Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Deuxième partie. Trois expériences de transitions foncières post-coloniales

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Cette deuxième partie documente des moments de rupture dans les logiques politico-territoriales du Belize, qui mettent à jour différentes facettes des relations entre territoires, espaces, institutions et acteurs politiques et sociaux. À chaque fois, plusieurs niveaux d’action et d’analyse sont mobilisés dans l’interprétation, du plus local à l’international, même si l’échelle régionale reste la référence la plus fréquemment invoquée par les acteurs impliqués dans les changements.

2Le chapitre 5 analyse la mise en place puis l’épuisement d’un modèle de paternalisme foncier qui a caractérisé la région nord du pays pendant près d’un siècle, de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, lorsque l’ouragan Janet dévaste la région. La transition foncière prend d’autant plus d’ampleur qu’elle est encouragée par les nouveaux dirigeants du gouvernement autonome (self-government) du Belize.

3Dans le chapitre 6, qui traite des années 1940, c’est l’Empire britannique lui-même qu’on voit se transformer sous les forces contradictoires du gouvernement local et d’intérêts capitalistes – on dirait aujourd’hui transnationaux – liés au contrôle territorial et à l’exploitation forestière. Localement, la fin du monopole de la Belize Estate and Produce Company illustre la bascule du centre du pouvoir mondial de la Grande-Bretagne vers les États-Unis ; l’hégémonie reste favorable aux grands propriétaires mais se transforme et, de fait, annonce la diversification économique et politique qui s’imposera avec l’indépendance.

4Enfin, le chapitre 7 aborde une transition territoriale et foncière encore en cours, celle que mènent les communautés maya du sud du pays (district de Toledo) qui se constituent en nouveaux sujets politico-territoriaux, lesquels s’affirment politiques parce que territoriaux, et vice-versa.

5Ces trois situations relèvent de transitions post-coloniales par les temporalités dans lesquelles elles prennent place et par les registres politiques qu’elles mobilisent et qu’elles transforment : le nationalisme avec la lutte pour l’indépendance, l’impérialisme avec le basculement d’empires, la revendication citoyenne avec l’introduction du régime multiculturel.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search