Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les données de recensement proviennent des publications officielles du Statistical Institute of Bel (...)

1Le Belize, pays faiblement peuplé (368 000 habitants en 20151 pour 23 000 km2) situé en Amérique centrale aux confins des Caraïbes continentales, entre le Mexique et le Guatemala (Figure 1), multiplie les spécificités régionales. Parmi les plus évidentes : une majorité – politiquement parlant – créole anglophone, un système de gouvernement de tradition britannique et une population extrêmement diverse du fait d’un peuplement par migrations successives plus ou moins forcées depuis le XVIIe siècle.

  • 2 Population and Housing Census 2010, SIB, Belize, p. 19.
  • 3 Pour les créoles au Belize, voir Judd (1990), Stone (1994), Medina (1997), Daugaard-Hansen (2002), (...)

2En 2010, plus de la moitié des Béliziens se considèrent comme métis (52 %), suivis des créoles (26 %), des Maya (11,3 %), des Garifuna (6,1 %) et des mennonites (4 %)2. Les métis sont les descendants de populations indiennes et espagnoles originaires du Belize ou des pays voisins. À la différence des pays hispanophones, le terme créole renvoie, au Belize, aux descendants de colons anglais (ou plus généralement blancs) et d’esclaves et descendants d’esclaves3, qui forment un groupe économiquement et socialement hétérogène.

3Les Maya sont les populations autochtones de la grande région mésoaméricaine qui couvrait l’actuel Belize, le Yucatán (Mexique) et le Guatemala. L’histoire officielle du Belize, coloniale puis indépendante, voudrait qu’ils aient été chassés par les premiers colons qui s’installèrent alors sur un territoire « vide » et disponible pour l’exploitation forestière. Certains d’entre eux (les Icaiché) se réfugièrent dans la région voisine du Petén, d’où ils revinrent quelques décennies plus tard s’installer près de la frontière avec le Guatemala, dans le district de Cayo (Gargallo y Santana, 1993 : 132), et notamment dans les villages de Succotz et Benque Viejo. Un deuxième ensemble de population maya, établi aujourd’hui dans le nord du pays, sont les descendants des réfugiés maya de la guerre des Castes qui eut lieu dans la deuxième moitié du XIXe siècle. De nationalité bélizienne depuis plusieurs générations, la plupart d’entre eux ne parlent plus de langue maya (ni l’espagnol), mais certains revendiquent leur appartenance à l’ensemble maya-yucatèque. La population recensée comme maya-yucatèque est estimée à 2 000 personnes, soit un faible pourcentage de la population des districts de Corozal et d’Orange Walk. D’autres groupes maya furent également refoulés par la colonisation espagnole puis britannique vers les régions voisines, aujourd’hui guatémaltèques, où habitaient et habitent également des populations mopan et q’eqchi’ (Wilson, 1993). Certains d’entre eux revinrent dans la seconde moitié du XIXe siècle s’installer dans le district de Toledo, au sud du pays. En 2010, les populations mopan et q’eqchi’ de Toledo sont estimées à 28 000 habitants, soit 61 % de la population du district, sur une grande partie duquel ils réclament la reconnaissance de leurs droits territoriaux ancestraux. Dans un rapport de 2005 élaboré par les peuples indigènes du Belize (Tzec et al., 2004), les signataires rejettent le terme d’« indiens » et revendiquent l’appellation de « peuples indigènes du Belize », c’est-à-dire garifuna et maya. Et parmi ces derniers, ils distinguent les groupes maya mopan, q’eqchi’ et yucatèques. Les organisations indigènes du Belize comptent un Conseil national indigène du Belize (Belize National Indigenous Council – BENIC), membre du Consejo Indígena de Centroamérica (CICA) (Belize. Country Technical Note on Indigenous Peoples’ Issues, 2012).

4Les Garifuna sont des populations issues au XVIIe siècle de la rencontre forcée sur l’île de Saint-Vincent entre déportés africains en fuite et Indiens caraïbes. Un temps appelés « Caraïbes noirs », les Garifuna furent de nouveau déportés en 1797 par les Anglais sur l’île de Roatan, en face de l’actuel Honduras, d’où ils se dispersèrent dans les divers pays de la côte atlantique de l’Amérique centrale. Au Belize, la date du 19 novembre 1802 est commémorée comme étant celle de leur arrivée sur le sol national. En 2010, la population garifuna était estimée à 14 000 personnes au Belize, soit environ 5 % de la population totale.

