Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

4ème Partie: Guaynep Chicruz et Pueblo Viejo-Chixoy

Chapitre III. Pueblo Viejo-Chixoy

Texte intégral

1Le site de Pueblo Viejo-Chixoy, appelé simplement Pueblo Viejo par les habitants, a été reconnu pour la première fois en 1975 par Marie-Charlotte Arnauld et Patricia Carot. Au même moment d’ailleurs, l’un des géologues de l’INDE chargés des études préliminaires du barrage, Jorge Hostass, signalait que toute la terrasse de Pueblo Viejo était couverte de ruines archéologiques ; il indiquait sur le plan joint à son rapport une quinzaine de structures (nos futurs groupes A, B et D) et surtout, sur la colline au nord, le groupe G, “área principal de ruinas”.

2C’est en mars 1977 que commencèrent les travaux de “sauvetage” du site, plus précisément de la partie basse qui allait être détruite la première pour l’installation des ateliers et entrepôts du barrage. Confiés à Patricia Carot, assistée de deux étudiants de l’Université de San Carlos (Emilio Calderón et Carlos Ericastilla), avec une équipe de 25 à 50 ouvriers, ils ne devaient durer qu’un mois ; notre connaissance du site de Pueblo Viejo, tout-au-moins de la partie classique qui s’étend sur les terrasses alluviales, restera donc très superficielle. Il n’en est pas de même pour la partie haute, le groupe G, postclassique, qui put être épargné bien que cet emplacement ait été prévu à l’origine pour l’installation des ateliers de la compagnie italienne COGEFAR ; une fouille satisfaisante de cet ensemble fut réalisée en mars 1978 par R. Hill et D. Legrand (Hill 1978 et 1980).

3À l’endroit du barrage, le rio Chixoy coule en direction ouest-est avant de prendre la direction générale du nord, et reçoit successivement le petit rio Agua Fría sur sa rive gauche, et le rio Carchelá à droite. Ces confluents ont favorisé la formation de terrases alluviales relativement vastes, qui justifient le choix de cet emplacement pour le site préhispanique (nous verrons qu’il devait regrouper au moins 1000 habitants) et le hameau de 5 familles qui occupait encore les lieux à notre arrivée. Il faut distinguer dans ces terrasses les dépôts fluviatiles récents de sable, de graviers et de blocs rocheux mesurant jusqu’à 1 m3 ; et les dépôts anciens, à un niveau plus élevé /jusqu’à 745 m, le lit du fleuve étant en moyenne à 705 m) formant les terrasses actuelles dites de Santa Ana pour le Carchelá, et de Pueblo Viejo pour l’Agua Fría, les seules occupées. Selon les études géologiques de l’INDE, il s’agit d’une zone de contact entre deux unités distinctes : en amont, des roches ultrabasiques, essentiellement des serpentines ; en aval, des calcaires et des dolomites plissés modérément karstiques. Ces formations sont bien visibles sur la petite colline du groupe G, qui se trouve à l’intersection des calcaires dolomitiques et des serpentines.

4On trouve de plus de puissants dépôts de cendres et de sédiments non consolidés – alluvions et détritus de talus – sur les deux rives du fleuve.

5Vers le nord la vallée se rétrécit pour former un canyon de 75 à 100 m de largeur, profond de 150 m : c’est l’endroit choisi pour le barrage, qui est dominé à l’ouest par les falaises impressionnantes du cerro de la Campana, à l’est par le cerro de San Joaquín. Le sommet de la Campana, qui évoque la forme d’une cloche (la légende veut qu’on l’entende encore sonner parfois) est, à 1500 m d’altitude, une plate-forme étroite d’une dizaine de mètres, d’accès très difficile ; P. Carot y a trouvé quelques vestiges anciens : metate et tessons.

