Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

4ème Partie: Guaynep Chicruz et Pueblo Viejo-Chixoy

Chapitre I. Guaynep

Texte intégral

1Le site archéologique occupe un espace dégagé, pratiquement déboisé et cultivé en milpa, sur la rive nord du río Chixoy, à l’ouest du confluent de la quebrada Pichal. Ce terrain en faible pente forme une série de terrasses qui montent du río vers les pentes de serpentine du cerro Mocotorro (à ne pas confondre avec le cerro du même nom qui se trouve au confluent du rio Cala avec le Chixoy). Ce sont les deuxième et troisième terrasses, les mieux marquées, qui ont été utilisées. La quebrada Pichal, encaissée et sinueuse, sépare le groupe principal A, à l’ouest, d’un groupe d’habitation composé de 3 ou 4 plate-formes, sur un méplat de la colline. Vers l’ouest, une petite quebrada descendant du Mocotorro limite le site.

2Le Chixoy peut être franchi à gué un peu en aval : c’est un point de passage important sur le chemin allant de Cubulco et Xuaxan, au sud du fleuve, à Pichal, Chivaquito, Los Cimientos Cala, puis Los Pajales et Beleju au nord.

  • 1 Appelé Cerro Verde dans nos précédentes publications.

3Sur la rive sud du fleuve et un peu en aval de Guaynep se trouve le petit centre postclassique de Pasinaj1. Le hameau de Guaynep — 11 familles et 59 personnes en 1978 – est à 2 km en aval de Chitomax, et à 5 km en amont d’El Jocote.

4Le site a été reconnu en février 1979 ; J.P. Courau en a dressé un plan provisoire (fig. 131) et V. Fialko a pratiqué plusieurs sondages sur les str. A-1 et A-2. Guaynep est apparemment composé d’un petit centre cérémoniel de 3 structures occupant la terrasse la plus basse, et de deux ensembles d’habitation, l’un immédiatement au nord (str. 5 à 8), l’autre sur la rive gauche de la quebrada Pichal. L’état de destruction de ces structures est tel qu’à notre retour sur le site, en 1982, seules étaient discernables les str. A-1, 2, 3 (cette dernière réduite à un tas de pierres) et 8 qui, avec sa petite superstructure de pierre, pourrait être moderne.

5Les sondages de l’équipe de reconnaissance sur la face nord de la str. A-1 et sur la face est de A-2 ont donné des résultats intéressants ; le dernier a mis au jour, dans les déblais tombés de la plate-forme, une cache contenant plusieurs pièces incomplètes, placées dans un grand encensoir à dents : un vase cylindrique tripode à décor incisé (qui pourrait dater du Classique moyen), un bol noir poli à moulure latérale et pastilles (du Classique ancien ?), divers fragments de poteries datant du Classique tardif, enfin 2 tessons nettement préclassiques (fig. 135) ; matériel très mélangé, donc, et prometteur quant à la durée d’occupation du site. Il était évident, en outre, que nous avions dans l’ensemble A-1 – A-2 une structure cérémonielle importante.

6Ces résultats, et surtout l’espoir de récolter in situ du matériel classique ancien, nous incitèrent à revenir à Guaynep en février 1982, à l’occasion de notre deuxième campagne de fouilles à Chitomax. Nous y avons passé 6 jours, délai sans doute insuffisant mais qui devait confirmer notre première impression sur l’importance de ce petit site.

1 – La structure A-2

7Compte tenu du temps disponible, nous nous sommes consacrés uniquement aux str. A-1 et A-2. Après enlèvement des pieds de maïs et de sorgho, ces deux structures apparaissent parallèles, la première plus haute – environ 1,50 m – et plus allongée dans le sens nord-sud, la seconde basse (1 m) et presque carrée. La str. A-2 présente en surface des alignements de galets et des zones couvertes de pierre ponce qui signalent à coup sûr une tombe ; le grand caisson ainsi délimité, avec ses murs de galets appareillés vers l’intérieur, nous rappelle la partie supérieure du bloc central de la grande pyramide de Los Encuentros, ou, plus près de Guaynep, celle de la str. A-16 de Chitomax.

Fig. 131 – Plan du site de Guaynep (J.P. Courau).

Fig. 131 – Plan du site de Guaynep (J.P. Courau).

8La recherche des murs est difficile. Si le mur est est à peu près conservé, sur 7 m de longueur, nous cherchons en vain le mur sud. Quant au mur nord, il disparaît à 2,50 m de l’angle nord-est, doublé par un mur tardif qui disparaît lui-même un peu plus loin. Le mur ouest ne sera mis au jour qu’ultérieurement, quand nous dégagerons le couloir qui sépare les deux structures.

