers et les employés, qui diffèrent notamment selon les temporalités du processus de reconversion.


Texte intégral

1Les mesures prises par les pouvoirs publics ont pu atténuer les effets immédiats de la crise sanitaire de 2020 sur l’économie (Otte, 2021 ; Pinol & Levasseur, 2021). Néanmoins, le nombre accru de plans sociaux et de ruptures de contrats dans certains secteurs (Ghrairi, 2021), la dégradation des conditions de travail dans certains métiers (Beatriz et al., 2021), les questionnements autour de la reconnaissance et du sens du travail (Leroyer et al., 2021) contribuent à raviver les problématiques de reconversions professionnelles.

2Selon l’enquête Impact (Encadré), en 2020-2021, 17 % des salariés avaient pour projet de changer de métier, 23 % de changer d’entreprise (les deux allant le plus souvent de pair) et 40 % projetaient de se former. Près des deux tiers de ces salariés ont indiqué que la crise avait affecté l’évolution de leurs projets professionnels et pointent plus souvent ses effets négatifs. Mais au-delà de ces tendances générales, comment le contexte de crise a-t-il pu favoriser la mise en œuvre de certains projets de reconversion, ou au contraire entraver leur réalisation ? Une étude basée sur le volet qualitatif de l’enquête Impact, focalisée sur les catégories les moins qualifiées, apporte des éléments de réponse à cette question.

3Caractérisée par des allers-retours, des ajustements progressifs, des renoncements et des reconsidérations en fonction de différents éléments, la reconversion n’est pas un processus linéaire. De plus, celui-ci articule des phases de réflexion (latence), de formulation et délibération, de mise en œuvre (bifurcation), jusqu’au réengagement dans un nouveau métier (Negroni, 2005 ; Denave, 2006 ; Negroni & Mazade, 2019). Le contexte de crise sanitaire a pu interférer avec les projets de reconversion à toutes ces étapes, et ce de manières différenciées, en fonction des contraintes et des ressources (sociales, organisationnelles, institutionnelles). En outre, les effets sur la poursuite du projet de reconversion en temps de crise ont été en grande partie liés au degré de maturité et d’avancement du projet. Moins il était précis et moins il était considéré comme une priorité dans cette période.

4Quatre types d’effets du contexte généré par la crise sur les processus de reconversion ont été identifiés via une démarche compréhensive d’entretiens semi-directifs. La crise a pu mettre un frein au projet, occasionner son report, provoquer l’opportunité de sa mise en œuvre ou ne pas le modifier.

Un frein au processus

5Ici, la crise a enrayé le processus de reconversion, en conduisant les salariés à mettre en doute leur projet, voire à y renoncer, surtout lorsque le projet était en phase de latence.

6Les inquiétudes et les difficultés engendrées par la crise ont renforcé pour beaucoup la primauté accordée à la sécurité matérielle et de l’emploi au regard de la réalisation de projets de reconversion professionnelle jugés hasardeux. « Sauter le pas » ou « relever le défi » représente une prise de risques que certains ne peuvent ou ne souhaitent se permettre à ce jour : « …c’est une question d’opportunité et de bagages d’études, je n’ai pas grand-chose c’est clair donc c’est difficile… Je ne sais pas ce que je vais gagner ou perdre après, je ne suis pas du style à partir à l’aventure donc j’appréhende beaucoup » nous dira M. Masson1 (44 ans, agent de sécurité incendie en CDI).

7Entre obtenir un emploi « coûte que coûte » quels que soient le domaine et les conditions pour des personnes en situation de précarité, et préserver son emploi, l’importance du contenu du travail apparait minorée. Mme Cabasson (49 ans, intérim dans le traçage Covid) a dû faire un retour forcé à son ancien métier de manager de centre d’appels qu’elle avait quitté suite à un burn-out : « Du coup je suis un peu frustrée de vous parler du métier que j’exerce, parfois je me dis qu’est-ce que je vais faire… ». Rivée sur la priorité de retrouver un emploi, bien qu’accompagnée par Pôle emploi, elle n’a pas encore réussi à sauter le pas pour entrer en formation de reconversion, ni même à préciser son projet : « la formation dure minimum un an et là je me suis dit avec les indemnités que j’ai est-ce que je vais m’en sortir, et en plus je ne trouvais pas. J’ai eu peur. »

