Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Deuxième partie. Trois expériences de transitions foncières post-coloniales

Chapitre 6. La fin d’empire au Belize, la BEC et la politique forestière

Texte intégral

  • 1 Archives de Londres, CO 123/374/5.

1Quelles relations la compagnie forestière Belize Estate and Produce Company (BEC) et le gouvernement colonial du Honduras britannique entretiennent-ils à une période charnière de la vie de la colonie, celle qui voit le déclin de l’Empire britannique et l’affirmation du pouvoir économique américain dans la première moitié du XXe siècle ? La question mérite d’être abordée de front tant la compagnie détermine largement, à elle seule, l’économie du territoire. Dans les années 1930, la BEC possède près de la moitié des terres privées du Honduras britannique et, aspect central, elle contrôle l’essentiel du marché du travail forestier qui, à son tour, occupe une place prédominante sur le marché du travail dans la colonie. C’est une entreprise aux activités diversifiées, comme en témoigne son rapport de 1938 : exploitation forestière (acajou et bois de Campeche), transformation avec notamment une importante scierie, élevage et autres activités agricoles et commerciales1.

1) Les négociations sur la propriété : acteurs et enjeux

2Comprendre la nature des rapports de la BEC avec son entourage, c’est d’une certaine façon comprendre le Honduras britannique « depuis en haut », depuis les logiques d’hégémonie. Les interactions entre les acteurs mettent au jour les tensions entre les ambitions impérialistes que conserve l’administration de Londres, l’affaiblissement économique de la colonie et les compromis politiques qui marquent le déclin de l’Empire britannique dans cette région. Elles illustrent notamment la place centrale que jouèrent les politiques forestières et de conservation dans l’imposition d’un ordre politique et même moral fondé sur un rapport discipliné à la nature, au Belize comme ailleurs dans l’Empire britannique.

  • 2 Aux Archives de Kew (Londres), j’ai travaillé sur cinq fonds documentaires incluant des documents s (...)
  • 3 Les femmes n’apparaissent dans ces archives officielles que comme veuves en demande de protection, (...)

3Dans les archives coloniales de Londres2, les dossiers consultés concernant le Belize côtoient ceux des Caraïbes, des îles Fidji, d’autres îles plus lointaines ou de territoires africains (pas ceux de l’Inde, dont les archives sont ailleurs). On y trouve des traces des pratiques de l’Empire au quotidien, dans le traitement de questions relatives au développement des infrastructures locales (un pont, une école, une route), l’assistance humanitaire (après des catastrophes naturelles notamment), les aides personnelles après veuvage ou accident, mais aussi les relations avec les entrepreneurs, les marchands, les colons3 et, en général, les habitants de ces contrées mal connues des administrateurs londoniens. Les dossiers traitant du Honduras britannique entre les années 1930 et 1950, constitués par des échanges de télégrammes, des lettres et des rapports officiels et confidentiels, se réfèrent souvent à la peur que ressentent les coloniaux britanniques – sur place mais aussi à Londres – vis-à-vis des étrangers, des Mexicains, du Guatemala voisin, des Allemands en 1940, des États-Unis ensuite. On a l’impression de voir l’Empire basculer, incapable d’assumer financièrement et idéologiquement ses obligations envers ses sujets coloniaux.

4Concernant le dossier de la Belize Estate Company, l’objet initial des échanges est assez clair : pour répondre à un besoin de liquidités dans un contexte de crise généralisée (on est en 1929) et de crise de l’acajou en particulier, la BEC cherche à vendre ses actifs au Honduras britannique tout en sollicitant, dans le même temps, un crédit. Dans les deux cas, elle a besoin de régulariser les droits de propriété sur les terres dont elle dispose, mais sans titres officiels, dans l’ouest du territoire, frontalier du Guatemala. Elle sollicite l’intervention du gouvernement britannique pour l’aider à résoudre ce problème. Les échanges se multiplient sur plus de vingt ans entre les dirigeants de la BEC et les différents services administratifs, techniques et politiques, au Honduras Britannique et à Londres. Ils soulèvent des questions très diverses, mais toutes liées d’une façon ou d’une autre à la propriété de la terre dont la BEC revendique la régularisation. Dans un premier temps, les choses semblent simples : les principaux actionnaires de la BEC mènent les négociations, forts des soutiens dont ils jouissent tant au Belize – où ils occupent une position de dominance non contestée – qu’à Londres, qui avalise toutes les initiatives de l’entreprise. Mais assez vite tout se complique, les intérêts des uns contrariant ceux des autres à divers niveaux.

  • 4 Et ce, même si le Honduras britannique n’est pas prioritaire à Londres. Globalement, le budget cons (...)

5On peut représenter les négociations sous la forme d’un triangle dont les sommets seraient le gouvernement colonial soumis aux pressions locales, les sphères du gouvernement britannique à Londres, et la BEC, comme le schématise la figure 13 ci-dessous. Chaque pôle est à son tour constitué de multiples acteurs qui ne sont pas toujours d’accord entre eux. Au Belize, l’autorité coloniale constituée autour du gouverneur et d’un conseil législatif se fait la porte-parole des entrepreneurs locaux dont certains sont fortement opposés à la BEC. En cette période de très forte agitation sociale, le gouvernement colonial doit également prendre en compte les avis des autres forestiers, des travailleurs et des habitants en général. Implantée d’une part à Londres et de l’autre au Honduras britannique, la compagnie elle-même doit gérer les intérêts de ses propriétaires, mais aussi entretenir ses réseaux politiques en Angleterre tout en ouvrant de nouvelles alliances possibles, notamment aux États-Unis. À Londres enfin, dans les milieux gouvernementaux, l’affaire de la BEC est suivie, notamment, par les spécialistes du Colonial Office et, en son sein, par le Comité pour le développement colonial (Colonial Development Advisory Committee – CDAC – créé en 1929), mais aussi par le Trésor et le Département chargé de la politique forestière4. Dans ce jeu à bandes multiples, la BEC tente – la plupart du temps avec succès – d’imposer les mesures politiques, économiques et législatives qui lui sont favorables.

Figure 13 : Les sphères et les acteurs de la négociation de la BEC (1930-1950)

Figure 13 : Les sphères et les acteurs de la négociation de la BEC (1930-1950)

Source : Élaboration O. H.

6Autour des demandes de régularisation des droits de propriété se jouent en fait des négociations sur quatre grandes questions qui conditionnent la vie de la colonie et la gestion de son territoire en cette première moitié de XXe siècle, questions sur lesquelles la BEC intervient en usant de l’un ou l’autre de ses multiples atouts. Dans le débat sur la politique forestière, c’est en tant qu’acteur forestier que la BEC s’impose et que les acteurs s’y réfèrent pour critiquer ou pour appeler de leurs vœux la régulation de l’exploitation des bois commerciaux. Les discussions font surgir des antagonismes à plusieurs niveaux : au niveau local, au Honduras britannique, entre petits et gros exploitants, négociants et forestiers, administration et élus locaux ; au niveau colonial, à Londres, entre les intérêts du territoire et ceux de la métropole, eux-mêmes diversifiés ; et au niveau international, avec le marché du bois et l’irruption des intérêts américains dans la région. Dans le domaine de la souveraineté, la BEC impose ses intérêts car elle détient l’une des clés de la souveraineté du territoire. Le gouvernement craint en effet de perdre le contrôle de sa frontière avec le Guatemala d’une part et de voir les Américains s’imposer dans l’économie locale, de l’autre. C’est une question de double souveraineté – diplomatique et économique – que cette négociation avive dans les sphères du pouvoir. Un troisième ensemble de débats sur l’ordre et la finance se fait jour lorsque l’entreprise forestière entend monnayer sa position de domination en faisant un véritable chantage au désordre social. Principal employeur du territoire, la BEC menace à plusieurs reprises de se retirer du Honduras britannique si elle n’obtient pas des garanties de soutien, et plus tard des subventions, du gouvernement britannique. L’argument porte, car le gouvernement colonial craint les émeutes et doit faire face à l’extrême fragilité de l’économie et de la société locales. Enfin, la BEC fait valoir un dernier ensemble d’arguments en sa faveur en jouant la carte de l’allié du gouvernement menacé, en ces années 1930-1950, par les luttes pour l’indépendance. Ce sont ces quatre sphères de négociations que les documents d’archives nous permettent de suivre en détail. Mais de quelle propriété parle-t-on quand on parle de la BEC et des territoires en litige ?

2) Les termes du litige, entre normes et rapports de force

  • 5 « When applications were made by Hodge and Hyde their object was to acquire all the lands, witness (...)

7La naissance de la BEC remonte au début du XIXe siècle, lorsque James Hyde et James Bartlett, deux colons (settlers) du Honduras britannique, s’associent à John Hodge, un marchand de Londres, pour former la James Hyde and Co, qui deviendra la British Honduras Company en 1859. Un rapport rédigé bien plus tard, en 1935, révèlera leur appétit foncier démesuré, affirmant qu’ils voulaient acheter toutes les terres disponibles (souligné dans l’original)5.

  • 6 En 1868, le gouverneur Longden informe Londres de l’existence de problèmes avec des villages indien (...)

8La compagnie étend ses terres dans la partie ouest de la colonie, non sans résistance de la part des Maya qui y résident. En 1867, plusieurs villages des Yalbac Hills sont détruits par l’armée du Honduras britannique au motif qu’ils sont situés sur des terres de la compagnie6. Celle-ci exerce son influence au-delà du strict domaine économique : en 1871, elle pèse sur le vote qui institue la Crown Colony et met fin au statut d’auto-gouvernement qui régissait jusqu’alors ce territoire colonial dépendant des autorités de la Jamaïque (Judd, 1998 : 133). Londres contrôle désormais directement la politique et les finances du territoire. Devenue la Belize Estate and Produce Company en 1875, l’entreprise se consacre à l’exploitation forestière à grande échelle et se déploie en rachetant les terres d’autres grands propriétaires, dont celles de Young, Toledo and Co., en 1880.

