Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

3ème Partie : Chitomax

Chapitre II. Le matériel

Texte intégral

1 – PRECLASSIQUE

1Si le matériel préclassique est relativement abondant à Chitomax, grâce surtout à la fouille des str. A-14 et A-16 où des niveaux préclassiques ont été mis au jour, nous ne disposons d’aucune pièce entière datant de cette période ; la sépulture de A-14 n’était accompagnée d’aucune offrande, et la sépulture la plus basse de A-10 (qui d’ailleurs n’avait pas de mobilier) est probablement encore classique.

2Les tessons appartiennent à des types déjà signalés dans les autres sites, en particulier à Los Encuentros (typologie établie par M. Hatch) et à Chirramos (voir ci-dessus).

3Trois statuettes féminines sont certainement préclassiques (fig. 112). Deux d’entre elles sont décorées de ponctuations ; les membres sont en moignons, surtout sur l’exemplaire c. Une statuette identique à l’exemplaire a, trouvée à La Lagunita dans un niveau daté, est du Préclassique tardif.

2-CLASSIQUE TARDIF

1. Céramique

a/ Groupe Ruano

4Ces poteries ont en commun un décor simple, rouge sur brun naturel, parfois brouillé par un polissage subséquent ; l’intérieur est mieux fini. Les formes sont peu variées : bols ouverts à moulure latérale ou basale, base plane, base annulaire ou tripodes ; vases cylindriques. Une variété présente un décor négatif.

5– Bol ouvert à base plane et moulure basale décorée de pastilles (fig. 113a). La forme de la base est exceptionnelle. La moulure basale est décorée de 2 pastilles allongées. Le décor se limite à une bande rouge sur le bord intérieur et extérieur. Diam. = 22,3 cm, h = 6,2 cm.

Fig. 112 – Statuettes préclassiques.

Fig. 112 – Statuettes préclassiques.

Fig. 113 Poteries du groupe Ruano. a, b, c/bols à fond plat ou à base annulaire. d/bol tripode à décor négatif. e, f/vases cylindriques (le décor de f est négatif). g/bol à fond plat et cannelures.

Fig. 113 Poteries du groupe Ruano. a, b, c/bols à fond plat ou à base annulaire. d/bol tripode à décor négatif. e, f/vases cylindriques (le décor de f est négatif). g/bol à fond plat et cannelures.

6– Grand bol ouvert à base annulaire (fig. 113b). Forme et dimension sont peu courantes. Il n’y a pas de moulure basale ; la surface est entièrement polie, avec de nombreuses taches de feu, et une unique bande rouge sur le bord extérieur. Diam. = 22,3 cm, h = 9,1 cm.

7– Bol ouvert à base annulaire et moulure basale. Ce type est plus commun, représenté à Chitomax par une douzaine de pièces plus ou moins entières. Forme et dimensions sont très voisines, les différences venant surtout de l’emplacement de la moulure, en général haut placée, et du décor rouge, souvent réduit à une bande sur le bord (intérieur et extérieur) mais qui peut être plus élaboré, comme dans le cas de la poterie de la fig. 113c. Sur ce bol, provenant de l’une des sépultures de la str. A-10, la moulure basale porte une série d’encoches cunéiformes, et des bandes rouges verticales allant du bord à la moulure couvrent l’extérieur.

8Pour une douzaine d’exemplaires, les dimensions moyennes sont les suivantes :

  • diam. = 18,3 cm (de 16 a 20).

  • h. = 8 cm (de 7,1 à 9,1 cm.).

9– Bols tripodes.

10Nous disposons de 2 exemplaires assez différents.

11– Sur le bol D/1 (non illustré), il n’existe pas de moulure basale : elle est remplacée par une série d’incisions verticales faites par une pointe mousse dans l’argile molle. Les 3 supports coniques sont creux et le décor rouge couvre le bord – intérieur et extérieur – et tout le fond intérieur.

12Diam. = 17,4 cm, h. = 7,3 cm.

13– L’exemplaire B/4 (fig. 113d) provient d’une sépulture de A-10. Les supports sont pleins et il n’y a ni moulure basale, ni incisions. Le décor rouge sur le bord et le fond intérieur délimite une zone décorée, selon une technique négative, de motifs en X et de bandes verticales noires (ou plutôt grises) sur le fond brun naturel.