9La str. A-2 mesure 6,50 x 8 m environ, l’azimut magnétique de son grand axe est de 347°. C’est à 3,50 m de l’angle nord-est que V. Fialko a fait son sondage, et nous mettons nous-mêmes au jour, un peu plus au sud, une perle de jade. La pierre ponce est abondante au pied du mur.

10Les limites du caisson sont facilement dégagées : elles dessinent un rectangle de 2,70 x 3,50 m, grand axe nord-sud, dont les angles sont arrondis. Du côté ouest le mur s’interrompt sur 1,60 m : la tombe forme là une sorte de petite antichambre profonde de 1,25 m, fermée à l’ouest par un muret fait de dalles verticales à la base, de galets et de dalles horizontales dans la partie haute (fig. 132b).

11Les murs de la tombe hypothétique s’évasent vers le haut, et s’interrompent vers le bas à 0,90 m de profondeur, c’est-à-dire au niveau du sol. Ce vaste caisson est rempli de pierre ponce et de sable, remblai qui contient d’abondants fragments de poteries, certaines très fines. Dans la partie sud, un gros rocher calcaire a roulé dans le fond, détruisant au passage la partie supérieure du mur de galets.

12Au niveau +10 apparaissent le long de la paroi est 8 poteries, la plupart brisées mais entières (fig. 132a). Elles sont toutes typiques du Classique tardif : bols à base plane ou annulaire du groupe Ruano, bols frustes à offrande, bol tripode rouge poli à moulure basale.

13Nous sommes au niveau de la base des murs. Au-dessous, on trouve encore de la pierre ponce, mais en faible quantité ; il y a des tessons, et une dernière poterie (un bol cannelé de type Río Negro) au pied du rocher. Plus bas les tessons se font de plus en plus rares dans un remblai homogène de sable brun, et ils disparaissent complètement à – 40, niveau du gravier stérile. La tombe ne contient aucun ossement.

Fig. 132 La tombe de la str. A-2 vidée de son remblai. a/vue face au sud. b/vue face à l’ouest.

Fig. 132 La tombe de la str. A-2 vidée de son remblai. a/vue face au sud. b/vue face à l’ouest.

14Si la fouille de la tombe semble prouver qu’elle a été violée et vidée de son contenu, celle de l’antichambre va aboutir à des conclusions différentes. En effet le remblai homogène ne contient pas de pierre ponce, et nous y trouvons, dispersés, 9 petits objets de jade (ils seront décrits plus loin) et 3 lames d’obsidienne. C’est 30 cm plus bas qu’apparaît le squelette C/3. Il s’agit d’un adulte en décubitus dorsal, axe du corps sud-nord, les bras le long du corps. Deux poteries ont été placées près du mort : contre l’épaule droite un vase tripode rouge hématite dont les supports manquent ; contre la jambe droite, un vase cylindrique tripode brun-noir à cannelures verticales (fig. 138).

15Cette sépulture est intacte. Par contre la tombe proprement dite a certainement été pillée (les poteries le long du mur est auraient été oubliées ?), puis comblée de sable et de pierre ponce après qu’on y ait fait rouler l’énorme bloc calcaire. Le remblai contient une grande quantité de tessons provenant de poteries fines pour la plupart, et qui datent du Classique tardif, à l’exception d’un seul bord de tecomate préclassique. Nous avons cherché à reconstituer, dans la mesure du possible, le contenu de la tombe avant qu’elle ne soit violée ; outre les 9 poteries entières décrites plus haut, nous sommes arrivés à un total de 38 poteries (sans compter les pièces communes, peu abondantes : quelques tessons de grands bols et de jarres) :

Fig. 133 – Plan et profil des str. A-1 et A-2.

Fig. 133 – Plan et profil des str. A-1 et A-2.
  • groupe Ruano rouge sur brun naturel :

    1. bols à base annulaire (+5 probables) ;

    2. bol ouvert à base plane ;

    3. bols globulaires (ou 5) ;

    4. vases cylindriques (au moins).

  • type rouge poli (hématite) :

    1. bols tripodes ;

    2. vases cylindriques.

  • Groupe Río Negro brun noir : 4 bols à cannelures.

  • vases cylindriques polis, gris, bruns, blancs : 3.

  • vase cylindrique beige à pastilles (Verapaz) : 1.

  • vases beige poli, beige incisé, orange cannelé : 3.

  • vase mikado blanc incisé : 1

  • vase cylindrique brun-noir à impressions de tube : 1.

  • vase cylindrique brun poli à incisions profondes : 1.

  • vase cylindrique décoré de chevrons rouges en zones : 1.

  • petit bol en calotte blanc poli à décor incisé : 1. L’absence de poteries polychromes importées est notable.

