Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

4ème Partie: Guaynep Chicruz et Pueblo Viejo-Chixoy

Chapitre II. Chicruz

Texte intégral

1C’est en avril 1979 que l’équipe de reconnaissance dirigée par J.P. Courau et Rebecca Gonzalez Lauck a visité ce petit centre cérémoniel situé au confluent du rio Calá et du rio Chixoy, qui sera inondé en 1983. Au cours d’une reconnaissance préliminaire en hélicoptère, Edwin Shook avait repéré le site et déduit de l’aspect de la structure principale, apparemment un simple monticule de terre, qu’il devait être préclassique.

2En 1979, J.P. Courau dénombra 8 structures, dont il fit le plan (fig. 141), tandis que R. González organisait une récolte de matériel en surface, divers sondages et le dégagement partiel de la structure 1. Il s’avérait ainsi que le site date en réalité du Postclassique tardif et devait être alors une dépendance du grand centre de Cauinal, qui se trouve à faible distance – 2 km – sur le rio Calá. Les résultats de cette reconnaissance ont été décrits dans notre publication sur Cauinal (1980 : 181 et sq.). La découverte la plus spectaculaire fut celle d’une sculpture stuquée représentant un jaguar au pied de la str. 1, une petite pyramide-temple dotée d’un escalier sur chaque face et elle aussi stuquée (fig. 142).

3À l’issue de nos fouilles à Cauinal, la sculpture fut réenterrée et confiée à la vigilance du propriétaire du terrain, Alejandro Ruiz, en attendant son enlèvement éventuel.

4Nos démarches pour le sauvetage physique du jaguar de Chicruz, tant auprès de l’Instituto de Antropología e Historia (IDAEH) que de l’Instituto de Electrificación (INDE), allaient aboutir en janvier 1980 : l’IDAEH décidait alors d’envoyer une équipe, dirigée par Jacinto Cifuentes, pour effectuer un moulage de la sculpture et si possible son enlèvement en bloc.

5L’opération fut couronnée d’un plein succès : le restaurateur R. Yanquian parvint même à détacher l’animal entier, avec sa queue (qui se déploie sur les trois premières marches de l’escalier) ; dûment emballé, ce paquet, pesant près d’une demi-tonne, fut enlevé par l’hélicoptère de l’INDE et déposé à Rabinal, d’où nous le transportâmes en camion jusqu’au Musée. Ainsi put être sauvée une pièce unique, double presque parfait du jaguar découvert à Chutixtiox par Ledyard Smith en 1952, et qui malheureusement disparut par la suite.

6Cette opération de sauvetage devait avoir un autre résultat bénéfique : au cours de l’enlèvement de la sculpture, trois urnes à crémation furent découvertes sous le trottoir qui entoure la substructure, près de l’escalier (fig. 142b). Ces trois urnes (a/1, 2 et 3) sont tout-à-fait semblables à celles trouvées à Cauinal autour des pyramides-temples : elles sont protégées par de petites dalles placées de champ, percées de trois trous sur la panse ou sur le col, et recouvertes d’un petit bol ou d’un tesson retaillé ; elles contiennent un squelette d’adulte incinéré, sans offrande.

7J. Cifuentes décidait alors de dégager tout le pourtour de la pyramide pour vérifier l’existence des 4 escaliers, et de pratiquer un sondage au centre de la plate-forme, à un endroit qui paraissait avoir déjà été entamé par une fouille clandestine peu profonde. Il mit ainsi au jour, à 65 cm de profondeur, une sorte de dallage de pierres, puis une zone où le sol et les pierres semblaient avoir été brûlées, sans qu’il s’agisse d’un véritable niveau d’occupation. Un peu plus bas apparurent deux poteries (a/4 : un petit bol brun à bord rouge ; et a/5 : un petit gobelet cylindrique brun-noir), puis un vase cylindrique brun portant des traces de stuc peint en vert (a/6) et une pointe d’obsidienne lancéolée. Les offrandes, déposées dans le remblai, semblaient correspondre à une sépulture en ciste, car les limites d’un caisson rudimentaire, fait de dalles dressées et de murs de galets, étaient visibles,

8La fouille dût être interrompue ; elle avait atteint une profondeur de 1 m. Dans son rapport, J. Cifuentes souligna que le style des poteries n’est pas postclassique et en déduisit que la str. 1 abritait sans doute une sépulture datant du Classique tardif ou de l’Epiclassique. Ainsi était posé le problème de la superposition, dans le monticule 1, d’une structure classique contenant une tombe en ciste, et de la pyramide-temple postclassique – disposition extrêmement rare dans la vallée (nous ne la retrouverons qu’à El Jocote), et qui méritait une investigation complète.