8Les difficultés générées par la crise amènent alors à relativiser les éléments d’insatisfaction relatifs à la situation professionnelle, comme des conditions de travail pénibles, un manque de reconnaissance, un sentiment de dévalorisation. L’isolement social, l’âge et une carrière déjà avancée, la faible qualification, les renoncements nécessaires face aux situations personnelles et familiales, l’incertitude quant aux perspectives d’activité sont ici autant de facteurs bloquants dont la crise a exacerbé les effets.

Un report du projet

9Dans ce cas de figure, la poursuite du processus est différée à une période plus propice à la concrétisation du projet de reconversion et à sa mise en actes. Il peut s’agir d’attendre la levée de freins « périphériques » comme des contraintes familiales compliquant une mobilité géographique, parfois sans lien avec la crise, ou que l’activité économique se rétablisse, dans les secteurs particulièrement affectés par le contexte.

10Pour des projets déjà bien réfléchis, voire expérimentés en amont, la mise en attente est vécue comme un moment de pause ne venant pas altérer sa nature même. « Laissons d’abord passer le temps, et puis quand tout ça reviendra à l’ordre, on reprendra tranquillement » dira M. Nisbet (39 ans, chauffagiste devenu chef de chantier). Ayant déjà vécu une reconversion par le passé, il souhaite se mettre à son compte en tant qu’installateur thermique et sanitaire et s’est informé sur les démarches nécessaires. Dans d’autres cas, les projets professionnels ont été remis en question, ajustés ou reformulés, du fait notamment des conséquences de la crise sanitaire, perçues comme durables, sur l’évolution de la filière professionnelle ou du métier visé. C’est notamment le cas de M. Felix (49 ans, monteur frigoriste en CDI) qui n’envisage plus de perspectives à court terme dans le secteur du tourisme auquel il pensait pour sa reconversion. La période est ainsi consacrée à la recherche de perspectives alternatives, en fonction des ressources disponibles (réseaux personnels, activités extra-salariales, etc.)

Une opportunité de se lancer

11La crise, et particulièrement la disponibilité octroyée par un chômage partiel prolongé, a constitué, dans certains cas, une opportunité pour déclencher le processus de reconversion. Les temps de « pause » ont pu favoriser la phase de délibération (aiguiser le projet, prendre sa décision) et permettre d’enclencher celle de la mise en actes de la bifurcation professionnelle. Le temps libre dégagé en dehors du temps de travail a pu aussi être un facilitateur d’accès à la formation pour réaliser un projet professionnel déjà bien muri. C’est le cas de Mme Ferrier 40 ans, conseillère de vente en CDI depuis 20 ans dans un grand groupe. Elle a saisi l’opportunité offerte par le chômage partiel long pour entamer une VAE en vue d’une reconversion en tant que professeur en école d’esthétique : « Je me suis dit c’est la bonne année parce qu’on est à l’arrêt, on a moins de travail, le confinement… et donc j’ai lancé la démarche. »

12Nécessaire, mais pas suffisant, le temps dégagé par le chômage partiel long a dû être combiné à d’autres facteurs décisifs : les pratiques de l’employeur favorables au développement des compétences, une expérience positive de la formation et des ressources pédagogiques facilement accessibles, des contraintes familiales desserrées.

Un maintien du cap

13Cette situation-type regroupe les personnes poursuivant pendant la crise une bifurcation professionnelle déjà engagée. Le processus a été affecté à différents stades. Pour les personnes déjà installées dans un nouvel emploi ou de nouvelles responsabilités, les effets ont porté sur le rapport au travail et sur ses conditions, sans affecter le projet professionnel et sa mise en œuvre récente. Pour celles engagées dans un parcours de formation, les effets ont été ambivalents. Pour certains, la période du confinement a été mise à profit pour finaliser la formation. C’est le cas de Mme Bleuet (54 ans, employée en bourse et sophrologue) pour qui la reconversion, engagée sur 5 ans, a été « un long chemin » : « …le confinement m’a un peu arrangée parce que j’ai été obligée de m’y mettre, et de se mettre sur un mémoire ce n’est pas facile. À chaque fois je me disais faut vite que tu le fasses avant de sortir… ». Malgré le contexte sanitaire et la situation professionnelle précaire de son compagnon, elle s’installe en tant que sophrologue, mais conserve son emploi principal à temps partiel, par sécurité : « …je ne suis pas complètement folle quand même il faut que je vive… quand on a un travail on a énormément, énormément de chance... ».

