Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Première partie. De la régulation foncière aux techniques territoriales de gouvernement : les outils de la territorialisation coloniale

Chapitre 1. Les fondements d’un ordre colonial tardif et précaire

Texte intégral

1Le Belize est une nation jeune. Et cependant, son histoire fait déjà débat. Il ne s’agit pas ici d’en rendre compte dans le détail, mais de pointer les particularités qui éclairent le rapport du pays à l’espace, à la terre et au territoire. Pour cela, on fera l’examen de la construction de son territoire colonial en analysant son statut politique, son peuplement, ses ressources et ses institutions.

1) Le territoire colonial et les récits de son émergence

2Le pays a longtemps été décrit comme un territoire de pirates et de boucaniers, ces hommes libres du XVIIe siècle qui sillonnaient les mers et trouvèrent refuge sur ces terres vides et vierges aux confins de l’Empire espagnol, où ils s’installèrent plus durablement, y exploitèrent les forêts et y inventèrent leurs propres règles de coexistence. Les confrontations incessantes avec les Espagnols les obligèrent à faire appel aux autorités britanniques qui, dès lors, n’eurent de cesse d’y construire un settlement. Le terme, mal traduit en français par « territoire » – on devrait dire « établissement », renvoie au droit de « s’établir » pour les individus acceptant de se consacrer à l’exploitation forestière.

3L’établissement de sujets britanniques sur cette portion de l’Empire espagnol, afin d’en extraire du bois de Campeche, est pour la première fois garanti par le traité de Paris en 1763 et celui de Versailles en 1783, dont les accords sont confirmés et élargis en 1786. La carte représentée sur la figure 3 précise les espaces où leur présence est tolérée, entre le Rio Hondo au nord, qui marque la frontière avec la Nouvelle-Espagne, et le Rio Sibun au sud. Leur présence est censée n’être que transitoire, le temps d’exploiter les bois. L’agriculture demeure interdite.

Figure 3 : 1783-1786, le Honduras britannique dans le partage impérial

Figure 3 : 1783-1786, le Honduras britannique dans le partage impérial

Source : Carte de la partie de l’Yucatán concédée aux Anglois par les Espagnols pour la coupe des bois, suivant les Traités de 1783 et 1786 ; BNF, Paris, 1790.

4Dans le récit de ces premiers temps, les épisodes de guerre avec les Espagnols ponctuent une histoire politique originale, portée par les Baymen, les « hommes de la Baie ». Ceux-ci étaient dans leur majorité britanniques ou anglo-celtes (anglais, écossais, irlandais) et s’installèrent en faisant venir des esclaves africains pour exploiter les réserves de bois de Campeche, de chicle et d’acajou. Cette coexistence dans les camps forestiers est souvent qualifiée d’alliance entre des groupes que tout opposait mais qui ensemble « fondèrent le territoire ». La bataille de Saint George en 1798, qui a marqué la défaite des Espagnols et la fin de leur ascendant sur les eaux de la baie du Honduras, est présentée comme l’acte fondateur du futur pays (Encalada et Awe, 2010). Un siècle plus tard, la célébration de la victoire militaire anglaise est l’occasion d’une relecture des événements, selon laquelle la victoire aurait été acquise grâce aux efforts conjoints des maîtres et des esclaves, unis jusqu’à la mort dans la défense de « leur » territoire, côte à côte, « shoulders to shoulders », une expression qui figure sur le drapeau national.

5Ce récit aux accents épiques a l’avantage de poser la légitimité britannique sur ce territoire en se référant au droit de conquête, et d’évacuer ou d’euphémiser la question de l’esclavage, donné comme presque naturel et consubstantiel au territoire et à ses forêts, les esclaves ayant eux-mêmes volontairement contribué à sa fondation. L’histoire du Belize serait celle de la construction d’une société originale aux prises avec une nature menaçante (la forêt), autour de ses ascendants (les Baymen), ses fondateurs (les settlers), tous ancêtres putatifs des habitants contemporains, les Créoles descendants de colons britanniques et d’esclaves africains. Autour de ce noyau fondateur, « les autres » (les habitants métis, maya, garifuna, indiens) sont considérés comme minoritaires et/ou arrivés « plus tard », après les Anglais.

6Cette version fait peu mention des nombreuses résistances qui émaillèrent pourtant l’histoire du territoire. Certaines furent des oppositions ouvertes, comme lorsque les rebelles, parfois armés d’arcs et de flèches, attaquèrent au XIXe siècle les camps des forestiers, notamment sur la Belize River et la New River (Bolland, 2004 :105). Dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que la guerre des Castes opposait les Maya aux colons du Yucatán voisin (Villalobos, 2005), le territoire du Honduras britannique fut également la cible d’attaques maya, menées sous l’autorité du chef de guerre Canul, comme à Corozal (1870) et Orange Walk (1872) (cf. encart 1). La mort de Canul en 1872 mit fin à la confrontation armée maya au Belize. D’autres résistances à la colonisation furent moins visibles mais non moins importantes, comme les fuites réitérées des esclaves vers le Mexique ou le Petén ou leurs soulèvements sporadiques, notamment au début du XIXe siècle (1816, 1820). La carte ci-dessous (Figure 4) localise les principaux événements connus de ce mouvement dont l’ampleur apparaît comme préoccupante aux yeux des administrateurs coloniaux (voir aussi Bolland, 2004 et Jones, 1971).

Figure 4 : Les résistances à la colonisation

Figure 4 : Les résistances à la colonisation

Source : A History of Belize, Nation in the Making, Cubola, Belize, 2004 ; Bolland (1988).

Encart 1 : La résistance maya à la colonisation britannique

Bolland (2004 : 103 sq.) distingue plusieurs vagues d’attaques maya contre les Britanniques.
Les premières sont le fait d’« Indiens sauvages » (Wild Indians) dont on ne connaît pas bien l’origine, au tournant du XIXe siècle :

1788 : Attaque des Wild Indians sur la New River
1807 : Attaque des Indiens à Hogstye Bank (au nord d’Orange Walk, vers Roaring Creek).

