Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 10. Les réorientations professionnelles : de la variété des projets aux enjeux individuels

p. 156-168

Résumé

Les réorientations professionnelles sont ici appréhendées par le biais d’une analyse statistique et d’entretiens biographiques. Cette double approche permet à la fois de rendre compte de leur hétérogénéité et d’identifier quatre registres distincts de motivation qui témoignent de rapports singuliers au travail et à l’emploi.


Texte intégral

1Dans l’ensemble des mobilités qui essaiment les parcours de travail et d’emploi, les réorientations professionnelles occupent une place à part. Elles introduisent en effet une rupture dans une trajectoire d’accumulation d’expérience et de compétences dans un métier, en matière de progression professionnelle, de reconnaissance symbolique, etc. Que le projet ait été mûri et anticipé, soit de nature plus opportuniste ou induit par les circonstances, il amène l’individu à réévaluer sa situation et ses aspirations jusqu’à éventuellement opérer, au travers du changement professionnel envisagé, une reconversion biographique (Négroni, 2005 ; Denave, 2017).

2Cette réflexion s’ancre ainsi dans les travaux développés depuis une vingtaine d’années autour des transitions professionnelles (Kaddouri, 2014 ; Olry-Louis & Arnoux-Nicolas, 2022), des reconversions (Deltand, 2017 ; Fournier et al., 2017 ; Négroni & Mazade 2019) et des bifurcations professionnelles et biographiques (Bidart, 2006 ; Bessin et al., 2010 ; Dupray & Épiphane, 2014 ; Denave, 2015 ; Grossetti, 2010). Ces travaux montrent que les réorientations professionnelles sont loin de répondre à un modèle uniforme dans la combinatoire des dimensions du travail et de l’emploi que l’individu interroge et cherche à remettre en cause par son projet. C’est donc la variété des contextes de réorientation professionnelle et de ses mobiles que l’on tente ici d’éclairer.

3Pour ce faire, l’étude mobilise une cohorte d’actifs présents depuis onze ans sur le marché du travail (Encadré). Parmi eux, 34 % ont envisagé de se réorienter entre le début 2018 et le printemps 2021, date de leur interrogation, mais seuls 23 % ont concrétisé cette intention en engageant des démarches. Cette population constitue le champ de l’analyse présentée ici. Leurs réorientations sont successivement appréhendées selon deux approches méthodologiques. Par une typologie statistique tout d’abord, qui souligne l’hétérogénéité des figures de réorientation, puis par le biais de récits biographiques (Dubar & Nicourd, 2017), qui révèlent les différents registres de motivation de ces projets. Des exemples emblématiques permettent de les illustrer.

Encadré | Les données mobilisées

Les données proviennent de l’enquête Génération, Covid et après ?, réalisée dans le cadre d’un projet financé par la Dares1, au printemps 2021, auprès d’une cohorte représentative au niveau national de l’ensemble des sortants du système éducatif en 2010. Dans le prolongement des enquêtes menées en 2013, 2015 et 2017 par le Céreq auprès de cette cohorte, dite Génération 20102, l’enquête de 2021 permet de cerner l’évolution des parcours professionnels de jeunes ayant une dizaine d’années d’ancienneté sur le marché du travail et âgés en moyenne de 32 ans au moment de la crise sanitaire. Les changements professionnels intervenus entre le 1er mars 2020 et la date de l’enquête sont recensés et l’interrogation est complétée par un volet spécifique de questions sur l’existence de projets de réorientation engagés depuis 2018 et éventuellement survenus après le début de la crise sanitaire.

L’étude comporte également un volet qualitatif portant sur une trentaine d’entretiens biographiques réalisés auprès de répondants inscrits dans une démarche de réorientation professionnelle. Deux groupes ont été constitués à partir des réponses au questionnaire pour sélectionner les personnes à interviewer. Le premier est composé d’individus dont les projets de réorientation ont débuté avant le début de la crise sanitaire et sont toujours en cours au 1er mars 2020 ; dans le second, les projets ont été mis en œuvre pendant la période de crise et en lien avec elle. Pour des raisons pratiques, l’échantillon de contact a été restreint aux jeunes résidant dans les régions AURA, PACA et Île-de-France. Les récits recueillis permettent ainsi d’appréhender dans quelle dynamique personnelle s’inscrit la réorientation, c’est-à-dire la manière dont elle fait sens pour l’individu.

