Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Première partie. De la régulation foncière aux techniques territoriales de gouvernement : les outils de la territorialisation coloniale

Chapitre 2. Une régulation foncière excluante

Texte intégral

1La mise en place des instruments de régulation s’appuie sur une conception de la propriété marquée dès le début par une perspective d’exclusion et de discrimination. Celle-ci se décline sur plusieurs registres (statut personnel, origine, couleur, richesse), qui peuvent être mobilisés ensemble ou successivement. Parmi les processus mis en jeu pour assurer ces exclusions, figure en bonne place une véritable fabrique de l’altérité qui distingue les colons, jugés seuls légitimes dans leur aspiration à posséder et s’approprier des richesses locales, des autres habitants rapidement disqualifiés au titre de nouveaux venus, anciens esclaves ou indiens natifs. Un deuxième mécanisme consiste à distinguer non seulement les personnes mais aussi les espaces, avec la mise en place de « réserves indiennes » (Indian reservations), qui peuvent être interprétées comme autant d’espaces d’exclusion.

1) La fabrique de l’autre et l’accès à la terre

Les nouveaux venus indésirables

2On l’a vu, les premières lois foncières sont prononcées en 1787 (Locations Laws), lors d’un Public Meeting. Elles représentent une ébauche de régulation autonome, entre colons, en instaurant la propriété privée (freehold property) par consensus oral élaboré en assemblée. Tous les hommes libres peuvent réclamer des terres, à condition de prouver leur capacité à les exploiter. Contrairement aux récits qui voient dans ces dispositions un modèle égalitaire d’accès à la terre, c’est le début de l’exclusion institutionnalisée, puisque, comme pour l’accès au vote dans les Public Meetings, la terre est distribuée sur des critères de ressources qui pénalisent la majorité.

  • 1 « On concluding his tour, Grimarest reported that 2 250 people, a majority of them blacks and slave (...)

3L’épisode des réfugiés en provenance de la côte de la Mosquitia fournit une bonne illustration de ces phénomènes d’exclusion. Il s’agit de l’arrivée en 1787 sur le territoire du Honduras britannique de 2 200 réfugiés (evacuees) de la Mosquitia (actuel Nicaragua), alors que le territoire du Honduras britannique ne compte à l’époque que quelques centaines d’habitants non esclaves. Ce mouvement massif de population entre les deux territoires sous influence britannique est une conséquence directe de la Convention de Londres de 1786, qui signait le départ des Anglais de toute l’Amérique centrale, sauf du Honduras britannique. La signature de l’accord entre les autorités espagnoles et anglaises marque la reconnaissance de fait du territoire britannique1. Elle met en évidence une logique impériale au sens où l’Empire britannique joue de ses divers territoires, accueillant ici les expulsés de là-bas. Dans ce jeu de rôles, le Honduras britannique appartient déjà, dans les faits, avant même d’être constitué en colonie en 1862, à la catégorie de « territoire britannique ».

  • 2 Surintendant du Honduras britannique de 1787 à 1790, parfois qualifié de « rebelle anglo-irlandais  (...)

4Localement, cet afflux de réfugiés, blancs et noirs, libres et esclaves, vient pratiquement doubler en quelques mois la population du Settlement, renforçant du même coup le besoin naissant de contrôler les modalités d’accès, d’usage et de contrôle de l’espace et des ressources qu’il contient. Il bouleverse les équilibres et suscite une profonde méfiance chez les colons du Honduras britannique. Cette réticence ne s’applique pas aux réfugiés blancs et riches qui, pour beaucoup, possèdent déjà des lots forestiers au Honduras britannique (Bolland, 2004 : 33) et qui s’intègrent vite à la société des colons. En revanche, l’arrivée de gens « libres de couleur » pose plus de problèmes aux colons qui leur dénient toute légitimité et refusent la décision du Surintendant Despard2 de les accueillir et les doter de lots forestiers. Pour ces réfugiés non blancs, la barrière financière imposée pour avoir accès aux lots forestiers s’avèrera un obstacle le plus souvent infranchissable. Bolland estime que la mesure empêcha les deux tiers des chefs de familles de se lancer dans la coupe d’acajou (Bolland, 2004 : 33). On voit bien que la légitimité à habiter, s’approprier et exploiter des terres est affaire de couleur, même si le fondement du mécontentement serait plutôt à rechercher du côté de la concurrence nouvelle pour l’exploitation des ressources forestières.

L’exclusion post-esclavagiste

  • 3 L’esclavage est supprimé par étapes. Après l’interdiction de la traite (1807) puis l’abolition de l (...)

5Un deuxième cas de figure, largement analysé par Bolland et Shoman (1977), concerne l’exclusion raciste des esclaves, puis des Noirs affranchis et de leurs descendants, de l’accès au foncier. La fin de l’esclavage en 1834 (suivie de quatre années d’apprenticeship3) aurait pu signifier pour beaucoup d’anciens esclaves une installation rurale et productive dans les régions d’un pays qu’ils connaissaient pour y avoir travaillé dans l’exploitation forestière, et parfois cultivé quelques lopins prêtés ou mis à disposition. Les capacités financières ne manquaient pas toujours et avant l’abolition, certaines personnes noires et de couleur, libres, pouvaient être aussi riches que les propriétaires terriens et les marchands. Mais de même que les esclaves, elles n’avaient pas le droit d’intervenir dans les affaires publiques du territoire (Barnett, 1991 : 64). Exclues de la sphère politique, elles auraient pu investir dans l’exploitation forestière et l’agriculture. Certains s’y sont employés malgré les obstacles qui étaient nombreux, tel George Hyde, riche mulâtre libre, qui réclame en 1827 l’égalité des droits des mulâtres – pas des Noirs – avec ceux des Blancs. Il argumente sur le fait que la majorité des propriétés en terres, esclaves et autres biens du Honduras appartiennent à la classe des mulâtres libres, précisant là encore : à l’exclusion des Noirs libres (Shoman, 2009 : 54). Mais les propriétaires blancs ne songent qu’à retenir une main-d’œuvre dont ils ont un besoin pressant pour l’exploitation forestière et qui pourrait, si elle avait accès à la propriété, prendre son autonomie.

