Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

3ème Partie : Chitomax

Chapitre III. Conclusions sur Chitomax 1

Texte intégral

1À la suite de ces deux campagnes de fouilles, nous pouvons tenter de répondre aux principales interrogations que posait, dès la reconnaissance, ce centre cérémoniel original, et qui sont les suivantes : datation, rôles respectifs de la partie basse et de la partie haute, fonction du grand mur d’enceinte, enfin place de Chitomax dans l’ensemble des sites classiques de la vallée.

2Nous ne disposons, pour dater Chitomax, que de deux datations absolues, comprises toutes deux dans la période du Classique tardif. L’une (870 ap. J.C.) date le foyer de la structure A-6, foyer correspondant à la première occupation de cette petite plate-forme, qui en eut deux. L’autre datation (750 ap. J.C.) concerne le “temascal” de la str. A-15, qui fut elle aussi ultérieurement recouverte. Ces datations confirment ce qu’une première analyse de la céramique nous laissait supposer, à savoir que l’occupation principale du site date bien du Classique tardif.

3Mais Chitomax fut occupé dès le Préclassique. Aucune des constructions mises au jour – même celle de la str. A-14 – ne peut être datée avec certitude de cette période. Un niveau préclassique avec traces de sépultures existe sous la tombe de la str. A-16. Partout ailleurs, la proportion des tessons préclassiques dans le remblai des monticules est faible, allant de 1 à 10 %, sauf dans la str. A-13, la plus proche précisément de A-16.

4Nous avons fort peu de données sur la période du Protoclassique-Classique ancien : aucune sépulture, un matériel céramique rare et douteux (surtout présent dans A-10), enfin les 2 camahuiles de la cache du jeu de balle. Il est certain que le développement du centre cérémoniel ne date que du Classique tardif, mais il serait prématuré d’en conclure à un abandon préalable du site : le problème se pose dans les mêmes termes pour tous les sites de la vallée.

5On relève, à peu près dans toutes structures du centre, l’existence de deux phases de construction, toutes deux datées du Classique tardif. Au Classique terminal, les influences épiclassiques se manifestent, comme nous l’avons souligné, par le viol de la tombe principale, la mise en place du ciste au pied de la str. A-13b, et sans doute l’intégration des str. A-13 et A-16, formant désormais le côté droit du nouveau jeu de balle.

6Au Postclassique enfin, vers 1100-1200, le site est définitivement abandonné. Nous ne décelons à Chitomax 1 aucune trace d’occupation tardive, même superficielle comme à Chirramos, ou seulement funéraire – sous forme de dépôt d’urnes funéraires – comme à San Juan las Vegas et El Jocote. Les nouveaux arrivants ont délibérément délaissé la rive sud du Chixoy, malgré ses avantages, pour s’installer sur la rive opposée.

7En ce qui concerne la séparation très apparente entre partie basse et partie haute du site et la fonction différente que pouvaient remplir ces deux ensembles, il n’est pas douteux désormais que nous avons dans la partie basse, strictement délimitée par le mur d’enceinte, le centre cérémoniel proprement dit. Comme tous les centres jusqu’ici étudiés, celui de Chitomax comprend à la fois des constructions exclusivement cérémonielles (l’ensemble A-13-16, funéraire, le jeu de balle, les str. A-10 et A-14, elles aussi funéraires ? le petit autel central), et des structures d’habitation : A-9 et A-15, dont les occupants devaient avoir une fonction importante liée au centre cérémoniel : surveillance des entrées, rites cathartiques (bain de vapeur).

8Un fait notable à Chitomax est que les plates-formes des monticules, très étroites, ne pouvaient pas supporter de superstructure. Il n’y avait donc pas de pyramide-temple ; seule, la plate-forme A-13 supportait peut-être un temple en matériaux périssables construit au-dessus de la tombe cruciforme. Le fait est à rapprocher de ce que nous avons trouvé à Los Encuentros : il y avait dans ce centre un temple sur la pyramide principale, mais les plates-formes des str. A-2 (funéraire) et A-5 (jeu de balle) étaient extrêmement étroites et devaient simplement servir d’autels. Nous voyons en effet dans ces plates-formes longues et étroites des sortes d’autels où devaient se dérouler à l’air libre les cérémonies destinées au grand public, par contraste avec celles qui se déroulaient dans le secret des temples, réservées à la caste sacerdotale.

9Un autre élément intéressant, par sa forme et sa datation, est le terrain de jeu de balle. Il présente deux caractéristiques : ses extrémités ouvertes et la dissymétrie des structures encadrantes. Nous les retrouvons dans le jeu de balle de Los Encuentros, pour lequel nous émettions l’hypothèse qu’il s’agit là de traits épiclassiques (Ichon et Hatch 1982 : 43 et 93). Il semble bien qu’à Chitomax le jeu de balle soit lui aussi épiclassique ; l’architecture très particulière des banquettes, comme d’ailleurs les extrémités ouvertes et l’existence d’une cache centrale, se retrouvent cependant dès le Classique tardif, à Chirramos par exemple.

10Quant à la partie haute du site, les premières conclusions de Magda Urízar sur la nature cérémonielle de cet ensemble n’ont pas été confirmées. Il est certain que les petites plates-formes situées au premier niveau (A-3 à A-8) sont résidentielles. Le doute est permis néanmoins en ce qui concerne les deux structures les plus hautes. A-1 présente quelques traits nettement cérémoniels, – caissons latéraux, cache et autels sur la plate-forme – dont la présence dans une habitation noble ne peut cependant être exclue. Une autre possibilité est que les deux plates-formes jumelles A-1 et A-2 aient été réservées à la même famille régnante, l’une étant plus proprement résidentielle, l’autre plutôt réservée au culte domestique. Seule la fouille de A-2, qui n’a pas été entreprise, permettrait de trancher.

