Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

2ème Partie : Chirramos

Chapitre III. Le matériel

Texte intégral

1 – PRECLASSIQUE

1Avec 3.675 tessons pour le centre cérémoniel et 270 pour les groupes d’habitat, le matériel préclassique représente environ la moitié des tessons qui ont pu être datés. Le Préclassique est donc bien représenté à Chirramos, par des fragments souvent de grande dimension, donnant de bonnes indications sur la forme et le décor des poteries dont ils proviennent. Nous n’avons mis au jour, par contre, aucune poterie entière : la pièce la plus complète est un 1/4 de vase Orange Lustré du remblai de la tombe 3 (fig. 77a).

2Les types définis par Marion Hatch pour Los Encuentros (1982 : 97-150) se retrouvent pour la plupart à Chirramos. On peut seulement noter la rareté du type Corinthian Daub, qui est au contraire très populaire à Los Encuentros, et quelques types non signalés dans ce dernier site :

  • un blanc sur rouge, en décor linéaire ou en vastes zones blanches sur l’engobe rouge (fig. 77b, c) ;

  • un “faux Usulután” (fig. 77d) : sur ce bol à lèvre incisée et ponctuée, le décor intérieur blanc sur rouge imite la technique négative du vrai Usulután ;

  • les grands bols ouverts à fond plat et décor incisé sont connus à Los Encuentros et El Jocote. À Chirramos, la fouille centrale de la str. A-9 en a donné de nombreux fragments, dont le décor est intéressant (fig. 77e).

3Enfin signalons, parmi les artefacts, un buste de femme enceinte (fig. 86b) ; les fragments de statuettes sont rares à Chirramos (6 au total).

2 – PROTOCLASSIQUE – CLASSIQUE ANCIEN

4Il n’est pas dans notre propos d’aborder le problème du Classique ancien dans la vallée du Chixoy avant que tout le matériel ait été étudié. Nous devons cependant énumérer ci-après les attributs ou modes sur lesquels nous avons cru pouvoir nous baser, à Chirramos, pour distinguer la céramique de cette période (fig. 78) :

  • un engobe rouge foncé à brique (7.5YR-3/6 ou 3/8) mat, très caractéristique ;

  • un engobe gris-blanc à chocolat, poli mais de faible brillance et de contact “cireux” (waxy) ;

  • une forme de jarre globulaire rouge dont le bord est éversé, la lèvre épaissie et concave très particulière ; le corps est décoré d’une série de rainures horizontales avec des zones ponctuées ; un rebord, lui aussi ponctué, marque le diamètre maximum ;

    • 1 Cette forme de bol à bord épaissi apparaît dès le Préclassique tardif dans les types noir, brun ou (...)

    un bol en calotte, noir à gris ou rouge poli, dont le bord est épaissi en bourrelet extérieur, parfois décoré de plusieurs lignes incisées.1 La paroi à ressaut basal, ou à moulure sous-labiale, la rainure intérieure, sont aussi diagnostiques de cette période. Ces bols peuvent être à fond convexe, ou dotés de 3 supports tronconiques bas. Le mammiforme, vrai ou “dégénéré” (à épaulement) est évidemment le marqueur d’horizon le plus sûr, mais il est exceptionnel de le trouver en dehors des sépultures.

5Il est probable qu’une étude détaillée du matériel nous permettra d’isoler quelques types que nous avons rattachés par erreur au Classique tardif, ou qui, du moins, ont pu apparaître plus tôt et perdurer sans grand changement. Nous observons par exemple que dans la tombe 1 de Chirramos, pourtant datée avec certitude du Classique tardif, la forme de certaines poteries semble venir directement du Classique ancien ou moyen : certains bols à base annulaire et moulure basale, par exemple, ou le bol à supports parallélépipédiques de la fig. 82.

Fig. 77 – La céramique préclassique, a/vase orange lustré de la tombe 2. b-e/tessons de grands bols à décor incisé ou blanc sur rouge.

Fig. 77 – La céramique préclassique, a/vase orange lustré de la tombe 2. b-e/tessons de grands bols à décor incisé ou blanc sur rouge.

Fig. 78 – Les formes de jarres (a), de bols (b) et de supports (c) rattachées au Classique ancien.

Fig. 78 – Les formes de jarres (a), de bols (b) et de supports (c) rattachées au Classique ancien.