  • 4 D’autres dispositifs avaient été mis en place par les forestiers dès avant la fin de l’apprentissag (...)
  • 5 On retrouve là ce qui se produira quelques décennies plus tard, à grande échelle, aux États-Unis. C (...)

6À l’image de ce qui s’est passé aux États-Unis après l’abolition de l’esclavage, les maîtres ont lutté contre une véritable émancipation de leurs anciens esclaves afin de maintenir l’accès à une main-d’œuvre toujours disponible. Le manque de travailleurs avait toujours été un problème au Honduras britannique, mais quelques chiffres signalent l’ampleur du problème au moment de l’abolition. Bolland et Shoman mentionnent que la population – et donc la main-d’œuvre – diminue suite aux fuites d’esclaves (avant 1834) et aux nombreux départs de travailleurs libres, noirs et de couleur (Bolland et Shoman, 1977 : 60). On l’a vu plus haut, ceux-ci venaient à peine d’obtenir, en 1831, l’égalité des droits avec les Blancs. La réponse des forestiers et des propriétaires face à cette possible émancipation économique des Noirs et des gens de couleur consista – entre autres mesures4 – à interdire tout accès à la terre et à la propriété aux anciens esclaves après l’émancipation (Bolland, 1981 : 614)5. Cette « interdiction » passa en fait par des restrictions insurmontables à l’accès au foncier, avec les dispositifs mentionnés plus haut qui conditionnaient les acquisitions à l’existence de capacités financières beaucoup plus élevées que celles dont pouvaient disposer les anciens esclaves, et au refus des propriétaires de mettre leurs terres en vente. C’est-à-dire un contrôle du marché des terres. Les grands propriétaires conservaient ainsi le contrôle d’une main-d’œuvre non plus esclave mais d’une certaine façon encore captive car sans possibilité de subvenir à ses besoins de manière autonome.

  • 6 100 acres = 40,5 hectares ; 10 hectares = 24,3 acres.

7Si au milieu du XIXe siècle, l’accès aux terres privées est pratiquement interdit aux travailleurs noirs et aux anciens esclaves et leurs descendants, l’accès aux terres de la Couronne ne leur est pas non plus facilité. Comme dans le reste de l’Empire, l’abolition de l’esclavage (1834-1838) coïncide avec la fin de la répartition gratuite des terres par les autorités, comme c’est le cas depuis 1817. Les terres octroyées par la Couronne seront désormais payantes (1 livre sterling par acre6), empêchant l’accès à la terre pour une grande partie de la population esclave récemment émancipée et sans ressource monétaire. Jusqu’en 1868, l’administration ne délivre que très peu de titres de propriété sur les terres de la Couronne (Bolland et Shoman, 1977 : 59-60).

8Une minorité de la population – relayée, voire soutenue par l’administration – bloqua l’accès à la terre de la majorité. Au milieu du XIXe siècle, il n’y avait pratiquement pas de paysannerie au Belize (Bolland, 1981 : 611) et les anciens esclaves étaient cantonnés en ville. Cette distribution a eu de profondes répercussions sur l’organisation territoriale du pays et sur la perception qu’en ont ses habitants. L’absence d’installation paysanne des Noirs a longtemps alimenté les clichés qui présentaient les anciens esclaves et leurs descendants comme naturellement urbains et intrinsèquement hostiles à l’activité agricole et rurale, deux traits qui seraient une conséquence directe de leur histoire esclavagiste. Ces clichés sont encore prégnants de nos jours, comme en témoigne un rapport de 1995 sur l’industrie de la banane au Belize, qui explique que l’un des problèmes vient de la « mentalité bélizienne » et d’une aversion généralisée du travail agricole salarié, héritière de l’histoire colonialiste et esclavagiste qu’a connue le Belize. Il cite les paroles d’un fonctionnaire bélizien selon lequel « notre peuple bélizien n’est pas préparé à travailler dans les fermes. Ils préfèrent s’asseoir au soleil et devenir plus noirs encore qu’ils ne sont déjà » (Henault, 1995 : 25). À l’extérieur comme à l’intérieur du pays, le racisme se nourrit d’une histoire d’exclusion pour justifier encore plus d’exclusion. Il y eut pourtant des expériences d’installation agricole menées par d’anciens citadins noirs de Belize City après l’émancipation et par des esclaves marrons dans les alentours et au sud de la ville, comme à Gales Point, mais elles sont encore mal connues et on commence à peine à en prendre la mesure (Hyde, 2009 ; Chávez y Domínguez, 2012). En suivant une historienne du Belize, on doit d’ailleurs s’interroger sur ces « oublis » historiographiques récurrents qui ont réussi à gommer certaines expériences du récit historique commun (celles des initiatives agricoles des paysans noirs, par exemple) et à instiller des visions biaisées, racistes et infériorisantes auprès des descendants des esclaves eux-mêmes (entretien avec Ritamae Hyde, 21 juin 2011).

9Sans avoir été institutionnalisée en termes racistes, l’exclusion foncière des Noirs après l’abolition de l’esclavage a été d’autant plus efficace qu’elle venait de plusieurs fronts : de l’économie, avec le contrôle du marché privé des terres, du politique, avec les restrictions à l’accès aux terres publiques, de l’idéologie, avec la construction d’un imaginaire qui cantonnait les Noirs à la dépendance du travail forestier et à une résidence urbaine.

L’exclusion des « Indiens » (Maya, Garifuna)

  • 7 « Land in Crown Colonies and Protectorates », Colonial Office, March 1912, HMSO. Je remercie Claire (...)

