Version classiqueVersion mobile

Archéologie de sauvetage 5

 | 
Alain Ichon
, 
Rita Grignon

2ème Partie : Chirramos

Chapitre I. Le centre cérémoniel (groupe A)

Texte intégral

Le groupe A

1Il comprend 9 (peut-être 10) structures, étroitement associées dans la partie centrale et jusqu’au rebord de la terrasse, marqué par la forte pente descendant vers le rio (fig. 46). La superficie couverte est d’environ 75 x 85 m, en excluant la str. 10, qui n’est sans doute qu’une plate-forme d’habitation extérieure au groupe A.

2Contrairement à la plupart des centres classiques du Chixoy, ces 9 structures ne forment pas un ensemble très nettement organisé et orienté. On peut cependant distinguer :

3– dans la partie sud de la terrasse, une place limitée par la pyramide principale (A-1) au nord ; une grande structure basse (A-2), à l’est ; la str. A-3 au sud, petite plate-forme basse presque invisible à notre arrivée ; et à l’ouest le jeu de balle à extrémités ouvertes (str. A-4 et 5). Deux structures plus modestes (A-6 et A-9), peut-être des habitations, encadrent la structure principale, fermant les angles nord-est et nord-ouest de la place.

4L’orientation des constructions est assez variable, bien qu’une orientation générale proche du nord magnétique soit évidente : A-2 et A-3 sont ainsi exactement orientées, alors qu’on note dans les autres une déviation plus ou moins marquée à l’est, ne dépassant pas 15° (dans la str. A-9).

5– au nord de cet ensemble, on ne trouve plus que deux petites structures dont le caractère cérémoniel n’est pas évident : A-7 et A-8, cette dernière en bordure du plateau.

6L’état de conservation des structures est affligeant : elles sont réduites à des monticules informes, dont les limites sont parfois indiquées par des pierres amoncelées pour dégager les parties cultivables. Les murs de soutènement sont invisibles. La structure principale, qui supporte deux jocotes (leur présence sera gênante) a été éventrée, vomissant vers le nord son remblai de pierre ponce. Il est impossible d’évaluer l’étendue des dégâts et la profondeur atteinte par cette fouille sauvage ; nous supposerons que, si le monticule abrite une tombe (ce qui est probable d’après notre expérience) celle-ci doit être à un niveau assez bas et n’a donc pas été détruite (prévision optimiste qui se révélera seulement à moitié juste).

7Nous avons fouillé les str. A-1 à A-9, et pratiqué des sondages dans les zones d’habitat. Les travaux étaient dirigés par Rita Grignon, assistée de Jacques Goust, photographe et topographe de la mission, et de deux étudiants en archéologie de l’Université de San Carlos, Renaldo Acevedo et Carlos Tárano. 20 ouvriers furent recrutés dans les aldeas voisines de Chirramos, Patuy et Pasulup. Commencés le 6 janvier 1981, les travaux devaient se poursuivre jusqu’au 24 février soit deux périodes successives de 21 jours de travail continu coupées par 8 jours de repos.

1 – La str. A-1

8La structure principale du groupe A se présente au début des travaux comme une simple butte de quelque 3 m de hauteur, parsemée de galets de rivière, et entamée sur sa face nord par une large tranchée atteignant la partie centrale, dont les déblais, à base de pierre ponce, ont été repoussés vers le nord (fig. 50). Nos travaux vont comporter le dégagement des murs, de l’escalier, éventuellement des gradins, puis la fouille centrale.

9Bien que construite de façon peu soignée à l’aide de blocs calcaires ou de caliche taillés et de gros galets de rivière bruts, les murs de soutènement sont conservés à peu près partout sur une hauteur variant de 0,70 à 1,70 m (fig. 49). Quelques alignements de pierres, sur les flancs du monticule, permettent de reconstituer 3 gradins étagés menant à la plate-forme, à 3,56 m au-dessus de la place. La face nord est détruite, mais il est probable que l’escalier de la face sud était unique. Cet escalier étroit (2,30 m) avait ses 3 premières marches en saillie sur la place, et probablement une douzaine de marches inferieures, dont 7 ont été en partie dégagées. La construction est aussi sommaire que celle des murs.

Fig. 46 – Plan des groupes A et B.

Fig. 46 – Plan des groupes A et B.

Fig. 47 - Le groupe A vue du sud-ouest

Fig. 47 - Le groupe A vue du sud-ouest

Fig. 48 – Profil nord-sud du groupe A.

Fig. 48 – Profil nord-sud du groupe A.

Fig. 49 _ La str. A-1. a et b/les faces ouest et sud après débroussaillage. c/l’angle sud-ouest. d/la face sud et l’escalier.

Fig. 49 _ La str. A-1. a et b/les faces ouest et sud après débroussaillage. c/l’angle sud-ouest. d/la face sud et l’escalier.

10Les dimensions générales de la substructure sont de 11,50 x 13,80 m. Elle est orientée 4° à l’est du Nm.

11Les opérations de nettoyage et de dégagement des murs ont fourni environ 500 tessons, datant du Préclassique et surtout du Classique tardif, avec quelques rares tessons attribuables au Classique ancien et au Postclassique.

Fig. 50 – La fouille clandestine au sommet de la str. A-l et le remblai de pierre ponce.

Fig. 50 – La fouille clandestine au sommet de la str. A-l et le remblai de pierre ponce.

12Pour commencer la fouille centrale (opération G), il a fallu nettoyer la fouille clandestine, régulariser les parois et évacuer une partie des déblais, pour définir un rectangle de 2 x 4m au niveau +210 (bien que ce niveau ne soit pas encore celui atteint par la fouille clandestine). On voit que, sous une couche de terre brune superficielle riche en racines, le remblai est entièrement constitué de petits blocs de pierre ponce mélangés à du sable blanc. Un tel remblai, nous l’avons vu, indique la présence probable d’une tombe.