6Une seule poterie presque entière, datant sans doute du Classique ancien, a été trouvée curieusement dans l’un des sondages du groupe d’habitat B (fig. 79a). C’est un bol très ouvert, à base plane, doté de 3 supports pleins en boutons et d’un rebord sous-labial décoré de pastilles. L’engobe, très érodé, est du rouge sombre typique de cette période. Le diamètre de cette poterie est de 24,5 cm, sa hauteur de 7,5 cm.

Fig. 79 – Céramique du Classique ancien (?). a/grand bol rouge tripode de la str. A-7. b/bol tripode rouge à rebord labial de la zone d’habitation B.

Fig. 79 – Céramique du Classique ancien (?). a/grand bol rouge tripode de la str. A-7. b/bol tripode rouge à rebord labial de la zone d’habitation B.

7Quatre poteries entières proviennent de la sépulture protoclassique de la str. A-6 (fig. 80) :

  • petit vase-support en sablier (I/10). La base, servant de piédestal, et la partie haute, évasée, sont symétriques ; leur jonction est marquée par un léger bourrelet. La poterie est entièrement engobée de rouge (10 R-4/6) et moyennement polie. Dimensions : diam. = 12,3 cm, h = 10,4 cm.

  • vase tripode noir en forme de tonnelet (I/12). Les parois sont convexes, le bord épaissi en bourrelet ; la poterie repose sur les 3 supports en boutons, mais aussi sur la base, qui est très légèrement convexe. La surface, en mauvais état, présente des plaques allant du rouge au noir ; elle devait être à l’origine entièrement engobée de noir et polie. Dimensions : diam. max. = 13,2 cm, h = 12 cm.

  • grand bol ouvert tétrapode mammiforme (I/14). Le bol est à ressaut basal peu marqué, parois concaves, bord épaissi et lèvre en méplat oblique légèrement concave. Les 4 grands supports creux forment sonnaille. Engobe rouge-orange poli (10
    R-5/8). Dimensions : diam. = 26,8 cm, h. totale = 13,6 cm (bol : 7,5 cm).

  • bol tripode rouge à ressaut basal (I/13). La carène (Z angle) est bien marquée ; les 3 supports tronconiques pleins, trapus, s’y rattachent. L’engobe rouge-orange est le même que sur le mammiforme. Dimensions : diam. = 22,9 cm, h = 8,3 cm.

  • une dernière poterie, qui pourrait dater de la même période, est le grand bol rouge tripode de la str. A-7 (fig. 79b). Il est ouvert, à bord direct ou légèrement éversé ; les 3 supports tronconiques pleins sont trapus et pleins. L’extérieur est engobé de rouge (2.5 YR-4/8), moyennement poli, avec des taches de feu. Dimensions : diam.= env. 32 cm, h = 14,5 cm. Des poteries très semblables ont été trouvées à la Lagunita (El Quiché), où elles datent du Classique ancien-moyen.

3 – CLASSIQUE TARDIF

Céramique

1/ Les poteries de la tombe 1

a/ Bols frustes à offrande

8Ces bols, de fabrication plus ou moins grossière, ont déjà été décrits pour El Jocote, où ils contenaient des offrandes variées (1981 : 80, fig. 91b). Dans la tombe 1 de Chirramos, plusieurs des 6 bols de ce type (dont 2 incomplets) contenaient, ou reposaient sur du charbon ; l’un d’eux (M/30), retourné, recouvrait du charbon et des ossements.

9On peut distinguer, selon le degré d’élaboration :

  • un type relativement “fin” (fig. 81a), à base plane et parois évasées ; le bord peut être direct ou éversé. L’extérieur est laissé brut, l’intérieur sommairement poli et parfois engobé de rouge. Il y a 4 bols de ce type (dont les 2 incomplets). Leurs dimensions sont les suivante diam.= 14 à 17 cm.
    h. = 5 à 7,5 cm.

  • un type grossier, à surface irrégulière et non engobée. Les parois sont subverticales, la lèvre aplatie. Les dimensions de ces 2 bols sont les suivantes : diam. = 15 et 16,4 cm.
    h.= 5,7 et 6,6 cm.
    La plupart portent à l’extérieur des taches irrégulières d’un rouge délavé.

b/ Bols en calotte à base annulaire

10Cette forme est représentée par 6 exemplaires :

Fig. 80 – Le mobilier de la sépulture protoclassique, a/vase support, b/vase noir tripode en forme de tonnelet, c/bol rouge tétrapode mammiforme. d/bol rouge tripode à supports pleins.