6Le site archéologique devait comprendre, sur les terrasses anciennes entre 720 et 750 m, plus de 200 structures : c’est le nombre des plates-formes encore visibles, mais beaucoup d’autres ont pu disparaître. Il est possible de définir plusieurs ensembles, baptisés groupes A à F, séparés par le fleuve, ses affluents ou des détails du relief (fig. 149) :

  • au nord du Chixoy, sur sa rive gauche, le groupe A occupe la plus grande partie de la terrasse dite de Pueblo Viejo ; les groupes B et C sont de petits ensembles “coincés” entre les pentes de la colline et le rio Agua Fría. Les structures relevées à l’ouest du rio Agua Fría constituent le groupe D. Le groupe E, en aval, est séparé du groupe A par un contrefort du cerro de la Campana.

  • sur la rive droite du Chixoy, nous appelons F un ensemble de plusieurs groupes séparés par de petites quebradas, entre le mur du barrage au nord et la terrasse de Santa Ana au sud.

  • nous classons et avons étudié à part, en raison de sa situation particulière (et aussi de sa datation plus récente) le groupe G, isolé au sommet de la colline escarpée qui domine au nord la terrasse de Pueblo Viejo.

Fig. 150 – Le confluent des rios Chixoy et Carchelá.

Fig. 150 – Le confluent des rios Chixoy et Carchelá.

Le groupe A

7La terrasse ancienne de Pueblo Viejo s’étend sur environ 300 m d’est en ouest et 150 m de la rive au pied de la colline. Nous y avons dénombré une quarantaine de plates-formes, souvent limitées par une simple rangée de pierres. Leur orientation générale est parallèle au fleuve. Au centre, à côté d’un enclos (récent) destiné au bétail, se dresse l’unique structure cérémonielle, qui est aussi la plus grande. C’est une substructure rectangulaire allongée haute de 2,30 m, longue de 25,50 m et large de 10 m. Son grand axe est orienté 11° à l’ouest du nord magnétique (Fig. 151).

8Cette structure A-1, d’architecture élaborée par rapport aux autres constructions, a été considérablement dégradée par des fouilles clandestines qui l’ont presque vidée de son remblai, celui-ci étant rejeté sur les côtés qu’il recouvrait complètement. Après dégagement, il devient cependant évident que nous avons là une “maison longue” typique du Postclassique, une structure à deux gradins dotés d’escaliers à rampes sur ses quatre faces et entièrement stuquée. Curieusement, les escaliers sont en nombre impair : un sur chacun des petits côtés, 6 sur la face ouest et 5 sur la face est, soit un total de 13 qui est certainement symbolique. Nous avons relevé sur la partie sud de la plate-forme (la seule conservée) quelques traces de la superstructure, qui devait être un bâtiment allongé doté d’une banquette sur un côté et de plusieurs ouvertures sur l’autre, faisant face soit à l’est, soit plus probablement à l’ouest (les escaliers d’accès aux “maisons longues” sont toujours en nombre pair). Il nous paraît donc certain que la construction a été menée à bonne fin, contrairement à ce que pense R. Hill, chargé de l’étude de la partie postclassique (1978).

9Quant aux détails de cette construction, on note une compensation de la légère pente descendant vers le río, qui entraîne une différence de niveau de 70 cm entre les parties nord et sud. Une banquette stuquée de 30 à 40 cm de large entoure la base de la substructure ; elle porte sur la face est le moulage accidentel d’un pied humain. Les escaliers n’atteignent pas la plate-forme : ils aboutissent à deux gradins étroits et continus formant les dernières marches et permettant de contourner la superstructure. L’ensemble est construit de galets du río sélectionnés pour leur dimension, mais non taillés ; il n’y a aucune pierre travaillée.

10La str. A-1 a été construite au-dessus d’une structure plus ancienne, dont nous avons dégagé l’angle sud-est ; son orientation était légèrement différente (25° à l’ouest du Nm). Une tranchée pratiquée tout autour de la str. A-1 n’a mis au jour, contre notre attente, aucune urne funéraire. Une grande quantité de tessons ont été recueillis ; ils sont en majorité du Classique tardif, avec un très faible pourcentage de préclassique et de postclassique (6 et 4% respectivement). Ces proportions sont à peu près celles du matériel récolté en surface sur l’ensemble du groupe A, bien que les tessons postclassiques y soient un peu plus abondants (14 % contre seulement 2% de préclassique) ; il est vrai qu’ils sont parfois difficiles à distinguer des tessons modernes abandonnés par les derniers occupants de l’aldea avant leur évacuation en 1977.