D’autres sont probablement le fait de Maya installés dans les Yalbac Hills :

1847 : Attaque des Wild Indians contre les coupeurs d’acajou sur la Belize River
1848 : Attaque des Indiens contre les équipes de travailleurs forestiers sur la New River

La troisième vague de résistance maya est celle, mieux connue, menée sous la direction de Canul :

1866 : Raid contre le camp forestier (acajou) de Qualm Hill, sur le Rio Bravo
1870 : Occupation de Corozal
1872 : Attaque d’Orange Walk et décès de Canul

7À côté de cette histoire qui rend compte de la vision des vainqueurs, transmise par des générations de chroniqueurs et d’historiens locaux, britanniques et étrangers, des voix discordantes soulignent d’autres possibles récits collectifs. Elles mettent en question la véracité de la solidarité « naturelle » entre maîtres et esclaves et l’hégémonie indiscutée de certains secteurs de la population (résidents blancs et créoles) sur l’ensemble de la société. Dans la première moitié du XXe siècle, époque de crise économique profonde, des mobilisations sociales très importantes (protestations des années 1930, grande grève de 1952) secouent le territoire plongé, comme le reste de l’Amérique centrale, dans une pauvreté extrême. Ces manifestations, associées à des revendications indépendantistes, marquent les premiers pas vers une autonomie (self-government) finalement acquise en 1964, et l’indépendance déclarée presque deux décennies plus tard (1981). Le système devient une démocratie constitutionnelle à régime parlementaire, membre du Commonwealth ; la reine d’Angleterre y est représentée par un gouverneur général.

8L’histoire détaillée de l’indépendance est complexe (Shoman 2020, 2018). Certains s’y opposèrent, par crainte de voir le pays immédiatement envahi par le Guatemala qui refusait de reconnaître son indépendance. Ils se regroupèrent au sein du National Independence Party (NIP) puis de l’UDP (United Democratic Party, formé en 1974 par le regroupement de plusieurs partis d’opposition, dont le NIP), l’un des deux partis qui se disputent le pouvoir depuis l’indépendance. Un militant de l’époque, élu UDP en 1984-1989 pour le district du nord, considère que seuls les Britanniques (« l’Anglais ») pouvaient les protéger de possibles agressions :

  • 1 Entretien avec Israel Jacinto Alpuche, ancien maire UDP de Corozal en 1984-1989 et ministre de l’Én (...)

L’UDP s’opposait à l’indépendance. L’Anglais nous avait exploités et maintenant il voulait se débarrasser de nous. Nous, nous voulions un engagement, l’assurance que la Grande-Bretagne n’abandonnerait jamais le Belize. Et c’est ce qui s’est fait. Les Malouines sont à dix minutes d’ici. Le Belize est protégé par la Grande-Bretagne. On ne voulait pas que l’Anglais se retire. L’Anglais servait de tampon, pour toute l’Amérique centrale. S’il part, toute l’Amérique centrale coule. Tous les pays ont des problèmes les uns avec les autres. Avec l’Anglais, on est protégés des agressions1.

9D’autres ont vu l’indépendance comme une concession facilement accordée par un empire déclinant. Pourtant la lutte fut réelle, les conflits nombreux, et seule l’internationalisation du débat permit d’accéder à l’indépendance (Shoman, 2009b). Le « père de l’indépendance » est sans conteste George Price qui, à la tête du People’s United Party (PUP), reste pour beaucoup de Béliziens celui qui permit l’arrivée d’une ère nouvelle. Certains de mes interlocuteurs parlent avec émotion de ce moment où ils acquirent tout à la fois une identité, un hymne national, un passeport, un gouvernement :

  • 2 Olga Marin, maire de Corozal au moment de l’indépendance en 1981. Entretien réalisé à Corozal le 9 (...)

Avant l'indépendance, nous n'avions pas d'identité. Maintenant nous en avons une. Notre hymne national, notre passeport, notre gouvernement. Nous n'avons plus besoin d'attendre de voir ce que dira l'Anglais, tout a changé avec l'indépendance [...]. On a été très contents d'être indépendants, c'était divin, sans effusion de sang comme dans d'autres pays. Le 21 septembre [fête de l'Indépendance] nous a remplis de fierté2.

10Avec l’indépendance, un nouveau récit de l’histoire, désormais nationale, voit le jour. Il insiste moins sur les épisodes épiques vécus par les premiers colons que sur les multiples acteurs, groupes sociaux et individus qui, d’origines extrêmement diverses, forgent l’actuelle nation. L’ouvrage collectif de grande diffusion, A History of Belize. Nation in the Making (1995), en est le meilleur porte-parole. Largement inspiré des travaux d’historiens étrangers et nationaux, l’ouvrage conteste l’absolue prédominance des « Anglais » et rappelle, au contraire, que le Belize est l’héritier d’une histoire ancienne et d’un territoire construit par des groupes maya bien avant toute colonisation européenne. Ce qui avait toujours été un petit territoire périphérique de l’Empire britannique peut désormais être vu comme l’ancien cœur d’un vaste empire maya.

11L’esclavage est largement invoqué pour instruire l’histoire nationale, avec là encore un renversement de perspectives. Les esclaves ne sont plus les alliés inconditionnels des maîtres anglais dans leur combat contre les Espagnols ; les marges de l’Empire sont en fait un chaînon d’un vaste système mondialisé dans lequel les individus réduits en esclavage (aboli en deux étapes, entre 1834 et 1838) et leurs descendants furent des acteurs-clé de la construction des territoires, et pas seulement des marchandises achetées et exploitées. Actuellement, des programmes de recherche et d’édition grand public s’attachent à développer ces interprétations et à inscrire l’histoire du Belize dans celle du système-monde – et non plus seulement dans celle de l’Empire colonial britannique –, en soulignant le rôle des groupes dits dominés ou subalternes – des anciens colonisés ou réduits en esclavage – dans les dynamiques sociales et politiques plus larges.