5Pour leur part, les mennonites sont les descendants de communautés originaires des Pays-Bas qui ont fui la persécution religieuse en émigrant en Prusse au XVIIIe siècle (sur l’invitation de Catherine la Grande, 1789) puis au Canada en 1873. Certains émigrent au Mexique (Chihuahua) en 1922 et au Belize en 1958. Ils y développent une forte activité agricole et sont aujourd’hui présents dans tous les districts. Ils conservent, pour certains, leur langue (bas-allemand) et leurs traditions anti-modernistes (vêtements caractéristiques, refus de l’électricité) (Roessing, 2007). Si ces différentes catégories ne doivent pas être comprises comme des collectifs identitaires aux frontières bien définies (Cunin et Hoffmann, 2013), il n’en reste pas moins qu’elles structurent l’imaginaire national autour d’une vision culturellement compartimentée et racialisée de la société (Johnson, 2018).

Figure 1 : Le Belize au carrefour des Caraïbes et de l’Amérique centrale

Figure 1 : Le Belize au carrefour des Caraïbes et de l’Amérique centrale

Source : Service cartographique IRD, 2014.

  • 4 La Banque mondiale annonce, pour la période 2011-2015, un PIB/habitant de 4 831 dollars US, du même (...)

6Héritiers de valeureux pirates et colons installés sur ces terres envers et contre tous (Toussaint, 1993) ou descendants d’esclavagistes qui pillèrent les forêts durant des siècles (Bolland, 1998), les actuels Béliziens sont surtout, aujourd’hui, les habitants d’un pays pauvre4, marginalisé au sein de l’ensemble régional et ignoré des scènes internationales. L’histoire du Belize est d’abord une histoire de spoliation et d’exploitation. Il s’agit dans ce livre de comprendre comment l’espace s’est organisé autour de ressources et d’acteurs territoriaux dans un contexte colonial tardif. Le territoire est en effet déclaré colonie britannique en 1862, alors que ses voisins ont acquis leur indépendance depuis presque un demi-siècle.

7Malgré sa superficie réduite, le Belize est loin d’être homogène. La figure 2 représente les six districts qui le composent et qui abritent une population inégalement répartie sur le territoire. Les districts du nord et de l’ouest (Corozal, Orange Walk, Cayo) sont les plus anciennement et les plus densément peuplés (hormis Belize City, l’ancienne capitale), avec des localités qui s’égrènent le long des voies de communication (rivières, routes et chemins). Les districts du sud (Stann Creek et Toledo) sont plus montagneux et sont restés difficiles d’accès jusqu'à la fin du XXe siècle. La figure 2 signale également les trois régions ayant fait l’objet des enquêtes spécifiques dont rend compte cette recherche : le nord du pays autour de Corozal, l’ouest et sa zone forestière encore aujourd’hui faiblement peuplée, frontalière du Petén (Guatemala), et le sud, dans le district de Toledo à la population majoritairement maya.

Figure 2 : Le Belize et ses districts, avec localisation des zones de l’étude (2000)

Figure 2 : Le Belize et ses districts, avec localisation des zones de l’étude (2000)

Source : Service cartographique IRD, 2014.

8L’ancienne capitale, Belize City concentrait environ 18 % de la population en 2010, une proportion qui n’a cessé de baisser depuis 1946 où elle s’élevait à 40 %, et plus encore dans les décennies précédentes. La ville représentait le cœur du territoire colonial et elle continue à fonctionner comme un centre économique (administration, port, services), social et bien souvent aussi culturel, pour l’ensemble du pays. La construction en 1970 de la nouvelle capitale, Belmopan, située au centre du territoire pour symboliser l’unité du nouveau pays (Cunin, 2012), n’a pour l’instant pas suscité de croissance locale majeure, que ce soit sur le plan démographique ou économique. La population de la capitale ne dépassait pas les 14 000 habitants en 2010, soit 4,3 % de la population nationale. À l’ouest, le district de Cayo, frontalier du Guatemala, abrite un chapelet de localités et de gros bourgs qui doivent leur dynamisme à des activités traditionnelles (commerce transfrontalier, exploitation forestière, agriculture) et plus récentes (tourisme, services). Pour sa part, le nord fut le foyer des premières appropriations territoriales européennes au XVIIIe siècle, et il resta longtemps le lieu d’exploitation de la principale richesse du pays, le bois. À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, l’importance économique de la région nord s’accroît avec l’arrivée des réfugiés du Yucatán fuyant la guerre des Castes au Mexique et le développement agricole (canne à sucre) qui l’accompagne. Avec le déclin de l’agro-industrie de la canne à sucre à la fin des années 1970, un rééquilibrage se fait au profit des régions centre et sud du pays (pour une histoire économique du pays, voir Bulmer-Thomas et Bulmer-Thomas, 2012). La croissance démographique qu’on observe au XXe siècle n’est pas le simple reflet d’évolutions économiques locales. Elle est associée à de forts mouvements de migration extra-nationaux. La population du pays passe de 50 000 habitants en 1931 à 145 000 en 1980 et 325 000 en 2010 (2010 Census Report).