2 – La structure A-1

16Nous avons mis au jour le mur nord et la moitié du mur est. Le premier a 6 m de longueur et présente en son centre un petit bloc, large de 1,15 m et faisant saillie de 0,85 m, qui ne peut être que l’escalier (aucune marche n’est conservée). Cette face nord, qui avait déjà livré les restes d’un encensoir à dents, nous a donné quelques fragments d’un bol tripode rouge poli qui pourrait être épiclassique.

17Nous avons fouillé, dans la partie la plus haute de la plate-forme, un rectangle de 3 x 5 m, sans dépasser 30 cm de profondeur. La couche superficielle, remblai de sable blanc très meuble, a dû être perturbée par la culture ; cependant de nombreuses sépultures intactes sont apparues presque à fleur de terre, au milieu d’une masse de galets de rivière, parfois groupés pour protéger les corps, ou formant de véritables petits cistes au-dessus et autour du crâne (fig. 133).

Fig. 134 a/l’antichambre vue de la tombe, avec sa sépulture, b / le couloir d’accès à l’antichambre a été comblé. c/les sépultures superficielles de la str. A-1. d/la sépulture B/6 ; plus loin, les sépultures B/10, 13 et 16, superposées.

Fig. 134 a/l’antichambre vue de la tombe, avec sa sépulture, b / le couloir d’accès à l’antichambre a été comblé. c/les sépultures superficielles de la str. A-1. d/la sépulture B/6 ; plus loin, les sépultures B/10, 13 et 16, superposées.

18Nous donnons ci-dessous le détail des sépultures avec leur mobilier :

  • squelette B/6 (fig. 134d) : adulte en décubitus dorsal, axe sud-nord, bras allongés. Galets autour du crâne. Offrande : un vase-gobelet de type Río Negro contre la jambe droite.

  • squelette B/7 : adulte âgé, en décubitus dorsal, axe sud-nord. Crâne et poitrine sont recouverts de petites dalles horizontales reposant sur des dalles verticales. Offrandes : un bol de type Ruano et un de type Río Negro contre l’épaule droite.

  • squelette B/23 : adulte jeune, enterré juste au-dessous du précédent. La position est la même, mais l’axe nord-sud (la tête de B/23 se trouve sous les fémurs de B/7). Offrande : un bol tripode à base annulaire Ruano, dont les supports percés de 3 trous représentent des têtes d’animal stylisées.

  • squelette B/18 : adulte âgé en décubitus dorsal, axe ouest-est, entièrement recouvert de galets. Pas d’offrande.

  • squelette B/9 : adulte âgé, en décubitus dorsal, axe est-ouest. Il y avait peut-être une offrande plus au nord (zone non fouillée).

  • squelette B/8 : vieillard édenté, même position, axe est-ouest. Pas d’offrande.

  • squelette B/22 : adulte âgé en décubitus dorsal, axe nord-sud. Offrande : un bol Ruano à base annulaire. Au pied du squelette, un amas d’os longs en désordre correspond à une autre sépulture, B/27.

  • squelette B/25 : sous le précédent. Il n’a pas été entièrement dégagé. Il s’agit d’un adulte âgé, dans la même position que B/22.

  • squelette B/26 : amas d’os longs sur le côté ouest du précédent ; squelette incomplet, probablement perturbé par les sépultures ultérieures.

  • squelettes B/10, 13 et 16 : ces trois squelettes correspondent à un enterrement simultané, car ils sont exactement superposés, selon des axes différents :
    L’ordre d’enterrement est donc B/13, B/10 puis B/16. Les offrandes sont des poteries placées sur les pieds de B/13 et sur ceux de B/10 : un bol brun noir de type Río Negro, un bol Ruano à base annulaire, et deux bols tripodes rouge poli, l’un recouvrant l’autre.

    1. B/10, adulte âgé, axe sud-nord ;

    2. B/16, axe est-ouest ; ses jambes recouvrent celles de B/10 ;

    3. B/13, adulte âgé, axe ouest-est : ses fémurs sont sous les jambes de B/10.

  • squelette B/12 : adulte âgé en décubitus dorsal, axe nord-sud. Offrande : un bol globulaire Ruano. Entre B/12 et B/13, il y a encore deux poteries qui peuvent être associées à l’une ou l’autre sépulture : un bol rouge à base annulaire et un bol à piédestal et cannelures de type Río Negro.

  • squelette B/17 : à l’ouest de B/12 et en dehors de la fouille, il ne sera pas dégagé.

19Ce sont donc au total 15 sépultures que nous avons mises au jour sur une très faible épaisseur : 20 à 30 cm. Il est certain que ce “cimetière” continue plus bas ; sous le squelette B/6, une dalle horizontale recouvre un autre squelette.