Fig. 141 – Plan de Chicruz (J.P. Courau).

Fig. 141 – Plan de Chicruz (J.P. Courau).

Les fouilles de décembre 1980

9Le 5 décembre 1980 nous retrouvions à Rabinal l’équipe de l’Instituto. Notre projet d’étude complémentaire du site de Chicruz, et plus spécialement de la str. 1, ne devait pas dépasser une semaine.

10Les 8 structures relevées par J.P. Courau occupent une terrasse alluviale dominant d’une vingtaine de mètres les deux rios (fig. 143), et montant en faible pente vers une falaise calcaire où nichent des nuées de perruches, d’où le nom du lieudit : Chujulquiel, en quiché “la grotte des perruches”. Les structures, en très mauvais état, sont probablement des habitations, à l’exception des trois plus grandes (No. 1, 2 et 8) qui dessinent une place rectangulaire ouverte au sud. La disposition traditionnelle des petits centres cérémoniels dépendant de Cauinal au Postclassique tardif nous incite à voir, outre la pyramide-temple (str. 1), dans les str. 2 et 8 la “maison du conseil” et la “maison longue” civico-administrative, tous ces édifices étant bien sûr de dimensions modestes par rapport à ceux du centre de Cauinal.

11L’essentiel de notre travail a été axé sur la str. 1 (base des murs et fouille centrale) et la str. 8, la mieux conservée (dégagement des murs et sondage central).

Fig. 142 a/jaguar de stuc de la pyramide A-l. b/urnes à crémation au pied du mur sud.

Fig. 142 a/jaguar de stuc de la pyramide A-l. b/urnes à crémation au pied du mur sud.

1 – La str. 1 : fouille extérieure

12La pyramide-temple, qui mesure 7,50 x 10 m, est orientée 55° à l’est du nord magnétique. Pour plus de clarté, nous parlerons des faces sud (celle du jaguar) au lieu de sud-ouest, face nord au lieu de nord-est, etc.

13Notre premier travail est de dégager la base des murs et le trottoir stuqué, large d’une vingtaine de cm, qui entoure la pyramide, avec ses 4 escaliers à rampes.

14La base de l’escalier sud a été démontée avec le jaguar. À la verticale de la rampe gauche, une urne funéraire (H/8) avait été laissée in situ en janvier. Cette alla commune à deux anses diffère par sa forme des urnes à crémation postclassique ; elle n’est pas perforée, et contient le squelette d’un enfant de 2 à 3ans, non incinéré. La position de l’urne prouve d’autre part qu’elle a été déposée là avant la construction de la pyramide postclassique. Nous pensons donc qu’elle date du Classique tardif : la coutume de l’enterrement en urne pour les enfants – mais sans crémation – est connue dans plusieurs sites de cette période, par exemple à Los Encuentros et à El Jocote pour la vallée du Chixoy.

15Toujours au pied de l’escalier sud, et à la verticale du jaguar, notre fouille découvre au niveau – 70 des ossements correspondant à 2 ou 3 individus. Le seul squelette entier est celui d’un adulte couché sur le côté droit, en position repliée, face au sud. Il y a en outre un crâne, des os longs et des fragments de mandibule appartenant à un adulte âgé. La base de l’urne H/8 se trouve à peu près au même niveau que ces squelettes, qui doivent être contemporains, comme le confirment d’ailleurs les tessons classiques trouvés à ce niveau.

16Entre les escaliers sud et est, 3 autres urnes (H/4, 5 et 7) vont être mises au jour, celles-là sans conteste postclassiques. Elles sont sous le trottoir et protégées par des pierres. Ce sont en général, comme les 3 premières, des jarres communes, engobées de rouge ou non engobées. L’urne H/5, par contre, a la forme d’une calebasse double (tecomate) à 2 anses ; elle est percée d’un seul trou (fig. 145). Une dernière urne est découverte, nettement à l’extérieur de la pyramide (H/6). Elle est vide et la panse n’est pas perforée ; il n’est donc pas impossible qu’elle soit classique.