Les hypothèses et les questionnements

  • 5 Jusqu’aux années 1980, l’historiographie du Belize était restreinte à quelques spécialistes souvent (...)

9Le Belize est connu pour être, dans le concert régional, un pays exceptionnel, original, différent. Son histoire est souvent folklorisée (les pirates, les créoles), simplifiée à outrance (un confetti de l’Empire britannique) ou ignorée au profit de caractéristiques actuelles plus faciles à patrimonialiser et marchandiser : ses ressources naturelles, son extraordinaire biodiversité marine et terrestre et un certain exotisme culturel facile à mettre en images (les Garifuna, les mennonites, les Maya). Mais il est plus difficile de trouver des interprétations ou simplement des récits concernant les processus historiques qui ont permis la constitution d’un territoire national abritant tant de spécificités. C’est de ce relatif manque historiographique sur le thème de l’espace et du territoire5 qu’ont émergé les questions qui ont guidé la recherche.

10Dans un travail précédent, j’ai exploré la construction du territoire à partir des acteurs dominants et des administrateurs, en analysant la production coloniale de cartographies. Avec des objectifs diversifiés (le contrôle des frontières, la défense militaire, la gestion foncière, l’aménagement du territoire), les cartes contribuèrent à délimiter le territoire du Belize et à lui donner un contenu collectif, colonial puis national, c’est-à-dire à constituer un « nous » opposable aux voisins mexicain et guatémaltèque principalement (Hoffmann, 2014). Ce que je cherche maintenant à comprendre, c’est l’autre facette de la construction territoriale, tout aussi politique mais plus quotidienne, celle qui passe par l’appropriation que les divers acteurs font de l’espace et la façon dont ils en usent pour se positionner dans le collectif national. Cette appropriation revêt plusieurs modalités, dont deux principales : l’appropriation légale par l’institution de la propriété et sa régulation juridique au sein de dispositifs et systèmes fonciers ; et l’appropriation politique par le jeu des rapports de pouvoir qui conditionnent les exclusions et les dominations territoriales.

L’appropriation de la terre : l’institutionnalisation de la propriété

11Pour la période allant de l’arrivée des premiers colons jusqu’à la fin du XIXe siècle, Bolland et Shoman (1977) ont mis en évidence des phénomènes de monopolisation de la terre exercée par les grands propriétaires qui, au XIXe siècle, excluaient les travailleurs – noirs – d’un possible accès à la terre, cherchant à les maintenir sous leur dépendance et à conserver le volant de main-d’œuvre dont ils avaient besoin pour extraire la richesse forestière. À la suite de ces travaux, et concernant une période qui s’étend jusqu’au milieu du XXe siècle, Barnett (1991 : 38) a montré qu’avec l’épuisement des gisements forestiers, la propriété de la terre cesse d’être un instrument de domination, tant économique que politique. Pourtant, et malgré l'échec relatif de la modernisation de la production agricole, la propriété de la terre reste concentrée dans très peu de mains, étrangères pour la plupart. Tout semble indiquer que la propriété de la terre reste un enjeu, alors même qu’elle est très faiblement valorisée. Comprendre cet apparent paradoxe nous oblige à faire un détour.

  • 6 Lors de la première globalisation, celle des conquêtes et colonisations de l’Amérique, c’est déjà l (...)
  • 7 En 2012, le tourisme compte pour 18,7 % du PIB. À titre comparatif, les revenus du tourisme au Cost (...)