20Ces sépultures sont très homogènes : il s’agit d’adultes âgés ou de vieillards (d’après la denture), à une exception près (B/23). La position du corps est toujours en décubitus dorsal, bras allongés. L’axe du corps est variable : nord-sud (4 cas), sud-nord (3 cas), est-ouest (3 cas) ou ouest-est (2 cas). Les sépultures sont généralement accompagnées d’une ou de plusieurs poteries, placées préférentiellement sur ou contre le bas des jambes, mais aussi près du crâne. Parfois deux poteries se recouvrent l’une l’autre.

21Toutes ces poteries, caractéristiques du Classique tardif, sont sans doute de fabrication locale ; aucune trace de poteries “de luxe”, importées, comme celles de la grande tombe.

3 – Fouille du couloir séparant les str. A-1 et A-2

22Le mur nord de la str. A-2 s’interrompt bien avant d’atteindre le mur est de A-1. Nous suivrons ce dernier pour tâcher de comprendre comment s’articulent les deux structures.

23Le mur de galets est bien conservé. En arrivant à hauteur de l’antichambre de la tombe, nous trouvons les fragments de plusieurs grands encensoirs à effigie et, plus à l’est, un amoncellement de dalles de schiste jaune qui devaient recouvrir le passage menant à la tombe, ou plus précisément à l’antichambre (fig. 134b). Plusieurs dalles calcaires massives pouvaient servir de porte. De part et d’autre de cette entrée large de 1,50 m, le mur ouest de la str. A-2 est visible.

24Il existait donc à l’origine un couloir large de 1,70 m, séparant les str. A-1 et A-2. L’accès à la grande tombe restait possible grâce à ce couloir, recouvert au moins partiellement de dalles de schiste.

25La tombe n’était évidemment pas voûtée ; elle devait être dotée d’un toit plat supportant le remblai de pierre ponce. Le fait surprenant est que nous n’ayons pas trouvé, comme à Chitomax et à Chirramos, trace des dalles qui devaient recouvrir les poutres du toit ; si elles existaient, elles ont été retirées au moment du viol de la tombe, à l’Epiclassique.

26On peut reconstituer les évènements de la façon suivante :

  • 1ère phase : construction de la tombe et du couloir d’accès. Celui-ci est fermé par des dalles. Les str. A-1 et A-2 sont séparées par un couloir étroit.

  • 2ème phase : occupation de la tombe. Le (ou les) personnage important est déposé, en empruntant le couloir, avec des offrandes. Un “gardien” est aussi inhumé dans l’antichambre (mais celle-ci, à l’inverse de la tombe, aurait été comblée, puisque nous avons trouvé une offrande de jade dans le remblai, à 30 cm au-dessus du corps). Les deux structures sont reliées en comblant le couloir qui les sépare, après qu’on y ait déposé de grands encensoirs rituellement brisés.

  • 3ème phase : viol de la tombe. Elle est vidée de son contenu (mais l’existence de l’antichambre reste ignorée), puis comblée, après avoir fait rouler dans le fond un énorme rocher.

27Restent cependant plusieurs détails difficilement explicables. Si le toit avait été fait de dalles, on trouverait les débris de celles-ci dans le remblai ; il est donc plus probable que le toit était simplement fait de poutres recouvertes d’une couche d’argile, puis d’un remblai de pierre ponce (comme dans la grande tombe de Chirramos). Mais comment expliquer le traitement différent de la tombe et de l’antichambre ? et la présence des 9 poteries “oubliées” le long du mur est ? Enfin, les deux structures ont-elles bien été reliées après l’enterrement, comme ce fut le cas à Chitomax ? C’est probable, car l’accès à la tombe serait resté trop visible ; la présence des encensoirs brisés semble le prouver, mais nous n’en avons pas de preuve certaine.

Fig. 135 – Céramique du Classique ancien (?). a et b/bords de bols noirs épaissis ou à pastillas, c/vase tripode à décor incisé et pastilles “en grain en café”.

Fig. 135 – Céramique du Classique ancien (?). a et b/bords de bols noirs épaissis ou à pastillas, c/vase tripode à décor incisé et pastilles “en grain en café”.

28Quoi qu’il en soit, le viol aurait eu lieu à l’Epiclassique. Nous n’avons trouvé à Guaynep aucun tesson de poteries appartenant à cette période ; seuls les fragments de bol rouge au nord de la str. A-1 confirmeraient l’occupation épiclassique du site... cette occupation est cependant certaine à Chitomax.