  • 7 Dans un télégramme du 14 février 1919, les autorités locales du Honduras britannique se plaignent a (...)

9En 1919, l’acajou reste l’une des principales ressources du territoire et son commerce est étroitement contrôlé par les autorités. Preuve de sa position dominante sur le marché, la BEC signe ses contrats directement avec le Director of Contracts de l’Amirauté à Londres, contrairement aux autres négociants du territoire qui doivent passer par les services de l’Admiralty7 au Honduras britannique. Dans les années 1930, la compagnie jouit dans la colonie d’un pouvoir exorbitant qu’elle tire du contrôle territorial qu’elle exerce, sur environ 20 % du territoire et la moitié des terres privées, dont on n’a malheureusement pas la cartographie exhaustive. On trouve dans les archives de nombreuses traces d’acquisitions ou de propriétés mais sans pouvoir les localiser toutes ni systématiser l’information. La carte ci-dessous (figure 14) constitue une première tentative en ce sens. Elle situe grossièrement – une cartographie plus fine suivra – les terres en conflit de propriété dans ces années 1930-1950, dans le centre-ouest du territoire frontalier avec le Guatemala. Et elle signale des terres dont on sait par ailleurs, par une carte de 1935 conservée aux Archives de Belmopan et mise à jour dans les années 1970, qu’elles appartenaient à la BEC ; elle n’inclut cependant pas certaines terres dont on sait qu’elles appartenaient à la compagnie mais dont on ignore les limites et la localisation exactes. Le fond de carte indique la répartition entre les terres privées et les terres de la Couronne en 1939 (Atlas of British Honduras, 1939).

Figure 14 : Localisation des terres en conflit ; la BEC dans le nord du pays dans les années 1930

Figure 14 : Localisation des terres en conflit ; la BEC dans le nord du pays dans les années 1930

Source : Barnett (1991 :118), à partir de British Honduras Land Ownership (1938)

  • 8 Du côté mexicain, les terres du Rio Hondo étaient à l’époque données en location pour des périodes (...)

10Les négociations entre la compagnie et le gouvernement débutent alors que l’emprise de la compagnie dans la colonie traverse une phase d’instabilité. La BEC doit faire face au mécontentement grandissant des travailleurs, aussi bien en forêt qu’en ville. À Belize City, les grèves et manifestations témoignent de la résistance des ouvriers et de leurs familles au fonctionnement imposé par la BEC, notamment au système de paiement anticipé qui provoque l’endettement systématique des travailleurs et leur dépendance totale envers la compagnie. C’est dans ce contexte social que la BEC, aux prises avec des difficultés financières – chute des cours internationaux de l’acajou et du chicle, crise de 1929 –, tente de vendre ses actifs, ou du moins une partie, à savoir les terres qu’elle détient dans l’ouest du territoire. Un premier acheteur (Bidwell) est écarté, faute de garanties. La BEC se tourne alors vers l’entreprise américaine Mengel, qui possède aussi des terres du côté mexicain (78 500 ha) et y exploite le chicle et l’acajou depuis le début du XXe siècle8. Les terres ont d’autant plus de valeur pour l’acheteur potentiel qu’est Mengel qu’il possède également de vastes mais inaccessibles concessions dans le Petén, à l’ouest de la frontière qui sépare le Honduras britannique du Guatemala. L’acquisition des terres de la BEC lui permettrait de se constituer une gigantesque propriété d’un seul tenant, accessible depuis le Honduras britannique, avec même un éventuel accès maritime s’il réussissait à construire une voie de chemin de fer reliant le port de Belize City à ses territoires forestiers.

11La BEC reconnaît qu’il lui manque, pour mener à bien la transaction, les titres fonciers d’une partie de ses propriétés. Les terres en question sont couvertes de forêts, par endroits riches en acajou. Elles jouxtent des terres de la Couronne ou y sont imbriquées. La BEC va alors entamer une double négociation avec la Couronne : d’un côté, elle demande au gouvernement de reconnaître les droits de propriété qu’elle considère acquis sur certaines parcelles, même en l’absence de documents officiels ; de l’autre, elle demande à échanger des terres qu’elle détient mais qui sont éloignées les unes des autres, contre des parcelles détenues par le gouvernement en Crown Lands et qui sont proches des siennes. L’échange permettrait aux deux parties de se constituer des propriétés d’un seul tenant. La négociation doit initialement porter sur les caractéristiques proprement géographiques des terrains concernés, qui toutes posent problème : leur étendue (les superficies ne sont pas connues avec précision), leur qualité (ici, la richesse supposée en acajou), leur emplacement (en zone de frontière internationale pas encore délimitée), leur statut juridique (absence de titres de propriété). Pour les négociateurs, la question technique est la première à régler pour évaluer la pertinence et la « justesse » d’un éventuel échange. Les arguments mis sur la table s’accompagnent d’une production de cartes qui sont copiées, disparaissent puis réapparaissent, se contredisent parfois, sont pour certaines non signées ni datées, donc jugées peu fiables, semant le doute parmi les administrateurs londoniens. Comme le dit l’un deux, que faire « if the map is wrong » ? (CO 123/350/3, 1935).

L’argumentaire géographique

12La carte ci-dessous (figure 15) synthétise les termes de la négociation tels qu’ils apparaissaient en 1929, et sont confirmés et précisés en 1935. Les parties de couleur violette correspondent aux portions que possède la BEC et qui ne posent pas de problèmes juridiques. En jaune figurent les terres dont la propriété est revendiquée à la fois par la BEC et par la Couronne. La zone hachurée et les parcelles surlignées sont les terrains de l’échange proposé par la BEC : à l’ouest de la Booth River, la compagnie se verrait reconnaître ses droits de propriété sur les parties situées au nord d’une ligne est-ouest (Cacao, la parcelle Nº 4 et Williamson) et la Couronne aurait en échange la propriété des parties situées au sud (zone hachurée). Le problème est que la compagnie dispose d’arguments juridiques très lacunaires.

Figure 15 : Les terres en dispute entre la BEC et le gouvernement britannique (1935)

Figure 15 : Les terres en dispute entre la BEC et le gouvernement britannique (1935)

Source : Archives of Kew, Londres (C.O.123/350/3).

  • 9 Voir Odile Hoffmann, 2014 : 42.
  • 10 Courrier du 12/01/1935 de Wolffsohn, Ag. Surveyor General in British Honduras au Colonial Secretary(...)

13Concernant les terres revendiquées par les deux parties, la compagnie prétend légitimiter ses droits sur les portions A et B sans pouvoir en apporter la preuve, si ce n’est un usage ancien dont une carte de 1858 porte témoignage par une vague mention : « Terres vendues à la British Honduras Co. Limited, jouxtant celles supposées être attribuées en concession à Young, Toledo and Co.9 » Le gouvernement britannique maintient ses prétentions sur ces parties, de même que sur les parcelles Cacao et Nº 4 pour lesquelles la compagnie n’offre aucune preuve d’appropriation ni aucun document qui étaye ses affirmations. En revanche, la compagnie présente un argumentaire circonstancié pour les autres parties signalées sur la carte10:

  • La parcelle Williamson aurait été concédée en « grant » de la Couronne en 1838, ce que le gouvernement acceptera finalement.

  • La parcelle France apparaît aux noms des colons James Hyde and Company et Hyde Hodge and Company sur la carte de 1858. James Hyde ayant été fondateur de la BEC, le gouvernement en reconnaîtra la propriété à la BEC, même en l’absence du registre écrit, supposé avoir été détruit.

  • La BEC présente un titre de propriété de la parcelle dénommée James Hyde (Hampshire et Hyde sur la carte), mais qui ne couvre qu’une partie de sa superficie ; il resterait 4 147 acres à régulariser contre paiement, ce que la BEC accepte de faire.

14La compagnie mobilise plusieurs types d’arguments : le registre de la légalité formelle avec présentation d’un titre dûment enregistré ; celui de l’appropriation légitimée par l’usage historique même en l’absence de titres (A et B) ; celui d’une légalité héritée et reconnue, même si les traces écrites ont été perdues (Willamson et France) ; celui de la bonne foi, assorti d’une offre de régulariser les titres en payant l’impôt foncier pour les cinq années écoulées (Cacao et Nº 4). À quoi il faut ajouter l’argument utilisé en d’autres occasions, selon lequel la possession est légitimée par la construction d’aménagements (mejoras) comme celle d’un tronçon de voie ferrée, et plus tard l’argument du bien public, selon lequel la légitimité de la possession s’impose sur la base des avantages collectifs que le supposé propriétaire apporte à la communauté, dans ce cas les emplois et la richesse fournis par l’exploitation forestière. Sans multiplier à l’infini les registres, on voit que les arguments combinent normes anciennes et contemporaines, orales et écrites, locales et globales. S’y ajouteront ensuite d’autres types d’arguments (économiques, politiques), dans un enchâssement de logiques qui rend compte des jeux de pouvoirs entre les intervenants.

15Pendant huit ans, les négociations sur l’échange des parcelles seront menées au plus haut niveau entre les dirigeants de la BEC et les autorités à Londres (Secretary of State), parfois par courriers confidentiels et en court-circuitant le gouvernement colonial du Honduras britannique et même le Colonial Office. Elles finissent par tourner à l’avantage de la BEC, avec la signature d’un accord en 1937. La figure 16 illustre les termes de l’accord, par lequel les parties commencent par reconnaître les propriétés de chacune d’elles même en l’absence de tout document juridique, et les localisent sur la carte. Le gouvernement possède les terres signalées en gris foncé sur la carte (les zones A et B, frontalières du Guatemala) de même que celles entourées de noir (les parcelles Cacao et Nº 4) ; la BEC, pour sa part, se voit reconnaître la propriété des autres parties (signalées en gris clair et qui incluent les parcelles Williamson, France et Hampshire), de même que la parcelle appelée Iguana Creek Works, hachurée sur la carte. Sur cette base, les parties procèdent alors à l’échange de la partie hachurée, Iguana Creek Works, qui devient propriété de la Couronne, contre les parties A et B situées à la frontière qui passent aux mains de la compagnie. Le texte prévoit des clauses subordonnant la délimitation exacte des parcelles à un relevé topographique. De plus, le gouvernement accepte de reconnaître les prétentions de la compagnie sur les parcelles Cacao et Nº 4 contre le paiement des cinq ans d’arriérés d’impôts. La BEC devient alors légalement propriétaire de tout l’espace occidental du territoire, jusqu’à la frontière avec le Guatemala, soit bien plus encore que ce que mentionnaient les premiers courriers.