13Dès le début de la fouille, elle est confirmée par la découverte de divers objets qui ne peuvent provenir que du pillage d’une tombe : fragments de disques de pierre et de bols bruns à rebord basal, et vers +100 un vase à cannelures brun-noir presque entier et quelques ossements humains. Le remblai est toujours de pierre ponce. À ce niveau apparaît sur la paroi ouest de la fouille un mur fait de dalles blanches superposées, bien appareillé : nous sommes déjà à l’intérieur de la tombe, sans avoir rencontré le toit ; il faudra agrandir la fouille de plus de 1 m pour mettre au jour le mur est.

14La tombe 1 a la forme d’un rectangle de 2,80 x 3,60 m, aux angles arrondis. Son grand axe est orienté comme la str. A-1, mais il est un peu décalé vers l’est par rapport à l’escalier (fig. 53). Les murs verticaux sont faits de gros blocs calcaires taillés, noyés dans un liant d’argile, et recouverts d’une épaisse couche d’argile à surface irrégulière. Au sommet des murs, hauts de 1,30 m, quelques pierres horizontales font encore saillie d’une trentaine de cm, indiquant sans doute le départ d’un toit qui a été détruit. Ce toit ne pouvait être en fausse voûte : la tombe est trop large – 2,80 m – et un toit en encorbellement aurait laissé en s’effondrant, dans le fond de la tombe, une quantité de dalles plus ou moins brisées ; or il y en a très peu, aussi bien dans le remblai que sur le sol (sauf dans l’angle sud-est). Nous devons en conclure que la tombe était dotée d’un toit horizontal, fait sans doute de grosses poutres s’appuyant sur les pierres en saillie, et recouvertes d’une couche d’argile brun-rouge de 25 cm d’épaisseur, visible sur le côté sud de la tombe, l’isolant du remblai de pierre ponce.

15Sur la face sud, la paroi s’interrompt vers le centre pour dessiner une ouverture large de 0,77 m, obturée par le remblai. Dans l’angle nord-ouest, le mur a été en partie détruit, indiquant l’endroit où la fouille clandestine a atteint le niveau de la tombe (fig. 51).

16Le sol de la tombe est pavé irrégulièrement de dalles de schiste non jointives, les interstices étant comblés par de l’argile. Le niveau de ce sol est, à 10 cm près, celui de la place.

17Squelettes et offrandes de la tombe 1 étaient en fort mauvais état : l’effondrement du toit et le comblement consécutif de la tombe les avaient écrasés, tandis que le pillage récent, c’était maintenant évident, avait atteint et vidé toute la partie nord-ouest. Si les squelettes ont été ainsi presque totalement désintégrés, l’état des poteries est moins catastrophique, par exemple dans l’angle nord-est (fig. 54) ; on peut imaginer que l’effondrement du toit a été assez progressif pour que la pierre ponce, s’infiltrant par les interstices, ait peu-à-peu comblé la tombe sans provoquer de dégâts trop importants.

18Les restes osseux trouvés au contact du dallage, les traces de crâne surtout, nous font penser que la tombe contenait au moins 6 individus. La position de deux des squelettes, M/44 et 45 (fig. 55) peut être reconstituée : ils étaient étendus, axe du corps ouest-est ou est-ouest ; M/45 est un adulte jeune, M/44 un adulte âgé, M/37 et M/34 sont des enfants (ces âges, calculés d’après l’état de la denture, ne sont qu’approximatifs).

19Différentes offrandes accompagnaient les corps. Ce sont surtout des poteries, 32 au total, avec quelques objets de pierre ou de coquillage. La plupart des poteries – 23, soit 70 % – sont d’un type très uniforme : brun-noir poli avec un décor cannelé (ce type a été baptisé Río Negro Brun-noir), mais les formes sont variées. On trouve aussi 6 bols frustes (“bols à offrande”) et 6 encensoirs à “dents”, ces derniers entassés dans l’angle sud-est, près de la porte. Il y a encore quelques poteries dans la partie sud-ouest de la tombe, mais aucune dans la partie nord-ouest, qui a été pillée ; les débris trouvés dans le remblai indiquent toutefois qu’il y avait là aussi des offrandes, dont le nombre exact ne sera jamais connu, mais probablement analogues à celles que nous avons trouvées in situ.

Fig. 51 – La tombe 1 après enlèvement des offrandes a/partie nord, b/partie sud.

Fig. 51 – La tombe 1 après enlèvement des offrandes a/partie nord, b/partie sud.

20Outre les poteries, le mobilier comprend aussi 2 broyeurs d’écorce en rhyolite (M/33 et 36) et un certain nombre de petits éléments de collier en pierre ou en coquillage. Près de la moitié des poteries, en particulier les encensoirs, contenaient d’abondantes quantités de charbon. Deux échantillons ont été datés par le centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette : l’un, provenant d’un encensoir de l’angle sud-est (M/26), a donné la date de 840 ± 90 ap. J.C. (GIF – 5492) ; l’autre, d’un encensoir M/21, dans l’angle nord-est, 760 ± 90 ap. J.C. (GIF – 5491). Ces datations correspondent à l’aspect de la céramique, que nous avions datée du Classique tardif par comparaison avec d’autres sites du Chixoy ; certains traits pourraient cependant indiquer une date plus ancienne : le bol tripode M/28 (fig. 82 c) a des supports parallélépipédiques généralement considérés comme marquant une influence de Teotihuacan, donc datant du Classique moyen. Certains bols à base annulaire et moulure basale pourraient même être du Classique ancien ; l’un d’eux (M/23) contenait des fragments de stuc polychrome. À signaler enfin une tache de rouge hématite vers le centre de la tombe.

Fouille de l’entrée de la tombe (opération R)

21La fouille de la tombe a prouvé qu’il était prévu de pouvoir y pénétrer par le sud avant que cette ouverture ne soit comblée. Restait à voir la disposition du couloir d’accès et l’endroit où il débouchait vers l’extérieur.

22L’opération R est partie du haut de l’escalier, endroit encombré de pierres en désordre où les marches ne sont plus visibles. Elle a mis au jour presque aussitôt une sorte de caisson carré, de 0,80 m de côté, limité par des murs de galets superposés (fig. 57c). Du côté nord, cette petite pièce, ou “antichambre”, était fermée par des dalles verticales surmontées d’une grande dalle horizontale formant linteau : c’est l’ouverture du couloir-escalier descendant à la tombe. L’antichambre contenait un squelette d’adulte en très mauvais état, et 2 poteries, dont un bol fin à décor rouge et noir sur orange (R/2, fig. 85) probablement importé.

