Version classiqueVersion mobile

Propriété et territoire

 | 
Odile Hoffmann

Avant-propos et remerciements

Texte intégral

  • 1 La recherche a été menée dans le cadre de deux programmes de recherche internationaux (le projet AN (...)

1Le Belize est un pays déroutant, dont la petite taille apparaît d’abord comme un atout pour l’interprétation avant de se révéler un obstacle à la compréhension des dynamiques sociales et politiques, dans la mesure où l’interconnaissance court-circuite souvent l’institutionnalisation. Tout se négocie entre gens qui se connaissent et n’ont pas toujours recours aux canaux de communication publics et accessibles, ceux qui laisseraient des traces dans l’espace public d’aujourd’hui (les institutions) ou d’hier (les archives). Bon nombre de mes séjours de terrain ont été réalisés avec Élisabeth Cunin, à qui revient l’idée d’avoir imaginé ce stimulant programme de recherche1, entamé alors que je travaillais au Centre d’Études mexicaines et centraméricaines (CEMCA) et en partenariat avec le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS), à Mexico. Travailler en binôme fut un réel plaisir et une grande aventure intellectuelle, par la qualité des échanges et la chaleur des moments partagés.

2La recherche a été menée sur la base de récits recueillis auprès de personnes ou d’institutions et des archives qu’elles ont produites. J’ai procédé à partir d’entretiens réalisés dans les régions de l’étude, de révisions d’archives (à Belmopan et à Londres), de visites et d’observations dans l’ensemble du pays au cours de séjours répétés de 2008 à 2016. La consultation de la presse a complété les témoignages recueillis. Ma connaissance du pays a été grandement facilitée par l’accueil que m’ont offert Joseph Palacio, anthropologue garifuna, intéressé lui aussi par les questions de terres et territoires, Crucita Ken, économiste bélizienne de l’Université du Quintana Roo (Mexique), Nigel Encalada, responsable au sein du National Institute of Culture and History, Filiberto Penados de l’University of Belize, Assad Shoman, qui a supporté avec bienveillance mes nombreuses questions. Les entretiens avec Angel Cal, Mateo Ayuso (aujourd’hui décédé), Carla Barnett, Roy Cayetano, Phyllis Cayetano, Cristina Coc, Pablo Mis, Gaspar Ken et Roy Rodríguez m’ont fait découvrir de nombreuses facettes de ce pays. Postérieurement, les échanges se sont poursuivis lors de séminaires et colloques à Mérida, Chetumal, Cuba et Paris, et à l’occasion d’échanges informels à Belmopan, Punta Gorda et sur la route entre ces différents lieux. Merci à Froyla Tzalam, Rolando Cocom, Aida Ramírez, Carlos Correa, Timothy Mesh, Anita Tzec pour leurs éclairages sur de si nombreuses questions béliziennes.

3Merci enfin à toutes celles et ceux qui m’ont accompagnée un peu plus tard, ou d’un peu plus loin. Au moment de rédiger, la complicité d’Anath de Vidas et les résidences d’écriture à Mizériecq ont été d’un grand secours face aux inévitables moments de doutes et d’impasse. Merci à Melissa Portilla pour la réalisation des figures et aux lecteurs anonymes qui m’ont aidée à grandement améliorer le manuscrit. Merci à Joel Wainwright pour des rencontres toujours instructives et stimulantes. Un remerciement particulier à Montserrat Casademunt, éditrice à Benque, chez qui ont été écrites les dernières lignes de cet ouvrage.

4Travailler en contexte multilingue fut, il faut bien le reconnaître, un écueil difficile à surmonter. Sur le terrain, les entretiens se déroulaient en anglais ou en espagnol selon les interlocuteurs. La consultation des archives et de la littérature se fit presque toujours en anglais, avec l’obligation de traduire non seulement le texte, mais aussi le contexte politique et administratif. Certains termes d’usage pourtant particulièrement fréquent ont été difficiles à traduire, comme settlers et landlord, qui sont au centre de l’analyse. Settler signifie bien sûr « colon », celui qui colonise, mais dans le cas du Honduras britannique les premiers settlers ne cherchaient pas tant à coloniser, ni même à peupler, qu’à extraire la richesse forestière et à se défendre contre ceux, personnes ou institutions, qui s’y opposeraient. La traduction directe par « colon » n’est donc pas toujours la plus adéquate et j’ai souvent choisi de conserver le terme anglais. De même, pendant longtemps, le settlement du Honduras britannique n’est pas vraiment une colonie, mais plutôt un « établissement » (asentamiento en espagnol). J’ai parfois choisi de parler de « territoire » du Honduras britannique dans la mesure où les pratiques des acteurs se réfèrent à un espace approprié, revendiqué, disputé, qui peu à peu « s’invente » effectivement comme un territoire colonial (voir Hoffmann, 2014). Le terme de landlord déborde lui aussi de sa traduction immédiate : propriétaire foncier, propriétaire terrien. Le landlord est plus qu’un landowner, un propriétaire de terres. Il possède mais surtout gère ses propriétés en en répartissant l’accès et l’usage entre tenants, locataires ou concessionnaires. Il est au centre de réseaux de clientèles et de rivalités, ce que le terme de « propriétaire foncier » ne laisse pas toujours percevoir. Certains termes techniques concernant la question foncière ont été réunis en annexe en fin de texte (Annexe 1).

5Les choix éditoriaux, faits en accord avec les professionnels, m’ont amenée à utiliser les ethnonymes toujours à l’invariable, avec majuscules lorsqu’ils sont en substantif (les Maya, les Garifuna) et en minuscule lorsqu’ils sont en mode d’adjectif.

Xalapa, le 18 janvier 2019

Notes

1 La recherche a été menée dans le cadre de deux programmes de recherche internationaux (le projet ANR-AIRD AFRODESC 2008-2012 et le projet européen EURESCL WP4) menés entre 2008 et 2011, qui visent à comprendre les transformations passées et en cours dans les sociétés post-esclavagistes d’Amérique latine. Plusieurs institutions ont porté ces programmes : l’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH), l’Unité de recherche Migrations et Sociétés (URMIS), le Centre international de Recherche sur les Esclavages (CIRESC), l’Université de Nice, le Centre d’Éudes mexicaines et centraméricaines (CEMCA). Le travail de terrain et d’archive a été réalisé sous convention de recherche signée entre l’IRD et le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS), en liaison avec le National Institute of Culture and History (NICH).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search