14Diam. = 18 cm, h. = 7,1 cm.

15– Vases Cylindriques.

16Nous décrivons les 2 exemplaires les plus représentatifs. Le vase A/13 (fig. 113e3 a des parois strictement verticales et un bord direct. Le décor rouge à fines inclusions micacées couvre presque toute la surface extérieure, et le bord intérieur.

17Diam. = 13,1 cm, h. = 12,1 cm.

18Dans le vase B/3 (fig. 113f), provenant encore d’une sépulture de A-10, le bord est légèrement éversé ; la base convexe. Les bandes rouges délimitent à l’extérieur 3 panneaux décorés en négatif d’une croix de Saint-André, avec un rond rouge entre chaque branche.

19Diam. = 11,4 cm, h. = 14,2 cm.

20– Bol fermé à cannelures verticales (fig. 113g).

21Cet exemplaire unique est un type intermédiaire entre les groupes Ruano (dont il a la pâte et le décor rouge sur bun) et le groupe Río Negro (dont il a la forme et le décor en cannelures).

22Le fond est déprimé, mais non concave, le bord légèrement rentrant. À l’extérieur, 2 bandes rouges horizontales délimitent une zone décorée de cannelures verticales peu marquées.

23Diam. – 14,7 cm, h. = 9,5 cm.

b/ Groupe Río Negro

24Cet ensemble de poteries à surface brun-noir polie et décor uniquement plastique, n’est que faiblement représenté à Chitomax, alors qu’il constitue à Chirramos l’essentiel des offrandes de la grande tombe.

25Nous n’avons pas jugé utile d’illustrer les 2 poteries décrites ci-dessous car elles sont identiques à des exemplaires de Chirramos (fig. 83b et a).

26La poterie G/1, provenant de la plate-forme de la str. A-1, est un bol à base légèrement concave, à parois subverticales, comparable au bol de la fig. 98b, mais sans les pastilles de ce dernier. Le décor comprend deux zones de fines cannelures verticales séparées par une bande non décorée.

27Diam. = 13 cm, h. = 9,9 cm.

28L’exemplaire F/1, trouvé presque en surface dans la str. A-14, est très semblable au bol de la fig. 83a. avec au milieu de la paroi une bande circonférentielle en relief et imperceptiblement concave, et une série de cannelures verticales entre cette bande et le bord. La base est légèrement enfoncée, formant une dépression centrale circulaire assez régulière. Cette pièce est d’un beau poli, couleur acajou.

29Diam. = 14,5 cm, h. = 10,1 cm.

30Les autres exemplaires, moins complets, combinent différents modes de décor plastique : rainures horizontales, cannelures verticales, cupules, et pastilles appliquées.

c/ Type brun poli à décor d’incisions profondes

31Ce type, qui reste à définir, comprend apparemment des bols tripodes et des vases cylindriques. La surface est engobée de brun à noir et très bien polie ; le décor géométrique est fait par incisions larges et profondes dans l’argile à demi sèche.

32Nous avons à Chitomax les fragments de 2 bols incomplets, de forme voisine. L’un (fig. 114a) était doté de supports creux ; le raccord base-paroi est légèrement caréné. Le décor est une simple ligne ondulée entre deux rainures horizontales.

33Diam. = 17 cm.

34L’autre exemplaire, un unique tesson (fig. 114b) n’est pas caréné. Des lignes profondément incisées délimitent des zones décorées de lignes en étoile.

35Diam. = 20 cm.

36Les deux autres exemplaires de la fig. 114 viennent de Guaynep.

Fig. 114 Céramique de type brun poli à décor d’incisions profondes, a et b/Chitomax. c et d/Guaynep.

Fig. 114 Céramique de type brun poli à décor d’incisions profondes, a et b/Chitomax. c et d/Guaynep.

Fig. 115 – Poteries importées de l’Alta Verapaz. a/petit bol brun décoré de pastilles. b/vase cylindrique rouge et brun incise.