10En 1911, la Couronne britannique demande à quatorze de ses colonies et protectorats (à l’exclusion de l’Inde) de lui fournir un rapport circonstancié sur la situation foncière prévalant, à l’aide d’un questionnaire simple concernant les superficies, les prix et les statuts fonciers : qui possède quoi, qui peut prétendre à quoi ? Comme on peut s’y attendre, les réponses sont moins précises7. Pour le Honduras britannique, c’est le gouverneur par intérim Wilfred Collet qui renvoie le dossier (voir la réponse circonstanciée en annexe 3). Il commence par prévenir, en toute première page de la lettre qui accompagne le rapport :

  • 8 Land in Crown Colonies and Protectorates, 1912.

Je devrais sans doute commencer par signaler que les seuls indigènes (aborigènes) natifs d’Amérique dans la colonie sont, soit des immigrants soit des descendants de personnes arrivées dans la colonie après qu’elle soit devenue une possession britannique. Aucun natif ne semble avoir été dépossédé, bien qu’à un moment certaines tribus dans le Yucatán aient affirmé être en droit de prélever un loyer sur la terre dans la partie nord de la colonie8.

11À ses yeux, le territoire n’abrite aucun indigène susceptible de revendiquer des droits sur la terre, sauf peut-être quelques « tribus dans le Yucatán » (on peut noter la précision géographique qui disqualifie immédiatement ces prétentions issues de l’étranger) qui auraient voulu percevoir une rente sur les terres exploitées par les forestiers pour l’acajou et le bois de Campeche. Le rapport distingue ensuite les terres réparties en propriétés (51 % des terres) des terres attribuées en location (46 %), c’est-à-dire attribuées par la Couronne sous condition d’exploitation et de paiement d’une rente. Parmi les premières, il mentionne l’existence de deux propriétés particulièrement grandes. On peut penser qu’il s’agit de la Belize Estate and Produce Company (voir chapitre 6) et probablement du Goshen Estate (voir chapitre 5). Pour les terres attribuées par la Couronne, le rapport rappelle l’obligation faite aux bénéficiaires d’exploiter et de mettre en valeur le terrain attribué dans les trois ans qui suivent et mentionne, là encore, deux opérations concernant de très grands lots et portant sur une longue période (99 ans), sans nommer les personnes ou entreprises concernées. Il ne mentionne aucune réserve maya et réaffirme très clairement l’absence de tout « chef ou tribu » qui aurait pu être considéré comme propriétaire originaire des terres : « Toute la terre disponible (pour son attribution) est sous contrôle de la Couronne » (« All the freehold is in hands of the Crown »). Les Maya, pourtant bien présents, sont purement et simplement ignorés.

12Les résidents garifuna sont eux aussi victimes de mesures qui les excluent de l’accès au foncier. Ils étaient arrivés sur des terres situées au sud de la rivière Sibun au tout début du XIXe siècle (1802), dans une région qui n’était à cette époque pas encore officiellement britannique et que les settlers n’avaient que faiblement investie. Ils furent, dans un premier temps, harcelés par ces derniers qui voulaient les en chasser, avant de finalement les embaucher comme travailleurs dans leurs exploitations forestières. Dans les années 1810-1820, les Garifuna habitaient dans une demi-douzaine de localités côtières au sud du Belize, avec des modes spécifiques d’accès aux terres et d’usage pour y construire leurs habitations, y pêcher et y cultiver la terre (Palacio, 2010). Quelques décennies plus tard, le recensement de 1861 fait état de leur présence dans toutes les régions du pays, notamment dans le nord où ils côtoient les Maya (Barnett, 1991 : 75). Mais c’est dans les localités du sud (Stann Creek, aujourd’hui Dangriga, Hopkins, Punta Gorda, Barranco) qu’ils s’installent en plus grand nombre. Alors que partout ailleurs sur le territoire, la loi de 1855 confirme les titres de propriété des terres à qui fait la démonstration de sa possession ancienne et pacifique, une mesure parallèle en soustrait l’application aux populations garifuna (caribs) qui, elles, sont considérées comme squatters sur les terres de la Couronne. Les Garifuna devront solliciter l’attribution en location de leurs terres sous peine de perdre toutes leurs possessions, bâties ou non (A History of Belize, Nation in the making, 2004 : 60).

  • 9 Un cas similaire de « disparition administrative » et silencieuse d’une catégorie foncière et des d (...)
  • 10 Il semble que cette évolution ait été plus rapide et plus intense dans le district de Stann Creek, (...)

13Le rapport Land in Crown Colonies de 1912 mentionne la présence de deux Carib reserves, à l’intérieur desquelles les intéressés ont pu acheter des terres ou en obtenir en location ; une carte de 1938 en identifie également deux à Stann Creek et une dernière mention en est faite dans un rapport de 1965 qui rend compte des attributions en location ticket dans la « réserve carib de Stan Creek » (Survey Department, Annual Report de 1965). Puis plus rien. Comme si les réserves s’étaient dissoutes dans le marché, hors de tout texte officiel qui en établirait l’extinction9. Elles ont été peu à peu transformées en propriétés privées via le mécanisme de la location (lease) transformée ensuite en propriété privée (freehold property). Les terres ont ensuite été échangées, vendues et achetées en dehors de toute référence à une appartenance carib ou garifuna10.

  • 11 Land in Crown Colonies and Protectorates, 1912.