Fig. 80 – Le mobilier de la sépulture protoclassique, a/vase support, b/vase noir tripode en forme de tonnelet, c/bol rouge tétrapode mammiforme. d/bol rouge tripode à supports pleins.

Fig. 81 – Le mobilier de la tombe 1. a/bol à offrande, b/bol à base annulaire rouge sur brun. c/bol rouge à base annulaire et moulure latérale. d/bol de type río Negro, à base annulaire et moulure latérale.

Fig. 81 – Le mobilier de la tombe 1. a/bol à offrande, b/bol à base annulaire rouge sur brun. c/bol rouge à base annulaire et moulure latérale. d/bol de type río Negro, à base annulaire et moulure latérale.

Fig. 82 – Bols tripodes de la tombe 1, à moulure latérale, a et b/type commun, Río Negro brun-noir, c/supports parallélépipédiques.

Fig. 82 – Bols tripodes de la tombe 1, à moulure latérale, a et b/type commun, Río Negro brun-noir, c/supports parallélépipédiques.
  • la plus simple a un profil régulier et un bord direct (fig. 81b). La base annulaire est verticale et à parois concaves. L’extérieur, lissé, est de la couleur de l’argile ; le bord et l’intérieur sont engobés d’un rouge foncé (2.5YR-3/6) tirant plutôt sur le brun-rouge foncé à l’intérieur. Dimensions : diam. = 20,5 cm, h = 8,5 cm.

  • la forme la plus courante (3 exemplaires) est toujours en calotte, mais il y a une moulure arrondie plus ou moins marquée à mi-hauteur de la paroi (fig. 81c). L’engobe est toujours rouge à brun-rouge, l’intérieur plus soigné que l’extérieur. Dimensions : diam. = 19,1 cm, h = 9 cm.

  • sur 2 exemplaires, le bol, de profil plus complexe, comprend une partie basse convexe et une partie supérieure subverticale et rectiligne, avec un rebord latéral à la jonction des deux parties (fig. 81d). La surface est brun-noir polie au-dessus du rebord et à l’intérieur ; les 2 bols pourraient être rattachés au type Río Negro Brun-Noir. Dimensions : diam. = 19,2 et 16,7 cm, h = 7,3 et 5,9 cm (l’un des 2 exemplaires paraît être un modèle réduit de l’autre).

c/Bols tripodes à moulure latérale (fig. 82a)

11L’unique exemplaire de ce type a une moulure arrondie haut placée et 3 supports tronconiques creux. Un engobe rouge foncé, aujourd’hui recouvert d’un dépôt noirâtre à reflets métalliques, devait couvrir l’intérieur et l’extérieur jusqu’à la moulure.

12Dimensions : diam. = 17,1 cm, h. = 8,1 cm.

d/ Bols tripodes à ressaut basal (fig. 82b)

13Il y a 6 exemplaires de ce type, le plus commun. La base est légèrement convexe, les parois rectilignes évasées ; le raccord est marqué par une carène, à laquelle se rattachent les 3 supports coniques creux et formant sonnaille. Parfois, deux pastilles appliquées sous la carène évoquent les yeux d’un animal dont le support serait la tête. Sur un exemplaire, les pieds ont été coupés net à mi-hauteur. La surface est brun-rouge à noir, parfois naturelle, parfois engobée, polie sans être brillante (peut-être à cause de l’érosion).

14Dimensions : diam. = 19,3 à 20.8 cm, h. = 8,2 à 11 cm.

e/ Bol en calotte à moulure latérale et supports parallélépipédiques creux (fig. 82c)

15Cet exemplaire unique est intéressant par la forme des supports, qui partent de la moulure et sont largement fendus vers l’extérieur ; ils forment sonnaille. La surface devait être brun-noir poli. Cette forme de supports est généralement considérée comme marquant l’influence de Teotihuacan au Classique moyen.

