Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 1. Politiques publiques et mobilité professionnelle : une mise en perspective historique

p. 24-36


Texte intégral

1Désignant l’ensemble des changements intervenus dans la situation professionnelle d’un individu, qu’ils soient de statut, de fonction, de position hiérarchique, de secteur d’activité, d’établissement ou encore d’entreprise, la mobilité professionnelle figure au centre d’enjeux forts de politique publique. En premier lieu, elle contribue à l’adaptation de l’offre de travail aux grandes évolutions du système productif face aux transitions démographique, sectorielle, technologique ou écologique. En deuxième lieu, elle implique des enjeux de fluidification du marché du travail qui passe par un service public de l’emploi assurant une fonction d’intermédiation, d’orientation, et d’accompagnement des salariés, notamment les plus vulnérables. En troisième lieu, son développement pointe un enjeu de « sécurisation des parcours professionnels des salariés » au cœur des grands accords nationaux et des lois encadrant la formation professionnelle des 15 dernières années.

2Depuis les années 1950, la priorité, l’acuité et le contenu même de chacun de ces enjeux a évolué. Ce chapitre propose de mettre en perspective la façon dont s’est posée, en France, la question de la mobilité professionnelle depuis l’après-guerre, sans traiter de la période la plus récente qui fait l’objet du deuxième chapitre. Les principales orientations de politiques publiques en la matière sont vues à travers chacun des contextes macroéconomiques et des débats sociaux propres aux périodes dans lesquelles ils s’inscrivent. Pour chacune de ces grandes périodes, sont mentionnés certains travaux scientifiques emblématiques des questions-clés rattachées à la mobilité professionnelle, en pointant la place qu’a pu y occuper le Céreq.

Des années 1950 à 1975 : planifier la mobilité professionnelle

3La mobilité professionnelle de l’après-guerre s’inscrit dans le contexte de la reconstruction dont les objectifs sont fixés dans le premier Plan : moderniser et équiper les industries de base et le bâtiment, ainsi que l’agriculture qui doit nourrir la population, et soutenir l’exode rural vers les zones urbaines en plein développement. Il s’agit pour l’État d’accompagner les grandes mutations sectorielles, par une politique industrielle de soutien aux grandes entreprises qui structurent le marché intérieur et pèsent à l’exportation, et par une politique de logements répondant aux besoins du baby-boom. L’ensemble s’appuie sur un aménagement du territoire afin de rééquilibrer la carte industrielle française, marquée par une très forte concentration des activités en région parisienne et une sous-industrialisation de l’Ouest et du Midi. L’État crée ainsi en 1963 la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) ; un aménagement au demeurant dépendant des exigences techniques et économiques des filières phares, dans la plus stricte ignorance des effets environnementaux. Les collectivités locales s’engagent quant à elles dans une politique de zonage fonctionnel : à la ZUP (zone à urbaniser en priorité) correspond la ZI (zone industrielle), sans que soient pris en compte les effets ségrégatifs de fortes concentrations d’habitats populaires.

4La mobilité des salariés suit ainsi les grands déplacements sectoriels et géographiques ainsi que l’essor ou la consolidation des « champions nationaux », privés ou issus de nationalisations, qui intègrent les opérations de restructurations orchestrées par la politique industrielle. Globalement, les organisations syndicales semblent y trouver leur compte dans la mesure où ces projets nourrissent une expansion du salariat bénéficiant de leurs retombées (Fayolle, 2005). Les besoins en main-d’œuvre non qualifiée sont alimentés par l’immigration, le travail des femmes, et celui des jeunes issus de l’enseignement scolaire. Rappelons qu’en 1960, un jeune de sa génération sur dix est bachelier. La formation professionnelle initiale sera marquée par deux réformes importantes de la période : la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans et l’intégration progressive de l’enseignement professionnel aux structures de l’enseignement général, en s’y inscrivant au bas de sa hiérarchie.