Fig. 52 – L’intérieur de la tombe 1 : mur et dallage.

Fig. 52 – L’intérieur de la tombe 1 : mur et dallage.

Fig. 53 – Plan et profil de la str. A-1.

Fig. 53 – Plan et profil de la str. A-1.

Fig. 54 Les amas de poteries de la tombe 1. a/angle nord-est. b/encensoirs dans l’angle sud-est.

Fig. 54 Les amas de poteries de la tombe 1. a/angle nord-est. b/encensoirs dans l’angle sud-est.

23Le passage menant de l’antichambre à la tombe mesure 2 m de longueur. La pente est compensée par 3 marches de pierre. Le toit est fait de grandes dalles reposant sur les murs latéraux ; deux d’entre elles sont encore en place, les autres sont tombées sur l’escalier. Les deux grandes dalles calcaires de l’entrée, distantes de 80 cm, devaient supporter le linteau ; celui-ci est tombé et les dalles qui fermaient l’ouverture – si elles existaient – ont disparu.

Fouille sous le dallage de la tombe (opération 0)

24Cette fouille de 1,50 x 2 m a été pratiquée dans la partie centrale de la tombe ; partant du niveau 0, elle a atteint à 1 m de profondeur le talpetate stérile. La couche supérieure est un remblai de terre sablonneuse grisâtre, peu dense ; au niveau – 40, le sol devient brun-rouge foncé très compact et ne contient plus de tessons.

25Au niveau – 10 est apparu, au centre exact de la fouille (donc de la tombe), un petit bol fruste, non décoré, contenant une perle de pierre verte et 6 pierres de péridotite, non brûlées. Cette cache, 0/1, représente sans doute l’offrande dédicatoire de la tombe et de la pyramide A-1.

26Au contact des deux couches du remblai, la fouille a encore livré vers – 50 un squelette incomplet : jambes et bras droit d’un individu en décubitus dorsal, axe du corps ouest-est. Cette sépulture pourrait être préclassique d’après le matériel associé : à partir du niveau – 20 la céramique, peu abondante (60 tessons), est entièrement préclassique.

Fig. 55 – Plan de la tombe 1.

Fig. 55 – Plan de la tombe 1.

Fig. 56 – Profil nord-sud de la tombe 1 et de la fouille sous le dallage (opération 0).

Fig. 56 – Profil nord-sud de la tombe 1 et de la fouille sous le dallage (opération 0).

Fig. 57 Le couloir descendant à la tombe 1. a/détail. b/vue générale de la tombe et de la fouille 0 sous le dallage. c/l’antichambre.

Fig. 57 Le couloir descendant à la tombe 1. a/détail. b/vue générale de la tombe et de la fouille 0 sous le dallage. c/l’antichambre.

Fig. 58 La str. A-2. a/avant le dégagement des murs. b/l’escalier de la face ouest.

Fig. 58 La str. A-2. a/avant le dégagement des murs. b/l’escalier de la face ouest.

Conclusions sur la str. A-1

27La structure principale de Chirramos est un monticule funéraire construit pour abriter une grande tombe où devaient être inhumés les personnalités les plus importantes du centre. Cette tombe aux murs de pierre était sans doute recouverte d’un toit horizontal, fait de poutres et d’une couche de terre argileuse pour l’isolement, lui-même recouvert d’un remblai de pierre ponce, cette pierre étant choisie pour son importance rituelle, mais aussi peut-être pour alléger au maximum le poids pesant sur le toit de la tombe.

28L’accès à la tombe restait possible grâce à une antichambre située au-dessous de la partie haute de l’escalier et à un couloir en escalier recouvert d’un toit de dalles. Ce dispositif permettait des enterrements successifs, et il est très probable que les individus – 6 au moins – dont les restes ont été trouvés dans la tombe n’ont pas été enterrés simultanément. Ceci implique aussi que la tombe formait une pièce étanche dans laquelle il était possible (sinon facile étant donné la faible hauteur du toit) de se déplacer pour les cérémonies successives d’inhumation. Le fait que nous l’ayons trouvée remplie de pierre ponce et de sable indique qu’à un moment donné le toit s’est effondré et que la tombe a alors été définitivement scellée. Il est possible qu’à la suite de cet accident on ait dû procéder à une surélévation de la plate-forme, ce qui expliquerait les niveaux successifs de pierre ponce, séparés par des couches sablonneuses, visibles sur le profil de la fig. 56.

Fig. 59 Profils et plan de la str. A-2.

Fig. 59 Profils et plan de la str. A-2.

29Il ne semble pas néanmoins qu’on puisse parler de deux phases de construction : la tombe date certainement, comme la structure elle-même, du Classique tardif, plus précisément du VIIIe-IXe siècle. L’offrande dédicatoire trouvée au centre et sous le sol de la tombe date de la même époque. La structure A-1 a été construite au-dessus d’un sol d’habitat et d’une sépulture préclassique.

2 – La str. A-2

30Cette structure, qui frappe par ses vastes dimensions mais dont la hauteur ne dépasse pas 2,56 m, occupe l’angle sud-est de la place cérémonielle. À notre arrivée les murs en étaient complètement masqués et la plateforme, elle-même cultivée, était encombrée de tas de pierres (fig. 58). La fouille de cette structure fut confiée à C. Tárano.

31La str. A-2 mesure approximativement 15,10 x 19,20 m. Elle est orientée vers le nord magnétique. La face ouest, donnant sur la place, était entièrement bordée d’un gradin bas. Une partie de l’escalier central, très détruit, a pu être mise au jour, mais sa largeur exacte, environ 4,50 m, est inconnue ; il aurait eu 4 ou 5 marches.