14Par les réponses que ses autorités émettent dans le rapport de 1912, le Honduras britannique s’insère dans un dispositif impérial extrêmement pragmatique qu’il est intéressant de détailler. Parmi les quatorze territoires – aux statuts divers – dont les autorités coloniales ont envoyé le rapport à Londres en 1912, certains reconnaissent les droits des premiers habitants sur l’ensemble du territoire, comme c’est le cas en Côte-de-l’Or (Ghana), une colonie qui ne déclare aucune vente de terres et pratiquement pas de terres de la Couronne (seulement 0,14 %). Dans ce territoire, « les Chefs, les Ainés et le peuple en général sont considérés par le gouvernement comme les propriétaires des terres de la colonie. La Concessions Ordinance de 1900 pose les restrictions à l’aliénation de terres tribales ». D’autres territoires, au contraire, ne reconnaissent aucune propriété précoloniale et s’arrogent tous les droits de propriété, comme au nord du Nigeria où « aucun droit de propriété n’est reconnu aux natifs, et les terres ne peuvent pas être aliénées par des chefs ou des tribus ». D’autres encore mettent en place des systèmes intermédiaires, comme au sud du Nigeria où « les chefs et tribus possèdent la terre sous le système foncier natif, ce qui selon le gouvernement ne leur donne pas le droit de vendre. Ils ont le droit d’attribuer des terres en location aux natifs et, avec l’accord du gouvernement, à des non-natifs sous réserve de restrictions imposées par la Native Land Acquisition Ordinance11 ». On voit par ces réponses qu’il n’y a pas de politique impériale britannique unifiée en matière foncière au début du XXe siècle, mais des pratiques qui s’adaptent aux rapports de force prévalant dans chaque territoire.

15Si l’on s’en tient à ces sources, on voit que, au Honduras britannique, les natifs n’ont aucun droit, cependant que les Caribs (Garifuna) sont maintenus à distance dans leurs réserves. C’est entre soi, entre colons européens – et éventuellement leurs descendants créoles mulâtres –, que le gouvernement négocie et régule l’accès à la terre. Or à la même époque, les administrateurs locaux s’acharnent à justifier la création de « réserves indiennes » et à solliciter l’appui de Londres pour les instituer. Il y a donc bien des « Indiens » que l’on cherche à contrôler, à stabiliser et à exclure du champ foncier.

2) Les réserves indiennes, un dispositif pragmatique d’exclusion ou une technique territoriale de gouvernement ?

16Prenant prétexte des soulèvements répétés dans la région, l’accès des Maya à la terre est régulé en 1867, et les ordonnances de 1872 établissent le statut d’Indian and Carib reserves. Bolland et Shoman précisent que sous ce statut, « les Maya et les Garifuna n’avaient plus le droit d’acquérir des terres, ni en achat ni en concession » (Bolland et Shoman, 1977 : 68). La figure de la réserve apparaît à ces auteurs comme un instrument de confinement et d’exclusion des habitants maya et garifuna de l’accès à la terre et à la production autonome, les Blancs – et l’administration coloniale qui les représente – conservant le contrôle des ressources et de la main-d’œuvre. La réserve était avant tout un instrument de domination raciste. Les archives confirment cette interprétation tout en laissant entrevoir d’autres phénomènes qui nous poussent à concevoir les Indian reservations comme des techniques territoriales de gouvernement colonial (« spatial techniques of colonial rule », Jones et al., 2014).

  • 12 « There are as yet no reserves of land set apart for Indians in the Colony, although provision is m (...)

17Dans le cas du Honduras britannique, les réserves sont un instrument pragmatique qui est lent à se construire. En 1888, quinze ans après l’annonce de leur création, l’administration du gouvernement de ce territoire reconnaît que rien n’a été faitmalgré plusieurs initiatives prises pour réguler la distribution des terres12. Dans les premiers textes, les réserves sont imaginées pour résoudre des conflits entre les groupes maya et les entreprises forestières qui exploitent les arbres sur leurs terres, dans un contexte de tension qui menace de tourner au conflit ouvert. La solution proposée consiste à réserver des terres pour les premiers et à nommer parmi eux un chef (alcalde, head man ou chiefman) responsable de la répartition des lots fonciers (cf. encart 2). On déléguerait ainsi aux villageois eux-mêmes, à bas coût, la charge de distribuer les terres qui leur seraient réservées, sous-entendu : à l’exclusion des autres terres, situées à l’extérieur des réserves et désormais légalement accessibles aux entrepreneurs. Conçues pour contrôler la mobilité des Maya et les pousser au regroupement afin de libérer les terres pour l’exploitation forestière, les réserves constituent un instrument de gestion du territoire qui s’insère dans un arsenal de mesures prises par le gouvernement, parmi lesquelles l’instauration du système des alcaldes et des impôts fonciers (Wainwright, 2003 : 298).

Encart 2 : L’institution de l’alcalde au Belize

La figure de l’alcalde au Belize (parfois chiefman) est importée des traditions coloniales hispaniques, elles-mêmes aux origines croisées précolombiennes et péninsulaires. C’est une figure métisse ou hybride, l’alcalde jouant un rôle fondamental de médiation entre les populations locales et les gouvernements, tout en représentant, pour les communautés maya, une instance d’autonomie relative dans la gestion des affaires quotidiennes (Mesh et Wainwright, 2018).

Elle est instaurée dans le nord du territoire pour gérer les réfugiés yucatèques et faire face à une double préoccupation des autorités : contrôler – et si possible garantir – la main-d’œuvre et contrôler – et si possible supprimer – les rebellions et hostilités maya encore fréquentes à la fin de XIXe siècle. Leur rôle est défini par l’Alcalde Act de 1858, codifié en 1886. Le système se généralise rapidement à l’ensemble des localités maya du territoire, surtout à l’ouest (Cayo) et au sud (Toledo).

Selon les textes, les alcaldes sont élus annuellement par les villageois ; ils sont en fait le plus souvent nommés par les autorités. Ils ont des prérogatives de droit mineur ; ils sont essentiellement des relais du gouvernement. Contrairement au système hispanique étendu au secteur indigène, le dispositif du Belize n’associe pas de charge civico-religieuse ni rituelle au statut d’alcalde. Dans les années 1950, l’administration introduit des conseils de villages censés remplacer le système des alcaldes dans les villages maya. Ce nouveau dispositif devait favoriser l’inclusion des villages maya dans la vie politique nationale ; il a surtout signifié la fin de l’autonomie locale qui avait été préservée sous le système des alcaldes (Moberg, 1992 : 15).

