Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le temps des reconversions professionnelles

Introduction

p. 138-140


Texte intégral

1La troisième et dernière partie traite des conditions qui président aux reconversions professionnelles. Rappelant qu’elles constituent une composante majeure du débat sur les politiques de l’emploi dont s’est précisément saisie la loi du 5 septembre 2018, le chapitre 9 analyse les mobilités effectives entre métiers ainsi que les éventuels écarts entre souhaits de reconversion et réalité des processus. Là encore, il en ressort de forts contrastes entre les reconversions internes et promotionnelles que connaissent les salariés selon leur catégorie socioprofessionnelle et leur niveau de qualification. Les employés non qualifiés, dont les aspirations à changer de métier sont les plus affirmées, n’y parviennent guère alors qu’ils sont nombreux à être confrontés à un horizon professionnel pour le moins incertain. À l’inverse, les ouvriers non qualifiés sont massivement engagés dans des reconversions qui, en réalité, s’avèrent contraintes, externes, et rarement promotionnelles. Une nouvelle fois, il s’avère que pour devenir réalité, l’injonction faite au salarié consistant à devenir l’acteur responsable de son avenir professionnel nécessitera qu’il soit d’autant plus équipé et soutenu par les dispositifs publics et/ou paritaires que ses qualifications sont limitées.

2Le chapitre suivant (10) appréhende les réorientations professionnelles des jeunes trentenaires en recourant à une méthode mixte ; soit en premier lieu, une analyse statistique mobilisant les données issues d’une réinterrogation en 2021 des sortants de la Génération 2010 ; en second lieu, en développant des entretiens biographiques. Une première typologie statistique dégage huit figures de réorientation en mobilisant des indicateurs relatifs aux objectifs de la reconversion et d’autres qui ont trait à leurs motivations. Ces projets s’inscrivent dans quatre processus-types de réorientation mettant en jeu les rapports que les salariés entretiennent avec l’emploi et le travail : un repositionnement biographique en vue d’une meilleure articulation entre vies professionnelle et privée ; un repositionnement stratégique visant de meilleures conditions d’emploi et de travail ; une reconversion vocationnelle qui vise une activité qui fasse sens et soit utile socialement ; une requalification sociale afin de construire une nouvelle identité plus valorisante socialement.

3Dans le chapitre 11, sont en jeu les projets de reconversion professionnelle des salariés à l’épreuve de la crise sanitaire. Là encore, une méthode mixte est mobilisée. En se focalisant sur les ouvriers et les employés, quatre situations types émergent : un frein ou une remise en cause du projet ; un report le temps que l’activité économique se rétablisse ; l’ouverture d’une opportunité par le temps libéré par le chômage partiel pour s’engager dans une formation ou entreprendre une VAE ; le maintien d’une bifurcation professionnelle déjà engagée en vue de construire un nouveau rapport au travail ou de finaliser un projet de formation. Malgré les dispositifs publics destinés à atténuer les conséquences de la crise sanitaire, nombre d’obstacles ont entravé les projets de personnes déjà confrontées à des difficultés du fait de leur isolement social, de leur âge, de l’instabilité de leur emploi, etc. Par ailleurs, l’enquête statistique confirme que l’entreprise reste la première source de proposition en matière de formation. D’où l’importance de l’accord interprofessionnel signé le 14 octobre 2021 par les partenaires sociaux et visant à adapter la loi de 2018 en vue de « permettre aux salariés et aux entreprises de faire face à de nouveaux enjeux » et notamment « aux évolutions profondes et rapides des métiers et face aux transitions à l‘œuvre ». Quelle en sera la traduction concrète, au niveau des branches, des territoires et des entreprises ?

4Des matériaux similaires à ceux utilisés dans le chapitre 10 ont permis d’analyser le devenir de projets de reconversion engagés après le déclenchement de la crise sanitaire par des personnes déjà insérés dans l’emploi (chapitre 12). Plus que dans la crise sanitaire, leurs ressorts sont à trouver dans les parcours professionnels. C’est le réseau amical, familial et professionnel qui fournit les principaux appuis de ces projets avant le recours à la formation. Statistiquement, les parcours marqués notamment par le chômage et l’inactivité ont davantage suscité de projets de reconversion. Le chapitre met la focale sur des reconversions qui visent une véritable recomposition identitaire : tel le cas d’une monitrice-éducatrice d’un foyer pour personnes décérébrées confrontée à une extraordinaire intensification du travail engendrée par la pandémie et le confinement qui impulse un projet mettant à profit une opportunité ; tel celui d’un opticien bien intégré qui met à profit le temps libéré par le confinement pour renouer avec des activités qui le passionnaient dans son adolescence mais mises jusqu’alors de côté. Dans l’ensemble, la crise sanitaire a plutôt favorisé des projets de tonalité défensive, conçus dans une certaine urgence, en vue notamment de redonner du sens au travail exercé et de recomposer l’articulation vie professionnelle:vie personnelle.

5Un ultime et treizième chapitre interroge la transformation des métiers confrontés à la transition écologique, en analysant sept d’entre eux répartis dans trois secteurs (commerce de détail, BTP et économie sociale et solidaire) et en leur sein, deux entreprises. Au regard de trois registres – les finalités des métiers, les tâches et les actions qu’ils requièrent, les manières de travailler et de s’organiser –, deux grandes transformations, dont l’ampleur varie fortement d’un métier à l’autre, sont mises au jour. Les travailleurs sont appelés à savoir raisonner plus globalement et à se montrer capables de prendre en compte ce qui précède et suit leurs interventions ; ils doivent renforcer leur travail d’organisation notamment en s’appropriant des informations plus diversifiées et en transmettant eux-mêmes. Pour autant, à ce stade, on ne saurait parler de reconversions généralisées des métiers sous l’effet de la transition écologique.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.