32Sur la face nord, les deux gradins bas qui couraient le long du mur s’interrompent brusquement et toute la partie est, sur 3 m de longueur, semble avoir été rajoutée tardivement. Cet agrandissement latéral pourrait être confirmé par l’existence sur la plate-forme d’un mur nord-sud épais de 70 cm qui devait être en superstructure puisque les deux faces en sont appareillées ; la base de ce mur s’enfonce dans la plate-forme, mais elle comporte une seule assise dans sa partie ouest, alors qu’elle est faite à l’est de blocs de caliche verticaux s’enfonçant de 50 cm. Il s’agit, semble-t-il, du mur est d’une superstructure correspondant à la première plateforme, celle-ci ayant été ensuite agrandie de 3 m vers l’est (Fig. 59).

33L’opération de dégagement des murs a donné peu de tessons, mais, alors que le matériel du Classique tardif était plus abondant que le préclassique dans la str. A-1, les proportions sont ici inversées : 70 % des tessons sont préclassiques et 30 % classiques.

34Un puits stratigraphique de 2 x 2 m par niveaux artificiels de 20 cm a été fait à peu près au centre de la plate-forme définitive. On note 6 niveaux successifs, dont le plus bas, au-dessous du sol de la place, est de sable et de gravier stériles (fig. 61).

35La courbe du nombre de tessons par niveau (au total un peu plus de 1000) indique deux sommets pour les couches 1 et 11. Le premier correspond à une couche noire superficielle ; elle est la seule à contenir une forte proportion de matériel du Classique tardif, à égalité avec le préclassique. Les niveaux suivants n’ont donné que des tessons préclassiques. Le maximum de la couche 11 (230 tessons) correspond au passage de la couche 4 à la couche 5, marqué par de gros blocs calcaires à la surface d’une couche beaucoup plus homogène. Nous pensons que ce niveau, +70 environ, correspond à un sol préclassique, et que les niveaux supérieurs sont un simple remblai destiné à surélever la plate-forme du Classique tardif. On peut aussi supposer que la structure préclassique s’élevait jusqu’au niveau +240, et qu’elle a seulement été élargie au Classique.

Fig. 60 – Reconstitution perspective de la str. A-2.

Fig. 60 – Reconstitution perspective de la str. A-2.

36Au niveau de la place, donc au contact du gravier stérile, apparaissent des ossements humains appartenant à 3 individus : un enfant (E/1) réduit à son crâne, un adulte âgé (E/2) en position repliée sur la côté gauche, axe du corps ouest-est, enfin un adulte jeune (E/3) représenté par son crâne, partiellement brûlé et contenant une partie des os longs ainsi que du charbon. Les sépultures se trouvent à la surface de la couche de gravier, ou à une quinzaine de cm dans la couche elle-même. Le charbon recueilli dans le crâne du sujet E/3 a été daté de 730 ± 90 av. J.C. (GIF-5493) ; c’est la date la plus ancienne que nous ayons obtenue jusqu’ici dans la vallée. Elle correspond au début du Préclassique moyen.

37Pour résumer ce que nous savons de la str. A-2, cette structure de dimensions exceptionnelles – surtout par sa largeur – semble avoir été construite au Classique tardif au-dessus d’une structure préclassique préexistante, qui peut avoir été résidentielle ou cérémonielle selon que l’on admet le niveau +70 ou le niveau +240 de sa plate-forme. Elle aurait été agrandie d’environ 3 m vers l’est au cours d’une deuxième phase.

38A-2 supportait une superstructure de pierre ; le soubassement de son mur est a été mis au jour sur une certaine longueur.

39La nature de ce type de structure est difficile à déterminer, mais ses dimensions excluent une fonction simplement résidentielle ; d’autre part les vestiges généralement associés à une structure religieuse sont ici très rares : quelques fragments d’encensoirs à “dents” sur la face ouest. On peut envisager une fonction civico-administrative, par analogie avec les “maisons longues” plus tardives.

Fig. 61 Plan et profil de la fouille centrale de A-2 (opération E).

Fig. 61 Plan et profil de la fouille centrale de A-2 (opération E).

Fig. 62 La str. A-3 en cours de fouilles vue de la str. A-1.

Fig. 62 La str. A-3 en cours de fouilles vue de la str. A-1.

Fig. 63 – Plan et profils de la str. A-3.

Fig. 63 – Plan et profils de la str. A-3.

3 – La str. A-3

40La str. A-3, plate-forme rectangulaire de 11,50 x 8,60 m, haute de 1,40 m seulement, était entièrement cachée par des tas de pierres au début des travaux. Son orientation, proche du Nm., et l’alignement du mur de soutènement sud avec celui de la str. A-2, prouvent que ces deux structures étaient étroitement associées. De plus, A-3 fait face à la pyramide principale : les trois structures A-8, A-1 et A-3 sont exactement alignées selon un axe nord-sud.

41Les murs de la str. A-3 sont en assez bon état ; nous avons pu constater qu’un petit gradin court sur trois côtés de la substructure. L’escalier est au nord, large de 3,35 m ; il a 3 marches en saillie vers la place. Au cours du dégagement du mur ouest, une cache est apparue à 2,40 m de l’angle sud-ouest ; elle contenait plusieurs poteries incomplètes, peut-être tombées de la plate-forme : encensoir à “dents”, bol à offrande et bol à base annulaire de type Ruano.

42L’opération T fut un sondage central de 2 x 2 m, ensuite agrandi vers l’escalier. À 20 cm de profondeur apparaissent les limites d’une tombe de plan rectangulaire dotée d’un petit escalier du côté sud. Les murs de pierre et l’escalier sont en parfait état, mais le remblai est fait d’un mélange désordonné de dalles de schiste, de pierre ponce et de sable, prouvant à l’évidence que la tombe a été violée à une époque déjà ancienne (fig. 64). Il est probable qu’elle était couverte d’un toit horizontal de poutres supportant un dallage de schiste (comme la tombe de Chitomax ou celle de San Juan las Vegas). La faible hauteur de la substructure exclut qu’elle ait été voûtée ; d’autre part, aucune des dalles de schiste n’a une longueur suffisante pour “enjamber” la tombe. Si par ailleurs ce désordre apparent était dû à un effondrement accidentel du toit, on trouverait les dalles dans le fond de la tombe. Le contenu de celle-ci confirmera l’hypothèse du viol ancien.

43Plus bas dans le remblai, nous trouvons de nombreux fragments d’encensoirs à “dents”, des poteries incomplètes dont beaucoup sont utilitaires, et un disque d’ardoise perforé.