18La logique de séparation entre les espaces de gestion (maya / gouvernement) n’est toutefois jamais mise en place, et assez vite, l’administration coloniale cherche à réguler l’accès aux parcelles à l’intérieur même des réserves, en proposant l’attribution de titres fonciers individuels sur des parcelles localisées et numérotées. En 1879, le gouverneur Frederick Barlee promeut une politique d’attribution de lopins individuels à des conditions accessibles à de petits agriculteurs (Moberg, 1996 : 364), « indiens » ou pas. En 1880, il expose son programme de création de réserves dans la région de Benque et Soccotz (sic) où, selon lui,  « des Indiens vivent en paix avec la loi anglaise » et dont le gouvernement pourrait régulariser la situation foncière avec profit. Il rend compte de ses négociations avec les alcaldes qu’il a lui-même nommés. Il leur a indiqué les bénéfices qu’ils tireraient à abandonner leur statut de squatters sur les terres de la Couronne au profit de dotations légalisées de parcelles individuelles (100 x 50 pieds, soit 450 mètres carrés), vendues à leurs occupants pour le prix de 10 dollars. Il affirme avoir régularisé la situation dans deux villages : 80 lots à Benque Viejo et 73 à Succotts (sic, pour Succotz) dans lesquels chaque bénéficiaire a reçu un location ticket numéroté et enregistré (cité par Wainwright, 2003 : 91). De fait, on reconnaît aujourd’hui encore le tracé géométrique des lots et des rues dans les bourgs de Benque et Succotz, selon un schéma d’organisation spatiale qui n’existe pas dans d’autres localités.

  • 13 Ces mesures rappellent les politiques de parcellisation des réserves indiennes aux États-Unis à la (...)

19Cette individualisation et privatisation foncière ferait des Maya des citoyens « comme les autres » dès lors que leur sécurité foncière dépendrait de titres légalisés garantis par l’administration et non pas par une autorité maya. Dans ce scénario, l’accès à la propriété ancrerait doublement les paysans maya : dans la réserve où se situent les parcelles attribuées d’une part, dans la citoyenneté et le respect des lois britanniques, d’autre part13. Cette ambition de normalisation citoyenne et foncière – via l’accès à la propriété – est directement liée à un autre processus fondamental pour le territoire colonial : le contrôle de la circulation des personnes. La figure de la réserve, avec ou sans délivrance de titres de propriété à l’intérieur, assurerait la présence d’une population plus ou moins sédentarisée, sous l’autorité d’un alcalde. En réduisant la mobilité des populations, elle faciliterait la mise à disposition de main-d’œuvre au bénéfice des plantations agricoles (café, canne à sucre) qui s’installent à cette époque. En restreignant la mobilité maya entre les territoires du Honduras britannique, du Mexique ou du Guatemala voisins, elle permettrait de plus de stabiliser la frontière.

  • 14 Rapport de Miller, inclus dans le dossier Kew Archives (CO 123-190, 28 sept.1888).

20Les années qui suivent ne voient pas la généralisation attendue de création des réserves et en 1888, le gouvernement colonial du Honduras britannique fait une nouvelle proposition. Dans un courrier confidentiel accompagné d’une carte très rudimentaire représentée en figure 5, le gouverneur par intérim (the Acting Governor Hubert E.N. Jerningham) propose la création de trois emplacements qui seraient dédiés aux réserves, marqués grossièrement sur la carte par les lettres A, B et C14.

Figure 5 : Proposition de création de réserves (1888)

Figure 5 : Proposition de création de réserves (1888)

Source : Kew Archives, CO 123-190, 28 sept. 1888.

21À l’ouest (position A), des communities areas seraient destinées à regrouper des paysans maya jusqu’alors dispersés le long de la frontière avec le Guatemala. C’est en particulier le cas de lots urbains de Succotz et Benque Viejo déjà mentionnés, conçus pour des populations icaiché installées depuis 1880 sur des parcelles lotifiées qu’elles ont achetées mais dont elles n’ont pas les titres (courrier du gouverneur Goldsworthy, 1888, CO123-190). Les autorités sont favorables à la création de réserves pour ces populations qui sont encore perçues comme une menace (la dernière attaque maya importante, conduite par Marcus Canul à Orange Walk, date de 1872). Les populations maya constituent un groupe qu’il faudrait assigner aux villages de Benque et Succotz déjà cités et, si possible, confiner à l’intérieur de leurs futures réserves (CO123-190).

  • 15 « This reserve would no doubt be used by Indians of the Northern District who at present live on la (...)
  • 16 « I understand it meant that there are Indians who consider as belonging to them land which, when t (...)
  • 17 « As to the northern reserve, I see no reason why Indians already renting land from private persons (...)

22Au nord (position B), le document prévoit l’établissement d’une réserve conçue pour recevoir les paysans réfugiés du Yucatán et leur permettre de cultiver le maïs dont la colonie a fort besoin. La réserve pourrait aussi accueillir de nouveaux migrants maya Santa Cruz en cas de nécessité15. Pour répondre aux besoins des paysans réfugiés, des réserves seront effectivement créées sous le nom de « réserves agricoles » à Ramonal et Zapote. De façon très pragmatique, les réserves visaient à trouver une place (un emplacement) à des populations dépossédées par les grands propriétaires ou qui pourraient le devenir dans un avenir proche. Une réponse de Londres au courrier du gouverneur de 1888 est très claire à ce sujet. Même s’il est plutôt opposé à l’idée d’une exception territoriale et fiscale pour les Maya, le secrétaire d’État reconnaît que c’est peut-être une solution à envisager dans le cas où, après l’accord à venir sur la frontière avec le Mexique, des groupes maya revendiqueraient la propriété de certaines terres. Une réserve pourrait alors être utile16. Quant aux autres réfugiés, considérés comme des migrants comme les autres, ils sont appelés à s’assimiler selon la logique de marché par achat ou location de terres privées, sans dispositif particulier17.

  • 18 « The town of San Antonio in the position marked C has only existed a few years, previous to which (...)