12C’est par exemple le sens donné par ses promoteurs au programme de recherche et d’éducation African and Maya Project (Iyo, 2005 ; Iyo et al., 2007), qui vise à diffuser dans les enseignements scolaires la connaissance des civilisations africaine et maya et à valoriser leurs productions culturelles et historiques (Musa et al., 2016). Dans ces nouveaux récits, la diversité remplace le schéma colonial construit sur le binôme maître-esclave. Une diversité contrainte, fruit de migrations plus ou moins forcées au cours des siècles, dans un mouvement qui d’ailleurs se poursuit de nos jours en fonction principalement des besoins de l’économie. Comme le rappelle Assad Shoman, un intellectuel et homme politique de premier plan : « Au Belize, les différents groupes ethniques s’insérèrent à différents moments dans le système politique colonial, répondant aux besoins en travail ou à des demandes externes. » (Shoman, 2009b : 139). Si le colonialisme et l’esclavage sont bien au fondement du territoire, ils le sont en tant que porteurs d’une histoire de domination mais aussi de résistance et de créativité sociale et politique de la part de groupes très divers, riches de leurs origines, leurs histoires locales et leurs coutumes.

  • 3 Le tableau en annexe 2 présente les données disponibles sur l’évolution de ce peuplement au cours d (...)

13Ce sont des visions antagoniques qui s’expriment, même si elles mobilisent parfois des arguments similaires (marges, centre), si elles font référence aux mêmes époques, aux mêmes lieux et parfois aux mêmes événements (la bataille de Caye St George). Toutefois, au-delà de leurs oppositions, elles se rejoignent autour de l’idée d’un pays construit sur une histoire d’accueil, le plus souvent – mais pas toujours – à la suite de migrations forcées : à commencer par celles des Baymen du XVIIe siècle, rapidement « accompagnés » par de nombreux esclaves, on l’a dit ; mais aussi celles des réfugiés de la côte de la Mosquitia de la fin du XVIIIe siècle (britanniques, créoles et esclaves) ; des migrants yucatèques (maya et mestizos) fuyant la guerre des Castes du XIXe s. ; l’arrivée des Garifuna après leur déportation de Saint Vincent au tout début du XIXe s. ; les arrivées de travailleurs sous contrat chinois, indiens et caribéens à la fin du XIXe s. ; les habitants des pays voisins – El Salvador, Honduras, Guatemala – fuyant les guerres de la fin du XXe s., etc.3 Pendant longtemps, ironie de l’histoire, les grands absents de ces récits furent les esclaves et les Maya originaires (Chol, Q’eqchi’, Mopan), dont on supposait la disparition par élimination ou le déplacement forcé vers le Guatemala, principalement (Petén).

2) La population et le peuplement : la thèse des configurations ethno-géographiques

  • 4 Anciennement orthographié au Belize « Kekchi » ou « Ketchi », l’ethnonyme utilisé par les Maya aujo (...)

14Le peuplement progressif du pays, par vagues, a débouché sur une géographie différenciée du territoire. Historiquement, les groupes de population ont occupé principalement certaines parties du pays plutôt que d’autres, en fonction de leurs conditions d’installation : métis et Yucatèques dans le nord, Créoles dans le centre, Garifuna sur la côte sud, métis et Centraméricains de l'ouest, Maya q’eqchi’4 et mopan dans le sud, suivant ce que Barnett (1991) appelle la distribution ethno-géographique de la population. Il y aurait au Belize une « géographie ethnique » qui découlerait de phénomènes historiques de migrations et d'installations successives.

  • 5 Ces commentaires sont issus de Bristowe and Wright (1888-1889 : 201-203).

15Cette idée n’est pas récente. À la fin du XIXe siècle, dans le Handbook of British Honduras for 1888-1889, Lindsay Bristowe et Philip Wright, représentants de la Couronne anglaise, décrivent les principaux habitants du territoire comme autant de communautés séparées : les Indians, les Ladinos (appelés également Spaniards ou Spanish elements), les Coloured ou Creoles et les Caribs (Garifuna). Les premiers (Indians) occupent le nord du territoire ; ils sont travailleurs et inoffensifs, cultivent le maïs dans leurs milpas. Les Ladinos, également installés dans le nord, sont des métis descendants d’Espagnols et d’Indiens ; ils sont caractérisés par une liberté de pensée et des manières qui en font de bons entrepreneurs. La plupart des artisans et ouvriers sont des Ladinos. Enfin, pour les Caribs, qui vivent dans la partie sud du pays, il est rappelé qu’ils pratiquent la division du travail habituelle chez les nations sauvages, les femmes s’occupant de l’agriculture et de la maison, les hommes de la chasse, de la pêche et des travaux les plus lourds. Quant aux Creoles, descendants d’Européens et d’Africains qui habitent principalement dans le centre du pays, ils composent une race vigoureuse ; ils sont coupeurs de bois et commerçants5. On remarque dans cette description l’absence de toute référence aux Européens et aux Anglais, fondée sur le principe que les populations majoritaires n’ont pas besoin d’être nommées. Les Maya du sud, mopan et q’eqchi’, ne sont pas non plus mentionnés, pas plus que les travailleurs chinois ou indiens (d’Inde), tous pourtant bien présents sur le territoire à l’époque de la rédaction de ce rapport.