Fig. 115 – Poteries importées de l’Alta Verapaz. a/petit bol brun décoré de pastilles. b/vase cylindrique rouge et brun incise.

d/ Bols ou vases de l’Alta Verapaz

37Le petit bol brun de la fig. 115a pourrait être rattaché au groupe Río Negro. Le décor extérieur est fait de 2 rainures horizontales et de petites pastilles serrées formant une bande et, plus bas, des groupes de 3 pastilles en triangle.

38Le diamètre est de 8 cm.

39Le vase cylindrique D/2 (fig. 115b) pourrait bien être, lui, du type Ruano à décor rouge sur brun naturel, complété ici par des zones d’incisions horizontales, verticales ou obliques.

40Le bol de la fig. 116a, provenant de la tombe cruciforme, est certainement importé. Ce type blanc poli finement incisé correspond au Nitro Blanc Incisé défini par M.C. Arnauld pour la Verapaz (1983) et au Crème sur brun mikado incisé, type b de Chipoc, Alta Verapaz (R.E. Smith 1952 : fig. 15g-m). Le fond est très légèrement concave, les parois régulièrement convexes, le bord direct. Le bol est entièrement engobé d’un blanc grisé très bien poli. Le décor incisé représente une frise de personnages accroupis, une main posée sur le sol, l’autre tendue en avant, paume vers le haut ; la facture est très libre et le manque de place pour caser le dernier des 5 personnages, par ailleurs identiques, a obligé l’artiste à modifier quelques détails : position de la main, absence de panache dans la coiffure.

41Le diam. maximum est de 15,9 cm, la hauteur de 11,8 cm.

42Le très beau bol orange de la fig. 116b provient du centre de la str. A-13. L’engobe, bien poli, va de l’orange au blanc grisé. Le décor incisé et excisé, dans la partie supérieure, est limité par deux lignes incisées circonférentielles ; il représente un monstre bicéphale, motif répété deux fois de telle sorte que les gueules semblent s’affronter. Le décor plastique est à 3 niveaux : champlevé entre les motifs, incisions profondes pour les détails du corps et des ornements, incisions très fines pour les détails de “remplissage” : quadrillés, cercles, plumes, etc. Sur l’un des côtés, deux perforations coniques signalent une réparation ancienne. Il y a sur la base un motif incisé de trèfle à 4 feuilles (kin? ).

43Cette pièce exceptionnelle est à rapprocher de deux poteries trouvées à La Lagunita dans la tombe au sarcophage (Ichon 1977 : 17), qui date du Classique ancien ou moyen ; l’une représente une tête de mort, l’autre deux singes.

44Dimensions du bol de Chitomax :

45diam. = 14 cm, h. = 9,3 cm.,

46épaisseur des parois = 0,3 cm.

e/ Poteries miniatures

47Ces deux poteries proviennent de la fouille centrale de A-13.

48La première, D/8 (fig. 117a) est un petit bol tripode à rebord basal, parois verticales et base convexe. Les 3 supports pleins sont triangulaires et aplatis. La poterie est brun naturel non polie, de forme irrégulière.

49Diam. ouverture =7,8 cm, h. = 8 cm.

50La seconde (fig. 117b) est une petite jarre à 2 anses extérieurement engobée d’orange et décorée de 2 rangées de 3 pastilles sur chaque face. Elle contenait une offrande de perles de pierre verte.

51Diam. ouverture = 5,1 cm, h. = 8 cm.

f/ Polychromes

52Chitomax est l’un des sites les plus riches en céramique polychrome certainement importée (de l’Alta Verapaz ou du Petén) ; richesse toute relative car il ne s’agit que de tessons, ou au mieux de pièces très incomplètes. Nous avons pu reconstituer le décor du petit vase-gobelet A/1 provenant des déblais de la str. A-10 (fig. 116c). Sur l’engobe orange (5YR-7/6), le décor rouge cerné de noir comporte une frise de motifs circulaires et en X et, plus bas, dans un cadre ovale, la croix de Saint-André dont les branches sont faites de lignes noires limitant des cercles rouges.

53Diam. = 12 cm.

g/ Encensoirs

Encensoirs à manche

54Les formes sont les mêmes que celles de San Juan las Vegas (fig. 41b et c) : manche terminé par une main, boucle décorée d’une tête d’oiseau. Le manche terminé en crochet n’existe pas ici. Nous avons en outre un type non signalé dans les autres sites : un bol ouvert très fruste à bord éversé, manche cylindrique plein (fig. 119).