23Au sud enfin (position C), autour de San Antonio, le texte propose la création d’Indian reservations où s’installeraient les paysans en provenance du Guatemala voisin, après avoir obtenu l’accord de l’autorité du district de Punta Gorda18. L’établissement des Maya dans le sud du Belize était alors encouragé par les Britanniques qui y voyaient deux avantages majeurs, l’augmentation de la capacité de production agricole et le peuplement de cette région voisine du Guatemala, ce qui leur assurerait un meilleur contrôle de la frontière (Binford, 2007 : 32).

  • 19 « Rules for the Toledo Indian Reserve », The Government Gazette of British Honduras, Nº 23, May 17t (...)
  • 20 Selon Barnett (1991), entre 1933 et 1955 ; Van Ausdal (2001) parle de 1924.

24Les trois figures de réserves n’ont pas exactement les mêmes objectifs, même si leur caractéristique commune est bien de contrôler l’accès des paysans à la terre, qu’ils soient réfugiés, migrants ou encore, globalement, Maya. Établies en 1872 et redessinées en 1888, les réserves indiennes semblent ne susciter que peu d’intérêt auprès des administrateurs. Les mentions mêmes de leur présence, et a fortiori de leur emprise foncière, sont rares, peu documentées, contradictoires d’un rapport à l’autre. La Gazette gouvernementale de 1924 fait état de règlements pour une réserve indienne dans le district de Toledo qui aurait été créée en 191619. Le gouvernement colonial du Honduras britannique émet des régulations concernant les réserves en 1924, puis en 1925, en 1928 et, pour finir, en 1935, avec toujours les mêmes normes qui dérivent de la Crown Land Ordinance de 1886. Les données manquent pour évaluer et retracer les processus de création des réserves, et l’administration coloniale elle-même peine à les maîtriser. Ce qui est sûr, c’est qu’à partir des années 192020, une douzaine de réserves (Indian reservations) sont établies dans le sud, et dans les districts du nord, une dizaine de réserves agricoles ou community farms.

  • 21 Les données proviennent de l’Atlas du Honduras britannique publié en 1939, et plus précisément de l (...)

25Plusieurs réserves forestières sont également créées à cette époque. Une carte (figure 6) fait état de leur répartition21 en 1938. On y voit clairement la division entre terres en propriété privée (au nord) et terres de la Couronne (au sud). Les terres mises en réserve, qui apparaissent en vert sur la figure 6, sont peu nombreuses et parsèment le territoire du nord au sud.

Figure 6 : Terres de la Couronne, réserves et terres privées en 1938

Figure 6 : Terres de la Couronne, réserves et terres privées en 1938

Source : Atlas of British Honduras (1939) ; Barnett (1991 :118).

  • 22 « At the end of 1957, 3493 acres of land were held on lease in this reservation for the growing of (...)

26Le rapport annuel du Survey Department de 1960 mentionne quatre réserves agricoles dans le district de Corozal (probablement celles que l’on repère sur la carte de 1939) et six community farms dans le district de Cayo (qui, elles, ne sont pas représentées en 1939). Il ne mentionne pas de réserves carib ou garifuna. Dans les années suivantes, les réserves du nord et du centre disparaissent progressivement des rapports. Le processus d’extinction n’est pas explicite : il se fait par dotations successives en grants (dotations, adjudications) ou leases (concessions), notamment pour les réserves de Ramonal-Zapote et de Consejo22, ou par la multiplication des attributions en « location ticket », comme dans la réserve carib de Stan Creek en 1965 (BARS, Belmopan). Dans tous ces cas, les réserves du nord et du centre « se dissolvent » en propriétés privées. Seules restent celles du district sud de Toledo, dont nous verrons plus loin (chapitre 7) les transformations.

27Pour Bolland et Shoman (1977), on l’a dit, la mise en place des réserves indiennes par le pouvoir colonial avait été l’élément central d’une politique raciste d’exclusion de la propriété à l’encontre des populations subordonnées – anciens esclaves, Garifuna et Maya. Cette politique de restriction de l’accès à la propriété en dehors des réserves, voire de confinement, avait pour objectif de maintenir les populations racialisées dans un état de quasi-tutelle (trusteeship) vis-à-vis du marché du travail contrôlé par les propriétaires forestiers et les négociants.

28Convaincante et fondée sur de nombreuses données, cette interprétation ne permet toutefois pas d’expliquer pourquoi le pouvoir colonial, dans le même temps qu’il préconisait la création des réserves, promouvait l’accès à la propriété privée pour les Maya dans et hors les réserves, sous formes de grants, comme pour tout autre citoyen. On peut penser que l’administration ne suivait pas forcément un projet idéologique cohérent d’exclusion raciste, de confinement et de contrôle, mais recourrait à des techniques territoriales variées parmi lesquelles les réserves, mais aussi – et surtout ? – la fondation de villages et la reconnaissance des autorités qui s’y établissaient (les alcaldes, les églises, les écoles). Le projet global visait à assurer un ordre colonial et à construire un système de citoyens loyaux à la Couronne à travers l’instauration d’une subjectivité politique qui le soutenait.

29Aux yeux des administrateurs, la création de réserves était une étape sur la voie de la normalisation, au sens premier de création d’une norme que le gouvernement souhaitait diffuser sur l’ensemble du territoire et qui reposait sur des valeurs prônées par le discours colonial modernisateur : la sédentarité (signe de civilisation), la propriété (garante de citoyenneté), la scolarisation des enfants (progrès). La mise en réserve constituait une technique territoriale efficace pour atteindre ces trois objectifs, sans mettre en place de procédé coercitif qui obligerait les paysans maya à adhérer à un schéma global. Le seul fait d’accepter la prérogative du pouvoir colonial à leur allouer des réserves place les populations paysannes dans une position de dépendance vis-à-vis de l’administration et les dote d’une subjectivité politique coloniale qui entretient l’acceptation de la domination (Lund, 2011 : 886). Preuve en est que les réserves au Belize ne s’accompagnaient pas véritablement de confinement ou d’assignation, si l’on entend par là appartenance forcée et fixation au lieu. De nombreux paysans maya n’y résidaient pas, ou y résidaient en même temps qu’ils continuaient à vivre ailleurs et à cultiver des parcelles situées en dehors des réserves. Nombreux aussi furent les paysans maya à solliciter et obtenir des titres de propriété, dans et hors les réserves. C’est par l’adhésion, même passive et subie, au modèle politico-territorial des réserves que s’est diffusée la subjectivité politique qui permettait la reproduction du système colonial. Et c’est par la critique de cette subjectivité désormais qualifiée de coloniale que, un demi-siècle plus tard, les réserves seront sévèrement mises en question par les dirigeants et paysans maya.