12À la fin du XXe siècle, le Belize reste un pays à faible production agricole, avec une économie fragile fondée désormais sur le tourisme, l’extraction (un peu de pétrole, quelques mines, encore de la forêt), des services internationaux sur-développés (paradis fiscal) et des commerces plus ou moins licites. Comme ailleurs en Amérique latine et dans les Caraïbes, l’histoire du territoire peut se lire au filtre des spéculations qui s’y succédèrent avant de s’essouffler : ici, l’exploitation de bois de Campeche, d’acajou, de chicle (gomme extraite d’un arbre, le sapotillier, et servant notamment à la fabrication du chewing-gum), la production de sucre, d’agrumes, de riz, etc. La phase de globalisation a amené d’autres spéculations qui, sans être agricoles ni forestières, sont elles aussi déterminées par les lieux et les caractéristiques de l’espace6. La première des activités qui dépendent directement de l’espace est bien sûr le tourisme qui, au Belize, occupe une place prépondérante dans l’économie nationale7. Les activités touristiques se fondent sur l’exploitation de lieux précis (la mer, la montagne, les récifs coralliens ou cayes) qui ne peuvent se substituer à d’autres. La valeur du capital se construit sur l’emplacement et la localisation qui deviennent des moteurs de spéculation pour les hôtels, les activités touristiques et les services annexes, la rentabilité des terres étant principalement liée à leur localisation. D’autres spéculations très lucratives sont elles aussi dépendantes de l’espace, comme l’économie de services liés à l’enregistrement de compagnies de commerce international. Depuis 1990, la loi International Business Companies Act offre aux entrepreneurs du monde entier de grandes facilités pour enregistrer et gérer leurs affaires depuis le Belize  :

Coincée entre le Mexique et le Guatemala, cette ancienne colonie britannique assume totalement son statut de paradis fiscal : le site Belize Offshore, disponible en dix langues et sur lequel figure le logo de la chambre de commerce du pays, est un véritable petit guide touristique vantant les avantages fiscaux locaux. On y apprend par exemple que le pays est « un des meilleurs paradis fiscaux dans le monde » et « l’une des meilleures options » pour la protection des actifs offshore (http://www.slate.fr/​story/​70407/​paradis-fiscal-guide-specialites, magazine en ligne consulté le 28 avril 2015).

  • 8 Le trafic de la nationalité a surtout concerné des citoyens chinois, d’abord ceux de Hong Kong puis (...)

13D’autres marchés mettent en circulation des ressources fondées sur l’emplacement, suivant des procédés moins affichés, bien que déployés dans un cadre juridique légal promu par le gouvernement. L’un de ces marchés concerne l’octroi de la nationalité, donc de passeports béliziens qui, pendant longtemps, ont permis à toute personne propriétaire d’un terrain dans le pays de circuler facilement dans les pays du Commonwealth. Ici, l’objet de spéculation est la nationalité8, conditionnée par le statut de propriétaire d’un emplacement. La course à l’achat de terres – notamment urbaines – a été pendant quelques années au cœur de plusieurs scandales et débats au Belize, où de nombreuses voix se sont élevées et s’élèvent encore contre cette « vente du pays » (Matura-Shepherd, 2013).

14La localisation du pays représente une ressource en soi pour d’autres acteurs. Dans les années 1980 et au plus fort des guerres civiles centraméricaines, le Belize a servi de lieu stratégique d’où émettait la radio américaine contre-insurrectionnelle, La Voz de América. La situation géographique du pays, et plus encore sa situation politique d’extrême dépendance vis-à-vis des alliés américains (le Belize venait d’acquérir son indépendance et craignait les prétentions du Guatemala sur son territoire), en faisait un emplacement de premier choix pour y installer une radio à destination des pays d’Amérique centrale.

  • 9 Dans les années 1980-1990, ces trafics étaient connus de tous, comme en témoignent de nombreuses an (...)
  • 1

15Dans le même ordre d’idées, le pays offre une localisation très appréciée des acteurs impliqués dans les trafics multiples qui traversent la région. La contrebande y a toujours été présente, mais au début du XIXe siècle, elle se développe considérablement, au point de faire la richesse de ce territoire qui profite du désordre engendré par les guerres d’indépendances en Amérique centrale. À Londres, le sous-secrétaire d’État pour les Colonies reconnaît en 1839 que c’est là le principal avantage du territoire, sa « valeur réelle » (Petch, 1986 : 1003). Un siècle plus tard, en 1929, pendant la prohibition instaurée aux États-Unis, 10 % des revenus de l’administration du Honduras britannique provenaient des taxes sur le whisky destiné à la contrebande (Petch, 1986 : 1006). Aujourd’hui les trafics concernent les armes, les drogues (à commencer par la marijuana dans les années 19809), les migrants et les espèces protégées. La violence s’en trouve considérablement accrue. Le Belize est le troisième pays le plus meurtrier de la région (38 homicides pour 100 000 habitants en 2017), juste derrière le Honduras et le Salvador, pays aux taux d’homicides les plus élevés du monde (52 homicides pour 100 000 habitants au Salvador en 2018, 39 au Honduras la même année) – hors zone de conflits ouverts – (chiffres de l’United Nations Office on Drugs and Crime – UNODC10). « Le crime organisé transnational et le narcotrafic sont à l’origine du nombre croissant d’homicides au Belize, au Guatemala, au Honduras, en Jamaïque et au Venezuela » (Campana et Hervouet, 2013 : 64). Ici, c’est encore la situation géographique du pays qui intéresse les différents acteurs, comme le signalent Bunck et Ross Fowler dans leur étude du trafic de drogue en Amérique centrale, qui introduisent pour ces pays la notion « d’État-pont » entre l’Amérique du Sud et les pays consommateurs de drogue que sont l’Europe et les États-Unis (Bunck et Ross Fowler, 2012). La situation du Belize aux marges des grandes routes, ses accès maritimes très nombreux et mal contrôlés, sa petite taille, ses frontières poreuses, son économie dépendante, en font un emplacement (location en anglais) très prisé par des acteurs peu regardant des réglementations internationales.