5En lien avec l’accélération de la mobilité professionnelle, la politique de l’emploi va devoir s’adapter, les services de l’emploi se limitant, en début de période, au recensement des chômeurs à des fins d’indemnisation par l’aide publique et de contrôle. Issue de la négociation collective et de la gestion paritaire, l’Unedic est créée en 1958, avec une fonction principale d’assurance contre le risque de chômage, mais aussi quelques missions dans le champ des politiques d’emploi (Daniel & Tuchszirer, 1999). C’est surtout la création du Fonds national pour l’emploi en 1963 qui signe le départ d’une conception plus « active » de ces dernières. L’Etat peut désormais passer des conventions avec des organisations professionnelles ou des entreprises pour organiser les reconversions des travailleurs dans certains territoires ou branches d’activités. En 1967, la convention sociale de la sidérurgie lorraine en fournit une illustration.

6La question de la politique de main-d’œuvre va connaître un point d’orgue en 1967, quand dans le cadre des travaux du Plan, le Premier ministre Georges Pompidou sollicite à cette fin le chef des Affaires sociales au Plan. Des voyages sont organisés à l’étranger, en Suède et en Allemagne, dont les experts reviennent avec la conviction qu’un service public de placement ne doit pas se limiter à l’accueil des chômeurs mais doit traiter l’ensemble des actifs qui changent d’emploi et doit pouvoir mobiliser pleinement la fonction de formation. Le rapport Ortoli préconise ainsi la mise en place d’un nouvel établissement doté de trois fonctions : placement et orientation ; formation professionnelle ; gestion du fonds national pour l‘emploi (Jeannerot, 2018). Toutefois, trois mois après la parution du rapport, l’ANPE sera créée en rabattant ces ambitions sur le seul registre de la fonction de prospecteur placier.

7Pour autant, l’accélération du rythme des restructurations industrielles et des reconversions exige l’élargissement de la formation professionnelle continue des adultes. Celle-ci connaît une impulsion avec la création en 1949 de l’ANIRFMO1, devenu AFPA2 en 1966, suivie par l’APEC3 un an plus tard. Deux lois (du 3 décembre 1966 et du 31 décembre 1968) et deux accords paritaires (du 10 février 1969 et du 9 juillet 1970) institutionnalisent les nouvelles orientations. L’accord de 1970 traduit d’emblée les limites de l’engagement du patronat soucieux de maintenir son entier pouvoir de décision en matière de formation professionnelle continue dans l’entreprise et d’écarter toute forme de gestion paritaire de fonds mutualisés. C’est la loi du 16 juillet 1971 qui imposera la contribution obligatoire des entreprises de plus de 10 salariés, le congé individuel de formation rémunéré sur le temps de travail, et une forme certes limitée de gestion paritaire de la formation à travers les fonds d’assurance paritaire (FAF4).

8La période est propice à la construction d’enquêtes pour mesurer ce bond en avant de la mobilité. L’enquête Formation et qualification professionnelle (FQP) de l’Insee est créée et sa périodicité calée sur celle des Plans. Claude Thélot y puise la source d’une étude radiographiant l’évolution des flux de mobilité et soulignant la progression de la mobilité professionnelle entre 1965 et 1970 par rapport à la période 1959-1964. C’est dans le prolongement de cette étude que se situe celle du Céreq mettant en évidence, à partir de la même source, la mobilité différenciée des catégories professionnelles et leur variabilité selon les secteurs d’activité (Bonnet & Menu, 1978). L’intérêt de disposer d’approches focales de la mobilité selon les branches d’activité, les catégories d’âges ou les formes de mobilité, débouche ainsi sur un ouvrage collectif (Céreq, 1979). Mais les enjeux liés à la mobilité interpellent tout autant la formation initiale et la formation continue. Sur ces deux dimensions, le Céreq se positionne en producteur de données, dès sa création en 1971. En premier lieu, il conduit des enquêtes d’insertion pour certaines filières de formation qui alimenteront la création de L’Observatoire national des entrées dans la vie active, puis participe, avec les services statistiques du ministère de l’Éducation et l’Insee, à la construction des Bilans formation-emploi dans la lignée des travaux du VIIè Plan (Affichard & Gensbittel, 1984). En second lieu, il réalise, dès 1972, les premières exploitations des données fiscales 24-83 concernant le financement de la formation par les entreprises.