55Diam = 20,1 cm, h. = 7,2 cm.

Grands encensoirs à dents

56Les restes de ce type d’encensoir sont peu abondants à Chitomax. Signalons seulement 2 exemplaires non trouvés ailleurs :

  • un grand encensoir à piédestal (fig. 118a) dont seul est conservé l’élément supérieur, un bol en calotte très ouvert. Le bord épaissi et le raccord du piédestal sont décorés de pastilles et peints en rouge. Le bol porte une seule rangée d’“épines” coniques. Le piédestal était peint en noir.

  • un couvercle d’encensoir à dents (fig. 119b) rappelle celui du temple de la str. A-5 à El Jocote (Ichon et Grignon 1981 : 86, fig. 100b), bien que celui-ci ne soit pas doté d’une anse.

  • enfin, dans la cache centrale du jeu de balle, l’encensoir H/2 en forme de jaguar associe le corps de l’animal, représenté entier, et un bol encensoir commun, à bord festonné, portant 2 rangées de 10 dents ; ce bol contenait l’offrande de camahuiles et d’objets de parure. Le corps de l’encensoir est un cylindre creux ouvert vers le bas, qui supporte les détails, anatomiques et vestimentaires, de l’animal : tête, membres, queue, collerette et jupe. Les avant-bras reposent sur le bord du bol, les pattes à 4 griffes tendues vers l’avant. Deux ornements en S, sans doute des ornements d’oreille, ont été trouvés dans le fond de la cache.

Fig. 116 – Poteries probablement importées. a/bol blanc incisé de type Mikado. b/bol orange à décor incisé-excisé. c/bol polychrome.

Fig. 116 – Poteries probablement importées. a/bol blanc incisé de type Mikado. b/bol orange à décor incisé-excisé. c/bol polychrome.

Fig. 117 Poteries miniatures. La petite jarre b contient une offrande de perles de pierre verte (c).

Fig. 117 Poteries miniatures. La petite jarre b contient une offrande de perles de pierre verte (c).

Fig. 118 – Grands encensoirs de la tombe de la str. A-16. a/à dents. b/à décor appliqué représentant des yeux.

Fig. 118 – Grands encensoirs de la tombe de la str. A-16. a/à dents. b/à décor appliqué représentant des yeux.

Fig. 119 – Encensoirs. a/à manche. b/couvercle d’encensoir à dents. c/bol décoré de cupules “en dominos”.

Fig. 119 – Encensoirs. a/à manche. b/couvercle d’encensoir à dents. c/bol décoré de cupules “en dominos”.

Fig. 120 – Encensoirs à effigie, a/cache centrale du jeu de balle, b/éléments phytomorphes du décor : feuilles et fruit de cacao.

Fig. 120 – Encensoirs à effigie, a/cache centrale du jeu de balle, b/éléments phytomorphes du décor : feuilles et fruit de cacao.

57La hauteur totale de l’encensoir est de 42,5 cm, sa largeur maximale (avec le bol) de 30 cm. Il y a des traces de peinture rouge, blanche, noire et jaune, comme nous l’avons signalé plus haut.

58L’encensoir-jaguar du jeu de balle n’était pas unique à Chitomax : nous avons trouvé dans le remblai de la str. A-13 des oreilles ayant appartenu à deux encensoirs, et dans l’avancée de A-10 un fragment de “masque” de jaguar, de style différent il est vrai (fig. 122c).

Fig. 121 – Grand encensoir à effigie de dieu solaire (str. A-14).

Fig. 121 – Grand encensoir à effigie de dieu solaire (str. A-14).

Grands encensoirs à effigie humaine

59Le seul encensoir de ce type, presque complet, provient des déblais de la str. A-14, sur sa face ouest, donc au pied de l’escalier ; cet objet a dû tomber de la plate-forme avant d’être recouvert par l’effondrement de la partie haute de la substructure.