16Dimensions : diam. = 18,1 cm, h. = 7,5 cm.

f) Bols fermés décorés de cannelures verticales (fig. 83a-c)

17Ces 5 poteries sont du même type, Río Negro Brun-Noir. Les formes sont voisines, bien que la proportion hauteur/diamètre varie de 1/2 à 3/4 environ. Un trait caractéristique est la dépression circulaire, peu profonde et plane, qui existe à la base ; ce trait réapparaîtra au Postclassique, avec une dépression faite par impression.

18La surface est engobée d’un brun-rouge foncé à noir, et bien polie. Il y a une certaine variété dans le décor plastique : rainures horizontales délimitant des zones très faiblement concaves, cannelures verticales (souvent à peine marquées), cupules peu profondes faites au doigt, pastilles appliquées.

19Ces poteries de belle apparence quand elles ont gardé leur poli – ce qui est rarement le cas ici – constituent l’offrande funéraire par excellence dans notre zone.

20Dimensions : diam. = de 15,2 à 18 cm, h. = de 11 à 12 cm.

g/ Bols à base annulaire et cannelures (fig. 83d-e)

21Les 4 exemplaires dont nous disposons sont de couleur plus claire que les précédents et il n’est pas certain qu’ils aient été tous engobés.

22La forme est en général globulaire, avec un bord légèrement rentrant. La base annulaire est relativement haute, évasée, et dans un cas ajouré par 6 perforations en forme de triangles. L’un des exemplaires a des parois sensiblement rectilignes et verticales.

23La décoration est moins variée que sur la forme f : elle se réduit à des sillons horizontaux et à des cannelures verticales à peine marquées.

24Dimensions : diam. max. = de 15,5 à 17,2 cm, h. = de 11,9 à 12,7 cm.

h/ Les encensoirs

25La tombe 1 n’a livré aucun encensoir à effigie mais seulement 5 encensoirs à “dents”. Ils sont de deux types : bols à fond plat, bols à piédestal haut.

26– Les 2 encensoirs du 1er type sont assez différents. M/14 (fig. 84) est un bol ouvert à base plane, bord éversé, lèvre décorée de 7 pastilles triangulaires. Les parois supportent 2 rangées de 7 dents coniques. La surface non engobée est simplement lissée ; il y a quelques taches, du même rouge délavé que sur les bols à offrande, entre les épines.

27Dimensions : diam. = 22,7 cm, h. = 9,2 cm.

28L’encensoir M/21 a des parois subverticales et un bord direct. Il y a 4 rangées de dents coniques, dont une sur la lèvre, L’allure générale est assez fruste, la surface n’étant même pas régularisée.

29Dimensions : diam. = 22 cm, h. = 10,5 cm.

30– Le 2ème type à piédestal est représenté par 3 encensoirs dont un seul est entier : M/27 (fig. 84b). Le piédestal cylindrique, haut, se raccorde au bol par un rebord fortement saillant. Le bol ouvert, à lèvre plane, est décoré de 5 rangées d’épines coniques serrées, assez régulièrement disposées ; il est brun, de la couleur naturelle de l’argile, mais le piédestal devait être engobé de noir (il y a des traces de doigts à l’intérieur).

31Dimensions : diam. du bol = 23,5 cm, h. totale = 19,3 cm (piédestal : 9,9).

32Les 2 autres exemplaires ont perdu leur piédestal. L’un d’eux, M/26, très semblable au précédent, porte des traces de peinture rouge ; l’autre, M/24, est un bol grossier à rapprocher de M/21. Les diamètres des bols sont de 24 et 20 cm respectivement.

i/ Les poteries de l’antichambre

33Elles comprennent un bol à basse annulaire et décor rouge sur brun naturel de type Ruano commun dans la vallée ; et un bol plus fin à décor rouge et noir sur orange (R/2, fig. 85).

34Ce dernier, du type Orange Lacquer ware défini par Lothrop (1936), est une pièce certainement importée, peut-être de la région de Totonicapán : le site d’Agua Tibia, fouillé par Andrés Ciudad et Josefa Iglesias, a livré un four ouvert qui dût être utilisé pour cuire ce type de poteries (entre autres). Les tessons de ce type sont en effet extrêmement abondants sur le site : jusqu’à 34 % de la céramique (c’est le type baptisé Jelic Rouge sur Crème ; Ciudad 1982 : 185 et fig. 49-54). La forme la plus courante est un bol ouvert décoré de motifs simples, que nous ne trouvons pas dans la vallée du Chixoy. Notre bol R/2 est décoré de façon plus élaborée : un motif floral, et un motif anthropomorphe représentant un personnage stylisé qui porte une immense coiffure et tient à bout de bras un objet ressemblant à un encensoir. Le style étrange du personnage se retrouve sur les rares exemplaires que nous avons pu étudier, l’un dans Lothrop (op. cit.), l’autre sur le site de Los Cerritos-Chijoj, près de Canillá (El Quiché), ainsi que sur des exemplaires illustrés par A. Ciudad (ibid. fig. 61-62).