Huit figures de réorientation

4L’élaboration d’une typologie3, appuyée sur seize indicateurs (Annexe 1), permet d’appréhender la variété des projets de réorientation professionnelle. Huit figures de réorientation sont ainsi dégagées en fonction des dimensions de l’emploi que le répondant reconsidère (métier, secteur d’activité, statut, etc.) et des motivations qui sous-tendent le projet (Tableau 1).

Tableau 1 | Huit figures de réorientation professionnelle

Classes

N

% pondéré

Lignes de force du projet de réorientation

1 - Les prétendants investis 

311

34 %

Reconversions délibérées radicales non imposées par les circonstances et associées à de fortes attentes.

2 - Les réorientés conservateurs 

22

21 %

Changer de métier avant tout mais attentes modérées sur les autres modalités d’évolution ; plutôt conservateurs par rapport à l’acquis.

3 - Les multi-activités

114

11 %

Diversifier son activité pour retrouver du sens.

4 - Les défensifs personnels 

86

10 %

Réorientations radicales mais défensives pour des motifs personnels ou familiaux et pour obtenir de meilleures conditions de travail.

5 - Les préventifs-défensifs 

122

11 %

Réorientations radicales (métier, secteur, sens, lieu...) imposées par les circonstances (situations d’emploi fragilisées).

6 - Les lassés aventureux 

38

4 %

Changer par lassitude et pour découvrir autre chose même si la cible de métier est encore floue.

7 - Les hédonistes 

54

6 %

Réorientations radicales pour plus d’autonomie, d’épanouissement professionnel et un nouveau statut, souvent devenir indépendant.

8 - Les carriéristes

50

3 %

Changer pour progresser professionnellement.

Champ : ensemble des individus ayant engagé un projet de réorientation professionnelle depuis 2018, N= 1 002.

Source : enquête 2021 - Génération, Covid et après ?

5La classe la plus nombreuse, avec un tiers des réorientés, est celle des prétendants investis. Elle réunit les individus qui ont de fortes attentes et aspirent à transformer de multiples aspects de leur activité. La majorité désire à la fois changer de métier (96 %), de secteur d’activité (86 %), obtenir une meilleure conciliation entre leur vie professionnelle et leur vie privée (95 %) tout en souhaitant améliorer leurs conditions de travail (87 %) et donner plus de sens à leur activité (85 %). Ajoutons qu’ils occupent des emplois qui ne sont pas menacés ou en déclin. Plus de la moitié d’entre eux étaient ouvriers ou employés fin 2017 et quatre sur dix possèdent au mieux un baccalauréat.

6Les réorientés conservateurs privilégient un changement de métier (95 %) mais pas de secteur. Ces actifs étaient plutôt satisfaits de leur situation fin 2017 puisque 91 % souhaitaient rester dans leur emploi, au moins à court terme. En outre, occupant des emplois préservés, leurs attentes sont limitées puisque l’amélioration de leurs conditions de travail ou d’emploi ou la recherche d’une meilleure conciliation sont des objectifs minorés.

7Les multi-activités, quant à eux, cherchent une activité complémentaire et à redonner du sens à leur travail alors qu’ils ne souhaitent changer ni de métier (5 %) ni de secteur (13 %). Davantage cadres que la moyenne, ce profil rassemble aussi des individus assez mobiles, 42 % ont connu de trois à quatre emplois au cours de leurs sept premières années de vie active, et dont encore près de la moitié cohabitaient avec leurs parents fin 2017.

8Les défensifs-personnels, groupe un peu plus féminisé, présentent des projets de réorientation radicaux et ambitieux au regard des axes de changements escomptés : 95 % souhaitent changer de métier, 76 % de secteur d’activité et la recherche de meilleures conditions de travail concerne neuf individus sur dix. La particularité de leur projet est qu’il vise à surmonter des difficultés personnelles, notamment liées à des raisons de santé (100 %) et des problèmes de conciliation entre vies professionnelle et familiale (71 %). Cela passe par le souhait d’une mobilité géographique pour un tiers d’entre eux. Si leur emploi n’est pas directement menacé, leur secteur d’activité offre peu de perspectives. En outre, 55 % de ses membres ont connu au moins une période de chômage de longue durée au cours de leurs sept premières années d’activité.