60L’effigie du dieu solaire a pu être reconstituée (fig. 121). L’encensoir est en sablier ; le diamètre de la base est de 36 cm, la hauteur totale devait être proche de 45 cm. L’effigie du dieu barbu, représenté en buste, porte les attributs habituels de la déité solaire ; les avant-bras semblent reposer sur une sorte de table d’où pendent B (ou 10 ?) excroissances, l’ensemble rappelant étrangement l’instrument national guatémaltèque, la marimba de tecomates (il n’est évidemment pas question de chercher à cet instrument, descendant du balafon africain, une origine si ancienne). Un autre fragment d’encensoir trouvé dans les mêmes déblais appartient à un personnage vêtu de la cape ; la position des mains est la même sur les 2 encensoirs, doigts repliés et pouce tendu verticalement, paume vers la poitrine.

61Des fragments de ces encensoirs à effigie ont été trouvés un peu partout sur le site, y compris dans le remblai de plusieurs structures d’habitation. Nous illustrons sur la fig. 122 deux de ces masques ; le premier a les caractéristiques habituelles du dieu solaire (sans toutefois les énormes sourcils), tandis que le second est au contraire doté de sourcils hypertrophiés se terminant vers le haut par une sorte de feston qui rappelle les sourcils “en flammes” des représentations olmèques.

62L’existence d’un autre type d’encensoir est indiquée par de grands fragments provenant de la tombe cruciforme ; ils permettent de reconstituer un grand bol ouvert, qui reposait probablement sur un piédestal. Le bord est festonné ; l’effigie habituelle est remplacée par un décor de filets et de pastilles appliqués représentant deux yeux entourés de demi-cercles concentriques (fig. 118b).

63Signalons encore – mais il ne s’agit plus d’un encensoir – ce bord éversé qui porte des groupes de profondes ponctuations formant une série continue : 3-4-3-4... etc. évoquant notre jeu de domino (fig. 119c).

Fig. 122 Fragments d’encensoirs -à effigie humaine (a) ou animale (b, c).

Fig. 122 Fragments d’encensoirs -à effigie humaine (a) ou animale (b, c).

h/ Figurines

64Les 3 exemplaires de la fig. 123 sont très différents. La première figurine représente certainement un personnage important d’après sa coiffure, ses ornements d’oreille et son expression hiératique ; les 3 évidements sur le front étaient peut-être destinés à contenir des incrustations. Il est possible que cette figurine ait été faite au moule, mais son degré d’érosion ne permet pas d’en être sûr.

65Les deux autres sont des créatures zoomorphes ou anthropo-zoomorphes difficiles à identifier. Elles sont modelées.

i/ Artefacts

66– Deux hochets en forme de phallus, entiers, ont été découverts sur la face ouest de la str. A-14 ; ils sont identiques (fig. 123a). Le manche est plein ; près de l’extrémité, deux cavités, qui ne se rejoignent pas, permettaient d’y insérer un système de suspension. La partie cylindrique creuse est fendue longitudinalement et porte des incisions parallèles ; elle contient 4 billes d’argile. L’extrémité conique, pleine, représente de façon réaliste le prépuce. L’argile brune est laissée brute en surface, avec des taches de feu. La longueur de l’objet est de 24 cm.

67– Du caisson oriental de la str. A-13 proviennent les 12 statuettes d’oiseaux aux ailes déployées, dotées d’un long cou, et systématiquement décapitées (fig. 123b et c). Le corps a été évidé au doigt ; il s’appuie sur une queue courte, rectangulaire. Certains exemplaires portent sur le cou une sorte de jabot en relief. L’argile brune est irrégulièrement engobée de rouge ; la facture est sommaire, surtout sur les exemplaires les plus petits. La hauteur varie de 9,5 à 13,2 cm. Un fragment d’aile, qui n’appartient à aucun des 12 exemplaires, prouve que ces objets énigmatiques étaient au nombre de 13.

68– La fig. 124 illustre divers petits objets : ornement d’oreille (trouvé in situ sur le squelette B/8 de la str. A-10) ; éléments de collier sphériques perforés ; petit disque d’argile brun clair dont une seule face est polie ; autre fragment de disque, à perforation centrale ; objet non identifié de forme tronconique, plein ; enfin, classé par erreur dans le matériel de Chirramos (fig. 86d), un bord de bol sans doute réutilisé comme- “jeton” : l’une des faces porte 4 trous disposés en carré.