14Pour les personnes suivant un stage en entreprise, les calendriers de formation ont été ajustés et la baisse d’activité a permis une disponibilité accrue des tuteurs, mais l’introduction des gestes barrières a compliqué l’apprentissage des gestes professionnels en situation de travail.

15Le passage brutal des cours en distanciel a été un facteur de déstabilisation pour des personnes manquant d’outils et de compétences numériques. Mme Martin (52 ans, au chômage à la suite d’un licenciement économique) suit une formation de remise à niveau et obtient un CAP de cuisine en juin 2020. Le passage de sa formation en distanciel en a fortement impacté les conditions de suivi, dont elle appréhendait déjà les difficultés en temps normal : « Au début j’hésitais de le faire à cet âge… Alors là c’était dur… il fallait qu’on le fasse à la maison… c’est pas pareil ». Le soutien familial et pédagogique, les interactions avec les pairs et les formateurs, mais aussi les ajustements opérés par les organismes de formation ont joué un rôle essentiel dans le fait de maintenir le cap sur le projet initial.

16Si aller au bout de sa formation constitue un défi, trouver un emploi en lien avec celle-ci en est un autre. Bien que la crise sanitaire ait été favorable à certains domaines d’activités, elle n’a pas facilité la recherche d’un emploi durable. Ainsi, pour Mme Martin, qui habite en zone rurale, les possibilités sont restreintes. Elle enchaine donc de courtes missions d’intérim « …même si c’est pour 2 jours j’y vais » et finit par minorer le contenu du travail qu’elle recherche : « je voudrais avoir un emploi fixe, c’est tout ».

La crise comme catalyseur de freins pour les moins qualifiés

17Plusieurs instruments ont rapidement été déployés afin d’atténuer les conséquences sociales et économiques de la crise : extension du chômage partiel, renforcement du FNE Formation, déploiement de la formation à distance (Cour des comptes, 2021). Néanmoins elle a parfois généré des difficultés supplémentaires à la formation et à la recherche d’emploi qui, pour les personnes peu qualifiées, ont agi comme des catalyseurs de freins à la reconversion déjà connus (Roupnel-Fuentes, 2017 ; Negroni & Mazade, 2019). Ces freins, qui relèvent des difficultés à mobiliser les instruments et ressources favorisant le projet, peuvent être d’ordre individuel (âge et carrière avancés, situation personnelle, isolement), liés à l’emploi (type de contrat, environnement ou organisation du travail), et aux pratiques de l’entreprise plus ou moins favorables à l’évolution professionnelle. En renforçant les situations d’incertitude et en distendant les liens sociaux, la crise a contrarié la concrétisation et la réalisation des projets encore fragiles.

Encadré | L’enquête Impact et son volet qualitatif

L’enquête Impact, pour Impact de la crise sanitaire sur les mobilités, les projets, les aspirations professionnelles, les compétences et le travail, a été réalisée par le Céreq entre mars et mai 2021 (Melnik-Olive, 2022 ; D’Agostino et al, 2022a, 2022b). Elle a bénéficié de la participation financière de la Dares, dans le cadre d’un appel à projets de recherche du plan d’investissement dans les compétences (PIC), portant sur « L’impact de la crise sanitaire sur les compétences et la formation professionnelle – vague 2 ». Elle a pris appui sur le dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés (Defis), conduit par le Céreq de 2014 à 2019 en partenariat avec France compétences (Guillemot & Melnik-Olive, 2019).