16Se met ainsi en place une association naturalisée entre population et territoire, qui s’appuie sur une qualification stéréotypée des populations, chaque groupe étant caractérisé par une origine, une place dans le territoire et une occupation particulière. Au nord, les habitants « indiens » et métis « espagnols », au centre et au sud les habitants noirs et créoles, et sur la côte au sud du pays, la population garifuna. Ce modèle général de description se répète dans les rapports annuels que le gouvernement colonial du Honduras britannique envoie à Londres (Blue Books, Handbooks) presque invariablement pendant un siècle, jusqu’en 1965, date du dernier rapport correspondant à l’obtention du statut de self government (1964) pour le Belize. L’idée d’une distribution ethno-géographique de la population au Belize reste présente dans les représentations collectives qui soulignent toujours les répartitions ethniques des phénomènes. Shoman l’assume dans son ouvrage de synthèse sur le Belize, lorsqu’il précise que ces divisions « ethnico-géographico-occupationnelles » sont restées marquées jusqu’au milieu du XXe siècle, la plupart des habitants remplissant des occupations liées à la région où ils résident (Shoman, 2009a). Il en résulte une certaine naturalisation ethnique par l’espace, comme si la résidence créait une appartenance régionale qui à son tour instituait un collectif distinct du voisin.

17Au milieu du XXe siècle, un rapport intitulé Land in British Honduras (Wright et al., 1959), qui fut pour le Belize fondateur pour la qualité de ses informations et de ses interprétations, soutient la même vision d’un pays où les groupes sont régionalement distribués : les Noirs à Belize City, les Maya au nord, à l’ouest et au sud et les Caribs sur la côte. Il parle même à propos de ces derniers de « race côtière » (Wright et al., 1959 : 30). Plus intéressant, le rapport, qui consacre une grande partie de ses travaux à l’agriculture et aux moyens de l’améliorer, propose une typologie des producteurs agricoles qui combine des critères d’appartenance ethnique (Indians, Caribs), géographique (localisation), environnementale (qualité des sols), de type de production (maïs, citron, etc.), et même de genre (pour les « Caribs ») (voir tableau ci-dessous). Apparemment ces associations non hiérarchiques et plutôt pragmatiques ne posent pas de problème aux auteurs du rapport qui n’hésitent pas à en faire la base de leur proposition de politique de développement.

Tableau 1 : Typologie des producteurs agricoles proposée par l’étude Land in British Honduras (Wright et al., 1959 : 38-39)

1- Kekchi Maya Indians : milpa, diversifié

2- Mopan Maya Indians : milpa, diversifié, riz

3- Toledo Caribs : les femmes travaillent sur les plantations pendant que les hommes chassent et pêchent.

4- Caribs sur les cayes : pêche, noix de coco

5- Stann Creek Valley Farmers

       5a- Carib Farmers

       5b- Citrus Growers

6- Succotz Indians : milpa, diversifié

7- Western Highway settlements. Mélange de races (sic) : milpa, haricot, banane plantain, pâturages

8- Maskall and Santa Anna area : population mixte avec une prépondérance de créoles et de Jamaïcains. Fruits, diversifié

9- Yo Creek Indians : maïs et haricot. Milpa et élevage

10- Orange Walk Farmers : Mélange spanish-mexican-Maya Farmers: maïs, riz, haricot, tabac

11- Corozal Farmers. East-Indians, Spanish et Yucatecan Mayan

        11a- sur sols noirs : canne à sucre

        11b- sur sols rouges : ananas

        11c- sur sols marécageux (grey swamps) : riz

        11d- sur sols de Sarteneja, Shipstern, Progreso, Cunox : maïs, haricot, quelques fruits

  • 6 Sur la manière dont s’articulent les pratiques et les idées sur la race et l'espace social et géogr (...)

18Dans ces représentations, la différenciation ethnique est parfaitement objectivée et spatialisée. Et pendant longtemps, l’emplacement a tenu lieu de marqueur ethnique. Le territoire du Honduras britannique s’est construit sur ces représentations articulées de race/ethnie et localisation, entretenant des distinctions porteuses de valorisation ou dévalorisation sociale et politique (Cunin et Hoffmann, 2013). Hooker note un phénomène similaire au Nicaragua, où la répartition inégale des populations dans l’espace national – majoritairement indiennes et noires sur la côte atlantique, métisse à l’ouest – alimente un imaginaire qui naturalise la différence et l’associe à une hiérarchisation politique6 : « La racialisation de la côte atlantique […] a servi à justifier le point de vue selon lequel seuls les descendants des élites créoles espagnoles, qui résidaient dans les régions ouest du pays, étaient aptes à exercer le pouvoir politique. Les liens étroits entre la race et l'espace ont, par conséquent, de profondes conséquences sur la pratique de la citoyenneté au Nicaragua » (Hooker, 2011 : 322).

19La représentation ethno-géographique tend à fixer des répartitions de populations qui sont en fait plus mobiles et changeantes que ne le laisse supposer cette vision stéréotypée. Elle valorise certains traits (la répartition inégale des personnes sur le territoire national) et en ignore d’autres, parmi lesquels les métissages et les autres expériences migratoires ou de mobilité. Les migrations récentes (d’Afrique, des États-Unis, des Caraïbes, d'Amérique centrale ou de Chine) et la circulation accrue des biens, des personnes et des idées à l'intérieur du pays, de et vers l'étranger (tourisme par exemple, mais aussi des retraités des pays du Nord qui viennent s’installer au Belize pour profiter des conditions environnementales) ont rendu les distributions des populations bien plus complexes que ne le suppose le modèle ethno-géographique. Et en réalité, cette complexité existait déjà bien avant.