4 – Le Matériel

– PRECLASSIQUE

29Bien que l’occupation préclassique à Guaynep soit prouvée, les tessons de cette période sont très peu abondants. Signalons seulement :

  • dans le remblai de la tombe, un bord de tecomate ;

  • au nord de la str. A-1, un bord de jarre de type Los Encuentros Beige, décoré d’incisions cunéiformes, et un bord de grand bol rouge à lèvre épaissie et rainurée. Il n’y a aucune pièce entière.

– CLASSIQUE ANCIEN-MOYEN

30Cette période est représentée à Guaynep par les objets suivants, tous incomplets :

  • un bol noir poli en calotte (fig. 135a). À 3 cm du bord, une moulure arrondie décorée de 4 pastilles correspond à une dépression intérieure de la paroi. Diam. = 22 cm.

  • deux bords de bols proviennent de la str. A-1. Ils sont eux aussi en calotte, avec un bord épaissi (fig. 135b). Dans un cas, le bol est engobé d’un beau brun-rougeâtre (2.5YR-4/4) très bien poli. Le bord forme un bourrelet qui va s’amincissant et porte 3 rainures circonférentielles. Dans l’autre, le profil est à ressaut basal et le bord s’épaissit progressivement jusqu’à une lèvre convexe portant 2 rainures. Traces d’engobe brun à rouge.

  • un vase cylindrique tripode à décor incisé (fig. 135c). Le corps est cylindrique, le bord s’évase régulièrement jusqu’à la lèvre arrondie. Le raccord de la base, plane, avec les parois est marqué par un rebord qui supporte une série de pastilles en grains de café. Les 3 supports creux de section ovale et extérieurement décorés d’incisions, paraissent avoir été limés. Le corps, engobé extérieurement d’orange (10 R-6/8 ou 5/8 : rouge pâle ou rouge) est décoré de 3 panneaux portant un motif de triangles hachurés, incisé dans l’argile sèche après engobage. Diam. = 26 cm, h. (sans les pieds) = 12,2 cm.

– CLASSIQUE TARDIF

1 – Poteries communes (fig. 136)

31– Bols à offrande.

32Deux de ces bols frustes, entiers, proviennent du niveau 0 de la tombe. Ils sont à fond plat, ouverts, avec un bord en méplat intérieur. L’argile brun-rouge est laissée brute à l’extérieur et intérieurement lissée.

33Diam. = 18,7 et 19 cm, h. = 7,4 et 7,4 cm.

34– Petite jarre globulaire à 2 anses.

35Le col est large, concave, le bord en bourrelet. L’argile" brune lissée porte quelques traces de pigment rouge à l’extérieur, et surtout à l’intérieur du col.

36Diam. ouverture = 9,5 cm, h. = 12,5 cm.

Fig. 136 Poteries communes : bol à offrande et jarre miniature.

Fig. 136 Poteries communes : bol à offrande et jarre miniature.

2 – Poteries du groupe Ruano

37Nous ne décrirons ici que celles dont la forme ou le décor diffère des poteries du même groupe provenant de Chirramos ou de Chitomax, déjà illustrées.

38– Bols ouverts à base plane.

39Un exemplaire entier provient du niveau 0 de la tombe, un autre, incomplet, du remblai. Cette forme de bol est généralement tripode (cf. pour San Juan las Vegas, fig. 40d, pour Chitomax, fig. 113a).

40La base est très légèrement convexe, les parois évasées quasi rectilignes, le bord direct. L’argile est brun jaunâtre moyennement polie, avec taches de feu. Sur un exemplaire, la peinture rouge couvre la lèvre et l’intérieur du bord, et forme sur le fond une bande circulaire reliée à celle du bord par 3 bandes verticales irrégulières. Le polissage ultérieur rend les limites du décor floues.

41Diam. = 19 et 19,2 cm, h. = 5,7 et 7 cm.

42– Bols globulaires à fond plat ou légèrement concave.

43Un seul exemplaire entier vient d’une sépulture de la str. A-1. La tombe contenait au moins 4 ou 5 poteries de ce type.

44L’exemplaire B/4 (fig. 137b) est à parois convexes et bord direct légèrement rentrant. Le pigment rouge couvre tout l’intérieur, le bord extérieur, et forme de grosses taches irrégulières se touchant presque ; le polissage ultérieur a brouillé ce décor.

45Diam. ouverture = 15,2 à 16,3 cm, h. = 11,8 cm.

46Une autre pièce est intéressante car intermédiaire entre les groupes Ruano et Río Negro : deux bandes rouges, l’une sur le bord, l’autre à mi-hauteur de la paroi, délimitent une zone décorée de cannelures verticales.

47– Bols en calotte à base annulaire.

48Ils sont très abondants dans les deux fouilles, et tous dotés de la moulure latérale.