Elle comprend un volet statistique et un volet qualitatif. Le volet statistique porte sur 2 730 répondants, dont 2 340 étaient salariés en mars 2020. La sélection de l’échantillon du volet qualitatif s’est effectuée en plusieurs étapes, sur la base d’un consentement préalable pour un entretien obtenu en 2019. Au total, une vingtaine d’entretiens semi-directifs a été réalisée auprès d’individus ayant évoqué un projet professionnel en 2019 et ayant a priori un faible niveau de qualification, soit au regard de l’emploi occupé, soit de leur niveau de diplôme. Ils exercent une activité dans des secteurs d’activité variés (commerce, transport, bâtiment, éducation nationale, service à la personne). Les salariés en CDD ou en intérim sont toujours inscrits à Pôle emploi.

Le groupe des personnes interviewées se compose de 9 hommes (âge moyen 45 ans) et 11 femmes (âge moyen 44 ans), l’âge minimum étant de 27 ans et l’âge maximum de 54 ans. Plusieurs régions et départements sont représentés ainsi que des villes de différentes tailles et des communes rurales. Il s’agit très majoritairement de personnes sans diplôme ou titulaire d’un diplôme de niveau de CAP/BEP obtenu en formation initiale, à l’exception d’un employé de commerce titulaire d’un BTS et d’un diplômé de bac+5 occupant un emploi précaire de téléconseiller. Au moment de l’enquête, toutes exercent une activité, sur des statuts différents, sauf une personne inactive en congé maternité.

Sur les 20 personnes interrogées, 8 ont connu une période de chômage partiel dans différents secteurs d’activité (bâtiment, transports, vente, service, Éducation nationale). 4 salariées ont expérimenté le télétravail durant la crise sanitaire : une assistante achats, une employée de bourse, une technicienne hotline et une responsable administrative de la fonction publique.

Le guide d’entretien semi-directif abordait plusieurs thématiques : présentation de la personne et de son parcours professionnel, de sa situation professionnelle actuelle et de ses projets, connaissances et expériences en matière de formation et d’accompagnement, vécu personnel et professionnel depuis mars 2020.

Conclusion

18La crise sanitaire a donc affecté les projets d’évolution professionnelle sur deux registres au moins. D’une part, le contexte économique et les difficultés propres aux secteurs d’activités particulièrement touchés se sont répercutés sur la nature même du projet durant sa phase de latence. D’autre part, le contexte a entravé la mise en œuvre du projet, c’est-à-dire le processus de sa réalisation et la mobilisation des ressources nécessaires. Parmi ces ressources, la formation occupe une place importante, sauf dans le cas de personnes isolées socialement, mal informées et dont le projet n’est que vaguement défini.

19Pour l’accès des salariés à la formation, le rôle de l’entreprise apparait fortement dépendant des pratiques de ressources humaines, développées dans certaines, limitées à une simple information autour du compte personnel de formation (CPF) dans d’autres. Le contexte de crise, avec tous les ajustements qu’il implique de la part des employeurs, semble ici laisser peu de place à l’organisation et l’outillage de l’évolution professionnelle des salariés.

20Selon le volet statistique d’Impact, l’entreprise reste de loin la première source de proposition de formation, devant les organismes de formation et les réseaux professionnels (Melnik-Olive, 2022). Pour autant, les entreprises ciblent plus souvent les catégories les plus qualifiées et les salariés en CDI et à temps complet. Les formations visant un changement de métier ou d’emploi se font plus souvent à l’initiative du salarié qui doit alors disposer des ressources nécessaires pour aller au bout de la démarche.

21Or la formation est souvent perçue comme une étape préalable à la reconversion nécessitant un engagement fort, une prise de risque : « C’était long, mais il faut savoir se battre… » (Mme Rodriguez). Mais c’est aussi un élément important de redynamisation du parcours biographique : « À 55 ans bientôt, je suis plus proche de la retraite que de mon activité, mais aujourd’hui aucun regret avec tout ce que ça m’a coûté en temps et en argent, aucun regret, une reconversion peut sauver » (Mme Bleuet).

22Enfin, la sécurité de l’emploi apparait comme un élément central en ces temps de crise, et en cela, les résultats des volets qualitatif et statistique de l’enquête IMPACT se rejoignent. C’est en effet l’un des trois éléments les plus cités en réponse à la question de savoir « ce qui a pris plus d’importance avec la crise », avec l’équilibre entre la vie professionnelle et privée et les conditions de travail. La reconnaissance du travail est également l’un des aspects les plus cités par les ouvriers.