1975-1995 : faire face à une mobilité largement subie

9La seconde période est marquée par le développement d’un chômage de masse. En effet, jusqu’en 1968, le taux de chômage reste inférieur à 2 %. Il franchit le seuil de 4 % en 1976 puis dépasse celui des 10 % en fin de période. Les mobilités sont alors essentiellement vues à travers le prisme des sorties contraintes de l’emploi induites par les opérations massives de restructurations (industries sidérurgiques, automobile, chantiers navals, textile). L’État accompagne les chocs mais ne s’y oppose pas, à l’exception de la courte période des nationalisations suivant l’élection de François Mitterrand en 1981. Le contexte macro-économique porte l’empreinte de la mondialisation. La place de la France dans la spécialisation internationale se caractérise par un poids encore très important des produits standards en déclin relatif, sans que l’État n’oriente ses financements vers une extension des savoir-faire spécifiques de l’appareil industriel (contrairement à la spécialisation opérée par l’Allemagne). Certains experts parleront d’une modernisation pensée sur un mode presque exclusivement défensif (Salais, 2010), dont il découle un violent mouvement de pertes d’emplois engendré par les restructurations des grands groupes privés et publics concentrant par ailleurs le noyau du mouvement social organisé.

10Face à ce mouvement intense de restructurations, l‘État intervient à travers deux fonds qui vont engager des moyens budgétaires conséquents : le fonds industriel de modernisation, créé en 1983 et financé par le ministère de l’Industrie à destination des entreprises en mutation stratégique tant du point de vue des produits, que de la main-d’œuvre, et le fonds national de l’emploi, créé 20 ans plus tôt (cf. supra). Le premier ne réussira pas à impulser et soutenir une modernisation d’ampleur de l’industrie peu anticipée au niveau central, et le second exercera une action essentiellement défensive, imprimant peu d’effets réels sur les reconversions. La logique est surtout d’amortir les effets directs des licenciements (primes aux départ volontaires, cellules de reclassement, congés puis conventions de conversion…). La gestion des flux majoritaires de sorties de l’emploi s’opére par les préretraites, d’une part, et par l’extension du CDD et de l’intérim, d’autre part, notamment pour les jeunes et les moins qualifiés, permettant d’adapter les flux de main-d’œuvre au cycle économique. Jeunes et plus âgés en font les frais imprimant ainsi une caractéristique bien connue de la France : celle de concentrer l’emploi sur les actifs d’âge intermédiaire (Gautié, 1994 ; Elbaum & Marchand, 1993).

11Le poids des mobilités subies justifie la montée en charge des politiques de l’emploi qui se traduit par un développement rapide des moyens budgétaires dédiés. Au total, la dépense pour l’emploi, selon la définition qu’en donnent les comptes de l’emploi, passe de 0,9 % du produit intérieur brut en 1973 à 4 % en 1995 ; les dépenses actives5 en représentent, à la fin de la période, environ la moitié (données Dares). Dans un premier temps, c’est la formation des jeunes qui a été l’axe principal de la politique visant à contenir le chômage par la réduction, au moins temporaire, du nombre des actifs potentiels. Par la suite, le système des préretraites, qui avait été initialement mis en œuvre pour des raisons sociales, est devenu le moyen privilégié de la lutte contre le chômage. Au milieu des années quatre-vingt, un coup d’arrêt assez brutal est donné à cette politique essentiellement en raison de son coût élevé pour les finances publiques. L’accent est alors mis à nouveau sur l’insertion des jeunes et sur la réinsertion des chômeurs de longue durée.

12La période est ainsi naturellement propice à de multiples travaux sur les politiques d’emploi dont le développement, les enjeux et l’impact macro-économiques sont présentées dans l’ouvrage 40 ans de politiques d’emploi publié par le ministère du Travail en 1996. Elle ouvre également sur de puissantes controverses autour du sens de l’intervention de l’État : résistance de l’État social, pour les uns, ou signe de sa fissuration profonde pour les autres. Quel que soit le diagnostic, le caractère structurel des politiques d’emploi induira des effets durables sur les normes d’emploi et notamment celles dévolues aux jeunes (Ires, 2005).