Figure 16 : Accord de 1937 sur l’échange de terres entre la BEC et le gouvernement britannique

Figure 16 : Accord de 1937 sur l’échange de terres entre la BEC et le gouvernement britannique

Source : Archives of Kew, Londres (C.O.123/361/2)

  • 11 « While the government is prepared to admit that the Company may have a certain amount of moral cla (...)
  • 12 « In such circumstances, the settlement which has at least been arrived at after long negociation w (...)
  • 13 C.O. 123/355/2.

16Les négociateurs sont conscients du potentiel explosif qu’il y aurait à trop afficher localement, au Honduras britannique, un traitement favorisant aussi manifestement la BEC. En atteste un courrier de 1935 signé de Campbell, alors Secretary of State’s Financial Adviser, qui fait allusion aux habitants du Honduras britannique – généralement absents des préoccupations des négociateurs – alors que l’accord n’est pas encore trouvé entre les parties. Il prévient contre le risque qu’il y aurait à ignorer les revendications d’ordre moral, et même juridique, que porte en leur nom le gouvernement de la colonie. Il ne faudrait pas brader des terres de valeur au profit des seuls intérêts de la BEC11. Le gouvernement colonial du Honduras britannique fait d’ailleurs part de son amertume et tentera à de multiples reprises d’empêcher un accord trop favorable à la BEC, parlant même de « farce » à propos de l’arrangement prévu12. Il sera toutefois obligé de suivre les directives de Londres et, malgré l’opposition de son Conseil exécutif, devra même payer les dépenses d’arpentage prévues dans l’accord (3 000 dollars13). L’accord signé en 1937 accepte presque toutes les demandes de la BEC, y compris l’octroi prioritaire de concessions d’exploitation d’acajou sur les terres de la Couronne. Il clarifie définitivement les droits de propriété sur les terres de l’ouest du territoire et ouvre la voie à de possibles transactions de vente aux conditions du marché, comme le souhaitait la compagnie.

Le transfert de propriété et la fin de la BEC

  • 14 C.O. 123/331/4, 1929-30.
  • 15 La compagnie a déjà construit une portion de voie ferrée et s’en félicite : « Apart from the dereli (...)

17La transaction souhaitée par la BEC concerne le transfert de sa propriété à une compagnie américaine, transfert pour lequel la Couronne et le gouvernement colonial du Honduras britannique doivent donner leur accord. À Londres, les interlocuteurs sont nombreux (Colonial Office, Trésor, Secrétariat d’État aux Colonies, Bureau du Commerce, Ministère de l’Approvisionnement) et ne sont pas tous d’accord sur la stratégie à suivre. Le profil argumentaire du Colonial Office est rapidement posé : le gouvernement craint que l’acheteur potentiel ne cherche qu’à surexploiter le bois (acajou) sans faire d’investissement, parlant à ce propos de « cliques de profiteurs », « d’exploitation destructrice » et d’une « faction des marchands » dont il faudrait se méfier. Selon le Colonial Office, le gouvernement ne devrait accorder aux nouveaux propriétaires la concession pour exploiter le bois – seule richesse de ces vastes terres selon eux – qu’à la condition qu’ils construisent une voie de chemin de fer qui mette en valeur cette région, qu’ils payent dûment leurs royalties sur les bois coupés, qu’ils procèdent à la reforestation des aires exploitées et qu’ils laissent suffisamment d’arbres semenciers pour garantir la régénération de la forêt. Autrement dit, qu’ils garantissent une gestion de la forêt respectueuse de la conservation (conservative forest management14). L’argumentaire du côté de la BEC est lui aussi clairement formulé : l’entreprise perd de l’argent, les coûts de production sont bien trop élevés à cause de l’exploitation qui reste manuelle et traditionnelle, par halage animal. Il faut moderniser, et pour cela il faut construire le chemin de fer15, ce qui ne peut se faire qu’à la condition d’avoir de grandes portions contiguës de terres en propriété, condition elle-même assujettie à l’achat-vente de parcelles dotées de titres de propriété en règle. Le lien entre mauvaise exploitation forestière, droits de propriété et échange de terres est explicitement formulé.

  • 16 C.O. 123/382/6.
  • 17 C.O. 123/331/4, 1929-30.

18Ces arguments résonnent puissamment à Londres où le management forestier est le pilier de la politique coloniale en zone tropicale. Localement, c’est encore une autre position que tente de soutenir le gouvernement colonial, tantôt porte-parole de la politique de Londres, tantôt défenseur des intérêts économiques locaux, dont ceux des négociants et forestiers. Le gouvernement colonial dit craindre qu’avec une assise territoriale et économique aussi disproportionnée, une entreprise étrangère soit un obstacle à toute réforme de la politique foncière dans le territoire16. Il peut s’appuyer pour cela sur les avis des entrepreneurs et techniciens forestiers présents au Honduras britannique qui, en 1930 déjà, faisaient savoir qu’à leurs yeux, la vente de ces forêts à une grande entreprise réduirait à néant toute politique d’aménagement forestier17 (Oliphant, Conservateur des forêts au Honduras britannique, 1930).

  • 18 C.O. 123/331/4, 1929-30.
  • 19 En 1931, la population masculine totale est estimée à 25 500 personnes, enfants compris.
  • 20 C.O. 123/331/4, 1929-30.
  • 21 Lettre de Whiting, Managing Director de la compagnie, au Colonial Office, 19 janvier 1942. C.O. 123 (...)

19La BEC domine les débats. C’est elle qui, depuis Londres, avance les arguments et porte la contradiction. Au Honduras britannique, l’entreprise forestière représente un État dans l’État, une enclave spatiale, économique et politique qui ne s’embarrasse pas d’alliés locaux qu’elle méprise ouvertement au point de les traiter de « clique de marchands qui ne connaissent rien des régions intérieures de la colonie18 ». Elle, au contraire, affirme avoir toujours assumé un fort engagement en faveur de la colonie dans son ensemble : la compagnie a toujours été disposée à financer le développement forestier, à vendre des terres à bas prix (« a dollar an acre or even less ») à d’éventuels acheteurs qui s’engageraient à les mettre en valeur mais aussi, plus largement, à contribuer à certains travaux publics comme le système électrique à Belize et à aider la collectivité locale sous diverses formes, par exemple en assurant parfois le salaire de l’évêque. Elle insiste surtout sur le fait qu’elle emploie annuellement environ 600 personnes19, qu’elle a investi « des millions » dans la colonie sans en retirer grand-chose, en tous cas pas plus de 5 % par an dans les cinquante dernières années20. En résumé, la BEC s’assume comme la colonne vertébrale (« backbone ») de la colonie, laquelle ne pourrait que bénéficier d’un élargissement de ses activités21. Elle joue sur sa position d’acteur économique raisonnable, activant au besoin le registre moral et sa position hégémonique locale pour exiger un soutien du gouvernement dans son projet de vente.

  • 22 E.R. Darnley, Président du Discovery Committee du Colonial Office à Londres, déclare : « Undoubtedl (...)
  • 23 « I agree that these people seem to know their business and to be go ahead, but we must avoid putti (...)

20Ce profil d’acteur moralement et économique responsable ne s’embarrasse pas de quelques contradictions. Les dirigeants de la BEC exigent l’intervention du gouvernement pour faciliter l’échange de terres et garantir leurs droits de propriété, mais s’opposent à toute intervention publique sur la transaction elle-même. Ils se présentent comme la seule entreprise rentable sur le territoire du Honduras britannique, la seule à fournir des emplois et à contribuer au développement du territoire, tout en conservant leurs intérêts financiers à Londres. Ils revendiquent leurs droits d’acteur économique privé indépendant tout en jouant ouvertement sur leur position d’intervenant politique local et d’interlocuteur privilégié auprès du gouvernement de Londres. Devant tant d’arrogance, le Colonial Office temporise. Il est disposé à appuyer la BEC au vu du pouvoir qu’elle détient et des arguments financiers qu’elle assène (les revenus de la vente des terres seraient perçus en Grande-Bretagne, et en dollars), mais refuse de lui accorder trop de facilités dans la régularisation des propriétés. On a vu qu’il devra céder sur ce point. La réticence de Londres vis-à-vis de la BEC apparaît dans un courrier passablement énervé de 1929 qui précise que la compagnie a certes fourni du travail localement mais qu’elle a surtout rapatrié les profits en Angleterre22. En résumé, le gouvernement à Londres se dit prêt à soutenir les efforts de la compagnie tout en recommandant de ne pas lui donner trop de pouvoir qu’elle exercerait alors au détriment des autres acteurs locaux23.

  • 24 En témoigne cette décision lapidaire du Colonial Office : « The Governor should be so informed by t (...)
  • 25 Lettre de Whiting au Colonial Office du 19 janvier 1942. C.O. 123/382/7.
  • 26 « It would indeed be a major disaster if the Belize Estate & Produce Company decided to abandon the (...)
  • 27 C.O. 1031/644.