9Un projet défensif combinant le plus souvent changements de secteur (84 %) et de métier (97 %) caractérise aussi les préventifs-défensifs qui subissent tous une menace sur l’emploi tandis que 63 % œuvrent dans un secteur offrant peu de perspectives. La recherche d’un travail donnant plus de sens à l’activité est aussi fréquente (motif cité par 85 % des individus de ce groupe), tout comme les souhaits de changement de statut et de localisation, respectivement pour 65 % et 38 % d’entre eux. Plus encore que les précédents, ils se distinguent par une expérience de chômage de longue durée récente et toujours en cours pour 40 % d’entre eux. Les membres de ces deux derniers groupes ont connu une forte mobilité d’emplois dans leurs premières années d’activité et des parcours jugés compliqués, ce qui génère une forte inquiétude pour l’avenir.

10Les lassés-aventureux aspirent aussi à changer de métier (92 %) et de secteur (83%) mais avant tout pour « découvrir autre chose », un tiers d’entre eux n’ayant pas défini l’emploi visé. Le sens du travail ou l’amélioration des conditions d’exercice ne font pas partie de leurs motivations principales. Ils sont plus nombreux à résider seuls et sans enfant que dans les autres groupes, conditions qui facilitent des réorientations de découverte ou d’opportunité.

11Une réorientation radicale et statutaire pour s’épanouir caractérise les hédonistes dont les souhaits de changement de métier et de secteur (respectivement 98 % et 79 %) s’accompagnent d’un souhait de changer de statut (78 %) ou de compléter son activité (40 %) pour gagner en épanouissement professionnel (98 %) et retrouver du sens (78 %). Ce groupe se distingue du premier par sa composition genrée, avec une forte proportion de femmes (72 %) dont la majorité vit en couple et près de la moitié sont parents.

12Enfin, chez les carriéristes, c’est l’aspiration à évoluer et progresser dans la carrière qui prévaut (100 %) alors que le métier cible demeure flou pour les trois quarts d’entre eux. C’est la figure qui rassemble le plus de diplômés du supérieur, près de 7 sur 10, déjà bien stabilisés dans l’emploi. Changer de métier et accéder à un nouveau secteur ne sont que d’éventuels détours incidents, alors que l’amélioration des conditions d’emploi et de rémunération prime parmi leurs attentes (92 %).

L’approche biographique : mieux cerner les attentes des individus

13Ces huit groupes distingués sur le plan statistique peuvent être rapprochés de quatre registres de motivation préalables à la réorientation identifiés par Fournier et al. (2017) et que les entretiens réalisés donnent également à voir.

14Ces registres recouvrent des attentes individuelles de natures différentes. Dans le premier, le repositionnement biographique, il s’agit de mieux articuler vies professionnelle et privée. Le deuxième, le repositionnement stratégique, vise à accéder à une position plus enviable du point de vue des conditions de travail et d’emploi. Pour le troisième, la reconversion vocationnelle, l’enjeu porte sur un épanouissement dans une activité porteuse de sens et d’utilité pour la société. Enfin, la requalification sociale est engagée pour construire une nouvelle identité de travailleur socialement plus valorisante.

15Ces registres de motivation se retrouvent dans les figures de réorientation identifiées précédemment. Le repositionnement biographique pourrait représenter l’enjeu majeur des projets des défensifs personnels, d’une partie des hédonistes et d’une fraction des prétendants investis. Il pourrait notamment résonner avec les classes des défensifs préventifs, celle des réorientés conservateurs mais aussi avec les prétendants investis. La reconversion vocationnelle pourrait à la fois concerner les hédonistes qui veulent retrouver du sens et s’épanouir mais aussi certains prétendants investis ou lassés aventureux. Enfin une requalification sociale, orienterait les projets avant tout des carriéristes et des multi-activités. Chacun des registres est à présent illustré à partir d’extraits d’histoires de vie des enquêtés.

Un repositionnement biographique

16La motivation est centrée ici sur des considérations extra-professionnelles. La reconversion est en particulier impulsée par le désir d’être plus disponible et de s’investir davantage dans la vie familiale et domestique (de Rugy, 2023). Cette dynamique est essentielle dans les projets de quatre enquêtés.