11Les autres structures du groupe A sont de simples plates-formes d’habitation, de dimensions assez uniformes (6 x 8 m environ), souvent réduites à une ligne de galets. On trouve à proximité un outillage lithique assez abondant : metate, manos, polissoirs, pierres perforées... et un patolli.

12En nous basant sur la datation du matériel céramique, nous conclurons que le groupe A est un ensemble d’habitation qui date essentiellement de la période classique, avec cependant une structure centrale de fonction civico-religieuse plus tardive, que l’on s’attendrait à voir plutôt associée au groupe G.

Le groupe B (Fig. 152)

13Cet ensemble, étudié par C. Ericastilla, est situé au nord-ouest du précédent, entre la colline et le rio Agua Fría. Il s’agit en fait d’un groupe de 3 (ou 4 ?) structures disposées autour d’un patio en un ensemble bien structuré, qui devait être occupé par un seul groupe familial. La terrasse qu’il utilise est limitée vers le bas par un mur de contention ; on a aussi tiré parti des gros blocs rocheux tombés de la colline.

14La fouille du groupe B a mis au jour les limites assez nettes de 3 plates-formes orientées à angle droit sur les faces nord, est et sud-ouest de la terrasse. Deux d’entre elles au moins étaient dotées d’un escalier donnant soit sur le patio (str. B-3), soit à l’extérieur vers le rio (str. B-1). L’ensemble couvrait une surface de quelque 400 m2 (20 x 20 m.).

Fig. 151 – Plan de la str. A-1 (postclassique).

Fig. 151 – Plan de la str. A-1 (postclassique).

Fig. 152 Plan du groupe B.

Fig. 152 Plan du groupe B.

15Le matériel récolté sur le groupe B, assez abondant (500 tessons) est exclusivement classique tardif, avec peut-être quelques traces d’épiclassique ; il n’y a ni préclassique, ni postclassique. L’outillage lithique est abondant, avec au moins 4 pointes bifaces d’obsidienne.

Le groupe C

16A 200 m au nord-ouest du groupe B, il occupe une terrasse naturelle un peu plus grande que la précédente, à l’endroit où l’espace entre la colline et le rio Agua Fría se resserre. Il devait y avoir 5 structures, utilisant parfois de grands blocs calcaires intégrés dans la construction des murs. Deux structures plus petites à l’est étaient peut-être des autels.

17Cet ensemble, qui n’a pas de plan défini comme le groupe B, n’a pas été fouillé.

Le groupe D. (Fig. 153)

18Il s’étend sur la rive droite du rio Agua Fría et occupe plusieurs plans successifs montant vers la colline. Il y aurait une douzaine de structures mal conservées ; certaines ont été partiellement détruites par des canaux d’irrigation récents. Sur la terrasse la plus basse, les str. D-4 et D-5 sont des plates-formes jumelles dans lesquelles nous avions cru voir un jeu de balle. Plus haut, la str. D-1, presque carrée, mesurant 11,50 x 13,50 m à la base, s’élevait par 3 gradins jusqu’à une plate-forme exiguë. On peut penser qu’il s’agit là d’une structure cérémonielle, bien qu’on ait trouvé sur sa face nord un outillage de pierre plutôt domestique (mano et metate). Ce pourrait être aussi le cas de la str. D-6, presque carrée et à gradins. Les autres constructions sont certainement des plates-formes d’habitation ; leurs dimensions sont proches de celles du groupe A.

19Le matériel provenant du groupe D n’a pu être étudié.

Le groupe E

20Isolé sur une terrasse en assez forte pente, à l’est du groupe A, nous avons noté les vestiges d’au moins 6 structures d’habitation. Cet ensemble n’a pas été relevé avec précision. Le matériel de surface, bien que très peu abondant, est un échantillonnage de toutes les périodes, du Préclassique au Postclassique tardif.