21La vente des terres de la BEC se fait finalement en 1942, cinq ans après la régularisation des titres fonciers, avec l’accord de Londres mais contre l’avis du gouvernement colonial qui doit cependant se plier aux décisions du Colonial Office24. La BEC en informe elle-même le Secretary of States et, nouvelle humiliation pour le gouvernement local, la compagnie « accepte » que le gouverneur du Honduras britannique en soit à son tour informé (20 janvier 1942, C.O. 123/382/6). L’acheteur (90 % des actions) est Albert Gliksten, britannique, l’un des directeurs de Gliksten Investment and Property Trust Limited, une entreprise qu’il détient avec son frère Stanley. Né en 1898, Albert Gliksten a de l’expérience dans le secteur de la transformation et du négoce de bois, et il connaît le Honduras britannique où il a vécu pendant un an et demi25. Il s’enthousiasme pour sa nouvelle acquisition, s’installe dans la colonie avec son épouse et entreprend de moderniser l’entreprise en introduisant notamment de nouvelles expériences (essai de transformation et d’industrialisation de la citronnelle, modernisation de l’élevage, exploitation des bois secondaires après la coupe des grands acajous). Les équilibres entre la BEC, le gouvernement du Honduras britannique et les autorités de Londres sont toutefois rompus avec la mort brutale d’Albert Gliksten en 1952. Sa femme envisage de prendre sa succession mais c’est son beau-frère Stanley qui prend le contrôle de la compagnie (T-1031/644, 1952). Elle aurait voulu continuer l’œuvre de son mari mais craint de ne pas pouvoir maintenir toutes les activités de la BEC au Honduras britannique. Elle s’en ouvre au Colonial Office à Londres, qui en informe le gouvernement local à Belize, lequel, à son tour, s’inquiète d’un possible tournant dans la politique économique de l’entreprise et d’un éventuel retrait, « ce qui serait un désastre »26. Et de fait, Stanley Gliksten joue en solo, procède à des licenciements sans en avoir prévenu le gouvernement du Honduras britannique, laisse courir des rumeurs sur son retrait des zones forestières les plus éloignées, et ferme effectivement le site d’exploitation de Gallon Jug en août 1952, tout en affirmant vouloir maintenir sa politique forestière d’exploitation durable (policy of sustained yield27).

22La suite marque la fin de la compagnie en tant qu’acteur politique et économique forestier de premier plan. Stanley Gliksten vend quelques parcelles – la plupart à des États-Uniens (Petch, 1986 : 1008) – mais conserve une parcelle de 870 000 acres qui sera plus tard vendue, dans les années 1970, à l’International Timber Company (ITC), une compagnie américaine. ITC vend à son tour à un financier de Géorgie (États-Unis), F.W. Bellote, qui renonce devant le poids des impôts fonciers et en 1982, revend 700 000 acres à Barry Bowen, bélizien, concessionnaire de Coca-Cola (Petch, 1986 ; Judd, 1998). Après plusieurs expérimentations peu concluantes, Bowen est surendetté et divise ses terres. Il en vend une partie à la Minute Maid Coca-Cola Juice Subsidiary (50 000 acres), une partie à deux hommes d’affaires de Houston (50 000 acres), et en transfère une partie au gouvernement au titre des impôts dus, dans le New Tiger Lagoon. Bowen prévoyait d’exploiter la plus grosse partie de sa propriété (500 000 acres) en plantation d’agrumes, avec le soutien de la United States Agency for International Development (USAID). La possibilité de voir une grande partie de la forêt tropicale transformée en monoculture fait alors scandale dans les milieux environnementalistes internationaux qui organisent une campagne contre le projet. La mobilisation de la Massachussets Audubon Society et des Amis de la Terre (International Friends of Earth) mène à l’abandon du projet et à la mise en place d’un projet de conservation et de site ouvert au public : le Rio Bravo Conservation et le Program for Belize : Chan Chih (Sutherland, 1998 : 20-21), qui combinent propriété privée et accès public.

3) Libéralisme et interventionnisme : la question de la régulation forestière

  • 28 C.O. 123/335/6, 1931-32.
  • 29 Rapport de Robertson, 19/02/1942, C.O. 123/382/7.

23Les controverses soulevées par la demande de la BEC s’insèrent dans le débat, vif en Grande-Bretagne et son empire à cette époque, sur les politiques du gouvernement en matière de gestion forestière. Le courant de la régulation semble l’emporter dans la colonie. Le gouvernement colonial, soutenu par le Conseil exécutif local, propose de délivrer des titres de propriété conditionnés à une exploitation que l’on qualifierait aujourd’hui de durable, c’est-à-dire qui assure le renouvellement des arbres coupés et la protection des jeunes arbres. Il accorderait des titres de propriété privée (« grant a title in fee simple ») dix ans après avoir autorisé l’exploitation sur une parcelle donnée s’il s’avère que le bénéficiaire – ici la BEC ou ses acheteurs – n’a pas surexploité la forêt et n’a pas coupé d’acajous ou de cèdres à la circonférence inférieure à 90 pouces28. Il s’appuie sur les avis de techniciens forestiers qui fournissent un important rapport en 1942. Les auteurs préconisent de réguler l’exploitation et ne pas laisser à la BEC le monopole de la coupe d’acajou sur les terres de la Couronne. On devrait recommander dans les contrats l’introduction d’autres espèces que l’acajou ou le pin, sinon la colonie pourrait se retrouver prisonnière de ses stocks, comme cela est arrivé par le passé. Pour autant, le rapport écarte toute idée de patriotisme économique de façade et suggère de laisser la compagnie gérer elle-même ses rapports avec les sous-traitants, anglais ou non29.

  • 30 Downie, C.O. 73/7/1941.

24D’autres voix au contraire prônent la libéralisation et s’opposent à toute mesure de régulation au motif qu’elle entraverait le développement d’un marché foncier. Prenant l’exemple de la transaction de la BEC, elles affirment qu’aucun Américain n’accepterait d’acheter des terres sans avoir la garantie de la sécurité foncière30. Les compagnies forestières présentes sur place sont elles-mêmes rétives à toute intervention gouvernementale, même indirecte à travers une politique fiscale, et lui préféreraient l’option défendue finalement par le gouvernement local du Honduras britannique, à savoir une « coopération volontaire » entre le gouvernement et le secteur privé.

  • 31 Lettre du Lieutenant Governor Longden à Grant, 4 décembre 1867, citée par Bolland et Shoman, 1977 : (...)

25Depuis les débuts de la colonie, la question des impôts fonciers et de la taxation de l’activité forestière – longtemps la seule source de devises du territoire – est au cœur des relations entre l’administration et ses sujets. En 1867 déjà, sous le mandat du gouverneur Austin, la Couronne avait cherché à construire un système fiscal applicable à tous, et notamment aux Indians qu’elle obligeait ainsi à payer pour l’usage de leurs propres terres. La Land Tax Act de 1867 avait fixé l’impôt à 40 dollars par parcelle d’exploitation forestière, montant que l’administration avait toutefois dû réduire presque de moitié quatre ans plus tard à peine (réduit à « 24 dollars per work in 1871 ») sous la pression des négociants locaux, dont les ancêtres de la BEC31.

  • 32 Il préconise que « a heavy tax on uncultivated or unworked land might frighten off prospective purc (...)
  • 33 Lettre marquée « secret » du Colonial Office à J. Hunter, gouverneur du Honduras britannique, 29 ju (...)

26Soixante ans plus tard, le problème reste entier. Pour le gouvernement local qui doit gérer son administration dans un contexte financier extrêmement contraint, l’impôt foncier est le pilier de toute politique territoriale, et même de toute politique publique. Un impôt foncier efficace amènerait des ressources et serait en même temps un instrument d’aménagement du territoire et de contrôle de l’exploitation forestière. Mais quand l’administration coloniale, en 1931, tente une nouvelle fois d’augmenter les impôts fonciers, la BEC et les autres propriétaires refusent tout simplement de payer (Petch, 1986 : 1007). Dans un télégramme secret de 1940, le gouverneur – opposé à la transaction souhaitée par la BEC – persiste et suggère d’utiliser l’arme fiscale pour effrayer les acheteurs potentiels et faire plier la compagnie32. Le clan anti-régulation qui prédomine à Londres semble toutefois gagner du terrain et en 1941, le Colonial Office s’aligne sur les arguments fournis par la BEC elle-même (par ses dirigeants Hoare et Whiting), dans la plus pure logique libérale : la régulation n’est pas indispensable puisque le point de vue strictement économique sera suffisant pour empêcher la sur-exploitation des forêts ; de plus, le marché de l’acajou ne pousse pas à la surexploitation et de toutes façons, la main-d’œuvre disponible – réduite – ne le permettrait pas33. La BEC propose et dispose.

4) La question de la souveraineté

  • 34 Septembre 1929. C.O. 123/331/4.
  • 35 Courrier du 10 décembre 1931, C.O. 123/335/6.
  • 36 C.O. 123/382/6, 1941. Cette opposition est confirmée quelques mois plus tard quand Ubico supprime l (...)

27La vente possible d’une grande compagnie britannique à des intérêts américains soulève la question de la souveraineté du territoire qui s’exprime à son tour en plusieurs tonalités : l’arrivée d’un nouveau propriétaire, américain, de la BEC signerait la rupture du lien organique entre la compagnie, le territoire et l’Empire au profit d’un rapprochement des deux premiers avec les États-Unis34. Elle alimenterait un phénomène d’américanisation déjà bien engagé, comme le signale le gouverneur Alan Burns quand il déclare en 1935 que les gens de la colonie « sont plus américains que britanniques » (Shoman, 2009 : 80). On craint aussi de voir apparaître un étranger au cœur du conflit de frontières avec le Guatemala. Si la BEC doit vendre à un Américain ses terres frontalières du Guatemala, les disputes territoriales avec ce pays n’auront plus de secrets pour le nouveau propriétaire qui pourra éventuellement en tirer avantage au détriment de la colonie et de sa réputation35. Ce même argument est repris, mais pour en souligner le potentiel – positif cette fois – pour le développement économique du territoire. Au moment de ces discussions, les relations entre le Belize (et la Grande-Bretagne) et le Guatemala sont tellement mauvaises qu’il semble impossible d’imaginer que la BEC puisse un jour porter un projet économique des deux côtés de la frontière. Les Américains pourraient être mieux placés pour négocier avec le Guatemala l’ouverture d’une voie de chemin de fer dans les régions forestières du Petén. Autrement dit, les intérêts économiques du territoire britannique seraient mieux défendus par des entrepreneurs américains. Cet argument est cependant aussitôt contré par A. Burns (gouverneur du Honduras britannique de 1934 à 1939, Assistant Under-Secretary of State for the Colonies au moment où il écrit), qui rappelle l’opposition farouche du président guatémaltèque Ubico à tout projet de communication entre le Belize et le Guatemala, qu’il soit le fait de Britanniques ou d’Américains36.