Fig. 83 – Bols fermés de la tombe 1, type Río Negro brun-noir, a, b, c/base plane ou à dépression circulaire, cannelures (et pastilles), d, e/base annulaire, évidée ou non.

Fig. 83 – Bols fermés de la tombe 1, type Río Negro brun-noir, a, b, c/base plane ou à dépression circulaire, cannelures (et pastilles), d, e/base annulaire, évidée ou non.

Fig. 84 – Encensoirs à dents de la tombe 1. a/simple – b/à piédestal.

Fig. 84 – Encensoirs à dents de la tombe 1. a/simple – b/à piédestal.

Fig. 85 Petit vase à décor rouge et noir sur orange (antichambre de la tombe 1).

Fig. 85 Petit vase à décor rouge et noir sur orange (antichambre de la tombe 1).

35Dimensions de R/2 : diam. = 14 cm, h. = 10,8 cm.

j/ L’offrande dédicatoire du niveau – 20

36Il s’agit d’un bol tripode (incomplet), à cannelures horizontales, peint d’un rouge micacé bien poli ; ce type est assez commun (voir par ex. pour El Jocote 1981 : 81, fig. 93b).

Fig. 86 – a/petit bol noir trouvé sur le seuil de la tombe 2. b/statuette préclassique, c, d, e/artefacts du Classique tardif.

Fig. 86 – a/petit bol noir trouvé sur le seuil de la tombe 2. b/statuette préclassique, c, d, e/artefacts du Classique tardif.

2/ Autres poteries et artefacts (fig. 86)

37La tombe 2 ne contient que des encensoirs à dents simples et des poteries en majorité domestiques, ou de types courants (bols à base annulaire, bols tripodes rouge poli, etc.)

38Le petit bol globulaire V/1 (fig. 86a), trouvé sous le seuil au nord de la tombe, est presque parfaitement sphérique ; il est engobé de noir. Le diam. est de 7,4 cm.

39Parmi les objets divers de céramique, citons seulement :

  • deux éléments de collier, grosses billes sphéroïdes, perforées (fig. 86c) trouvées l’une en surface, l’autre dans le jeu de balle ;

  • une statuette anthropomorphe très grossière (fig. 86e).

2 – Lithique

I – PROTOCLASSIQUE

40Deux “perles” (1/16 et 17) ont été trouvées près du crâne de la sépulture protoclassique (fig. 88a). La plus grande, discoïdale, épaisse, est d’une pierre verte assez tendre ; la plus petite pourrait être de jade.

II – CLASSIQUE TARDIF

41a/ Deux battoirs à écorce en rhyolite proviennent de la tombe 1 (fig. 87a). L’une des faces légèrement bombées est lisse, bien polie, tandis que l’autre porte 11 ou 14 lignes incisées parallèles. L’un des exemplaires est plus petit que l’autre : 6,8 x 8,8 cm pour une épaisseur de 3,6 cm (contre 7,5 x 9,6 x 4,1 cm pour l’exemplaire I/16).

42b/ Auge miniature de pierre ponce (fig. 87b). Cet objet, long de 14,4 cm, vient du remblai de la str. A-6.

Fig. 87 – Battoir à écorce et petit récipient de pierre ponce.

Fig. 87 – Battoir à écorce et petit récipient de pierre ponce.

c/ Eléments de colliers et pendentifs

43Ces objets de parure proviennent de la str. A-7 (une petite perle discoïdale de jade vert clair), de la tombe 1 et de l’offrande du jeu de balle.

44– Tombe 1 : 5 perles discoïdales ou allongées, dont aucune n’est de jade, et un petit pendentif triangulaire (fig. 89f) ; une perle vert foncé allongée, dans le bol de l’offrande dédicatoire.