13Les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix sont également fécondes en termes d’analyse de la mobilité professionnelle sous l’angle de ses liens avec les politiques d’entreprises et les stratégies de gestion de la main-d’œuvre (Béret, 1986 ; Podevin, 1990). Des travaux en détaillent finement les dimensions sectorielles (Eymard-Duvernay, 1981 ; Freyssinet, 1982 ; Campinos, 1984) ou analysent le déploiement de la formation continue en lien avec les caractéristiques sectorielles des entreprises et de la qualification des salariés (Dayan et al., 1986). Le Céreq apporte sa contribution sous la forme de typologies des modes de gestion de la main-d’œuvre industrielle, plaidant en faveur de politiques d’emploi tenant compte de cette diversité (Grando, 1983). Il contribue aux travaux du IXè Plan en analysant, à partir de l’enquête Emploi, les conséquences du renouvellement sectoriel de l’emploi sur l’accès des jeunes au marché du travail (Clémenceau & Géhin,1983). Ou encore, mobilisant la toute première enquête Génération (Génération 1992), il s’emploie à repérer les effets structurants des politiques de gestion de la main-d’œuvre sur l’insertion professionnelle des jeunes par secteurs d’activité (Moncel, 1997). Par ailleurs, la période donne naissance à des travaux fondateurs éclairant la variété des grands systèmes de mobilité à l’échelle macrosociale, sous l’angle d’un « effet sociétal » reliant le rapport éducatif, organisationnel et industriel (Maurice, Sellier & Silvestre, 1982).

1995-2018 : la difficile émergence d’une mobilité sécurisée

14La période qui suit consacre l’installation de la flexibilité comme norme sur le marché du travail. Pour en accompagner le déploiement, les politiques publiques s’infléchissent progressivement dans un sens plus directement incitatif voire contraignant à la reprise d’emploi (logique dite d’activation des dépenses passives). C’est aussi l’apparition de la montée en puissance de la thématique de sécurisation des parcours professionnels, et celui de la rhétorique devenue omniprésente de la compétence comme support central de cette sécurisation (Dupray et al., 2003 ; Ires, 2009).

15Devant cette norme de l’emploi flexible, les représentations de la mobilité s’affrontent. La figure optimiste du salarié mobile « libre de choisir son avenir professionnel », du « cadre nomade », ou de l’auto-entrepreneur se heurte à celle, plus sombre, du salarié précarisé, soumis aux pressions de la flexibilité externe, dans un contexte de déstabilisation de la société salariale (Castel, 1995). Dans le champ des politiques d’emploi, le terme « d’employabilité », déjà au centre de travaux à la fin de la période antérieure, condense l’ambivalence d’un concept qui semble gommer le rôle tant des contraintes macro-économiques (le nombre de places disponibles) que celui des ressources collectives dans les capacités individuelles du retour à l’emploi (Gazier, 1990).

16Au tournant des années 2000, des débats importants s’animent sur la recherche de nouveaux fondements à l’emploi et à ses formes de sécurisation. Les propositions s’affrontent, en mobilisant parfois des mots d’ordre identiques investis de contenus différents voire opposés. Il en va ainsi de la « flexicurité » promue par la Commission européenne et dont le flou sur les projets qu’elle dessine en matière de marché du travail et de droits pour les salariés autorise des représentations quasi antagoniques ; ou encore de la « sécurité sociale professionnelle » revendiquée à la fois par la CGT et par certains économistes orthodoxes. Ces débats présentent avant tout le mérite de poser la question de la protection du salarié, et donc du droit du travail, au-delà du seul exercice de l’emploi qui ne suffit plus à la garantir (Supiot, 1999).

17De très nombreux travaux empiriques – dont certains s’inscrivent dans le cadre de la commande publique (Germe et al., 2003 ; CERC, 2005) – cherchent à établir un diagnostic des mobilités à l’œuvre. Serait-on revenus dans l’ère du salarié mobile ? Le diagnostic s’avère complexe car fortement dépendant de la définition précise retenue de la mobilité et des sources statistiques désormais nombreuses pour la mesurer : déclaration mensuelle des mouvement de main-d’oeuvre (DMMO), enquête FQP, enquête Emploi, données de panels, enquête Patrimoine (Duhautois et al. 2012), et enquête Génération si l’on s’intéresse aux entrées dans la vie active.