  • 37 C.O. 123/379/4, 1940.
  • 38 Lettre de R.F. Bretherton, Ministry of Supply, à G. Lee, Esq., Treasury Chambers, C.O. 123/379/4, 1 (...)

28Ces réserves d’ordre géopolitique sont renforcées par l’appréhension de la Grande-Bretagne face à la possible perte de contrôle de la ressource stratégique que représente l’acajou. La vente de la BEC à une firme américaine signifierait, pour la Grande-Bretagne, la fin de son autonomie en approvisionnement de bois d’acajou de bonne qualité, bois utilisé dans l’industrie de l’aviation sur un marché mondial contrôlé presqu’exclusivement par six compagnies américaines. Aux yeux des opposants à la vente, le souhait des Américains d’acheter la BEC aurait pour objectif, soit d’éliminer un concurrent potentiel en achetant la compagnie puis en arrêtant toute activité au Belize, soit de consolider leur monopole. Dans les deux cas la Grande-Bretagne y perdrait son indépendance37. Il est intéressant de noter que ces arguments se fondent sur l’expertise d’un certain M. Gliksten, négociant spécialisé dans le bois et qui travaille à l’époque au Timber Control, chargé du contrôle des achats d’acajou pour le gouvernement et réticent à la vente de la BEC à des intérêts américains38. La transaction se fera pourtant en 1942. Un an plus tard, en 1943, un long rapport du service économique du Colonial Office décrit le marché de l’acajou au Honduras britannique et laisse voir une situation nettement plus nuancée que celle décrite quelques années plus tôt par les opposants à la vente des terres de la BEC à des Américains. En particulier, les arguments géopolitiques avancés pour soi-disant protéger la souveraineté britannique ne tiennent pas devant les évidences. On apprend que les Américains n’avaient pas attendu la vente de la BEC pour s’introduire sur le marché forestier local et le dominer rapidement. Selon ce rapport, à côté de la BEC, trois compagnies américaines opèrent dans la colonie : la Weis-Fricker Mahogany Company, la I.T. Williams & Company (qui opère aussi en Côte-de-l’Or, actuel Ghana) et la Freiberg Mahogany Company, cette dernière avec une production d’acajou équivalente à celle de la BEC en 1941 (6 millions de pieds cubes). Ces trois compagnies sont approvisionnées par des sous-traitants locaux (« contractors ») qui obtiennent leurs permis d’exploitation auprès du gouvernement du Honduras britannique en tant qu’entrepreneurs indépendants, mais qui en fait sont financés par ces grandes compagnies. Les trois compagnies américaines fournissent même le ministère britannique de l’Approvisionnement (Ministry of Supply) en acajou nécessaire à l’aviation, car ce ministère, qui jusque-là traitait avec la BEC, n’en est pas satisfait et préfère se tourner vers les Américains. Les entrepreneurs du Honduras britannique qui exploitent le bois d’acajou, y compris la BEC, l’envoient aux États-Unis pour le faire transformer avant de le réexpédier vers la Grande-Bretagne. Avec ce système, les scieries américaines, qui ont l’énorme avantage d’avoir accès au marché intérieur américain, peuvent y écouler tout le bois d’acajou non utilisé pour l’aviation britannique ; elles sont dès lors beaucoup plus libres de négocier leurs prix que les compagnies qui vendent l’acajou non scié directement sur place, au Honduras britannique.

  • 39 La BEC avait tenté, sans succès, de convaincre les autres grandes compagnies présentes au Honduras (...)
  • 40 R.H. Burt, 5 juin 1943, C.O. 123/382/7.

29On l’aura compris, les transactions économiques entre la BEC et les intérêts américains ne sont pas nouvelles. Dès 1938, la BEC signe des accords avec l’entreprise américaine Wrigley pour l’exploitation du chicle. Et en 1943 – en pleine Seconde Guerre mondiale – l’acquéreur de la BEC, Gliksten, se rend aux États-Unis afin de discuter avec le Board of Economic Warfare des possibilités d’écouler son bois aux États-Unis. Il profite du fait que les autorités américaines ne sont pas satisfaites de la Freiberg Mahogany Company et seraient d’accord pour financer et équiper la BEC en technologie avancée. Le Board of Economic Warfare propose d’acheter toute la production d’acajou de la BEC, y compris la production non apte à l’usage aéronautique, qu’il stockerait au Belize. Il offre aussi à la BEC de garantir l’approvisionnement de sa nouvelle scierie au Honduras britannique, ce qui permettrait à l’entreprise de rentabiliser ses investissements39. Cette alliance ne scandalise pas outre mesure les fonctionnaires du Colonial Office. Pour certains d’entre eux, la question de la souveraineté politique n’est pas forcément la plus pertinente pour traiter du futur de la colonie. Le rôle du gouvernement colonial serait plutôt de veiller au développement de l’économie du territoire en protégeant les intérêts des entrepreneurs et négociants locaux face à la convoitise de grands exploitants, qu’ils soient britanniques ou américains40.

  • 41 Rapport de Rogers, 27 juillet 1944, C.O. 123/387/1.
  • 42 C.O. 123/387/1, 1944.
  • 43 C.O. 123/387/2 (mais inscrit à la main 123-386-2 sur le dossier lui-même), 1945-1946.
  • 44 C.O. 123/387/2.
  • 45 Lettre de Whiting, 28 mars 1947, BT, Board of Trade and of successor and related bodies, 188/198.

30En 1944, la BEC a toujours ses entrées à Londres, au Colonial Office où Gliksten vient présenter ses bilans et ses projets. Il est accompagné du gouverneur du Honduras britannique, J. Hunter41. Gliksten y expose ses efforts de modernisation au Honduras britannique mais également au Quintana Roo (Mexique) et au Petén (Guatemala), pour la coupe et le sciage ; il mentionne des expériences menées par son département de recherche pour la mise au point d’un bois résistant aux termites avec déjà une expérience de 100 000 pieds envoyés en Jamaïque. Mais pour cela, il a besoin que soit construite la route de Hill bank, qui desservirait les territoires frontaliers et permettrait de travailler toute l’année, réduisant alors les pertes d’exploitation. Il sollicite au gouvernement britannique une subvention pour la construction de la route, une réduction d’impôts et l’autorisation de transférer le siège de la BEC au Honduras britannique42. Avec ces arguments, Gliksten affiche sa prétention à œuvrer pour le développement du Honduras britannique dont il ne cesse cependant de dénoncer les pénuries. Le coût de la vie y est très élevé et les services chers et déficients, les conditions de transport maritime très mauvaises et les services bancaires déplorables, avec une seule banque présente, la Royal Bank of Canada43. Il fait ses demandes « au nom de la colonie », et se dit animé par des préoccupations dignes d’un gouvernement, afin que le Honduras britannique puisse s’engager dans la voie du développement dans un monde réorganisé après la guerre44. Par la voix de l’un de ses directeurs (P.E. Whiting), la BEC renouvelle ses demandes en écrivant au West Indies Committe en 1947 à l’occasion d’une enquête officielle sur l’état des communications (Imperial Shipping Committee, West Indies Enquiry) : il n’y a pas de transport régulier entre le Honduras britannique et la Grande-Bretagne, donc pas de réelle possibilité de commerce, pas non plus de transport de passagers direct (on doit passer par la Jamaïque), le courrier aérien est très irrégulier, le territoire n’est que le coin perdu de l’Empire45, etc. Devant un tel panorama de désolation, la BEC se présente comme le principal agent du développement et de la souveraineté britannique dans la région à la fin des années 1920, et de nouveau en 1943. Mais après la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants à Londres semblent plus préoccupés par la rentabilité économique que par une éventuelle défense de la suprématie britannique au Honduras britannique.

5) L’ordre et la finance ou le chantage au désordre

  • 46 Septembre 1929, C.O. 123/331/4.
  • 47 Lettre du 18 mars 1930 du gouvernement du Honduras britannique au Colonial Office, C.O. 123/333/12.
  • 48 C.O. 123/333/12.
  • 49 « Unless we can now get some financial assistance, we must shut down altogether and our property in (...)

31Une grande partie des négociations menées par la BEC porte sur l’accès au financement public, avec des demandes répétées de crédits et de subventions à partir de 1929. Le Colonial Office considère cette possibilité d’un œil prudent, sans la rejeter totalement. Une solution consisterait à accorder à la compagnie un prêt du Colonial Development Fund. Celui-ci ne peut être direct et serait accordé au gouvernement colonial du Honduras britannique, qui le transmettrait à la compagnie46. Mais les relations entre l’entreprise et le gouvernement local sont tendues. En 1930, le gouvernement du Honduras britannique accepte (provoque ?) la démission de M. Hummel du Conseil législatif. M. Hummel y représentait les intérêts de la BEC47. Sa démission est interprétée par les dirigeants de la BEC comme une victoire des entrepreneurs locaux qui lui sont opposés et qui, selon elle, ne comprennent pas les enjeux de l’exploitation des terres à l’intérieur du territoire48. L’ouragan du 9 septembre 1931 change brutalement la donne, en détruisant presque totalement la ville de Belize et en réduisant à la misère l’ensemble de sa population. La catastrophe et les événements qui s’ensuivent modifient en profondeur les rapports de force entre les acteurs en présence. Le lendemain – au sens littéral du terme, le 10 septembre – de l’ouragan, à Londres, les dirigeants de la BEC (Oliver Hoare, Richard Hoare et M. Whiting) rendent visite au secrétaire d’État pour présenter une situation qui a empiré avec l’ouragan. Ils auraient besoin de 20 000 à 30 000 livres, avec un remboursement à étaler sur plusieurs années, notamment pour réparer les machines endommagées. Sans cet appui, la compagnie devrait fermer toute activité au Honduras britannique. À cela s’ajoutent des besoins en trésorerie pour payer les dettes, estimés à 50 000 livres. La demande est assortie de la menace à peine voilée de vendre tous les avoirs à des Américains, ce qui ruinerait le territoire49.

