Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Conclusion générale

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, les fondements territoriaux de l’ordre colonial au Honduras britannique ont été appréhendés sous deux facettes : la construction juridique et administrative de l’appropriation territoriale (l’institution de la propriété) ; les dynamiques politiques liées aux différents régimes d’appropriation (de colonisation, entrepreneurial, étatique, ethnique). Trois types de transition, repérés comme représentatifs de l’histoire territoriale moderne du pays, ont été analysés : le passage de la grande propriété à la promotion de la propriété paysanne (années 1960), celui de l’impérialisme britannique à l’hégémonie étatsunienne (années 1940-1950), et finalement la transition d’une vision occidentale traditionnelle de l’État-territoire à une proposition fondée sur les légitimités ethniques et multiculturelles à contrôler des parties de territoire (années 2000). Ces transitions, qui ont affecté et affectent toujours la configuration territoriale du pays dans son ensemble, ont été réalisées, au départ, dans des régions et des lieux spécifiques, sous des conditions qui n’étaient pas réunies dans d’autres régions du Belize.

2Aujourd’hui, après le déclin confirmé des activités forestières et en l’absence de dynamiques agricoles soutenues – exception faite des mennonites et de quelques grands domaines productifs (bananes, agrumes) –, le contrôle de la terre rurale n’est plus un attribut de pouvoir privilégié. Les activités économiques et financières les plus rentables reposent sur des logiques de spéculation plus que de production. L’espace importe en tant que localisation jugée plus ou moins adaptée pour le tourisme, le commerce ou divers types de spéculation ou trafic. C’est l’emplacement qui constitue la valeur d’une portion d’espace et qui organise le marché foncier, qu’il soit légal ou parallèle aux procédures administratives. Le contrôle de la propriété reste toutefois un indicateur fiable des positions de domination, moins par l’étendue que par la localisation du bien approprié. Les deux principaux facteurs de valorisation de la terre (étendue, emplacement) ne sont pas en opposition mais en articulation. Les disputes autour du transfert des terres de la BEC portaient autant sur leur étendue (en tant que ressource forestière) que sur leur emplacement à la frontière avec le Guatemala. De même, la mal nommée « réforme agraire » des années 1960 dans le nord résulte de la combinaison des mobilisations paysannes pour la terre et des stratégies économiques de la grande entreprise Tate and Lyle qui souhaitait se désengager de la plupart de ses investissements fonciers pour mieux contrôler certains lieux (les parcelles de recherche agronomique, les usines) et, à travers eux, la filière de transformation et commercialisation du sucre.

3Le XXe siècle, surtout dans sa deuxième moitié, a été marqué par une pluralisation des logiques foncières, selon un phénomène généralisé de segmentation. La segmentation s’est faite avec l’arrivée sur le marché de groupes d’acteurs fonciers qui poursuivent, chacun, des intérêts bien spécifiques : nouveaux acquéreurs potentiels, pour le tourisme notamment ; spéculateurs étrangers ; paysans réclamant des terres pour l’exploitation agricole, communautés maya revendiquant leur territoire. La segmentation est aussi due à la multiplication des dispositifs institutionnels (en particulier l’introduction du cadastre), à la coexistence de politiques publiques parfois contradictoires (l’appui à la propriété paysanne dans le nord, l’émergence des politiques environnementales au sud) et à des contextes régionaux qui par moments déterminent des modes spécifiques de régulation de la propriété. Aux clivages établis par ces phénomènes de segmentation correspondent des pratiques de l’espace spécifiques (bornage matériel ou juridique, exclusion ou partage, etc.), avec souvent des superpositions des espaces, des acteurs et des logiques. De sorte que le champ foncier se construit autour d’un ordre territorial démultiplié, d’où la dimension ethnique – si l’on veut prendre cet exemple – n’est pas absente mais pas déterminante non plus, et de toutes façons pas sous la même forme qu’aux époques précédentes, pas de manière unifiée sur l’ensemble du territoire national et pas pour tous les groupes en présence.

4Dans les situations de transition, les acteurs ont recours à des arrangements qui souvent ne sont ni institutionnalisés ni explicités, qui ne sont pas toujours perçus comme des normes mais qui, de fait, organisent les rapports fonciers en tant que rapports de pouvoir. Historiquement, les acteurs subordonnés se sont eux-mêmes accommodés de pactes de domination foncière dans lesquels ils pouvaient entretenir une ambivalence (domination / autonomie) qui leur était à un moment donné favorable. Le géographe Nicholas Blomley rappelle à ce propos combien les arrangements fonciers peuvent être le produit de situations plus que de projets politiques explicites :

Le succès de la « fabrication » de la propriété est toujours conditionnel et contingent. Les technologies peuvent échouer. Les réseaux sociaux se défaire. Les sujets sociaux peuvent, bien sûr, contester les performances qui leur ont été assignées. Mais ce n’est en aucune manière nécessaire : les individus n’ont pas à revendiquer des pratiques conscientes de résistance pour porter des projets politiques. Les complexités de la fabrication peuvent conduire à des pratiques et des discours qui compliquent, compromettent ou contredisent les « impératifs » des ordres dominants (Blomley, 2003 :135).

5Les pactes de domination foncière relèvent d’une économie morale au sens que lui donne Fassin (2009), c’est-à-dire d’un système d’échanges de biens et de prestations autant que d’un système de normes et d’obligations. Avec le landlord Schofield (chapitre 5) comme avec la Belize Estate and Produce Company (chapitre 6), la domination foncière apparaissait naturalisée, issue d’une économie morale qui justifiait la possession au titre du bien-être collectif amené par le grand propriétaire : par la fourniture d’emplois dans le premier cas, et par la civilisation gagnée sur la forêt dans le second. Les acteurs dépendants (fermiers, paysans, locataires) participaient eux-mêmes de ces visions hégémoniques et les entretenaient dans la mesure où ils y trouvaient une place reconnue dans l’espace de négociation et des possibilités d’appropriation de la terre, fût-ce aux marges. Ils ont aussi pu s’y opposer quand les conditions se sont présentées.

