Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

2ème Partie : Chirramos

Chapitre II. Les ensembles d’habitation

Texte intégral

1Nous avons vu que les groupes d’habitation relevés s’étendent sur environ 2 km le long de la rive sud du Chixoy et que sur la rive nord, moins hospitalière, il y avait encore au moins deux autres ensembles, l’un à l’emplacement de l’actuelle aldea l’autre en amont (groupe C).

2La zone d’habitation sud, qui nous intéresse spécialement, est assez nettement délimitée, aussi bien à l’ouest qu’à l’est, par de profonds ravins ; les terrasses alluviales disparaissent ensuite et les fortes pentes du massif de Chuacús se terminent par une falaise en à pic de plusieurs mètres sur le rio.

3Nous décrirons successivement le groupe B, qui s’étend immédiatement à l’ouest du centre cérémoniel, puis le groupe de Chumaj, en amont, enfin celui de Chiubub, en aval. Pour les deux ensembles au nord du río, aucun relevé n’a pu être fait, les vestiges des plates-formes ayant depuis longtemps disparu.

Le groupe B de Chirramos

4Le compartiment de terrain dont la partie centrale est occupée par le centre cérémoniel comprend deux zones planes apparemment vides, de part et d’autre de ce dernier. À l’est du groupe A, une seule construction est visible, A-10, nettement à l’extérieur du centre cérémoniel. C’est un simple mur de contention, long d’une dizaine de mètres, destiné à compenser la pente de la colline. Un sondage effectué au pied de ce mur n’a donné aucun matériel ; deux autres furent faits à quelque distance sans plus de résultat, et aucun matériel n’est visible en surface. Nous en concluons que cette partie de la terrasse était inoccupée, ou très faiblement occupée, au Classique tardif ; la str. A-10 pourrait bien être récente.

5Nous appelons groupe B la zone qui s’étend à l’ouest du groupe A, entre le jeu de balle et la profonde coupure de la quebrada Cuyucabaj. La reconnaissance décelait dans cette zone cultivée en milpa une très faible quantité de matériel superficiel ; aucune construction n’était visible. Par contre, le plateau se relève légèrement à l’ouest en bordure du ravin abrupt, et cette bande d’une dizaine de m de largeur semble avoir été occupée (une partie des pierres qui y sont accumulées vient sans doute du nettoyage de la milpa) : plusieurs alignements de pierres sont visibles, indiquant l’existence de plates-formes anciennes. L’une d’entre elles est bien conservée, dans l’angle nord-ouest de la terrasse : la str. B-1 mesurait 8,25 m de longueur et était dotée d’un sol d’argile durcie.

6Il nous fallait vérifier si la zone plane d’environ 1,5 ha comprise entre cette ligne de plates-formes et le centre cérémoniel avait ou non été occupée, et à quelle(s) époque(s). R. Grignon choisit dans ce but une méthode de fouille par sondages dite “aléatoire stratifiée” : deux rectangles orientés au nord furent tracés, le plus grand (40 x 60 m) dans la partie basse de la terrasse, l’autre (15 x 30 m) dans la partie haute (la séparation entre ces deux zones est bien marquée par un mur de contention). Chaque rectangle fut divisé en carrés de 2 x 2 m : 600 pour le rectangle nord, 105 pour le rectangle sud ; et les carrés à fouiller furent désignés en utilisant une table aléatoire. Le pourcentage fixé au départ : 20 %, soit 120 carrés, s’étant révélé irréalisable dans le temps disponible, 65 carrés seulement furent fouillés, soit 11 % du total, la majorité dans la partie nord du rectangle, ce qui entraîne un certain déséquilibre dans l’échantillon. Néanmoins, la densité de fouille peut être considérée comme suffisante étant donné les résultats très homogènes obtenus sur l’ensemble de la zone étudiée.

7La stratigraphie s’est révélée assez régulière : prenant comme modèle le carré B-106 (fig 76d), 3 niveaux se succèdent sur une profondeur de 1,60 m avant d’atteindre le gravier stérile. Le premier, d’une quarantaine de cm d’épaisseur, correspond à la couche de terre noire cultivée ; le second est une mince couche de terre sablonneuse mélangée à de petits cailloux. La couche 3, la plus épaisse –environ 1 m– est un sol argilo-sableux jaunâtre, assez compact, contenant des poches sableuses. Les tessons se trouvent dans les niveaux 1,2 et 3. La fig. 76 indique la quantité de matériel récolté dans chaque sondage, et la répartition du matériel céramique entre les 3 périodes définies : Préclassique, Classique ancien, Classique tardif.

Fig. 74 – Plan du groupe B, avec le quadrillage pour la recherche des structures d’habitation.

Fig. 74 – Plan du groupe B, avec le quadrillage pour la recherche des structures d’habitation.

Fig. 75 Vue aérienne du groupe B en cours de fouille.

Fig. 75 Vue aérienne du groupe B en cours de fouille.

8Une première remarque s’impose : ce matériel est très peu abondant, 728 tessons au total, soit moins de 12 en moyenne par fouille de 3 m2. Une vingtaine des carrés fouillés n’ont livré aucun tesson, et le carré le plus riche n’en a donné que 65. On voit cependant se dessiner au nord-est du rectangle une zone un peu plus densément occupée : c’est la plus proche du jeu de balle.