30Dans certains cas, la normalisation souhaitée par le pouvoir colonial semble avoir fonctionné, au point de mener à la disparition des réserves dans le nord du territoire. Cette disparition signifiait en partie le succès de la politique coloniale qui, rappelons-le, concevait les réserves comme une étape intermédiaire vers l’intégration des paysans dans le marché foncier et dans la citoyenneté, les deux étant aux yeux des administrateurs intimement liés. En ce sens, pour les Maya, les réserves furent bien une mesure d’exclusion, pas forcément territoriale ni foncière, mais de leur identité, au service d’une intégration dans une citoyenneté dépendante et sédentaire, modelée par des rapports de domination coloniale.

31Cette vision n’était pas exclusive du Honduras britannique. À la même époque, les autres territoires coloniaux de la Couronne étaient eux aussi le scénario de politiques territoriales qui tout à la fois reconnaissaient les spécificités autochtones et cherchaient à les faire disparaître. La Malaisie, par exemple, a connu des processus de normalisation foncière qui passaient par la parcellisation des terres et leur titularisation en faveur des natifs. Ces mesures visaient, en même temps qu’à instaurer un meilleur contrôle sur le territoire, à réduire la spécificité paysanne et à modeler un « sujet britannique de Siam » à travers des processus de subjectivation coloniale fondés sur l’assignation à un espace géographique donné et à une position dans l’espace politique (Malhi, 2011 : 736). Mais ces procédés n’ont pas toujours fonctionné. Toujours en Malaisie britannique, Kratoska analyse l’échec de la Couronne à généraliser la propriété privée parmi les paysans malais. Il l’explique par le fait que ceux-ci n’en avaient pas besoin, trouvant dans la mobilité et le travail les ressources et la sécurité suffisante à leur reproduction (Kratoska, 1985 : 42). Pour le gouvernement colonial du Honduras britannique, ce sont précisément ces deux ressources, la mobilité et le travail, que les réserves indiennes permettent de contrôler, privant par là-même les paysans de leur autonomie et les rendant dépendants du système colonial et de ses « valeurs ». La subjectivation politique coloniale s’appuie sur des technologies territoriales mises en œuvre par l’administration et par les secteurs dominants de la société, ensemble ou séparément selon les cas. Au Honduras britannique, l’exclusion de l’accès à la terre, l’assignation dans des réserves, la mobilité forcée et saisonnière de l’exploitation forestière sont autant de technologies territoriales qui ne relèvent pas d’un seul modèle de gouvernement mais s’adaptent aux contextes. On a vu qu’au cours de l’histoire elles ont concerné les Maya (Indians), les Garifuna (Carib), les ancien.nes esclaves, les réfugié.es et en général tous ceux et celles qui pouvaient interférer avec les intérêts de l’oligarchie forestière. Dans le même temps, les gouvernements ont également appliqué d’autres techniques de gouvernement, fondées cette fois sur la maîtrise de l’appareil juridique et administratif qui encadre la propriété.

Notes

1 « On concluding his tour, Grimarest reported that 2 250 people, a majority of them blacks and slaves, had already arrived in Belize from the Mosquitos Coast. The document certifying the turning over the territory was signed by Grimarest and Despard on August 11, 1787, thereby marking the birth of the English colony in Belize » (Antochiw, 1992 : 59).

2 Surintendant du Honduras britannique de 1787 à 1790, parfois qualifié de « rebelle anglo-irlandais », il se fit des ennemis parmi l’élite du territoire en soutenant les droits des réfugiés les plus pauvres de la Mosquitia. De retour en Grande-Bretagne et accusé de complot irlandais, il fut jugé et pendu en 1803 (Bolland, 2004 : 37-38).

3 L’esclavage est supprimé par étapes. Après l’interdiction de la traite (1807) puis l’abolition de l’esclavage (1833 en Grande-Bretagne, 1834 dans les colonies), une période de quatre ans appelée « apprentissage » est imposée aux anciens esclaves de 6 à 60 ans pendant laquelle ils doivent réaliser un travail non rémunéré contre logement et nourriture. L’émancipation totale est proclamée en 1838.

4 D’autres dispositifs avaient été mis en place par les forestiers dès avant la fin de l’apprentissage (1838) pour assurer leur volant de main-d’œuvre : achats illégaux d’esclaves ; systèmes d’endettement (advance and truck systems) auprès des travailleurs pour les retenir indéfiniment ; tentative de contrat pour faire venir 459 esclaves « libérés » de Cuba pour travailler en forêt, en 1835 (Bolland, 1981 : 604). Ensuite ils généralisèrent le « wage and rent system », une sorte de système d’endettement permanent (les patrons louent aux anciens esclaves les maisons et lots qu’ils occupaient auparavant « gratuitement », et le déduisent de leurs salaires, Bolland, 1981 : 594). Ils commencent à employer aussi des travailleurs garifuna, des migrants hispanophones, puis plus tard en 1864, les Chinois – Lewis (1989) parle alors de travail forcé – et dans les années 1860, des travailleurs indiens (d’Inde) sous contrat.