6Les processus hégémoniques, et par moments leur contestation plus ou moins suivie d’effets, s’appuient sur le contrôle des espaces au moyen des technologies territoriales. Les technologies territoriales sont les pratiques que développent les acteurs pour négocier leur présence et leur pouvoir (dans la domination ou dans la dépendance) par des actions dans et sur l’espace. Elles situent les acteurs, au double sens géographique et politique du terme, dans les espaces négociés. Les technologies territoriales modèlent les espaces mais également les acteurs. Les phénomènes d’enclosure et de création de frontières, en particulier, façonnent les sujets et leurs manières d’être au monde (Peluso and Lund, 2011 : 672) en imposant des rapports spécifiques à l’autre et à l’espace, selon des processus de normalisation qui se succèdent et s’enchevêtrent.

7Pour les sujets racialisés de l’empire britannique (Maya, Garifuna), la normalisation s’est accompagnée d’une grande violence, celle de l’espace spolié puis réassigné selon les règles du dominant. Le fait de diviser, catégoriser, calculer et normaliser les pratiques spatiales des individus est au fondement de la pratique gouvernementale et de l’exercice du pouvoir (Huxley, 2006 : 772). Au Belize, la mise en sujets des acteurs coloniaux a été menée à bien par l’emploi de techniques territoriales qui ont dessiné des espaces et des frontières entre les sujets. La propriété a d’abord induit des légitimités différentielles pour les uns et les autres à occuper certains espaces plutôt que d’autres (le nord / le sud, les réserves, les espaces forestiers). L’exclusion, puis l’assignation territoriale ont ensuite constitué les mécanismes les plus drastiques pour renforcer les hiérarchies coloniales sur les « Indiens » (Maya et Caribs). Plus récemment, les politiques agraires dans le nord, environnementales dans le sud, ont découpé l’espace et parfois fabriqué de nouvelles enclosures, et des sujets qui leurs correspondent (les paysans, les « Indiens protecteurs des forêts »). Ces évolutions ne se sont pas faites de façon uniforme sur le territoire. Elles sont héritières d’histoires foncières géographiquement différenciées. Au nord, la possession des terres par les colons a été un préalable à la colonisation institutionnelle. Les Baymen sont arrivés « les premiers », se sont approprié les terres (spéculation sur la ressource forestière) et, ensuite seulement, le gouvernement colonial s’est imposé en entérinant un ancrage local légitimé par la prise de possession. Au sud, à l’inverse, la colonisation a précédé l’appropriation par les colons, instaurant un ordre territorial basé sur des enclosures de divers types (réserves, forêts, etc.) avalisées, si ce n’est créées, par une administration – coloniale puis nationale – qui y exerce de ce fait une autorité bien différente que dans le nord.

8On peut parler à cet égard d’un phénomène de subjectivation territoriale propre de l’entreprise coloniale britannique. Pour la Malaisie du début du XXe siècle, Malhi reconstitue la façon dont, sur le territoire de Terrenganu colonisé en 1919, l’administration coloniale a géré les sujets colonisés par la création d’enclosures et des politiques de réforme agraire, de conservation forestière ou d’attribution de droits de propriété (Malhi, 2011 : 729), d’une manière tout à fait similaire à ce que l’on trouve au Belize de façon peut-être moins volontariste et avec très peu de moyens financiers et administratifs. Le Honduras britannique présente toutefois des particularités quant aux types de clivages induits par ces techniques. Aux débuts de la colonie instituée (1862), le gouvernement colonial ne cherche pas tant à domestiquer les natifs, peu nombreux et considérés comme des ennemis, qu’à discipliner les settlers dont beaucoup ne sont pas anglais (mais irlandais ou écossais) ni mêmes britanniques et se retrouvent principalement autour de leur volonté partagée d’échapper aux impositions coloniales. L’antagonisme est pendant longtemps construit en interne à l’Empire, entre dominants, laissant à l’écart « les autres », qui ne participent pas à la compétition politique ni territoriale.

9Les dynamiques foncières fonctionnent comme un puissant filtre heuristique pour comprendre les évolutions territoriales, sociales et politiques d’un espace. Le contrôle foncier est une affaire de pouvoirs, de disputes, d’impositions et de résistances. L’hégémonie esclavagiste puis coloniale et post-coloniale n’a jamais réussi à imposer de dispositif unifié sur l’ensemble du territoire colonisé. Même aujourd’hui, la normalisation administrative et juridique de la propriété est loin d’être achevée. Elle se heurte à une segmentation des marchés, des acteurs et de leurs logiques d’action, en grande partie héritière de la diversité du peuplement et des impératifs coloniaux. Elle se heurte surtout, depuis une vingtaine d’années, à l’émergence d’une proposition alternative, celle des collectifs maya organisés qui, loin d’aspirer à une normalisation territoriale et foncière, revendiquent au contraire la reconnaissance de la « différence » (ethnique, culturelle), et par conséquent d’une différence de conception du territoire et de traitement politique de l’appropriation territoriale. Par le biais des revendications d’autonomie, les questions territoriale et foncière reviennent au centre des débats sur la citoyenneté et sur les prérogatives qui devraient être reconnues dans les instances politiques de divers niveaux et de différente nature – nationale, régionale, locale, ethnique – pour organiser le territoire et ses ressources.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search