9Un autre résultat important est qu’aucun des 65 sondages n’a mis au jour la moindre trace de murs de plates-formes ; or les méthodes de culture locales, même l’araire, ne font jamais disparaître entièrement la base des murs de soutènement anciens. Il n’y avait donc aucun ensemble d’habitation dans cette partie de la terrasse, sauf peut-être dans la partie nord-est quelques rares habitations isolées construites directement sur le sol.

10La répartition du matériel par période ne présente en conséquence qu’un intérêt limité. Les fig. 76b, c, d n’indiquent d’ailleurs pas de changement très net dans cette répartition, qui touche un peu toute la zone ; l’impression d’une plus forte densité au Classique tardif est fausse, puisque c’est au Préclassique que nous avons la plus grande quantité de matériel. La répartition chronologique des tessons datés est en effet la suivante : 77 % pour le Préclassique, 4 % pour le Classique ancien, 19 % pour le Classique tardif ; et ce sont les carrés préclassiques qui ont donné le plus de tessons. On en déduira que l’occupation la plus forte, et aussi la plus groupée, date du Préclassique, alors qu’au Classique toute la zone est “saupoudrée” de matériel en quantité infime n’indiquant pas une occupation véritable.

11Compte tenu de ces résultats plutôt négatifs, la fouille du rectangle sud a été réduite à 2 carrés, qui se révélèrent quasiment stériles.

12En résumé, cette coûteuse opération de fouille aléatoire nous a prouvé que, sauf en bordure de la quebrada, la zone B n’a pas constitué au Classique tardif, une zone d’occupation Il a pu en être différemment au Préclassique, mais de toute façon l’habitat n’y a jamais été dense. Le Classique ancien est très peu représenté (peut-être en partie à cause de notre méconnaissance de la céramique de cette période) et le Postclassique est négligeable. Une seule découverte est digne d’être notée : celle d’un bol tripode rouge à rebord sous-labial, datant certainement du Classique ancien, dans l’un des carrés de la partie nord (fig. 79b).

Le groupe de Chumaij (fig. 44)

13À l’ouest de la quebrada Cuyucabaj et sur environ 800 m nous avons relevé deux ensembles, A et B, occupant les méplats des pentes, et séparés par une vaste zone parfaitement plane mais sur laquelle aucune construction n’est visible et aucun tesson n’a été trouvé. Elle est aujourd’hui en partie cultivée, en partie abandonnée aux huatales épineux. Il n’est pas impossible qu’elle ait constitué jadis, comme la partie ouest du groupe A de Chirramos, une zone réservée à la culture ; son niveau est d’ailleurs très bas et elle est exposée aux inondations en cas de forte crue.

14Dans le groupe A, nous avons relevé 5 plates-formes très nettes bien que de faible hauteur, et plusieurs structures douteuses. Dans le groupe B, une structure sur la hauteur et une autre, de 6 m de longueur, un peu plus bas.

15Le groupe de Chumaj n’a livré que très peu de tessons. L’occupation semble dater du Classique tardif, et peut-être déjà du Classique ancien ; il n’y a rien de pré- ni de postclassique.

Le groupe de Chiubub

16À l’est, mais nettement séparé du centre cérémoniel de Chirramos par une terrasse basse qui n’a pas livré de vestiges, l’ensemble de Chiubub occupe deux croupes en faible pente séparées par un ravin qui délimite ainsi deux groupes, A et B.

17Nous avons relevé dans le groupe A une demi-douzaine de plates-formes et un monticule plus important en partie détruit pour la construction d’une maison moderne (qui n’a jamais été édifiée par crainte superstitieuse). Un premier sondage dans ce monticule en 1980, et un second en 1981 nous ont donné une centaine de tessons, dont environ la moitié préclassiques, les autres se répartissant également entre Classique ancien et Classique tardif. Une récolte de surface, peu abondante, donnait un résultat analogue.

18Le groupe B paraît plus réduit. La plate-forme principale mesure 5 x 6 m ; un sondage au pied du mur nord n’a donné qu’une dizaine de tessons. Le matériel, très rare en surface, est classique tardif.

19Pour conclure cette étude sur l’habitat, l’occupation humaine sur la rive sud du Chixoy nous paraît évoluer de la façon suivante : au Préclassique, un habitat relativement dense sur la terrasse centrale (gr. A de Chirramos) avec peut-être déjà une structure cérémonielle, A-2, ainsi qu’à Chiubub, groupe A. L’occupation paraît par contre très faible au Protoclassique-Classique ancien à Chirramos et à Chiubub (gr. A). Enfin au Classique tardif c’est l’expansion démographique générale à Chirramos, Chumaj et Chiubub (et sans doute aussi au nord du río), suivie d’un abandon presque total de la zone au Postclassique.

Fig. 76 - Répartition du matériel céramique dans le groupe B.

Fig. 76 - Répartition du matériel céramique dans le groupe B.

Table des illustrations

Titre Fig. 74 – Plan du groupe B, avec le quadrillage pour la recherche des structures d’habitation.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 75 Vue aérienne du groupe B en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 76 - Répartition du matériel céramique dans le groupe B.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search