49L’exemplaire B/21 (fig. 137c) a une moulure haut placée portant une série de ponctuations en losange qui donne une impression de chaîne. Le décor rouge est intérieur : 4 motifs triangulaires en F dessinant au centre une croix.

50Diam. = 17 cm, h. = 8,2 cm.

51Un seul bol à base annulaire, parfaitement hémisphérique et sans moulure, est entièrement engobé de rouge à l’intérieur et à l’extérieur.

52– Vases cylindriques.

53Les seuls exemplaires proviennent de la tombe, où 7 vases au moins ont été brisés. Le décor rouge, très simple, extérieur, est en bandes horizontales et verticales. Il y aurait eu dans un cas un décor négatif (très effacé).

54Le diamètre varie de 12 à 18 cm.

3 – Poteries du groupe Río Negro

55Ce groupe est représenté par une dizaine de pièces, dont la moitié proviennent de la str. A-1.

56– Bols fermés à fond plat ou légèrement déprimé.

57Le bol A/12 (fig. 137d) diffère peu des exemplaires de la tombe de Chirramos. La forme est globulaire, le fond déprimé – mais non concave – est caractéristique de ce type. Des rainures horizontales délimitent deux zones décorées de cannelures verticales séparées par une bande lisse. L’argile rouge est entièrement engobée de brun rouge foncé, et bien polie.

58Diam. ouverture = 14 cm, h. = 11,2 cm.

59Le décor du bol B/5 (fig. 137c) est plus original : on a appliqué à 2,5 cm du bord un filet qui a ensuite été incisé à espaces réguliers, formant une série de pastilles allongées. La surface brun-noir à brun-rouge très foncé (10 R-2/2 : very dusky red) est bien polie sans être lustrée.

60Diam. ouverture = 11 cm, h. = 12,1 cm.

– Bol fermé à base annulaire

61Ce bol à parois rectilignes légèrement rentrantes et bord direct, doté d’une base annulaire évasée et haute (à la limite du piédestal) peut être comparé à un bol de Chirramos illustré plus haut (fig. 83b). Deux rainures peu marquées délimitent la zone centrale décorée de cannelures verticales.

62Diam. ouverture = 14 cm, h. = 14 cm.

Fig. 137 – Poteries des groupes Ruano et Río Negro. a, b, c/bol ouvert, bol fermé et bol à base annulaire Ruano. d, e, f/bols fermés et vase tripode à cannelures Río Negro.

Fig. 137 – Poteries des groupes Ruano et Río Negro. a, b, c/bol ouvert, bol fermé et bol à base annulaire Ruano. d, e, f/bols fermés et vase tripode à cannelures Río Negro.

63– Vase cylindrique tripode à rebord basal (fig. 137f).

64Cette poterie, C/2, accompagnait le squelette de l’antichambre. Le raccord de la base plane et des parois verticales forme un rebord peu saillant auquel s’accrochent les 3 supports tronconiques creux formant sonnaille. Deux moulures à peine marquées sous le bord, et deux autres à la base, délimitent la zone centrale décorée de cannelures.

65Le diamètre est de 13,6 cm, la hauteur de 14 cm.

4 – Poteries à engobe rouge foncé poli (hématite)

66– Bols tripodes à rebord basal.

67Les 5 exemplaires à peu près entiers qui proviennent des deux structures sont très semblables. Le bol est en calotte, avec un rebord basal (presque latéral) appliqué sur le corps de la poterie et auquel sont directement attachés les 3 supports tronconiques creux. Sur certains exemplaires, deux pastilles figurant les yeux encadrent le renflement qui marque le raccord du pied et du rebord : chaque support représente ainsi une tête d’animal.

68L’argile est brun-rouge (chocolat) à noir ; l’engobe rouge sombre (7.5YR-3/1) couvre l’extérieur entre la lèvre et le rebord. Il est à noter que sur ces exemplaires le pigment rouge ne contient pas de particules brillantes, et que le corps du bol ne présente pas de cannelures horizontales au-dessus du rebord basal, comme c’est souvent le cas.

69Diam. = 20 cm (jusqu’à 22), h. = 10,5 cm.

70– Vase tripode à cannelures horizontales (fig. 138a).

71Ce vase C/l provient de l’antichambre. Le corps est globulaire, le col large et haut, vertical, décoré de 5 cannelures horizontales. Les 3 supports creux ont été décollés. L’argile brune polie est couverte, sur la partie supérieure du corps et le col, d’un engobe rouge à rouge foncé bien poli contenant d’abondantes inclusions micacées.

72Diam. = 13,4 cm (ouverture), h. = 13,4 cm.

73– Bols rouge micacé.