17La naissance d’un enfant constitue un point nodal à partir duquel le travail peut perdre de sa centralité au profit de l’investissement de l’individu dans son rôle de parent. Pour autant, ce recul de la place de la vie professionnelle ne se fait pas nécessairement au détriment de la considération accordée au travail avec l’exigence d’une nouvelle activité qui doit être épanouissante. En effet, pour certains, le désengagement du métier d’origine s’explique aussi par une lassitude au travail à l’instar de Maude (34 ans). Cette dernière (appartenant à la catégorie statistique des prétendants investis), réalise en effet, à la naissance de son deuxième enfant, que son emploi de préparatrice en pharmacie empiète excessivement sur son rôle de mère telle qu’elle le conçoit. « Quand on rentre à 19h, quand les enfants vont à l’école le lendemain, c’est compliqué quoi. On ne les voit pas. […] C’est suite à la naissance de mon fils où là, je me suis dit qu’il était hors de question que je continue à être préparatrice et que je ne le voie pas grandir » (Maude).

18Elle décide de trouver un métier dont les horaires seraient davantage compatibles avec son rôle de parent. D’autant qu’après plus de dix ans dans la même pharmacie, l’ennui s’est installé dans son quotidien, tandis que les conditions d’emploi se sont dégradées avec une perte du sentiment d’être utile… Maude ambitionne alors de devenir professeur des écoles et se prépare au concours. Il s’agit là d’un métier qui lui offrira le temps libre souhaité auprès de ses enfants mais d’autres considérations relatives au sens du travail réémergent : celui de travailler auprès d’un public jeune – ambition abandonnée en même temps que sa licence de psychologie. L’histoire de Maude laisse entrevoir à quel point les représentations que l’on se fait du travail et les attentes diverses que l’on fonde à son égard sont mobilisées au moment de se réorienter professionnellement.

Un repositionnement stratégique

19Le motif fait ici écho aux situations au cours desquelles la reconversion s’impose comme nécessaire par rapport à des difficultés rencontrées dans le métier d’origine et hors de contrôle de l’individu. La priorité est alors de retrouver un emploi satisfaisant notamment au regard de considérations matérielles : la recherche d’une stabilité à même d’assurer des revenus réguliers et offrant la possibilité de se relancer professionnellement. Même si d’autres motivations sont souvent en jeu, c’est le critère de faisabilité sur le marché du travail qui domine. Un tel cheminement est au cœur du projet de quinze enquêtés et notamment ceux dont le projet est amorcé pendant la crise sanitaire. Ici, la mise en œuvre de la réorientation commence par un évènement subi, par exemple un licenciement ou des conditions jugées insupportables dans l’emploi d’origine (conflit avec la hiérarchie, salaire insuffisant, usure morale ou physique…).

20À ce propos, l’histoire de Suzanne (38 ans), qui émarge au groupe des préventifs-défensifs dans la classification statistique, est édifiante. Son intérêt est aussi d’illustrer que des réorientations professionnelles peuvent s’enchaîner dans un parcours tout en relevant le cas échéant de différents registres de motivation.

21Issue d’un milieu modeste avec un parcours d’excellence (doctorat en neurosciences et biologie cellulaire et un master à Normale Sup) suivi d’un contrat post-doctoral de cinq ans aux États-Unis, Suzanne ne se projetait pas ailleurs que dans la recherche publique. Mais son contrat est écourté à la suite d’un conflit éthique avec sa cheffe de laboratoire : « j’avais repris le travail de l’équipe, et je me suis rendu compte, en fait, qu’ils s’étaient trompés. J’ai dû dire à ma cheffe qu’il fallait retirer la publication […] et on m’a gentiment dit d’aller trouver un autre laboratoire… ». Pour soutenir la forte intensité de travail aux États-Unis et l’esprit de compétition qui régnait dans son unité, Suzanne avait suivi en parallèle une formation de yoga qu’elle met à profit à son retour en France, en exerçant comme professeur de yoga pendant 9 mois : « Et ça, ça m’a confirmé que ça me nourrissait énormément de juste aider des gens, d’être dans le relationnel ».