44En approchant du sol de la tombe, le remblai ne contient plus ni dalles ni pierre ponce, mais la densité de la céramique augmente, surtout dans la moitié ouest (fig. 65). Il s’agit toujours de pièces brisées, incomplètes et en général utilitaires, la plupart datant du Classique tardif, avec cependant quelques tessons et au moins une demi-poterie préclassique,

45Au niveau du sol enfin, il n’y a plus au pied de l’escalier qu’une dalle plantée obliquement et un ensemble de pierres et de poteries communes : bols-encensoirs à “dents”, bol tripode et bol à base annulaire, demi grand bol contenant une offrande de pierres.

46La tombe 2 est plus petite que la tombe 1 : 1,70 x 2,80 m, mais elle est soigneusement construite ; les murs portent encore par endroits leur revêtement d’argile, épais de 3 cm, et le sol lui-même était d’argile durcie. L’escalier rentrant, dans le mur sud, avait 3 marches, dont la première très haute. Sur la face nord, on peut suivre, grâce à l’enduit d’argile, les murs latéraux qui s’arrondissent en dessinant une ouverture de 70 cm de largeur, ultérieurement murée (fig. 65b). Cette ouverture ne débouche que sur un mur intérieur parallèle au mur de soutènement nord, et l’on voit mal son utilité puisque l’entrée par l’escalier était au sud ; à moins que ledit escalier ne soit en fait qu’une niche et qu’il y ait eu, comme à Chitomax, un couloir d’accès latéral aboutissant à la “porte” nord.

47En ouvrant cette porte murée, nous avons dégagé le seuil de pierre, sous lequel avait été enterré un petit bol noir (V/1) contenant 20 éclats et une lame d’obsidienne translucide et une perle de coquillage.

48Le matériel fourni par ces différentes opérations (environ 800 tessons, dont 80 % pour l’intérieur de la tombe) est en majorité classique tardif ; la proportion de tessons préclassiques est plus forte dans les déblais à l’extérieur des murs.

49La str. A-3 est en résumé, comme la pyramide principale, une construction funéraire destinée avant tout à abriter la tombe d’un ou de plusieurs personnages importants, peut-être aussi à supporter un petit temple.

50La tombe 2, qui était dotée d’un toit horizontal de poutres et de dalles sous un remblai de pierre ponce, a dû être violée à la fin du Classique, puis comblée avec les débris du toit et des poteries brisées jetés pêle-mêle dans le remblai. Nous n’avons trouvé aucun reste osseux, ce qui pourrait prouver que la tombe n’a jamais été occupée ; cependant l’absence totale ou presque de vestiges osseux est fréquente dans les tombes violées. Quoiqu’il en soit, l’état de la tombe est la preuve – l’unique preuve – d’une certaine activité épiclassique à Chirramos.

Fig. 64 Fouille de la tombe 2. Les dalles en désordre viennent sans doute de la destruction du toit.

Fig. 64 Fouille de la tombe 2. Les dalles en désordre viennent sans doute de la destruction du toit.

4 – Le jeu de balle (str. A-4 et 5)

51Situées sur le côté ouest de la place, les deux structures allongées et parallèles qui constituent le terrain de jeu de balle étaient parmi les plus ruinées ; la str. A-5, partiellement éventrée et couverte de pierres, avait été transformée en soue (fig. 66). La str. A-4, un peu mieux conservée, semble formée de deux parties, l’une, à l’ouest, plus haute que l’autre. Le mur nord, visible par endroits, est fait de dalles allongées placées côte-à-côte et en léger talus.

52Le jeu de balle est apparemment de type ouvert, sans zones terminales ; l’orientation du couloir est proche de l’est magnétique : 95° environ.

53Compte tenu de son état, nous avons décidé de ne pas toucher à la str. A-5 et de nous consacrer à la str. A-4 et au couloir (opérations H et L).

54Les murs de soutènement de A-4 sont en général mal conservés, ou même ont complètement disparu (sur la face ouest par exemple). On note sur la face sud l’utilisation de grands blocs calcaires à surface plus ou moins plane placés verticalement. Du côté du court, le mur en talus est visible, encore que très inégal, sur la moitié de sa longueur. Ce mur, incliné de 70° par rapport à l’horizontale, est fait d’une seule rangée de dalles plates, de forme peu régulière, placées côte-à-côte. Il est probable que, comme à San Juan las Vegas, la partie haute du talus était complétée par des pierres plus petites ou par des galets, et que la surface était ensuite recouverte d’un enduit argileux lui donnant plus de régularité (nous n’avons cependant trouvé aucune trace de ce revêtement).

Fig. 65 – La tombe 2. a/poteries brisées trouvées dans le fond. b/la paroi nord, avec sa porte murée. c/profil nord-sud de la str. A-3 et de la tombe.

Fig. 65 – La tombe 2. a/poteries brisées trouvées dans le fond. b/la paroi nord, avec sa porte murée. c/profil nord-sud de la str. A-3 et de la tombe.

Fig. 66 Le jeu de balle avant les fouilles.

Fig. 66 Le jeu de balle avant les fouilles.

Fig. 67 – Plan et profil du jeu de balle.

Fig. 67 – Plan et profil du jeu de balle.

55La tranchée axiale nord-sud dans le couloir a permis de mettre au jour la banquette sud, le mur incliné qui la limite vers le court, et une partie du mur incliné qui lui fait face au nord. La banquette sud, large de 1,90 m et haute de 0,60 m, est donc limitée par deux murs en talus d’inclinaison inégale (60° pour le plus bas). Le mur du couloir, que nous avons dégagé dans toute sa moitié est, est fait de dalles de caliche blanches plus soigneusement choisies que celles du mur supérieur. Le fait curieux, bien visible sur la fig. 68a, est qu’une deuxième épaisseur de dalles a été plaquée sur la première ; rien de tel sur le mur nord. On peut penser qu’il s’agit d’une restauration, bien que le mur inférieur paraisse en bon état.