18L’approche segmentationniste, inspirée des travaux de Doeringer et Piore, semble toutefois conserver une forte pertinence : les plus fortes mobilités demeurent du côté des « instables » ou des précaires, ainsi que des jeunes en insertion professionnelle. Les salariés en poste sur les marchés internes d’entreprises demeurent traditionnellement plus stables, modulo des différences sectorielles assez largement connues, ou liées à la taille d’entreprises (davantage de mobilité externe dans les petites entreprises), ainsi que des évolutions significatives des marchés internes (Germe, 2001 ; Lefresne, 2002 ; Lemistre, 2003). Des travaux du Céreq font le point sur les mobilités professionnelles selon l’âge et l’ancienneté dans l’emploi (Dupray & Recotillet, 2009). Ils confirment la fréquence plus élevée des mobilités externes avant 40 ans et montrent que la progression des carrières via le marché interne constitue ensuite la meilleure stratégie au regard de l’espérance de gains, tout en soulignant les inégalités, notamment de genre, que recouvre ce schéma général de mobilité au cours du cycle de vie.

19La consolidation du dispositif Génération du Céreq, dont l’architecture autorise alors pour certaines enquêtes un suivi sur 7 à 10 ans des parcours des jeunes, livre de nouveaux résultats sur les mobilités en début de via active. Sont ainsi traitées, à partir de Génération 1998, les questions de classements, déclassements, et promotions au prisme du lien formation-emploi (Giret, Nauze-Fichet & Tomasini, 2006) ; ainsi que les dimensions territoriales de la mobilité d’insertion (Joseph & Roux, 2004) ; ou encore celles du rôle des politiques publiques d’aide à l’emploi dans ces mobilités (Gasquet & Roux, 2007).

20En matière de sécurisation des parcours, la période est jalonnée par un ensemble de réformes (2004, 2009, 2014) précédées d’ANI qui marquent des avancées certaines en termes de droits des salariés : création du droit individuel à la formation (DIF) en 2004, qui devient portable en 2009 ; puis remplacement du DIF par le compte personnel de formation (CPF) avec la loi de 2014, qui crée le conseil en évolution professionnelle (CEP) et rend obligatoire l’entretien professionnel. La crise de 2008 et son cortège de chômeurs pointe le vide en matière de formation des demandeurs d’emploi. À cet égard, la loi de 2009 crée un Fonds de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) destiné à former ces publics et doté de près d’un milliard d’euros prélevés sur les contributions patronales en matière de formation continue, en même temps qu’est instauré un service public de l’orientation (SPO) ainsi que le dispositif de préparation opérationnelle à l’emploi (POE).

21Le sens de ces réformes confirme l’esprit de la flexicurité « à la française ». Il est marqué à la fois par un relâchement des contraintes pesant sur l’entreprise et par des droits d’initiatives accrus pour le salariés. D’un côté, on assiste à la déjudiciarisation de la rupture du contrat (rupture conventionnelle introduite en 2009) ou à la fin de l’obligation de financement du plan de formation pour les grandes entreprises en 2014. De l’autre, l’horaire de formation est augmenté entre le DIF et le CPF, dont l’usage est par ailleurs affranchi de l’accord de l’employeur pour les formations hors temps de travail, et qui se voit doté d’un financement propre de 0,2 % de la masse salariale.

22Sans nier leur importance, ces innovations ne donneront que des gages timides en matière de sécurisation des parcours. Concernant les salariés en poste, il revient au Céreq d’avoir été pionnier pour apprécier la montée en charge, qualifiée de modeste, du DIF, à partir des déclartions fiscales 24-83 (Descamp, 2012). Ces travaux vont rapidement souligner le besoin de disposer d’un dispositif longitudinal d’observation du cheminement des salariés, livrant également des données de contexte quant aux besoins et aux pratiques de formation des entreprises (voir présention des enquêtes en début d’ouvrage). Seront ainsi mis au jour les freins d’accès au CPF (mouture 2014), en raison d’une information le plus souvent insuffisante des salariés, notamment lors des entretiens professionnels, et d’inégalités fortes qui subsistent à la fois entre entreprises et entre salariés (Dubois & Vero, 2019), alors que les souhaits de formation sont au contraire largement partagés par tous (Dubois & Melnik-Olive, 2017).

23La loi du 5 septembre 2018 marquera une nouvelle avancée du modèle dans lequel le salarié assure la responsabilité première de son employabilité, grâce à l’outil essentiel de la réforme que constitue le CPF, désormais universel et monétisé ; tandis que des moyens inédits sont dédiés au développement des compétences des plus vulnérables. Elle laissera assez largement en suspens la question du rôle de l’entreprise face à la sécurisation des parcours (Dupray et al., 2020 ; Lefresne, 2023).