17Poursuivant notre recherche sur l’autre face de l’escalier sud, nous dégageons une urne à crémation (H/1) contre la rampe gauche ; puis, à proximité, la partie supérieure de deux dalles dressées, qui, pensons-nous, protègent une autre urne. Il s’agit en fait d’une sépulture à même le sol, dont la base se trouve au niveau – 120 (fig. 146). Le squelette en décubitus dorsal, orienté sud-ouest-nord-est, a le bras droit allongé, le gauche replié sur le ventre. Cet adulte avait le crâne artificiellement déformé, la mutilation ayant provoqué une hyperdolichocéphalie impressionnante. Une perle de jade avait dû être placée dans la bouche : nous la trouvons contre la mandibule. Au-dessus du crâne, une olla globulaire est recouverte d’un bol tétrapode rouge à supports mammiformes (fig. 147). Le corps était protégé du côté gauche par une rangée de 5 dalles calcaires, hautes de 60 cm, légèrement inclinées au-dessus du squelette. La poterie mammiforme permet de dater la sépulture du Protoclassique ; elle est donc antérieure d’au moins un millénaire à la pyramide postclassique. Néanmoins, elle se trouve à la verticale et exactement parallèle à la rampe de l’escalier tardif. La sépulture n’ayant pas été perturbée, il faut admettre qu’il y a là une simple coïncidence.

18Les autres faces de la pyramide, rapidement explorées, n’ont livré aucune urne funéraire.

Fig. 143 – Le confluent des rios Chixoy et Calá.

Fig. 143 – Le confluent des rios Chixoy et Calá.

2 – la str. 1 : fouille centrale

19Le caisson découvert par J. Cifuentes est en réalité double : les deux cistes ont une paroi commune. Le ciste 1 mesure intérieurement 1,26 m dans le sens nord-sud (la paroi ouest a disparu) ; le ciste 2 : 1,20 x 0,70 m. Le sol des deux cistes, au niveau +90, est sommairement dallé de pierres calcaires plates, irrégulières. L’orientation générale de l’ensemble est légèrement différente de celle de la pyramide, plus proche d’environ 10° du nord magnétique. Il apparaît que les deux caissons n’ont jamais été recouverts d’un toit de dalles, fait curieux pour ce type de sépulture ; on peut aussi penser qu’ils ont été violés – c’est effectivement le cas du ciste 2, comme nous le verrons – mais les débris du toit devraient être trouvés dans le fond ou dans le remblai, ce qui n’est pas le cas.

Fig. 144 – Plan et profil de la str. A-1.

Fig. 144 – Plan et profil de la str. A-1.

20Le ciste 1 contient le squelette d’un adulte très détérioré. Le crâne touche la paroi nord, et la position du corps, autant qu’elle puisse être reconstituée, était “en paquet”, sur le dos, jambes repliées sur la poitrine : la dimension du ciste n’aurait pas permis d’y introduire le corps en position étendue. Plusieurs objets ont été trouvés au niveau du squelette : 4 plaquettes circulaires de jade, perforées, les deux plus grandes près du crâne, les autres à la base du squelette ; et les fragments d’un os long finement incisé.

21Le ciste 2 ne contient pas de squelette, mais seulement 2 objets : une coupelle d’argile (G/1), ayant peut-être servi de bol à offrande ; et le col d’un flacon de verre irisé, qui ne peut être antérieur à la période coloniale. Il est donc certain que le ciste 2 a été violé, à une époque relativement récente, ce qui expliquerait l’absence de toit et les traces superficielles d’une excavation clandestine.

Fig. 145 – Urnes à crémation postclassiques.

Fig. 145 – Urnes à crémation postclassiques.

Fig. 146 Sépulture protoclassique sous l’angle de la str. A-1.

Fig. 146 Sépulture protoclassique sous l’angle de la str. A-1.

3 – La str. 8

22Les murs sud et ouest de cette plate-forme basse – moins de 1 m – dont l’orientation est la même que celle de la pyramide 1, ont pu être partiellement dégagés, et les dimensions générales de la substructure mesurées avec précision : 14,77 x 5,62 m. Les murs de soutènement sont faits de galets bruts, et non de calcaire et de talpetate taillés comme ceux de la str. 1 ; la construction nous paraît donc a priori plutôt classique que postclassique.