23Le 14 octobre 2021, les partenaires sociaux ont signé un accord interprofessionnel (ACNI) visant à adapter la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel afin de « permettre aux salariés et aux entreprises de faire face à de nouveaux enjeux », accentués par la crise sanitaire. Dans cet accord-cadre, les transitions professionnelles « face aux évolutions profondes et rapides des métiers et face aux transitions à l’œuvre » sont considérées comme l’un des principaux enjeux en matière de formation professionnelle2. Si les travaux post-ACNI sont en cours, les jalons d’une action paritaire ont été posés fin 2022 dans une contribution paritaire3. Les partenaires sociaux y réaffirment la nécessité de sécuriser les transitions professionnelles. Ils soulignent l’importance de faciliter le recours aux dispositifs et outils disponibles, ainsi que de mieux accompagner les salariés (notamment au travers d’un CEP renouvelé) et les entreprises (avec une attention particulière portée aux entreprises de moins de 300 salariés).

24Mais au-delà de la formation, la sécurisation de l’emploi, l’amélioration des conditions de travail et la reconnaissance du travail apparaissent in fine comme des éléments de premier ordre à prendre en compte pour répondre aux aspirations professionnelles, notamment des moins qualifiés.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

d’Agostino, A., Galli, C., Melnik-Olive, E. (2022a). Quels effets de la crise sanitaire sur les projets et aspirations professionnels ? Volet qualitatif du projet Impact. Marseille : Céreq, coll. « Céreq Études » (n° 37).

d’Agostino, A., Galli, C., Melnik-Olive, E. (2022b). Entre renoncer et se lancer : les projets de reconversion à l’épreuve de la crise. Céreq Bref, 427.

Beatriz, M. et al. (2021). Quelles conséquences de la crise sanitaire sur les conditions de travail et les risques psycho-sociaux ? Dares Analyses, 28, 10 p.

Cour des comptes (2021). Préserver l’emploi. Le ministère du Travail face à la crise sanitaire. Rapport public thématique, 193 p.

Denave, S. (2006). Les conditions individuelles et collectives des ruptures professionnelles. Cahiers internationaux de sociologie, 120, 85-110.

10.3917/cis.120.0085 :

Ghrairi, J. (2021). Crise sanitaire : quels sont les branches et les territoires les plus concernés par les plans de sauvegarde de l’emploi ?, Dares Focus, 35, 4p.

Guillemot, D. & Melnik-Olive, E. (coord.) (2019). Formation continue et parcours professionnels : entre aspirations des salariés et contexte de l’entreprise. Marseille : Céreq, coll. « Céreq Échanges » (n° 15).

Leroyer, A., Lescurieux, M. & Giraldo, V. (2021). Comment la pandémie de Covid-19 a-t-elle bouleversé le rapport au travail. Connaissance de l’emploi, 172, 4 p.

Melnik-Olive, E. (2022). Crise sanitaire et formation professionnelle : le temps libéré ne suffit pas pour se former. Céreq Bref, 420.

Negroni, C. & Mazade, O. (2019). Entre contrainte et choix, regards sur les reconversions professionnelles subies et les reconversions professionnelles volontaires. Recherche & Formation, 90, 87-102.

Otte, L. (2021). En 2020, l’activité partielle a concerné tous les secteurs et tous les profils de salariés. Dares Focus, 3.

Pinol, O. & Levasseur, S. (2021). Le recours à l’activité partielle atténue l’impact de la crise sur l’emploi. Insee Conjoncture, 4 p.

Roupnel-Fuentes, M. (2017). Se former, est-ce s’insérer ? Sociologies pratiques, 35, 59-72.