56La largeur du couloir ainsi délimitée est faible : 3,50 m ; sa longueur est de 15,50 m. Les structures encadrantes étant plus courtes de 1 m, le raccord entre elles et les banquettes forme un redan (fig. 78). Le couloir est remblayé d’un dépôt naturel de terre noire qui tranche sur celle, jaunâtre, des banquettes ; mais ni la surface de celles-ci, ni celle du court ne sont nettement marquées.

57La tranchée axiale tracée au centre du court a mis au jour à 20 cm de profondeur plusieurs pierres informes et une offrande (L/1) dissimulée sous un simple tesson retourné ; elle consiste en 24 petits objets de pierre et une rondelle de coquillage ; ce sont des pendentifs ou des petits éléments de collier en pierre verte (peu sont en jade) (fig. 68b et 89).

58Ces deux fouilles ont donné une faible quantité de tessons – moins de 400 – dont la majorité préclassique (67 %), le reste étant classique tardif, avec cependant une dizaine de tessons probablement plus anciens.

59S’agissant d’un site apparemment un peu plus ancien que les autres sites de la vallée (d’après le matériel de la reconnaissance), on pouvait s’attendre à trouver à Chirramos un jeu de balle fermé du type “en palangana”, comme à San Juan las Vegas, bien que de dimensions plus modestes. Il n’en est rien : le terrain est à extrémités ouvertes, et il ne présente aucune trace de modifications.

60Les dimensions sont réduites – encore que “normales” pour la vallée – et la construction rudimentaire. L’offrande centrale, proportionnée à l’importance du site, a l’intérêt de nous montrer que cette offrande, sans doute dédicatoire, était une coutume courante, sinon générale, au Classique dans la vallée. Un autre trait intéressant est la dissymétrie des deux structures latérales : elle est assez notable ici, étant donné la différence de hauteur entre A-4 et A-5, mais l’état de destruction de cette dernière structure et le manque de données sur A-4 ne permettent pas de préciser ce point.

61Nous verrons que le jeu de balle de Chirramos est comparable, par ses dimensions et sa technique de construction, à celui de Chitomax, bien que ce dernier soit sans doute plus tardif.

Fig. 68 La banquette sud et l’offrande centrale du jeu de balle.

Fig. 68 La banquette sud et l’offrande centrale du jeu de balle.

5 – La str. A-6

62À notre arrivée, la str. A-6 est un monticule très détruit, sauf sur sa face est ; elle paraît reliée par un gradin bas ou un mur de contention au mur sud de la str. A-1 (fig. 49b), délimitant ainsi une terrasse légèrement surélevée occupée par le centre cérémoniel proprement dit.

63La construction du mur nord est assez particulière : on a utilisé ici de grandes dalles calcaires irrégulières, qui se sont inclinées vers l’extérieur. Le mur ouest est fait de gros blocs simplement alignés ; un autre mur semble le doubler intérieurement, délimitant ainsi un petit espace, large de 1,50 m, qui pourrait être une annexe, ou un agrandissement latéral de la substructure.

64Le dégagement de la face sud n’a pas mis au jour l’escalier attendu ; la ou les marches appliquées contre le mur ont dû être détruites, à moins que l’accès à la plate-forme, haute d’environ 1,40 m, n’ait été assuré par un escalier rudimentaire de bois.

65Les dimensions de la substructure sont de 5,80 x 8,70 m, y compris l’annexe. L’orientation est d’environ 10° à l’est du Nm.

66Le matériel produit par cette opération de dégagement des murs est assez abondant : 440 tessons, dont 85 % de préclassique et seulement 10 % de classique tardif ; il y a aussi une dizaine de tessons qui pourraient être attribués au Classique ancien, et quelques tessons postclassiques douteux.

67Un sondage (opération I) a été pratiqué au centre de la str. A-4 (sans tenir compte de l’annexe). Le profil de la paroi sud (fig. 70) montre au niveau +80 un amoncellement de pierres qui occupe la partie centrale et sud de la fouille jusqu’au niveau +40. À partir de +20 et jusqu’à – 40, le remblai contient des tessons abondants, des pierres, des os d’animaux, un fragment de metate et une mano ; ce matériel domestique occupe les 3/4 de la fouille, dans les parties sud et nord-est. Nous avons recueilli au niveau – 20 un échantillon de charbon, au milieu de restes de cuisine (os de cerf) qui a été daté de 160 ± 90 av. J.C. (GIF – 5494), c’est-à-dire du Préclassique tardif.

68La fouille I a été abaissée jusqu’au niveau – 80, où apparaissent plusieurs poteries entières : un petit vase-support en sablier, puis 3 autres poteries associées à un squelette occupant la partie nord-ouest de la fouille. L’individu, un adulte âgé, est en décubitus dorsal, axe du corps est-ouest ; les bras sont allongés sur les côtés, les jambes largement écartées et repliées, donnant au squelette l’apparence d’une grenouille écartelée. Le mobilier comprend un petit vase noir tripode en forme de tonnelet contre le genou gauche, le vase-support, et près du crâne un grand bol rouge à 4 supports mammiformes recouvert d’un bol tripode rouge à profil anguleux (fig. 80) ; de plus, 2 perles de pierre verte ont été trouvées non loin du crâne. Du charbon, récolté à ce niveau ou un peu au-dessus, est daté de 210 ± 80 ap. J.C. (GIF – 5803), ce qui confirme la datation protoclassique de la sépulture, dont le mobilier est caractéristique de cette période.

69L’abondant matériel fourni par la fouille 1 (2098 tessons) pose un problème inattendu, que l’on pourrait attribuer à une erreur de marquage s’il ne se posait pas aussi, dans des termes un peu différents, pour la str. A-9. Les données de la fouille sont exceptionnellement précises : deux datations absolues (160 av. J.C. pour les restes de cuisine, 210 ap. J.C. pour la sépulture protoclassique) et un matériel céramique abondant et facile à dater. Malheureusement, ces données sont contredites par la stratigraphie.

70Partant des niveaux inférieurs, la première discordance vient de la position relative de la sépulture protoclassique, trouvée in situ au niveau – 100, et du matériel préclassique tardif du niveau – 20, qui est plus ancien. Elle pourrait s’expliquer par le fait que la sépulture soit intrusive dans le niveau préclassique ; en effet on a noté au cours de l’opération I que les vestiges de cuisine occupent, entre +20 et – 40, les 3/4 sud et est de la fouille, laissant libre le 1/4 nord-ouest, précisément celui où apparaît la sépulture.