23Notre sondage de 1,50 x 1,50 m au centre de la plate-forme a confirmé cette impression en mettant au jour, entre 20 et 40 cm de profondeur, un bol à base annulaire et décor rouge sur brun naturel typique du Classique tardif (type Ruano), contenant du charbon et placé là sans doute comme offrande dédicatoire. À partir du niveau 0, le matériel céramique, peu abondant (une cinquantaine de tessons par niveau artificiel de 20 cm) est entièrement préclassique. Enfin, à 67 cm sous le niveau de la place apparaît un sol d’argile battue très dur correspondant à la surface d’occupation préclassique. Au-dessous il n’y a plus de tessons.

24On peut conclure de cette fouille rapide que la str. 8, essentiellement classique, a été construite au-dessus d’un sol d’habitat préclassique ; elle a sans doute été utilisée au Postclassique (on trouve des tessons de cette période dans le premier niveau) mais cette réoccupation n’a pas impliqué apparemment une modification notable ni même une surélévation de la substructure existante.

4 – Le Matériel

PROTOCLASSIQUE

25– Olla globulaire à col large et court (H/2), fig. 147a.

26Vase à corps hémisphérique, base plane. Le col vertical large a un bord légèrement éversé et épaissi.

27L’extérieur et le bord intérieur sont engobés de rouge (2.5YR-r/4).

28Nombreuses taches de feu. Aspect général assez fruste.

29Diam. max. = 18,8 cm, h. = 13,8 cm.

30– Bol tétrapode mammiforme (H/3), fig. 147b.

31Le bol est ouvert, à parois concaves, bord direct et lèvre en méplat.

32Les 4 supports creux sont ovoïdes, en forme de mamelles assez réalistes.

33Un engobe rouge poli (2.5YR-5/4) couvre toute la poterie.

34Diam. = 22,5 cm, h. = 14,2 cm.

35– Perle discoïdale de jade vert clair à perforation bipolaire.

Fig. 147 – Poteries de la sépulture protoclassique, a/olla globulaire, b/bol tétrapode mammiforme.

Fig. 147 – Poteries de la sépulture protoclassique, a/olla globulaire, b/bol tétrapode mammiforme.

CLASSIQUE TARDIF

36– Grande olla à 2 anses (urne funéraire H/8). Corps globulaire, col ouvert et légèrement rentrant, à bord direct. Deux anses en ruban sur le haut de la panse. L’extérieur est sommairement lissé, l’intérieur brut. Pièce non restaurée.

37– Petit bol rouge sur orange (A/4), fig. 148a.

38Forme fermée à fond convexe, bord direct. La surface brun-orange (7.5YR-5/6 ou 6/6) est simplement lissée. Le bord est peint en rouge, et il y a quelques taches irrégulières à l’extérieur.

39– Petit vase-gobelet brun noir (A/5) (fig. 148b).

40Le fond est plat, les parois rectilignes verticales, le bord direct, la lèvre aplatie. La surface, moyennement polie, brun-rouge à noir (RYR-4/3 à 2/1) ne semble pas engobée. Ce vase contenait 2 lames d’obsidienne translucide.

41Diam. = 8,8 cm, h. = 8,2 cm.

42– Vase cylindrique brun stuqué (A/6) (fig. 148c).

43Identique, en plus grand, au vase précédent. La surface brun foncé très bien polie porte des traces de stuc blanc.

44Diam. = 14 cm, h. = 19,4 cm.

45– Grande pointe biface d’obsidienne translucide (A/7) (fig. 148d).

46Taillée dans une lame légèrement courbe, elle est de forme triangulaire, avec un talon rectiligne aminci. La face convexe seule est entièrement retouchée.

471. = 11,8 cm, e. = 0,7 à 0,9 cm.

48– 4 pendentifs de jade vert clair, minces et de forme ovale (fig. 148e). Les 2 plus grands (2,6 x 3 cm) ont une perforation centrale et une autre sur le bord. Les 2 plus petits (1,4 x 1,5 cm) ont une seule perforation sur le bord.

49– Petit cylindre d’os travaillé (fragments) (fig. 148f).

50Le décor, incisé et perforé, semble géométrique.

Fig. 148 Matériel classique tardif de la str. A-1. a/petit bol rouge sur brun. b/petit vase cylindrique brun-noir, c/vase cylindrique brun stuqué. d, e/pendentifs ovales de jade, f/cylindre d’os incisé et perforé.