45– Jeu de balle : 24 petits objets sous un tesson de poterie. Ils sont de pierre vert clair, gris-vert ou micacée (zoïsite ?). Les pendentifs sont représentés sur la fig. 89b : 3 sont de simples pierres brutes perforées, les 3 autres sont des figurations de têtes d’homme ou d’animaux. Les perles sont discoïdales plus ou moins épaisses (11), cylindriques (3) ou “en grain de maïs” (4).

Fig. 88 – Objets de pierre ou d’os. a/perles de pierre verte, tombe 1. b/stéatite. c, d/disques d’ardoise (?). e/os perforé.

Fig. 88 – Objets de pierre ou d’os. a/perles de pierre verte, tombe 1. b/stéatite. c, d/disques d’ardoise (?). e/os perforé.

46Il y a de plus un petit caillou de serpentine brut, non percé, et une rondelle de coquillage (fig. 89e).

47– Divers : 2 perles discoïdales de stéatite (fig. 88b), non localisées.

d/ Disques perforés

48Deux fragments de disques proviennent l’un de la tombe 1, l’autre de la tombe 3 (fig. 88c, d). Le premier, très mince, est d’ardoise ; le second, plus épais (il pouvait être incrusté de pyrite) est d’une pierre non identifiée. Les diamètres sont de 5,5 et 6 cm respectivement.

5 – Os et coquillage

49Ces deux matières ont été très peu utilisées à Chirramos. Un os d’animal (mâchoire ?), perforé à son extrémité, a pu servir de pendentif (fig. 88e) ; l’objet est incomplet et très concrétionné.

50Les seuls éléments de collier en coquillage proviennent du jeu de balle (fig. 89e) et de la tombe 1 (les 2 perles notées en cours de fouille ont été perdues).

Fig. 89 – L’offrande centrale du jeu de balle. a/tesson recouvrant l’offrande. b-d/pendentifs et perles de pierre verte. e/coquillage. f/pendentif de la tombe 1.

Fig. 89 – L’offrande centrale du jeu de balle. a/tesson recouvrant l’offrande. b-d/pendentifs et perles de pierre verte. e/coquillage. f/pendentif de la tombe 1.

Notes

1 Cette forme de bol à bord épaissi apparaît dès le Préclassique tardif dans les types noir, brun ou orange polis.

Table des illustrations

Titre Fig. 77 – La céramique préclassique, a/vase orange lustré de la tombe 2. b-e/tessons de grands bols à décor incisé ou blanc sur rouge.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 78 – Les formes de jarres (a), de bols (b) et de supports (c) rattachées au Classique ancien.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 79 – Céramique du Classique ancien (?). a/grand bol rouge tripode de la str. A-7. b/bol tripode rouge à rebord labial de la zone d’habitation B.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 80 – Le mobilier de la sépulture protoclassique, a/vase support, b/vase noir tripode en forme de tonnelet, c/bol rouge tétrapode mammiforme. d/bol rouge tripode à supports pleins.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 81 – Le mobilier de la tombe 1. a/bol à offrande, b/bol à base annulaire rouge sur brun. c/bol rouge à base annulaire et moulure latérale. d/bol de type río Negro, à base annulaire et moulure latérale.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 82 – Bols tripodes de la tombe 1, à moulure latérale, a et b/type commun, Río Negro brun-noir, c/supports parallélépipédiques.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 83 – Bols fermés de la tombe 1, type Río Negro brun-noir, a, b, c/base plane ou à dépression circulaire, cannelures (et pastilles), d, e/base annulaire, évidée ou non.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 84 – Encensoirs à dents de la tombe 1. a/simple – b/à piédestal.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 85 Petit vase à décor rouge et noir sur orange (antichambre de la tombe 1).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 86 – a/petit bol noir trouvé sur le seuil de la tombe 2. b/statuette préclassique, c, d, e/artefacts du Classique tardif.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 87 – Battoir à écorce et petit récipient de pierre ponce.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 88 – Objets de pierre ou d’os. a/perles de pierre verte, tombe 1. b/stéatite. c, d/disques d’ardoise (?). e/os perforé.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 89 – L’offrande centrale du jeu de balle. a/tesson recouvrant l’offrande. b-d/pendentifs et perles de pierre verte. e/coquillage. f/pendentif de la tombe 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8488/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search