71Cependant, plusieurs tessons du Classique tardif proviennent du niveau – 60, c’est-à-dire au-dessous des vestiges d’habitation préclassiques. Il faut donc admettre que ceux-ci n’indiquent pas un niveau d’occupation ancien, mais qu’il s’agit d’un remblai mélangé provenant d’ailleurs. Le fait que ce remblai commence si bas, à – 60, indiquerait que cette partie de la place a subi un important remaniement.

Fig. 69 – La str. A-6. a/plan et profils. b/mur nord et annexe. c/sépulture protoclassique au niveau – 100.

Fig. 69 – La str. A-6. a/plan et profils. b/mur nord et annexe. c/sépulture protoclassique au niveau – 100.

72Pour conclure sur la str. A-6, il faut remarquer qu’elle n’a pas livré de superposition et qu’elle aurait donc été construite en une seule fois, au-dessus d’une sépulture protoclassique dont l’existence devait être ignorée. Pour remblayer la substructure, on a utilisé de la terre provenant d’une zone d’habitat du Préclassique tardif, à laquelle se sont mélangés quelques tessons classiques pendant l’opération.

73La structure paraît avoir été dotée d’une petite annexe sur sa face ouest. La construction est assez sommaire, et il est probable que nous avons là une plate-forme d’habitation, sans doute réservée, par ses dimensions et sa proximité du centre cérémoniel, à quelque famille importante.

6 – La str. A-7

74Cette petite plate-forme de 4,40 x 5,80 m qui ne dépasse pas 90 cm de hauteur, orientée 10° à l’est du Nm, est située en dehors du centre cérémoniel proprement dit.

75L’opération de dégagement des murs de soutènement ne réussit à mettre au jour que le mur nord, fait d’une unique assise de pierres ; les autres ont totalement disparu.

76L’opération S consista en un sondage central de 2x2 m, agrandi ensuite vers le nord sous forme d’une tranchée de 1 m de largeur. Cette fouille ne dépassa pas le niveau stérile, à +10 cm. Presqu’en superficie furent mis au jour un metate de pierre verte et une mano incomplète et un peu à l’est, un grand récipient tripode rouge aux supports courts et massifs, dont seul le bord, qui affleurait, a été détruit par la culture. Cette poterie, d’un type peu commun, pourrait dater du Classique ancien (fig. 79a).

77Malgré la faible quantité de matériel récolté – 400 tessons au total – il est intéressant de noter que les deux opérations, intérieure et extérieure, ont donné un pourcentage très voisin de tessons préclassiques (46 %) et du Classique tardif (42 %), mais aussi une quantité exceptionnellement élevée de tessons du Classique ancien (12 %). On ne peut cependant affirmer que la str. A-7 date de cette période : on trouve du matériel plus tardif jusque dans les niveaux inférieurs du remblai.

Fig. 70 – La fouille centrale de la str. A-6 (opération I).

Fig. 70 – La fouille centrale de la str. A-6 (opération I).

78Il s’agit sans nul doute d’une petite structure d’habitation.

7 – La str. A-8

79Cette petite structure, située en bordure de la terrasse, au nord, n’est guère en meilleur état que la précédente. Elle se présente comme une simple butte de terre, avec sur le côté ouest un entassement de pierres (fig. 71).

80La str. A-8 est nettement en dehors du centre cérémoniel ; nous avons noté cependant qu’elle se trouve exactement dans l’alignement des str. A-3 et A-1 selon un axe sud-nord. Il n’est donc pas impossible a priori qu’il s’agisse d’une petite construction cérémonielle, par exemple d’un autel.

81Les dimensions de la substructure sont de 5,50 x 6,40 m ; sa hauteur de 0,90 m environ. Les murs de galets ne sont conservés qu’à l’est et au nord, où ils sont formés d’une seule assise de pierres reposant sur le gravier. Vers le centre de la face nord, une grande dalle pourrait être le seuil ; il y a à cet endroit une plaque d’argile durcie indiquant l’existence d’une première phase d’utilisation du monticule. Contre le mur est, presque en surface, nous avons mis au jour la sépulture, très érodée, d’un adulte en décubitus dorsal, axe sud-nord.

Fig. 71 – L’angle nord-ouest de la str. A-8.

Fig. 71 – L’angle nord-ouest de la str. A-8.

82La fouille centrale (opération Q) a atteint le gravier stérile au niveau +20 ; elle a été agrandie ensuite jusqu’au mur nord. Le nombre total de tessons de cette opération est de 558, dont 124 peuvent être datés :

-préclassique:

57

(46%)

-classique ancien:

46

(37%)

-classique tardif:

18

(14%)

-postclassique:

3

(3%).

83Bien que l’épaisseur de la couche archéologique soit très faible (70 cm), la répartition stratigraphique de ce matériel est instructive. Nous constatons en effet que le postclassique ne se trouve que dans les niveaux superficiels ; les déblais extérieurs ont également donné de grands fragments d’un comal à impression de natte, postclassique. Le matériel du Classique tardif n’est plus trouvé au-dessous du niveau +50 : il n’y a plus que du préclassique et du classique ancien. Enfin le classique ancien continue jusqu’au sol stérile.

84La str. A-8 est la première à nous donner un matériel céramique datant du Classique ancien relativement abondant. La répartition stratigraphique, et le fait que nous ayons mis au jour sur la face nord les vestiges d’un sol d’argile ancien recouvert par la structure tardive, nous permettent de reconstituer l’histoire de la str. A-8 de la façon suivante :

  • une structure basse dotée d’un sol d’argile durcie au Classique ancien ;

  • même dimension de la plate-forme, mais surélevée d’une cinquantaine de cm au Classique tardif ;

  • occupation résidentielle de la structure au Postclassique tardif ; cette dernière occupation a dû être très limitée dans le temps compte tenu de la rareté du matériel.