2. Pierre

69Parmi les objets d’utilisation domestique, signalons seulement un demi-anneau de pierre (conglomérat ?) très pesant, de 12 cm de diamètre ; et un disque de rhyolite portant sur chaque face une cupule de dimension différente, qui servait peut-être de casse-noix. Son diamètre est de 7,2 cm (fig. 125a).

70La petite sculpture zoomorphe de basalte (fig. 125b) provient de la str A-8, et la barquette de pierre ponce du caisson de A-1.

71Les 2 camahuiles associés au jaguar du jeu de balle (fig. 126) sont de schiste. Ils représentent sur deux dimensions – les objets sont minces et le dos n’est pas décoré – des personnages stylisés, les bras pliés sur la poitrine, les mains jointes. Le plus grand (l= 16,2 cm) porte un vêtement relativement élaboré ; sur le plus petit (10,9 cm), le seul détail vestimentaire est la ceinture ; les jambes sont indiquées, comme il est habituel sur ce genre d’objet, par une incision en Y.

Fig. 123 – Objets de céramique, a/hochets ityphalliques (str. A-14). b/statuettes d’oiseaux acéphales (str. A-13). d/figurines du Classique tardif.

Fig. 123 – Objets de céramique, a/hochets ityphalliques (str. A-14). b/statuettes d’oiseaux acéphales (str. A-13). d/figurines du Classique tardif.

Fig. 124 – Objets d’argile. a et b/disques. c/ornement d’oreille. d, e/éléments de collier. f/non identifié.

Fig. 124 – Objets d’argile. a et b/disques. c/ornement d’oreille. d, e/éléments de collier. f/non identifié.

Fig. 125 – Petits objets de pierre : cassenoix (?), statuette zoomorphe, pierre ponce taillée.

Fig. 125 – Petits objets de pierre : cassenoix (?), statuette zoomorphe, pierre ponce taillée.

Fig. 126 – Les deux camahuiles de l’encensoir-jaguar du jeu de balle.

Fig. 126 – Les deux camahuiles de l’encensoir-jaguar du jeu de balle.

– Objets de silex

72Nous disposons seulement de 2 objets (fig. 127a, b) :

  1. une grande pointe de silex jaune à brun veiné, trouvée dans une cache de la str. A-13 ; le talon est très long, le corps en triangle allongé, de section triangulaire ; la pointe manque. Les retouches sont unifaciales, sauf sur l’extrémité du talon. La longueur est de 20,2 cm.

  2. la partie centrale d’un couteau de silex brun à retouches bifaciales trouvée dans les déblais du jeu de balle.

– Objets d’obsidienne (fig. 127c, d, e)

73Une très fine lame entièrement translucide est représentative des nombreuses lames provenant de la tombe A-16. Sa longueur est de 7,5 cm.

Fig. 127 – Grandes pointes de silex (a, b), lame et grands couteaux d’obsidienne (c, e).

Fig. 127 – Grandes pointes de silex (a, b), lame et grands couteaux d’obsidienne (c, e).

Fig. 128 – Plaques d’ardoise (?), rectangulaire (a) ou circulaire (b), avec biseaux d’assemblage (c, d).

Fig. 128 – Plaques d’ardoise (?), rectangulaire (a) ou circulaire (b), avec biseaux d’assemblage (c, d).

74Sur le couteau d’obsidienne noire veinée de la fig. 127d, les bords ne sont pas retouchés : il s’agit d’une grande lame, dont le bulbe a été partiellement enlevé par une seule retouche.

75Le couteau de la fig. 127e utilise aussi une grande lame en aménageant les côtés et la pointe par de fines retouches unifaciales ; le bulbe est abattu. 1 = 17,6 cm.

76Trois autres grands couteaux d’obsidienne proviennent de la str A-13. L’un est une lame non retouchée analogue à la pièce d ; les deux autres, à retouches unifaciales, sont à rapprocher de la pièce e, avec des longueurs de 15,8 cm, 17 cm et 22,5 cm.

– Plaques d’ardoise (?) (peut-être incrustées de pyrite ?)

