Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Première partie. De la régulation foncière aux techniques territoriales de gouvernement : les outils de la territorialisation coloniale

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Les premières années de colonisation européenne ont été marquées par une logique de front pionnier forestier, quand les nouveaux arrivés se sont approprié de vastes étendues suivant le principe du premier venu-premier servi. L’introduction d’une régulation foncière a ensuite validé de nouvelles normes d’accès et d’usage de la terre, posant les bases d’un ordre territorial colonial qui devait être maîtrisé par les institutions coloniales locales et leurs homologues à Londres.

2Du point vue de ceux qui élaborent les politiques publiques, l’histoire territoriale du Belize moderne peut se lire comme une tension sans cesse renouvelée entre, d’un côté, les colons et plus tard les propriétaires forestiers désireux de conserver leur prédominance foncière (et plus largement, économique et politique), et de l’autre, l’administration coloniale qui cherche à limiter leur pouvoir et à faire appliquer des règles communes de gestion du territoire à travers des lois et des institutions. Mais tension ne veut pas dire opposition : les deux parties coïncident sur le principe d’un gouvernement colonial qui multiplie les restrictions de l’accès à la terre pour les groupes dépendants (anciens esclaves, Maya, réfugiés ou migrants, Garifuna). Dans tous les cas, l’administration coloniale cherche à garantir la propriété et à faciliter la marchandisation des terres en ouvrant grand la porte aux investisseurs. Pour défendre leurs intérêts, aussi bien l’administration que les propriétaires forestiers et les négociants ont recours à des techniques territoriales dont on a vu qu’elles peuvent être d’ordre juridique, législatif ou administratif.

3Certains auteurs ont insisté sur le rôle clé joué par les politiques forestières de l’Empire britannique dans l’entreprise de normalisation des territoires coloniaux, de fabrication de paysages, d’instauration de nouvelles autorités et de nouvelles règles d’utilisation de l’espace. Sunseri parle à ce propos d’un « ordre forestier » introduit par le pouvoir colonial en Tanzanie (Sunseri, 2009 : 4). Pour le Belize, Wainwright démontre comment, à partir des années 1950, la notion de développement se substitue à la politique forestière pour occuper cette place stratégique et fonder la légitimation des politiques publiques et des sujets – modernes, développés – que les politiques prétendent façonner (Wainwright, 2003 : 312).

  • 1 Lund note dans le cas de l’Asie : « A government institution’s control over land does not represent (...)

4Au Belize comme ailleurs, les configurations territoriales reflètent sur le terrain les processus de construction et de déclin des dispositifs hégémoniques localisés. Il s’agit rarement d’espaces de domination directe et absolue de certaines catégories d’acteurs sur d’autres, même si le cas a existé, notamment sous l’esclavage. Le plus souvent, l’espace fonctionne comme un champ où s’affrontent et s’entremêlent des intérêts divers, avec des rapports de force qui se négocient, certains acteurs disposant d’instruments de contrôle plus puissants que d’autres. Au Honduras britannique, en contrôlant la tenure foncière de la moitié du pays, le pouvoir colonial détient la capacité d’exercer mais aussi de produire de la domination sur les sujets colonisés. La domination territoriale – Lund parle à ce propos de production de souveraineté1 – passe par la production de normes instituées et sanctionnées.

5C’est ce phénomène de production de normes, de normalisation, que l’on a pu voir se développer au Belize selon un mode original. Il n’y a pas eu ici d’opposition politique frontale entre autochtones et allochtones. Il y a certes eu des conflits entre les colonisateurs et les populations maya, on l’a vu, mais cette opposition n’a pas organisé le champ politique. Les Maya présents au moment de l’arrivée des Européens ont été décimés, repoussés ou expulsés, sans jamais disparaître totalement. Au XIXe siècle, les vagues de migration extérieure (du Mexique, de Chine, d’Inde, des pays voisins) ont contribué à diversifier la population du territoire et à complexifier les rapports de pouvoir entre les habitants, débouchant sur une configuration politique caractérisée par des positions de domination / sujétion enchâssées les unes dans les autres.