85Quant à la fonction de la str. A-8, le matériel dont nous disposons ne nous permet pas de conclure, sauf pour la dernière phase. Outre sa situation par rapport aux principales structures du centre cérémoniel, déjà signalée, son plan presque carré, comme l’existence d’une sépulture à fleur de terre sur sa face est, évoqueraient plutôt une fonction cérémonielle durant le Classique tardif.

Fig. 72 – Plan et profil de la str. A-8.

Fig. 72 – Plan et profil de la str. A-8.

8 – La str. A-9

86Située à une dizaine de m au nord-est de la str. A-1, elle est comme la précédente en bordure du barranco, ici moins raide et doté d’un mur de contention. Le monticule est comparable aux str. A-7 et A-8, bien que de dimensions, et surtout de hauteur supérieures. Il se trouve un peu en dehors du centre cérémoniel et son orientation diffère sensiblement : 15° à l’est du Nm.

87Tous les murs de soutènement ont été mis au jour, mais aucune trace de l’escalier n’est apparue sur la face sud, où il aurait dû logiquement se trouver. La hauteur de la substructure est de 0,80 m, ses dimensions de 5,50 x 11.70 m. Dans le matériel des déblais, on note une certaine concentration, du côté est, de tessons en majorité domestiques et datant du Classique tardif, qui évoque un peu une zone de décharge associée à la dernière occupation de la structure. Néanmoins c’est encore ici le préclassique qui domine dans les quelque 200 tessons récoltés (63 %).

88La fouille centrale (opération U) a mis au jour au niveau +60 une couche de charbon et de cendre abondante, épaisse d’une vingtaine de cm au maximum, occupant presque toute la surface de la fouille, sauf au nord. On distingue sur la paroi est (fig. 73) une poche cendreuse pleine de pierres brûlées qui pourrait être un foyer ; l’ensemble donne l’impression d’une habitation qui aurait été détruite par le feu. Plus bas, le remblai contient surtout de grosses pierres en désordre. La fouille est poursuivie uniquement dans la partie est, où les tessons sont les plus abondants. C’est à – 80 que se dessine vraiment un dépotoir plein de tessons de grande dimension, apparemment préclassiques, avec des os d’animaux (cerf), du charbon et de la cendre ; il se poursuit vers le bas au-delà du niveau – 160, auquel nous devons arrêter les travaux.

89La quantité de tessons fournis par l’opération U paraît faible, mais ce sont en majorité des tessons préclassiques très épais et de grande taille. La proportion de ce matériel ancien est écrasante dès le niveau +40, où il représente la quasi totalité des tessons : 95 %. Le classique tardif, assez abondant dans les deux niveaux supérieurs, disparaît ensuite pour ne réapparaître qu’au niveau – 120 à – 150, avec 12 tessons provenant de jarres datées par la pastille ponctuée qu’elles portent sur leur panse. Le remblai au-dessus de ce niveau ne peut donc être que classique tardif, bien qu’il contienne presque exclusivement du matériel plus ancien. La situation nous rappelle en somme celle de la str. A-6, sans que nous disposions ici de datations absolues, et nous pose le même problème : comment expliquer la présence de matériel classique tardif à un niveau aussi bas sous le sol de la place cérémonielle ?

Fig. 73 La fouille centrale de la str. A-9 (opération U).

Fig. 73 La fouille centrale de la str. A-9 (opération U).

90Nous pensons, en résumé, que la str. A-9 est une plate-forme datant du Classique tardif, construite au-dessus d’une habitation antérieure, dont le sol était au niveau de la place, et qui aurait été brûlée. Cette structure se trouvait déjà en bordure de la terrasse, et le ravin situé au nord servait de zone de décharge, comme c’était déjà le cas au Préclassique. Pour implanter la dernière construction, intégrée dans une certaine mesure au centre cérémoniel puisqu’elle devait abriter quelque personnage important, on a gagné du terrain vers le nord sur le ravin en remblayant cette partie de la terrasse, au-dessus du dépotoir où s’étaient mélangés au fil des ans les “ordures ménagères” préclassiques et classiques.

Table des illustrations

Titre Fig. 46 – Plan des groupes A et B.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 47 - Le groupe A vue du sud-ouest
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 48 – Profil nord-sud du groupe A.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 49 _ La str. A-1. a et b/les faces ouest et sud après débroussaillage. c/l’angle sud-ouest. d/la face sud et l’escalier.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 50 – La fouille clandestine au sommet de la str. A-l et le remblai de pierre ponce.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 51 – La tombe 1 après enlèvement des offrandes a/partie nord, b/partie sud.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 52 – L’intérieur de la tombe 1 : mur et dallage.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 53 – Plan et profil de la str. A-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 54 Les amas de poteries de la tombe 1. a/angle nord-est. b/encensoirs dans l’angle sud-est.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 55 – Plan de la tombe 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 56 – Profil nord-sud de la tombe 1 et de la fouille sous le dallage (opération 0).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 57 Le couloir descendant à la tombe 1. a/détail. b/vue générale de la tombe et de la fouille 0 sous le dallage. c/l’antichambre.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 58 La str. A-2. a/avant le dégagement des murs. b/l’escalier de la face ouest.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 59 Profils et plan de la str. A-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 60 – Reconstitution perspective de la str. A-2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 61 Plan et profil de la fouille centrale de A-2 (opération E).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 62 La str. A-3 en cours de fouilles vue de la str. A-1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 63 – Plan et profils de la str. A-3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 64 Fouille de la tombe 2. Les dalles en désordre viennent sans doute de la destruction du toit.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 65 – La tombe 2. a/poteries brisées trouvées dans le fond. b/la paroi nord, avec sa porte murée. c/profil nord-sud de la str. A-3 et de la tombe.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 66 Le jeu de balle avant les fouilles.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 67 – Plan et profil du jeu de balle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Fig. 68 La banquette sud et l’offrande centrale du jeu de balle.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 69 – La str. A-6. a/plan et profils. b/mur nord et annexe. c/sépulture protoclassique au niveau – 100.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 70 – La fouille centrale de la str. A-6 (opération I).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 71 – L’angle nord-ouest de la str. A-8.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 72 – Plan et profil de la str. A-8.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 73 La fouille centrale de la str. A-9 (opération U).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/8478/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 2021

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search