Fig. 148 Matériel classique tardif de la str. A-1. a/petit bol rouge sur brun. b/petit vase cylindrique brun-noir, c/vase cylindrique brun stuqué. d, e/pendentifs ovales de jade, f/cylindre d’os incisé et perforé.

POSTCLASSIQUE

51Le nombre des urnes funéraires mises au jour est de 8. Bien qu’elles aient des caractéristiques communes (deux anses-ruban sur le haut de la panse, fond fortement concave), les formes sont variées.

52– H/6 a un col court et vertical. La surface a été brossée à l’aide d’un peigne à 6 ou 7 dents laissant des traces verticales, horizontales ou obliques. Cette olla ne contenait pas de squelette ; elle n’est pas trouée.

53– a/2 et H/7 ont un corps sphéroïde, un col haut et subvertical, à bord légèrement éversé. Seule a/2 est engobée de rouge (2.5YR-4/6) et sommairement polie ; le haut de la panse est percé de 3 trous en triangle. H/7, qui contenait aussi un squelette brûlé, n’est pas perforé.

54– H/1 a un corps globulaire “écrasé”, un col haut et rentrant. La surface irrégulièrement engobée de rouge-orange (2.5YR-5/4) est simplement lissée. La panse est percée de 3 trous. Un tesson grossièrement taillé servait de couvercle.

55– a/1 et a/3 ont un corps globulaire dont la partie supérieure, fortement rentrante, se termine en un col vertical ; celui de a/3 est haut, à bord éversé. L’engobe rouge poli (10R-4 ou 6/8) couvre tout l’extérieur.

56Les 3 perforations habituelles sont soit sur la panse (a/3), soit à la base du col (a/1). Les deux ollas étaient dotées d’un couvercle de même couleur rouge, simple bol rouge retourné, ou coupelle découpée dans le fond d’une poterie.

57– H/4 (fig. 145a) a un haut col vertical perforé de 3 trous. L’extérieur est engobé de rouge.

58Les dimensions moyennes sont les suivantes : h. = 27 cm (de 18,6 à 33,8 pour a/3). Diam. max. = 25,7 cm (de 19,5 à 30).

59– H/5 (fig. 145b) a la forme d’une calebasse double (tecomate). Le corps inférieur est percé d’un unique trou. Engobe rouge irrégulier sur l’extérieur.

60h. = 25,7 cm, diam. max. = 15,7 cm.

61Il est curieux de noter que ce type de jarre “double” est encore fabriqué de nos jours (mais sans les anses).

5 – Conclusion sur le site de Chicruz

62Chicruz est, avec El Jocote, l’un des rares sites de la vallée où l’occupation postclassique tardive – vers 1200-1500 ap. J.C. – succède (directement ?) à celle du Classique tardif, en utilisant, au moins partiellement, les mêmes édifices. En voulant vérifier ce fait, nous ne pouvions imaginer que nous allions mettre au jour les vestiges d’une occupation beaucoup plus ancienne puisqu’elle a dû s’implanter au Préclassique moyen, vers 500 av. J.C. Sans la découverte du jaguar stuqué, l’idée ne nous serait sans doute pas venue de fouiller complètement cette petite pyramide, qui devait se révéler un “condensé” de 2.000 ans d’histoire.

63La première occupation de Chicruz date du Préclassique moyen : le fait est attesté par le sol de terre battue trouvé sous la str. 8 et par les tessons préclassiques, à vrai dire peu abondants, récoltés sur l’ensemble du site et dans les remblais des monticules. Cette occupation très ancienne (elle remonte à 730 av. J.C. à Chirramos) n’est pas pour nous surprendre : c’est, à ce stade de notre étude, une observation quasi générale dans les sites de la vallée, mis à part certains centres postclassiques qui ont délibérément évité les zones antérieurement occupées. Encore des fouilles plus profondes montreraient-elles sans doute que le substrat préclassique n’est nulle part totalement absent : nous en avons eu la preuve à Cauinal et à la Capilla de Chirramos, deux sites postclassiques.