6Dans ce contexte, on ne peut pas analyser les dynamiques du système foncier bélizien comme provenant d’une opposition entre un système foncier colonial, d’un côté, et des régulations traditionnelles, de l’autre, comme c’est souvent le cas dans d’autres sociétés colonisées (Jacob et Le Meur, 2010). La construction des normes foncières n’a pas non plus été le résultat de confrontations binaires entre dominants et dominés, mais d’une somme de négociations partielles, certaines ayant plus d’impact que d’autres selon les conjonctures : entre pouvoir impérial et pouvoir colonial local, entre administration coloniale et secteur privé, entre grands et petits exploitants, entre propriétaires et fermiers ou ouvriers agricoles sans terres. Selon les époques et les gouverneurs en place, l’administration coloniale locale a oscillé entre l’alliance, voire la collusion, avec les puissants, la confrontation conjoncturelle pour faire de la place aux petits exploitants, le contournement ou le laissez-faire.

7Les clivages ne sont pas restreints à la sphère foncière et incluent des frictions entre les appartenances ethniques et régionales, entre les options défendues par les différents ministères à Londres, entre les intérêts géopolitiques britanniques (représentés aussi bien par Londres que par Belize City) et ceux des étrangers (mexicains, états-uniens, centraméricains), entre les forestiers et les agriculteurs, etc. Pour gérer cette complexité, le gouvernement colonial a travaillé avec deux systèmes fonciers distincts et par certains aspects même étanches l’un à l’autre (les Private Lands et les Crown Lands), comme s’il fallait protéger les uns de la contamination des autres.

8Aujourd’hui de nouveau, la politique territoriale du Belize distingue et sépare certains espaces – les aires protégées – en leur attribuant des modalités spécifiques de régulation qui affectent les espaces mais aussi les individus qui y vivent et qui en vivent. La rationalité territoriale, qu’elle soit forestière, développementiste ou environnementale, fonde la politique publique et gouverne les espaces autant que les acteurs. En matière foncière, on peut même parler d’un phénomène de territorialisation de la gouvernance, quand certaines mesures sont appliquées à un endroit plus qu’à un autre par exemple. Un rapport de 1955 précise que pour les terres de la Couronne, les principales catégories foncières sont distribuées de façon très inégale selon les districts : presque 75 % des forest reserves sont situées dans les districts de Cayo et de Toledo, des zones plus montagneuses et moins peuplées ; pratiquement tous les location tickets sont émis dans le seul district de Belize et correspondent en général à l’acquisition de lots urbains ; les land reserves sont mentionnées pour le seul district de Toledo, au sud, où l’on maintient des terres de la Nation sous statut collectif ; et les long term leases correspondent à de grandes superficies gérées par les propriétaires agriculteurs de Corozal et de Stann Creek (on n’en relève aucun dans les districts de Cayo et de Toledo ni à Orange Walk) (Land Distribution…, 1955). Il y a bien une politique du lieu (Gupta et Ferguson, 1992), avec des pratiques – ici des modalités d’accès aux terres de la Couronne – adaptées aux situations particulières. Comme à Vancouver sous le gouvernement colonial britannique du XIXe siècle, « la mise en place du contrôle territorial colonial est un processus dynamique, fruit de l’idéologie et de l’Empire, mais sensible à l’époque et au lieu » (Rossiter, 2007 : 790). Cette sensibilité au lieu et au temps sera particulièrement mise en évidence par l’analyse de trois situations de transition post-coloniale de la deuxième partie.

Notes

1 Lund note dans le cas de l’Asie : « A government institution’s control over land does not represent or reflect pre-existing sovereignty. It produces it » (Lund, 2011 : 885).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search