24La période actuelle vient souligner les enjeux de mobilité liés aux évolutions du système productif et du marché du travail dans une dimension prospective tenant compte des grandes transformations technologiques (transition numérique) et climatique (transition écologique). À plus court terme, l’accent est mis par les acteurs économiques et ceux de la politique publique sur certains « métiers en tension » qui engagent des enjeux d’attractivité autant que de mobilité, tandis que le retour et l’accompagnement vers l’emploi demeurent des sujets majeurs de politique de l’emploi. La crise sanitaire a récemment pointé des opportunités nouvelles de mobilités (du temps et des supports publics pour se former ; le recours accru au télétravail ; des projets de reconversion ; des questions sur le sens même du travail exercé). Sur chacun de ces thèmes, le Céreq contribue à nourrir le débat par ses travaux, au cœur des chapitres suivants, et à éclairer ainsi les conditions et les modalités de la mobilité professionnelle à différents moments de la vie active.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Affichard, J. & Gensbittel, M.-H. (1984). Mesurer l’entrée des jeunes dans la vie active. Formation Emploi, 8, 61-71.

10.3406/forem.1984.1100 :

Béret, P. (1986). Les évolutions des systèmes de mobilité dans la crise et les stratégies des offreurs de travail. Travail et Emploi, 28, 57-68.

Bonnet, A. & Menu, D. (1978). Les mouvements de main-d’œuvre par catégorie professionnelle, Céreq Document, n° 34.

Castel, R. (1995). Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris : Fayard.

10.3406/agora.1995.1517 :

Campinos, M. (1984). Emploi et gestion de la main-d’œuvre dans le BTP, mutations de l’après-guerre à la crise. La documentation française, dossier du Céreq.

CERC (2005). La sécurité de l’emploi face aux défis des transformations économiques. 5è rapport du Conseil de l’Emploi, des Revenus et de la Cohésion sociale

Céreq (collectif) (1979). L’accès aux emplois et la mobilité professionnelle. Bibliothèque du Céreq, n° 12, novembre.

Clémenceau, P. & Géhin J.-P. (1983). Le renouvellement de la main-d’œuvre par les secteurs, quelles conséquences de l’accès aux jeunes aux emplois. Contributions du Céreq au IXè Plan. Céreq, coll. « Études ».

Dayan, J.-L., Géhin J.-P. & Verdier É. (1986). La formation continue dans l’industrie, Formation Emploi, 16, 7-36.

10.3406/forem.1986.1180 :

Daniel, C. & Tuchszirer, C. (1999). L’État face aux chômeurs. L’indemnisation du chômage de 1884 à nos jours. Paris : Flammarion.

Descamp, R. (2012). Le DIF, la maturité modeste. Céreq Bref, 299-2.

Dubois, J.-M. & Vero, J. (2019). « Le compte personnel de formation peut-il ouvrir les chemins de la liberté ? Les salariés non-qualifiés confrontés à un déficit d’information ». In Berthet T., Vanuls C., Vers une flexicurité à la française ? (p. 233-253). Toulouse : Octarès.

Dubois, J.-M. & Melnik-Olive, E. (2017). La formation en entreprise face aux aspirations des salariés. Céreq Bref, 357.

Duhautois, R., Petit, H. & Remillon, D. (2012), La mobilité professionnelle. Paris : La Découverte.

10.3917/dec.duhau.2012.01 :

Dupray, A. & Recotillet, I. (2002). Mobilités professionnelles et cycle de vie. Économie et Statistique, 423, 31-58.

10.3406/estat.2009.8023 :

Dupray, A., Guitton, C. & Monchatre, S. (dir.) (2003). Réfléchir la compétence – Approches sociologiques, juridiques, économiques d’une pratique gestionnaire. Toulouse : Octarès.

Dupray, A., Gasquet, C. & Lefresne, F. (coord.) (2020). L’entreprise rend-elle compétent·e ? Marseille : Céreq, coll. « Céreq Essentiels » (n° 2).