64Les traces d’une “intrusion” protoclassique sont par contre exceptionnelles : seuls les sites de Los Encuentros (str. A-2) et Chirramos (str. A-6) ont jusqu’ici livré une ou plusieurs sépultures datées, par leur position stratigraphique et par leurs offrandes, de cette période. À Chicruz, la protection de la sépulture H/2 par une rangée de pierres dressées est un trait qui vient peut-être du Préclassique (voir la sépulture multiple B/6-7-8 de Los Encuentros) ; la disposition des offrandes empilées, certaines poteries servant de couvercle à d’autres, est un trait protoclassique (ou classique ancien). Il ne s’agit donc pas seulement ici de quelques poteries importées accompagnant un dirigeant local que l’on a voulu honorer par une offrande hors du commun : c’est l’ensemble de la sépulture qui est protoclassique, à commencer par son occupant, dont la déformation crânienne pourrait révéler l’origine “étrangère”.

65Au Classique tardif, le centre cérémoniel de Chicruz prend sans doute sa forme définitive : une structure funéraire d’environ 1,60 m de hauteur, dont nous ne connaissons pas le plan exact ; une structure basse, allongée, à l’ouest ; et peut-être la plate-forme 2 qui lui fait face. La structure principale abrite non seulement les deux cistes, mais au moins une urne funéraire contenant un enfant ; plusieurs sépultures sans offrandes, au pied de la structure, lui sont peut-être antérieures ; elles correspondraient alors à des enterrements faits à proximité des habitations. Chicruz dépend sans doute alors d’El Jocote.

66Nous n’avons aucune évidence d’une occupation épiclassique, ni dans la str. 1, ni dans le reste du site. Rien ne nous permet de supposer, toutefois, que celui-ci fut abandonné à cette époque.

67C’est au Postclassique tardif enfin que, dans le contexte d’une réorganisation d’ensemble de l’occupation de la vallée du Chixoy et de ses affluents – Calá, Chicruz – avec Cauinal comme centre, Chicruz est remodelé selon les normes nouvelles. Cette transformation est en réalité réduite au minimum : la pyramide-temple est surhaussée de quelque 70 cm, utilisant comme noyau la structure funéraire classique. Il n’y a pas construction d’une “maison longue” distincte, comme à El Jocote, mais simple réutilisation des structures longues préexistantes. L’intégration du centre classique au centre postclassique est donc ici plus poussée. Il reste qu’elle est difficilement explicable : en effet, la pyramide-temple postclassique n’est pas, comme la pyramide classique, une structure funéraire. Sans doute les défunts nobles occupent-ils une place d’honneur, après avoir été brûlés et leurs os finement broyés, dans des urnes enterrées autour de la pyramide (parfois même dans le temple) ; mais celle-ci est essentiellement une substructure destinée à supporter le temple, et qui ne contient pas de tombe.

68Compte tenu de cette évolution draconienne dans les conceptions religieuses et funéraires, il était logique qu’un centre postclassique cherchât à s’isoler, dans la mesure où la configuration géographique de ce fond de vallée le permet, des zones précédemment occupées. Il l’a fait en général de façon très simple, en s’installant sur l’autre rive du fleuve. À Pueblo Viejo-Chixoy même, site densément occupé au Classique, et sur les deux rives, mais dont l’emplacement était imposé par des considérations stratégiques, le centre postclassique s’est installé au sommet d’une colline escarpée jusqu’ici déserte. Des exceptions comme El Jocote ou Chicruz peuvent sans doute s’expliquer par le même motif : nous les avons attribuées à l’importance du confluent des rios Chicruz et Calá avec le Chixoy dans la conception stratégique d’ensemble du “Grand Cauinal” (1981 : 109).

Fig. 149 – Plan général du site de Pueblo Viejo-Chixoy.

Fig. 149 – Plan général du site de Pueblo Viejo-Chixoy.

Table des illustrations

Titre Fig. 141 – Plan de Chicruz (J.P. Courau).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 142 a/jaguar de stuc de la pyramide A-l. b/urnes à crémation au pied du mur sud.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 143 – Le confluent des rios Chixoy et Calá.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 144 – Plan et profil de la str. A-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 145 – Urnes à crémation postclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 146 Sépulture protoclassique sous l’angle de la str. A-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 147 – Poteries de la sépulture protoclassique, a/olla globulaire, b/bol tétrapode mammiforme.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 148 Matériel classique tardif de la str. A-1. a/petit bol rouge sur brun. b/petit vase cylindrique brun-noir, c/vase cylindrique brun stuqué. d, e/pendentifs ovales de jade, f/cylindre d’os incisé et perforé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 149 – Plan général du site de Pueblo Viejo-Chixoy.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8533/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search