  • 50 « If the Colony is not to lose its only active industry, immediate financial arrangements must be m (...)
  • 51 « We feel that this proposition might easily be dealt with quite apart from any salvage work in Bri (...)
  • 52 From Treasury to Colonial Office, 10th nov. 1931, C.O. 123/335/6.
  • 53 « Their requirements are dollars 60,000 for new sawmill, dollars 25,000 for reorganization and doll (...)
  • 54 C.O. 123/335/6.
  • 55 Lettre du 13 janvier 1932, brouillon de rapport signé Campbell, C.O. 123/335/6.

32L’insistance de la BEC est grande. Lettres personnelles, demandes de rendez-vous au plus haut niveau, interventions ciblées se succèdent, toujours sur le ton de l’urgence et du chantage50. La BEC cherche à sauter les étapes et les niveaux, prétend négocier à Londres et pas au Honduras britannique51, demande de nouveau une aide auprès du Colonial Development Fund, indépendamment du Fonds de reconstruction qui se met en place à Belize après l’ouragan, etc. Sur ce point cependant, la compagnie n’obtiendra pas gain de cause car, comme le lui rappelle le secrétaire d’État aux Colonies, Campbell, le Fonds ne prête pas directement aux privés mais seulement aux autorités gouvernementales. Pour obtenir le prêt, la BEC devra avoir l’accord de quatre autorités : le gouvernement local du Honduras britannique, le secrétariat d’État aux Colonies, le Comité consultatif pour le développement colonial (CDAC) et le Trésor, qui est le plus réticent52. En novembre 1931, le ton se fait plus pressant à mesure que se rapproche la saison d’abattage de l’acajou, avec une demande de la BEC relayée par le gouvernement du Honduras britannique qui, cette fois, appuie sans état d’âme la demande de la compagnie53. La BEC sera probablement la seule entreprise à opérer cette saison, et la seule à employer des travailleurs qui, par ailleurs, commencent à s’organiser. Les membres du Conseil législatif local craignent qu’en cas de retrait de la BEC, le manque de travail ne conduise à des troubles graves à Belize54. Finalement, le Colonial Office propose d’autoriser des prêts à la BEC, lors d’une réunion convoquée d’urgence à Londres le 13 janvier 1932 au plus haut niveau pour discuter non seulement de la situation de la BEC mais du financement de la colonie dans son ensemble. Les crédits seront à prendre sur le Fonds de reconstruction et non pas sur le Colonial Development Fund, quoiqu’en dise le gouvernement local55.

  • 56 Telegram from the governor of British Honduras to the Sec. State for the Colonies, 9th april 1932, (...)
  • 57 Signé le 7 novembre 1935, il complète la convention d’hypothèque signée en 1932 et précise le calen (...)

33La discussion se poursuit sur les conditions et les délais de remboursement, dans un contexte politique local de plus en plus difficile, ce qui conduit le gouverneur, par crainte de troubles, à demander plus de discrétion dans les échanges avec la BEC56. Finalement en 1935, un accord est trouvé entre la BEC et le Colonial Secretary of British Honduras agissant au nom du gouvernement du Honduras britannique57. Tout au long de ces négociations, un acteur principal est à la fois omniprésent et totalement absent : les travailleurs et la population de Belize, au nom desquels la BEC ne cesse de revendiquer des privilèges et par crainte desquels le gouvernement finit par céder et accorder des prêts à la compagnie. Revers de l’histoire, c’est cette même « populace » qui, d’une certaine manière, va signer la fin de la toute-puissance de la BEC, en luttant pour ses droits aux côtés des indépendantistes à partir des années 1930.

6) La BEC et les travailleurs : la fin d’un empire et la naissance d’une nation

  • 58 Sydney Turton a pour employé George Price, qui travaille pour lui à partir de 1942. Il est « un des (...)
  • 59 C.S. Brown fut l’Assistant Forest Manager de la BEC de 1931 à 1938, année où il se retira pour lais (...)
  • 60 rapport de la BEC pour l’année 1938, CO 123/374/5.

34En octobre 1934, après des années de réclamations pour obtenir des hausses de salaires et de meilleures conditions de travail, les travailleurs de la scierie de la BEC à Belize se mettent en grève, avec à leur tête Antonio Soberanis. À cette occasion plusieurs centaines d’hommes et de femmes armés de bâtons, travailleurs sous-payés ou chômeurs, occupent les locaux de la BEC et d’autres commerces (Shoman, 2009a). Soberanis est arrêté et libéré un mois et demi plus tard. Cette grève reste dans la mémoire collective comme la première victoire contre la BEC et, en même temps, la première action collective d’envergure dans l’histoire du Belize sur le chemin de l’indépendance. Le contexte social est explosif, à Belize comme dans les West Indies où des émeutes éclatent en 1937 et 1938. Le gouvernement britannique à Londres s’inquiète de ces mouvements qui pourraient porter atteinte à sa réputation de puissance impériale (Havinden and Meredith, 1993 : 200). Sur place, la BEC doit faire face à la colère non seulement de ses travailleurs mais aussi de ses concurrents, des exploitants forestiers (acajou, chicle) et négociants exaspérés par le traitement de faveur du gouvernement britannique à son égard. L’un d’entre eux est Sydney Turton, négociant bélizien, représentant pour la firme Wrigley (négociant de chicle) dans les années 1930, dont Élisabeth Cunin rappelle « ses prises de position anti-britanniques et ses liens avec les États-Unis, son ancrage dans l’Amérique centrale au moins autant que dans les West Indies, ou encore son soutien financier au mouvement indépendantiste naissant58 ». Avec ce profil quelque peu déviant par rapport à l’institution coloniale, Turton se présente aux élections du Conseil législatif du Belize en 1936, en représentation du district du nord, et gagne contre C.S. Brown59, le candidat soutenu par la BEC. Cette défaite électorale, après la démission de Hummel de ce même Conseil en 1930, entaille la toute-puissance locale de la compagnie. Deux ans plus tard, la BEC s’entend avec la compagnie Wrigley pour l’exploitation du chicle sur ses terres60, autre signe qui annonce la fin de la suprématie britannique.

  • 61 « We contend that you do use economic coercion by the system of written passes and the silent menac (...)
  • 62 The Governor of British Honduras to The Secretary of State for the Colonies, Telegram Nº 677, C.O., (...)

35Héritier des mobilisations des années 1930, le principal syndicat de travailleurs au Honduras britannique, le British Honduras General Workers’ Union (GWU), est légalement reconnu en 1943. Il constitue le principal support de la revendication anti-coloniale indépendantiste portée à partir de 1949-1950 par le People’s Committee puis le People’s United Party (PUP). Il mène une grève de deux semaines en 1947, dans les scieries de la BEC, une fois encore pour des augmentations de salaires. Près de 300 travailleurs y participent, qui obtiennent 60 % d’augmentation (Shoman, 2009a : 118). En 1949, année d’une brutale dévaluation qui entraînera une pauvreté extrême dans tout le pays pendant plusieurs années, le syndicat continue d’exercer une forte pression sur la BEC. Il cherche à étendre ses activités au-delà de la ville de Belize et à investir les espaces de travail de la BEC jusque dans les forêts. Sans succès. Les leaders syndicaux dénoncent les conditions de travail et de vie dans les camps forestiers, en particulier l’interdiction faite aux travailleurs de se syndiquer et même de se déplacer à l’intérieur et en dehors des aires de production forestière contrôlées par la BEC. Dans une lettre adressée à Gliksten, alors propriétaire de la BEC, ils mentionnent l’ambiance de coercition exercée par la compagnie sur ses travailleurs et les menaces à peine voilées à l’égard de ceux qui, parmi eux, demandent l’autorisation d’une visite du syndicat dans les camps où la compagnie opère61. La BEC contrôle la mobilité de ses travailleurs – et celle de syndicalistes qui chercheraient à pénétrer sur les terres de la compagnie – par l’usage d’artéfacts matériels (les « pass » ou autorisations écrites de voyager, délivrés par l’entreprise) ou immatériels (interdictions, menaces). Le syndicat dénonce ces atteintes multiples aux droits de l’homme (à la mobilité, à la liberté d’association syndicale, à la sécurité sociale) dans un discours qui commence à se faire entendre outre-Atlantique. Le géant BEC se lézarde. Une autre grève contre la compagnie éclate, mais cette fois dans le port, à l’occasion du chargement d’un bateau en acajou, en 1950. Le syndicat demande 40 % d’augmentation salariale pour les dockers. Le ton monte. Le Trade Union Congress de Londres s’en inquiète. Le gouvernement du Honduras britannique criminalise la grève et forme un tribunal ad hoc pour juger les leaders. Celui-ci sera composé de notables liés soit à la BEC, soit au parti politique NIP (National Independance Party), rival du PUP (People’s United Party) qui soutient les syndicalistes. Mais le gouverneur ne souhaite pas prolonger le conflit et un accord entre les parties est trouvé en novembre 1950, signe de l’affaiblissement politique de la BEC sur place62. C’est la fin du pouvoir britannique, qui cède la place aux Américains. Reprenant Shoman qui la situe cependant bien avant, dès 1936 avec la victoire de Turton sur Brown à l’élection au Conseil législatif, la transition du pouvoir métropolitain sur le Honduras britannique est désormais consommée (Shoman, 2009a : 81).