16Comprendre les dynamiques de la propriété dans un tel contexte m’a menée à explorer plusieurs voies d’interprétation. Appliquée aux pays en développement dans les années 1970-1980, la théorie de la rente rendait compte de systèmes de production spécifiques à ces régions (la canne à sucre, l’exploitation de bois tropicaux) fondés sur l’extraction de la valeur apportée par la nature et par l’exploitation du travail. Elle permettait de mettre à jour des rapports de domination (esclaves, péons et plus tard salariés) et des dispositifs d’exploitation très spécifiques de la grande région américaine et caraïbe : les plantations, l’hacienda, le binôme latifundio/minifundio (Amin et Vergopoulos, 1974 ; Deverre, 1987). Elle a ensuite été enrichie et adaptée aux contextes urbains (la rente foncière urbaine), en introduisant les variables de localisation et d’emplacement comme facteurs fondamentaux de la rente ; ces dernières années, elle est de nouveau mobilisée pour analyser le cycle d’extraction massive des ressources naturelles (mines, eau) qui affecte toute l’Amérique latine (Bartra, 2006). Pour le Belize, elle m’a été utile pour comprendre les phénomènes de concentration et d’accaparement de la terre dans un contexte économique instable. Cependant, plus que le phénomène de la rente, c’est le processus d’institutionnalisation de la propriété qui explique les hiérarchies et les stratégies des acteurs fonciers au cours des XIXe et XXe siècles. Mon approche cherche à répondre aux questions suivantes : qui étaient les acteurs qui promouvaient telle ou telle conception de la propriété ? Quels étaient leurs arguments et leurs pratiques, les enjeux soulevés, les obstacles rencontrés et les solutions trouvées ?

L’espace, du territoire aux techniques territoriales

17La question de l’espace et de la localisation est au cœur des interprétations proposées par la géographie politique et, plus récemment, par la géographie postcoloniale, pour comprendre les constructions territoriales héritées et leurs transformations. L’espace est socialement construit (Lefebvre, 1974) ; il est consubstantiel du politique (Lévy, 1994) et producteur de mobilisation politique (Nicholls et al., 2011). L’espace est une affaire de pouvoir. La géographie l’avait conceptualisé dans une approche géopolitique déjà ancienne (Raffestin, 1980) qui est réactualisée depuis une vingtaine d’années – moment parfois qualifié de « territorial turn » autour de la notion de territoire. Le territoire peut au minimum être défini comme un espace codé (Sack, 1983), approprié, investi et entretenu par des individus ou des collectifs qui y développent des institutions et des pratiques spatiales – pratiques dans et sur l’espace – particulières (Hoffmann, 2018). Participant de ce courant d’interprétation, j’ai cherché dans un premier temps à repérer des territorialités et des territoires dont les fonctionnements me donneraient des clés d’interprétation pour comprendre des logiques sociales ou politiques plus larges. L’histoire du Belize se prête à une telle approche. On y retrouve des mécanismes classiques de construction du territoire colonial, puis national, autour d’emblèmes et de marqueurs narratifs ou de matériel utilisés dans la sphère publique : récit national, cartes, drapeau, hymnes, enseignements scolaires (Anderson, 1991).

