Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

2ème Partie : Chirramos

Chapitre IV. Conclusions sur le site de Chirramos

Texte intégral

1Les deux objectifs que nous étions assignés en entreprenant la fouille de Chirramos ont été partiellement atteints : nous avons confirmé l’existence d’une phase d’occupation au Classique ancien, sans pour autant réunir tous les éléments nécessaires à une bonne définition de cette période. Nous avons aussi confirmé l’abandon total du centre cérémoniel et de toute la rive sud au Postclassique, sous réserve cependant d’une très faible réutilisation de certaines structures secondaires au niveau de l’habitat domestique.

2En ce qui concerne notre préoccupation principale, à savoir une occupation continue du site du Préclassique au Postclassique, nos travaux ont révélé que Chirramos a été occupé dès le début du Préclassique moyen. La date de 730 av. J.C. est la plus ancienne que nous ayons obtenue en 10 ans de fouilles dans les hautes terres ; elle précède d’un siècle la datation de San Andrés Sajcabajá, El Quiché (650 av. J.C.).

3Cette occupation se poursuit au Préclassique tardif, comme le prouve la datation des débris domestiques contenus dans le remblai de la str. A-6 : 160 av. J.C. Elle était assez dense si l’on en croit le pourcentage des tessons récoltés tant dans le groupe A de Chirramos que dans le groupe A de Chiubub : pour le remblai des structures du centre cérémoniel, ce pourcentage va de 50 % (str. A-3, A-7 et A-8) à 67 % dans le jeu de balle et à plus de 90 % dans les str. A-2, A-6 et A-9. Seule la pyramide principale ne contient pas de préclassique, ce qui n’est pas pour surprendre étant donné la nature du remblaiement à base de, pierre ponce.

4Nous pensons que la str. A-2 existait déjà au Préclassique, soit sous forme d’une plate-forme d’habitation, haute d’environ 70 cm, soit comme une substructure déjà plus importante, dépassant 2 m de hauteur, et réservée sans doute soit au culte, soit à la demeure d’un membre de l’élite.

5La datation de 210 ap. J.C. obtenue dans la str. A-6 nous paraît concerner la sépulture mise au jour au niveau – 100, qui, d’après son mobilier, est protoclassique. Toutefois, nos fouilles dans la région voisine d’El Quiché, en particulier dans le site-clé de La Lagunita, ont montré qu’il est très difficile de distinguer chronologiquement, dans cette région des hautes terres, le Protoclassique du Classique ancien : les formes les plus typiques de ce complexe céramique, en particulier les fameux supports mammiformes, se maintiennent sans changement notable durant le Classique ancien et même moyen. La “grotte aux offrandes” de La Lagunita qui est datée de 400 ap. J.C., contenait 19 bols tétrapodes mammiformes, entre autres poteries de type protoclassique (Ichon 1977 : 15).

6Il faut souligner que Chirramos est, parmi les sites que nous avons fouillés jusqu’ici dans la vallée du Chixoy, le premier à nous donner à la fois une sépulture à mobilier protoclassique et un matériel céramique non funéraire attribuable au complexe protoclassique-classique ancien : ce dernier apparaît un peu partout dans le site, y compris dans les ensembles d’habitat. En effet, si nous avons mis au jour une sépulture protoclassique à Chicruz (sous la structure principale postclassique) et plusieurs à Los Encuentros dans la pyramide A-2, le premier site n’a fourni par ailleurs aucun matériel datable du Classique ancien, et à Los Encuentros, selon les conclusions de Marion Hatch, “a well-developed Early Classic, or Middle Classic, is absent” (Ichon et Hatch 1982 : 97).

7Aucune des structures du centre cérémoniel classique ne peut cependant être attribuée avec certitude au Classique ancien, sauf la str. A-8 dans sa première phase. Les vestiges de cette période sont nettement plus abondants dans la partie nord-ouest du site : str. A-6 (sépulture), A-7 et nord du groupe B.

8Bien qu’au total la proportion du matériel céramique que nous rattachons, peut-être abusivement, au Classique ancien, soit faible, on ne peut douter cependant de la continuité de l’occupation à Chirramos : nous avons ici pour la première fois une séquence, apparemment sans hiatus, dont le début et la fin sont marqués par des natations absolues : 730 av. J.C. (Préclassique moyen), 840 ap. J.C. (Classique tardif).

9Par contre, Chirramos n’a livré aucun vestige d’une phase épiclassique, qui aurait précédé l’abandon du site et son transfert sur l’autre rive du Chixoy : aucune sépulture, aucun tesson dans les déblais. La seule preuve, indirecte, d’une activité épiclassique serait le viol de la tombe 2 ; il est cependant curieux que la tombe principale n’ait pas été touchée – peut-être parce qu’elle était déjà scellée par l’effondrement du toit. Il ne semble pas, par ailleurs, que le centre cérémoniel, y compris le jeu de balle, ait subi au Classique terminal la moindre modification architecturale.