Le groupe F

21Il occupe la rive droite du fleuve. Les traces des plates-formes ont été relevées sur les pentes, aménagées en terrasses par des murs de contention, qui surplombent le río entre 720 et 800 m d’altitude sur une distance d’environ 500 m. P. Carot évalue leur nombre à une cinquantaine, mais il pourrait être beaucoup plus élevé. Les terrasses, qui peuvent atteindre 20 x 60 m, sont orientées nord-sud, parallèlement au fleuve. Les petites quebradas délimitent 3 sous-ensembles, F-1, 2 et 3 groupant respectivement 15, 30 et 3 structures visibles. La terrasse centrale du groupe F-1, la plus vaste, supporte un ensemble de structures qui rappelle, en plus important, le groupe B. Cet ensemble a malheureusement été l’un des premiers détruits et nous n’avons disposé que de 2 jours pour le fouiller. Le patio, ouvert à l’ouest vers la pente, est bordé de constructions sur ses trois autres côtés :

  • la structure principale est à l’est. Dotée de gradins et sans doute d’un escalier, elle était peut-être cérémonielle ;

  • au nord, côté par où l’on accédait au patio grâce à un escalier donnant à l’extérieur, une plate-forme basse (50 cm) ;

  • au sud, la pente est aménagée pour former une terrasse en gradins supportant 3 structures. La hauteur totale est de 1,50 m.

22Le sondage pratiqué au centre du patio a révélé deux niveaux d’occupation, à – 55 et – 110 cm. Il est possible, comme le pense P. Carot, que le sol inférieur date du Classique ancien : le matériel est essentiellement classique tardif, mais il y a quelques tessons plus anciens, dont un bord de bol polychrome, trouvé en surface, qui provient d’une poterie certainement importée des basses terres et datant de la phase Tzakol. On trouve aussi de l’obsidienne verte, mais celle-ci peut indiquer une occupation soit du Classique ancien, soit de l’Epiclassique.

23Nous avons en résumé dans l’ensemble F-l un petit groupe de structures autour d’un patio comparable au groupe B et qui pouvait être, soit la demeure d’une famille noble importante, soit un petit ensemble cérémoniel. Il date du Classique tardif mais a été édifié au-dessus de structures plus anciennes, probablement du Classique ancien. Il n’a en tout cas rien de postclassique.

24Nous avons entrepris une autre fouille (l’opération C) sur une surface de 30 m2 à environ 80 m au nord du groupe F-1, endroit où l’ouverture de la route avait mis au jour plusieurs urnes funéraires. Selon le rapport des ingénieurs de l’INDE, l’une, recouverte d’une olla retournée, contenait les ossements d’un enfant ; une autre, ouverture vers le bas, contenait un squelette d’adulte et plusieurs poteries communes avaient été déposées comme offrande à côté de l’urne. Il n’est pas fait mention de charbon ou d’ossements brûlés.

25On était donc apparemment en présence d’un cimetière, ou tout-au-moins d’un ensemble important de sépultures en urnes. Notre fouille, en septembre 1978, n’a pu que constater qu’il ne s’étendait pas au-delà de la zone détruite par la route. Elle a mis au jour, à 1 m de profondeur, les vestiges de plates-formes anciennes et la trace laissée par une urne qui devait être placée contre l’un de ces murs. Le matériel est classique tardif, avec de rares tessons préclassiques et épiclassiques, et quelques lames d’obsidienne verte. Ces résultats ne permettent pas de dater avec certitude les urnes funéraires. Notre impression est qu’elles datent du Classique tardif, comme les plates-formes de surface ; plus que d’un véritable cimetière, il s’agirait de sépultures à proximité des habitations (ou même sous les habitations). D’après notre expérience sur le Chixoy comme dans le Quiché, les sépultures en urnes existent au Classique, bien qu’elles soient rares et généralement réservées aux enfants (cf. Los Encuentros, El Jocote, Chicruz). Il n’est pas impossible cependant qu’il s’agisse d’un cimetière postclassique dépendant du groupe G, bien que cette interprétation soulève plusieurs objections : d’une part la crémation est traditionnelle pour les sépultures en urne du Postclassique ; d’autre part il n’existe aucun “cimetière” d’urnes dans les autres sites postclassiques du Chixoy que nous avons étudiés : à Cauinal comme à El Jocote, les cimetières situés sur les pentes ne contenaient que des sépultures à même le sol et sans offrandes.