Elbaum, M. & Marchand, O. (1993). Emploi et chômage des jeunes dans les pays industrialisés : la spécificité française. Dares, Premières Synthèses, 34.

Eymard-Duvernay, F. (1981). Les secteurs de l’industrie et leurs ouvriers. Economie et Statistique, 138(1), 49-68. 

Fayolle, J. (2005). Restructurations d’hier et d’aujourd’hui : les apports d’un séminaire. La Revue de l’Ires, 47, 337-362.

Freyssinet, J. (1982). Politiques d’emploi des grands groupes industriels. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Gasquet, C. & Roux, V. (2007). Les sept premières années de vie active des jeunes non diplômés : la place des mesures publiques pour l’emploi. Économie et statistique, 400.

10.3406/estat.2006.7109 :

Gautié, J. (1994). Le chômage des jeunes en France, un problème de formation ? Futuribles, 186, 3-23.

Gazier, B. (1990). Brève radiographie d’un concept en mutation. Sociologie du travail, 32-4, 575-584.

Germe, J.-F. (2001). Au-delà des marchés internes : quelles mobilités, quelles trajectoires ? Formation Emploi, 76, 129-145.

Germe, J.-F., Pottier, F. & Monchatre, S. (2003). Les mobilités professionnelles : de l’instabilité dans l’emploi à la gestion des trajectoires. Rapport du Commissariat général du plan.

Giret, J.-F., Nauze-Fichet, E., Tomasini, M. (2006). Le déclassement des jeunes sur le marché du travail. Insee, Données sociales. La société française édition 2006, 307-314.

Grando, J.-M. (1983). Industrie et gestion de la main-d’œuvre. Formation Emploi, 1.

Ires (2005). Les mutations de l’emploi en France. Paris : La Découverte, coll. « Repères ».

Ires (2009). Flexicurité, sécurisation des parcours professionnels et protection sociale. La Revue de l’Ires, 63.

Jeannerot, C. (2018). De la politique de main-d’œuvre à la politique de l’emploi : cent ans de placement. Les cahiers du comité d’histoire. Cahier n° 22, 7-12.

Joseph, O. & Roux, V. (2004). Pourquoi changer de région en début de vie active ? La mobilité géographique des diplômés de BTS et de DUT. Céreq Bref, 210.

Lefresne, F. (2002). Vers un renouvellement de l’analyse segmentationniste. Socio-Économie du Travail, 22 (Économie et Sociétés, tome XXXVI), 1241–1267.

Lefresne, F. (2023). L’entreprise face à l’enjeu compétences, ce que nous enseignent les travaux du Céreq, Marseille : Céreq, coll. « Céreq Études » (n° 48).

Lemistre, P. (2003). Transformations des marchés internes en France. Une approche par catégorie d’emplois. Economie appliquée, 56-2, 123-160.

Maurice, M., Sellier, F. & Silvestre, J.-J. (1982). Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne. Essai d’analyse. Paris : PUF.

Moncel, N. (1997). Les profils de gestion de la main-d’œuvre au niveau des secteurs d’activité : conséquences pour l’emploi des jeunes. Formation Emploi, 60, 67-79.

Podevin, G. (1990). Mobilités internes, promotions et renouvellement de la main-d’œuvre. Travail et Emploi, 46, p. 45-57.

Salais, R. (2010). Les restructurations en France dans les années 1980 : une analyse en termes de mondes de production, in Didry C. et Jobert A. (dir.) L’entreprise en restructuration (p.57-70), Rennes : Presses universitaires de Rennes.

10.4000/books.pur.46244 :

Supiot, A. (dir.) (1999). Au-delà de l’emploi. Transformations du travail et devenir du droit du travail en Europe. Paris : Flammarion, Coll. « Essais ».

Thélot, C. (1973). Mobilité professionnelle plus forte entre 1965 et 1970 qu’entre 1959 et 1964. Economie et statistique, 51, 3-32.

10.3406/estat.1973.1578 :

Notes de bas de page

1 Association nationale interprofessionnelle pour la formation rationnelle de la main-d’œuvre.

2 Association pour la formation professionnelle des adultes.

3 Association pour l’emploi des cadres.

4 Fonds d’assurance-formation.

5 Aides à la création d’emploi, stages de formation pour les jeunes et les chômeurs, etc.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.