Annexe

Profils des personnes interviewées dans le cadre du volet qualitatif de l’enquête Impact

N

Situation familiale, formation initiale et reprises détudes

Situation fin 2019*

Projet déclaré fin 2019*

Situation au moment de l’enquête

M. Leroy**, 41 ans, père de 2 adolescents

CAP peintre en bâtiment

Salarié, maintenance
arrêts de bus

« Mettre en application mon titre obtenu au sein d’une entreprise. » 

CDI - Chauffeur de bus dans une grande entreprise

 2

Mme Rodriguez, 47 ans, mariée, 2 grands enfants

Bac pro Hygiène et sécurité, BEP Laboratoire, puis diplôme dÉtat Secrétariat (formation continue). En attente de résultats de CQPM réalisé dans le cadre d’un contrat pro.

Demandeur d’emploi (rupture conventionnelle)

 « Je suis en pleine réorientation, je commence une formation professionnelle prochainement. »

Agent de maintenance en contrat pro, suivi d’un CDD dans une grande entreprise industrielle

 3

Mme Bleuet, 54 ans, en couple, 1 enfant

CAP

Employée de bourse

« J’ai fait une VAE pour valider mon bac et intégrer une école pour suivre une formation de sophrologue sur 3 ans, j’arrive à la fin de cette formation donc sans quitter pour l’instant mon emploi à mi-temps, j’espère bien travailler en sophrologie. »

CDI à temps partiel (80 %), se lance en parallèle à son compte en tant que sophrologue

4

Mme Dauphin, 34 ans, en couple, 1 enfant

CAP esthétique

Téléconseillère

« Je serais bientôt auto-entrepreneur et chômage en parallèle. Rupture conventionnelle prévue. »

CDD pour une entreprise de transport

5

Mme Legrand, 43 ans

Bac Sciences et technologies tertiaires (STT). BTS Assistant Manager obtenu plus tard en VAE. Reconnaissance « travailleur handicapé »

Salarié gestionnaire
de paie, titulaire
fonction publique

« Effectuer un bilan de compétences pour cibler mes points forts. »

Responsable administrative (depuis début 2020), titulaire fonction publique

Mme Martin, 52 ans, mariée, 2 enfants adolescents

Sans diplôme. Reprise d’études : CAP de cuisine en collectivité
en Juin 2020

Demandeur d’emploi (licenciement économique en 2016 après 27 ans de service dans une usine)

 « Me reconvertir dans la cuisine pour par la suite avoir un projet pour essayer de construire mon entreprise. »

Demandeur d’emploi en fin de droit, petites missions d’intérim sur des contrats très courts (parfois de 2 jours). Au moment de l’enquête, intérim de 20 jours dans le nettoyage

 7

Mme Roiffé, 27 ans, en couple sans enfants

Bac pro services aux personnes. Elle a effectué une année à l’étranger, puis avait entamé un diplôme d’état Animation Socio-Culturelle (emploi d’avenir), mais n’a pas souhaité aller au bout.

CDD Éducation nationale (surveillante en lycée pro)

 « Je souhaite partir faire les saisons, découvrir des nouveaux métiers plus en lien à l’artisanat fabrication et restauration et métier de plein air / tourisme. »

CDD (établissement de l’Éducation nationale), ne souhaite pas renouveler son contrat ; inscrite au Pôle Emploi

8

M. Nisbet, 39 ans, en couple, 4 enfants

Aucun diplôme, a été formé par les Compagnons du devoir.

Salarié plombier chauffagiste depuis peu (auparavant - agent de sécurité)

« Devenir micro-entrepreneur afin de développer ma propre entreprise. »

Chef de chantier installateur chauffagiste dans une entreprise
du bâtiment

 9

Mme Vialas, 49 ans, mère célibataire de deux grands enfants

Aucun diplôme. Formation continue : bac pro agricole puis (via CIF CDD) BTS management des unités commerciales

CDI,
Technicienne Hotline 

 « Évolution vers un poste plus élevé et/ou d’encadrement. »

CDI, Technicienne Hotline

10

M. Roumens, 46 ans, vit séparément de sa compagne (souhait d’une mobilité géographique pour se rapprocher)

Baccalauréat (Série B)

CDI, Télésurveillance

« Au vu d’une situation complexe j’aimerais quitter mon emploi et me rapprocher de ma future femme et occuper un emploi stable et équilibré pour moi et ma famille ce qui n’est pas le cas aujourd’hui dans l’entreprise où je suis. »