74Deux de ces bols, incomplets, figurent dans l’inventaire du remblai de la tombe. Ils sont à fond plat, parois convexes et bord vertical ; l’engobe rouge à fines inclusions micacées, bien poli, couvre l’extérieur et le bord intérieur.

75Diam. = 10 et 14 cm.

5 – Bol tripode à moulure basale (fig. 138b)

76Ce bol en calotte est doté d’une moulure basale bien marquée et de 3 pieds tronconiques creux portant 2 rainures profondes et 2 perforations, figurant ainsi une tête d’animal ; ces supports font sonnaille. L’argile brun foncé polie est engobée de rouge, mais irrégulièrement appliquée au-dessus du rebord et à l’intérieur.

77Diam. = 22 cm, h. = 9,2 cm.

6 – Bols ou vases fins d’importation (?)

78Les débris de ces poteries (dont aucune n’a pu être reconstituée) se trouvent dans le remblai de la tombe. Nous en avons donné la liste plus haut.

79On peut distinguer les bols – ou vases – à parois convexes, bord rentrant ou vertical, et les vases cylindriques.

80Parmi les premiers, citons un bol de type Mikado blanc incisé dont le décor (visible sur un tesson) représente un personnage humain ; et le petit bol gris-rose de la fig. 138c, qui est en très mauvais état. Le décor peut néanmoins être reconstitué ; il comporte 3 motifs en frises horizontales : feuilles croisées en X, triangles hachurés, et, dans le bas, un motif qui est peut-être un glyphe (lunaire ?). La base de la poterie est décorée d’une ligne incisée en spirale Le diamètre de cette très fine pièce est de 14 cm.

81Deux des vases cylindriques sont du type brun poli à incisions profondes (fig. 114c). L’un est décoré par impressions de tube sur le bord ; l’autre a un décor plus complexe, incisé et ponctué. Un troisième exemplaire – variété du type Ruano ? – est décoré d’ensembles de chevrons verticaux en panneaux peints d’un rouge hématite (fig. 114d).

82Nous avons déjà souligné l’absence complète, dans ce matériel, de tessons polychromes.

7 – Les encensoirs

83Nous n’avons aucun encensoir à manche. Les grands encensoirs sont de deux types : à dents ou à effigie.

84– Encensoirs à dents.

85Les deux seuls exemplaires proviennent des déblais de la str. A-1 (face nord) et de la str. A-2 (face est) ; ils sont incomplets. Le premier est un grand bol aux parois subverticales, dont le bord est décoré d’un épais filet supportant des pastilles en forme de rondelles ; plus bas viennent les rangées d’excroissances.

86Le second est un grand bol à fond plat, évasé, à bord éversé et lèvre décorée de pastilles ; les dents coniques, irrégulières, forment 3 ou 4 rangées.

87Diam. = 42 cm.

88– Encensoirs à effigie.

89Nous avons mis au jour dans le remblai du couloir séparant les str. A-1 et A-2 les restes de 3 ou 4 encensoirs incomplets et mélangés.

90Le plus complet n’a pas la forme habituelle en sablier : c’est un grand bol à fond plat, de diamètre supérieur à 50 cm, dont une face supporte l’effigie, en buste, d’une déité solaire (fig. 139). Celle-ci se rapproche par beaucoup de traits des effigies déjà décrites pour les sites de San Juan las Vegas et Chitomax ; il y a cependant quelques différences dans la face du personnage, qui porte ici barbe et moustache en crocs, dans la coiffure, les “ailes” latérales, le vêtement, formé d’éléments qui se recouvrent en écailles, et la position des mains, qui paraissent tenir un objet courbe devant la poitrine. Si la face est entière, nous n’avons malheureusement que la moitié droite du corps et de la coiffure. La hauteur de l’encensoir est de 35 cm.

91Il y avait au moins un autre encensoir semblable, dont il reste une partie de la face barbue (mais sans moustache), et deux autres masques plus grossiers, ainsi que divers ornements d’oreille, “plumes”, fruit de cacao, etc.

Fig. 138 – a/vase tripode rouge hématite de l’antichambre, b/bol tripode brun à moulure basale (str. A-1). c/bol blanc rosé à fin décor incisé (tombe).

Fig. 138 – a/vase tripode rouge hématite de l’antichambre, b/bol tripode brun à moulure basale (str. A-1). c/bol blanc rosé à fin décor incisé (tombe).

Fig. 139 – Encensoir à effigie trouvé dans le couloir entre les str. A-1 et A-2.

Fig. 139 – Encensoir à effigie trouvé dans le couloir entre les str. A-1 et A-2.