22Grâce à un financement Labex, elle a l’opportunité d’accompagner pendant deux ans des étudiants et des chercheurs sur un plan administratif et organisationnel. Mais la faiblesse de la rémunération, le manque de stimulation intellectuelle et de reconnaissance l’amènent à rechercher un autre poste avec une dimension de management, toujours en lien avec la santé. Elle accepte alors un poste de directrice scientifique dans une start-up, qu’elle occupe pendant quatre ans. Cette expérience enrichissante élargit ses compétences (missions de négociation, de levées de fonds etc.) et la conforte dans le fait qu’elle s’épanouit dans des tâches multiples de management d’équipe et dans la poursuite de projets innovants même s’ils sont risqués. Après un licenciement économique et la traversée d’une période douloureuse sur le plan personnel, elle rebondit dans les mois qui suivent à la suite d’un gros travail de mise à plat de ses expériences avec une association qui accompagne les cadres dans la définition de leur projet professionnel et les aide à se reconvertir ou créer leur entreprise.

23Elle reprend ainsi confiance en elle et décide de se mettre à son compte pour devenir consultante dans son domaine. La pause de la crise du Covid l’amène à s’orienter davantage vers du conseil en stratégie d’entreprise. Ainsi, à partir de l’été 2020, elle suit pendant un an un programme de master de Chef d’entreprise et innovation à HEC en parallèle d’un emploi occupé à mi-temps comme directrice du développement dans une start-up en biotechnologies.

24Ce parcours riche est donc constitué d’abord d’une succession de repositionnements stratégiques à la suite de déconvenues. La dernière phase de transition professionnelle s’apparente davantage au registre de réorientation vocationnelle.

Une reconversion vocationnelle

25Le projet dans ce registre est motivé en premier lieu par le souhait d’exercer une activité porteuse de sens aux yeux de l’individu. Sont réunies ici les attentes principalement orientées vers l’expression de soi et/ou de ses valeurs dans le travail avec le développement d’une identité de travailleur plus proche de ses aspirations et intérêts personnels (Fournier et al., 2017). Ce type de registre concerne sept enquêtés. Le désengagement du métier d’origine survient à l’aune de motifs variés. Pour certains, l’emploi en début de processus ne satisfait d’abord qu’à un critère de nécessité à l’instar de Laetitia rattachée au groupe des hédonistes. Il ne constitue pas vraiment un lieu d’investissement de soi. Le « deuil » se fait donc facilement. Pour les autres personnes, l’activité initiale représentait, il fut un temps, une source d’épanouissement, mais lassitude et désillusions se sont accumulées les conduisant à renoncer à poursuivre dans cette voie.

26C’est notamment le cas de Sofia, 30 ans, qui relève du groupe statistique majoritaire des prétendants investis. Après le bac, elle aurait aimé s’orienter vers les arts plastiques mais ses parents l’en dissuadent en considérant le peu de débouchés dans ce secteur. Elle suit alors un CAP d’esthétique avec quelques essais peu probants dans le métier. Elle travaille ensuite quelques années comme secrétaire médicale mais s’ennuie dans ce métier dont elle n’a jamais vraiment eu le goût. Lorsqu’à la suite d’un échange avec sa direction, elle comprend que son poste n’évoluera pas, sa déception prend le dessus. En son for intérieur, grandit alors son souhait d’en revenir à sa passion, le dessin, en cherchant à s’installer comme illustratrice indépendante dans le milieu de l’édition. Elle s’y engage en étant prête à supporter des difficultés financières, atténuées par le revenu de son conjoint et l’aide du service public de l’emploi à travers les allocations chômage. « Secrétaire médicale, c’est exactement pareil que tous les autres boulots [dans sa carrière] : c’est pas bien payé, et il n’y a pas vraiment de possibilité d’évolution. […] [Aujourd’hui] je ne suis plus dans le travail alimentaire. Je suis dans faire ce que j’aime. Et dans tous les cas, je galère, donc autant que je galère pour faire ce que j’aime » relate Sofia.