10C’est au Classique tardif que Chirramos connaît son développement maximum. Nos fouilles ont prouvé que, sauf exception (A-2 et A-8), les structures du centre cérémoniel ont atteint en une seule fois leurs dimensions définitives, bien que certaines aient dû subir quelques remaniements (la str. A-1).

11Le centre civico-religieux comprend plusieurs édifices entourant une place. Au nord et au sud se font face deux constructions funéraires abritant chacune une tombe importante, et supportant sans doute une superstructure religieuse. La plus petite, A-3, semble associée à la str. A-2, qui, par ses dimensions, évoque la “maison longue” à caractère civique ou administratif qui apparaît au Classique terminal (par exemple à Los Encuentros), avec certaines des caractéristiques des “maisons longues” ou des “maisons du conseil” ultérieures. Cette relation étroite des structures A-2 et A-3 pourrait marquer spatialement une certaine répartition des autorités politique et religieuse, cette dernière ayant la primauté si l’on en juge par l’importance relative des tombes.

12La dernière structure cérémonielle est le jeu de balle ouvert, à l’ouest de la place.

13Malgré une certaine irrégularité dans l’orientation, le plan d’ensemble du centre cérémoniel est donc assez net : temple principal au nord de la place, structure administrative à l’est, temple secondaire au sud, jeu de balle à l’ouest. L’implantation un peu fantaisiste de ces structures distingue Chirramos des autres centres contemporains comme Los Encuentros ou San Juan las Vegas ; elle est comparable à celle de Chitomax, qui est aussi le centre classique le plus proche, à 6 km seulement en aval.

14Les autres structures fouillées – sauf A-8 qui était peut-être un autel ? – sont visiblement des plates-formes d’habitation ; elles devaient supporter, au moins A-6 et A-9, les demeures des personnages les plus hauts dans la hiérarchie.

15Chirramos est en définitive, au Classique tardif, un petit centre civico-religieux qui dépend sans doute de Chitomax. Son statut secondaire est révélé tant par son architecture médiocre que par la pauvreté de son matériel funéraire, la piètre qualité de la céramique en général, et l’absence presque complète de poteries cérémonielles importées. Les vestiges des plates-formes d’habitation qui ont résisté au temps n’indiquent pas, d’autre part, une population numériquement très importante comparable à celle de Chitomax par exemple.

  • 1 Sauf peut-être toutefois Los Tapezcos (municipio de Canillá, El Quiche).

16Pour nous, l’importance de Chirramos vient d’ailleurs : en remontant le cours du Chixoy, il est le dernier site classique de la vallée, au-delà duquel on ne trouve plus jusqu’à Sacapulas, c’est à-dire sur plus de 50 km, aucun centre cérémoniel classique1. Il doit marquer, à ce titre, une limite culturelle, que nous tenterons de définir dans nos conclusions sur l’occupation de la vallée au Classique tardif.

17Le centre de Chirramos, avec ses ensembles d’habitation au sud du fleuve, a été abandonné à la fin du Classique. L’existence d’un site postclassique, La Capilla (de Chirramos) sur l’autre rive du fleuve et à 1 km en aval, avait été signalée par l’équipe de reconnaissance ; elle respecte la règle de réimplantation des centres tardifs à quelque distance des centres classiques qui les ont précédés, règle que nous avons maintes fois vérifiées dans la vallée, encore qu’il y ait des exceptions (El Jocote, Chicruz).

18On ne note, dans le groupe A de Chirramos, aucune trace d’activité rituelle postclassique comme celle relevée à San Juan las Vegas sous forme d’urnes à crémation enterrées dans la pyramide principale ; les tessons postclassiques, très rares, ne prouvent nullement une réoccupation du site, sauf peut-être pour la petite structure A-8, qui aurait été réutilisée comme habitation. Les vestiges postclassiques ne sont pas plus abondants dans les groupes d’habitation. Il est visible que la rive sud du Chixoy a été complètement délaissée au profit de la rive nord, où ont été occupées non seulement les terrasses planes – le groupe A de la Capilla – mais aussi une hauteur donnant des vues très dégagées sur la vallée, le groupe B, ce qui indiquerait certaines préoccupations tactiques. Cette implantation nouvelle, comme le dispositif par petits ensembles civico-religieux similaires mais nettement séparés, reflètent évidemment une conception nouvelle de l’organisation de l’espace et une structure sociale entièrement différente.

Notes

1 Sauf peut-être toutefois Los Tapezcos (municipio de Canillá, El Quiche).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search