20Assez tôt, les observateurs au Belize ont noté que les frontières entre les différents collectifs ethniques tendaient à se dissoudre avec le temps. La description du rapport annuel de 1931 que l’administration coloniale envoie à Londres (Blue Book) est accompagnée d’un commentaire, qui se répète lui aussi d’année en année, comme quoi la classification raciale est chaque fois plus difficile à appliquer. Les rapports annuels réitèrent le modèle ethnico-racial tout en précisant en même temps que, du fait du métissage, il est impossible de classifier la population sur des critères raciaux ! À la fin du XXe siècle, traitant de problèmes fonciers, Barnett maintient l’idée d’une répartition ethno-géographique de la population tout en notant son affaiblissement : « La stricte répartition ethno-géographique n’est plus aussi évidente qu’auparavant. C’est comme si la distribution des terres en fonction des groupes ethniques était brouillée […]. Les formations de classe et ethniques semblent se transformer, ne plus être des reflets l’une de l’autre mais évoluer vers une formation complexe (composée) de hiérarchies de classe et de segmentation ethnique. » (Barnett, 1991 : 39-40). Pourtant, le « modèle ethno-géographique » persiste et se retrouve, en 2003, dans un rapport financé par l’United States Agency for International Development (USAID) sur la question foncière (Iyo et al., 2003 : 9). Les auteurs présentent eux aussi le pays comme la somme de « groupes » aux histoires séparées et aux géographies distinctes.

21Cette représentation du pays comme étant composé de « groupes de population » est encore très prégnante (Johnson, 2018). Elle figure en introduction des résultats des recensements, et même si les catégories changent parfois légèrement d’un recensement à l’autre (Cunin et Hoffmann, 2013), la classification par groupe d’origine reste le principe organisateur de la société. Pour les deux derniers recensements disponibles, 2000 et 2010 (tableau 2, ci-dessous), les proportions des groupes de populations restent globalement stables sauf pour les métis dont la proportion s’élève légèrement.

Tableau 2 : Distribution de la population par groupe ethnique (2000, 2010)

Tableau 2 : Distribution de la population par groupe ethnique (2000, 2010)

Source : Population Census 2000, Major findings, Central Statistical Office, Belize ; Population and Housing Census 2010, SIB, Belize.

22Dans le dernier recensement disponible, en 2010, les principales données (âge, sexe, résidence, langue) sont déclinées par « affiliation à un groupe ethnique » d’une part, et « groupe ethnique » de l’autre. Dans le premier cas, une personne peut déclarer plusieurs affiliations. Dans le second cas (par groupe ethnique), les données ont été ajustées et seules sont comptées les réponses univoques afin qu’elles correspondent aux populations totales. La distinction cherche à rendre visibles les personnes qui affichent et revendiquent des affiliations multiples. En 2010 une nouvelle catégorie a été créée, celle des « mixtes », regroupant des personnes qui ne se déclarent non pas métis mais ayant une double appartenance ethnique, et qui représentent 7 % de la population.

  • 7 Une autre complexité apparaît dans le cas des mennonites qui, dans le recensement de 2010, apparais (...)

23Les différences entre les deux classifications sont minimes pour les métis, les mennonites et les Asiatiques, qui en général ne déclarent qu’une seule appartenance, comme si ces groupes étaient dotés de frontières ethniques consensuelles et non problématiques. En revanche, les différences sont de l’ordre de 15 à 20 % pour d’autres groupes ethniques comme les Blancs, Créoles, Garifuna et Maya. Les personnes qui se déclarent membres de l’un de ces groupes peuvent facilement s’affirmer, en même temps, membres d’un autre. C’est encore plus vrai pour les East-Indian et les Libanais, dont presque la moitié déclarent une double appartenance (calculée à partir des tableaux de Population and Housing Census 2010, SIB, Belize, p. 78)7. Le pays commence à reconnaître, dans ses instruments de mesure et de politique publique, une plus grande complexité et une labilité des appartenances ethniques. Comme on l’a signalé plus haut, celles-ci existent probablement depuis longtemps mais n’avaient pas été rendues visibles dans les récits officiels qui tendent à simplifier les configurations.

3) Les premières communautés politiques

  • 8 En 1768, l’amiral Parry en parle en ces termes : « All is riot and confusion in these parts. (..) H (...)

24Les colons s’organisent localement pour l’exploitation forestière et importent des esclaves dès 1724. Quelques années plus tard, ces colons sont encore peu nombreux (environ cinq cents habitants en 1779, « dont 200 capables de porter les armes pour défendre le territoire »), mais ils exploitent le bois avec le travail de 3 000 esclaves – tous âges et sexes confondus – (Bolland, 2004 : 30). C’est dans ce contexte qu’ils rédigent en 1765 les premières normes ou « regulations » du Settlement, connues sous le nom de Burnaby Code, du nom de l’amiral britannique venu de Jamaïque pour mettre de l’ordre dans un territoire en plein chaos8. Rappelons qu’à l’époque, le Honduras britannique n’est pas officiellement reconnu comme une possession britannique et qu’aucune autorité coloniale ne s’y exerce réellement : les Espagnols en sont absents et les Britanniques n’y sont pas encore légitimes.

  • 9 Article 12 : « Any property, be it either crafts, slaves, logwood, mahogany or any effects. »

25Le Burnaby Code est signé par 85 habitants, dont deux aux prénoms de femmes (Mary Allen et Mary Wil ou Wild). Il comporte douze articles où il est question de sanctionner les vols de tout type de propriété, y compris des esclaves9 (2 articles), mais aussi de garantir la main d’œuvre aux patrons par la sanction d’éventuels débauchages de travailleurs ou de marins (3 articles). Les sanctions sont calculées en tonnes de bois de Campeche (logwood) livrées à Caye St George, ce qui illustre la place prépondérante de cette ressource qui sert de monnaie et traduit l’état d’esprit d’alors : il s’agit bien d’ordonner et de protéger l’exploitation de bois, et non pas de fonder les bases d’une future colonie. Dès lors (1765), les décisions seront prises au cours d’assemblées publiques (Public Meetings) composées des seuls hommes libres pouvant attester de leurs revenus. Ces assemblées sont censées valider les pratiques collectives et individuelles, notamment celles qui régulent la possession et les limites entre les portions d’exploitation forestière (les « works »).