27La réorientation est également guidée par un fort désir de travailler à son compte : « … parce que je sais que le domaine de l’entrepreneuriat, c’est vraiment un truc qui me plaît […] même le côté de " ça fonctionne pas, faut que je trouve un plan B ", ça me plaît vraiment » et une forte appétence pour la formation dont témoignent les nombreux épisodes formatifs qui jalonnent son parcours. Au moment de l’entretien, Sofia décroche ses premiers contrats, apprend le métier d’entrepreneure et tempère son rapport passionnel au dessin, au profit de comportements plus stratégiques.

Une requalification sociale

28Cette dernière configuration reflète l’ambition de certains d’atteindre une position plus valorisée sur le marché du travail. Le développement d’une nouvelle image de soi positive en tant que travailleur est ici en jeu. Une telle dynamique constitue le trait principal du projet des quatre derniers enquêtés dont Joaquim (prétendant-investi).

29Dans ces narrations de projet, la situation professionnelle initiale apparaît plutôt confortable et appréciée, le changement ne s’impose pas. Mais les personnes se donnent de nouveaux objectifs, allant du souhait d’un meilleur salaire à la volonté de mettre en pratique un nouveau centre d’intérêt. Ces projets ont pour point commun le désir de l’individu d’accéder à une place singulière (dans son parcours) et reconnue (dans son environnement), en exprimant une nouvelle identité professionnelle. Les individus s’appuient toujours sur des compétences et des savoirs développés antérieurement dans le parcours et qu’ils mobilisent dans cette quête de légitimité.

30Il peut s’agir d’atteindre une position de décideur dans la hiérarchie d’une organisation. Pour Joaquim (32 ans), c’est plus particulièrement le statut et les fonctions d’entrepreneur qui le séduisent. Celui-ci a gravi les échelons de sa profession en interne. Il se plaît au poste de directeur d’une agence bancaire qu’il occupe depuis deux ans, lorsqu’il décide de démissionner. Fort de ses expériences en gestion de projet, il s’associe avec son cousin qui dirige déjà deux restaurants pour en ouvrir un autre avec une approche moderne de la cuisine thaïlandaise (pays lié à leurs origines). Ce qui motive Joaquim, outre l’envie de travailler en famille et les perspectives de bénéfices pécuniaires, c’est de tenter l’aventure entrepreneuriale que ce projet représente à ses yeux.

31« Le côté d’être créateur d’entreprise, l’idée me plaisait beaucoup. J’entends régulièrement, sur BFM business, des créateurs d’entreprise qui se sont lancés un jour, qui ont tout arrêté, qui avaient des supers postes... Ils ont pris des risques et ça a payé. Ouais, ça me donnait envie de me lancer et de me dire " Je vais réussir à faire quelque chose " ! » (Joaquim). Finalement, encore à la recherche d’un local début 2020, sans soutien institutionnel et avec la survenue de la crise sanitaire, le projet finit par capoter. Joaquim revenu dans son secteur et métier d’origine tire quand même des enseignements positifs de cette expérience.

Conclusion

32Au regard des traits particuliers de ces quatre registres de motivation, il apparaît que les rapports au travail et à l’emploi sont toujours mobilisés au moment de mettre en œuvre une reconversion professionnelle : les images que l’on porte sur cette double dimension et sur soi-même dans l’exercice d’une activité professionnelle évoluent en même temps que le parcours. Au-delà des représentations liées à l’activité elle-même, c’est l’image de soi qui est engagée. C’est ainsi directement l’identité qui est amenée à changer, qu’il s’agisse de celle définie en tant que travailleur, en tant que parent, ou bien dans la mise en œuvre d’une vocation personnelle.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bessin, M., Bidart, C. & Grossetti, M. (Eds.) (2010). Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement. Paris : La Découverte, coll. « Recherches ».

Bidart, C., (2006). Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques. Cahiers Internationaux de Sociologie, 120, 29-57.

De Rugy, A. (2023). Bifurquer : politiser le travail, le temps libre et la consommation. Mouvements, 2(114), 125-135.

Deltand, M. (2017). Réorientation, reconversion, bifurcation : au-delà du vécu subjectif et des visées interprétatives, Éducation Permanente, 212, 15-26.

Denave, S. (2015). Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques. Paris : PUF.

10.3917/puf.denav.2015.01 :

Denave, S. (2017). Changer de métier : les effets sur les sphères professionnelle et privée. Éducation Permanente, 212, 109-119.