18Aujourd’hui, dans le sud du pays et avec d’autres outils, c’est aussi la notion de territoire qui porte les revendications des habitants maya à organiser et à gérer un espace autonome, conceptualisé sous le terme de Maya homeland. Dans ce cas, le territoire est politique parce que culturel, revendiqué sur la base de pratiques rituelles, sociales et économiques spécifiques (Escobar, 2010 ; Barabas, 2010). Cependant, malgré l’importance politique et l’ampleur de ces revendications ethniques et territoriales, force est de constater qu’ailleurs dans le pays, les acteurs contemporains se mobilisent peu autour de la notion de territoire, que ce soit dans le vocabulaire ou dans les pratiques. Contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays d’Amérique centrale et latine, le territoire n’est peut-être pas aujourd’hui (il le fut avec la colonisation) l’instrument privilégié de la compétition politique au Belize. On n’y parle peu d’aménagement du territoire, et pas de régionalisation. Plus que le territoire en tant qu’étendue appropriée et revendiquée comme telle, ce sont les lieux (la ville, l’île, un quartier, un lieu-dit) et les emplacements (plus ou moins accessibles, loin ou proches des rivières, des frontières, des sites touristiques) qui marquent des différences et expriment des positionnements particuliers dans la société locale ou globale. Ce sont certes là encore des mécanismes de territorialisation, mais des mécanismes qui s’appuient sur des objets territoriaux disjoints plutôt que sur des espaces continus.

19Cela m’a amenée à m’intéresser aux concepts développés notamment par la géographie britannique autour des « techniques » ou « technologies territoriales » (territorial techniques ou spatial technologies), en l’appliquant en particulier aux contextes de l’empire et ses colonies. Les technologies territoriales sont les pratiques que développent les acteurs pour négocier leur présence et leur pouvoir (dans la domination ou dans la dépendance) par des actions dans et sur l’espace. Foucault et d’autres à sa suite avaient déjà insisté sur la capacité des acteurs et des institutions à utiliser l’espace pour forger et diffuser les normes qui leur sont favorables (Ségaud, 2012). Dans les théories développées autour de la gouvernementalité, l’acte de gouverner passe par la fabrication d’espaces de gouvernement (des « espaces d’actes » selon Dumont, 2010) où sont débattues des questions de limites, d’appartenance, d’assignation ou d’exclusion qui intègrent jusqu’à la gestion des corps (le biopouvoir). Avec le concept de techniques territoriales, les auteurs insistent sur la maîtrise de certains outils (administratifs, législatifs, juridiques mais aussi très concrets et matériels) utilisés par les acteurs pour s’imposer à travers l’établissement puis la gestion d’un ordre territorial spécifique, en l’occurrence un ordre territorial colonial (Jones et al., 2014). Vandergeest et Peluso (1995), en Thaïlande, considèrent que l’ordre territorial s’est consolidé autour de trois grands champs d’intervention gouvernementale : une administration décentralisée et présente sur tout l’espace rural (un maillage administratif resserré), la généralisation de la propriété privée sur la base de relevés géographiques (ancêtres du cadastre) et la démarcation d’espaces de réserves forestières sous contrôle gouvernemental.

20Au Belize, malgré ses efforts, le gouvernement colonial n’a jamais réussi à mettre en place les mesures qui lui auraient permis d’instaurer un ordre territorial durable : l’administration ne s’est jamais diffusée sur l’ensemble du territoire, très peu peuplé par ailleurs ; le cadastrage est une politique encore inaboutie à l’heure actuelle, et seule la gestion du territoire sous contrôle direct du gouvernement fut une réalité coloniale, puis nationale. Autant dire que les puissants, les dominants, les coloniaux, ne maîtrisent pas toujours l’ensemble de leurs initiatives et encore moins leur cohérence. L’approche par les pratiques territoriales permet de décrire les outils de domination coloniale tout en soulignant les failles et les défauts à l’intérieur même du projet et profitant des interstices du système, ce qui est un thème postcolonial par excellence : rien n’est complètement dit d’avance, et les administrés ont un pouvoir de résistance mais aussi de subversion et dépassement des projets coloniaux.

21Pour le Belize, la dimension postcoloniale m’est utile à double titre. Écrite avec un tiret, elle situe les observations dans une généalogie qui permet de repérer le poids du colonial dans les institutions du présent et ouvre un champ de causalités inattendues. Écrite sans tiret, elle se réfère à la condition postcoloniale et aux études qui s’y rapportent, études qui mettent l’accent sur « les multiples temporalités et territorialités associées à l’introduction de la modernité au travers de la colonisation. Le postcolonialisme, en tant que critique intellectuelle et politique de la condition coloniale, examine comment les sciences et les idées furent utilisées dans le colonialisme, interroge les spécificités d’un savoir supposé universel, étudie la position des subalternes et analyse la spécificité latino-américaine dans les processus globaux » (Radcliffe, 2011 : 129).