Conclusion : Le déclin des imaginaires géographiques impériaux

  • 63 Voir Moberg, 1996, p. 357.

36La fin de la BEC au Honduras britannique accompagne les derniers soubresauts d’une gouvernance forestière et du modèle impérial qui y présidait. Travaillant sur un autre géant économique présent dans la colonie, Moberg (1996) insiste sur la collusion entre les administrateurs de la United Fruit Company (managers, techniciens) et le pouvoir colonial (local) dans le cas du secteur bananier des années 1920. Dans le cas de la BEC, cette alliance n’est ni systématique ni entière, car elle dépend des enjeux et des rapports de force fluctuant selon la conjoncture locale. Les administrateurs locaux (du gouvernement comme de la compagnie) agissent souvent comme des alliés indéfectibles des pouvoirs institués, qu’ils soient politiques ou économiques, mais ce ne sont parfois que de simples acteurs-tampons, intermédiaires malgré eux entre les autorités de Londres et de la BEC et les résidents de la colonie63.

  • 64 C.O. 123/333/12, 1930-1931.

37Au Honduras britannique, l’alliance – même houleuse par moments –entre la BEC et les pouvoirs publics est telle, qu’elle pourrait s’assimiler à une co-gestion des ressources forestières, et parfois même à une co-production de l’espace colonial dans laquelle interviennent des acteurs situés à Londres (Colonial Office, Bureau du Trésor, Ministère de l’Approvisionnement), à Belize (gouverneur, Conseil législatif, marchands, BEC) et sur le terrain (travailleurs, forestiers). Pour autant, les jeux d’alliances ne sont pas stabilisés. Les Américains et les Britanniques sont rivaux sur le plan politique en même temps qu’alliés économiques, et le Colonial Office apparaît tantôt en position de force, tantôt dépendant des dirigeants de la BEC. Il y a tout de même une constante : l’extrême arrogance de la BEC et la conviction qu’ont ses dirigeants de jouir d’une prédominance qui à elle seule justifie toutes leurs revendications. En témoigne ce commentaire désabusé d’un des directeurs, Samuel Hoare, qui conclut l’une de ses innombrables pétitions en précisant : « Ce n'est pas une controverse entre le capital et le travail, la stagnation et le progrès, mais une controverse entre une petite communauté, principalement composée de profiteurs rentiers et de vendeurs de rhum, et les représentants de la seule ressource réelle que possède la colonie64. » Il y a là ce que Rossiter, dans son étude de l’île de Vancouver, appelle un discours géographique impérial (Rossiter, 2007). L’île de Vancouver est un territoire colonial britannique qui présente bien des similitudes avec le Honduras britannique : un territoire forestier présenté comme « vide » ou presque, devenu colonie en 1858 sans traité ni prise en compte des populations natives, souffrant d’un désintérêt de Londres pour les affaires administratives locales, etc. Les forestiers y règnent en maîtres, tout comme au Honduras britannique. Rossiter (2007) parle à leur propos d’acteurs dominants, porteurs d’« imaginaires géographiques impériaux ». Dans une vision presque morale, ces imaginaires distinguent les espaces civilisés des espaces sauvages, les premiers étant le fruit de la colonisation, investis par les Blancs et exploités pour leurs ressources forestières ; les seconds, habités par les natifs et laissés à l’abandon. Seuls les premiers – aussi bien les espaces que les individus qui les exploitent – méritent d’être sujets de droits. Cette vision exclut par définition ceux qui n’appartiennent pas à ces espaces civilisés, c’est-à-dire ceux qui ne sont ni blancs ni forestiers, et trace une frontière entre les propriétaires légitimes et les autres. Au Honduras britannique, cette frontière est de plus l’héritière de la domination raciste, esclavagiste et post-esclavagiste envers les Noirs qui constituent l’essentiel de la main-d’œuvre et de la population. L’exclusion s’étend ensuite à tous ceux qui souhaitent exploiter la terre à des fins autres que forestières : paysans, agriculteurs, éleveurs.

38Dans les meta-récits qui structurent la domination impériale, les réalités locales semblent n’avoir que peu de poids sur les modes de gouvernance des ressources et des espaces. Pourtant, l’expérience de la BEC montre que les variables à prendre en compte pour comprendre les modes de gestion foncière de cette entreprise capitaliste ne sont pas seulement macro (marché international de l’acajou) ou idéologiques (racisme). Elles sont environnementales (type de forêts, de relief, de sol, d’accessibilité), économiques (coût et disponibilité du marché du travail) ou politiques (en fonction des alliances). Elles dépendent des conditions locales et véhiculent à leur tour des imaginaires ancrés dans l’histoire et la géographie locales. Comme le dit Rossiter à propos de Vancouver, « la construction territoriale se fait dans des aller-retour incessants entre les imaginaires locaux et impériaux. En matière de possession, le lieu importe » (Rossiter, 2007 : 773). C’est cette culture locale de la possession coloniale que l’expérience de la BEC illustre. Pour la compagnie, la propriété découle de la possession d’une terre supposée vierge que le nouveau propriétaire « met en valeur » par l’exploitation forestière, la faisant passer du monde sauvage à l’univers civilisé des colons. Pour ces derniers – blancs dans leur grande majorité –, la terre est conçue comme non habitée et non agricole, une situation qu’ils se chargent d’instaurer si nécessaire en en chassant les habitants antérieurs. La terre est destinée à un usage forestier (d’où les appellations initiales de mahogany work et logwood work pour désigner les parcelles appropriées) pour lequel on contrôle la main-d’œuvre nécessaire. La possession est défendue avec ou sans titres juridiques qui, du reste, quand ils ont existé, peuvent avoir été perdus ou détruits. Pendant la période coloniale, la possession et la dépossession portent sur la richesse – le bois et les travailleurs – plus que sur l’espace en lui-même, ce qui explique le peu d’empressement des grands propriétaires à clarifier les droits de propriété par des dispositifs géographiques dédiés (registres, cadastre). Les « récits locaux de la possession coloniale », pour reprendre le vocabulaire des géographes britanniques, s’accommodent du flou juridique et de la faiblesse institutionnelle qui caractérisent la politique foncière et territoriale du gouvernement colonial. Jusqu’au moment où l’hégémonie est contestée, comme c’est le cas dans le sud du pays à la fin du XXe siècle.

Notes

1 Archives de Londres, CO 123/374/5.

2 Aux Archives de Kew (Londres), j’ai travaillé sur cinq fonds documentaires incluant des documents sur le Belize (Colonial Office, Foreign Office, Treasury, War Office, Board of Trade). Après avoir révisé les index, j’ai organisé mes consultations en quatre entrées : par les cartes et plans (une cinquantaine de cartes repérées) ; par les documents relatifs à la Belize Estate and Produce Company (BEC, 25 dossiers repérés sur les index) ; par les correspondances officielles entre le Honduras britannique et le Colonial Office (une centaine de dossiers repérés sur les index). Certains des documents étaient classés « secrets » ou « confidentiels », comme les dossiers de 1941 et 1942 concernant la vente de la BEC à J. Gliksten (C.O. 123 / 382), restés fermés (File Closed) jusqu’en 1972 et même 1993. Rosana Braud (URMIS) a réalisé la transcription de la plupart des dossiers d’archives concernant la BEC (voir liste en annexe 5).

3 Les femmes n’apparaissent dans ces archives officielles que comme veuves en demande de protection, institutrices dont il faut payer le voyage, et une fois comme épouse d’entrepreneur aux ambitions personnelles affirmées, Mme Gliksten, qui faillit prendre le contrôle de la BEC à la fin des années 1940.

4 Et ce, même si le Honduras britannique n’est pas prioritaire à Londres. Globalement, le budget consacré aux affaires coloniales est longtemps resté extrêmement limité. Malgré le Colonial Development Act de 1929 qui prônait la réalisation d’opérations de développement dans les colonies, ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que l’Empire, alors déjà affaibli, finance réellement ses colonies (Constantine, 1984 : 236). En 1924-1925, l’aide annuelle à l’administration coloniale du Honduras britannique est l’une des plus faibles de tous les territoires (avec la Dominique, Maurice et Sainte-Hélène) (Constantine, 1984 : 237). Elle augmente dans les années 1930 avec le financement de prêts aux infrastructures dont plusieurs, on le verra, sont en fait destinés à la BEC.

5 « When applications were made by Hodge and Hyde their object was to acquire all the lands, witness the many overlappings of their applications. Indeed, there was not sufficient land to take them » (note de Wolffsohn, The Ag. Surveyor General to the Colonial Secretary. 12-1-1935, souligné par lui. CO 123/350/3).

6 En 1868, le gouverneur Longden informe Londres de l’existence de problèmes avec des villages indiens (maya) situés sur les terres des deux plus grandes compagnies du territoire : la BEC et Young Toledo & Co. (Wainwright, 2003 : 90).

7 Dans un télégramme du 14 février 1919, les autorités locales du Honduras britannique se plaignent auprès du secrétaire d’État pour les Colonies des tentatives des négociants locaux de contourner l’obligation de vendre l’acajou à travers l’Admiralty. Cette institution, qui date de 1708, est chargée de l’administration de la Royal Navy et des Royal Marines et, en général, des forces navales de défense de l’Empire : à ce titre, elle est chargée du contrôle du trafic maritime. L’Admiralty mentionne une dizaine de négociants d’acajou qui œuvrent sur le territoire du Honduras britannique et qu’elle qualifie de « capables cutters of mahogany » : E.F.A. Watters, J.O. Bradley, C.W. Vernon, A.R. Usher, S.E. Hulse, R.S. Turton, J.C. Burn, S. Braithwaite, C. Melhado and Sons, Starkey and Sons, et la D. Emery Company (C.O. 123/294, folio 305, 1919).