  • 10 Par exemple sur l’internet, avec cette page de présentation du Belize qui alimente le mythe d’un te (...)
  • 11 « Any person entitled to vote at elections for Magistrates for this Settlement (…) must be possesse (...)

26Ces dispositifs (le Burnaby Code et les Public Meetings) ont longtemps fasciné les historien.nes. Certain.es y voyaient un exemple finalement assez rare de « démocratie populaire » (Lewis, 1968 : 289) ou même de démocratie grecque (cité par Bolland, 2004 : 48). Mónica Toussaint (1993 : 31) parle d’élection annuelle de magistrats par suffrage universel, et d’autres auteurs s’enthousiasment pour ce qu’ils considèrent comme « la première Constitution du monde10 ». Pourtant, rappelons que de la même façon qu’à Athènes le suffrage était limité à quelques-uns et excluait esclaves, barbares, femmes et autres non-citoyens, la participation aux élections dans le territoire de la Baie du Honduras ne concernait que quelques dizaines de personnes, les Blancs, les hommes blancs, les hommes blancs colons, les hommes blancs colons dotés d’un certain bagage économique, etc.11, soit une infime minorité des habitants (Bolland, 2004 : 36-37).

  • 12 À l’exception notable d’Anne Macpherson (2003a et 2003b ; 2007).

27Un premier filtre exclut du vote les non-libres, c’est-à-dire les esclaves, les plus nombreux sur le territoire, ainsi que les personnes de couleur (Bolland, 2004 : 37). L’exclusion du débat public passe par des barrières financières qui sont en fait des barrières raciales. Alors qu’en 1789 ne pouvaient siéger aux Public Meetings que les personnes propriétaires d’une maison, d’un esclave, d’un lot forestier ou d’une propriété équivalant à 80 livres jamaïcaines (Bolland, 2004 : 37), ce montant augmente quinze ans plus tard et atteint l’équivalent de quatre esclaves pour les personnes de couleur en 1805, soit deux fois plus que pour les Blancs (Dobson, 1973 : 167). Il faudra attendre 1831 pour que passe la loi prononçant l’égalité des Blancs et des coloured subjects, mais excluant encore les black subjects (Bardini, 1978 : 107-108 ; Shoman, 2009ª : 269). Dans le même ordre d’idées, le cas des femmes n’est jamais cité dans les documents de l’époque et il l’est encore peu par les historien.nes12. La condition faite aux « étrangers » n’est pas non plus explicite, chose par ailleurs assez logique si l’on se rappelle que le statut national du territoire n’est à cette époque pas stabilisé. C’est le critère de résidence (« fixed habitation », « inhabitants ») qui semble prévaloir. Le texte du Burnaby Code fait par exemple appel à « la majorité des voix des habitants résidant à ce moment dans la Baie », sans référence à leurs nationalités.

28Cette communauté racialisée s’organise autour de l’exploitation forestière, qui est pour les colons la seule activité autorisée, par traité international, dans le territoire. L’activité connaît à la fin du XVIIIe siècle une transformation fondamentale qui orientera le devenir du territoire pendant près de deux siècles : le déclin du commerce de bois de Campeche et la découverte de réserves de bois d’acajou (mahogany en anglais, caoba en espagnol), dont l’exploitation nécessite beaucoup plus d’investissement en temps, matériel, main-d’œuvre et terres que le bois de Campeche (logwood). Les arbres d’acajou sont beaucoup plus gros et d’une densité géographique bien moindre que ceux de Campeche ; leur exploitation requiert l’installation de camps provisoires et une certaine spécialisation dans les tâches (repérage, coupe, transport, etc.). Dans ces conditions et afin de protéger leurs investissements, il devenait nécessaire aux yeux des colons de réguler l’expansion territoriale qui s’annonçait, d’éviter les conflits et pour cela de poser les bases de régulations foncières plus instituées.

4) La première normalisation foncière, au XIXe siècle

  • 13 annotation portée sur une carte de 1787, citée par Antochiw et Breton, 1992 : 92.

29Les premiers récits d’appropriation de la terre au Honduras britannique ressemblent à ceux que l’on connaît dans d’autres régions de colonisation agricole. Le système de bornage des parcelles était très rustique à ses débuts et reposait sur la coutume et le consensus. La possession d’un lot pouvait être établie en abattant un arbre et en faisant bouillir de l’eau sur un feu (Report of the Committee on Land administration, 1961 : 34). Les lots étaient en général de trois miles (ou neuf miles, selon les sources) de front, face à la mer ou à une rivière navigable, et s’étendaient vers l’arrière jusqu’à mi-distance de la prochaine rivière navigable. Ces parcelles étaient appelées « locations », « works » ou « mahogany works », et elles étaient caractérisées par leur emplacement et leur utilité. Une description datant de 1802 confirme leur mode d’acquisition : « Le mode de prise de possession d'une parcelle de terre est le suivant : la personne repère un endroit inoccupé, sur lequel elle érige une cabane et une meule, ce qui est considéré comme une marque de possession ; après l’avoir enregistré auprès du greffier du tribunal, elle a le droit d'occuper un espace de neuf miles le long de la rivière sur les berges de laquelle elle a construit sa cabane et posé sa pierre de meule13. »

  • 14 Les auteurs du rapport de la fin du XIXe siècle parlent de « primitive way in which they [les colon (...)

30Cette modalité d’appropriation, commune à de nombreuses régions de colonisation et de faible densité démographique, ouvre la porte aux appropriations multiples, une même personne pouvant facilement cumuler les prises de possession. Pendant longtemps, le système foncier est resté assez « primitif, unique en son genre mais adapté aux besoins des colons » (rapport de 188914), avec un dispositif qui reconnaît les droits sur les emplacements (locations). Les Locations Laws de 1787 entérinent ces pratiques et régulent les rapports fonciers des colons entre eux, sans intervention administrative autre qu’un enregistrement aléatoire et postérieur aux accords pris sur le terrain.