CDI, Télésurveillance

11

Mme Ferrier, 40 ans, mariée, 1 enfant en bas âge

Brevet pro, puis diplôme d’une école d’esthétique (niveau bac)

Salariée esthéticienne / conseillère de vente

« Créer mon entreprise ou bien peut-être rester sur mon poste actuel à mi-temps et ajouter une deuxième activité à mon métier qui serait le transmettre en école ou en stage de formation. »

CDI esthéticienne / conseillère
de vente

12

M. Carmet, 51 ans, en couple, 2 enfants

BP viticole et bac pro commerce et service

Ouvrier caviste

« J’aimerais faire un bilan de compétences, ou une VAE. »

Ouvrier caviste, CDI

13

M. Marmet, 51 ans

Aucun diplôme

Salarié
« Charger camion
et marchandises »

« Changer de métier. »

Ouvrier polyvalent / plâtrier

14

Mme Berger, 54 ans, mère célibataire de deux adolescents,

BEP comptabilité informatique

Salariée
de particuliers employeurs
Aide-ménagère

 « J’aimerais valider mes acquis changer de métier je commence à avoir de l’arthrose. »

Salariée de particuliers employeurs Aide-ménagère

15

M. Masson, 44 ans, en couple, un enfant (adolescent),

Bac Pro Comptabilité. Reprise d’études : CAP agent de sécurité incendie

CDI, agent de sécurité incendie

 « Changer de métier. »

CDI, agent
de sécurité incendie

16

M. Autin, 44 ans, célibataire sans enfants

Bac + 5 (école de commerce)

Demandeur d’emploi

« Arrêter d’être salarié pour me rapprocher d’un travail d’indépendant, car aucune perspective pour moi dans le salariat (je suis à la fois beaucoup trop diplômé et n’ai pas d’expérience suffisamment longue dans UN domaine particulier : j’ai touché à tout). »

CDD (6 mois), enquêteur auprès de malades de la Covid, inscrit au Pôle emploi

17

M. Jacques, 40 ans, en couple, attend son premier enfant.

BTS action commerciale

CDI, vendeur

Changer d’orientation.

CDI, vendeur

18

Mme Vincent, 30 ans, mariée, deux enfants en bas âge

Bac SES option sport, puis diplôme bac+2 d’éducateur spécialisé

Médiatrice sociale en CDD

« M’appuyer sur cette expérience [contrat d’un an jusqu’à juin 2019] pour ouvrir ma recherche de travail sur des postes plus variés dans les social et l’administratif (agent d’accueil en mairie - La Poste, CCAS -, assistante sociale, structure d’accueil des migrants, maisons de services au public, etc.). Recherche de contrat à temps partiel proche de mon domicile pour accorder plus de temps à ma famille et éventuellement l’agrandir. »

Congé maternité

19

Mme Cabasson, 49 ans, célibataire, sans enfant

Bac pro communication administrative

Demandeur d’emploi (auparavant, superviseur, puis chef hôtesse)

« Je souhaitais être opératrice PAO ou formatrice dans mon secteur d’activité, cependant en Normandie il y a peu de demandes dans ces domaines. Je suis accompagnée par activ’projet financé par Pôle emploi. Je ne ferai donc pas de formation car de surcroît trop longue et me pose problème sur le plan financier. Je compte en revanche utiliser mes heures CPF pour renforcer mon niveau d’anglais. »

Salariée en intérim/ Manager dans le tracing Covid.

20

M. Felix, 49 ans, père célibataire, ayant connu une situation personnelle difficile durant ces dernières années.

BEP froid et climatisation.

CDI/ Monteur Frigoriste

« Une reconversion. »

CDI/ Monteur Frigoriste

* Source : France compétences-Céreq, dispositif Defis-enquête 2019. ** Tous les noms sont fictifs.

Notes de bas de page

1 Tous les noms sont fictifs. Voir le tableau en annexe pour le profil des personnes interviewées.

2 Accord national interprofessionnel du 14 octobre 2021 relatif aux nouveaux enjeux de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel. ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

3 Contribution paritaire des travaux post-ACNI publiée par la Dares le 6 décembre 2022 : https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/remise-a-olivier-dussopt-et-carole-grandjean-de-la-contribution-paritaire-sur

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.