Lithique

92En dehors d’un grattoir d’obsidienne sur bout de lame épaisse, tous les objets – jade ou pierre verte – proviennent de la tombe : antichambre et déblais du mur est. Sur les 9 objets trouvés dans le remblai de l’antichambre, 5 sont des fragments provenant d’une barre de jade vert clair, de section rectangulaire ; ces morceaux ne s’adaptent pas, à l’exception de 2 d’entre eux, qui portent une fine incision longitudinale (fig. 140a). Il y a de plus une perle de jade entière, à perforation latérale, et 3 fragments divers.

93L’élément de collier provenant du mur est, de beau jade vert, est de forme irrégulière, à facettes concaves (fig. 140c).

– EPICLASSIQUE. (?)

94Un grand tesson provenant de la face nord de la str. A-1 pourrait bien être l’unique objet épiclassique de Guaynep. Il s’agirait en effet d’un bol tripode (ou d’un encensoir à manche de type “mixtèque”, dont l’un des supports sert aussi de manche ?). C’est un bol rouge très bien poli, dont le profil est en S (il y a un ressaut intérieur très net) ; on distingue sur la base la trace de deux supports creux (fig. 140d).

Fig. 140 – Objets de jade provenant de la tombe (a, b) et de la base du mur est de A-2 (c). Bol rouge tripode épiclassique ? (nord de la str. A-1).

Fig. 140 – Objets de jade provenant de la tombe (a, b) et de la base du mur est de A-2 (c). Bol rouge tripode épiclassique ? (nord de la str. A-1).

5 – Conclusions sur Guaynep

95Cette fouille trop rapide apporte une confirmation de nos hypothèses sur la tombe de Chitomax et des données nouvelles sur le contenu de ce type de tombe. Il y a en effet une similitude frappante entre l’ensemble A-1 – A-2 de Guaynep et l’ensemblé A-l3 – A-16 de Chitomax ; on pouvait penser, par analogie, que le premier aurait limité, comme à Chitomax, un jeu de balle (orienté est-ouest).

96Cet ensemble funéraire comprend un monticule bas, contenant la tombe principale, et un monticule haut, où sont enterrés à même le sol les personnages de moindre rang. Sa caractéristique essentielle est la dissymétrie entre les deux structures, que l’on retrouve aussi à El Jocote dans le monticule A-5, bien que celui-ci ne puisse être considéré comme vraiment funéraire.

97À Guaynep comme à Chitomax, l’histoire de cet ensemble funéraire peut être reconstituée en 3 temps :

  1. construction de la tombe, laissée provisoirement vide mais accessible grâce à un couloir couvert.

  2. occupation de la tombe, dont la porte est ensuite murée ; la structure qui abrite la tombe est alors reliée à la structure voisine pour éviter toute effraction. Les deux opérations précédentes datent du Classique tardif.

  3. à l’Epiclassique survient l’occupation étrangère et le viol systématique des tombes, qui sont vidées de leur contenu, puis comblées avec les matériaux provenant du toit, auxquels sont mélangés les débris des offrandes qui accompagnaient le ou les occupants de la tombe.

98Guaynep n’était sans doute qu’une dépendance de Chitomax. Les str. A-1 et A-2 constituent l’essentiel du centre cérémoniel, et l’on peut s’étonner qu’un site aussi modeste ait été choisi pour un ensemble funéraire aussi important.

Notes

1 Appelé Cerro Verde dans nos précédentes publications.

Table des illustrations

Titre Fig. 131 – Plan du site de Guaynep (J.P. Courau).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 132 La tombe de la str. A-2 vidée de son remblai. a/vue face au sud. b/vue face à l’ouest.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 133 – Plan et profil des str. A-1 et A-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Fig. 134 a/l’antichambre vue de la tombe, avec sa sépulture, b / le couloir d’accès à l’antichambre a été comblé. c/les sépultures superficielles de la str. A-1. d/la sépulture B/6 ; plus loin, les sépultures B/10, 13 et 16, superposées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 135 – Céramique du Classique ancien (?). a et b/bords de bols noirs épaissis ou à pastillas, c/vase tripode à décor incisé et pastilles “en grain en café”.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 136 Poteries communes : bol à offrande et jarre miniature.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 137 – Poteries des groupes Ruano et Río Negro. a, b, c/bol ouvert, bol fermé et bol à base annulaire Ruano. d, e, f/bols fermés et vase tripode à cannelures Río Negro.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 138 – a/vase tripode rouge hématite de l’antichambre, b/bol tripode brun à moulure basale (str. A-1). c/bol blanc rosé à fin décor incisé (tombe).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 139 – Encensoir à effigie trouvé dans le couloir entre les str. A-1 et A-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 140 – Objets de jade provenant de la tombe (a, b) et de la base du mur est de A-2 (c). Bol rouge tripode épiclassique ? (nord de la str. A-1).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8528/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search