31Au début du XIXe siècle, Londres tente de prendre la main et d’établir des normes plus systématiques d’accès et d’enregistrement de la propriété foncière. En 1817, à l’initiative du Surintendant Arthur, soutenu par Londres, le gouvernement britannique proclame son autorité sur l’ensemble du territoire et déclare le statut de Crown Lands sur toutes les terres non encore aliénées par des particuliers. Sur les terres déjà appropriées, la Couronne oblige tous les landowners (possesseurs ou propriétaires, selon l’usage local) à enregistrer les lots qu’ils possèdent déjà, condition pour que la pleine propriété leur soit reconnue (Dobson, 1973 : 142). Sur les Crown lands, elle s’arroge le droit de propriété, propose des règles d’attribution pour les nouveaux arrivants (new settlers) et limite la taille des portions attribuées (100 by 300 yards). Détail intéressant : dès cette époque, les autorités locales signalent qu’il n’y a apparemment plus de lots d’acajou disponibles sur ces terres données en adjudication. Autrement dit, la Couronne arrive trop tard et sa supposée tentative pour modérer la concentration de la terre aux mains de quelques-uns est un échec. Toutes les forêts riches en bois d’acajou ont déjà été réparties – voire exploitées – entre les propriétaires privés.

  • 15 Citant un courrier de Despard de 1787, Bolland donne les noms de « Messrs. Hoare, O’Brien, McAuley, (...)

32La politique d’adjudication des terres mise en place à partir de la proclamation de 1817 débouche sur une double normativité. Dans environ la moitié de l’actuel territoire (tout le nord), le statut de terres privées domine, et la propriété est aux mains d’une douzaine de familles15 y ayant acquis des droits sous la figure des Locations Laws (Bolland et Shoman, 1977 : 58). L’autre moitié du territoire, peu ou pas encore colonisée en ce début de XIXe siècle et correspondant à la moitié sud du pays actuel, devient « terres de la Couronne » qui en dispose comme elle l’entend, notamment sous forme de locations et d’adjudications à des personnes ou des entreprises. Ce sont les Crown Grants. C’est dans ce cadre que le Surintendant Arthur, en 1817, donna des terres – et des titres fonciers – à un groupe de 500 anciens soldats de l’Empire, d’origine africaine, à la suite du démembrement de leur régiment (5ème régiment des West Indies), sur les Sibun et Manatee Rivers (Thomson, 2004 : 67). C’est également dans cette logique que les terres sont attribuées gratuitement par l’administration à qui en fait la demande (application), sous certaines conditions et sous différents statuts fonciers (concessions, locations, propriété). Ce dispositif perdure et assure au gouvernement une position dominante dans la régulation de la propriété, position largement utilisée dans les rapports clientélistes jusqu’à aujourd’hui.

33Pendant longtemps, l’enjeu de l’enregistrement des possessions fut de localiser et contrôler les ressources (acajou et bois de Campeche), beaucoup plus que de garantir la propriété d’une parcelle (estate). Le Honduras britannique restait un territoire d’exploitation plus que de colonisation, le statut de colonie n’arrivant d’ailleurs que bien plus tard, en 1862. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’appropriation ne passait pas prioritairement par la propriété de la terre mais par le contrôle de l’accès aux ressources qu’elle supportait. La valeur de la propriété disparaissait avec l’épuisement des ressources forestières. Les relevés cartographiques de parcelles – on ne peut pas encore parler de cadastre – étaient rudimentaires. Pour autant qu’ils aient existé, les titres de propriété étaient de facture élémentaire et restaient aux mains des intéressés.

  • 16 CO123/146, Landboard.
  • 17 « All grants and leases of land are now effected by the Governor issuing a “fiat” to the Keepers of (...)

34En cela, la situation du Belize n’était guère différente de celle qui prévalait dans les Caraïbes britanniques au milieu du XIXe siècle, où pendant longtemps l’attribution de terre aux grands planteurs ne fit pas l’objet d’enregistrement officiel. Celui-ci est devenu nécessaire quand les anciens esclaves et les travailleurs sous contrat ont commencé à acquérir eux aussi des parcelles, multipliant les transactions et stimulant le besoin de publicité et d’enregistrement des actes fonciers (Johnson, 2008 : 1). Dans un courrier de 1871, le gouvernement du Honduras britannique (Murdoch) demande à ce que les registres attestant des concessions foncières restent la propriété de la Couronne16, ce qui laisse penser que ce n’était pas le cas jusqu’alors. Le Handbook de 1888 précise à cet égard que durant les cinq décennies suivant les premiers textes de 1817, les dotations de terres de la Couronne (grants) n’étaient régulées que par d’épisodiques instructions relayées par le Surintendant, dans des courriers du gouvernement et non pas dans des textes législatifs. Les auteurs du Handbook précisent qu’à partir du moment où ils écrivent (1888), ce n’est plus le cas, et que tous les actes fonciers – qu’il s’agisse d’allocations, de locations ou de licences – sont désormais enregistrés dans des livres et gardés sous le contrôle du gouverneur17.