11Quoiqu’il en soit, il est certain que cet ensemble résidentiel jouissait d’un statut particulier : sa proximité du centre cérémoniel, son organisation très structurée, l’élaboration de ses deux plates-formes principales, le distinguent nettement des autres ensembles d’habitation tels que nous les avons décrits plus haut : ensembles flous, sans plan précis, sans hiérarchie apparente entre les structures qui les composent. La partie haute du centre cérémoniel de Chitomax était probablement destinée à abriter les principaux personnages et le personnel subalterne du centre.

12Nous disions plus haut que le choix de l’emplacement de Chitomax pouvait avoir obéi à des considérations défensives, mais que les facilités de défense fournies par les profondes quebradas encadrant le centre ne semblent pas avoir été exploitées comme elles auraient pu l’être. Le mur d’enceinte en particulier n’a pas été adapté au relief naturel et surtout, ouvert au sud, il laisse de ce côté une brèche indéfendable.

13Les fouilles réalisées en divers points du mur d’enceinte n’ont guère apporté d’éléments nouveaux ; il est partout très détruit, même à sa jonction avec la str. A-9, où nous pensions trouver une ouverture. Mieux conservé à l’est de part et d’autre de la plate-forme A-l5, nous avons pu noter qu’il est fait à cet endroit de deux murs de galets parallèles distants d’environ 1,50 m et peut-être doté d’un gradin vers l’extérieur. Il n’y avait pas, à l’est, d’ouverture permettant d’accéder à la place. Le mur fait corps avec la plate-forme A-l5 ancienne, c’est-à-dire qu’il date de la première phase de construction du Classique tardif. Compte tenu de son état de destruction, il n’est pas impossible qu’il ait été désaffecté ou démantelé durant la deuxième phase.

14Un point déterminant pour décider du caractère défensif du mur d’enceinte est sa hauteur ; malheureusement aucun élément ne nous permet de la calculer. On peut seulement constater que les amas de pierres provenant de son effondrement sont peu importants ; il ne devait pas dépasser au mieux 1,50 m de hauteur, ce qui est peu pour un ouvrage défensif (il est vrai qu’il pouvait être complété par une palissade).

15Enfin nous avons peu de raisons de penser qu’il existait dans la vallée au Classique tardif une situation de luttes intertribales justifiant une organisation défensive des centres. L’unique indice dans ce sens pourrait être la sépulture collective de San Juan las Vegas, mais nous avons dit à quel point son interprétation est délicate. Si tel avait été le cas, on devrait constater logiquement dans tous, ou du moins dans la plupart des sites un souci de défense marqué par le choix de l’emplacement, sinon par la construction d’ouvrages destinés à arrêter un adversaire éventuel. Or, la muraille de Chitomax est un cas unique.

16Il semble bien en définitive que le caractère défensif du mur d’enceinte de Chitomax ait été essentiellement symbolique : il s’agissait surtout d’isoler un espace sacré du monde profane extérieur. La partie supérieure du mur, assez large, pouvait en même temps servir de chaussée surélevée, sorte de déambulatoire, utilisé éventuellement comme tribune lors des grands rassemblements. Nous retrouvons là une idée émise pour la str. A-2 de Los Encuentros, dont les deux ailes auraient pu avoir une fonction analogue, outre le fait qu’elles contribuaient à la fermeture sur trois côtés de la place cérémonielle (op. cit. : 25).

17Dans notre échelle d’importance des sites au Classique tardif basée sur un certain nombre de critères évidents (nombre et dimensions des structures cérémonielles, existence d’un jeu de balle, types de sépultures, richesse des offrandes et du matériel en général, densité des ensembles résidentiels...), Chitomax 1 viendrait immédiatement après Los Encuentros, précédant Chirramos, San Juan las Vegas, El Jocote, Guaynep, etc. Si nous, pensons que Los Encuentros dominait la partie est de la vallée – la plus proche du barrage – marquée par les confluents des rios Carchelá, Salamá et Agua Fría avec le Chixoy, Chitomax pourrait être le centre recteur du secteur occidental s’étendant entre les confluents des rios Calá et Chicruz et celui du rio Chibalam, un peu en amont de Chirramos ; hypothèse appuyée par la position centrale de Chitomax, à égale distance des trois sites qui devaient en dépendre directement : Chirramos et El Jocote sur le Chixoy, San Juan las Vegas sur le Chicruz. La supériorité de Chitomax, à vrai dire peu marquée dans l’organisation de son centre cérémoniel (en dehors du trait original du mur d’enceinte), est révélée par l’importance de l’ensemble du jeu de balle et de sa tombe cruciforme, qui contenait des poteries très fines, certainement importées de la Alta Verapaz, contrastant avec celles, très communes, de la tombe de Chirramos par exemple.

18L’étude des complexes céramiques, qui présentent une grande uniformité dans cette partie de la vallée avec cependant des différences notables (par exemple l’existence ou l’absence des grands encensoirs à effigie de dieu solaire) devrait nous permettre de mieux comprendre le problème des relations entre les sites d’une même période, peut-être aussi de préciser ces périodes d’occupation que l’on a tendance à baser exclusivement sur quelques datations absolues qui sont toujours en nombre insuffisant et dont certaines sont douteuses.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search