22Dans cette acception du postcolonial, j’adhère à l’accent mis sur la spatialité des phénomènes, c’est-à-dire sur l’espace en tant que contexte dans lequel les territoires ne sont pas prédéfinis, les identités ne sont pas figées mais sont le résultat des actions multiples qui s’y déroulent. La géographie postcoloniale privilégie les situations en mouvement, les espaces non formalisés, les interstices qui permettent des mises en relations inédites : « On n’appartient pas à un lieu, on le pratique à travers la négociation de trajectoires croisées. » (Massey, 2005). Le Belize, en ce sens, est un espace postcolonial par excellence tant les institutions y sont encore fragiles, les négociations encore quotidiennes, les identités en permanente redéfinition. Dans ce texte, on étudie la mise en place d’un ordre territorial pour mieux en démontrer les limites, les failles et la manière dont les acteurs peuvent s’en emparer.

Le plan

23La première partie de ce texte explore les outils de la territorialisation coloniale. On verra tour à tour se préciser les rôles du colon (settler), du propriétaire foncier (landowner), des exclus de l’ordre territorial (esclaves, Maya) et enfin du gouvernement comme acteur territorial de premier plan. Le premier chapitre décrit les premiers temps du Settlement avec les phénomènes d’institutionnalisation qui jalonnent son histoire : constitution d’organes de gouvernement, établissement de règles, et bientôt des normes foncières. Le chapitre 2 analyse les frontières de cette société de colons et propriétaires forestiers blancs, frontières érigées envers les personnes extérieures jugées indésirables (réfugiés de la Mosquitia) comme envers les sujets internes mais subordonnés (esclaves, créoles, Garifuna et Maya), pour lesquels sont mis en place des mécanismes d’exclusion de la propriété ou de confinement dans des espaces séparés, comme les réserves maya et caribs (garifuna). Ces phénomènes de discrimination ont marqué la structure territoriale et politique du pays, jusqu’à aujourd’hui. Le chapitre 3 retrace la généalogie de l’appareil juridico-administratif foncier et des instruments techniques (lois, règlements, registres) élaborés pour contrôler l’appropriation foncière. On y suit, sur deux siècles, un processus de normalisation du territoire, au sens de sa mise aux normes construites par les administrateurs, fonctionnaires et hommes politiques impériaux puis coloniaux. Cette première partie s’achève avec un chapitre 4 consacré aux techniques territoriales mises au point par le pouvoir colonial du XXe siècle pour asseoir son autorité, cette fois par l’intervention directe sur l’espace au moyen de politiques d’aménagement et de développement du territoire.

24Mais cet ordre territorial colonial est loin d’être cohérent et unifié, et la deuxième partie montre comment il se fissure à plusieurs occasions. Les registres de légitimité de la propriété peuvent être remis en cause, au point de constituer des ruptures avec des épisodes de transition foncière post-coloniale, comme ce fut le cas dans les trois contextes régionaux indiqués sur la figure 2, qui ont été, au XIXe siècle, les lieux d’investissement privilégié des plus grands propriétaires fonciers de l’époque : le Goshen Estate au nord, la Belize Estate and Produce Company (BEC) à l’ouest, Young and Toledo & Co. et, plus tard, Cramer, au sud.

25La première étude de cas concerne le nord du pays, une région agricole dont les terres étaient encore, en 1960, aux mains d’un seul propriétaire héritier des logiques coloniales. La région se transforme brutalement sous l’impact d’un ouragan destructeur (1955), de l’intervention du gouvernement récemment déclaré autonome (1964) et de la croissance de l’industrie sucrière. La transition s’effectue entre le modèle colonial dans lequel prédominait la très grande propriété privée (latifundio) et le paradigme développementiste dans lequel l’État prend en compte pour la première fois l’intérêt des paysans et promeut une politique de redistribution des terres. Le district du nord constitue de la sorte un espace privilégié d’expérimentations agraires politiques au XXe siècle (chapitre 5).

26Un autre type de rupture foncière a lieu dans l’ouest du territoire colonial, dans la période charnière de 1940-1960 qui voit la fin du pacte liant le gouvernement britannique au grand capital forestier. La transition marque le passage de l’hégémonie britannique à l’impérialisme états-unien qui triomphe à cette époque en Amérique latine. L’analyse s’appuie sur un récit détaillé des négociations qui mettent aux prises la première entreprise forestière du pays – la BEC – et ses divers interlocuteurs à Londres et au Belize au sujet du transfert de propriété des actifs de la compagnie (chapitre 6).