Dubar, C. & Nicourd, S. (2017). Les biographies en sociologie. Paris : La Découverte, coll. « Repères ».

10.3917/dec.dubar.2017.01 :

Dupray, A. & Épiphane, D. (2014). Traitements qualitatif et quantitatif de données de questionnaire. Le cas des bifurcations professionnelles. Bulletin de Méthodologie Sociologique, 124, 14-33.

10.1177/0759106314543635 :

Fournier, G. et al. (2017). Processus de reconversion professionnelle de travailleur.euse.s inscrtit.es dans des parcours professionnels marqués par la mobilité : entre le deuil du métier et le désir de réinvestir sa vie autrement. L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 46(3), 1-30.

Grossetti, M. (2010). Imprévisibilités et irréversibilités : les composantes des bifurcations. Dans Bessin, M., Bidart, C., Grossetti, M. (Ed.). Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement (p. 147-159). Paris : La Découverte, collection « Recherches ».

Kaddouri, M. (2014). Dynamiques identitaires et singularisation des parcours dans les transitions socioprofessionnelles. Sociologies Pratiques, 28, 15-18.

10.3917/sopr.028.0015 :

Négroni, C. (2005). La reconversion professionnelle volontaire : d’une bifurcation professionnelle à une bifurcation biographique. Cahiers Internationaux de Sociologie, 119, 311-331.

Negroni, C. & Mazade, O. (2019). Entre contrainte et choix, regards sur les reconversions professionnelles subies et les reconversions professionnelles volontaires. Recherche & formation, 90, 87-102.

Olry-Louis, I. & Arnoux-Nicolas, C. (2022). Le sens des transitions et bifurcations professionnelles. Paris : InPress.

Annexe

Annexe 1 | Indicateurs utilisés comme variables actives dans l’ACM

Indicateurs (Oui/Non)

Objectifs de la reconversion

Changer de métier

Changer de secteur

Changer de statut (indépendant vs. salarié)

Changer de lieu de vie

Exercer une activité supplémentaire

Cible professionnelle « floue » ou peu définie

Motivations du projet

Donner plus de sens à votre travail

Améliorer vos conditions de travail

Améliorer vos conditions d’emploi

Des problèmes de santé

Mieux concilier vie professionnelle et vie privée

Emploi menacé ou supprimé

Secteur d’activité avec peu de perspectives

Souhait de découvrir autre chose

Volonté de retrouver un épanouissement personnel

Evolution de carrière

Annexe 2 | Personnes enquêtées citées

Classe de la typologie

Situation avant le projet de réorientation

Projet(s) de réorientation

(état du projet)

Situation au moment de l’entretien

Joaquim

32 ans

BTS banque

Prétendant investi

Directeur d’agence bancaire (CDI)

Ouverture d’un restaurant (abandonné)

Conseiller bancaire (CDI)

Maude

34 ans

BP préparatrice en pharmacie

Prétendant investi

Préparatrice en pharmacie (CDI)

Professeure des écoles (en cours)

Préparatrice en pharmacie. Préparation au concours

Laëtitia

29 ans

BEP secrétariat

Hédoniste

Au chômage

Styliste (abandonné, après un CAP couture)

Directrice adjointe
dans un magasin de prêt-à-porter (CDI)

Sofia

30 ans

CAP esthétique

Prétendant investi

Secrétaire médicale (CDI)

Illustratrice indépendante (en cours)

Demandeuse d’emploi. Création d’une activité d’illustratrice

Suzanne

38 ans

Doctorat neurosciences et biologie cellulaire

Préventif-défensif

Directrice scientifique dans une start-up en oncologie

Médecin généraliste (abandonné)

Consultante en management et stratégie d’entreprise (en cours)

Création d’une activité de consultante. Directrice de développement dans une start-up en biotechnologie (CDI)

Notes de bas de page

1 Cette recherche a bénéficié de la participation financière de la Dares dans le cadre de l’appel à projets de recherche Quels impacts de la crise sanitaire liée à la Covid-19 sur le marché du travail ? lancé en juillet 2020.

2 Voir la présentation des enquêtes du Céreq en début d’ouvrage.

3 La typologie a été construite à partir d’une analyse des correspondances multiples (ACM) puis d’une classification ascendante hiérarchique.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.