26L’existence d’un ensemble d’urnes funéraires, en dehors de tout centre cérémoniel, est donc un trait particulier à Pueblo Viejo-Chixoy, qui pourrait être attribué à une influence épiclassique, par ailleurs décelable dans le matériel céramique et lithique.

Fig. 153 – Plan du groupe D.

Fig. 153 – Plan du groupe D.

Conclusion sur le site de Pueblo Viejo-Chixoy (partie basse)

27Mis à part le groupe G et la “maison longue” A-1, le site de Pueblo Viejo-Chixoy peut être considéré comme entièrement classique, plus précisément classique tardif.

28La première occupation a été préclassique. Si l’on trouvé à peu près partout des tessons de cette période, ils sont peu abondants, n’atteignant jamais 5% du total de la céramique. Les plus anciens sont sans doute du Préclassique moyen ; un seul tesson, décoré selon la méthode du rocker-stamping pourrait être du Préclassique ancien : phase Ocos de la côte pacifique selon M. Coe. Marion Hatch (communication personnelle) pense néanmoins qu’il doit être rattaché à la phase Conchas (Préclassique moyen-ancien) ou même qu’il pourrait être postclassique.

Fig. 154 – Le groupe F. a/Plan général. b/Plan schématique de l’ensemble F-1.

Fig. 154 – Le groupe F. a/Plan général. b/Plan schématique de l’ensemble F-1.

29Le Classique ancien est présent à Pueblo Viejo, mais apparemment peu abondant : quelques bords de jarres rouges, de bols à rainure intérieure, quelques supports caractéristiques... et surtout le tesson Tzakol du groupe F-1. L’obsidienne verte a pu être importée du Mexique à cette époque (mais aussi à l’Epiclassique).

30L’occupation la plus dense date sans conteste du Classique tardif : tous les ensembles des deux terrasses – Santa Ana et Pueblo Viejo – étaient alors habités, et plusieurs ne l’ont été ni avant, ni après. Il n’existait à Pueblo Viejo aucun centre cérémoniel comparable à celui, contemporain, de Los Encuentros ; cela est surprenant si l’on tient compte de l’importance relative de la population dans les deux sites. La structures de l’habitat est, à Pueblo Viejo, essentiellement résidentielle (bien qu’un doute subsiste sur le caractère de l’ensemble F-1), mais elle diffère de celle des groupes d’habitation de Los Encuentros, où l’on ne trouve jamais, sauf à Paxac, d’ensembles organisés autour d’un patio comme le groupe B (et peut-être F-1). Si donc nous admettons que Los Encuentros et Pueblo Viejo ne formaient qu’un site unique au Classique tardif, il reste à expliquer les différences considérables qui existent entre eux et à préciser la nature de leurs rapports.

31Les évidences d’une phase épiclassique à Pueblo Viejo sont minces, mais présentes ; toutefois les types céramiques les plus caractéristiques – Tohil Plombé et céramique à pâte fine – ne sont pas représentés dans notre échantillon.

32Enfin le matériel postclassique, d’ailleurs mélangé aux débris de poteries domestiques modernes, est trop clairsemé pour que l’on puisse penser à une véritable occupation : délaissant la partie basse du site, sauf pour certaines cérémonies associées à la “maison longue”, la population s’est réfugiée alors sur la hauteur. Nous tenterons d’expliquer ce mouvement en étudiant le groupe G de Pueblo Viejo et l’évolution du peuplement dans la vallée au Postclassique tardif.

Table des illustrations

Titre Fig. 150 – Le confluent des rios Chixoy et Carchelá.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 151 – Plan de la str. A-1 (postclassique).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 152 Plan du groupe B.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 153 – Plan du groupe D.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 154 – Le groupe F. a/Plan général. b/Plan schématique de l’ensemble F-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search