35La prise en main de la gestion foncière (enregistrement des transactions, délivrance des titres de propriété) par Londres ne signe pas la transition d’un système foncier vers un autre, mais la coexistence de deux systèmes fonciers qui depuis n’auront de cesse de s’affronter, celui des premiers colons (le Location system hérité des régulations du XVIIIe siècle) et celui du gouvernement colonial (le Crown Grant system). Le conflit pour le contrôle de la répartition des terres entre les grands propriétaires fonciers et l’administration structure la rivalité entre les deux sources de pouvoir (local et colonial) et détermine en grande mesure la nature de l’autorité au Honduras britannique(Barnett, 1991 : 57). Le dispositif foncier conditionne le contrôle sur le territoire, et vice-versa : le contrôle politique sur le territoire induit et transforme les modes de régulation foncière, c’est-à-dire les rapports sociaux construits autour de l’accès, de l’usage et du contrôle effectif des terres. C’est la compétition entre ces deux sphères d’action et de négociation (la régulation foncière et l’autorité politique) qui va pendant longtemps modeler le jeu politique local. Les sphères politiques gagneront ensuite en complexité et en densité avec l’intégration de nouveaux acteurs au fur et à mesure des ruptures (l’abolition de l’esclavage, les luttes pour l’indépendance) et des transformations du territoire (les cycles d’exploitation et de production de bois, sucre, agrumes, bananes), sans pour autant perdre cette référence initiale au partage dual du territoire. Avec l’indépendance, l’État bélizien prendra le relai, et les terres de la Couronne deviendront terres nationales sans que la nature duale du dispositif foncier soit remise en cause.

Notes

1 Entretien avec Israel Jacinto Alpuche, ancien maire UDP de Corozal en 1984-1989 et ministre de l’Énergie et des Communications en 1984-1987, réalisé à Corozal, le 10 juillet 2011.

2 Olga Marin, maire de Corozal au moment de l’indépendance en 1981. Entretien réalisé à Corozal le 9 juillet 2011.

3 Le tableau en annexe 2 présente les données disponibles sur l’évolution de ce peuplement au cours de l’histoire coloniale.

4 Anciennement orthographié au Belize « Kekchi » ou « Ketchi », l’ethnonyme utilisé par les Maya aujourd’hui est « Q'eqchi' », au Belize comme au Guatemala. J’utiliserai donc cette forme, sauf dans les citations où je respecte l’orthographe originale.

5 Ces commentaires sont issus de Bristowe and Wright (1888-1889 : 201-203).

6 Sur la manière dont s’articulent les pratiques et les idées sur la race et l'espace social et géographique en Amérique latine, on pourra lire : Appelbaum, Macpherson et Rosemblatt (2003) dans une étude comparative en Amérique latine, dont un texte sur le Belize ; Ben Orlove (1993) et Marisol de la Cadena (2002) sur le Pérou, Peter Wade (1993) sur la Colombie, Melissa Johnson (2003) sur le Belize, Sara Radcliffe (2010) sur l’Équateur, Élisabeth Cunin et Odile Hoffmann (2014) sur le Mexique et l’Amérique centrale.

7 Une autre complexité apparaît dans le cas des mennonites qui, dans le recensement de 2010, apparaissent à la fois en groupe ethnique (3,6 % de la population) et en affiliation religieuse (4 % de la population), mettant en évidence l’existence de religieux mennonites se réclamant d’autres affiliations ethniques (notamment créoles).

8 En 1768, l’amiral Parry en parle en ces termes : « All is riot and confusion in these parts. (..) He [l’amiral] describes the settlers as “a most notorious lawless set of Miscreants (who) pursue their licentious conduct with impunity” » (Bolland, 2004 : 25).

9 Article 12 : « Any property, be it either crafts, slaves, logwood, mahogany or any effects. »

10 Par exemple sur l’internet, avec cette page de présentation du Belize qui alimente le mythe d’un territoire de frontières créé et géré par ses pionniers : « Burnaby's Code can be considered as the first constitution in the world. It was signed at St. George's Caye on the 9th of April, 1765. Back in those days pirate communities were actually more democratic than the developed countries. » http://ambergriscaye.com/forum/ubbthreads.php/topics/256261/Burnaby_s_Code.html

11 « Any person entitled to vote at elections for Magistrates for this Settlement (…) must be possessed of a fixed habitation or a negro slave or a mahogany or logwood work or visible property to the amount of eighty Pounds current money of Jamaica and that no person of colour was allowed to vote » (Bolland, 2004 : 37, citant les Actes du Public Meeting du 23 avril 1790).

12 À l’exception notable d’Anne Macpherson (2003a et 2003b ; 2007).

13 annotation portée sur une carte de 1787, citée par Antochiw et Breton, 1992 : 92.

14 Les auteurs du rapport de la fin du XIXe siècle parlent de « primitive way in which they [les colons] held lands », d’un fonctionnement « somewhat unique, although adapted to the requirements of the colonistas », avec un dispositif de « locations » avec « various rules and regulations » (Bristowe et Wright, 1888-89 : 79).

15 Citant un courrier de Despard de 1787, Bolland donne les noms de « Messrs. Hoare, O’Brien, McAuley, Bartlet, Potts, Meighan, Armstrong, Davis, Tucker, and Sullivan and Garbutt, who alone possess at least nine parts in twelve of the present augmented districts ». Héritiers des Old Baymen, plusieurs d’entre eux sont également magistrats, et certains avaient également des intérêts dans la Mosquitia (Bolland, 2004 : 33).

16 CO123/146, Landboard.

17 « All grants and leases of land are now effected by the Governor issuing a “fiat” to the Keepers of Records, who then enter such grant, lease or license in their respective books, and the title is then complete » (Bristowe et Wright, 1888-1889 : 79).

Table des illustrations

Titre Figure 3 : 1783-1786, le Honduras britannique dans le partage impérial
Crédits Source : Carte de la partie de l’Yucatán concédée aux Anglois par les Espagnols pour la coupe des bois, suivant les Traités de 1783 et 1786 ; BNF, Paris, 1790.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Titre Figure 4 : Les résistances à la colonisation
Crédits Source : A History of Belize, Nation in the Making, Cubola, Belize, 2004 ; Bolland (1988).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8648/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Tableau 2 : Distribution de la population par groupe ethnique (2000, 2010)
Crédits Source : Population Census 2000, Major findings, Central Statistical Office, Belize ; Population and Housing Census 2010, SIB, Belize.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8648/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search