5 On retrouve là ce qui se produira quelques décennies plus tard, à grande échelle, aux États-Unis. Certains avaient cru qu’avec la fin de la guerre de Sécession et l’abolition de l’esclavage, une autre société serait possible. En 1865, la politique d’attribution de terres et de bétail aux esclaves libérés, connue sous le nom de politique des « 40 acres and a mule », a concerné environ 10 000 esclaves libérés et 400 000 acres (environ 160 000 hectares) en Géorgie et en Caroline du Sud. Mais elle n’a pas duré, à peine quelques mois, et après l’assassinat de Lincoln, sous Johnson, les terres furent rendues à leurs propriétaires blancs qui mirent au point des mécanismes de répression et d’oppression des Noirs : le métayage, la tienda de raya, les Black Codes, l’apprentissage et, dans les années 1890, la fin du droit de vote et la mise en place de la ségrégation avec les lois Jim Crow, « separate but equal » (Barreyre et Schor, 2009).

6 100 acres = 40,5 hectares ; 10 hectares = 24,3 acres.

7 « Land in Crown Colonies and Protectorates », Colonial Office, March 1912, HMSO. Je remercie Claire Médard de m’avoir signalé ce document.

8 Land in Crown Colonies and Protectorates, 1912.

9 Un cas similaire de « disparition administrative » et silencieuse d’une catégorie foncière et des droits afférents est attesté dans un autre territoire colonial britannique, celui de Vancouver, dans ces mêmes années 1860. Rossiter y constate un désintérêt des administrations face à l’extinction des réserves (à Vancouver il s’agit de titres des terres autochtones), désintérêt qu’il attribue conjointement au coût élevé que représenterait un contrôle des transactions, au racisme et au pragmatisme colonial qui s’accommode fort bien de cette évolution, même non conforme au droit. « While scholars have debated the reasons for this, it seems that a combination of high costs, racism, and the pragmatics of colonial resettlement led to a disinterest in the extinguishment of Native title on the part of both the Governor and the Colonial Office in London » (Rossiter, 2007 : 776).

10 Il semble que cette évolution ait été plus rapide et plus intense dans le district de Stann Creek, qui s’est ouvert à la banane et aux agrumes, aux entrepreneurs et en 1949 à la Colonial Development Corporation. Elle aurait été moins sensible dans les régions plus isolées et moins ouvertes à la convoitise et à la concurrence foncière, comme Barranco qui a gardé jusqu’à aujourd’hui la mémoire, et parfois même la pratique d’une possession collective des terres (voir Palacio et al., 2011).

11 Land in Crown Colonies and Protectorates, 1912.

12 « There are as yet no reserves of land set apart for Indians in the Colony, although provision is made for such in the Crown Lands Ordinance 1886. (…) The Lands Ordinance of 1872 also made provision for “Indian” and “Charib” (sic) reserves and in 1877 this provision was repealed so far as the “Charibs” were concerned by Ordinance Nº 9 of that year. (…) The Crown Lands Ordinance of 1879 (Nº 8) makes no special mention of Indians but sec. nº 48 empowers the Governor to set apart Crown Lands as “Commons” » (dossier Kew Archives, C.O. 123-190, 28th sept. 1888, from the Acting Governor Hubert E.N. Jerningham to Lord Knutsford).

13 Ces mesures rappellent les politiques de parcellisation des réserves indiennes aux États-Unis à la même époque, qui menèrent à l’érosion de l’autorité des Nations indiennes et à l’expansion du pouvoir fédéral (voir Chang, 2011).

14 Rapport de Miller, inclus dans le dossier Kew Archives (CO 123-190, 28 sept.1888).

15 « This reserve would no doubt be used by Indians of the Northern District who at present live on lands belonging to private persons, and for which they pay an annual rental. (…) In the event of a migration of Santa Cruz Indians to this Colony (which I think will occur sooner or later) this reserve B would be the place to locate them on » (CO123-190).

16 « I understand it meant that there are Indians who consider as belonging to them land which, when the mexican boundary is settled, will be part of the Colony. (…) If so it may be (…) expedient to provide an Indian reserve either at B in the map or somewhere else in the Northwest of the Colony » (CO123-190).

17 « As to the northern reserve, I see no reason why Indians already renting land from private persons should have free grants there. It will be convenient to settle there any Indians that may come into the colony from Yucatán, but they should either buy or rent the land, being new comers. » (Secrétaire d’État, en réponse au courrier, CO123-190).

18 « The town of San Antonio in the position marked C has only existed a few years, previous to which time the inhabitants lived in the Republic of Guatemala but being dissatisfied with the treatment of the Governor of Petén they communicated with the District Magistrate of Punta Gorda who visited them and after some negotiation they travelled coastward and settled in their present position » (CO123-190).

19 « Rules for the Toledo Indian Reserve », The Government Gazette of British Honduras, Nº 23, May 17th, 1924.

20 Selon Barnett (1991), entre 1933 et 1955 ; Van Ausdal (2001) parle de 1924.

21 Les données proviennent de l’Atlas du Honduras britannique publié en 1939, et plus précisément de la carte 7, « showing alienation of land ». La carte est reproduite par Barnett (1991 : 118), qui l’attribue à une autre source : « Map of British Honduras showing approx. position of Private Properties » du rapport « British Honduras Land of 1938 » (disponible à la Librairie du Congrès des États-Unis). Le fond de carte utilisé ici (parcellaire des sections foncières) provient d’une carte de 1935, la « Property Map », disponible aux Archives de Belmopan.

22 « At the end of 1957, 3493 acres of land were held on lease in this reservation for the growing of cane » (Survey Department, Annual Report 1958). Voir aussi Barnett (1991 : 128 et 231).

Table des illustrations

Titre Figure 5 : Proposition de création de réserves (1888)
Crédits Source : Kew Archives, CO 123-190, 28 sept. 1888.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 6 : Terres de la Couronne, réserves et terres privées en 1938
Crédits Source : Atlas of British Honduras (1939) ; Barnett (1991 :118).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search