27Enfin, la troisième étude de cas documente une transition foncière plus récente et toujours en négociation, dans laquelle certains acteurs œuvrent pour une rupture radicale avec les modèles étatiques de gestion du territoire, en prônant la mise en place d’un nouveau paradigme territorial. Les paysans maya organisés du district de Toledo, dans le sud du pays, demandent l’application d’un modèle multiculturel qui leur donnerait des droits sur ce qu’ils considèrent comme étant leurs terres et leur territoire ancestral. Dans ce cas, il ne s’agit ni de redistribution de terres (chapitre 5) ni de transfert de propriétés (chapitre 6), mais bien de la redéfinition de droits politiques sur la base de l’appropriation territoriale et foncière (chapitre 7).

Notes

1 Les données de recensement proviennent des publications officielles du Statistical Institute of Belize.

2 Population and Housing Census 2010, SIB, Belize, p. 19.

3 Pour les créoles au Belize, voir Judd (1990), Stone (1994), Medina (1997), Daugaard-Hansen (2002), Cunin (2010), Johnson (2018), Correa (2018).

4 La Banque mondiale annonce, pour la période 2011-2015, un PIB/habitant de 4 831 dollars US, du même ordre que celui du Salvador (4 120 USD).

5 Jusqu’aux années 1980, l’historiographie du Belize était restreinte à quelques spécialistes souvent étrangers : Ashcraft (1973), Ashdown (1981 et 1985), Dobson (1973), Grant (1976), Toussaint (1993) et surtout Bolland (2004, 1ère édition 1988). Elle s’est considérablement renouvelée à partir de l’indépendance, avec les travaux de la Society for the Promotion of Education, Advocacy, and Research (SPEAR) et des chercheurs et intellectuels béliziens comme Carla Barnett (1991), Angel Cal (1984 et 1991), Cayetano et Cayetano (1997), Myrtle Palacio (1995), Joseph Palacio (2005), Assad Shoman (1994, 1995 et 2009). Des chercheurs étrangers ont également contribué à la connaissance du pays : Moberg (1992 et 1996), Sutherland (1998), Macpherson (2003a et 2003b), Wainwright (2003), Wilk (2006).

6 Lors de la première globalisation, celle des conquêtes et colonisations de l’Amérique, c’est déjà l’emplacement de ce territoire dans la baie du Honduras, loin des routes maritimes et des centres politiques de l’époque, qui avait attiré les premiers Européens, des pirates et boucaniers fuyant les empires et leurs contraintes.

7 En 2012, le tourisme compte pour 18,7 % du PIB. À titre comparatif, les revenus du tourisme au Costa Rica, pays renommé pour son tourisme, représentaient la même année 4,9 % du PIB (Source : « Amérique centrale : évolution du secteur touristique en 2012 et perspectives 2013 », Service économique de l’Ambassade de France au Guatemala, septembre 2013).

8 Le trafic de la nationalité a surtout concerné des citoyens chinois, d’abord ceux de Hong Kong puis les Chinois continentaux, désireux d’acquérir une nationalité qui leur ouvrirait une porte d’entrée aux États-Unis. « L’achat de citoyenneté », conditionné à un paiement accompagné ou non d’investissements dans le pays, est une transaction répandue dans de nombreux pays des Caraïbes (Saint-Kitts-et-Nevis, Antigua-et-Barbuda), mais aussi d’Europe (Malte, Lettonie) et du Proche-Orient (« Buying citizenship: which nations are affordable? », CNBC, 14 nov. 2013, http://www.cnbc.com/2013/11/14/buying-citizenship-which-nations-are-affordable.html). Au Belize, le gouvernement a instauré en 1995 le Belize Economic Citizenship Program (partiellement annulé en 2002), qui facilitait l’octroi de passeports.

9 Dans les années 1980-1990, ces trafics étaient connus de tous, comme en témoignent de nombreuses anecdotes recueillies sur place. Dans le nord du pays, on pouvait voir des avionnettes atterrir sur les quelques routes existantes et des petits commerçants recycler dans la vente au détail les plastiques noirs utilisés pour emballer les paquets de drogue.

10

https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_intentional_homicide_rate#By_country,_region_or_dependant_territory (consulté le 29 juin 2020)

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Belize au carrefour des Caraïbes et de l’Amérique centrale
Crédits Source : Service cartographique IRD, 2014.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Figure 2 : Le Belize et ses districts, avec localisation des zones de l’étude (2000)
Crédits Source : Service cartographique IRD, 2014.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 445k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search