8 Du côté mexicain, les terres du Rio Hondo étaient à l’époque données en location pour des périodes et dans un but définis (chicle, acajou). L’étendue la plus importante (192 000 ha) est celle attribuée en 1905 à la Stanford Manufacturing Company (SMC). En 1910, les concessionnaires les plus importants sont, en plus de la SMC, J.E. Plummer, Mengel y Compañía et Banco de Londres y México (Chenaut, 1989 : 39).

9 Voir Odile Hoffmann, 2014 : 42.

10 Courrier du 12/01/1935 de Wolffsohn, Ag. Surveyor General in British Honduras au Colonial Secretary. C.O. 123/350/3.

11 « While the government is prepared to admit that the Company may have a certain amount of moral claims to these lands, it cannot ignore the moral claims (and the undoubted legal claims) of the people of the colony, and the Government is not prepared to surrender these valuable areas for the trifling sum represented by five years land tax! » (Mémo de Campbell, juin 1935, C.O. 123/350/3).

12 « In such circumstances, the settlement which has at least been arrived at after long negociation would be little more than a farce. (…) I am resolutely opposed to any proposal which would give the Company a privileged position » (6th march 1936, confidential from Governor British Honduras to S/S Colonies).

13 C.O. 123/355/2.

14 C.O. 123/331/4, 1929-30.

15 La compagnie a déjà construit une portion de voie ferrée et s’en félicite : « Apart from the derelict line in the south of the Colony, the Company’s logging railway is the only railway in the Colony » (C.O. 123/331/4, 1929-30).

16 C.O. 123/382/6.

17 C.O. 123/331/4, 1929-30.

18 C.O. 123/331/4, 1929-30.

19 En 1931, la population masculine totale est estimée à 25 500 personnes, enfants compris.

20 C.O. 123/331/4, 1929-30.

21 Lettre de Whiting, Managing Director de la compagnie, au Colonial Office, 19 janvier 1942. C.O. 123/382/7.

22 E.R. Darnley, Président du Discovery Committee du Colonial Office à Londres, déclare : « Undoubtedly its operations have provided employment locally, but the profits, which until 1925 were reasonably large, have always been distributed in England » (lettre du Colonial Office du 30 décembre 1929, C.O. 123/331/4, 1929-30).

23 « I agree that these people seem to know their business and to be go ahead, but we must avoid putting them in a position to impose their own terms not so much on the Government as on others engaged in the industry » (réponse de Rogers (Colonial Office) au Secretary of States, 16 février 1942, C.O. 123/382/7).

24 En témoigne cette décision lapidaire du Colonial Office : « The Governor should be so informed by telegram (…) he should be given a clear lead in favour of withdrawing his objections » (20 juin 1941, C.O. 123/382/6).

25 Lettre de Whiting au Colonial Office du 19 janvier 1942. C.O. 123/382/7.

26 « It would indeed be a major disaster if the Belize Estate & Produce Company decided to abandon their policy of working their mahogany holdings on a sustained yields basis ». Télégramme de Hone – Government House, Belize – à “My dear Mayle” – personal and confidential – du 19 mai 1952. C.O. 1031/644.

27 C.O. 1031/644.

28 C.O. 123/335/6, 1931-32.

29 Rapport de Robertson, 19/02/1942, C.O. 123/382/7.

30 Downie, C.O. 73/7/1941.

31 Lettre du Lieutenant Governor Longden à Grant, 4 décembre 1867, citée par Bolland et Shoman, 1977 : 95.

32 Il préconise que « a heavy tax on uncultivated or unworked land might frighten off prospective purchasers ». Télégramme secret nº 128 du gouverneur du Honduras britannique, 21/08/1940. C.O. 123/379/4.

33 Lettre marquée « secret » du Colonial Office à J. Hunter, gouverneur du Honduras britannique, 29 juillet 1941 (folio 22). C.O. 123/382/6.

34 Septembre 1929. C.O. 123/331/4.

35 Courrier du 10 décembre 1931, C.O. 123/335/6.

36 C.O. 123/382/6, 1941. Cette opposition est confirmée quelques mois plus tard quand Ubico supprime la ligne aérienne Puerto Barrios-Belize (deux vols par semaine). Les protestations du Foreign Office restent sans réponse (21 mai 1942, C.O. 123/382/7).

37 C.O. 123/379/4, 1940.

38 Lettre de R.F. Bretherton, Ministry of Supply, à G. Lee, Esq., Treasury Chambers, C.O. 123/379/4, 1940.

39 La BEC avait tenté, sans succès, de convaincre les autres grandes compagnies présentes au Honduras britannique de faire scier leur acajou sur place, à la scierie de la BEC. Elle s’était alors tournée vers le gouvernement du Honduras britannique, lui demandant d’imposer à tous les entrepreneurs forestiers de faire scier l’acajou extrait des terres de la Couronne à la scierie de la BEC. Le gouvernement avait refusé, argumentant que cela reviendrait à accorder un monopole à la BEC et risquerait de l’exposer aux protestations des sous-traitants, des compagnies américaines et du gouvernement américain (R.H. Burt, 5 juin 1943, C.O. 123/382/7).

40 R.H. Burt, 5 juin 1943, C.O. 123/382/7.

41 Rapport de Rogers, 27 juillet 1944, C.O. 123/387/1.

42 C.O. 123/387/1, 1944.

43 C.O. 123/387/2 (mais inscrit à la main 123-386-2 sur le dossier lui-même), 1945-1946.

44 C.O. 123/387/2.

45 Lettre de Whiting, 28 mars 1947, BT, Board of Trade and of successor and related bodies, 188/198.

46 Septembre 1929, C.O. 123/331/4.

47 Lettre du 18 mars 1930 du gouvernement du Honduras britannique au Colonial Office, C.O. 123/333/12.

48 C.O. 123/333/12.

49 « Unless we can now get some financial assistance, we must shut down altogether and our property in British Honduras will be sold to the Americans for a mere song, and then the colony will be worse off than if they had agreed to the scheme for the division of the lands on the Guatemalan frontier ». C.O. 123/335/6, 1931-32.

50 « If the Colony is not to lose its only active industry, immediate financial arrangements must be made up as to enable us to operate this Season, which should now be beginning », « Our Company must decide immediately whether to close down or not ». C.O. 123/335/6.

51 « We feel that this proposition might easily be dealt with quite apart from any salvage work in British Honduras, as we think it can stand on its own merits » C.O. 123/335/6, 1931-32.

52 From Treasury to Colonial Office, 10th nov. 1931, C.O. 123/335/6.

53 « Their requirements are dollars 60,000 for new sawmill, dollars 25,000 for reorganization and dollars 100,000 to dollars 125,000 to finance logging operations as required. (…) Cessation of Company’s operations will have disastrous effect on revenue and employment since so far as can be ascertained at this date Company will be only operator in mahogany next season owing to attitude of American buyers ». C.O. 123/335/6.

54 C.O. 123/335/6.

55 Lettre du 13 janvier 1932, brouillon de rapport signé Campbell, C.O. 123/335/6.

56 Telegram from the governor of British Honduras to the Sec. State for the Colonies, 9th april 1932, C.O. 123/338/2.

57 Signé le 7 novembre 1935, il complète la convention d’hypothèque signée en 1932 et précise le calendrier du remboursement du prêt (en dollars) jusqu’au 30 septembre 1938. En 1939, la BEC demande – et obtient – un report jusqu’à fin 1939 pour le remboursement des prêts qu’elle avait obtenus en 1932, arguant de la faible demande en bois d’acajou et des problèmes posés par l’entrée en guerre (C.O. 123/374/5).

58 Sydney Turton a pour employé George Price, qui travaille pour lui à partir de 1942. Il est « un des premiers artisans de la mobilisation anti-coloniale. Sa couleur (il est mulâtre), son manque d’éducation, sa proximité avec les travailleurs en font l’exact opposé du style élégant et du regard condescendant des administrateurs britanniques, ce qui le rend extrêmement populaire, en particulier auprès des travailleurs noirs … » En 1936, Turton est « un self-made man, mulâtre, souvent à la frontière de la légalité, entretenant des contacts d’égaux à égaux avec de grands entrepreneurs états-uniens et les plus hauts fonctionnaires de l’administration mexicaine » (Cunin, 2014 :178).

59 C.S. Brown fut l’Assistant Forest Manager de la BEC de 1931 à 1938, année où il se retira pour laisser la place à Mr Gibbs. Il fut (à ce titre ?) membre du Conseil législatif du Honduras britannique.

60 rapport de la BEC pour l’année 1938, CO 123/374/5.

61 « We contend that you do use economic coercion by the system of written passes and the silent menaces and veiled threats that workers will be ‘fired’ if they openly express their desire that union officials visit them for the purpose of establishing a branch of the G.W.U. within the area of your timber lands and timber operations. » Lettre du British Honduras General Workers’ Union (H.A. Middleton, General Secretary) à Mr Albert Gliksten, BEC, Belize, 15 mars 1950. C.O. 123/409/1.

62 The Governor of British Honduras to The Secretary of State for the Colonies, Telegram Nº 677, C.O., 20th November, 1950. C.O. 123/409/1.

63 Voir Moberg, 1996, p. 357.

64 C.O. 123/333/12, 1930-1931.

Table des illustrations

Titre Figure 13 : Les sphères et les acteurs de la négociation de la BEC (1930-1950)
Crédits Source : Élaboration O. H.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 14 : Localisation des terres en conflit ; la BEC dans le nord du pays dans les années 1930
Crédits Source : Barnett (1991 :118), à partir de British Honduras Land Ownership (1938)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 15 : Les terres en dispute entre la BEC et le gouvernement britannique (1935)
Crédits Source : Archives of Kew, Londres (C.O.123/350/3).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8682/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Figure 16 : Accord de 1937 sur l’échange de terres entre la BEC et le gouvernement britannique
Crédits Source : Archives of Kew, Londres (C.O.123/361/2)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8682/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search