77Ces objets, très fragmentaires, proviennent des str. A-10, 13, 14, 16 (tombe) et de l’autel A-17, soit au total une douzaine de fragments. La plupart sont des disques circulaires, de pierre grise (ardoise ?), de 9 à 12 cm de diamètre, perforés ou non près du bord. Plusieurs sont taillés en biseau (fig. 128b, c, d) sans doute pour permettre d’adapter deux demi-plaques ; l’un des exemplaires a même deux biseaux opposés (fig. 128c). Une seule plaque était de forme carrée ou rectangulaire, avec un bord biseauté et une perforation dans l’angle (fig. 128a).

78Aucun des exemplaires ne porte de traces de stuc ou de pyrite ; aucune plaquette polyédrique de pyrite n’a d’ailleurs été trouvée à Chitomax.

– Objets de parure en pierre verte

79La plupart de ces éléments de collier (perles, pendentifs), de pierre verte – jade, zoïsite ou autre – souvent brisés, proviennent de caches ou de sépultures : cache G (plate-forme de A-1), jarre miniature de A-13, grande tombe de A-16, sépulture de A-12. Les formes sont variées, les objets entiers rares et de qualité médiocre.

3. Coquillage

80Les deux seuls objets de coquillage proviennent de la plate-forme de A-13 (est) et de la tombe de A-16 : une plaquette rectangulaire de spondyle, et un pendentif simple à deux perforations, incomplet.

Fig. 129 – Petite jarre “Tohil Plombé” du ciste de A-13.

Fig. 129 – Petite jarre “Tohil Plombé” du ciste de A-13.

3- EPICLASSIQUE

81L’unique objet attribuable à cette période est la petite jarre de type Tohil Plombé qui accompagnait l’occupant du ciste de la str. A-13 tardive (fig. 129). Elle contenait les os d’un raton laveur.

82La base est concave, le raccord du col et de la panse marqué par une sorte de collier épaissi. La moitié de la poterie est d’un rouge mat (2.5YR-6/3 : light red), l’autre est couleur de plomb, à reflets, métalliques.

83Diam. max. = 15,3 cm, h. = 16,6 cm.

Table des illustrations

Titre Fig. 112 – Statuettes préclassiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 113 Poteries du groupe Ruano. a, b, c/bols à fond plat ou à base annulaire. d/bol tripode à décor négatif. e, f/vases cylindriques (le décor de f est négatif). g/bol à fond plat et cannelures.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 114 Céramique de type brun poli à décor d’incisions profondes, a et b/Chitomax. c et d/Guaynep.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 115 – Poteries importées de l’Alta Verapaz. a/petit bol brun décoré de pastilles. b/vase cylindrique rouge et brun incise.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 116 – Poteries probablement importées. a/bol blanc incisé de type Mikado. b/bol orange à décor incisé-excisé. c/bol polychrome.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 117 Poteries miniatures. La petite jarre b contient une offrande de perles de pierre verte (c).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 118 – Grands encensoirs de la tombe de la str. A-16. a/à dents. b/à décor appliqué représentant des yeux.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 119 – Encensoirs. a/à manche. b/couvercle d’encensoir à dents. c/bol décoré de cupules “en dominos”.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 120 – Encensoirs à effigie, a/cache centrale du jeu de balle, b/éléments phytomorphes du décor : feuilles et fruit de cacao.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 121 – Grand encensoir à effigie de dieu solaire (str. A-14).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 122 Fragments d’encensoirs -à effigie humaine (a) ou animale (b, c).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 123 – Objets de céramique, a/hochets ityphalliques (str. A-14). b/statuettes d’oiseaux acéphales (str. A-13). d/figurines du Classique tardif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 124 – Objets d’argile. a et b/disques. c/ornement d’oreille. d, e/éléments de collier. f/non identifié.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 125 – Petits objets de pierre : cassenoix (?), statuette zoomorphe, pierre ponce taillée.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 126 – Les deux camahuiles de l’encensoir-jaguar du jeu de balle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 127 – Grandes pointes de silex (a, b), lame et grands couteaux d’obsidienne (c, e).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 128 – Plaques d’ardoise (?), rectangulaire (a) ou circulaire (b), avec biseaux d’assemblage (c, d).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 129 – Petite jarre “Tohil Plombé” du ciste de A-13.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8508/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search